09 déc.
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (388)

Edmeond jeue les Saint-Nicolas !

Ch'éteot cocasse à vir l'allure de mes deux gins pourménant dins les allées du grand magasin, Edmeond pousseot, ave bin des difficultés, l'caddy et Fifinne suiveot invireon dix mètes pa d'rière li. Conduisant à l'aveule, muché pa des paquets, à l'intrée d'eine ringée, l'bruant i-a failli m'involer. J'ai été saprémint saisi et, bin seûr, j'li ai dit :

"Misère, pou piloter ainsin, dusque t'as eu t'permis, acore ein peu j'bourleos dins l'étalache des biscuits".

Je n'vas pos ichi vous mintir et dire qu'i-sanneot hureux de m'vir. I-n'aveot seûrmint pos l'intintieon d'm'amidouler et j'ai tout d'suite orsinti qu'i-aveot même ein queompte à régler. 

"Mo bé... j'sus bin contint, m'comarate, d'infin t'rincontrer, j'vas avoir l'occasieon d'déblouquer m'cap'let. Fifinne et mi, on in a greos su la patate, m'paufe feimme elle a même failli caire malate. A l'fin d'ein des derniers artiques que, su t'blog, t'as publiés, t'as anneonché à tertous que t'alleos béteôt nous intierrer. J'voudreos avoir, aujord'hui, eine beonne esplicatieon pasqu'à m'mote que t'as toudis été bin orchu à no maseon".

"Ch'est vrai mais j'pinseos qu'à vo n'âche vous arez été assez malins pou intinte l'riache. Ov'là... J'ai ormarqué qu'vos histoires d'quervassins, cha n'intéresseot pus bramint les gins. I-a ein lecteur qui m'a même déclaré que ch'est l'meonte comme j'voudreos qu'i-soiche que je deos moutrer et n'pus aller querre mes sujets d'artiques dins l'quotidienne et triste réalité !".

Edmeond et Fifinne i-se seont orwettiés in s'demindant ce que j'aveos là raqueonter. 

"Milliards, Mossieu fait des phrases comme à l'Académie et on n'comprind pos tout quoisqu'i-dit, te n'peux pos nous dire cha à l'plate pasqu'à moinse qu'on soiche malate, Fifine et mi, on n'a rien ortenu d'tes salates".

"In clair, les gins pinse'tent que des avintures comme les tiennes, i-n'est pos possipe que cha t'arrives ainsin toutes l'sémaines, i-d'ont assez de t'savoir toudis quervé et d'apprinte que vous avez acore batt'lié. Je n'peux pos toudis parler d'cha, après tout, je n'm'appelle pos Emile Zola. Asteur, les gins m'demindent de les faire rêver, i-préfère'tent de leon que j'imbellis l'réalité !".

"Ah beon, in seomme, les gins i-demindent que te soiches ein fouteu d'coules, que t'arringes au mieux l'actualité et que te leu raqueontes des cacoules. Si ch'est ainsin i-n'doive'tent pus ouvère eine gazette, raviser l'télé et aller su internet, les nouvelles elles ne seont pos toudis bin gaies, ch'est ainsin et te n'sareos pos l'canger, on n'est pos dins ein meonte d'dessins animés d'Walt Disney !".

D'puis cheonq minutes, on éteot ainsin in train d'faire de l'philosophie pa d'vant l'rayeon des waufes Marquette et des biscuits Desobry. J'sinteos qu'on alleot s'impoigner et j'ai préféré dévié su eine eaute sujet. Veyant que j'raviseos ses paquets, Edmeond i-a comminché pa m'espliquer :

"Te veos bin dusqu'on habite... dins l'bâtiment, à chaque étache, i-a deux appartemints et d'puis deux meos, on a des nouvieaux visins, ein jeone ménache, marié d'puis six ou siept ans et qui ont d'jà... presquedeux infants.

Comme su l'meot "presque" i-m'a vu tiquer, i-a, bin seûr, voulu préciser s'pinsée.

