01 oct.
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (378)

Pou vife hureux..

On intind alfeos : "Pou vife hureux, restons muchés", ov'là eine espressieon que j'ai toudis aimée. Comme j'sus tolérant, j'comprinds que pou certains ch'est important de s'mette, à chaque feos, au prumier plan. On appelle cha l'seo du pouvoir mais on sanne oblier l'rançon d'la gloire. Quoisque cha rapporte d'avoir s'portrait su internet ou bin des artiques su l'pache d'eine gazette ? Pourquoi certains cache'tent à ête vu au journal télévisé, pourquoi les mêmes binettes on deot toudis orwettier ? Cha n'a jamais permis d'orchevoir ein prix mais cha amène alfeos d'fameux innuis. Pourvu que, souvint, on parle d'mi que cha soiche in bin ou in mal, ch'est l'crédo d'bramint d'politiciens du concel communal jusqu'au gouvernemint fédéral. 

Acore que si on souhaiteot, à not'époque, vife muché, i-feaudreot aller bin leon pou m'pos ête ortrouvé. Aller à l'pompe à essence, payer dins ein grand magasin, inveyer ein mail à eine connissance ou bin régler eine facture pa viremint, ch'est ein peu comme si, à l'trache, on n'éteot suivi et eine inquête peut ercomposer tous les momints d'no vie. 

Acoutez ichi l'amisse "Big Brother", ov'là ein qui n'minque pos d'air :

"Au matin, vous étiez d'jà d'bout ein peu avant huit heures pasqu'on veot qu'vous avez alleumé vot' ordinateur. A nuef heures vous avez été chez l'boulinger et eine demi-heure après vous avez passé chez l'boucher, on peut même dire combin cha vous a coûté. Ch'est bizarre, i-vous a fallu lommint alors que les deux magasins seont visins ! In c'momint, vous n'devez pos ête fort bin pasqu'à l'pharmaç'rie vous avez acaté des médicamints et vous n'avez pos eu d'sanche pasque l'agint constateur i-a ormarqué que vous n'aviez pos aliminté l'horodateur. Vo feimme pindant ein heure au télépheone elle a babiélé, on s'deminde vraimint quoisqu'elle aveot tout à raqueonter. A propeos, là dusque vous avez été avant-hier, on a constaté que l'essence elle n'éteot pos tchère. Hier, ch'éteot l'dernier jour pou vous payer vos contributieons; comme vous l'avez oblié, vous allez avoir eine riche sanctieon...". Grâce à les cartes pou les paiemints et les caméras, à vot insu, ch'est comme si vous vous pormeniez dins l'rue, tout nu ! 

Pou ein jour dresser vo line du temps, on vous ravise à chaque instant. 

Bin seûr, vous avez l'solutieon d'l'île déserte in plein mitan du Pacifique mais ch'est sans queompter su les puissants moyens techniques. Là-héaut, ein satellite, à pus d'chinquante kilomètes, i-peut détecter ein cailléau ou bin eine alleumette, vous pouvez m'acroire, i-feaudreot vraimint ête biête pou pinser qu'on n's'areot pos, là-vas, ortrouver vo tiête.

Aujord'hui, je n'vas pos ichi vous parler des gins qui ont queusi d'vife muchés et les "M'as-tu vu", j'vas aussi les laicher d'côté, cha leu f'reot treop d'honneur que d'les évoquer.  Neon, neon, j'voudreos attirer l'attintieon su eine nouvelle tribu, l'ceulle des gins qu'asteur on appellle dins les faits divers, les "Bin connus".

I-feaut dire que ces gins-là i-in a beauqueop et i-seont toudis dins tous les mauvais queops. Dins les trafics et les agressieons, dins les vols et les destructieons, on truèfe toudis les mêmes artisses, les "bin connus" des services de police. On les arrête à chaque queop et i-z'orcomminchent à chaque feos. Même condamnés à chinq ou dix reprisses pa la justice, dès leu sortie, ces albrans continuent à assouvir leus vices.

Garcheons et files, rassimblés in bandes su les trottoirs, i-foutent l'barpe aux passants du matin jusqu'au soir. Obliant l'usache d'eine poubelle, i-z'amonchelle'tent les déchets à l'pelle, i-foutent des crasses dins les halls d'intrée et su les appuis d'ferniêtes des magasins ou des particuliers. On les intind souvint berler et orclamer eine piéchette pou aller, tout aussi vite, querre au magasin eine paire de canettes. On veot régulièremint les agints d'ville venir les disperser et comme des couleons i-z'orcaittent su l'trappe chinq minutes après. Dins l'ville, les cache-à-couanne sont bin connus et j'sus bin seûr que vous in avez d'jà vus. "Bin connus", ch'est malhureus'mint l'terme dev'nu banal dins l'rubrique des faits divers ou les attindus d'un tribunal.

