28 oct.
2016

19:45

Tournai : expressions tournaisiennes (382)

Toussaint .

I-a pos à dire, au prope comme au figuré, ov'là l'période l'pus seombre d'l'ainnée. Comme saim'di on va canger les heures, du jour au lind'main, i-f'ra presque noir à chinq heures. In puque, pa d'épais neuaches l'ciel i-est tell'mint incombré qu'on s'deminde alfeos si l'solel au matin i-s'est bin l'vé. 

Jeudi, ch'est au chim'tière qu'Edmeond i-a passé s'journée pasque, Fifinne li a rappelé que, pou l'Toussaint, les teombes i-doive'tent ête nettiées. Au matin, quançque l'gardien i-les a vu passer pa d'vant s'cagibi, i-s'a orlevé de s'cayère et les a orwettiés ave ein air ébeubi. Dins chaque main, Edmeond i-t'neot ein séeau pou li aller, tous les chinq minutes, querre d'l'ieau. S'feimme elle porteot eine brouche, eine raclette et l'loque à r'loqu'ter. J'vous intinds d'jà :

"M'n'heomme, ch'est ein fate, i-n'est pos gêné, ch'est s'feimme qu'i-a l'pus lourd à porter !".

Ahais, mais dins ses séeaux, i-aveot aussi l'bideon d'ieau d'Javel, eine paire de fouffes et eine pétite pelle.

In sortant de s'cagibi, l'concierche i-a dit :

"Bé cha alors... je n'creos pos c'que j'veos, ainsin à vo n'âches, vous ouvrez acore tous les deux pou eine société d'nettiache !".

Ch'n'éteot ni l'indreot, ni l'jour pou commincher ainsin à faire d'l'humour. 

In arrivant pa d'vant l'concessieon, i-ont mis au point l'organisatieon. Edmeond i-a qu'minché pa cacher après ein robinet. I-a pos d'problème, pou cha, on n'sareot vraimint pos s'treomper, ch'est toudis au pus leon qu'on est qu'on les a plachés

I-a mis m'séeau pa d'zous avant d'ouvère l'robinet et... ch'est ein p'tit pipi d'osieau qui s'a mis à couler. Pou rimplir ein prumier seéau d'dix lites, i-li a fallu si lommint que s'feimme elle pinseot qu'i-teneot l'crachoir ave quéqu'ein. Au momint d'canger d'seéau, l'pressieon elle est orvenue tout d'eine, l'malhureux i-a été spité des pieds jusqu'à l'boudaine. Contrair'mint à c'qu'i-pinseot, s'quémin d'creox i-n'éteot pos terminé, in orvenant, à causse du poids, i-a tell'mint tranné qu'i-a foutu d'lieau plein ses pieds.

In l'veyant infin orvenir, Fifinne elle n'a pos pus s'impêcher d'dire :

"Mo bé, l'ieau, t'as été l'querre à l'Esqueaut qu'i-t'a fallu si lommint"

"Ahais, et ravise l'meilleu, j'sus acore tout cru pasque j'sus cait d'dins".

Ch'n'éteot ni l'indreot, ni l'jour pou commincher ainsin à faire d'l'humour.

S'feimme elle li a alors deonné ein consel :

"Te vas rétinte su l'pierre ein peu d'ieau d'Javel".

L'albran i-a pris l'bideon et i-s'a mis à tout arroser. 

"Mais, vingt bougres, espèce d'inf'nouillé, ravise ce qu'te fais, t'in as foutu plein tes sorlets, acore hureux que ceulle paire elle est presque usée. T'iras vir l'choumaque de l'sémaine et te li acateras eine paire de botteines. Va erquerre d'l'ieau pou mi rincer, l'pierre elle est d'jà in train d'canger".

D'ein pas lent, l'ov'là parti ave ses deux séeaux pou rapporter à s'feimme eine dizaine d'lites d'ieau.

Mo bé, i-falleot vir quançqu'i-est arrivé au robinet, on f'seot l'file acore pire qu'à la caisse du GB. In li-même Edmeond i-a pinsé :

"Au moinse ichi, i-n'ara pos d'surprisse pasqu'i-a pos d'micreo, on n'risque pos d'intinte dire au responsape des cauchettes qu'i-est attindu à l'caisse treos. On n'va pos s'in faire, on va attinte bin à s'n'aisse, ichi ch'n'est pos comme à l'caisse. Neon... mais quançque l'pétit garcheon qui preneot d'l'ieau i-a crié à s'mofrère d'ramener deux eautes séeaux, là, i-a bin cru qu'i-alleot dev'nir seot".

"Ermute ein queop, espèce de traîneu, des teombes à faire, on d'a acore deux".

Ahais, Fifinne comminche toudis pa l'monumint de s'mopère et de s'mamère, puis elle va au ceu de s'moneonque et de s'matante et elle finit pa s'gramère et pépère.

Ceulle de s'moneonque, ch'est l'pus leonque à faire, tellm'int i-a des plaques d'souvenirs su l'pierre. L'plaque mise pa les Joyeux Coulonneus et ceulle du club d'jeu d'fier, l'plaque de l'chorale dusqu'i-éteot canteu et ceulle des navetteus du qu'min d'fier, i-a aussi eine plaque de s'nièche et, tout au feond, eine statue de l'Vierche. Après les avoir, eine à eine, ortirées pou les nettier, Fifinnne elle passe les lettes dorées au Sidol pou les faire blinquer. Eine plache pou chaque cosse et chaque cosse à s'plache, Fifinne elle ormet ave précautieon tout in plache. 

Edmeond, pindant c'temps-là, i-a intamé l'conversatieon ave l'gardénier, d'puis l'matin, l'heomme i-éteot occupé à sarquéler les allées.

"J'veos qu'vous avez ichi eine masse d'ouvrache pou l'Toussaint surtout que les mauvaisses hierpes on les a pou rien".

"N'm'in parlez pos, d'puis que l'imploi des pesticides i-a été interdit, ch'est eine véritape forêt vierche qui pousse ichi. Inter les monumints i-a des pichoulits, des grands cardeons et des orties et ave cha... l'lierre, i-queure su toutes les pierres. Mossieu Jacky Legge i-a même d'mindé d'décafoter l'monumint d'Jean Noté. Li qu'i-aveot si bin canté "l'Crédeo du Paysan", i-aveot l'impressieon d'ête au mitan de l'nature, ravisant, au leon, les camps. A ceulle époque d'l'ainnée, on d'vreot faire venir ouvrer tous mes gins qui ont eu eine parelle idée. D'tous ces bobeos, j'voudreos bin aller vir l'gardin, j'sus à peu près seûr qu'i-n'mettent jamais ein pied d'dins. Ave eusses, on va béteôt ortourner au Moyen-Ache et devoir tout saquer à l'main".

Edmeond i-alleot commincher à parler du CETA quançque s'feimme elle a mis le holà.

"Va querre acore ein peu d'ieau au robinet, l'pus proche i-est au chim'tière des Inglais".

Hureus'mint que l'brafe ouverrier i-l'a arrêté sineon i-areot mis eine demi-heure pou li aller.

"Vous veyez ceulle pleureusse su ein monumint, bé, l'robinet d'ieau i-est jusse au bord du qu'min".

I-n'aveot perseonne près du robinet quançque, près de l'brayousse, i-est arrivé. Comme i-aveot de l'pressieon, cha n'a pos été leong

Quançqu'elle l'a vu, Fifinne n'in creoyeot ses is, i-éteot d'jà orvenu à peine qu'i-éteot parti.

In constatant l'surprisse de s'moitié, Edmeond i-a jeué l'grand Mimile, i-a voulu l'épater comme au temps qu'elle éteot jeone file.

"Asteur, feimme, te m'appelleras l'Lucky Luke d'Mulette, l'heomme qui va pus vite à pied qu'à mobylette".

"Vas-y Lucky Luke, t'as ein minute pou ramasser tes seéaux, l'brouche et l'pétite pelle et aller tout déposer, à deux chints mètes, su l'teombe d'gramère Adèle".

Ch'n'éteot ni l'indreot, ni l'jour pour commincher ainsin à faire d'l'humour. 

Au soir, Lucky Luke i-aveot bin mal à s'deos, on areot dit qu'i-éteot cait in bas de s'quévieau

"Bé, Fifinne, j'préfère quançque te fais t'buée, là au moinse, je n'sus pos aussi fatigué".

Mais Ma Dalton, elle li a répliqué :

"Cha bin seûr, attablé au cabaret, te n'risques pos d'attraper un abcès ! Mardi, on ira querre les potées que j'ai commindées, i-d'a siept mais, n't'in fais pos, j'vas t'aider à les porter. D'ichi à là, te t's'ras bin orposé pasque, diminche, les pindules on va les ortarder".

J'oblie d'vous dire que Fifinne elle est stricte su les recommindatieons, elle acoute toudis ce qu'on raqueonte à l'télévisieon et ch'est ainsin qu'elle va dérévier s'n'heomme à treos heures au matin pou li faire canger toutes les horloches de l'appartemint ! 

"A propeos, Fifinne, quoisque j'fais pou les pindules, je n'sais pus, j'les avanche ou j'les orcule".

"In octope t'orcules les aiwilles et te les avanches au meos d'avril, milliards, ch'est pourtant facile, pou n'pos comprinte cha i-feaut ête l'dernier des imbéciles". 

"L'dernier des imbéciles, cause toudis m'pétite file. Ch'est pou cha qu'in bieau jour, on d'veot aller minger, l'diminche à midi, chez t'mamère, comme elle aveot mis l'poulet à cuire à onze heures (incienne heure), quançque qu'on est arrivé à midi et d'mi (nouvelle heure), l'roi de l'basse-cour i-éteot archi-cuit, les penn'tieres i-éteot'ent éboulées et les p'tis peos estra-fins tout orséqués".

Ch'n'éteot ni l'indreot, ni l'jour pou commincher ainsin à faire d'l'humour. 

"Ch'est seûrmint acore ein viéreu qui a rêvé du cangm'int d'heure ? Bé, mes gins ch'est vraimint des osieaux d'malheur. Pou faire des écolomies et protéger l'invironn'mint, i-faudreot trouver des gins ein p'tit queop pus malins".

Su l'écologie, je n'partache pos toudis les idées d'Edmeond mais i-feaut bien admette qu'alfeos i-a raiseon ! Quançqu'on parle de l'polutieon, on parle toudis de l'circulatieon mais jamais des avieons, on interdit d'faire du feu dins l'gardin mais pindant c'temps là les quémeinées d'usines cha feume tout plein. Te n'peux pus, su t'terrain, in'lver les arpes que te veux mais in Amazonie, ch'est toute l'forêt qu'on détruit ave l'feu... Comminche d'bord pa comprinte tout cha et après te liras les seize chints paches de l'accord du Ceta. Si te n'cais pos indormi, ch'est que te souffères d'riches insomnies. 

Infin, ch'n'est ni l'indreot, ni l'jour pou commincher ainsin à faire d' l'humour. 

I-a pos à dire, au prope comme au figuré, pou Edmeond, ov'là aussi l'période l'pus seombre d'l'ainnée.

