09 sept.
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (375)

"Rinconte inattindue" inter... Edmeond et ein philosophe !

Quancque j'sus allé rinte visite, ceulle sémaine, à Fifinne et Edmeond, i-aveot ein heomme que j'veyos pou l'prumière feos à leu maseon. 

"Ch'te présinte ein garcheon qui est v'nu ave mi à l'pétite école, m'n'amisse Clovis, ch'est ein philosophe, même que ces visins l'appellent l'Tahar Ben Jelloun d'Saint-Brice. On éteot in train d'comparer l'vie du temps présint ave l'ceulle qu'aveot'ent connue nos parints et nos inciens. On veot queurir les gins du matin au soir et pou quoi faire, on voudreot bin l'savoir".

Clovis i-m'a lommint orwettié et puis i-s'a mis à parler :

"L'vitesse, creos me, elle comminche d'jà avant te soiches né quançqu'aux prumières douleurs t'mamère elle part pou l'maternité. L'paufe feimme elle ne va pos avoir l'temps de s'préparer pasque si ch'est ein verdi ou eine velle de fiête, tout d'suite, on va li provoquer. I-feaut acroire que les gynécoloques i-seont asteur syndiqués et qui n'veule'tent pus ête déréviés l'diminche ou les jours fériés. Si l'traval i-prind ein peu treop d'temps, i-d'a qui saque'reotent bin vite, déhors, l'infant. L'brafe mamère hureusse mais bin fatiguée, elle pinse alors que dins s'campe elle va s'orposer, bé, moinse de treos jours après, à s'maseon elle est d'jà rinvéyée. 

L'infant, à s'maseon, i-n'a pos l'temps d's'habituer qu'à l'crèche des Greos Poussins i-va d'jà s'ortrouver. L'mamère elle va queurir, au matin, pou l'déposer infardélé et elle va s'dépêcher au soir pou arriver jusse avant que cha n'soiche fermé. Après, cha s'ra l'préparatieon du souper, l'bain du nouvieau-né, tout cha inter l'tétée et l'télé. Au momint d'aller coucher, si l'mopère i-veut ête câliné, elle li dira : surtout pos c'soir, j'sus crevée. 

Cha n'va pos aller mieux l'jour dusqu'i-va rintré in primaire pasque l'quémin d'l'école, asteur, cha orsanne à ein sintier d'la guerre. Pou arriver à l'heure, les parints roule'tent comme des sauvaches jusqu'à l'intrée de l'ville et là, ch'est recta, pou passer les feux, à chaque feos, i-caitent dins des files. Cha s'met alors à s'énerver, à berler au point qu'on intind l'mopère dins tout l'ruache dire à s'feimme : ch'est foutu, j'vas acore ête in r'tard à l'ouvrache.

A peine su s'cayère au buréeau, i-va orchevoir ein queop d'fil de l'directieon li d'mindant : vous pouvez m'apporter, tout d'suite, l'dossier de la famile Ducrayeon. Vers dix heures, inter deux dossiers, i-va s'ruer su l'machine à café pasque pou li t'nir l'queop jusqu'au deîner, ch'est à l'Arabica qui va devoir s'doper. Si pa malheur, l'machine elle coule goutte à goutte et si jamais i-tape d'dzeur, dins s'tasse, i-ara du passe tout-oute.

Combin d'accidints sereot'ent évités si les limitatieons éteot'ent respectées. Su nos routes, combin i-a d'jà eu d'tués pasque des gins ont cru qu'i-z'areo'tent l'temps d'passer. On n'a pos l'temps d'respecter les feux d'circulatieon, on est bin treop pressé d'arriver à destinatieon. Si in ville, pou respecter les piéteons, te roules au pas, i-d'ara tout bin ein, pa d'rière ti, pou t'traiter d'leongiva

L'mote de l'vitesse elle-est bin installée, même quançque ch'est pou s'marier. On rinconte, ein bieau soir, dins eine discothèque, l'pétite dulcinée mais au momint d'passer pa d'vant l'bourguémette, bé, l'infant d'puis lommint i-est d'jà fait. Dins l'ménache, on n'prind même pus l'temps de l'découverte qu'on va vite vir ailleurs si l'hierpe elle est pus verte.

