17 sept.
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (376)

L'sémaine du bieau langache

Ch'est pétête pasqu'elle est née dins l'midi, à Valence, qu'Hortense elle est toudis restée, comme on dit, très vielle France. In quarante, au meos d'mai, quançqu'à Tournai, i-a fallu évacuer, ses parints i-ont bin vite queuru chez des cousins français.

Pou parler, d'puis qu'elle est toute jeone, ceulle feimme elle a toudis fait des preones. Comme direot eine file d'Ere que j'ai acore vu pos pus tard qu'avant-hier : "On rinconte alfeos dins no vie des gins qui mettent les preones dins les quertins".

D'puis septante ans, on n'a jamais intindu Hortense dire ein seul meot d'tournisien, i-feaut acroire que no langache, ch'est pus difficile pou elle que d'parler flamind.

A eine amisse, elle a ein jour dit :

"J'ai beau, à maintes reprises, avoir essayé, très chère, pour moi, c'est une langue un tantinet vulgaire".

Des propeos parels je n'peux pos les accepter pasque ch'est mes incêtres qui seont insultés. No patois, ch'est l'lanque de no macheons qui, in ouvrant, cantent leu cancheon, ch'est l'ceulle des caufourniers ou des cauderliers qui ouvreot'ent dins l'poussière ou l'boucan des at'liers. No patois, ch'est les meots qu'on intind résonner autour de l'planque d'ein jeu d'fier ou d'eine tape d'jeu d'cartes pindant les leongues soirées d'hiver. Ch'est l'parlache qui est jalous'mint et précieus'mint wardé pa les Filles, Celles picardes et les joyeux compagnieons du Cabaret. No patois, ch'est l'raminvrance d'Louis Urbain et d'Eloi Baudimont, d'Jean-Pierre Verbeke ou d'Lucien Feron. Ch'est l'plaisi d'no jeonesse quançqu'on acouteot, à l'orvue, Jojo et Nénesse. Traduire, comme Bruno Delmotte, nos bandes dessinées in picard, d'puis toudis, j'in sus convaincu que cha s'appelle d'l'art. Dins bramint d'familes on n'parle pus l'Tournisien, i-feaut dire qu'i-a eu ein fameux brassache d'gins. Même dins les écoles, on a interdit l'usache du Tournisien mais les infants i-pourreot'ent apprinte l'japonais ou bin l'mandarin. 

J'ai bin essayé plusieurs feos d'faire comprinte à Hortense que l'Français, ch'n'est final'mint que l'patois d'l'Ile de France.

"Sachez que je me drape du surplis de ma dignité, jamais un de ces mots de bas étages, je n'utiliserai".

Ch'est vrai que pou comprinte ceulle septuagénaire, i-faudreot souvint printe ein dictionnaire. Elle imploie des tournures littéraires que te n'truèfes même pus dins l'Petit Robert.

J'vas vous raqueonter ce qu'elle m'a ein jour dit, ave cha, vous s'rez fixé, vous arez vite compris. Ch'éteot jusse in face du chim'tière d'Mulette dusqu'est intierrée s'mamère Yvette. 

Ch'éteot pindant l'meos d'avril :

"Nous assistons à une attaque généralisée du pré-printemps contrecarrée de façon non moins sévère par une contre-offensive du post-hiver. Allez donc traduire cela dans votre langage populaire".

"On sint orvenir les bieaux jours mais l'feond d'l'air i-est acore fraîque" que j'li ai répeondu tout fier.

Veyant arriver ein heomme qui titubeot :

"Cet homme a encore exagéré avec la dive bouteille, tu ne saurais pas traduire une expression pareille"

"Si fait, si fait, à m'mote qu'm'heomme i-est bin quervé".

Rincontrant ein infant qui orveneot d'l'école :

"Ce pauvre marmot possède un pantalon beaucoup trop large, il est obligé de le tenir à deux mains"

"L'pétit i-perd s'mareonne !".

"Avez-vous vu cette femme bien en chair, c'est une personne callipyge".

"Ch'est ein badoulette ave des grossés fesses".

"Cela m'agace profondément que tu trouves toujours une expression chaque fois que je te dis quelque chose".

"Cha vous imbête, hein, que j'ai toudis eine pièche à mette au tréo".

Parlant d'eine feimme ave ein visache marqué pa l'mauvaisse vie qu'elle mène :

"L'abus des plaisirs épuise vite la personne et son visage s'en ressent".

"L'ceu qui alleume l'candelle pa les deux bouts, i-est béteôt à l'mitan".

"A mon âge, le docteur m'a conseillée de marcher de façon à conserver la forme et à ainsi vivre plus longtemps".

"Cul dins l'fauteul, pied dins l'cerqueul. Rester assis su s'cayère n'ormue pos l'sang".

