28 nov.
2016

Tournai : le point sur les chantiers (une rubrique sans fin) !

L'hiver est à notre porte et les chantiers de longue durée vont entrer en hibernation. Durant les éventuelles périodes de gel, on ne verra même plus un seul ouvrier le long de nos routes et autoroutes. Il faudra dès lors prendre son mal en patience et, sur la section entre Marquain et Kain de l'autoroute E42, ronger son frein et continuer à perdre de précieuses minutes aux heures de pointe.

La réfection du tronçon d'autoroute entre Kain et la frontière française devrait être, sans aléas, entièrement terminée pour les prochaines grandes vacances, après pas loin de trois années de travaux ! En attendant, sur la chaussée de Lille (N7), malgré que la circulation soit interdite aux transports de plus de 3,5 tonnes depuis le zoning de Tournai-Ouest, on continue à croiser de nombreux semi-remorques, souvent étrangers, guidés par leur GPS jusqu'aux portes de la ville. Celui qui emprunte régulièrement cette chaussée constate qu'elle se dégrade, peu à peu, principalement entre Marquain et le village d'Orcq mais aussi à l'entrée de Tournai. Dans le cadre de ce chantier, la bretelle d'accès de Froyennes vers Mons et Bruxelles est interdite depuis le 21 novembre et ce pour de longs mois. Il faut désormais se rendre à la chaussée de Renaix pour emprunter ces deux autoroutes (E42 et E429). 

Après avoir été soustraite à toute circulation depuis la mi-septembre, la rue des Aveugles a enfin reçu sa couche d'asphalte, ce vendredi 25 novembre, à la grande satisfaction des riverains. Après un temps de solidification, la voirie sera de nouveau accessible par la rue Saint-Martin, probablement dans le courant de cette semaine. 

La pose d'un câble de fibre optique a été entamée, voici plus d'un mois, à la rue Saint-Eleuthère. Le chantier ayant été suspendu durant la semaine de Toussaint et pour le week-end du 11 novembre, progresse très lentement et concerne, en ce moment, le tronçon compris entre l'avenue Beau Séjour et celle des Peupliers. Une équipe de paveurs efface toutes traces de ces travaux dans le tronçon compris entre le chemin de la Ramée et l'avenue Beau Séjour. 

Le chantier du Becquerelle touche à sa fin. Afin de permettre l'accès aux personnes se rendant quotidiennement aux crèches jouxtant le siège d'Ideta, une petite boucle a été ouverte à partir de la rue de l'Epinette vers la rue du Becquerelle, il y a trois semaines environ. Les ouvriers terminent la pose de pavés sur le quai Dumon. Il reste à effectuer la jonction avec la descente du Pont de Fer et à terminer les abords (plantations).

La presse nous révèle que, dès ce lundi 5 décembre, des travaux seront entrepris pour sécuriser la rue de Marvis et la rue Saint-Martin. Chaque passage protégé sera équipé d'une zone refuge pour les piétons. Malgré l'état fortement dégradé de la rue Saint-Martin (il faudra bien un jour songer à la rénover en profondeur si on ne veut pas être confronté à des effondrements causés par la vétusté des égouts) et malgré la vitesse limitée à 30km/h dans l'intra-muros, certains automobilistes dégringolent vers le beffroi à une vitesse nettement supérieure. 

Le budget extraordinaire voté ce lundi soir, au Conseil communal fait, à nouveau, la part belle aux travaux de rénovations durant l'année 2017. Ceux-ci concerneront le plateau de la gare, la place Crombez et la rue Royale. Ils pourraient avoir lieu en même temps que ceux réalisés par le SPW entre la rue de la Lys et la rue d'Amour, soustrayant les boulevards et le carrefour de la chaussée de Bruxelles à la circulation et déviant les véhicules vers les chaussées de Renaix et d'Antoing. Il est également prévu d'entamer les travaux sur la place Verte dans la partie interdite à la circulation depuis près de 4 ans en raison du risque d'effondrement d'un collecteur d'eaux usées. 

