27 août
2016

11:00

Tournai : expressions tournaisiennes (373)

Des nouvelles fraîques.

Des nouvelles fraîques, intindons-nous bin, ch'est seul'mint eine façeon d'parler pasqu'au momint d'écrire ceulle babillarte, au thermomète, i-fait pos moinse d'trinte-chinq degrés. J'ai tout d'suite pinsé que ceulle canicule elle éteot provoquée pa l'récauff'mint climatique ! Bé neon, neon, à l'météo, i-ont dit que ch'éteot d'l'air quieaud qui v'neot tout dreot d'Afrique. On nous a tout d'abord fait acroire que cha alleot durer deux ou treos jours, puis jusqu'au week-end, mi, j'sus seûr qu'on va warder c'temps-là pindant huit jours. Et si on continue, tous les jours, a ormette eine brique d'dessus, on va finir, comme là-vas, pa pourméner tout nu. 

Vous comperdez que, du queop, j'n'ai pos pu aller vir Fifinne et Edmeond, bin du contraire, cha fait quate jours que j'sus rinserré au fin feond de m'maseon. Du matin au soir, pou impêcher l'caleur d'rintrer, j'laiche les ferniêtes serrées et les volets baissés. J'pinseos, in mi-même, que cha alleot aller mieux ainsin et qu'on alleot pouvoir passer sans problèmes l'mauvais momint, j'aveos oblié ein détal, m'feimme elle n'a jamais supporté de s'trouver infermée, dins l'noir, pindant tout au leong d'eine sainte journée.

"Te sais bin que d'puis toudis j'sus claustrophobe" qu'elle m'a déclaré, si j'n'ai pos d'air et si j'veos pos l'leumière, cha m'prind d'ein seul queop, j'sus mansée.

I-falleot vite trouver eine solutieon pou éviter toutes les discussieons.

"On est debout à six heures au matin, comme i-fait acore fraîque, on profite d'aller dins l'gardin. A huit heures, on va acater nos commissieons pou l'deîner, au Carrefour, on passe l'matinée dins l'rayeon des surgelés. Ave l'timpérature qu'i-a dins l'départemint des fromaches, si te n'veux pos attraper t'croque, t'as intérêt à n'pos ête in nache. Pindant tout l'après-deîner, on orwette l'Vuelta à l'télé, ainsin dins l'pièche l'poste i-deonne eine guisse d'clarté. Quançque l'solel i-est infin couché, on orlève infin tous les volets. On met les moustiquaires pou n'pos ête piqué des picreons et on va s'coucher su s'lit... sans couette et sans édredeon".

Cha m'fait pinser à l'blaque qu'a vécue m'n'ami Marco, l'nuit avant ceulle-ci, i-l'a passée au fraîque à l'amigo.  

I-a pris s'bain à onze heures au soir et i-a orjoint s'campe presque dins l'noir. Intindant du bruit, à mitan indormie, s'feimme elle a alleumé l'leumière, ch'est l'dernière des cosses qu'elle areot dû faire. Elle l'a éteint aussi vite qu'elle a pu quançqu'elle a ormarqué que s'n'heomme i-éteot tout nu. Elle a eu bin des russes pou essayer d'attraper l'fichu cordeon, elle a tell'mint saqué d'dzeur qu'elle s'a foutu ein queop su l'minteon. Aux ferniêtes des maseons, d'habitude, i-n'a jamais ein tchien, mais à causse de l'caleur i-aveot justemint l'feimme d'ein visin. Après bin s'ête rincé l'ouèl, elle a app'lé la police in disant qu'elle aveot vu, pa d'vant s'cassis, ein sale exhibisionnisse. Les deux jeones policières elles seont bin vite arrivées, i-a des intervintieons qu'elles ne voudreot'ent surtout pos minquer. Marco quançqu'i-a intindu l'queop d'sonnette, pa réflexe, i-a été raviser, pa l'ferniête. Les orpésintantes d'l'ordre l'ont vu apparaîte dins, qui direot, l'tenue d'ein infant qui vient d'naîte

"Surtout n'niez pos l'ami, on a bin vu l'objet du délit".

Dins l'camionnette, l'policière elle est allée querre eine couverture pou qu'in sortant de s'maseon, l'malhureux i-a ein peu pus fière allure. Nos deux "Rambo" féminines i-l'ont emmené au commissariat et, là-vas, i-a passé l'nuit inter deux quervés et ein malfrat.

I-a d'mindé à ein des deux quervassins qu'i-éteot'ent à côté d'li :

"Et vous, Mossieu, quoisque vous avez fait pou ête ichi ?".

"J'peux vous asseuré que j'n'ai rien fait, j'ai bu les deux lites comme on a dit à l''télé"

L'prouèfe qui aveot bu ses deux lites, elle éteot inter ses gu'noux, ch'est là que l'buveu mucheot eine boutelle d'Rosé d'Anjou !