(lexique : ov'là : voilà / saim'di : samedi / canger : changer / in puque : de plus / les neuaches : les nuages / alfeos : parfois / l'chim'tière : le cimetière / pasque : parce que / nettier : nettoyer / quançque : lorsque / pa d'vant : par-devant / orlever : relever / l'cayère : la chaise / orwetttier (ou raviser) : regarder / ébeubi : stupéfait, extrêmement étonné, interdit / ein séeau : un seau / querre : chercher / eine brouche : une brosse / eine loque à r'loqu'ter : une serpillière / ein fate : un paresseux / des fouffes : des chiffons / l'âche : l'âge / l'nettiache : le nettoyage / l'indreot : l'endroit / commincher (ou qu'mincher : commencer) / cacher après : chercher / toudis : toujours / au plus leon : au plus loin / plaché : placé / pa d'zous : par-dessous / ouvère : ouvrir / ein osieau : un oiseau / prumier : premier / lommint : longtemps / tenir l'crachoir : parler sans laisser placer un mot à l'interlocuteur / quéqu'ein : quelqu'un / tout d'eine : d'un seul coup / spiter : éclabousser / l'boudaine : le ventre, la bedaine / l'quémin d'creox : le chemin de croix / à causse : à cause / tranner : trembler / ahais : oui / raviser (ou orwettier) : regarder / caire : tomber / rétinte : rétendre / l'albran : mot utilisé ici pour désigner un mauvais ouvrier signifie également garnement / ein inf'nouillé : un empoté / les sorlets : les souliers / ceulle : cette / l'choumaque : le cordonnier / acater : acheter / des botteines : des bottines / erquerre : rechercher (dans le sens d'aller chercher à nouveau) / les cauchettes : les chaussettes / treos : trois / à s'n'aisse : à son aise / l'garcheon : le garçon / l'mofrère : le frère / seot : sot / ermute ein queop : remue toi un peu / un traîneu : un traînard / s'mopère : son père / s'mamère : sa mère / au ceu : à celui / s'moneonque : son oncle / s'matante : sa tante / s'gramère : sa grand-mère / leonque : longue / les coulonneus : les adeptes de concours de pigeons / ceulle : cette / l'canteu : le chanteur / le qu'min d'fier : le chemin de fer / l'nièche : la nièce / faire blinquer : faire briller / eine cosse : une chose / ormette : remettre / l'gardénier : le jardinier / sarquéler : sarcler, enlever les mauvaises herbes / les hierpes : les herbes / les pichoulits : les pissenlits / les cardeons : les chardons / queurir : courir / décafoter : nettoyer en profondeur, écaler / au mitan : au milieu / au leon : au loin / les camps : les champs / ouvrer : travailler / parel : pareil / l'gardin : le jardin / ête seûr : être sûr / eusses : eux / béteôt : bientôt / saquer : tirer / l'ouverrier : l'ouvrier / eine pleureusse : une pleureuse / jusse : juste / eine brayousse : une pleurnicharde / leong : long / les is : les yeux / jeuer : jouer / jeone file : jeune fille / asteur : maintenant / Mulette : nom donné au cimetière du Sud, serait le nom de la première personne qui y fut inhumée / chints : cents / l'deos : le dos / l'quévieau : le cheval / l'buée : la lessive / les potées : les plantes en pot (à cette période de l'année : les chrysanthèmes)  / siept : sept / ortarder : retarder / acouter : écouter / dérévier : réveiller / avancher : avancer / orculer : reculer / octope : octobre / les aiwilles : les aiguilles / comprinte : comprendre / les penn'tières  : les pommes de terre / éboulées : démêlées / orséqué : desséché / ein viéreu : un grincheux / l'cang'mint : le changement / les écolomies : les économies / les quémeinées : les cheminées / feumer : fumer / les arpes : les arbres / les paches : les pages / souffère : souffrir).

S.T. octobre 2016 

19:45 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

27 oct.
2016

13:36

Tournai : le coeur de la Wallonie picarde (4)

Tourisme en Wallonie picarde.

En pleine reconversion industrielle, la Wallonie picarde possède un atout qui fut trop rarement exploité par le passé : le tourisme. Ses sites naturels exceptionnels, son patrimoine architectural et son folklore sont parmi les plus riches et les plus intéressants et l'inscription de nombreux éléments au patrimoine mondial de l'Unesco en est une preuve supplémentaire.

Pour le visiteur soucieux de découvrir les richesses de notre région, il est possible de consacrer une année complète de balades, tant le programme culturel et festif qui s'offre à lui est copieux. Il suffit de passer en revue ce que proposent les 23 communes composant notre Wallonie picarde.

Antoing.

Cette petite ville située à cinq kilomètres de Tournai, regroupe les anciennes communes de Maubray, Péronnes-les-Antoing, Fontenoy, Bruyelle et Calonne. C'est le cœur du bassin carrier du Tournaisis.

La ville est dominée par le donjon du château des Princes de Ligne bâti au XIIème siècle par un des seigneurs d'Antoing. Suite à la mort d'Hugues V d'Antoing à la bataille des Eperons d'Or, sans héritier, le château passa dans la famille de Melun et bien plus tard, par successions et mariages, à la famille des princes de Ligne. 

Antoing le château (1).JPG

La cité, entourée de carrières, est appelée "la capitale du Pays Blanc" et d'anciens fours à chaux du XIXe siècle se visitent régulièrement : le four "Saint-André" et le four "Soufflet-Leblond".

Le Musée de la Pierre est actuellement en cours de réaménagement.

Le parc archéologique avec son Tumulus à tambour et enclos funéraire nous font remonter aux premiers siècles de notre ère. Il s'élève au lieu-dit "Guéronde".

Jouxtant Antoing, le village de Péronne-les-Antoing est connu, de part et d'autre de la frontière, pour son vaste plan d'eau de 45 ha situé au confluent du canal Péronne-Blaton-Nimy et de l'Escaut. Réalisé au cours des années soixante, il possède, à chaque extrémité, une écluse permettant à la navigation de franchir un dénivelé de 18 mètres. Bien nommé, "le Grand Large", grâce au centre Adeps, est le rendez-vous idéal pour la pratique des sports nautiques et l'apprentissage de la voile mais aussi pour la pêche, les balades nature à pied, à vélo ou en V.T.T. ou le pique-nique au bord de l'eau.

Le nom du village de Fontenoy apparaît dans tous les livres d'Histoire. C'est là en effet que se déroula la célèbre bataille du 11 mai 1745 sous les yeux du roi de France Louis XV et de son fils, le Dauphin. Les troupes françaises du Maréchal Maurice de Saxe combattirent celles du duc de Cumberland, à la tête d'une coalition d'Anglo-Hanovriens et de Hollandais. La France y remporta la victoire mais le prix en vies humaines fut important : les Français ont perdu entre 7.000 et 7.500 hommes, les troupes du duc de Cumberland plus de 13.000 !

Au sein du village, on peut découvrir "la Vierge" offerte par Louis XV pour remercier les habitants d'avoir inhumé les corps des soldats, la "Croix celtique" offerte par les comtés irlandais de Dublin, Londres et New-York, inaugurée le 25 août 1907, un mémorial-ossuaire et différentes plaques commémoratives.

Sur une colline du village de Maubray se dresse le moulin du Maugré. Suite au film tourné en ce lieu, il y a une quarantaine d'années, le village peut se targuer du titre de "capitale du Maugré" ou haine de cense. 

Au chapitre des festivités notons qu'à Antoing, chaque année, le 3ème dimanche de septembre, le site de Saint-Druon accueille la "Fête des Courges" qui en était à sa 14ème édition en 2016. Organisée par L’ASBL "Les jardins biologiques du Hainaut", cette manifestation qui attire des milliers de visiteurs venus de Belgique et de France, amoureux de cette cucurbitacée, transforme, le temps d'un week-end, la capitale du pays Blanc en "Capitale wallonne du Potiron".

Ath.

"Ath, c'est Géant", ces mots interpellent et peuvent même paraître audacieux pour ceux et celles qui ne connaissent pas cette cité, aussi appelée "la Capitale du pays Vert", située à trente kilomètres de Tournai.

Il n'est pas présomptueux de déclarer que la réputation de cette ville de 29.000 habitants a dépassé depuis bien longtemps les frontières et est notamment connue aux Etats-Unis en raison, non seulement, de la présence, à quelques kilomètres, des installations du Shape mais surtout à cause de son cortège des Géants qui se déroule le 4ème dimanche d’août. Depuis 2005, cet événement exceptionnel est, en effet, repris comme chef-d'oeuvre du patrimoine oral et immatériel de l'Humanité par l'Unesco. Des milliers de personnes assistent, dès le samedi après-midi, au mariage du géant Goliath (Gouyasse en patois local) avec Madame Gouyasse en l'église Saint-Julien, un édifice religieux construit à la fin du XIVème siècle. Ce dernier abrite "el grosse cloque" (la grosse cloche) qui sonne pour l'ouverture de la ducasse, le samedi midi. 

Le mariage terminé, la foule se déplace vers la Grand-Place, face à d'l'Hôtel de Ville, pour vivre le combat entre le berger David, un rôle tenu par un jeune enfant de la cité et le Géant philistin. Une légende raconte que si l'enfant parvient à placer une balle dans la petite ouverture pratiquée dans le géant pour permettre au porteur de se guider, il y aura du bonheur à Ath pendant toute l'année. Le contraire ne se vérifie heureusement pas !

Le lendemain, le cortège va parcourir deux fois les rues de la ville, en matinée et durant l'après-midi, entre deux rangées compactes de spectateurs venus souvent de très loin. C'est durant la ducasse qu'on déguste la célèbre "tarte à mastelles" que les vrais athois accompagnent d'un verre de vin de Bourgogne ou... d'une bière de la Brasserie des Géants.  

Une promenade dans la cité des géants permettra aux visiteurs de constater que les Athois vouent une véritable admiration à leurs "postures" comme ils les appellent (Samson, l'Aigle à deux têtes, Mam'zelle Victoire, le cheval Bayard, Ambiorix, Goliath et Madame Goliath). Commerces, restaurants, cafés portent bien souvent des enseignes à leur effigie ou à leur nom. 

La "Maison des Géants" est LE musée à visiter en premier lieu lorsqu'on arrive dans cette cité située au confluent des deux Dendres. On le trouve à la rue de Pintamont, juste à côté du syndicat d'initiative, dans le château Cambier. On ne manquera pas de visiter également "l'espace gallo-romain" qui se trouve dans les bâtiments de l'ancienne Académie de dessin.

Au cœur de la ville, on découvre encore :

une grand-place possédant des bâtiments remarquables comme la "Grand-Garde" qui fut jadis la halle des bouchers, l'Hôtel de Ville ou la Maison espagnole de 1564.

la "Tour Burban", donjon anglo-normand du XIIème siècle, construction carrée de vingt mètres de hauteur et de 14 mètres de côté, possédant des murs de quatre mètres d'épaisseur,

la Salle des Fête, "le Palace", le centre culturel local, immeuble de style art-nouveau,

l'Hôpital et la chapelle Saint-Jacques, ancien gîte pour les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle,

le "château Bourlu", jadis hôtel de maître, abritant aujourd'hui la Justice de Paix.

Parmi les villages rattachés à Ath, celui de Mainvault est connu pour son calvaire du sculpteur sonégien J.J. Bottemane qui vécut au XVIIIème siècle. Il représente une mise au tombeau comme on en érigeait un peu partout en France dans le courant du XIVe siècle. 

Ath est un pays de moulins, on peut encore en voir trois dans le centre ville, on s'arrêtera donc aussi à Moulbaix pour voir le "Moulin de la Marquise" mis en activité en 1752, toujours opérationnel et à Ostiche pour découvrir le "Blanc Moulin" restauré au XXème siècle, tirant son nom de ses murs de briques badigeonnés à la chaux.  

Votre promenade vous emmènera probablement dans les 15 autres villages également rattachés à la cité d'Gouyasse !.

(sources : recherches personnelles - site des villes d'Antoing et Ath).

photos : transmises par D. Glissoux que je remercie

S.T. octobre 2016.

24 oct.
2016

13:36

Tournai : le cœur de la Wallonie picarde (3)

Voici le troisième volet de cette étude de découverte de la Wallonie picarde. Après les chapitres consacrés à la population, au logement, aux soins de santé et à l'enseignement, nous développons trois thèmes interactifs de l'économie : l'emploi, le chômage et le revenu moyen par habitant.

L'emploi.

Les dernières statistiques de 2014 renseignent que la Wallonie picarde compte 101.616 travailleurs salariés et 29.528 travailleurs indépendants. 78,8% de la population active travaillent dans le secteur tertiaire (services et secteur non-marchand), 20,9 % dans le secondaire (industrie) et 0,3% seulement dans le primaire (agriculture). Le taux d'emploi est de 58,6%, un chiffre supérieur à celui du Hainaut (53,6%) ou de la Wallonie (56,6%) mais inférieur au chiffre national (61,1%).

Peu à peu, les emplois sont centralisés dans des zones aménagées par les deux intercommunales : Ideta (Tournai-Ath) et IEG (Mouscron-Comines). Ces zones d'activités représentent 17,5% de l'emploi total du territoire. On les trouve principalement à Tournai-Ouest, Mouscron, Comines, Ath, Ghislenghien, Lessines, Péruwelz (site Polaris), Leuze-en-Hainaut, Bernissart et Frasnes. Une de ces zones a également fait récemment son apparition à Pecq, le long de l'Escaut (au lieu dit, quai Batindus). 

