23 sept.
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (377)

Babillarte aux ceusses qui ont l'temps de m'lire !

J'sais que vous êtes, au moinse, eine beonne vingtaine à attinte l'billet in patois qui paraît à l'fin de l'sémaine. I-in a même qui seont tout aussi défoutus de n'pos avoir d'nouvelles d'Fifinne et d'Edmeond qu'ein couleonneu, l'diminche au matin, qui, dins l'ciel, i-n'veot pos arriver l'meilleu d'ses couleons. Si cha fait treos ou quate feos in suivant que je n'vous ai pos parlé d'mes deux gins, ch'est pasque j'ai eu bieau aller à leu maseon, je n'les ai pus vus d'puis bin lommint. J'me sus dit qu'i-z'aveot'ent pétête ein dint conte mi, qui n'aveot'ent pétête pos aimé eine séquoi que j'aveos écrit. La vérité ch'est qu'i-seont toudis in train d'trotter dins tous les coins de l'ville, te les rincontes, ein jour près d'la gare et l'lind'main du côté de l'chaussée d'Lille. I-ont bieau ête à l'porte des quater-vingt ans, i-s'in veont porméner, à pied, pa tous les temps.

Verdi, on peut dire que ch'a été ein véritape miraque pou mi pasqu'i-z'éteot'ent mates et, adeon, i-n'ont pos sortis. 

Vous savez bin qu'avec eusses pou lancher l'conversatieon, i-suffit dire : 

"Et alors, quoisque te pinses de l'situatieon, Edmeond ?".

Ceulle phrase, ch'est comme l'sésame d'Ali Baba (neon, je n'vous parle pos d'l'incien marchand d'nougat), ch'est l'clé qui, au Moyen-Ache, permetteot d'ouvère l'cheinture d'chasteté et qui f'seot, tout à n'ein queop, canter à l'feimme :"libérée, délivrée". 

Edmeond i-n'a pos eine si grosse tiête que cha pou pouvoir warder là-d'dins toutes ces idées-là. Et comme à chaque feos, Fifinne elle  met s'grain d'sel, j'me creos alfeos au concel communal quançque l'oppositieon a décidé d'faire bacchanale.

Fifinne elle a dit :

"On est allé su l'plaine pou vir l'karmesse. Biribi, mes amis, bé queu tristesse. Combin j'orgrette l'Friture Bruxelloise et s'petit saleon dusque'on mingeot ein complet ou bin des saurets aux p'tits ogneons".

Edmeond i-a rajouté ave s'n'air tout excité : 

"Combin j'orgrette l'temps des balanchoires dusque l'p'tites mam'zelles laicheot'ent vir, ein bref momint, leu frou-frou d'dintelle. Combin j'voudreos orvir l'vielle chenile in beos et s'toile qui soudain s'rabatteot pou les amoureux s'faire des mamours, te peux ête seûr que Fifinne et mi on in profiteot".

"Quançqu'on alleot au Tir-Photeo, si on toucheot l'cible, eine sirène berleot et quançque t'orwettieos l'dév'lopmmint, t'aveos toudis l'air d'deux riches annochints. Dins eine baraque, soi-disant capturé dins eine forêt vierche, on alleot vir ein sauvache et on n'saveot pos que l'brafe garcheon i-éteot né dins l'Borinache. L'feimme à barpe, elle ne feseot pos d'orclame pou Gilette et l'Hercule de foire i-n'areot même pos su déplacher eine palette". 

"Asteur, t'as des greos machins pou t'inveyer in l'air et t'as l'coeur qui tourne quançque t'orviens su tierre. Acore hureux que jusse avant d'meonter su l'manèche te n'as pos avalé des boules à l'graisse pasque, j'peux t'asseurer, l'ceu qui s'ortruèfe pa d'zous i-n's'reot pos à s'n'aisse". 

"On veyeot aussi des moteos et même eine pétite auteo rouler su les parois verticales d'ein grand tonnieau. Si l'infant n'éteot pos doué à l'pêque aux canards, l'peluche qui gagneot elle t'aveot coûté bin des liards. Avant toute cosse, t'alleos querre là du plaisi et avec eine bande d'amisses t'aveos bin du larri. Pou s'erposer, ch'est au Cintral ou au café du Solel qu'on alleot chiffler eine pinte ou boire ein Pale-Ale. Asteur, ch'est dins eine tente au bord du qu'min et ave l'vint, l'poussière elle est in supplémint. Dis hardimint ! ".

