05 nov.
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (383)

Au Cabaret de l'rue Blandinoise !

Edmeond et Fifinne, jusqu'à l'sémaine passée, i-n'aveot'ent jamais été au Cabaret. I-z'ont bin été vir l'orvue de l'karmesse mais ch'éteot au temps béni de leu jeonesse.

"Asteur qu'on est v'nu habiter su l'quai, ch'est bin pus facile pou y aller".

Ainsin, Edmeond i-m'a raqueonté, pa l'détal, l'soirée d'saim'di dernier. 

Dins l'rue Blandinoise ave l'Cabaret, on vouleot passer eine beonne soirée !

"Si j'diseos qu'i-aveot là-vas l'grande foule, creos-me, j'te fout'reos des cacoules". Pou ête bin seûr d'ête à l'heure, on est arrivé au Forum à siept heures". 

Pou n'pos s'faire ormarquer, Edmeond i-aveot mis s'nouvelle mareonne et s'bieau mantieau et Ffinne elle aveot queusi s'pus bieau caraqueo et mis ses pinderleots. Mes deux gins i-aveot'ent simplemint oblié ein détal, cha sinteot l'naphtaline tout autour d'eusses dins l'salle. 

"Te n'peux pos imaginer comme cha m'a fait tout dreôle d'ortrouver ceulle salle, ch'est là que j'alleos au cinéma quançque j'éteos jeone, là et, alfeos, au Kursaal. Ch'éteot l'véritape ciné des familes, au moinse, on n'veyeot pos d'films débiles : on alleot vir Tarzan, Laurel et Hardy, Don Camillo ou bin... Bambi".

Dins l'rue Blandinoise, ave l'Cabaret, ch'est d'ein pèlerinache qu'on éteot les invités !

"Te n'vas pos m'acroire, à peine que l'rideau i-aveot été tiré, pa d'vant l'écran bramint d'gins i-ont été mansés. Su des imaches d'NoTélé, on a ortrouvé l'visache d'André, Mossieu Wilbaux, ein des pus inciens du Cabaret que l'matin même on aveot intierré. I-a canté eine dernière feos s'n'amour pou s'vielle cité dont les plaches et les rulettes i-aveot si souvint arpintées. J'ai bin vu qu'Fifinne, elle aveot l'larme à l'ouèl mis j'peux t'avouer qui n'aveot pos qu'elle. J'ai surtout été saisi que, pindant l'prumière partie, les applaudiss'mints i-n'éteot'ent pos fort nourris".

"Et ti, l'Optimisse, quoisque t'as pinsé de ceulle séance d'Cabaret ?".

Dins l'rue Blandinoise, ave l'Cabaret, j'pinseons que j'alleos m'amuser ! 

"Te sais, Edmeond, qu'à l'Royale Compagnie, mi, j'vas, pou ainsi dire, d'puis toudis. Sans ête Mathusalem, j'ai connu Mossieu Charles Maillet, Edmeond Godart, Georges Delcourt et Robert Pollet qui seont asteur tertous au paradis des cancheonniers. J'ai l'ramivrance de m'prumière orvue, ch'est facile, à la Scala et l'tite ch'éteot : "Total, pos d'bile". Adeon, d'ainnée in ainnée, j'peux comparer l'qualité et pou ceulle prestatieon, j'ai ein eu sintimint ein peu particulier. D'puis toudis, les cancheonniers nous intraînent inter rire et braire, i-nous deonnent bin souvint du lari et bramint d'occasieons de nous distraire, mais ceulle feos-chi, i-aveot beauqueop treop d'émotieon à causse, bin seûr, du départ récent d'deux compagnieons. 

