02 déc.
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (387)

Eine mauvaisse nuit !

Bé, mes amisses, j'ai fait ein riche cauchemar ceulle nuit 'chi, j'ai rêvé que j'éteos parti ave m'feimme faire ein safari. L'pire, ch'est que pou cha j'n'aveos pos été bin leon, l'avinture elle aveot comminché à l'porte de m'maseon. 

J'vouleos aller faire eine pourménate dins les rues d'no cité comme j'ai pris l'habitude de l'faire d'puis d'z'ainnées. Au momint qu'on arriveot à l'porte d' Lille, on a été arrêté pa ein espèce d'grand agozil.

"Vous n'pouvez pos aller pus leon, vous devez laicher là vo voiture... su l'parking total'mint inutile de l'Maseon d'la Culture. Là-vas, ch'est eine jeep que vous allez devoir louer si vous voulez intrer dins l'cité des cheonq clotiers". 

J'ai pos dû beauqueop m'forcher, j'ai pris ein air annochint et j'li ai d'mindé pourquoi i-aveot asteur ein parel cang'mint.

I-a eu l'air de m'printe pou ein saisi, in ravisant s'comarate, i-m'a dit :

"D'puis l'temps qu'les édiles i-ont erporté les réparatieons à faire dins les rues d'Tournai, on queompte asteur partout tell'mint d'tréos que ch'est acore pire qu'eine piste d'brousse au Congo".

Et ch'est ainsin que m'feimme et mi, on a comminché ein véritape safari.

On a tell'mint été ochennés in déquindant l'rue Saint-Martin qu'acore ein p'tit queop j'perdeos m'feimme in qu'min et on n'éteot pos 'cor arrivés au bout qu'on aveot d'jà tous les deux l'souglou. Comme je n'sus pos fort discret quançque j'me mets à souglouter, l'chauffeur i-a pinsé intinte arriver ein auteo d'pompiers.

On aveot été obligé d'louer ein guide pou visiter Tournai, i-falleot vir comme m'n'heomme i-éteot afulé. Ch'éteot ein sorte d'grand roux ave eine mareonne jusqu'à ses gu'noux. I-resteot toudis in contact avec ein buréeau in parlant, à voix basse, à ein eaute, dins ein micreo :

"Allo, t'es bin là... ov'là... on vient d'arriver su l'Grand-Plache... i-a acore ichi eine rude dégueulache, hier au soir, l'tribu des Cras Diapes elle a seûrmint fait l'fiête, no forum i-est jonché d'papiers et d'canettes. Attinds... j'veos qu'i-a du linche qui pind au mitan de l'rue d'l'Yser, su les fils élestriques, les vêt'mints i-n'ont pos l'air fort clairs". 

M'feimme et mi, on commincheot sérieus'mint à avoir l'pépète pasque d'temps en temps, on veyeot des tiêtes v'nir aux ferniêtes. D'puis ein cassis, eine veille sorcière nous viseot mais... l'guide i-a dit :

"Pos d'panique, ch'est pou faire des photeos". 

Vous riez pétête mais quançqu'on voyache dins d'parelles conditieons, inter un apparel et eine arme on n'fait pos bin l'distinctieon. 

"On vient jusse d'passer l'rue Tiête d'Argint... et dins l'rue i-n'a pos ein bleu tchien".

Comme elle se sint rasseurée pa m'carrure d'athlète, m'feimme su m'bras elle a posé s'tiête (vous souriez pasque j'n'orsanne pos du tout à l'decriptieon que j'vous fais, ahais, mais ch'est ein rêve que sus in train d'vous raqueonter, vous sannez l'oblier et après tout j'peux bin fantasmer !).

"Allo... On est au peont d'Fier, près de l'statue d'Barthélémy Dumortier, i-a été décapité et s'tiête elle est à ses pieds. Ch'est seûrmint l'bande de Saint-Nicolas, casser, i-z'ont toudis fait que cha... Allo, Allo, t'est toudis là... Péleot (i-s'adresseot à l'heomme du buréeau), in passant pa d'vant l'incienne intercommunale, pa l'rue du Becquerelle, on va essayer d'orjointe l'rue Royale...".