Au niveau immobilier, des chantiers sont en cours : à la place de Lille (reconstruction d'un immeuble jouxtant l'église Sainte-Marguerite), à la rue de Courtrai (construction d'une résidence à l'emplacement de l'ancien siège du Courrier de l'Escaut), dans la rue des Choraux et au Marché au Jambon (construction, débutée en 2013, d'un vaste ensemble résidentiel, la fin des travaux est prévue dans le courant de l'année 2017), sur le quai des Salines (finalisation de l'important projet des "Erables"), à la rue de Marvis (construction d'un hôtel sur le site des anciens établissements Goossens), au boulevard Walter de Marvis (agrandissement du centre commercial des Bastions avec construction d'un parking souterrain), au Pont de Maire (réalisation d'une nouvelle zone commerciale à proximité du Tennis Club Tournaisien) et à la rue du Glategnies (transformation des anciens établissements Cofidis pour le transfert de l'école d'architecture Saint-Luc).

Très bientôt débutera l'important chantier de l’îlot Madame dans le quartier Saint-Piat (entre la rue Madame et la rue Cherequefosse). D'autres projets sont en voie de finalisation ou dans l'attente d'un permis de bâtir : à la rue des Carmes (projets de kots pour étudiants), au quai Andréï Sakharov et à la rue des Magasins (appartements et kots), à l'avenue Van Cutsem (construction d'une résidence à l'emplacement de l'ancien site Dubuisson).

Se poursuivent également le chantier de rénovation de la Maison de la Culture (qui ne semble pourtant pas avoir réellement débuté) et celui de la rénovation de la cathédrale Notre-Dame dont quatre des cinq clochers sont, à nouveau, visibles. L'agrandissement du Musée des Beaux-Arts est envisagé et devrait débuter dans les prochaines années ! A plus longue échéance, on parlera de la création du pôle muséal dans l'immeuble des Anciens Prêtres sur la place de l'Evêché. Par contre, a été envoyée aux calendes grecques, la rénovation de la Tour Henri VIII qui se dégrade rapidement tout comme celle des Tours Marvis qui - proximité de la caserne Saint-Jean exige - sont en état permanent de camouflage. 

Depuis le quai du Luchet d'Antoing jusqu'au quai Saint-Brice d'une part et dans l'environnement immédiat du Pont des Trous, les travaux d'élargissement de l'Escaut vont profondément perturber la vie quotidienne des riverains et de l'ensemble des Tournaisiens entre la fin de l'année 2017 et l'année 2020.

En conclusion, le Tournaisien peut s'attendre à être confronté à d'importants chantiers durant plusieurs années encore !

On feint d'ignorer que ces chantiers génèrent de continuels désagréments au niveau de la circulation automobile (pour s'en convaincre, il suffit d'écouter le radio-guidage chaque jour). La question est de savoir combien de centaines de milliers d'heures de travail sont ainsi perdues, chaque année, sur l'ensemble de la Wallonie, en raison des embouteillages et connaître l'impact réel que cette situation engendre sur le PIB de la région! Il serait peut-être temps que les responsables du SPW songent enfin à construire des routes plus solides, pensent à surveiller la réelle présence des ouvriers sur les chantiers ainsi que la qualité du travail exécuté et se décident à entretenir les voiries en temps et en heure pour le plus grand bénéfice de l'économie wallonne. On peut toujours rêver car aucun ministre de la mobilité n'a jamais osé le suggérer, il n'y aurait-il pas finalement un "Etat dans l'Etat" ?

S.T. novembre 2016

19:08 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, chantiers, rénovations, spw, voiries, chantiers immobiliers |

Commentaires

la direction régionale du SPW na plus a démontrer son incapacité et son incompétence en matière de mobilité

Écrit par : moulron | 29/11/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.