I-aveot aussi ein grand absent, grand pa l'tale et mais aussi pa l'talent, j'veux parler de m'n'amisse et visin Christian. Ces derniers meos, i-éteot rintré à l'clinique d'Mouscreon pou faire de s'grande carcasse eine totale révisieon. I-souffreot d'fameux problèmes mécaniques, diseons que s'bassin i-n'éteot pus aussi... élastique. Quançqu'i-alleot pourméner s'tchien, i-alleot d'pus in pus douch'mint. I-a infin pris s'corache à deux mains et i-a décidé d'aller vir l'médecin. I-est ersorti ave deux hanches in titane et asteur, dins l'ruache, tertous, on va l'app'ler Bioman. Pou l'balade ave s'tchien quançqu'i-ara quitté s'maseon, depuis m'saleon, j'vas l'intinte passer l'mur du seon ! Grâce à No Télé qui, su s'lit d'souffrance, l'aveot filmé, s'cancheonne i-a pus quand même nous l'canter. Eine feimme, pos leon d'mi, su l'même ringée, eine cinsière d'Barry, elle a pinsé qu'in direct ch'éteot diffusé, bé ahais, à dix heures au soir, i-a bin lommint qui seont rintrés... les journaleus d'No Télé !".

A l'rue Blandinoise, pou l'Cabaret, l' Prési, ch'est su s'c... qui s'areot traîné !

Edmeond i-éteot bénaisse que Danny Batteauw à Edmeond Roberte rinde ein hommache bin mérité, l'cancheon "Orfroisdiss'mint" nous a rappelé qu'i-y a d'jà trinte ainnées que l'organisse d'Maubray nous a quittés. Quoisque Gérard Plattevoet i-aveot pris comme médicamint pou nous présinter ein parel portrait d'Christine de Lalaing. Pou les ceusses qui veule'tent se souvenir de l'poétique cancheonne d'Bernard Clément, ch'est ein drame pasque les sujets interprétés, on a bieau cacher après, i-n'ont pos été mis dins l'programme. Philippe De Smet nous a fait rêver ave ein pot-pourri des pus bieaux airs au piano et Pascal Winberg nous a décrit l'personnache de s'création qu'i-a surlommé Mado. Les cancheonnes d'Pierre Vanden Broecke, Michel Derache et Jean-Michel Carpentier, même si on les a toutes les treos appréciées, ch'est pos l'programme qui va nous rapp'ler quoisqu'in éteot l'sujet. D'Vincent Braeckelaere, l'tite de l'cancheon on l'a même oblié, quoisque vous voulez, ch'est ainsin si... rien ne vous permet d'vous in rapp'ler. In ravisant l'programme, Edmeond i-a fini pa acroire qu'les sujets i-aveot'ent été queusis l'velle au soir. 

Fifinne elle a surtout aimé l'cancheonne d'Jean-Marc Foucart qui décrit l'régime qui deot faire à causse d'ein infar.

"Ov'là ichi au moinse ein garcheon qui a intindu raiseon. Edmeond te d'vreos printe eximpe su li et à partir d'aujourd'hui t'mette ti aussi à l'ieau d'Vichy".

Edmeond i-n'a pos été déstabilisé et i-li a, du tac au tac, répliqué : 

"Pos pu tard qu'hier, j'ai li su internet ou dins ein journal, qui n'aveot pos pus pollué que l'ieau minérale".

"Bé alors, si ch'est ainsin, i-t'feaut boire d'l'eiau du robinet, les gins d'Ipalle i-dise'tent qu'elle est mille feos contrôlée !".

J'ai sinti que l'tinsieon elle alleot acore meonter quançque j'ai intindu Edmeond mareonner :

"J'espère que l'intracte i-va béteôt arriver pasque j'comminche ichi à m'désséquer".

A l'rue Blandinoise, pou l'Cabaret, j'in pinsé qu'i-z-alleot'ent acore bat'llier.

L'deuxième partie, elle éteot consacrée à ein des piliers du Cabaret, Jean-Pierre Verbeke qui, au printemps dernier, nous a quittés. Su ein documint amateur, on l'a vu canter "l'Temps des Jules", ces marous qui metteot'ent su l'trottoir, des files qu'on app'leot les "libellules". 