"J'ai longtemps réfléchi à un éventuel mariage et, hélas, je n'ai pu me décider".

"Qui treop queusit mal élit". In disant cha, s'tiête elle a cangé !

Veyant venir un couple composé d'eine heomme maiguerleot et d'eine feimme comme ein char d'assaut :

"Cet homme fait pitié à voir mais par contre son épouse fait envie"

"M'n'heomme i-n'se pormène pos ave s'mitan mais bin ave s'double".

"j'ai dû faire appel à un homme de métier pour réparer une prise de courant , je n'avais pas le matériel idoine".

"Pou ti faire ein beon ouvrache, i-t'feaut ein beon otiache" tout l'meonte sait cha, même ein coinne.

Evoquant ein heomme d'mauvaisse humeur :

C'est homme est d'une maussaderie, sa femme doit vivre un véritable calvaire".

M'n'heomme i-a toudis s'gueule in rache, s'feimme n'deot pos rire tous les jours".

"Quand je sors de chez moi, avec mon ombrelle, mon chapeau à fleurs et mes gants de dentelles, les enfants du quartier se gaussent de moi. Voilà qui n'est pas facile de traduire en tournaisien"

J'ai pos osu li dire que j'veyeos d'ichi l'tablature et j'li ai répeondu :

"A vir ainsin comme j'sus attifée, les p'tits rotleots du ruache s'foutent d'mi (et on les comprind !)".

Comme j'aimeos l'acouter raqueonter ses bernettes, j'l'ai invitée à printe eine pinte, in face, à l'Vielle Guinguette.

Elle a dû s'faire violence, no beonne vielle Hortense quançqu'elle m'a ravisé et dit tout à n'ein queop :

"Mi, aller dins ein bistreot, te m'as jamais bin orwettié, je n'beos pos".

Vous veyez bin que quançqu'on veut, on peut !

"Je ne vais point réitérer de telles paroles, je préfère de loin mon langage châtié à cette platitude dans laquelle tu te complais pour t'exprimer, c'est une langue de manants, de vils et de gueux".

"Bé l'ov'là, chassez à l'naturel, i-orvient au galop, ch'est bin malhureux, neon mais, ceulle esbroufeusse, elle direot bin qu'on parle comme des bouseux".  

(lexique : pétête : peut-être / pasque : parce que / toudis : toujours / l'meos : le mois / quançque : lorsque / queurir : courir / jeone : jeune / ceulle feimme : cette femme / faire des preones : faire des manières pour parler / pus : plus / acore : encore / alfeos : parfois / ein quertin : un panier à anse et à couvercle / acroire : croire / l'langache : le langage / eine amisse : une amie / parels : pareils / l'lanque : la langue / les macheons : les maçons / l'cancheon (ou l'cancheonne) : la chanson / ein caufournier : un ouvrier de four à chaux / ein cauderlier : un chaudronnier / ouvrer : travailler / les at'liers : les ateliers / l'planque : la planche / l'tape : la table / l'parlache : le langage / warder : garder / l'raminvrance : la souvenance, le souvenir / no jeonesse : notre jeunesse / bramint : beauoup / l'brassache : le brassage / l'usache : l'usage / comprinte : comprendre / printe : prendre / te truèfes : tu trouves / raqueonter : raconter / jusse : juste / l'chim'tière d'Mulette : le cimetière du Sud (Mulette serait le nom de la première personne qui y fut inhumée) / orvenir : revenir / fraîque : frais / veyant : voyant / à m'mote : selon moi, à mon avis / quervé : ivre / l'mareonne : la culotte, le pantalon / ein badoulette : une femme grassouillette / eine pièche : une pièce / l'tréo : le trou / l'ceu : celui / alleumer : allumer / l'candelle : la chandelle, la bougie / béteôt : bientôt / l'mitan : la moitié / cerqueul : cerceuil / l'cayère : la chaise / s'ormuer : se remuer / queusir : choisir / cangé : changé / maiguerleot : malingre, chétif / s'porméner (ou s'pourméner) se promener / l'otiache : l'outillage / ein coinne : un imbécile (mot qui n'est plus guère utilisé tant mieux pour tous les Coinne dont c'est  le nom de famille) / avoir s'gueule in rache : faire la tête, être en colère / osu : osé / ichi : ici / l'tablature : la situation gênante, ridicule / attifée : vêtue mais avec mauvais goût / les rotleots : les roitelets, désignent amicalement les petits enfants / l'ruache : la reu, le quartier / s'foutent d'mi : se moquent de moi / acouter : écouter / les bernettes : les bagatelles / raviser (ou orwettier) : regarder / tout à n'ein queop : tout à coup / ov'là : voilà / eine esbroufeusse : une personne qui a des manières affectées, peu naturelles, une faiseuse d'embarras).

S.T. septembre 2016. 

09:37 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.