Les travailleurs se répartissent entre 46,1% d'employés, 37,8% d'ouvriers et 16,1% de fonctionnaires. L'enseignement, les Administrations communales et CPAS et les activités médico-sociales et sociales avec hébergement sont parmi les plus grands pourvoyeurs d'emplois de Wallonie picarde. 

Dans le secteur privé, citons le groupe pharmaceutique Baxter-Travenol à Lessines (près de 2.200 emplois), McBride à Estaimpuis (980), Valéo-Vision (977) et Waldico à Ghislenghien (+ de 600), Lutosa à Leuze-en-Hainaut (690 emplois), le secteur carrier du Tournaisis (près de 600 emplois), Cofidis à Orcq (388), Konvert Intérim à Tournai (360) les transports Fockedey à Leuze-en-Hainaut (+ de 350 emplois) ou encore le groupe Dufour-Cogétrina (près de 200 emplois à Tournai).

Un bel exemple de reconversion réussie est celui intervenu à Frasnes-les-Anvaing. Il y a quelques années, la sucrerie a fermé ses portes dans le cadre de la rationalisation du secteur sucrier. Le site assaini, de nombreuses petites entreprises y ont pris place et 135 emplois ont été créés, soit un peu plus que ce qu'offrait la sucrerie jadis. 

Ayant perdu son secteur textile employant des milliers d'ouvriers et employés, ayant vu disparaître des centaines d'emplois dans la sidérurgie (Meura et Carton à Tournai notamment), dans l'imprimerie (Gédit, Casterman), dans le secteur bancaire (ING, BNP Paribas, Crédit du Nord Belge, Banque Nationale...) suite à la fermeture de leurs sièges tournaisiens et de la plupart des agences rurales, la Wallonie picarde se reconvertit peu à peu grâce à la création de petites et moyennes entreprises, parfois plus stables que les grandes multinationales, championnes des délocalisations. Elle se tourne désormais vers les secteurs d'avenir représentés par l'informatique et la haute technicité. 

Créé il y a une vingtaine d'années et en constante évolution, le parc Pairi-Daiza, à Cambron Casteau, offre 250 emplois. 

Depuis près de quarante ans, on a vu apparaître de vastes zones commerciales édifiées dans les faubourgs des cités et regroupant différents magasins sous la forme de grandes et moyennes surfaces. C'est le cas de Tournai-Froyennes et Tournai-Bastions, de la zone commerciale des Dauphins à Mouscron, de celle du Quevaucamps entre Dottignies et Estaimpuis... Une zone similaire souhaiterait s'implanter à Marcq (Enghien) au grand dam des habitants du quartier qui y voient une perte de tranquillité et une augmentation de l'insécurité résultant d'une circulation accrue dans ce quartier à caractère rurale. Ath a préféré faire confiance à son commerce local situé dans son centre-ville. Du coup, ce dernier est sans doute le plus attractif de toutes les villes de Wallonie picarde.

Dans les périodes de crises comme celle que nous connaissons actuellement, les décideurs politiques ont tendance à multiplier ces zones tentaculaires en espérant y créer de nombreux emplois nouveaux. Le résultat, hélas, n'est parfois pas à la hauteur des espérances et il se fait presque toujours au détriment du commerce intra-muros. Quelles sont les raisons qui font qu'ils ne changent pas d'avis ? "Errare humanum est, perserverare diabolicum !".  

Le chômage.

En juin 2015, le taux de chômage s'élevait en Wallonie picarde à 13,3%, c'est mieux que dans le Hainaut (15,7%), à peine inférieur au taux de la Wallonie (13,4%) mais nettement moins bien que celui de la Belgique (9,5%) où le taux est tiré vers le bas par une Flandre qui offre encore de nombreuses possibilités d'emplois. Déplorons à ce sujet, l'extrême frilosité des habitants de Wallonie picarde qui ne profitent pas de ces offres d'emplois flamandes vacantes et les laissent à des travailleurs français plus dynamiques et plus mobiles. Doit-on redouter chez certains habitants de la région une culture du chômage bien enracinée ou un caractère casanier digne des époques révolues ?

Les demandeurs d'emplois inoccupés âgés de moins de 25 ans représentent 23% du total, le Hainaut avec 21,9% et la Wallonie avec 20,3%  font mieux que notre région. 

Les demandeurs d'emplois de plus de 50 ans représentent 26,7% (24,8% en Hainaut et 25,5% en Wallonie). Ces chiffres ont très probablement été influencés par les nombreuses pertes d'emplois enregistrées ces dernières années dans les secteurs de l'imprimerie, des banques et de la Vente par Correspondance qui se séparent en priorité du personnel plus âgé et redéploient les plus jeunes vers d'autres régions. 

Nous allons rapidement aborder le problème de la Mobilité. 67,5% des travailleurs résidant dans une des communes de la Wallonie picarde sortent de celle-ci pour travailler. On trouve les travailleurs les plus mobiles au Mont-de-l'Enclus, la plupart sont occupés en Flandre et le long des axes Jurbise-Lens-Chièvres (ils se déplacent vers Mons) ou d'Ath-Silly-Enghien (vers Bruxelles).

Un des fleurons de la Wallonie picarde est le secteur brassicole. Quinze brasseries y sont établies, ce qui représente pas moins de 10% du secteur brassicole belge.

Autres secteurs spécifiques : les pépinières. Le village de Lesdain (commune de Brunehaut) est la capitale wallonne des pépinières avec ses 240 hectares de production (soit 50% de la superficie totale des pépinières wallonnes). 

Le revenu moyen par habitant.

On détermine le niveau de richesse d'une région en étudiant le revenu moyen par habitant. Le niveau moyen par déclaration est 28.116 euros. Il est supérieur de 1.392 euros à celui de la province du Hainaut. il est inférieur de 678 euros à celui de la Wallonie et de 2.524 Euros par rapport à la moyenne nationale (ce chiffre étant tiré vers le haut par la région bruxelloise, les provinces de Brabant flamand et wallon et certaines régions de Flandre). 

Les revenus moyens les plus élevés sont enregistrés dans les communes de Silly-Enghien, Mont de l'Enclus et Chièvres (on y voit l'influence des emplois exercés à Bruxelles, en Flandre ou dans la région montoise). A Silly et Enghien, ils sont mêmes supérieurs à celui de la Flandre. Les extrêmes : 12,6% des habitants renseignent des revenus supérieurs à 50.000 euros/an et 13,9% des revenus inférieurs à 10.000 euros.

Il existe une richesse en Wallonie picarde qui commence, peu à peu, à être exploitée mais qui peut encore se développer si nos décideurs économiques et politiques font un effort de communication.

(à suivre)

(sources : "Atlas socio-économique de Wallonie picarde" -2e édition 2016 édité par Wapi25 - presse régionale et recherches personnelles).

S.T. octobre 2016

21 oct.
2016

16:48

Tournai : expressions tournaisiennes (381)

Erpasser et nettier !

Comme on l'a vu, i-a fallu toute eine journée pou Fifinne faire s'buée et mette l'linche à séquer. Mais comme l'saveot bin, l'paufe Edmeond, s'calvaire i-n'éteot pos fini in rintrant à l'maseon. I-vouleot vir l'match d'fotbal à l'télé mais ch'est dins s'lit qu'à huit heures i-s'a ortrouvé.

"J'ai mis seonner l'horloche à six heures au matin pasque su l'planque i-a acore bin du pain !". 

Ov'là les meots qu'a dit Fifinne à s'mari tout in li souhaitant eine beonne nuit.

"Vingt milliards, l'café ch'est du passe-toutoute, quoisque t'as fait, ch'est eine jatte d'chirloute" qui a dit Edmeond, tout d'eine, in mettant du bure su ses tarteines.

"Au moinse, ave cha, te n's'ras pos débalté, quançque j'orpasse te m'fais toudis bisquer".

"Eh bé... hureus'mint que ch'n'est pos tous les jours que te deos orpasser sineon j'pinse qu'i-a bin lommint que j'areos divorcé !".

"Bé t'es toudis dins mes gampes, espèce de colas, va faire eine pourménate, l'temps pus vite i-pass'ra".

Edmeond i-a pris s'feimme au meot et i-a mis s'jupeon su s'deos

"Avant d'partir, j'vas t'deonner ein consel, comme je n's'rai pos ichi, n'mets pos t'planque à orpasser sous l'détecteur d'incendie. Rappelle-te que l'jour dusque t'as fait des bananes flambées, les visins i-seont v'nus d'minder s'i-falleot app'lé les peompiers". 

"Bé cha alors, on peut dire, m'comarate, que t'as ein riche toupet, pa d'zeur l'cusinière, l'détecteur ch'est ti qu'i-l'aveot plaché. Comme à l'habitude t'as fait du bricolache et on a foutu l'pépette à tout l'ruache".  

"J'n'ai jamais pinsé que quançque t'alleos faire à minger, cha alleot faire eine parelle feumée".

"Ch'est pos grafe, on ming'ras des plats freods à partir d'asteur et je n's'rai pus pa d'vant mes casseroles pindant des heures et des heures".

"Des plats freods, des plats freods, ov'là tout d'suite les grands meots !".

Comme cha sinteot l'roussi, l'heomme i-est parti. 

Ov'là pourquoi, su l'quai, j'ai rincontré l'amisse Edmeond qui v'neot tout jusse d'sortir de l'maseon".

Quançque Fifinne elle fait s'buée ou bin qu'elle comminche à orpasser, s'mari i-est toudis décholé, ch'est ainsin d'puis d'z'ainnées. Comme i-n'aveot pos beauqueop invie d'treondler, on a été boire eine pinte (eine à l'feos) au cabaret. 

Pa l'cassis, on veyeot circuler les passants, des jeones, des vieux, des p'tits et des grands. Edmeond s'ortourna vers mi et m'dit ave philosophie :

"Quançque te veos c'qui passe dins l'rue Royale, pou ti vir des gugusses, i-n'feaut pus attinte l'carnaval. Ch'est ave des véritapes fouffes qui seont asteur accoutrés, ravise, toutes les files pormène'tent ave des mareonnes troées. I-feaut acroire que ch'est Halloween tout au leong d'eine ainnée. Si cha cait pou eine feos canger, l'trinte-et-ein octope, i-veaut devoir sortir indiminchées. I-areot fait beon que j'sorte ainsin de m'maseon. Mes parints i-n'aveot'ent pos bramint d'liards mais j'éteos toudis nipé comme ein richard. Les files de m'temps, elles n'éteot'ent pos comme eusses, bin du contraire, elles éteot'ent précautionneusses".

I-s'a presque foutu d'mi quançque j'li ai dit :

"Ces mareonnes toutes troées ou bin complèt'mint délavées, ch'est ainsin qu'on les vind et, l'pire de tout, ch'n'est pos pou rien".

"Ch'n'est jamais possipe, ces loques à r'loqu'ter, cha coûte aussi tchier que des vêt'mints tout noués ?".

"Ch'est normal, te vas comprinte : on confectieonne un vêt'mint, ein comme on truèfe normal'mint, après on décope des morcieaux ou bin on-li deonne des queops d'ciséeau, on l'trimpe dins l'ieau d'Javel et on l'met séquer au solel. Ch'est de l'valeur ajoutée et les prix cha les fait meonter".

"De l'valeur ajoutée ! Pou que je n'parte pos à l'école à ferloupes, m'brafe mamère, pindant les vacances rassarcisseot et rabistoqueot tous mes habits pou l'hiver. Cha, ch'éteot de l'valeur ajoutée, ch'éteot l'prix d'l'ouvrache bin fait. Asteur quançque te veos les infants, i-orsanne'tent tertous à des fouans".

"Ahais, mais on n'est pus au temps des capieaux buse et des ropes d'crinoline, comme j'te conneos te n'laichereos pos sortir ainsin Fifinne".