A l'âche de l'ortraite, on creot infin qu'on va s'orposer mais i-a tell'mint à faire qu'on n'a pos assez d'ses journées. L'bus étant (presque) gratis, on l'prind tous les jours pou aller s'pourméner mais, in partant comme in orvenant, i-feaut queurir pou n'pos l'rater. Dins l'grande surface, si jamais i-manque ein prix à ein artique, tous les gins de l'file i-seont aussiteôt prix d'énervemints et alfeos d'tics. On ireot presque arracher l'marchandisse des mains de s'visin in li disant ainsin : i-est beon va, laichez le là, vous n'd'avez pos b'soin. 

Quançque pou morir, pou quitter ceulle tierre vient l'temps, l'vitesse là acore te peux ête seûr qu'elle va t'rattraper au tournant. Si te queusis comme beauqueop de t'faire incinérer, l'paufe curé pindant l'messe i-va devoir accélerer, i-n'feaut pos eine treop leongue homélie pasqu'i-feaut ête à l'heure à Hacquegnies et après, su l'autoroute, l'convoi i-roule à tombeau ouvert pou arriver avant l'fermeture du l'chim'tierre".

Clovis i-a bu ein goutte d'tisaine, l'temps d'orprinte s'n'haleine. Ein philosophe, ch'est comme ein écoleo, cha-n'beot que du thé ou bin d'l'ieau. 

"Au temps jadis, ch'n'éteot pos comme asteur, on n'éteot pos toudis là à raviser l'heure. On n'aveot pos b'soin d'eine rével pasqu'on viveot uniqu'mint ave l'solel. L'cloque du villache, elle rythmeot l'journée, l'Angelus et l'Salut anneoncheot'ent l'momint d'minger ou d'aller s'coucher. On alleot à l'ville ave ein tombereau, à l'vitesse du pas des qu'vieaux.

Ch'est bin souvint su l'tape de l'cuisine que l'mamère s'accoucheot, seul'mint intourée d'ein sache-feimme, d'linches propes et d'ieau. L'naissance elle arriveot l'jour de l'Noë à midi aussi bin que l'lindi d'Pâques à minuit. Jusqu'à l'âche de treos ans, les nourrisseons i-resteot'ent ave leu mamère à leu maseon. Les infants parteot'ent, in bandes, à l'école in jouant aux marpes dins les rigoles. Pus tard, on preneot l'temps d'fréquinter, d'découvrir, jour après jour, l'caractère de l'dulcinée, rar'mint on n'l'areot ingrossée avant de passer pa d'vant Mossieu l'Curé.  

Dins s'professieon, on aimeot l'ouvrache bin fait et on metteot l'temps qui falleot pou l'réaliser. Dins les forches et les usines, on intindeot su l'églème l'cant des martieaux et dins les camps, l'courageux cinsier ouvreot à l'vitesse de ses deux qu'vieaux. On veyeot l'geste lent d'Auguste le semeur, cha deot ête à peu près cha que m'diseot m'n'instituteur. 

L'ortraite ch'éteot l'momint de s'orpsoser d'eine dure vie d'labeur, on profiteot, à deux, tout bell'mint, d'chaque jour et d'chaque heure et quançque veneot l'temps d'fermer ses is, l'défunt i-s'indormeot ave tous ses amisses autour d'li. On laicheot s'éteinte eine candelle su l'tape de nuit, on veilleot l'mort in parlant in leong et in larque d' li. De l'porte d'l'églisse au chim'tierre, on alleot, su ein barou, tout douch'mint, comme si l'défunt vouleot dire ein dernier adieu au gins qui s'trouveot'ent l'leong du qu'min".

No Fifinne qui n'aveot pos 'cor dit ein meot, i-a fallu qu'elle mette s'grain d'sel comme à chaque feos.