D'puis lommint, vous m'connissez, sachez que j'sus bin treop pudique pou vous raqueonter asteur les rêves qu'a fait, ceulle nuit là, s'voisine Monique. A s'n'âche, on a pos souvint l'occasieon d'vir dins l'pus simpe appareil ein si bel Apolleon. I-a bin lommint qu'elle vouleot s'vinger de ceul biec-beos qui laicheot meonter s'n'héyure beauqueop treop héaut. Elle feseot partie d'ces péqueux qui in ravisant chez l'visin seont tout hureux.  

Comme i-areot dit m'viel insitituteur, après ceulle leongue digressieon, on s'a écappé d'no sujet, orveneons bin vite à nos mouteons.

Pou éviter d'avoir seo, j'ai adopté l'méthode allemande dite de Merkel, à l'grande surface, mardi, j'ai acaté eine quarantaine d'boutelles. Angela, l'chancellière de Germanie, à l'télé, elle a dit, ceulle sémaine, qu'elle conseilleot d'faire faire des provisieons, des feos qu'on connaîtreot des problèmes.  

Pou éviter l'désihydratatieon, adeon, j'ai acaté d'lieau minérale mais aussi chinq boutelles d'apéreo pou warder l'moral, bramint d'salates et d'gambeon pou n'pos devoir cuire les préparatieons, des glaches pou les chucher et des pintes pou les chiffler. J'aveos fait mes provisieons, comme on dit, l'plein d'munitieons. D'quoi t'nir des heures et des heures à attinte l'fin de ceulle vague de caleur. 

"L'été s'ra quieaud, l'été s'ra quieaud, dins les t-shirt, dins les mailleots", in pleine canicule, comme si qu'on deot passer des cancheonnes parelles à l'radio. J'areos préféré "Etoile des Neiges" de Line Renaud ou bin, Claude François et s'n' "Homme au Traineau" !

Lindi passé, j'ai dit au docteur que j'vouleos perte eine paire d'kileos pasque d'puis des meos et des meos je m'sins treop greos. I- m'a conseillé d'boire deux lites d'ieau su eine journée, d'mette ein training et pindant deux heures au moinse d'aller marcher. J'ai comminché l'régime sportif avant-hier, quançque j'sus rintré on m'areot ramassé à l'pétite cuiller. J'aveos à peine fait treos kilomètes que, dins mes vêt'mints, j'feseos soupette. J'ai orcomminché l' lind'main à peine que j'éteos debout et j'sus à nouvieau orvenu su les gu'noux. Pou continuer, tous les midis, j'ai mingé tell'mint leuger qu'eine feos m'n'assiette éteot finie j'aveos faim et j'croyeos que j'n'aveos pos acore deîner. J'ai voulu l'vérifer, comme j'm'éteos pesé pou l'dernière feos diminche, j'me sus mis su l'balanche et j'aveos l'même poids qu'avant que j'comminche.

"Ah mais qu'elle a dit m'feimme, te n'vas pos maigrir su treos jours, ce que te fais là, te deos l'faire toujours"

Cha m'a vraimint copé les gampes et les bras et je m'sus laiché caire dins l'divan pou raviser l'Vuelta. J'ai fait du sport pa perseonne interposée et au moinse, là, j'n'ai pos beauqueop sué. 

Pou résister à l'caleur, j'ai alors adopté l'méthode Coué, j'ai pinsé à les ceusses qui seont obligés d'aller ouvrer, aux ouverriers du fier, aux caufourniers, aux cantonniers et aux cinsiers. Dins l'temps, i-ouvreot'ent dix ou douze heures sans jamais oser s'plainte de l'caleur. 

Je n'comprinds pos pourquoi des gins attintent après les fortes caleurs, cha nous use et nous fait viellir bin avant notre heure. Du sud, veyez les feimmes et les heommes, à chinquante ans i-seont ridés comme des vielles peommes. Intinte les perseonnes dire : "Infin i-fait quieaud, cha m'enerve qu'on oblie treop vite qui n'a que l'freod qui conserve ". 

Dernière minute !

Au momint d'écrire l'lexique qui orprésinte l'fin d'l'artique, j'ai vu passer, pa d'zeur m'maseon, d'noirs neuaches, j'ai pinsé qu'on alleot béteôt avoir ein violent orache mais à sintir l'naque d'feumées po cassis j'ai bin vite compris que ch'éteot ein greos incendie. On m'a dit que l'sinistre, ch'éteot à l'avenue d'Maire et que toutes les auteos éteot'ent déviées pa l'rue Saint-Eleuthère. Ov'là acore des gins qui seont dins l'malheur et ch'est pétête à causse de l'caleur !

Attintieon : toute orsannance ave des perseonnes qui areot'ent vécu parelle histoire d'nudisse s'reot tout à fait involontaire !