"I-n'feaut pos caire dins l'exagératieon, on parle ichi d'ceulle génératieon, dis hardimint, ch'est l'peompeon, on donnereot l'aumeône à ces files et ces garcheons. Tins... orwette là-vas ceulle saferlique, elle est occupée à queurir pou n'pos arriver treop tard à la gare, mais elle ne quitte pos s'télépheone des is et elle navigue seûrmint au radar. Elle a traversé l'rue sans même raviser et sans printe l'passache protégé, si eine auteo l'aveot rinversée, ch'est su l'conducteur que l'famile elle se s'reot acore ortourné. Ceulle sémaine, in face de l' boulingerie, m'n'amisse Gaspard Leloir, in m'saluant, i-a pris ein potieau in plein mitan du trottoir. Ou bin i-a fait eine escampe ou bin i-n'tient pu bin su ses gampes ! Milliards de qu'vieaux, i-éteot arringé, i-n'a pos saigné mais i-aveot eine poque su s'freont et eine pétite copure à s'minteon. A tous mes gins, cha n'peut mal d'arriver, on direot qu'i-seont téléguidés. Ein eaute affaire que t'as certain'mint ormarqué, dins les autobus, les jeones i-save'tent même pus s'lever pou eine feimme inceinte ou eine perseonne âgée, les écouteurs dins les orelles, eine casquette à l'invers su leu tiête, i-seont étalés tout du leong su l'banquette et on n'sait même pus si, chez ces albrans, ch'est naturel ceul air biête ". 

"Te prêches ein converti, combin d'feos je m'sus d'jà d'mindé si-n'aveot pos, alfeos, ein Beon Dieu à part pou les distraits et les quervés... Là d'zeur, patreon, mettez deux verres et surtout n'faites pos d'lisière. T'as acore l'temps d'ein boire eine, Edmeond, i-n'est pos l'heure de rintrer à t'maseon ?".

"Quançque Fifinne elle fait s'n'erpassache deux feos par meos, l' jeudi, on sait quançqu'elle comminche mais jamais quançqu'elle finit".

"Ravise c'garchenneu, i-ouvère eine cannette d'coca, i-in a bu à peine eine goutte et i-l'a ruée comme cha, in plein mitan de l'route. J'te l'dis ch'est bin malhureux, on vit eine époque d'briscadeus. Ch'est triste aussi qu'i-n'ont pos connu la guerre, i-sareot'ent c'que ch'est que d'vife dins l'misère".

In dégustant s'pinte, Edmeond continueot à erluquer les gins passer et à faire s'n'étude d'société. Ch'est ainsin qu'i-a vu treos pétites badoulettes aussi noirtes que des gayettes, deux garcheons qui marcheot'ent sans sorlets et qu'i-aveot'ent des cras pieds, ave s'tchien, ein sans domicile fixe, prêt à déclincher eine rixe, assis su ein banc du p'tit gardin, on intindeot canter deux quervassins...

"Te veos, l'Optimiste, ch'est tout cha l'vie d'asteur, i-a pos d'quoi rire, ch'est ein grand malheur. Final'mint, j'aime acore mieux ête ave m'brafe compane, cha fait près d'chinquante ans qu'on vit insanne. Je m'fous alfeos in rache mais elle tient bien s'ménache. Quançque j'vas rintrer, l'erpassache i-s'ra terminé, tout i-ara été rangé et pou li moutrer m'n'affectieon j'vas l'imbrasser".

A siept heures au soir, Edmeond i-a gliché l'clé dins l'serrure, dins l'z'escaliers, cha sinteot l'beonne naque d'eine friture. I-pinsa qu'elle aveot fait des frites et qu'elle l'attindeot pou minger comme elle le fait d'puis qu'i-seont mariés. Comme vous l'avez adveiné, i-alleot vite décanter. I-a ouvert l'huche ave ein air bénaisse, et avant même qu'à s'feimme i-n's'adresse, elle li a berlé :

"Comminche pa ôter tes sorlets, j'viens jusse d'finir d'nettier !".

"Home, sweet home" qui s'a dit in li-même l'bonheomme.

"Quançque l'linche i-a été mis dins l'armoire, j'ai nettié l'carrelache au saveon noir, les meupes, j'ai profité d'les chirer et j'ai passé ein queop d'wassinque dins l'salle à minger".

"Erpassache et nettiache, que v'la ichi du bel ouvrache !".

" Tes réflexieons te peux les warder, ch'est pos l'momint de m'faire indever, j'sus acore tout infarfouillée, ch'est l'prumière feos que cha m'a arrivé, j'aveos laiché l'fier branché ein p'tit queop treop lommint et à hauteur du gu'nou, cha n'se veot pos fort, mais ch'est troé".

Avant même qu'Edmeond i-a pus dire ein seul meot, elle aveot d'jà trouvé eine pièche à mette au tréo :

"T'iras pourméner ainsin ave t'mareonne, te f'ras l'même impressieon qu'les jeones, in t'veyant, l'visin d'in face dira ave raiseon, à m'mote qui rajeunit, Edmeond !".

A s'fameusse étude d'société, Edmeond, ein chapite i-a pu rajouter !

 

(lexique : erpasser : repasser / nettier : nettoyer / l'buée : le lessivage du linge, la lessive / l'linche : le linge / séquer : sécher / paufe : pauvre / s'ortrouver : se retrouver / pasque : parce / l'planque : la planche / ov'là : voilà / les meots : les mots /du passe-toutoute : café qui semble avoir vite passé à travers du filtre et de ce fait est très léger / quoisque : qu'est-ce que / l'chirloute : mauvais café / tout d'eine : d'un seul coup, brutalement / l'bure : le beurre / l'tarteine : la tartine / débalté : exaspéré / toudis : toujours / faire bisquer : faire enrager / orpasser (ou erpasser) : repasser / lommint : longtemps / les gampes : les jambes / ein colas : un niais, un innocent / eine pourménate (ou eine porménate) : une promenade / l'jupeon : un veston / l'deos : le dos / ichi : ici / dusque : où / les visins : les voisins / m'comarate : mon camarade / avoir ein riche toupet : être fameusement culotté, avoir de l'audace / pa d'zeur : au-dessus / placher : placer / foute l'pépette : faire peur / l'ruache : le quartier, la rue / quançque : lorsque / eine parelle feumée : une fumée pareille / grafe : grave / freod : froid / asteur : maintenant / pa d'vant : devant / les meots : les mots / jusse : juste / commincher : commencer / décholer : faire partir / treondler : traîner, flâner, musarder / l'cassis : le châssis / des jeones : des jeunes / des fouffes : des chiffons, des loques / raviser (ou orwettier) : regarder / des mareonnes troées : des culottes ou des pantalons troués / acroire : croire / tout au leong: tout au long / caire : tomber / canger : changer / indiminché : endimanché / ainsin : ainsi / n'pos avoir bramint d'liards : ne pas avoir beaucoup d'argent, ne pas rouler sur l'or / nipé : vêtu / eusses : eux / précautionneu : qui a du soin de ses affaire / s'foute d'mi : se moquer de moi / possipe : possible / des loques à r'loqu'ter : des serpillières / tchier (ou tcher) : cher, onéreux / noué : neuf / on truèfe : on trouve / décoper : découper / des queops : des coups / des ferloupes : haillons, vêtements usés / m'mamère : ma mère / rassarcir : raccommoder / rabistoquer : rafistoler / l'ouvrache : l'ouvrage / orsanner : ressembler / tertous : tous / ein fouan : ce mot désigne une taupe mais aussi une personne sale, mal soignée / ahais :oui / ein capieau buse : un chapeau buse / la rope : la robe / laicher : laisser / ceulle : cette / ch'est l'pompeon : c'est le sommet / les files : les filles / les garcheons : les garçons / orwettier (ou raviser) : regarder / là-vas : là-bas / eine saferlique : une jeune fille délurée, qui n'a pas froid aux yeux, s'utilise également pour désigner une fille tombée dans la débauche / queurir : courir / les is : les yeux / seûrmint : sûrement / eine amisse : un ami / ein potieau : un poteau / in plein mitan : au beau milieu / eine escampre un faux pas / L'qu'vieau ou l'quévieau : le cheval (milliards de qu'vieaux : expression souvent entendue jadis) / eine poque : une bosse / eine copure : une coupure / eaute : autre / ormarquer : remarquer / inceinte : enceinte / les orelles : les oreilles / tout du leong : tout du long, sur l'entièreté / les albrans : les garnements / alfeos : parfois / ein quervé : une personne ivre / acore : encore / l'meos : le mois / ein garchenneu : un gaspilleur / ouvère :ouvrir / in plein mitan : au beau milieu / ruer : jeter / ein briscadeu : un gaspilleur / erluquer : regarder avec attention / des badoulettes : jeunes filles grassouillettes / noirtes : noires / des gayettes (ou gaillettes) : morceau de charbon / les sorlets : les souliers / cras : sales / ein tchien : un chien / ein gardin : un jardin / canter : chanter / des quervassins : des ivrognes / insanne : ensemble / s'foute in rache : se mettre en colère / moutrer : montrer / glicher : glisser / l'naque : l'odeur / adveiner : deviner / décanter : déchanter / l'huche : la porte / bénaisse : content / berler : hurler / les meupes : les meubles / chirer : cirer / l'wassinque : la wassingue, la serpillière / warder : garder / faire indever : faire enrager, faire dépiter / infarfouillée : embarrassée / l'fier : le fer / l'gu'nou (ou l'guénou) : le genou / eine pièche : une pièce / à m'mote : selon moi, à mon idée / ein chapite : un chapitre).

S.T. octobre 2016.

16:48 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

19 oct.
2016

17:03

Tournai : le cœur de la Wallonie picarde (2)

Voici le deuxième volet de l'étude concernant cette région de Wallonie picarde dont la cité des cinq clochers est appelée la capitale.

Les soins de santé.

Le bien-être d'une population passe par une offre de soins qui, même si elle est de plus en plus rationalisée, doit restée importante et de qualité. Le niveau de développement d'une région repose également sur ce critère. 

En 2014, le territoire de la Wallonie picarde recensait 1 médecin généraliste pour 690 habitants, c'est un peu mieux que pour la province de Hainaut (1/708) mais moins bien que pour la Flandre (1/639) et la Belgique (1/604). Elément plus interpellant pour l'avenir à moyen terme, les médecins âgés de plus de 50 ans représentaient, déjà à cette époque, 67,9 %

Par contre, l'offre hospitalière est des plus attractives. Le CHWapi résultant d'une fusion entre les quatre hôpitaux tournaisiens (la clinique Notre-Dame, la clinique la Dorcas, l'Institut Médico-Chirurgical et l'Hôpital Civil) dans un but avoué de rationaliser les coûts, offre 795 lits et emploie près de 2.500 membres du personnel. Le Centre Hospitalier de Mouscron propose 350 lits. Dans le cadre d'une coopération sanitaire franco-belge, ce dernier travaille en collaboration avec le centre hospitalier de Tourcoing (F), le fruit de ce rapprochement fait qu'annuellement environ 2.150 patients belges sont soignés à Tourcoing et 1.500 patients français à Mouscron (chiffres de juin 2016). A Ath, le Centre Epicura offre 236 lits. Au niveau des hôpitaux psychiatriques, les "Marronniers" à Tournai accueillent 436 lits auxquels s'ajoutent les 180 lits de Saint-Jean de Dieu à Leuze-en-Hainaut, les 90 lits de la Clinique de Bonsecours et les 60 de Saint-Charles à Wez. 

Une récente étude parue dans la presse fait apparaître que le ChWapi à Tournai n'est pas classé parmi les meilleurs établissements de soins de Belgique, il serait même quelque peu à la traîne, peut-être parce que le rodage de la nouvelle infrastructure est toujours en cours (à Tournai, on dirait que le nouveau-né fait ses "gourmes"). Une étude à laquelle les gestionnaires devront, cependant, être attentifs car la réputation et la confiance en un établissement hospitalier se gagne lentement mais se perd rapidement. Patient régulier des divers établissements tournaisiens, la seule plainte que je n'aie jamais eu à émettre est la trop longue attente au niveau du service des Urgences (lors d'une visite, notamment, j'ai été oublié dans la salle d'attente, durant plus de quatre heures. Mon anamnèse réalisée par une infirmière à mon arrivée, le matin, se trouvant toujours, à midi, enfouie sous des documents déposés sans trop d'attention). Hélas, malgré une offre de médecins suffisante et la présence de plusieurs maisons médicales, trop de personnes se rendent directement aux urgences pour soigner le moindre "bobo", le moindre refroidissement ce qui encombre inutilement ce service et retarde la prise en charge de cas plus sérieux.

