07 oct.
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (379)

Ein leongiva.

Aujord'hui, j'pinseos eine feos acore vous parler d'Fifinne, ceulle feimme qui, ave Edmeond, de m'blog, est dev'nue l'héroïne mais je m'sus rapp'lé que justemint, chez elle, ch'éteot l'sémaine de l'buée et quançque ch'est ainsin, i-a lommint que j'sais qui-n'feaut pos aller l'débibocher.

Cha n'fait rien, j'ai toudis dins mes brouilleons des notes concernant l'ein ou l'eaute couilleon.

J'vas ichi rapid'mint vous raqueonter l'vie d'ein garcheon qui a vécu pos leon du quai du Marché au Pisseon. Les pus vieux d'inter vous i-l'ont pétête connu, i-porméneot toudis in ville ave des sorlets à daches et ein galu. Avanchant à pas lents, i-f'seot aller s'tiête comme ein gavu et tous les gins dins l'ville l'aveot'ent surlommé "l'leoncul". Dins tout l'ruache, on intindeot mareonner les visins :

"M'n'heomme i-est seûrmint v'nu au meonte l'jour de Saint-Leongin".

I-feaut dire que chez li, tout i-a toudis été au ralenti.

L'jour de s'naissance, i-a mis pus d'siept heures pou li sortir du vinte de s'mamère, d'jà que l'paufe feimme elle aveot été impanch'loutée eine ainnée intière. Au momint dusqu'i-li a fallu marcher, i-a fait à peine ein pas et i-est cait. Quançqu'on li a d'mindé pourquoi i-li aveot fallu deux ans pou li parler, i-a répeondu qu'i-n'in aveot jamais sintu l'nécessité. Solange, l'mamère, qui n'arrêteot pos de s'délaminter, elle a été trinquillisée pa l'docteur :

"I-n'feaut pos vous in faire, allez, Solange... i-prind s'temps... i-attind s'n'heure".

I-feaut acroire que l'pindule d' l'infant elle deveot fameus'mint ertarder pasque ch'n'est qu'à près d'treos ans qui a qu'minché à marcher et à babieler. In porménant ave s'n'alloire i-n'a jamais buquer nurvart. On peut même dire que c'bieau p'tit crolé, l'vitesse elle ne l'a jamais défrisé. 

S'mopère diseot : 

"Quançque m'n'heomme i-s'déplache, on direot tout... qui fait du sur plache". 

Ein soir, Solange a dit à s'heomme Raymeond :

"L'vielle Marie Capenoul elle m'a fait eine révélatieon, si i-va douch'mint ch'est à causse de s'préneom, ch'est in raiseon du ceu qu'on a queusi que no garcheon i-vit au ralinti. ".

Raymeond i-a l'vé les bras in l'air et i-a dit :

"Te n'vas pos ichi acouter des sorchell'ries. Si no p'tit rotleot i-est toudis in r'tard, cha n'vient pos du fait qu'on l'a app'llé Oscar. Si tout cha éteot vrai, les Dieudonné i-s'f'reot'ent tertous curés, les Yvette elles s'reot'ent automatiqu'mint des safriquettes, les Willy i-z'areot'ent toudis du lari dins leu vie et, je n'te dis pos, les paufes Batisse, on les vereot toudis aller à l'drisse. N'va surtout pos dire cha à propeos d'no p'tit Oscar à Ludivine et à Poleo, bé, te sais bin qu'i-veont, tout d'suite, nous printe pou eine bande de seots. Creos-me tout cha ch'est des cacoules, Marie Capenoule ch'est eine fouteusse d'coules, dis hardimint, si ch'est pou ti avoir l'pépette d'ses queontes, ceulle Marie-galousse, i-n'veaut mieux pus que te l'rincontes ".

Ch'est à l'école des p'tits quious qu'à treos ans et d'mi i-est allé, i-arriveot toudis à l'deuxième heure, i-li falleot du temps pou qui soiche dérévié. S'mamère elle n'oseot pus li faire eine tarteine à l'confiture, i-s'indormeot pa d'zeur, in mingeant, et i-in fouteot tout plein s'figure.

Au bout d'chaque trimestre, à l'réunieon des parints, l'institutrice leu canteot l'même orfrain :

"Ch'est ein infant très calme, je n'l'ai jamais vu s'énerver, laichez le faire, i-ne feaut pos treop l'pousser".

