15 sept.
2016

Tournai : les festivités de septembre (1)

Mêlant religieux et profane, les membres du comité de la Grande Procession et les Amis de Tournai rejoints, lundi, par l'Association des Commerçants se sont unis, pour la deuxième année consécutive, afin d'offrir aux Tournaisiens et à leurs visiteurs un week-end festif qui a permis de mettre entre parenthèses les trop nombreuses mauvaises nouvelles reçues presque quotidiennement durant l'année.

Pendant trois jours, les différents organisateurs n'ont pas lésiné sur les moyens pour ravir les plus difficiles et, une fois encore, les absents eurent tort, une nouvelle fois l'expression n'est pas dénaturée !

Samedi 10 : la Grande Marche des Géants.

Le jour était à peine levé sur la campagne des environs de Velaines que, déjà, la place communale de cette petite bourgade connaissait une animation peu habituelle. Réveillés par le Grand Sonneur, une dizaine de géants de villages s'y étaient rassemblés, prêts à rejoindre, au terme d'une longue promenade, la cité des cinq clochers. Après avoir englouti un copieux petit déjeuner, avec un léger retard sur l'horaire annoncé, porteurs et accompagnateurs se mirent en route. Dans le ciel d'azur, le soleil, sorti de sa torpeur nocturne, avait décidé d'être lui aussi de la partie. L'astre du jour qui avait sérieusement boudé la fête l'année dernière n'allait pas, cette fois, faire faux bond. 

Après quelques kilomètres, la joyeuse troupe à la tête de laquelle, on trouvait les "petits géants, sonneurs de cloches" entourant le Grand Sonneur, entamait la montée du col Jubaru et du Mont Saint-Aubert. Hisser les grandes carcasses tout là-haut demanda bien du courage aux porteurs mais la récompense fut au rendez-vous. Sur le "toit" tournaisien, un barbecue fut le bienvenu.

2016.09.10 la Marche des Géants Grand-Place (1).jpg

Il ne faut surtout pas imaginer que la descente de ce géant de Wallonie Picarde fut de tout repos car il est tout aussi difficile de freiner ces grandes "postures" (comme on dit à Ath) que de leur faire gravir les côtes. Un arrêt vers 14h30 sur la place de Kain-la-Tombe permit à chacun de se s'hydrater et de reprendre des forces alors, qu'infatigable, la troupe des petits géants, sonneurs de cloches, dansait sur un asphalte chauffé à blanc par un Messire Phébus extrêmement généreux.

2016.09.10 la Marche des Géants rue Perdue (1).jpg

"Ils arrivent" !

2016.09.10 la Marche des Géants rue Perdue (2).jpg

Il allait être seize heures lorsque le public qui patientait dans la rue Perdue vit déboucher la joyeuse troupe de la rue Tête d'Argent. Le groupe avait été accueilli à l'entrée de la ville par les Croisés Lethalde et Engelbert. Faisant un crochet par la bien nommée rue des Cloches, Grand Sonneur, Géants, musiques et accompagnateurs débouchèrent à hauteur du Fort Rouge. Après un moment de repos, il restait à avaler quelques pavés pour rejoindre, par la rue des Maux, le forum tournaisien. 

 

 

Sur le kiosque, l'Harmonie des Volontaires Pompiers interprétant les chansons tournaisiennes les accueillit et emmena alors les Géants, les petits sonneurs et le public présent dans une folle farandole, également rythmée par le tintement de la cloche du Grand Sonneur. Dans la foule, on vit même Marie-Christine Marghem, Ministre de l'Energie, tomber sous le charme du géant de Thimougies, peut-être tout simplement parce qu'il s'appelle... Charles II ou qu'il est tout de bleu vêtu ! 

 

2016.09.10 la Marche des Géants Jean-Claude Dupret.jpg

 

2016.09.10 la Marche des Géants Grand-Place (2).jpg

La journée n'était pas terminée, à 18h, en la cathédrale Notre-Dame, Mgr Guy Harpigny présida un office pontifical. A la fin de celui-ci, Rudy Demotte, Bourgmestre de Tournai accompagné des Doyens et Vice-Doyens des Corporations entra dans le prestigieux édifice afin de remettre à l'Evêque les clés de la Ville. Par ce geste symbolique, réminiscence de ce qui se faisait déjà au Moyen-Age, l'autorité communale permettait à la Procession du lendemain de parcourir les rues de la cité. Afin d'annoncer la journée de dimanche, trois cloches lumineuses survolèrent alors, majestueusement, les fidèles qui n'en croyaient pas leurs yeux. Le réalisateur Monsieur Zo et la troupe des Facteurs d'Amour avait marqué de leur empreinte cette première journée du triptyque tournaisien. 

Toute ma gratitude va à Renelde Rauwers pour les documents photographiques qui illustrent cet article.

(S.T. septembre 2016).

13:04 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, géants, monsieur zo, grand sonneur |

Les commentaires sont fermés.