En Wallonie picarde, une attention particulière est posée sur le confort de fin de vie. Il existait en 2014, 6.536 lits en maisons de repos et de soins, ce qui représentait une possibilité d'accueil de 20,9% de la population âgée de plus de 75 ans. Ce taux est de 17,4% dans la province du Hainaut, de 15,7% en Wallonie et 13,5% en Belgique. La renommée des nombreux établissements d'accueil de personnes âgées situés entre Comines et Péruwelz a très largement dépassé la frontière et de nombreux séniors français viennent couler des jours paisibles dans les maisons de retraite de Wallonie picarde où ils trouvent un excellent accueil, un meilleur encadrement et surtout un coût nettement moins élevé qu'en France. 

Il est important de relever qu'en Wallonie picarde, jusqu'à l'âge de 54 ans, le nombre d'hommes est supérieur à celui des femmes. Cette tendance s'amenuise peu et peu et s'inverse à partir de 60 ans. La population des plus de 65 ans représente 18,1% de celle de Wallonie tandis que celle des moins de 20 ans s'élève à 23,4% (chiffres 2015).

Il est également intéressant de signaler un créneau social fort développé en Wallonie picarde, celui de l'accueil des personnes handicapées. Entre Mouscron et Péruwelz, de nombreuses institutions se sont, depuis bien longtemps, spécialisées dans l'accueil et l'apprentissage pour les jeunes handicapés (polyhandicapés, autistes, jeunes présentant d'importants retards scolaires...). Là aussi, la réputation de ces établissements a largement dépassé la frontière et ils attirent des personnes handicapées habitant une zone comprise entre le Nord de la France et la région parisienne. Des maisons exclusivement destinées à l'accueil de personnes handicapées issues de l'Hexagone ont été ouvertes tout au long de la frontière (à Tournai, Mont Saint-Aubert, Orcq, Bonsecours...). A défaut de réduire les listes d'attente sur lesquelles sont inscrites, depuis parfois longtemps, des personnes handicapées de la région, ces maisons ont le mérite d'avoir créé de l'emploi. 

L'enseignement.

Comme nous allons le voir, les chiffres ne plaident pas en faveur de notre région.

En 2011, 14,3% de la population de Wallonie picarde ne disposait pas d'un diplôme d'études primaires (14,1% en Hainaut, 12,5 % en Wallonie et 12,8% en Belgique). Les extrêmes se trouvaient à Mouscron (19,5%) et à Silly (9,3%).

48,6% de la population avait acquis un diplôme de l'enseignement secondaire (50,9% en Hainaut, 49,4 % en Wallonie et 46,1% en Belgique)

21,8% de la population de Wallonie picarde disposait d'un diplôme de l'enseignement supérieur (universitaire et non universitaire) pour 20,1% en Hainaut, 23, 9 % en Wallonie, 25,1% en Belgique. Les extrêmes se trouvaient à Silly (32,5%) et à Comines (13,4%).

Lors de la décennie 2001-2011, le niveau d'instruction de la population de Wallonie picarde a augmenté en ce qui concerne l'enseignement secondaire et supérieur. Par contre, on ne s'explique pas les raisons pour lesquelles il stagne en ce qui concerne le primaire alors qu'à cette période de la vie, l'enseignement est obligatoire. Pour aider ces personnes dans les démarches administratives, une association telle que les "Ecrivains Publics de Wallonie Picarde" a donc bien sa raison d'être. 

Dans l'enseignement supérieur, la Haute Ecole de la Communauté Française en Hainaut est implantée à Tournai, elle offre un campus pédagogique (carrière dans l'enseignement), un campus social (fonctions dans le secteur social) et un campus économique (bachelier en droit, assistanat de direction, tourisme).

La Haute Ecole Provinciale du Hainaut-Condorcet possède des implantations à Ath, Irchonwelz, Maffle, Mouscron et Tournai.

La Haute Ecole Louvain en Hainaut est implantée à Leuze-en-Hainaut, Mouscron et Tournai.

La réputation de l'école Jeanne d'Arc à Tournai attire de nombreux étudiants, notamment français, intéressés par les carrières paramédicales ou au sein du personnel infirmier.

L'enseignement artistique est représenté par l'Académie des Beaux-Arts de Tournai et l'Ecole Supérieure des Arts de l'institut Saint-Luc à Tournai (Ramegnies-Chin).

2014.03 orchestre à cordes (2).jpgL'enseignement musical est dispensé au Conservatoire de Musique de Tournai, à l'Académie de Musique Saint-Grégoire de Tournai et dans les Académies de Musique d'Ath, Beloeil, Enghien, Mouscron et Péruwelz.

 

photo : répétition de l'Orchestre à cordes du Conservatoire de Tournai sous la direction de Mme Christiane Diricq. 

 (à suivre).

(sources : "Atlas socio-Economique de la Wallonie picarde" - 2e édition 2016 édité par l'asbl Wapi25 et recherches personnelles).

S.T. octobre 2016

17 oct.
2016

17:17

Tournai : le cœur de la Wallonie Picarde (1)

La Wallonie picarde, une région pleine d'atouts mais parfois méconnue !

Le concept de "Wallonie picarde" date d'un peu plus d'une dizaine d'années. Auparavant, cette région située à l'ouest de la province du Hainaut s'appelait tout simplement le "Hainaut Occidental", dénomination purement géographique qui ne reflétait nullement le caractère spécifique de ce territoire situé à l'extrémité occidentale de la Wallonie, aux portes de la Flandre et de la France.

A l'ouest d'une ligne allant de Bernissart à Enghien, la Wallonie picarde englobe également la région de Comines-Warneton, enclave hennuyère en territoire flamand. 

Son paysage est composé de zones agricoles parsemées de zonings industriels, de villes à échelle humaine et de villages ayant conservé le charme et la tranquillité tant recherchée à notre époque. On y trouve le "Pays blanc" qui s'étend autour d'Antoing et de Gaurain-Ramecroix et qui tire son nom des carrières de chaux qui firent sa richesse. On y découvre le "Pays vert", tout autour d'Ath, se composant de champs, de prairies et de bosquets, une vaste zone vouée à l'agriculture où il fait bon se balader. On peut également y parcourir le "Pays des collines" et ses ondulations de terrain où se nichent des villes et villages au riche folklore et aux traditions bien ancrées. Il y a enfin le "Parc naturel des plaines de l'Escaut" aux paysages bucoliques qui s'étendent de part et d'autre de la frontière.

La Wallonie picarde, jadis renommée pour son industrie textile de Mouscron à Leuze-en-Hainaut et de Tournai à Quevaucamps, est désormais une région en pleine reconversion industrielle tournée vers les services, les nouvelles technologies et le tourisme.

La Wallonie picarde veille jalousement sur son patrimoine historique et architectural, sur son parler local et ses traditions séculaires. Loin de se figer sur le souvenir d'un riche passé, elle se tourne résolument vers l'avenir sans omettre de conserver un environnement où il fait bon vivre.

Tournai, capitale de la Wallonie picarde.

Avec ses 69.751 habitants (statistiques au 1.1.2015), la cité des cinq clochers est la ville la plus importante d'une région que nous allons analyser par le détail pour mieux la faire connaître non seulement à ses habitants mais aussi à ceux et à celles qui, bien souvent, la considèrent comme le "Far-West" wallon et la snobent encore régulièrement. Beaucoup trop de Liégeois, de Carolos et de Namurois, bien souvent issus du monde politique, croient depuis bien longtemps que la Wallonie s'arrête à Mons et que le reste n'est qu'un "No man's land", une zone tampon aux portes de la rivale flamande. 

La Wallonie picarde compte 23 communes. Avec Lille, la tentaculaire ville du Nord de la France et Kortrijk, l'opulente et dynamique cité flandrienne, Tournai fait partie, depuis 2008, de l'Eurométropole, un groupement européen de collaboration transfrontalière entre la France et la Belgique qui couvre une surface de 3.553,5 km2 de part et d'autre de la frontière. Au sein de celle-ci, forte de 2.100.876 habitants, la Wallonie picarde en représente 348.507 (10% des habitants de la Wallonie) répartis sur 1.377 km2. Une population qui est en constante augmentation puisqu'il y a dix ans elle n'était encore que de 329.206 habitants. 

Densité de population en Wallonie picarde.

Avec 253 habitants/km2, la densité de la population de Wallonie picarde est inférieure à celle de la province du Hainaut (353), de la Belgique (367), de la Flandre (477) mais est supérieure à celle de la Wallonie (213). Parmi les villes les plus peuplées, relevons donc Tournai (69.751 habitants, densité de 326 habitants/km2), Mouscron (58.009 habitants, densité exceptionnelle de 1.424 hab./km2), Ath (28.543 - 225 habitants/km2), Lessines (18.637 - 255 hab./Km2), Comines-Warneton (18.111 - 292 hab./km2), Péruwelz (17.158 - 285 hab./km2), Beloeil (13.771 - 224 hab./km2), Leuze-en Hainaut (13.519 - 184 hab/km2), Enghien (13.459 - 331 hab./km2), Bernissart (11.679 - 269 hab/km2), Frasnes-les-Anvaing (11.454 - 104 hab./km2), Estaimpuis (10.281 - 317 hab./km2). Parmi les communes les moins peuplées, on trouve Flobecq (3.480 - 151 hab./km2), Brugelette (3.513 - 124 hab./km2), Mont de l'Enclus (3.585 - 133 hab./Km2), Rumes, (5.184 - 217 hab./km2), Pecq (5.599 - 169 hab./km2), Celles (5.619 - 83 hab./km2), Ellezelles (5.907 - 132 hab./km2), Chièvres (6.665 - 142 hab/km2), Antoing (7.814 - 247 hab./km2), Brunehaut (7.901 - 171 hab/km2) et Silly (8.370, 123 hab./ km2).

Avec 39.562 habitants, la population étrangère représente 11,4% de la population totale de la Wallonie picarde. Ce nombre est supérieur à celui de la Wallonie (9,8%), de la Belgique (11,2%) et du Hainaut (11,7%). Parmi ces personnes d'un autre pays qui ont fait le choix de vivre en Wallonie Picarde, on trouve : 31.033 Français, 2.287 Italiens, 617 Espagnols, 582 Marocains, 493 Portugais, 483 Roumains, 343 Américains, 262 Polonais, 256 personnes issues de la République Démocratique du Congo et 221 d'Algérie. Ces chiffres datent de janvier 2015 et ne tiennent pas compte de l'arrivée massive de migrants en Belgique (et en Wallonie picarde) lors des vingt derniers mois. 

L'offre de logements en Wallonie picarde.

Comme partout, le logement représente un problème de notre époque. Bien souvent le logement est vieillissant, parfois insalubre, toujours insuffisant. La Wallonie picarde comptait au 1er janvier 2015, 160.956 logements, ce qui représentait une augmentation de 14.929 unités depuis 2005, une évolution positive de 10,2% qu'on rencontre aussi en Hainaut (+8,5%), en Belgique (+9,5%) et en Wallonie (+9,9%). Notre région fait donc mieux que ces différentes entités.

A Tournai, on assiste à un véritable boom de l'offre de logements neufs, des projets viennent de se concrétiser ou sont en cours de construction, à la rue Jean Cousin, à la plaine des Manœuvres, à la rue Barthélémy Frison, à la rue des Choraux, sur le quai des Salines et bientôt au quai Sakkharov ou sur le boulevard des Combattants.  Il en est de même à Ath (projet des Deux Dendres...), à Mouscron (les Jardins de l'Ours...), le projet de l'agri-quartier dans le prolongement du quartier Bon-Air à Leuze-en-Hainaut, à Enghien...

Le prix moyen du foncier est de 56 Euros/m2 en Wallonie picarde, supérieur à celui du Hainaut (52 Euros), de Wallonie (51), mais inférieur à celui de la Belgique (117) et de la Flandre (175).