Pou l'scolarité, cha n's'a pos treop bin passé pasque chaque classe i-les a doublées. Quoisque vous voulez, i-aveot à peine ouvert s'cahier que l'cours i-éteot d'jà terminé. In histoire, i-étudieot acore l'époque des romains que l'maîte i-parleot d'jà aux eautes d'Christine de Lalaing. Ch'éteot l'même pou les dictées, quançque l'instituteur i-aveot fini, su s'fuèlle, ch'est seul'mint les prumiers meots qu'i-aveot écrits. A l'fin d'l'ainnée, s'cahier i-éteot tout nué.

On a fini pa li deonner s'diplôme alors qu'i-alleot avoir vingt ans, simplemint pasqu'i-n'saveot pus s'assir su les bancs. L'directieon elle a réuni ein concel de classe estraordinaire, l'jour dusque d'eine pétite cayère i-a passé à travers. Dire que pindant pus d'quatorze ainnées, pou ête seûr, que c'luséau d'garcheon, à l'école i-arrife à l'heure, Solange elle l'a fait lever, tous les matins, à chinq heures. 

J'deos orconnaîte que su ein point elle aveot eu raiseon, l'vielle Marie-galousse, quançqu'elle aveot déclaré qu'i-areot toudis été "à la va comme j'te pousse" !

Adeon, on comprind qu'i-n'a rien d'estraordinaire que c'garcheon-là i-soiche resté célibataire, tous ces rindez-vous i-les a minqués, l'file n'éteot pus là, d'l'attinte elle éteot fatiguée. 

Comme i-falleot bin li trouver d'l'ouvrache, pa l'orientatieon professionnelle i-a fait ein passache. L'heomme qui s'a occupé d'li, pindant huit jours i-n'a pos dormi.

"Quoisque je peux faire ave ein parel lusoteu, i-va ête foutu déhors in moins d'deux. Je m'deminde bin queu patreon voudreot printe ein parel leum'cheon. Comme areot dit, du temps qu'elle viveot, m'belle-mère Yvonne, i-n'feaut pos l'raviser à deux feos pou vir ch'est eine leonque preone".

Ch'est alors que l'heomme i-a eu comme eine leumière, i-li a fait inveyer un CV à l'Société Nationale des Qu'mins d'Fier. Ein meos après, Oscar, i-éteot ingagé et on l'a affecté à l'line Bruxelles-Tournai.

Ch'est l'dénommée line du cauchemar dusque les trains i-seont toudis in r'tard. D'puis l'moumint qu'i-quitteot Bruxelles Centrale jusqu'à l'arrivée dins l'gare de Hal, ch'éteot l'partie du parcours qui préféreot pasqu'ave tous les feux rouches, l'pus souvint i-freineot. Ch'n'éteot pus l'même inter l'gare d'Enghien et l'arrivée dins l'line droite d'Warchin, i-d'veot mette l'grande vitesse et, là-vas, i-éteot bin leon d'ête à s'n'aisse. Pou arriver à s'n'ortraite, i-a mordu su s'chique, pindant plus d'trinte-chinq ans, in s'accrochant à ses manettes et in actionnant l'chiffleot tout in trannant.

Pou n'pos qui soiche treop esquinté, ch'est à treos-quarts temps qu'on l'a fait ouvrer. In écrivant s'biographie, ainsin, j'ai infin trouvé l'solutieon d'ein riche mystère, l'répeonse au casse-tiête pou m'n'amisse nav'tteu qui a pou préneom Pierre. Ov'là l'unique raiseon pourquoi les trains de l'line nonante-quate, i-n'arrive'tent jamais à l'heure treos feos su quate. 

L'jour dusque'on l'a ortraité, eine fiête su l'quai à Tournai pa ses collègues a été organisée et..., c'soir-là, l'train i-n'est jamais arrivé. I-aveot eu eine copure d'courant, jusse après Bassily, in plein mitan des camps. Treos heures après, Oscar i-est arrivé tout douch'mint ermorqué pa eine eaute train.