Ch'est pétête pasque, du collèche Noter-Dame, on occupeot l'salle, mais, à minuit, on peut dire que l'fin du spectaque elle n'a pos été banale. In pyjama, appuyé su ses cannes, au mitan d'ses compagnieons, l'Présidint Bridoux, comme si i-éteot à Lourdes, i-a fait s'n'apparitieon. L'grand fouteu d'coules, i-nous areot fait acroire à s'n'évasieon et qu'on d'veot seûrmint cacher après li dins les couloirs d'Mouscreon. I-a même d'mindé si i-n'aveot pos eine beonne âme dins l'public pou l'emm'ner, après quate ou chinq pintes au moinse, in auteo, à l'clinique. 

A l'rue Blandinoise, ave l'Cabaret, i-a des miraques qui peuve'tent arriver !

In sortant, on a vu que pou Fifinne i-aveot eine séquoi qui n'tourneot pos reond, i-n'a pos fallu bin lommint pou connaîte l'raiseon de s'déceptieon.

"Mi j'sus orvenue pou vir l'orvue et je n'l'ai pos vue. Ch'est quand même cha qu'i-a fait connaîte l'Cabaret dins... l'meonte intier".

"Holà, i-n'feaut pos exagérer, l'orvue elle a été filmée, dins l'temps, pa la RTB et No Télé et grâce à l'antenne nationale, cha été vu pa les Français d'Cysoing, Bachy ou bin Roubaix. Comme ch'est du picard et qu'i-naveot pos d'problème d'compréhinsieon, i-d'a bramint d'là-vas qui ont pris eine carte d'affiliatieon".

"Bé j'te l'dis, l'Cabaret, i-n'est pus local, i-deot définte eine réputatieon internationale et, du queop, m'questieon elle est acore posée, te sareos dire pourquoi mes gins i-ont laiché caire ce qui a fait leu succès ?".

"L'raiseon, ch'est pos bin leon qu'i-feaut la cacher, asteur, ch'est presque tertous des ortraités. I-feaut comprinte qu'i-n'ont pétête pus l'temps d'répéter, te sais bin que pou ein pinsieonné i-n'a jamais assez d'heures dins eine journée. Ou bin i-feaut trouver dins ceulle histoire, l'fait qu'i-ont l'pépete d'avoir des treos d' mémoire. Mais j'te l'dis, si l'Royale Compagnie elle n'injecte pos du sang nué, à moyen terme, elle est condamnée et les efforts d'Jean-Pierre Verbeke et René Godet, in 1996, pou la sauver, cha n'ara été que du beos d'ralleonche pou eine vingtaine d'ainnées". 

"Ch'est bin triste !" qu'i-a dit Edmeond in guisse d'conclusieon.

A la rue Blandinoise, ave l'Cabaret, les ceusses qui pinseot'ent vir l'orvue i- l'ont été... (d'l'orvue) !

Adeon, à minuit, l'Cabaret i-a pris fin et Edmeond et Fifinne i-seont partis l'main dins la main. I-n'ont pos été dormir tout d'suite in rintrant à leu maseon, i-a acore eu bin d'l'ouvrache pou l'malhureux Edmeond ! Aux pindules, horloches et révels, i-a fallu canger les heures, à treos heures, on d'veot les orculer su deux heures. Comme Fifinne elle respecte toudis les instructieons qu'elle intind à l'radio ou bin à l'télévisieon, Edmeond i-a attindu l'heure fatidique à mitan indormi dins ein fautel du saleon. 

A l'rue Blandinoise, du Cabaret, on orvient alfeos bin fatigué !

Au momint d'ortourner vers m'n'auteo, dins l'noir, j'ai, tout à n'ein queop, gliché et failli caire su l'trottoir. In mi-même, j'ai pinsé : 

"J'ai eu de l'sanche, acore eine de ces maudites fwèles mortes, les gins i-f'reot'ent bin d'balayer pa d'vant leu porte". 

Ch'éteot eine bin mauvaisse appréciatieon, j'l'ai compris in arrivant à m'maseon. J'ai déposé du brin d'tchien pa tierre de l'porte de l'rue jusqu'à l'ceulle du vestiaire. Comme les horloches, on les aveot d'jà cangées, nous eautes, à eine heure au matin, on s'a mis à nettier

Je n'pinseos jamais si bin dire quançque m'feimme j'ai voulu l'faire sourire in disant :

"N't'ins fait pos ave cha, marcher dins du brin d'tchien, m'pétit lapin, cha peut rapporter bramint d'argint". L'dicteon i-dit vrai, i-n'feaut pos que vous in doutiez, j'peux vous l'certifier, on l'a même vérifié. Pos pus tard que l'lind'main au matin, on a trouvé... eine pièche d'vingt cents su l'quémin !. 