"L'comminde pou l'dernier, elle a été passée et dins treos ou quate meos i-va ête livré, comme asteur, ave ti, j'deos faire des preones pou parler, j'n'ai pos voulu dire que l'feimme elle éteot impanch'lée et pourtant... ch'est l'réalité. Bref, passeons, l'pétit garcheon, i-vient souvint à no maseon. Pos pus tard qu'hier au soir, i-nous a dit qu'ein jour i-alleot aller au Conservatoire. On n'saveot pos quoi li offère pou l'Saint-Nicolas, Fifinne elle li a acaté des oranches et du chucolat et mi dins l'rayons des jouets j'ai pris cha ". 

"Ch'est ein fameux paquet et quoisque ch'est ?".

"Je n'peux pos te l'dire, l'Optimisse, pasque cha, ch'est m'surprisse, j'l'ai acatée que Fifinne elle n'éteot pos là et elle le verra quançque l'pétit rotleot i-l'déballera. Mo bé... j'busieos justemint à cha, t'as 'core tes habits d'Saint Nicolas ? Du queop, viens chez nous eautes dins l'après-deîner et l'paquet et les chucartes... ch'est ti qui va li deonner".

Adeon, j'sus arrivé à leu maseon discrèt'mint ave ein grand sac à chaque main. 

Ch'est ave l'aide de Fifinne que j'ai été m'habiller dins l'cuisine, j'aveos eine cloquette que j'ai arlochée jusse avant d'rintrer dins l'salle à minger. J'n'aveos pos imaginé d'vir ainsin l'tiête du gamin, i-n'in meneot pos larche pa d'vant l'grand Saint, Firmin. 

"J'ai vu dins m'grand life, m'pétit Firmin, que t'es toudis bin sache ave tes parints. Comme te l'veos, Fifinne elle a invéyé eine lette à Saint-Nicolas pou que j't'apportes, aujord'hui, des oranches et du chucolat mais i-a aussi eine eaute cadéeau pasqu'Edmeond aussi i-m'a transmis ein p'tit meot. Tins, ov'là ein greos paquet, vas-y... te peux d'jà l'déballer !".

Ch'éteot eine ormarque tout à fait inutile que j'veneos d'faire, ch'éteot pratiqu'mint d'minder à ein aveule si i- vouleot vir clair. 

Firmin i-a inl'vé l'fichelle, déchiré l'papier et, tout à n'ein queop, ses is i-se seont illuminés. J'ai vu que l'grande caisse elle conteneot eine... grosse caisse !

A l'vue du greos tambour, l'sang d'Fifinne i-n'a fait qu'ein tour. 

"Vingt milliards, est-ce que t'as pinsé que pindant des heures, l'futur apprinti du Conservatoire, i-va taper pa d'zeur. A partir d'asteur, on n'va pus pouvoir jamais s'erposer et on n'pourra rien dire, ch'est nous eautes qui l'avons deonné !".

 "Mo bé, i-a pos d'tracas, l'pétit i-peut jeuer du tambour, cha n'me déringe pos, j'sus à mitan sourd et, au soir, l'seon de l'télévisieon i-est tell'mint à feond qu'on intind pos les bruits v'nant d'l'eaute côté de l'cloiseon".

J'n'ai pos laiché l'temps à Fidinne d'in dire eine que dins l'cuisine j'sus parti tout d'eine :

"J'm'in vais, j'sus bin leon d'avoir fini m'tournée et m'n'âne Cadicheon su l'quai i-est mal garé, si City-Parking i-vient jamais à passer, j'vas acore ichi ramasser ein P.V".

In moinse d'deux j'ai orsaqué mes habits et j'ai orpris mes deux sacs ave mi. Su les quais, tout au leong d'l'Esquéaut, de l'grosse caisse de Firmin on intindeot l'écho.  