J'li ai dit :

"Te peux toudis déquinte su l'Grand-Plache pour boire t'n'habituel breuvache".

Fifinne elle a répeondu :

"bé, quoisque te dis là, i-n'sareot pos aller jusqu'au centre de l'ville, Mossieu, quançqu'i-a séo, pa d'vant l'prumière buvette, i-arrête tout pile". 

Eine feos acore, j'ai été obligé d'canger l'conversatieon et j'ai bin vite trouvé eine eaute questieon :

"Comme tertous à Tournai, l'lindi, vous avez seûrmint fait braderie ?".

Ch'est Fifinne qui a pris l'relais comme dins ein journal télévisé.

"On est sortis avant siept heures et au bas du peont, les ouverriers metteot'ent des greos blocs d'béteon et tout in bas de l'rue d'l'Yser, in puque de ces grosses pierres, i-aveot aussi des barrières d'fier, ch'est l'prouèfe qu'on vit dins ein meonte d'loleos et que des gins i-devienne'tent total'mint seots. Edmeond et mi on s'a dit qu'elle commincheot d'jà bin l'braderie. A midi, jusse à l'porte du Zorba, on a vu eine couple qui s'teneot po bras. Ch'est l'diminche après-deîner, aux conférinces d'l'école d'Horticulture, qu'on veyeot ces deux gins du temps qu'on aveot acore, à no maseon de l'rue Montifaut, no p'tit gardin. J'ai félicité ces deux perseonnes in disant qu'i-z'éteot'ent toudis aussi jeones, que d'puis qu'on les aveot pus vus, i-n'aveot'ent pos cangé, si, si, qu'i-a dit l'heomme, qui deot, si j'm'in rappelle bin, s'appe'ler René, i-a ein an, on a déménagé ! ".

"Dins l'temps, les gins pouveot'ent chiner, t'aveos les vieux rossignols sortis des guerniers, asteur, bé ch'est ein grand marché, i-a même, comme l'saim'di, tous les vindeus pakistanais. Ceulle ainnée, i-aveot ein marchand d'toubaque et ein eaute qui f'seot des coucoubaques, i-aveot même ein marchand d'produit d'vaisselle qui moutreot qu'ave ceulle boutelle à chinquant eureos les verres i-étincellent. Edmeond i-a voulu acater ein caleçon ave l'mintieon : "ch'est mi qui est maîte à m'maseon". J'l'ai ormis su l'étalache et j'li ai viv'mint déconseillé in li disant que j'saveos bin que ch'n'éteot pos vrai"! ".

A c'momint là, no brafe Fifinne elle partit faire ein tour dins l'cuisine pasque, quançqu'on intind qu'l'ieau elle bout, i-est bin vite temps de l'verser dins l'cauchette du marabout

Edmeond i-a profité qu'elle n'éteot pos là pou s'pincher et m'dire tout bas :

"J'ai acaté, dins l'rue Royale, du carabouya in cachette, j'in chuche toudis ein quançque j'orviens ein peu pompette. Et si m'feimme elle me d'minde ce qu'elle sint là, j'li dit qu'ch'n'est rien qu'ch'est l'naque du carabouya".

I-a eine cosse que j'ai ormarqué, ch'est qu'Fifinne, malgré s'n'âche, elle a acore l'orelle fine :

"Quoisqu'ave l'Optimisse, t'es in train d'marmouser, j'ai aperchu t'tiête du ceu qui est occupé à comploter".

"j'parleos des affaires que dins l'temps on pouveot faire. J'diseos qu'ave cheonq chints francs, te rimplicheos t'cabas i-a, à peine, vingt ans. Pou c'prix là, t'as eine feos acaté ein caraqueo brodé et mi eine quémisse et ein bieau gilet. Et ave l'reste d'l'argint on a fini in buvant des pintes au Régint".

"Et du billet, des écapures i-d'a bramint restées pasque t'es acore orvenu à l'maseon bin quervé".

"Ah mais ch'est à cha qu'cha sert, l'braderie, ch'est avant tout pou oblier ses soucis".

j'les ai ravisés et j'ai solennell'mint déclaré  :

"A Tournai, après l'braderie, on dit que l'été i-est fini".

"Ch'éteot beon avant. Après l'braderie, on rallumeot l'cauffache mais asteur on va continuer à queurir tout nu comme des sauvaches".