Voici une première série de chiffres qui peut paraître indigeste mais elle est nécessaire pour effectuer une bonne comparaison entre diverses régions. 

(à suivre). 

(sources : Atlas Socio-Economique de Wallonie Picarde 2e édition 2016 - édité par Wapi 2025 ASBL et statistiques population du Service Public Fédéral Intérieur). 

S.T. octobre 2016.

 

 

17:17 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, wallonie picarde, densite population, logement |

14 oct.
2016

12:15

Tournai : expressions tournaisiennes (380)

Buer et curer. 

Vous n'allez pétête jamais m'acroire, mes chers amisses, mais j'vous avoue qu'jeudi, j'ai eu eine fameusse surprisse. Comme, j'vous l'ai anneonché, l'sémaine passée, chez Edmeond et Fifinne, j'aveos préféré n'pos aller. L'jour dusqu'elle deot nettier caraqueos, gilets, mareonnes et cauchettes, no Fifinne, elle n'a jamais été à printe avec des pinchettes.

Quançque ch'est l'momint du grand buache, i-n'veaut mieux pos ête dins s'voisinache, elle est total'mint débaltée et même s'n'heomme i-préfère aller pourméner.

J'vas vous queonter ceulle affaire à l'manière d'ein fait divers :

Mercredi chinq octope, su ein quai d'no cité, l'surlommée Fifinne (préneom d'emprunt) s'a mis dins l'tiête d'faire s'buée à l'incienne comme li aveot toudis moutré s'mamère Philomène. L'préparatieon, elle a qu'minché l'velle au soir, bin avant qu'i-fasse noir. 

"M'file, si te veux, comme mi, ête ein modèle d'propreté, t'linche avant de l'buer te deos toudis l'débloquer. Pou cha te n'as même pos b'soin d'ieau d'Javel, i-suffit d'mette d'l'ieau claire dins eine cuvelle. Te vas l'laicher trimper pindant l'nuit et au matin, l'pus greos de l'crasse i-s'ra parti".

Adeon, de s'mamère, acoutant les beons consels, elle a d'mindé à s'n'heomme d'rimplir les cuvelles. Edmeond, pos très contint, i-a été querre d'l'ieau, armé d'ein crucheon, au robinet du p'tit lavabo. Après avoir fait chinq ou six feos l'aller et retour de l'salle de bain à l'buand'rie, ch'est su eine cayère de la salle à minger que s'feimme elle l'a ortrouvé assis. 

"Espèce de fate, te n'vas pos 'cor ichi nicher, d'jà que te n'as rien foutu de l'journée, allez, in route, m'comarate, te n'vas pos dire que t'es d'jà mate. Bé, j'comprinds asteur pourquoi i-t'feaut lommint, t'as vu l'talle du crucheon que t'as dins t'main !".

Comme i-l'orwettieot ave ein air biête, Fifinne li a berlé à tue-tiête :

"Si te n'd'aveos ein peu dins l'cibouleot, ch'est à l'baignoire que te prindreos l'ieau, te sareos mette eine cruche d'deux lites et cha ireot ein p'tit queop pus vite".

L'linche mis à débloquer, l'orpeos i-éteot bin mérité, l'ridéeau pouveot caire su l'prumière journée. 

Jeudi 6 octope, l'solel i-dort acore et Edmeond ronfièle mais no Fifinne elle est d'jà tout in foufielle. L'pav'mint i-est ineondé et l'batteusse elle se met à tourner. Dins s'campe, l'malhureux Edmeond i-s'a dérévié d'ein seul beond. Après qu'i-ara avalé s'jatte de café, à l'détinte, i-va partir pourméner. 

Fifinne elle a jusse l'temps d'li crier :

"T'acat'ras des pistolets j'n'ai pos l'temps d'faire à deîner !".

Ave des sorlets in caoutchouc à ses pieds, elle va passer s'journée à pidouler.

Quançqu-i ont quitté l'rue Montifeaut pou v'nir habiter su l'quai, i-n'ont pos pus y coper, ein séque-linche i-ont été obligé d'acater. Là-vas, ch'est dins l'gardin que l'buache i-éteot mis à curer mais, in ville, Fifinne elle n'in a pus l'possibilité. D'puis que ceulle machine elle a été installée, elle ne l'a jamais utilisée pasqu'au momint qu'elle se met à tourner, tout l'sol i-s'met à tranner. L'dernière feos, comme i-pleuveot, elle a mis séquer l'linche, tout partout dins l'maseon, su des cortes ave des pinches. I-d'aveot dins toutes les pièches de l'appartemint, Edmeond i-pinseot ête au mitan de l'tente d'ein Bédouin mais l'mouquère qu'i-a veot à côté d'li elle éteot bin leon d'sortir d'ein queonte des milles et une nuits !

Dire qu'ein indreot comme j'aveos à l'rue Montifaut pourreot faire l'affaire, m'buée elle pourreot ainsin, comme avant, blanquir in plein air. Tout à n'ein queop, elle a eu eine idée d'seot, elle a trouvé eine solutieon, elle est déquindu ave s'panier et elle a quitté s'maseon. Vous n'allez jamais adveiner quoisque ceulle vielle maline a fait.

 

 

tournai,patois,picard

 

 

 

tournai,patois,picard

 tournai,patois,picard

Après-deîner, quançqu'Edmeond i-est rintré à s'maseon ein peu pompette, i-a avanché à pas d'leu in pinsant :

"Su quoique j'vas acore ichi buquer m'tiête".

i-saveot qu'elle feseot toudis des grosses battées et qu'i-aveot alfeos du linche jusqu'au guernier. 

Miraque, i n'aveot pos ein seul vêt'mint qui, comme à l'habitude, pindeot dins l'appartemint. 

"Mo Dieu Fifinne... eh bé cha alors"

"Quoi cha alors... j'ai mis séquer l'linche déhors.

"Te n'vas pos ichi m'dire que ch'est toutes ces affaires que j'ai vues, in orvenant, pinte su des fils dins l'rue d'l'Yser".

"Bé si fait, i-feaut bin que cha serve à eine séquoi tous ces fils de fier qu'on veot tout au leon de l'rue d'l'Yser".

"Et asteur, j'vas aller l'orquerre, te viens ave mi à l'rue d'l'Yser".

Quançqu'i seont arrivés au bout de l'rue Tête d'Argint, aux cassis des maseons i-aveot bramint d'gins, pou mette su internet, i-d'aveot qui feseot'ent des vidéos, ein journalisse du Courrier d' l'Escaut i-preneot même des photeos. 

L'brafe heomme i-a dit :

"On est pus surpris de rien, on in veot des dreôles, savez, asteur, dins l'piétonnier i-d'a même ein qui a pindu des parapluies d'toutes les couleurs, je n's'reos pos saisi qu'in bieau jour su l'Grand-Plache, on truèfe des meupes in treop, d'gins qui déménachent".

tournai,patois,picard

Fifinne elle a ochenné Edmeond :

"N'ravise pos ces gins, ch'est des m'as-tu vu, des péqueus qui n'ont jamais rien vu. Allez on deot ortourner à no maseon, te vas t'dépêcher d'tout in'lver pasque mi j'deos acore orpasser !". 

(lexique : buer : lessiver / curer : blanchir le linge en plein air, sur une pelouse, un pré / pétête : peut-être / acroire : croire / anneoncher : annoncer / nettier : nettoyer / un caraqueo : vêtement féminin, blouse / les mareonnes : les culottes, les pantalons / les cauchettes : les chaussettes / printe : prendre / des pinchettes : des pincettes (n'pos ête à printe ave des pichettes signifie être de très mauvaise humeur) / quançque : lorsque / l'buache : action de laver le linge / ête débalté : être déchaîné, exalté / pourméner (ou porméner ) promener / queonter : conter / ceulle : cette / octope : octobre / surlommer : surnommer / toudis : toujours / moutrer : montrer / s'mamère : sa mère / qu'mincher (ou commincher) : commencer / l'velle : la veille / l'file : la fille / l'linche : le linge / débloquer : enlever les grosses souillures avant la lessive / laicher : laisser / adeon : donc / écouter : écouter / querre : chercher / ein crucheon : une petite cruche / l'cayère : la chaise / ortrouver : retrouver / ein fate : un homme sans énergie / ichi : ici / nicher : paresser / ne rien foute : ne rien faire / ête mate : être fatigué / asteur : maintenant / lommint : longtemps / orwettier (ou raviser) : regarder / berler : hurler / ein queop : un coup / l'orpeos : le repos / caire : tomber / ronfieler : ronfler / ête in foufielle (ou foufiête) : être très affairée / l'pav'mint : le pavement, le carrelage / l'batteusse : la machine à lessiver / l'campe : la chambre / s'dérévier : s'éveiller / jusse : juste / acater : acheter / des sorlets : des souliers / pidouler : patauger / coper : couper / ein sèque-linche : un sèche-linge / là-vas : là-bas / l'gardin : le jardin / pasque : parce que / tranner : trembler / eine feos : une fois / les cortes : les cordes / les pinches : les pinces / les pièches : les pièces / au mitan : au milieu / bin leon : bien loin / ein indreot : un endroit / blanquir : blanchir / tout à n'ein queop : tout à coup / seot : sot / déquinte : descendre / adveiner : deviner / quoisque : qu'est-ce que / après-deîner : après-midi / ête pompette : être légèrement éméché / avancher : avancer / l'leu : le loup / buquer : heurter / eine battée : un contenu d'une machine à lessiver / alfeos : parfois / l'guernier : le grenier / miraque : miracle / orvenir : revenir / eine séquoi : quelque chose / orquerre : rechercher / les cassis : les châssis / bramint : beaucoup / on truèfe : on trouve / des meupes : des meubles / ochenner : secouer / les péqueus : les curieux / ortourner : retourner / erpasser : repasser).

S.T. octobre 2016.

 

12:15 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

10 oct.
2016

11:08

Tournai : un point sur les chantiers

Des chantiers aux quatre coins de la ville.

Régulièrement le blog "Visite Virtuelle de Tournai" fait le point sur les chantiers en cours dans la cité des cinq clochers. La dernière mise-à-jour date déjà d'avant les congés.

Les chantiers routiers.

1. Les alentours du CHWApi.

Depuis une semaine, l'important chantier qui impactait, depuis plus d'un an, toutes les voiries situées autour du nouveau centre hospitalier est terminé. Rappelons que celui-ci comprenait la rénovation de la rue Général Piron dans sa section entre la chaussée de Willemeau et la rue des Sports, de cette même rue des Sports, de la rue de la Citadelle dans la section comprise entre la rue des Sports et la rue de Barges et la transformation complète de cette dernière rue. Parallèlement à ces travaux de voirie, un parking destiné aux membres du personnel du CHWApi a été aménagé sur un terrain de la rue Général Piron, à l'angle que celle-ci forme avec le prolongement de la rue de Barges.

Un chantier réserve bien souvent des (mauvaises) surprises, ce fut le cas au niveau de la rue de Barges, lors des travaux de terrassement. Un égout, non repris sur la cartographie du sous-sol, y a été découvert. Les eaux de celui-ci se perdaient soudainement dans le sous-sol et étaient probablement à l'origine des tassements de terrains constatés au niveau de certains immeubles du boulevard du Roi Albert. Il a fallu ouvrir une partie de ce boulevard et du boulevard Lalaing durant plusieurs semaines. Un travail qui a nécessité une déviation des véhicules sur une voie unique, ce qui provoquait quelques problèmes aux heures de pointe. Un "vire à gauche" a été réalisé en haut du boulevard du Roi Albert afin de faciliter l'accès à la rue de Barges désormais régulièrement empruntée par les services de secours se rendant au CHWApi. 

Le visage de ce quartier, jusqu'alors tranquille, a été totalement modifié. Pour les riverains, le stationnement est devenu un véritable casse-tête, ceux-ci ont beau posséder une carte leur permettant de stationner près de chez eux, encore faut-il y trouver un emplacement, ce qui, en raison des voitures ventouses garées durant toute la journée, est devenu manifestement impossible ! Face à cette situation, l'édilité communale a décidé de transformer l'entièreté de ce quartier en zone bleue et faire contrôler le stationnement comme au centre-ville. Il est désormais limité à deux heures. Quotidiennement, le nombre de véhicules stationnés le long des trottoirs de ce quartier rappelle les jours de grands matches de football au stade, aujourd'hui disparu, de l'Union (mais à l'époque, ce n'était qu'une fois par quinzaine !).

