25 nov.
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (386)

Eine babillarte politiqu'mint correcte !

Aujord'hui, je n'sus pos à printe ave des pinchettes, j'sus vraimint in pétard d'puis que j'ai appris, pa les gazettes, les lâches attaques conte l'Père Fouettard. Cha fait qu'asteur on va devoir réécrire total'mint l'Histoire et surtout rimplacher dins nos espressieons tout c'qui a rapport au noir. D'jà que, pou n'pos choquer des gins d'eautes opinieons, nos racheines seont, ein p'tit peu à l'feos, in voie d'disparitieon, ov'là qu'asteur on s'attaque même aux infants in supprimant de l'fiête d'Saint-Nicolas ein d'ses éléments. Pindant quinze ans, au meos d'décimpe, j'ai infilé, pou les p'tits rotleots, les habits du patreon des écoliers et, à côté d'mi, l'brafe Père Fouettard, j'peux vous l'asseurer, i-n'les a jamais traumatisés. Dins les vestiaires de l'Maseon d'la Culture, ch'éteot d'ailleurs ein vrai bonheur d'vir s'feimme, pa d'vant mi, tous l'z'ans, l'mette in couleur (attintieon j'précisse : in tout bin, tout honneur !) 

Dire que d'Hergé, l'life "Tintin au Congo" on a voulu, in justice, l'interdire, si j'comprinds bin les esploits d'Charles Martel, on va d'voir pétête les réécrire ? Savoir qu'à Poitiers, i-a nuef chints ans, m'n'heomme i-a battu les Mauriens, les avocats i-veont acore devoir printe l'définse d'eine floppée d'mécontints. Tins, j'sus seûr qu'à Nice, l'hôtel "Negresco" i-va devoir canger d'neom, ainsin, on va l’appeler "l'Hôtel de Frangines exotiques in associatieon". A Tournai, on n'pourra pus faire l'noir quart d'heure quançque cait l'soir et pus du tout questieon d'deonner à ein ouverrier d'l'ouvrache au noir. A les ceusses qui s'sintent brimés, des associatieons i-feont tout faire pou leu plaire, tant qu'on y est, elle devreot'ent busier à supprimer des meots dins l'dictionnaire : on n'vivra pus dins ein manoir, on n'prindra pus s'bain dins l'baignoire et de l'nuit, on pourmén'ra, tertous tout nu, sans peignoir. Dins l'cité des cheonq clotiers, quoisqu'on va faire ave no saveon noir, nos lachets d'anis et nos balleons noirs ?

Au bistreot, même si j'n'aime pos treop l'lait, ch'est ein café-crème qu'asteur j'vas comminder et quançqu'i-n'ara pus d'élestrique, on m'intindra berler dins ein momint fatidique : "alleumez l'lumière, i-fait pos... clair !". 

I-feaudra qu'on m'esplique pourquoi, à toutes ces d'mindes, des associatieons elles deonne'tent toudis systématiqu'mint raiseon. Pou eusses, i-n'est pos possipe d'avoir ein débat, on deot, tout d'eine traque, s'soumette, ch'est comme cha ! Cha s'reot pourtant si facile d'espliquer aux gins d'asteur que l'acolyte d'Saint-Nicolas ch'est ein p'tit rameoneur. Ein heomme qui passe l'prumier dins l'quémeinée pou complt'mint l'nettier afin que s'patreon i-peut passer.

Ahais, j'oblieos, au patreon des infants, on va devoir aussi inl'ver l'creox qu'i-a su s'capieau pasque ceulle orprésintatieon peut rinte eine masse de gins complèt'mint loleos

I-na pos que l'meot noir qui est asteur mis sous l'éteignoir ! Ch'est l'même pou l'meot "saint", acore ein qui déringe bramint d'gins !

On n'va pus pouvoir l'utiliser et on va devoir tout canger. Cha risque d'faire des confusieons, ces cang'mints d'appellatieons.

Ainsi, in décimpe, tout au début du meos, quançqu'on dira aux p'tits marleots :

"Te deos ête bin sache, m'pétit mimisse, ch'est béteôt l'ortour d'Nicolas"

In intindant cha, beauqueop d'Français, i-veont s'esclamer :

"Vingt milliards, on l'fout à l'huche et i-est acore là !". 

Adeon, comme ave perseonne je n'veux avoir des innuis, j'vas canger m'n'ortographe à partir d'aujord'hui.

A partir d'aujord'hui, quançque m'feimme elle me dit :

"Chéri, on n'ireot pos in vacances in Normandie ?". 

Vous adeveinez quoisqu'asteur j'li répeond :

"Ahais, on passera à Mère in allant au Meont !".

L'ville de Mère, cha vous dit eine séquoi, vous connissez, ch'est là qu'i-a ein parachutisse qui est pindu au clotier et l'Meont, li, i-est au mitan d'la mer... j'sais bin, ch'est pos facile, i-va falloir s'y faire". 