A l'rue Blandinoise, ave l'Cabaret, ch'est presqu'au Lotteo qu'on aveot jeué !

(lexique : l'orvue de l'karmesse : la revue de la kermesse. Celle-ci se joua de 1948 à 1982, elle a connu, un tel succès, qu'il y eut jusqu'à une vingtaine de représentations entre le mois de septembre et le mois de novembre. Reprise une première fois en 2008, dans le cadre du centenaire de la société patoisante, elle fut à nouveau abandonnée l'année suivante. Depuis quelques années, comme le phénix, elle semblait renaître de ses cendres même si elle n'était plus à grand spectacle. Hélas, une certaine lassitude au sein de la société semble avoir à nouveau raison d'elle. / l'jeonesse : la jeunesse / asteur : maintenant / ainsin : ainsi / l'détal : le détail / des cacoules : des mensonges / ête seûr : être sûr (être certain) / siept : sept / ormarquer (ou ermarquer) : remarquer / eine mareonne : un pantalon/ queusir : choisir / ein caraqueo : une blouse de femme / des pinderleots : ce mot désignent les bijoux, les pendants d'oreille... / eusses : eux / ceulle : cette / quançque : lorsque / alfeos : parfois / acroire : croire / bramint : beaucoup / ête mansé : avoir la gorge serrée / inciens : anciens / les plaches : les places / les rulettes : les ruelles / l'ouèl : l’œil / quoisque : qu'est-ce que / toudis : toujours / tertous : tous / avoir l'raminvrance : se souvenir / adeon : donc / inter : entre / braire : pleurer / avoir du lari : avoir du plaisir / à causse : à cause / l'tale : la taille /  m'n'amisse : mon ami / ein visin : un voisin / l'tchien : le chien / l'corache : le courage / ersorti (ou orsorti) : ressorti / l'ruache : la reu, le quartier / intinte : entendre / l'cancheonne (ou l'cancheon) : la chanson / canter : chanter / pos leon : pas loin / les journaleus : les journalistes / ête bénaisse : être content / orfroidiss'mint : refroidissement / parel : pareil / cacher : chercher / surlommer : surnommer / l'tite : le titre / raviser (ou orwettier) : regarder / l'velle : la veille / au moinse : au moins / ein garcheon : un garçon / printe eximpe : prendre exemple / mareonner : bougonner / béteôt : bientôt / commincher : commencer / désséquer : dessécher / batt'lier : se batailler, se battre / les marous : les mâles, coureurs de femmes / des files : des filles / pétête : peut-être / L'collèche : le collège / l'spectaque : le spectacle / au mitan : au milieu / ein fouteu d'coules : personne qui raconte des histoire / quate ou chinq : quatre ou cinq / ein miraque : un miracle / eine séquoi : quelque chose / l'meonte : le monte / là-vas : là-bas / définte : défendre / du queop : du coup / laicher caire : laisser tomber / avoir l'pépète : avoir peur/ des tréos : des trous / nué : neuf / du beos : du bois / in guisse : en guise / vir : voir / l'ouvrache : le travail / canger : changer / orculer (ou erculer) : reculer / tout à n'in queop : tout à coup / glicher : glisser / avoir de l'sanche : avoir de la chance / eine fwèle (ou eine fouèle) : une feuille / pa d'vant : devant / du brin d'tchien : des déjections canines / pa tierre : à terre / nettier : nettoyer / eine pièche : une pièce / l'quémin : le chemin / jeuer : jouer).

S.T. novembre.

11:38 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bon week-end Serge! Et pour rebondir sur l'article précédent, bon courage lors des travaux du carrefour près des Bastions. Ca va pas être la joie...

Écrit par : Un petit Belge | 05/11/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.