21 oct.
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (381)

Erpasser et nettier !

Comme on l'a vu, i-a fallu toute eine journée pou Fifinne faire s'buée et mette l'linche à séquer. Mais comme l'saveot bin, l'paufe Edmeond, s'calvaire i-n'éteot pos fini in rintrant à l'maseon. I-vouleot vir l'match d'fotbal à l'télé mais ch'est dins s'lit qu'à huit heures i-s'a ortrouvé.

"J'ai mis seonner l'horloche à six heures au matin pasque su l'planque i-a acore bin du pain !". 

Ov'là les meots qu'a dit Fifinne à s'mari tout in li souhaitant eine beonne nuit.

"Vingt milliards, l'café ch'est du passe-toutoute, quoisque t'as fait, ch'est eine jatte d'chirloute" qui a dit Edmeond, tout d'eine, in mettant du bure su ses tarteines.

"Au moinse, ave cha, te n's'ras pos débalté, quançque j'orpasse te m'fais toudis bisquer".

"Eh bé... hureus'mint que ch'n'est pos tous les jours que te deos orpasser sineon j'pinse qu'i-a bin lommint que j'areos divorcé !".

"Bé t'es toudis dins mes gampes, espèce de colas, va faire eine pourménate, l'temps pus vite i-pass'ra".

Edmeond i-a pris s'feimme au meot et i-a mis s'jupeon su s'deos

"Avant d'partir, j'vas t'deonner ein consel, comme je n's'rai pos ichi, n'mets pos t'planque à orpasser sous l'détecteur d'incendie. Rappelle-te que l'jour dusque t'as fait des bananes flambées, les visins i-seont v'nus d'minder s'i-falleot app'lé les peompiers". 

"Bé cha alors, on peut dire, m'comarate, que t'as ein riche toupet, pa d'zeur l'cusinière, l'détecteur ch'est ti qu'i-l'aveot plaché. Comme à l'habitude t'as fait du bricolache et on a foutu l'pépette à tout l'ruache".  

"J'n'ai jamais pinsé que quançque t'alleos faire à minger, cha alleot faire eine parelle feumée".

"Ch'est pos grafe, on ming'ras des plats freods à partir d'asteur et je n's'rai pus pa d'vant mes casseroles pindant des heures et des heures".

"Des plats freods, des plats freods, ov'là tout d'suite les grands meots !".

Comme cha sinteot l'roussi, l'heomme i-est parti. 

Ov'là pourquoi, su l'quai, j'ai rincontré l'amisse Edmeond qui v'neot tout jusse d'sortir de l'maseon".

Quançque Fifinne elle fait s'buée ou bin qu'elle comminche à orpasser, s'mari i-est toudis décholé, ch'est ainsin d'puis d'z'ainnées. Comme i-n'aveot pos beauqueop invie d'treondler, on a été boire eine pinte (eine à l'feos) au cabaret. 

Pa l'cassis, on veyeot circuler les passants, des jeones, des vieux, des p'tits et des grands. Edmeond s'ortourna vers mi et m'dit ave philosophie :

"Quançque te veos c'qui passe dins l'rue Royale, pou ti vir des gugusses, i-n'feaut pus attinte l'carnaval. Ch'est ave des véritapes fouffes qui seont asteur accoutrés, ravise, toutes les files pormène'tent ave des mareonnes troées. I-feaut acroire que ch'est Halloween tout au leong d'eine ainnée. Si cha cait pou eine feos canger, l'trinte-et-ein octope, i-veaut devoir sortir indiminchées. I-areot fait beon que j'sorte ainsin de m'maseon. Mes parints i-n'aveot'ent pos bramint d'liards mais j'éteos toudis nipé comme ein richard. Les files de m'temps, elles n'éteot'ent pos comme eusses, bin du contraire, elles éteot'ent précautionneusses".

I-s'a presque foutu d'mi quançque j'li ai dit :

"Ces mareonnes toutes troées ou bin complèt'mint délavées, ch'est ainsin qu'on les vind et, l'pire de tout, ch'n'est pos pou rien".

"Ch'n'est jamais possipe, ces loques à r'loqu'ter, cha coûte aussi tchier que des vêt'mints tout noués ?".

"Ch'est normal, te vas comprinte : on confectieonne un vêt'mint, ein comme on truèfe normal'mint, après on décope des morcieaux ou bin on-li deonne des queops d'ciséeau, on l'trimpe dins l'ieau d'Javel et on l'met séquer au solel. Ch'est de l'valeur ajoutée et les prix cha les fait meonter".

"De l'valeur ajoutée ! Pou que je n'parte pos à l'école à ferloupes, m'brafe mamère, pindant les vacances rassarcisseot et rabistoqueot tous mes habits pou l'hiver. Cha, ch'éteot de l'valeur ajoutée, ch'éteot l'prix d'l'ouvrache bin fait. Asteur quançque te veos les infants, i-orsanne'tent tertous à des fouans".

"Ahais, mais on n'est pus au temps des capieaux buse et des ropes d'crinoline, comme j'te conneos te n'laichereos pos sortir ainsin Fifinne".