Ein vol, ein pleine journée, dins ein rue, n'cachez pos ch'est ein bin connu. Vot' argint involé à l'porte d'eine banque, ch'est acore eine de ces fameusses branques. Des coins sales dins no ville, ch'est à causse de ces agozils. Ein attroup'mint su l'quai d'la gare, i-seont là prêts à cacher la bagarre. 

Eusses, "Pou vife hureux, i-ont b'soin de s'moutrer", i-n'ont qu'cha à faire tout au leong d'eine journée.

I-a eine eaute catégorie d'individus qui, ave l'crisse économique, elle est apparue, ch'est des "insolvapes" que j'vas vous parler, attintieon, les ceusses qui organise'tent leu insolvabilité. I-a asteur bramint d'gins dont i-n'feaut surtout pos croiser l'quémin. Des agripeus, des ach'vareus, des casseus, des faux brimbeus à qui l'justice elle ne sait rien faire pasqu'eine feos rattrapés, i-anneonche'tent vife dins l'pus grande des misères. Si, pa malheur, vous avez ein accidint ave ces gins-là, attindez-vous à n'pos perchevoir de liards pou réparer vos dégâts. Si i-vous prind, ein queop, l'idée d'aller déposer plainte au commissariat, l'agint i-va vous répeonte, in orlevant les bras, qu'on n'sait rien faire conte ces colas. 

J'me sus rinseigné à beonne source et qui l'areot cru, ces astiqueots, des services de police, i-seont... bin connus.

Pou terminer, j'vas ichi vous dire l'pire, tout cha vous fait pétête sourire ou bin même bin rire mais l'coût orprésinté pou no société pa ces "bins connus", ces "insolvapes" ou ces "M'as-tu vu", ch'est dins nos poches qu'on vient nous l'querre sans s'rinte queompte que, dins ceulle histoire, on est tertous... cocus !   

(lexique : vife : vivre / alfeos : parfois / mucher : cacher / ov'là : voilà / toudis : toujours / eine feos : une fois / l'seo : la soif / sanner : sembler / quoisque : qu'est-ce que / des artiques : des articles / l'pache : la page / cacher : chercher / les binettes : les visages / orwettier (ou raviser) : regarder / orchevoir : recevoir / cha soiche : cela soit / bramint : beaucoup / acore : encore / bin leon : bien loin / inveyer : envoyer / eine trache : une trace / ercomposer : recomposer / acouter : écouter / ichi : ici / acoutez ichi traduit l'expression venez écouter ici ce que j'ai à vous dire / alleumer : allumer / nuef : neuf / lommint : longtemps / visin : voisin / l'pharmaç'rie : la pharmacie / acater : acheter / avoir de l'sanche : avoir de la chance / babiéler : bavarder / raqueonter : raconter / dusque : où / tcher : cher / les contributieons : les contributions, les impôts / s'porméner : se promener / l'line : la ligne / raviser (ou orwettier) : regarder / in plein mitan : au beau milieu / queompter : compter / là-héaut : là-haut / eine alleumette : une allumette / acroire : croire / là-vas : là-bas / biête : bête / queusir : choisir / laicher : laisser / l'ceulle : celle / asteur : maintenant / les queops : les coups / on truèfe : on trouve / orcommincher : recommencer / pa : par / les albrans : les garnements / garcheons et files : garçons et filles / foute l'barpe : importuner / berler : hurler / orclamer : réclamer / eine piéchette : une piécette / aller querre : aller chercher, quérir / des couleons : des pigeons / orcaire : retomber / les cache-à-couanne : les mendiants / ête seûr : être sûr / les fameusses branques : les dévergondés, les libertins / les agozils : les tristes sires, les hommes de rien, les malotrus / s'moutrer : se montrer / tout au leong : tout au long / eaute : autre / les ceusses : ceux / l'quémin : le chemin / les agripeus : les chapardeurs, les voleurs / les ach'vareus : les personnes particulièrement embêtantes, les emmerdeurs / les casseus : les casseurs / les faux brimbeus (ou bribeus) : les mendiants / anneoncher : annoncer / les liards : l'argent / orlever : relever / les colas : les innocents / les astiqueots : les drôles d'individus (au sens premier il s'agit des asticots, larves de mouches) / pétête : peut-être / orprésinter : représenter / s'rinte queompte : se rendre compte).

S.T. septembre 2016.

09:45 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.