Comme on approcheot du soir, j'ai profité pou leu dire au-revoir.

"Su m'blog, j'm'appelle pétête l'Optimisse mais j'n'ai pos invie d'jeuer les nudisses".

Diminche, on fiête les Hermann ou Herman et comme dit l'dicton :

"A la saint Herman, i-est temps d'sortir t'caban" pourquoi j'dis cha ? Pasqu'on fiête aussi les Firmin et on dit : "A la saint Firmin, l'hiver i-est in qu'min".

(lexique : eine babillarte (ou eine lette) : une lettre / aux ceusses : à ceux / au moinse : au moins / attinte : attendre / ête défoutu : être déçu / ein couleonneu : un colombophile / les couleons : les pigeons / treos ou quate feos : trois ou quatre fois / lommint : longtemps / toudis : toujours / porméner : promener / pétête : peut-être / eine séquoi : quelque chose / toudis : toujours / porméner : promener / pa : par / verdi : vendredi / ein miraque : un miracle / ête mate : être las, fatigué, fourbu / adeon : donc / eusses : eux / lancher : lancer / quoisque : qu'est-ce que / ceulle : cette / ouvère : ouvrir / l'cheinture : la ceinture / tout à n'ein queop : tout à coup / canter : chanter / warder : garder / alfeos : parfois / l'karmesse : la kermesse, la foire aux manèges / queu : quelle / orgretter : regretter / ein sauret : un hareng saur / les ogneons : les oignons / les balanchoires : les balancoires / les mam'zelles : les demoiselles / laicher vir : laisser voir / orvir : revoir / l'beos : le bois /  ête seûr : être sûr, être certain / berler : hurler / quançque : lorsque / orwettier : regarder / ein annochint : un innocent / ein sauvache : un sauvage / vierche : vierge / l'garcheon : le garçon / l'barpe : la barbe / l'orclame : la réclame / déplacher : déplacer / asteur : maintenant / acore : encore / jusse : juste / l'manèche : le manège / les boules à l'graisse : les beignets, les croustillons / pa d'zous : en dessous / ête à s'n'aisse : être à son aise / l'pèque : la pêche / les liards : l'argent / cosse : chose / querre : chercher / avoir bin du lari : avoir de la joie, de l'amusement / s'erposer : se reposer / chiffler un verre : boire un verre d'un seul trait / l'qu'min (ou l'quémin) : le chemin / déquinte : des cendre / ein breuvache : un breuvage / avoir séo : avoir soif / l'prumière : la première / canger : changer / tertous : tous / siept : sept / les ouverriers : les ouvriers / in puque : en plus / l'fier : le fer / l'prouèfe : la preuve / ein meonte d' loleos : un monde d'innocents / ête seot : être sot / commincher (ou qu'mincher) : commencer / les guerniers : les greniers / l'saim'di : le samedi / l'toubaque : le tabac / les coucoubaques : les crêpes / moutrer : montrer / acater : acheter / ormette (ou ermette ) : remettre / l'étalache : l'étalage / l'cauchette du marabout : le filtre (en tissu) de la cafetière / s'pincher : se pencher / du carabouya : sorte de bonbon noir au goût anisé vendu par des Africains sur les marchés et dans le foires / chucher : sucer / l'naque : le parfum / l'âche : l'âge / marmouser : murmurer / aperchevoir : apercevoir / cheonq chints : cinq cents (se prononce plus facilement que chinq chints) / l'cabas : le sac à provision, le sac qu'on emporte pour les commissions / ein caraqueo : sorte de blouse pour femme / eine quémisse : une chemise / les écapures : les petites sommes d'argent laissées pour un pourboire / bramint : beaucoup / quervé : ivre / oblier : oublier / raviser : regarder / l'cauffache : le chauffage / queurir : courir / jeuer : jouer / les nudisses : les nudistes).

S.T. septembre 2016.

19:29 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Belles parodies de tant de vérités.

Écrit par : Luc FERON | 26/09/2016

Répondre à ce commentaire

Je fais partie de cette vingtaine de personnes qui attend ton article en patois avec impatience....

Je revis des années passées parce que finalement le temps passe.....si vite
45 ans déjà que nous nous connaissons....

Lorsque tu évoques des anecdotes se rapportant à mes parents, cela me fait chaud au cœur, merci pour eux et merci pour moi !

Écrit par : rauwers | 29/09/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.