"I-n'feaut pos caire dins l'exagératieon, on parle ichi d'ceulle génératieon, dis hardimint, ch'est l'peompeon, on donnereot l'aumeône à ces files et ces garcheons. Tins... orwette là-vas ceulle saferlique, elle est occupée à queurir pou n'pos arriver treop tard à la gare, mais elle ne quitte pos s'télépheone des is et elle navigue seûrmint au radar. Elle a traversé l'rue sans même raviser et sans printe l'passache protégé, si eine auteo l'aveot rinversée, ch'est su l'conducteur que l'famile elle se s'reot acore ortourné. Ceulle sémaine, in face de l' boulingerie, m'n'amisse Gaspard Leloir, in m'saluant, i-a pris ein potieau in plein mitan du trottoir. Ou bin i-a fait eine escampe ou bin i-n'tient pu bin su ses gampes ! Milliards de qu'vieaux, i-éteot arringé, i-n'a pos saigné mais i-aveot eine poque su s'freont et eine pétite copure à s'minteon. A tous mes gins, cha n'peut mal d'arriver, on direot qu'i-seont téléguidés. Ein eaute affaire que t'as certain'mint ormarqué, dins les autobus, les jeones i-save'tent même pus s'lever pou eine feimme inceinte ou eine perseonne âgée, les écouteurs dins les orelles, eine casquette à l'invers su leu tiête, i-seont étalés tout du leong su l'banquette et on n'sait même pus si, chez ces albrans, ch'est naturel ceul air biête ". 

"Te prêches ein converti, combin d'feos je m'sus d'jà d'mindé si-n'aveot pos, alfeos, ein Beon Dieu à part pou les distraits et les quervés... Là d'zeur, patreon, mettez deux verres et surtout n'faites pos d'lisière. T'as acore l'temps d'ein boire eine, Edmeond, i-n'est pos l'heure de rintrer à t'maseon ?".

"Quançque Fifinne elle fait s'n'erpassache deux feos par meos, l' jeudi, on sait quançqu'elle comminche mais jamais quançqu'elle finit".

"Ravise c'garchenneu, i-ouvère eine cannette d'coca, i-in a bu à peine eine goutte et i-l'a ruée comme cha, in plein mitan de l'route. J'te l'dis ch'est bin malhureux, on vit eine époque d'briscadeus. Ch'est triste aussi qu'i-n'ont pos connu la guerre, i-sareot'ent c'que ch'est que d'vife dins l'misère".

In dégustant s'pinte, Edmeond continueot à erluquer les gins passer et à faire s'n'étude d'société. Ch'est ainsin qu'i-a vu treos pétites badoulettes aussi noirtes que des gayettes, deux garcheons qui marcheot'ent sans sorlets et qu'i-aveot'ent des cras pieds, ave s'tchien, ein sans domicile fixe, prêt à déclincher eine rixe, assis su ein banc du p'tit gardin, on intindeot canter deux quervassins...

"Te veos, l'Optimiste, ch'est tout cha l'vie d'asteur, i-a pos d'quoi rire, ch'est ein grand malheur. Final'mint, j'aime acore mieux ête ave m'brafe compane, cha fait près d'chinquante ans qu'on vit insanne. Je m'fous alfeos in rache mais elle tient bien s'ménache. Quançque j'vas rintrer, l'erpassache i-s'ra terminé, tout i-ara été rangé et pou li moutrer m'n'affectieon j'vas l'imbrasser".

A siept heures au soir, Edmeond i-a gliché l'clé dins l'serrure, dins l'z'escaliers, cha sinteot l'beonne naque d'eine friture. I-pinsa qu'elle aveot fait des frites et qu'elle l'attindeot pou minger comme elle le fait d'puis qu'i-seont mariés. Comme vous l'avez adveiné, i-alleot vite décanter. I-a ouvert l'huche ave ein air bénaisse, et avant même qu'à s'feimme i-n's'adresse, elle li a berlé :

"Comminche pa ôter tes sorlets, j'viens jusse d'finir d'nettier !".

"Home, sweet home" qui s'a dit in li-même l'bonheomme.

"Quançque l'linche i-a été mis dins l'armoire, j'ai nettié l'carrelache au saveon noir, les meupes, j'ai profité d'les chirer et j'ai passé ein queop d'wassinque dins l'salle à minger".

"Erpassache et nettiache, que v'la ichi du bel ouvrache !".

" Tes réflexieons te peux les warder, ch'est pos l'momint de m'faire indever, j'sus acore tout infarfouillée, ch'est l'prumière feos que cha m'a arrivé, j'aveos laiché l'fier branché ein p'tit queop treop lommint et à hauteur du gu'nou, cha n'se veot pos fort, mais ch'est troé".

Avant même qu'Edmeond i-a pus dire ein seul meot, elle aveot d'jà trouvé eine pièche à mette au tréo :

"T'iras pourméner ainsin ave t'mareonne, te f'ras l'même impressieon qu'les jeones, in t'veyant, l'visin d'in face dira ave raiseon, à m'mote qui rajeunit, Edmeond !".