Rappelons que l'hôpital possède un parking souterrain dont l'occupation n'a jamais été complète. La première heure y est même gratuite !

2 .Le quartier du Becquerelle.

Les travaux de rénovation du quartier du Becquerelle touchent peu à peu à leur fin. Cet important chantier entrepris au printemps dernier concernait les quais Saint-Brice et Dumon, la place et la rue du Becquerelle.

Le centre de la place a été redessiné, l'arbre qui trônait au milieu d'un petit square a été abattu et la stèle de la statue a été rénovée attendant de recevoir son buste. Actuellement les travaux se concentrent sur le quai Dumon jusqu'à l'angle de la rue Joseph Hoyois.

3. La rue des Jésuites.

Une partie de la rue des Jésuites dans la section comprise entre l'église Saint-Piat et la rue de la Ture a été soustraite à la circulation. On restaure certaines zones pavées en très mauvais état. Le chantier devrait ensuite progresser vers le parc communal. 

Les chantiers immobiliers.

1. La cathédrale Notre-Dame.

Les travaux avancent rapidement profitant certainement des excellentes conditions météorologiques (hiver doux et été très sec). Trois des cinq clochers (Marie, la Treille et Saint-Jean) ont déjà fait l'objet de restauration, on les découvre peu à peu. Les tours "Lanterne" et "Brunin" restent cachées à la vue des promeneurs sous leur protection plastifiée qui permet aux ouvriers de travailler à l'abri des intempéries. Durant le week-end des Fêtes de Tournai, grâce à des démonstrations effectuées sur la place Paul-Emile Janson, les Tournaisiens et les visiteurs ont pu voir à l'oeuvre les couvreurs chargés de la pose de la couverture en tables de plomb et les sculpteurs qui réalisent de nouvelles pierres en remplacement de celles qui sont détériorées. Le public a pu également inscrire son nom sur des rouleaux de papiers qui seront placés entre le charpente et le revêtement. L'Optimiste a participé à cette opération, preuve d'attachement au patrimoine de la cité des cinq clochers.  

2. Les nouvelles résidences

A la rue des Choraux, le gros-oeuvre du projet immobilier concernant la création de quinze appartements de standing et de cinquante places de parking est terminé, la phase de finition comprenant les techniques spéciales est en cours de réalisation. L'ancienne quincaillerie située à l'arrière, sur le Marché au Jambon, a été totalement restaurée en ne conservant que sa façade. Sur le terrain vague qui jouxte ce bâtiment, un nouvel immeuble reprenant le même style de façade a été construit donnant un aspect de continuité à cet ensemble.

A l'angle de la rue de l'Hôpital Notre-Dame et de la rue du Curé Notre-Dame, les travaux de construction d'une résidence de dix appartements de standing ont débuté. Le chantier concerne actuellement les fondations.

Un immeuble de style Louis-Quatorze fait l'objet d'une importante restauration dans de la rue de l'Hôpital Notre-Dame. La rénovation concerne tant l’extérieur que l'intérieur du bâtiment.

Les travaux se poursuivent en ce qui concerne la construction de différentes résidences avec appartements de standing sur l'ancien site des "Erables" au quai des Salines.

L'immeuble de la Vierge Noire à l'angle de la rue de la Tête d'Or et du piétonnier est en cours d'aménagement. On y crée sept lofts qui seront livrés bruts, l'aménagement intérieur se faisant au goût du propriétaire. 

3. Les projets commerciaux en périphérie.

tournai,chwapi,rue des jésuites,quartier du becquerelle

tournai,chwapi,rue des jésuites,quartier du becquerelle

Le chantier des Bastions génère des murailles de terre et pose des problèmes de stockage de celles-ci.

Depuis quelques mois a débuté l'important chantier de rénovation et d'extension du centre commercial "Les Bastions". Ce projet concerne une rénovation en profondeur des galeries existantes, l'extension du centre commercial sur 16.000 m2, la création d'un parking souterrain d'une surface de 29.000 m2 sur deux niveaux et l' aménagement des abords. 

A Froyennes, la zone commerciale se transforme également. Le projet "Equilis" vient d'être inauguré. L'ancienne zone sur laquelle s'élevait jadis le magasin du groupe Mestdagh a été réaménagée par la construction de surfaces commerciales sur deux niveaux. Prochainement, le nouveau bâtiment accueillant le magasin Décathlon ouvrira ses portes, il se situe entre la station-service et le magasin Carrefour. Le parking de la zone commerciale fait également peau neuve : on y crée une entrée destinée aux voitures et une autre spécifique aux bus, la zone de stationnement sera mise en giratoire et des portiques empêcheront les très nombreux camions d'y entrer. Il faut savoir que ce parking est régulièrement squatté par des transporteurs internationaux qui y passent le week-end.

Une nouvelle zone commerciale est en cours d'aménagement, à la rue de la Borgnette à côté du club de tennis et face au service de Travaux de la Ville. 

Diverses constatations.

Si tous ces chantiers perturbent profondément la vie des habitants de Tournai, il existe un mal plus sournois qui mécontente une partie de la population. On a beau améliorer le cadre de vie, nous vivons une époque de vandales et de voleurs et les dégradations volontaires ne manquent pas. Il y a tout d'abord les tags qui ne représentent pas de l'Art urbain comme certains voudraient nous faire croire mais restent avant tout des gribouillages d'artistes en mal de reconnaissance, d'individus qui n'ont aucun respect pour les propriétés publiques ou privées. A ce sujet, la Ville de Tournai a entamé une procédure de nettoyage systématique de ces incivilités et de poursuite de leurs auteurs. Ces derniers jours, des tagueurs parisiens venus, un jour, exercer leur minable "talent" sur des immeubles de la cité des cinq clochers viennent d'en faire l'amère expérience, ils ont été sommés de rembourser les frais inhérents au nettoyage des endroits qu'ils ont souillés et seront poursuivis en justice en cas de non-paiement. On déplore également la disparition de nombreux éléments constituant le '"fil d'or" placé dans les rues rénovées du quartier cathédral afin de guider les visiteurs et leur indiquer les bâtiments remarquables. Une surveillance citoyenne des "voleurs de métaux" s'impose ! Les citoyens regrettent également la dégradation du mobilier urbain qui est parfois démoli, à peine posé, oeuvre de oisifs qui ne savent comment occuper leur "temps libre".  

photos : R. Rauwers.

S.T. octobre 2016.

07 oct.
2016

19:31

Tournai : expressions tournaisiennes (379)

Ein leongiva.

Aujord'hui, j'pinseos eine feos acore vous parler d'Fifinne, ceulle feimme qui, ave Edmeond, de m'blog, est dev'nue l'héroïne mais je m'sus rapp'lé que justemint, chez elle, ch'éteot l'sémaine de l'buée et quançque ch'est ainsin, i-a lommint que j'sais qui-n'feaut pos aller l'débibocher.

Cha n'fait rien, j'ai toudis dins mes brouilleons des notes concernant l'ein ou l'eaute couilleon.

J'vas ichi rapid'mint vous raqueonter l'vie d'ein garcheon qui a vécu pos leon du quai du Marché au Pisseon. Les pus vieux d'inter vous i-l'ont pétête connu, i-porméneot toudis in ville ave des sorlets à daches et ein galu. Avanchant à pas lents, i-f'seot aller s'tiête comme ein gavu et tous les gins dins l'ville l'aveot'ent surlommé "l'leoncul". Dins tout l'ruache, on intindeot mareonner les visins :

"M'n'heomme i-est seûrmint v'nu au meonte l'jour de Saint-Leongin".

I-feaut dire que chez li, tout i-a toudis été au ralenti.

L'jour de s'naissance, i-a mis pus d'siept heures pou li sortir du vinte de s'mamère, d'jà que l'paufe feimme elle aveot été impanch'loutée eine ainnée intière. Au momint dusqu'i-li a fallu marcher, i-a fait à peine ein pas et i-est cait. Quançqu'on li a d'mindé pourquoi i-li aveot fallu deux ans pou li parler, i-a répeondu qu'i-n'in aveot jamais sintu l'nécessité. Solange, l'mamère, qui n'arrêteot pos de s'délaminter, elle a été trinquillisée pa l'docteur :

"I-n'feaut pos vous in faire, allez, Solange... i-prind s'temps... i-attind s'n'heure".

I-feaut acroire que l'pindule d' l'infant elle deveot fameus'mint ertarder pasque ch'n'est qu'à près d'treos ans qui a qu'minché à marcher et à babieler. In porménant ave s'n'alloire i-n'a jamais buquer nurvart. On peut même dire que c'bieau p'tit crolé, l'vitesse elle ne l'a jamais défrisé. 

S'mopère diseot : 

"Quançque m'n'heomme i-s'déplache, on direot tout... qui fait du sur plache". 

Ein soir, Solange a dit à s'heomme Raymeond :

"L'vielle Marie Capenoul elle m'a fait eine révélatieon, si i-va douch'mint ch'est à causse de s'préneom, ch'est in raiseon du ceu qu'on a queusi que no garcheon i-vit au ralinti. ".

Raymeond i-a l'vé les bras in l'air et i-a dit :

"Te n'vas pos ichi acouter des sorchell'ries. Si no p'tit rotleot i-est toudis in r'tard, cha n'vient pos du fait qu'on l'a app'llé Oscar. Si tout cha éteot vrai, les Dieudonné i-s'f'reot'ent tertous curés, les Yvette elles s'reot'ent automatiqu'mint des safriquettes, les Willy i-z'areot'ent toudis du lari dins leu vie et, je n'te dis pos, les paufes Batisse, on les vereot toudis aller à l'drisse. N'va surtout pos dire cha à propeos d'no p'tit Oscar à Ludivine et à Poleo, bé, te sais bin qu'i-veont, tout d'suite, nous printe pou eine bande de seots. Creos-me tout cha ch'est des cacoules, Marie Capenoule ch'est eine fouteusse d'coules, dis hardimint, si ch'est pou ti avoir l'pépette d'ses queontes, ceulle Marie-galousse, i-n'veaut mieux pus que te l'rincontes ".

Ch'est à l'école des p'tits quious qu'à treos ans et d'mi i-est allé, i-arriveot toudis à l'deuxième heure, i-li falleot du temps pou qui soiche dérévié. S'mamère elle n'oseot pus li faire eine tarteine à l'confiture, i-s'indormeot pa d'zeur, in mingeant, et i-in fouteot tout plein s'figure.

Au bout d'chaque trimestre, à l'réunieon des parints, l'institutrice leu canteot l'même orfrain :

"Ch'est ein infant très calme, je n'l'ai jamais vu s'énerver, laichez le faire, i-ne feaut pos treop l'pousser".

Pou l'scolarité, cha n's'a pos treop bin passé pasque chaque classe i-les a doublées. Quoisque vous voulez, i-aveot à peine ouvert s'cahier que l'cours i-éteot d'jà terminé. In histoire, i-étudieot acore l'époque des romains que l'maîte i-parleot d'jà aux eautes d'Christine de Lalaing. Ch'éteot l'même pou les dictées, quançque l'instituteur i-aveot fini, su s'fuèlle, ch'est seul'mint les prumiers meots qu'i-aveot écrits. A l'fin d'l'ainnée, s'cahier i-éteot tout nué.

On a fini pa li deonner s'diplôme alors qu'i-alleot avoir vingt ans, simplemint pasqu'i-n'saveot pus s'assir su les bancs. L'directieon elle a réuni ein concel de classe estraordinaire, l'jour dusque d'eine pétite cayère i-a passé à travers. Dire que pindant pus d'quatorze ainnées, pou ête seûr, que c'luséau d'garcheon, à l'école i-arrife à l'heure, Solange elle l'a fait lever, tous les matins, à chinq heures. 

J'deos orconnaîte que su ein point elle aveot eu raiseon, l'vielle Marie-galousse, quançqu'elle aveot déclaré qu'i-areot toudis été "à la va comme j'te pousse" !