On areot pus acroire que ch'alleot l'canger du train-train quotidien, qu'on l'areot vu, pou l'prumière feos, s'débalter ave ses copains. Be neon, neon, alors que tertous chiffleot'ent leu chinquième pinte, l'brafe Oscar i-n'saveot pos acore quoisqu'i-alleot printe

Attintieon : tout orsannance ave eine perseonne existant ou bi ayant existé proviendreot du pus pur des hasards ! Et on n'sait toudis pos pourquoi l'train Tournai-Bruxelles i-est toudis in r'tard !

(lexique : ein leongiva (on écrit également longiva) : un lambin, une personne qui se caractérise par une extrême lenteur / aujord'hui : aujourd'hui / eine feos acore : une fois encore / ceulle : cette / ave : avec / l'buée : la lessive / quançque : lorsque / ainsin : ainsi / lommint : longtemps / débibocher : contrarier / toudis : toujours / ichi : ici / raqueonter : raconter / ein garcheon : un garçon / pos leon : pas loin / l'Marché au Pisseon : le Marché au Poisson / inter : entre / pétête : peut-être / porméner : promener / des sorlets à daches : des souliers cloutés / ein galu : une gourde bien souvent en fer blanc permettant de conserver une boisson chaude / avancher : avancer / ein gavu : un pigeon à grosse gorge, un pigean a tendance à secouer la tête d'avant en arrière à chaque pas / surlommer : surnommer / ein leoncul : un paresseux, une personne qui n'est pas rapide / l'ruache : la rangée de rue et par extension le quartier / mareonner : murmurer / les visins : les voisins / l'vinte de s'mamère : le ventre de sa mère / eine paufe feimme : une pauvre femme / impanchl'outée : enceinte (expression encore parfois utilisée mais considérée désormais comme vulgaire) / caire : tomber / sintu : senti / s'délaminter : se lamenter / acroire : croire / ertarder : retarder / pasque : parce que / qu'mincher ou (commincher) : commencer / babiéler : bavarder / ein alloire : appareil en bois équipé d'une planchette coulissante entre deux barres parallèles servant à apprendre à marcher en toute sécurité / buquer : frapper, heurter / nurvart : nulle part / crolé : bouclé, frisé / s'déplacher : se déplacer / douch'mint : doucement / ceu : celui / queusi : choisi / des sorchell'ries : des sorcelleries / ein rotleot : un roitelet, terme utilisé pour désigner un petit enfant / eine safriquette : une jeune fille fort éveillée, en avance pour son âge / avoir du lari : avoir du plaisir / aller à l'drisse : aller à la diarrhée / des seots : des sots / des cacoules : des mensonges / eine fouteusse de coules : une personne qui raconte des bobards / avoir l'pépette : avoir peur / des queontes : des contes, des histoires / eine Marie-galousse : une sorcière / les quious : désigne un enfant en âge d'école maternelle / ête dérévié : être réveillé / pa d'zeur : dessus / s'in foute : s'en mettre / canter : chanter / ein orfrain : un refrain / laicher : laisser / quoisque : qu'est-ce que / l'maîte : le maître / les eautes : les autres / l'fuèlle : la feuille / nué : nouveau, neuf / s'assir : s'asseoir / dusque : où / eine cayère : une chaise / ête seûr : être sûr / l'luséau : le nonchalant / orconnaîte : reconnaître / adeon : donc / soiche : soit / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / li : lui / ein parel lusoteu : un pareil lent à l'ouvrage / queu : quel / ein leum'cheon : un limaçon / raviser : regarder / eine leonque preone (preone = prune) cette expression qualifie parfois des personnes qui ne sont pas vives / eine leumière : une lumière / inveyer : envoyer / ein meos : un mois / l'line : la ligne / l'moumint : le moment / rouche : rouge / n'pos ête à s'n'aisse : ne pas être à l'aise / l'ortraite : la retraite / chiffler : siffler / tranner : trembler / ouvrer : travailler / ein amisse : un ami / eine copure : une coupure / jusse : juste / in plein mitan des camps : au beau milieu des champs / ermorqué : remorqué / canger : changer / s'débalter : se déchaîner / Bé neon : eh bien non / chiffler eine pinte : avaler un verre de bière d'un seul trait / chinquième : cinquième / printe : prendre / orsannance : ressemblance).

S.T. octobre 2016.

19:31 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.