Rien qu'dins no beonne ville de Tournai, i-a bramint d'cosses qui veont ête délommées. Pou aller à l'Hôtel de Ville, on ira tout in héaut de l'rue Martin et ch'est à l'rue Piat qu'à l'Maseon du Pichou areont rindez-vous les paufes gins. A l'rue du Curé Saint-Jacques i-ara l'pus profeond des cang'mints, cha s'ra eine rue sans neom qui erliera désormais l'rue Jacques aux Quate Coins ! Je m'deminde bin queu neom on va trouver pou l'ruelle des Noirets ?

Quand j'dirais à m'feimme qu'on va aller visiter Etienne quançqu'i-f'ra bieau, elle va seûmint pinser qu'on va rinte visite à eine amisse qui ouvreot dins l'temps au Courrier de l'Escaut. 

L'Tour de France in partant d'Lille, passant pa Quentin, va faire étape au Mont Odile et i-feaudra s'habituer, mes gins, in coupe d'Europe d'fotbal d'suife les esploits du Paris Germain.  

Les marchés d'Noë devienn'tent les Plaisirs d'Hiver et pou les vacances comme significatieon on a deonné l'neom des saiseons. De là à vir l'fiête de l'Ascinsieon dev'nir l' jour de l'aérostatieon, l'jour de l'Toussaint s'appeler l'journée des coucoubaques chez les Tournisiens et l'diminche de l'Pint'coute et l'lindi ête l'fiête d'Luminus, Poweo ou à bin acore Engie  (ch'est que vous êtes au courant, si vous avez compris). 

I-d'a à Tournai qui, dins leus écrits ou leus cancheonnes, seont pour les rapproch'mints, ch'est ein vœu pieux, mais i-n'faudreot pos commincher à brader et à oblier d'no cité, l'passé glorieux. Mi, comme tout beon Tournisien, j'sus pou l'aqueul des paufes gins, mais j'n'accepterai jamais qu'ein invité, ein jour, su m'tiête i-s'mette à minger !  

Vife insanne, ch'est des bieaux meots, cha part d'eine beonne intintieon, mais on n'deot pos pou cha accepter d'intierrer nos traditieons. Alors si i-deot vraiment avoir tous ces cang'mints, j'espère tout simplemint qu'on pourra attinte lommint, jusqu'à... l'Glinglin ! 

Comme vous l'veyez, in lisant ceul artique, j'ai les idées... tristes (ouf, j'ai failli caire d'dins) et je m'deminde, alfeos, si j'deos acore m'surlommer l'Optimiste. 

(lexique : eine babillarte : une lettre / printe : prendre / des pinchettes : des pincettes (n'pos ête à printe ave des pinchettes signifie être de très mauvaise humeur) / conte : contre / asteur : maintenant / rimplacher : remplacer / eaute : autre / les racheines : les racines / l'feos : la fois / l'meos : le mois / décimpe : décembre / les rotleots : litttéralement les roitelets, terme qui désigne aussi les petits enfants / asseurer : assurer / vir : voir / pa d'vant : devant / l'life : le livre / pétête : peut-être / nuef chints : neuf cents / les Mauriens : les Maures / eine floppée : une grande quantité / seûr : sûr / canger : changer / quançque : lorsque / caire : tomber / ein ouverrier : un ouvrier / busier : penser / porméner : promener / tertous : tous / les cheonq clotiers : les cinq clochers / quoisque : qu'est-ce que / les lachets : les laçets / l'élestrique : l'électricité / berler : hurler, crier fort / l'momint : le moment / tout d'eine traque : tout d'un coup / l'quémeinée : la cheminée / nettier : nettoyer / oblier : oublier / l'creox : la croix / l'capieau : le chapeau / rinte : rendre / loleo : sot / acore : encore / bramint : beaucoup / des cang'mints : des changements / les marleots : les petits garçons / sache : sage / mimisse : ce mot désigne affectueusement un petit enfant / béteôt : bientôt / l'ortour : le retour / foute à l'huche : mettre à la porte / adeon : donc / ave : avec / adveiner : deviner / eine séquoi : quelque chose / au mitan : au milieu / des cosses : des choses / délommer : dénommer / erlier : relier / queu : quel / ouvrer : travailler / Noë : Noël / les coucoubaques : les crêpes / l'Pint'coute : la Pentecôte / les cancheonnes : les chansons / commincher : commencer / l'aqueul : l'accueil / minger su l'tiête : prendre l'ascendant / vife insanne : vivre ensemble / intierrer : enterrer / lommint : longtemps / l'artique : l'article / alfeos : parfois / surlommer : surnommer).

S.T. novembre 2016.

14:02 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

C'est ridicule cette histoire de Père Fouettard pour faire du politiquement correct. Par ailleurs, je suis allé voir la petite expo Verhaeren, ce qui m'a donné l'occasion de revoir le Musée des Beaux-Arts de Tournai. Merci à toi d'avoir attiré mon attention sur cette expo. Bon week-end Serge.

Écrit par : Un petit Belge | 25/11/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.