Adeon, on comprind qu'i-n'a rien d'estraordinaire que c'garcheon-là i-soiche resté célibataire, tous ces rindez-vous i-les a minqués, l'file n'éteot pus là, d'l'attinte elle éteot fatiguée. 

Comme i-falleot bin li trouver d'l'ouvrache, pa l'orientatieon professionnelle i-a fait ein passache. L'heomme qui s'a occupé d'li, pindant huit jours i-n'a pos dormi.

"Quoisque je peux faire ave ein parel lusoteu, i-va ête foutu déhors in moins d'deux. Je m'deminde bin queu patreon voudreot printe ein parel leum'cheon. Comme areot dit, du temps qu'elle viveot, m'belle-mère Yvonne, i-n'feaut pos l'raviser à deux feos pou vir ch'est eine leonque preone".

Ch'est alors que l'heomme i-a eu comme eine leumière, i-li a fait inveyer un CV à l'Société Nationale des Qu'mins d'Fier. Ein meos après, Oscar, i-éteot ingagé et on l'a affecté à l'line Bruxelles-Tournai.

Ch'est l'dénommée line du cauchemar dusque les trains i-seont toudis in r'tard. D'puis l'moumint qu'i-quitteot Bruxelles Centrale jusqu'à l'arrivée dins l'gare de Hal, ch'éteot l'partie du parcours qui préféreot pasqu'ave tous les feux rouches, l'pus souvint i-freineot. Ch'n'éteot pus l'même inter l'gare d'Enghien et l'arrivée dins l'line droite d'Warchin, i-d'veot mette l'grande vitesse et, là-vas, i-éteot bin leon d'ête à s'n'aisse. Pou arriver à s'n'ortraite, i-a mordu su s'chique, pindant plus d'trinte-chinq ans, in s'accrochant à ses manettes et in actionnant l'chiffleot tout in trannant.

Pou n'pos qui soiche treop esquinté, ch'est à treos-quarts temps qu'on l'a fait ouvrer. In écrivant s'biographie, ainsin, j'ai infin trouvé l'solutieon d'ein riche mystère, l'répeonse au casse-tiête pou m'n'amisse nav'tteu qui a pou préneom Pierre. Ov'là l'unique raiseon pourquoi les trains de l'line nonante-quate, i-n'arrive'tent jamais à l'heure treos feos su quate. 

L'jour dusque'on l'a ortraité, eine fiête su l'quai à Tournai pa ses collègues a été organisée et..., c'soir-là, l'train i-n'est jamais arrivé. I-aveot eu eine copure d'courant, jusse après Bassily, in plein mitan des camps. Treos heures après, Oscar i-est arrivé tout douch'mint ermorqué pa eine eaute train.

On areot pus acroire que ch'alleot l'canger du train-train quotidien, qu'on l'areot vu, pou l'prumière feos, s'débalter ave ses copains. Be neon, neon, alors que tertous chiffleot'ent leu chinquième pinte, l'brafe Oscar i-n'saveot pos acore quoisqu'i-alleot printe

Attintieon : tout orsannance ave eine perseonne existant ou bi ayant existé proviendreot du pus pur des hasards ! Et on n'sait toudis pos pourquoi l'train Tournai-Bruxelles i-est toudis in r'tard !

(lexique : ein leongiva (on écrit également longiva) : un lambin, une personne qui se caractérise par une extrême lenteur / aujord'hui : aujourd'hui / eine feos acore : une fois encore / ceulle : cette / ave : avec / l'buée : la lessive / quançque : lorsque / ainsin : ainsi / lommint : longtemps / débibocher : contrarier / toudis : toujours / ichi : ici / raqueonter : raconter / ein garcheon : un garçon / pos leon : pas loin / l'Marché au Pisseon : le Marché au Poisson / inter : entre / pétête : peut-être / porméner : promener / des sorlets à daches : des souliers cloutés / ein galu : une gourde bien souvent en fer blanc permettant de conserver une boisson chaude / avancher : avancer / ein gavu : un pigeon à grosse gorge, un pigean a tendance à secouer la tête d'avant en arrière à chaque pas / surlommer : surnommer / ein leoncul : un paresseux, une personne qui n'est pas rapide / l'ruache : la rangée de rue et par extension le quartier / mareonner : murmurer / les visins : les voisins / l'vinte de s'mamère : le ventre de sa mère / eine paufe feimme : une pauvre femme / impanchl'outée : enceinte (expression encore parfois utilisée mais considérée désormais comme vulgaire) / caire : tomber / sintu : senti / s'délaminter : se lamenter / acroire : croire / ertarder : retarder / pasque : parce que / qu'mincher ou (commincher) : commencer / babiéler : bavarder / ein alloire : appareil en bois équipé d'une planchette coulissante entre deux barres parallèles servant à apprendre à marcher en toute sécurité / buquer : frapper, heurter / nurvart : nulle part / crolé : bouclé, frisé / s'déplacher : se déplacer / douch'mint : doucement / ceu : celui / queusi : choisi / des sorchell'ries : des sorcelleries / ein rotleot : un roitelet, terme utilisé pour désigner un petit enfant / eine safriquette : une jeune fille fort éveillée, en avance pour son âge / avoir du lari : avoir du plaisir / aller à l'drisse : aller à la diarrhée / des seots : des sots / des cacoules : des mensonges / eine fouteusse de coules : une personne qui raconte des bobards / avoir l'pépette : avoir peur / des queontes : des contes, des histoires / eine Marie-galousse : une sorcière / les quious : désigne un enfant en âge d'école maternelle / ête dérévié : être réveillé / pa d'zeur : dessus / s'in foute : s'en mettre / canter : chanter / ein orfrain : un refrain / laicher : laisser / quoisque : qu'est-ce que / l'maîte : le maître / les eautes : les autres / l'fuèlle : la feuille / nué : nouveau, neuf / s'assir : s'asseoir / dusque : où / eine cayère : une chaise / ête seûr : être sûr / l'luséau : le nonchalant / orconnaîte : reconnaître / adeon : donc / soiche : soit / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / li : lui / ein parel lusoteu : un pareil lent à l'ouvrage / queu : quel / ein leum'cheon : un limaçon / raviser : regarder / eine leonque preone (preone = prune) cette expression qualifie parfois des personnes qui ne sont pas vives / eine leumière : une lumière / inveyer : envoyer / ein meos : un mois / l'line : la ligne / l'moumint : le moment / rouche : rouge / n'pos ête à s'n'aisse : ne pas être à l'aise / l'ortraite : la retraite / chiffler : siffler / tranner : trembler / ouvrer : travailler / ein amisse : un ami / eine copure : une coupure / jusse : juste / in plein mitan des camps : au beau milieu des champs / ermorqué : remorqué / canger : changer / s'débalter : se déchaîner / Bé neon : eh bien non / chiffler eine pinte : avaler un verre de bière d'un seul trait / chinquième : cinquième / printe : prendre / orsannance : ressemblance).

S.T. octobre 2016.

19:31 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

05 oct.
2016

10:37

Tournai : un mois d'octobre riche en expositions (2)

Si le mois de septembre est, pour le Tournaisien, synonyme de fête avec la kermesse, les cortèges, la procession historique ou la braderie, le mois d'octobre présente un visage culturel car, en plus de l'exposition consacrée, par le Musée des Beaux-Arts, à Emile Verhaeren dont nous avons parlé précédemment, les amateurs d'Art vont être comblés durant les semaines à venir.

2. L'Art dans la Ville

Du 1er au 30 octobre se tient la vingt-quatrième édition de "l'Art dans la Ville". Jeunes créateurs contemporains à la recherche de reconnaissance ou artistes confirmés, étudiants présentant des projets novateurs ou artistes professionnels soucieux de trouver une vitrine accessible à un maximum de visiteurs, ils seront plus de 250 à occuper l'espace de la cité, composé de 52 lieux du plus conventionnel au plus insolite, le tout abritant 56 expositions.

Durant un mois, l'Art va se décliner sous toutes ses formes. Si on pense, bien sûr en premier lieu, à la peinture et la sculpture, la photographie, le dessin, la vidéo, les recherches sur le textile, le design, la tapisserie et même à l'art funéraire seront également présents.

Il est impossible de citer les différents lieux de rendez-vous.

Il y a les sites officiels : les églises Saint-Piat et Saint-Jacques, l'Académie des Beaux-Arts et le Cimetière du Sud.

Il y a les institutions parmi lesquelles l'Hôtel des Anciens Prêtres, la Maison de la Laïcité, le Musée des Arts de la Marionnette, la Direction des voies hydrauliques, le Tamat et les ateliers tournaisiens de la tapisserie.

Il y a les lieux insolites comme la Halle-aux-Draps, l'école de danse "Danse et Cie", le local des Locos, les vitrines du quartier Saint-Piat, des maisons particulières ou le Fortin n°1.

Il y a, bien entendu, les galeries artistiques : l'Art est création, Rasson Art Gallery, The Drawing Box, Autour du feu et l'Atelier 13.

Quoi de plus normal que d'y retrouver les ateliers d'artistes ouverts à cette occasion au public dont celui du Collectif 14, d'Aurélie Billemont et Grégory Delescolle, d'André De Brouwer et Damien Chapelier, celui de Véronique Poppe, de Christian Rolet ou de Jean-Paul Bol, des visites qui vous mèneront du Quai Taille-Pierre à la rue Pierre Caille en passant par le Chevet Saint-Pierre.

De plus en plus de restaurants s'inscrivent dans cette démarche artistique annuelle : l'Escaudoir, le Giverny, la Petite Madeleine, les Enfants terribles et Moment gourmand. 

L'Art dans la ville essaime également dans les villages voisins puisqu'on retrouvera les œuvres des artistes du groupe "Capharnaüm" à l'Arrêt 59, le centre culturel de Péruwelz. Des êtres hybrides issus d'un monde ambigu investiront la verrière et la halle urbaine. Des créations mystérieuses nées des mains de Jean-Claude Saudoyez rejoint par Camille Nicole, Hugo Fontaine et Jean-François Saudoyez.

A Hollain, le "Magasin de Maman" est une ancienne épicerie transformée en un écrin ponctuel destiné à accueillir des créations contemporaines de Mailys Lecoeuvre qui y présente ses broderies, photographies, dessins et vidéos. Dans le même village d'Hollain, les Ateliers 13-14 sont envahis par un collectif d'artistes issus, pour la plupart, de l'Académie des Beaux-Arts de Tournai qui y exposent peintures et sculptures.

Pour terminer, évoquons deux événements qui prendront place dans le cadre de cette grande vitrine consacrée à l'art et dont l'accès est totalement gratuit :

le Cimetière du Nord décoré d’œuvres de Maurice de Korte, Emile Desmedt, Denis Meyers et Luc Navet et l'inauguration, le samedi 22 octobre à 11h, de la sculpture "Trait d'union pour un quartier" de Bruno Magda au "Courtil du Faubourg". Celle-ci prendra, en effet, place dans ce petit jardin situé à l'angle de la chaussée de Lille et de l'avenue Minjean, né d'une collaboration entre le service communal des plantations et la Maison de Jeunes Port'Ouverte au moment de la parution, en 2012, du livre des Ecrivains publics consacré à la mémoire de ce quartier. 

Au musée d'Archéologie.

A partir du 15 octobre jusqu'au 17 avril 2017 se tiendra dans le musée de la rue des Carmes, à l'initiative de son conservateur Mme Marianne Delcourt-Vlaeminck, une exposition consacrée au "Révérend Père Camille de la Croix, un Tournaisien archéologue en Poitou". 

Au Musée de Folklore.

Jusqu'au 27 novembre se tient l'exposition organisée dans le cadre du centenaire de la mort de l'héroïne tournaisienne, intitulée : "Gabrielle Petit, lettres manuscrites".

A la P'tite Fabriek.

Ce lieu récent consacré à l'organisation d'événements culturels ou festifs qui a pris place dans une ferme entièrement rénovée de Froyennes organise de vendredi 21 au dimanche 23 octobre une exposition consacrée à "Rudy Trouvé", l'artiste anversois, fondateur du collectif "Heavenhotel".

Pour les amateurs d'art, pour ceux qui veulent découvrir les nouvelles créations, en ce mois d'octobre, un petit détour par la cité des cinq clochers s'impose. 

S.T. octobre 2016.