Quançqu'ein visin i-m'demindeot dusque l'boucan i-v'neot, j'li répondeos :

"Ch'est Mossieu Edmeond du troisième qui apprind à jeuer de l'grosse caisse comme cha, à partir d'asteur, li et s'feimme i-veont pouvoir batt'lier à l'aisse!".  

(lexique : jeuer : jouer / vir : voir / pourméner (ou porméner) : promener / pa d'rière : derrière / eine aveule : un aveugle / mucher : cacher / ein bruant : un hanneton, désigne un paresseux / saprémint : sacrément / bin seûr : bien sûr / ainsin : ainsi / dusque : où / acore : encore / bourler (ou caire) : tomber / ichi : ici / sanner : sembler / amidouler : flatter / orsintir : ressentir / eine queompte : un compte / m'comarate : mon camarade / déblouquer s'cap'let : dire ce qu'on a sur le cœur / caire (ou bourler) : tomber / les artiques : les articles / anneoncher : annoncer / tertous : tous / béteôt : bientôt / intierrer : enterrer / à m'mote : selon moi, à mon idée / toudis : toujours / orchevoir : recevoir / l'âche : l'âge / intinte l'riache : entendre la plaisanterie / ov'là : voilà / ein quervassin : un  ivrogne / bramint : beaucoup / l'meonte : le monde / i-soiche : il soit / moutrer : montrer / querre : chercher / orwettier (ou raviser) : regarder / raqueonter : raconter / dire à l'plate : dire sans détour, crûment / ortenir : retenir / batt'lier : batailler, se battre / asteur : maintenant / de leon : de loin / ein fouteu d'coules : un menteur / des cacoules : des mensonges / ouvère : ouvrir / raviser (ou orwettier) : regarder / canger : changer / pa d'vant : devant / les waufes : les gaufres / ein eaute : un autre / commincher (ou qu'mincher) : commencer / des visins : des voisins / eine jeone ménache : un jeune ménage / faire des preones : parler sur un ton manquant de naturel, minauder / impanch'lée : enceinte (expression populaire qui n'est plus guère utilisée) / l'garcheon : le garçon / offère : offrir / acater : acheter / des oranches : des oranges / du chucolat : du chocolat / quoisque : qu'est-ce que / ein rotleot : un roitelet (désigne aussi un petit enfant) / busier : penser / du queop : du coup, dès lors / les chucartes : les sucreries / adeon : donc / eine cloquette : une clochette / arlocher : secouer / jusse : juste / larche : large / l'life : le livre / sache : sage / inveyer : envoyer / eine ormarque : une remarque / l'fichelle : la ficelle / tout à n'ein queop : tout à coup / pa d'zeur : dessus / s'erposer : se reposer / à mitan : à moitié / tout d'eine : d'un seul bond, tout d'un coup / laicher : laisser / in moinse : en moins / orsaqué : retiré / quançque : lorsque / à l'aisse : à l'aise).

S.T. décembre 2016 

10:20 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Cette réflexion n'engage que moi, je n'ai absolument entendu aucun écho du même genre :
Il ne s'agit pas de montrer le monde tel que tu voudrais qu’il soit. Mais ce serait positif d'exprimer davantage dans tes articles ce qui est bien ou qui promet de devenir bien dans la réalité du monde actuel.
Ainsi, il y a 200 ans, des gens se lamentaient parce que les diligences disparaissaient, que les conducteurs ainsi que les relais de diligences perdaient leur emploi etc... C’était une triste réalité mais, vu maintenant, on se rend compte qu’il fallait passer par là pour que se développent les chemins de fer qui étaient quand même un fameux progrès.
Un optimiste voit une bouteille à moitié pleine et ne s'attarde pas avec tristesse sur la même bouteille à moitié vide.
Mais, te connaissant, je pense que tu ne vas pas adhérer à mon point de vue ! Chacun agit selon ses convictions profondes. Au temps des diligences, tu te serais sans doute battu pour sauver la profession...

Écrit par : Jacqueline | 10/12/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.