"Edmeond et mi, on est marié t'taleur d'puis chinquante ans et j'ai souvint ormaqué que m'n'heomme ch'éteot ein véritape bruant et vous savez c'qu'on dit à Tournai à c'propeos : Quand les bruants ireont à l'processieon, ch'est ti qui port'ra l'drapéeau". I-n'a qu'eine seule cosse pou l'quelle te vas  à feond la caisse, pou chiffler tes pintes, là, i-a pos d' problème, te prinds tertous d'vitesse".

I-a fallu aussi que Clovis i-amène s'pierre à l'édifice :

"Edmeond, si l'Carême i-dure siept ans, t'aras bin fini pou l'Penne'coûte".

"Ah mais ch'est toudis rouf-rouf quand Fifinne elle fait eine séquoi" i-a dit Edmeond 

Fifinne de s'fauteul elle s'a ordressée d'ein beond. 

J'ai acore eine feos compris que cha alleot mal tourner, j'les ai laichés:

"J'deos partir, sais-te, j'sus pressé, à six heures, j'deos orwettié No Télé"

J'n'ai pos osu avouer à Clovis, l'philosophe que j'aveos intindu qu'hélas, mi aussi j'queureos toudis après perdu !

(lexique : eine rinconte : une recontre / inter : entre / quançque : lorsque / rinte : rendre / ceulle : cette / l'prumière feos : la première fois / ein garcheon : un garçon / m'n'amisse : mon ami / les visins : les voisins / queurir : courir / lommint : longtemps / orwettier : regarder / commincher : commencer / soiche : soit / l'mamère : la mère / pasque : parce que /  l'verdi : le vendredi / eine velle : une veille / acroire : croire / asteur : maintenant / ête dérévié : être réveillé / saquer : tirer / hureusse : heureuse / bin : bien / l'campe : la chambre / s'orposer (on dit aussi s'erposer) : se reposer / moinse : moins / s'ortrouver (ou s'ertrouver) : se retrouver / infardélé : emmailloté sommairement / jusse : juste / dusque : où / orsanner : ressembler / des sauvaches : des sauvages / caire : tomber / berler : hurler / l'ruache : la rue, le quartier (populaire) / l'cayère : la chaise / s'ruer : se jeter / l'queop : le coup / l'deîner : le dîner / d'zeur : dessus / du passe tout-oute : un mauvais café avec beaucoup d'eau / pa d'rière : derrière / ein leongiva : un lambin, un traînard / l'mote : la mode / pa d'vant : devant / l'bourguémette : le bourgmestre (le maire) / vir : voir / l'hierpe : l'herbe / l'âche : l'âge / l'ortraite : la retraite / s'pourméner (ou s'porméner) : se promener / ein artique : un article / alfeos : parfois / laicher : laisser / morir : mourir / ête seûr : être sûr / queusir : choisir / beauqueop : beaucoup / l'chim'tierre : le cimetière / l'tisaine : la tisane / toudis : toujours / raviser : regarder / l'rével : le réveil / l'solel : le soleil / l'cloque : la cloche / les qu'vieaux : les chevaux /eine sache-feimme : une sage-femme / des linches : des linges / propes : propres / les marpes : les billes / l'ouvrache : l'ouvrage / les forches : les forges / l'cant : le chant / l'églème : l'enclume / l'martieau : le marteau / les camps : les champs / l'cinsier : le fermier, l'agriculteur / ouvrer : travailler / bell'mint : bellement, en douceur / les is : les yeux / l'candelle : la chandelle, la bougie / l'tape : la table / in leong et in larque : en long et en large, dans le détail / ein barou : un charriot de ferme / douch'mint : doucement / l'leong du qu'min : le long du chemin / t'taleur : tantôt, ici utilisé pour bientôt / ein bruant : un hanneton, utilisé aussi pour un paresseux / eine cosse : une chose / chiffler : siffler, cette expression s'utilise pour "boire un verre (de bière le plus souvent) d'un seul trait" / tertous : tous / l'Penn'coûte : la Pentecôte / rouf-rouf : en vitesse, en bâclant / eine séquoi : quelque chose / osu : osé).

S.T. septembre 2016.

14:31 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.