"Madame, tenez bin vo sacoche à deux mains et vous Mossieu muchez vo GSM sous les coussins... Ichi, dins l'quartier qu'on va visiter, i-a ein chintaine d'vols sur eine journée... On n'rinconte que des mindiants et des agripeus, croyez me, ch'est tout... sauf des malhureux... cha a comminché pa des drogués et des buveux... Acoutez, on intind comme des grognemints, on n'vas pos rester, i-arrife eine meute d'tchiens... Attintieon, ch'est des mourdreux, des soucards, i-appartienn'tent à ces bandes de lascars... Vous veyez su vo gauche eine grande batisse, bé, ch'est là que s'trouveot l'incien commissariat d'police... Comme l'zone de police elle couteôt treop tcher et qu'i-falleot faire d'saprées écolomies dins ein but solidaire, i-a eu d'moinse in moinse d'policiers et l'commissariat ses portes i-a serrées, l'jour dusque les derniers agints i-ont été ortraités... Ravisez bin d'chaque côté, comme l'cruéau i-a bin poussé... ch'est ein 2016 que tout cha a qu'minché quançque les gins seont dev'nus trop fates pou nettier... Dins les vitrines des magasins, on veot des plantes vertes qui pousse'tent, sous eine lampe, à l'caleur, ch'est comme du toubaque, les gins d'ichi i-feume'tent cha pindant des heures et après on les veot caire indormis et i-restent alleongés su l'trottoir pou passer l'nuit".

On pinseot comme dins ein parc d'attractieons faire eine visite, mais, j'l'avoue, on tranneot tell'mint qu'on aveot l'esquite. , 

"Là-vas, l'bâtimint que vous veyez dins eine sorte d'brouillard, bé, i-a chinquante ans d'no ville ch'éteot la gare, on n'va pos aller tout dreot pasque ch'est eine zone d'neon-dreot".

Pa l'rue d'Monnel, on a orjoint l'Terrasse Saint-Brice et alors qu'on rouleot douch'mint, on a eu eine surprisse. Des infants et leu mamères attindeot'ent à l'porte d'eine maseon, no guide i-a dit :

"Ch'est ichi l'dernier lieu d'distributieon. On amène des bénévoles tous les matins pou distribuer aux gins de l'soupe et du pain, alfeos, l'foule elle est tell'mint débaltéee qu'i-seont presqu'obligés de l'ruer".

Pétête qu'à forche d'attinte dins l'freod, ein mioche ave eine mouquile à s'nez berleot. Comme ein arpe à preones, s'mamère s'a mis à l'arlocher, ch'éteot eine grante maiguerlote noirte comme ein carbonnier :

"Te n'vas pos acore faire tous tes maines, vingt milliards, ch'est ainsin toutes les s'maines. Ch'est l'dernière feos que te viens avec mi, te m'as compris, l'feos qui vient, Kevin, te resteras dins t'lit !".

Les trottoirs de l'rue Marvis éteot'ent rimplis d'brin d'tchiens, comme i-d'aveot aussi su l'quémin on a été obligé d'rouler d'dins. L'naque qui nous monteot au nez, elle nous a presque fait dégobiller. 

L'guide nous a dit :

"Ch'est pire et jamais mieux dins l'quartier Saint-Piat, là-vas, i-a des rues intières ave des mémères à cats".

In passant pa d'vant l'gazerne Saint-Jean, nos guide a dit in nous orwettiant :

"I-a bin lommint que les soldats i-seont partis, ein bieau jour, on les a trinsférés à Peutie, i-n'a pus eu d'militaires du côté walleon, perseonne n'a pinsé que cha préfigureot d'jà, d'no pays, l'partitieon !".

Tout à n'ein queop, ein grand dépindeu d'andoule ave ein visache orcouvert d'bédoule i-a sauté pa d'zeur l'capeot et i-a essayé d'rintrer dins l'auteo. M'sang n'a fait qu'ein tour et j'ai sinti l'rache meonter, j'l'ai attrapé l'diale déflinqué et j'li ai foutu eine dégelée. Pa d'rière mi, j'intindeos m'feimme berler :

"Arrête, arrête, i-d'a assez... i-d'a assez... !". 

Les meots qu'elle aveot proneoncés m'ont dérévié, j'éteos in train d'buquer comme ein sauvache su m'n'oreiller. 

"Te sareos m'dire quoisqu'i-t'prinds d'faire des airs ainsin ?".

J'éteos tell'mint débiloché pasque j'aveos rêvé que, sans respirer, j'li ai débabeiné m'cap'let

 "Mo Dieu, j'creos bin que j'ai rêvé, je m'rappelle tout quoisqu'i-s'a passé. On pourméneot in ville tous les deux, i-aveot des indreots qui f'seot crasseux, dins les rues i-aveot des tréos et des mindiants ave des tchiens près d'l'Esquéaut. On donneot à minger à bramint d'gins qui attindeot'ent dins l'freod su l'quémin. I-a ein ivrone qui nous a attaqués, i-in vouleot seûrmint à t'porte-monnaie je m'sus défindu et on a battlié. Te sais bin qu'à côté d'mi et de m'bieau corps d'athlète, l'paufe écalette, i-n'aveot aucune sanche, i-n'valeot pos tripette".