A s'fameusse étude d'société, Edmeond, ein chapite i-a pu rajouter !

 

(lexique : erpasser : repasser / nettier : nettoyer / l'buée : le lessivage du linge, la lessive / l'linche : le linge / séquer : sécher / paufe : pauvre / s'ortrouver : se retrouver / pasque : parce / l'planque : la planche / ov'là : voilà / les meots : les mots /du passe-toutoute : café qui semble avoir vite passé à travers du filtre et de ce fait est très léger / quoisque : qu'est-ce que / l'chirloute : mauvais café / tout d'eine : d'un seul coup, brutalement / l'bure : le beurre / l'tarteine : la tartine / débalté : exaspéré / toudis : toujours / faire bisquer : faire enrager / orpasser (ou erpasser) : repasser / lommint : longtemps / les gampes : les jambes / ein colas : un niais, un innocent / eine pourménate (ou eine porménate) : une promenade / l'jupeon : un veston / l'deos : le dos / ichi : ici / dusque : où / les visins : les voisins / m'comarate : mon camarade / avoir ein riche toupet : être fameusement culotté, avoir de l'audace / pa d'zeur : au-dessus / placher : placer / foute l'pépette : faire peur / l'ruache : le quartier, la rue / quançque : lorsque / eine parelle feumée : une fumée pareille / grafe : grave / freod : froid / asteur : maintenant / pa d'vant : devant / les meots : les mots / jusse : juste / commincher : commencer / décholer : faire partir / treondler : traîner, flâner, musarder / l'cassis : le châssis / des jeones : des jeunes / des fouffes : des chiffons, des loques / raviser (ou orwettier) : regarder / des mareonnes troées : des culottes ou des pantalons troués / acroire : croire / tout au leong: tout au long / caire : tomber / canger : changer / indiminché : endimanché / ainsin : ainsi / n'pos avoir bramint d'liards : ne pas avoir beaucoup d'argent, ne pas rouler sur l'or / nipé : vêtu / eusses : eux / précautionneu : qui a du soin de ses affaire / s'foute d'mi : se moquer de moi / possipe : possible / des loques à r'loqu'ter : des serpillières / tchier (ou tcher) : cher, onéreux / noué : neuf / on truèfe : on trouve / décoper : découper / des queops : des coups / des ferloupes : haillons, vêtements usés / m'mamère : ma mère / rassarcir : raccommoder / rabistoquer : rafistoler / l'ouvrache : l'ouvrage / orsanner : ressembler / tertous : tous / ein fouan : ce mot désigne une taupe mais aussi une personne sale, mal soignée / ahais :oui / ein capieau buse : un chapeau buse / la rope : la robe / laicher : laisser / ceulle : cette / ch'est l'pompeon : c'est le sommet / les files : les filles / les garcheons : les garçons / orwettier (ou raviser) : regarder / là-vas : là-bas / eine saferlique : une jeune fille délurée, qui n'a pas froid aux yeux, s'utilise également pour désigner une fille tombée dans la débauche / queurir : courir / les is : les yeux / seûrmint : sûrement / eine amisse : un ami / ein potieau : un poteau / in plein mitan : au beau milieu / eine escampre un faux pas / L'qu'vieau ou l'quévieau : le cheval (milliards de qu'vieaux : expression souvent entendue jadis) / eine poque : une bosse / eine copure : une coupure / eaute : autre / ormarquer : remarquer / inceinte : enceinte / les orelles : les oreilles / tout du leong : tout du long, sur l'entièreté / les albrans : les garnements / alfeos : parfois / ein quervé : une personne ivre / acore : encore / l'meos : le mois / ein garchenneu : un gaspilleur / ouvère :ouvrir / in plein mitan : au beau milieu / ruer : jeter / ein briscadeu : un gaspilleur / erluquer : regarder avec attention / des badoulettes : jeunes filles grassouillettes / noirtes : noires / des gayettes (ou gaillettes) : morceau de charbon / les sorlets : les souliers / cras : sales / ein tchien : un chien / ein gardin : un jardin / canter : chanter / des quervassins : des ivrognes / insanne : ensemble / s'foute in rache : se mettre en colère / moutrer : montrer / glicher : glisser / l'naque : l'odeur / adveiner : deviner / décanter : déchanter / l'huche : la porte / bénaisse : content / berler : hurler / les meupes : les meubles / chirer : cirer / l'wassinque : la wassingue, la serpillière / warder : garder / faire indever : faire enrager, faire dépiter / infarfouillée : embarrassée / l'fier : le fer / l'gu'nou (ou l'guénou) : le genou / eine pièche : une pièce / à m'mote : selon moi, à mon idée / ein chapite : un chapitre).

S.T. octobre 2016.

16:48 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Excellent, Mossieu l'Optimiss, comme d'habitut'
Amitiés
Bruno

Écrit par : Br | 25/10/2016

Répondre à ce commentaire

Superbe comme d'habitude

Écrit par : Bridoux | 25/10/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.