Je n'comprinds pos que te m'dis que t'as rêvé, tout ce que te raqueontes ch'est vrai. I-feaut acroire, comme on dit toudis, que l'fictieon elle rattrape toudis l'réalité... A part, pétête, t'bieau corps d'athlète pasque cha, à m'mote que ch'est ein peu exagéré !".

"Ah ! M'corps d'athlète, ov'là qu'ch'est exagéré, bé l'prochaine feos je n'vas pus rien t'raqueonter !".

(lexique : mes amisses : mes amis / ceulle : cette / leon : loin / commincher : commencer / eine pourménate : une promenade / ein agozil : un agent de police / laicher : laisser / là-vas : là-bas / les cheonq clotiers : les cinq clochers (terme qui désigne la cathédrale Notre-Dame) / s'forcher : se forcer / annochint : innocent / ein parel cangm'int : un pareil changement / printe : prendre / raviser : regarder / ein comarate : un camarade / erporter : reporter / queompter : compter / asteur : maintenant / des tréos : des trous / acore : encore / ochenner : secouer / déquinte : descendre / ein p'tit queop : un petit coup, un peu / in qu'min: en chemin / l'souglou : le hoquet / souglouter : hoqueter / intinte : entendre / vir : voir / afulé : affubler, habiller de manière peu conventionnelle / eine mareonne : un pantalon/ les gu'noux : les genoux / eine eaute : un autre / ov'là : voilà / l'Grand-Plache : la Grand-Place / ichi : ici / ein dégueulache : une saleté repoussante / les cras diapes : les sales diables / seûrmnt : sûrement / l'linche : le linge / au mitan : au milieu / l'élestrique : l'électricité / avoir l'pépète: avoir peur / ein cassis : un châssis / pétête : peut-être / jusse : juste / ne pos y avoir ein bleu tchein : expression parfois utilisée pour signifier qu'il n'y a personne / pasque : parce que / orsanner : ressembler / ahais : oui / sanner : ressembler / toudis : toujours / pa d'vant : devant / orjointe : rejoindre / mucher : cacher / eine chintaine : une centaine / des mindiants : des mendiants / des agripeus : des chapardeurs / acouter : écouter / des tchiens : des chiens / des mourdreux : des hargneux / des soucards : des sournois / eine grande batisse : une grande maison / tcher : cher, onéreux / saprées : sacrées / des écolomies : des économies / serrer les portes : fermer les portes / dusque : où / ortraités : retraités / raviser : regarder / l'cruéau : les mauvaises herbes / qu'mincher : commencer / fate : paresseux, fainéant / nettier : nettoyer / l'caleur : la chaleur / l'toubaque : le tabac / feumer : fumer / caire indormi : tomber endormi / tranner : trembler / avoir l'esquite : avoir peur / dreot : droit / pa : par / douch'mint : doucement / les mamères : les mères / alfeos : parfois / ête débalté : être déchaîné / ruer : jeter / l'freod : le froid / eine mouquile : une morve (on dit aussi eine candelle, une chandelle) / berler : hurler / arlocher comme ein arpe à preones : secouer comme un prunier / eine maiguerlote : une femme très maigre / noirte : noire / eine carbonnier : un charbonnier / faire tous ces maines  : pousser des cris / ein brin d'tchien : une déjection canine / la naque : l'odeur / dégobiller : vomir / des mémères à cats : se dit de vieilles personnes logeant de nombreux chats dans leur maison / l'gazerne : la caserne / orwettier : regarder / lommint : longtemps / tout à n'ein queop : tout à coup / ein dépindeu d'andoules : un homme efflanqué / l'visache : le visache / orcouvert : recouvert / l'bédoule : la boue / pa d'zeur : dessus / l'rache : la colère, la rage / l'diale : le diable / déflinqué : grand et maigre / eine dégelée : une correction / pa d'rière : derrière / quoisque : qu'est-ce que / débiloché : contrarié / débabeiner s'caplet : raconter toute l'histoire en détail / ein indreot : un endroit / bramint : beaucoup / l'quémin : le chemin / ein ivrone : un ivrogne / battlier : bagarrer, se battre / eine écalette : littéralement une crécelle, désigne ici une personne très maigre / l'sanche : la chance / n'pos valoir tripette : ne pas faire le poids / acroire : croire / à m'mote : selon moi, à mon idée).

S.T. décembre 2016.  

 

11:33 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.