(lexique : fraîque : fraîche / ceulle babillarte : cette lettre / trinte-chinq : trente-cinq / l'récauff'mint : le réchauffement / neon : non / quieaud : chaud / acroire : croire / ête seûr : être sûr / warder : garder / ormette : remettre / là-vas : là-bas / pourméner : promener / vous comperdez : vous comprenez / du queop : du coup / vir : voir / ête rinserré : être enfermé / l'caleur : la chaleur / laicher : laisser / serré : fermé / oblier : oublier / tout au leong : tout au long / toudis : toujours / l'leumière : la lumière / ête mansée : être angoissée / l'gardin : le jardin / acater : acheter / l'deîner : le dîner (repas de midi en Belgique, du soir en France) / les fromaches : les fromages / attraper s'croque : attraper une maladie, tomber malade / ête in nache : être en nage, couvert de sueur / orwettier : regarder / l'pièche : la pièce / eine guisse ; un tout petit peu / quançque : lorsque / les picreons : les moustiques / l'blaque : la blague / orjointe s'campe : rejoindre sa chambre / à mitan : à moitié / les cosses : les choses / avoir bin des russes : avoir bien des difficultés / saquer : tirer / ein tchien : un chien / l'visin : le voisin / l'ouèl : l'oeil / l'cassis : le châssis / jeones : jeunes / minquer : manquer / raviser : regarder / les orprésintantes : les représentantes / naîte : naïtre / querre : chercher / inter : entre / ein quervé ou ein quervassin : un ivrogne / quoisque : qu'est-ce que / ichi : ici / lites : litres / l'prouèfe : la preuve / les gu'noux : les genoux / mucher : cacher, dissimuler / lommint : longtemps / asteur : maintenant / à s'n'âche : à son âge / simpe : simple / l'biec-beos : l'innocent / l'héyure : la haie / ein péqueu : un curieux / hureux : heureux / écapper : échapper / orvenir : revenir / avoir seo : avoir soif / des feos : des fois / adeon : donc / bramint : beaucoup / l'gambeon : le jambon / des glaches : des glaces / chucher : sucer / chiffler des pintes : boire des verres de bière d'un seul coup / des cancheonnes : des chansons / parelles : pareilles / des meos : des mois / commincher : commencer / faire soupette : être tout trempé / leuger : léger / coper : couper / les gampes : les jambes / caire : tomber / à les ceusses : à ceux / ouvrer : travailler / les ouverriers du fer : littéralement les ouvriers du fer, les métalos / les caufourniers : les anciens ouvriers des fours à chaux, très nombreux dans le Tournaisis / les cinsiers : les fermiers / viellir : vieillir / l'freod : le froid / l'artique : l'article / pa d'zeur : par dessus, au-dessus / les neuaches : les nuages / béteôt : bientôt / l'orache : l'orage / l'naque : l'odeur / les feumées : les fumées / ov'là : voilà / pétête : peut-être / à causse : à cause / l'orsannance : la ressemblance / l'nudisse : le nudsite).

S.T. août 2016.

 

11:00 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

23 août
2016

10:08

Tournai : promenade le nez en l'air (3)

A l'ombre des cinq clochers, la promenade continue !

Cette fois encore, nous allons partir à la découverte d'éléments architecturaux ou insolites que nos yeux de Tournaisiens habitués à déambuler dans la ville ne voient plus et que certains touristes ignorent totalement durant leur visite. 

 

Le chapiteau de l'homme qui tombe.

2005 Tournai cathédrale l'homme qui tombe (1).JPG

2005 Tournai cathédrale l'homme qui tombe (2).jpg

Dans la nef de la cathédrale Notre-Dame, à proximité de l'entrée par la porte du "Capitole", une colonne représente un "homme qui tombe". J'ai entendu plusieurs versions concernant cette représentation. La plus généralement admise évoque l'hommage d'un sculpteur à ceux qui se tuèrent lors de l'édification de l'édifice au XIIème siècle. Un chanoine y voyait plutôt une colonne posée à l'envers. Pour ce religieux, le personnage aurait dû être placé dans le bas et aurait ainsi symbolisé l'humanité qui souffre sous le poids des péchés. La troisième version, plus coquine, se rapproche de l'avertissement contenu dans la pierre gravée, placée sous l'arche formée par la chapelle Saint-Vincent qui relie l'évêché à la cathédrale. Cet avis s'adresse directement aux "malpropres qui, sentant venir un besoin urgent, sont invités à passer leur chemin". Etant libellé en latin, il est dommage que les "malpropres" de notre époque connaissent de moins en moins ce qu'on appelle les langues mortes. Cette colonne, retournée, aurait ainsi fustigé, ceux qui se soulageaient (et continuent à le faire) le long des murs de la cathédrale. 

 

La rosace.

2005 Tournai cathédrale la rosace (1).JPG

Lorsque des touristes font une visite du prestigieux édifice, en compagnie d'un guide, celui-ci ne manque pas de leur décrire la rosace située au-dessus des grandes orgues et de l'entrée principale. Au centre, on trouve une représentation de la Vierge Marie puisque la cathédrale lui est dédiée. Autour d'elle, seize petits cercles représentent des angelots, les seize cercles suivants de taille moyenne représentent les signes du zodiaque, trois par trois, séparés par des personnages représentant les saisons. Les seize cercles extérieurs de plus grande taille représentant les prophètes mais aussi Salomon et Moïse. Cette rosace a été placée dans le courant du XVIIIe siècle. Placée au nord-ouest de l'édifice, elle ne brille malheureusement de mille feux qu'à la tombée du jour. 

 

La statue de Notre-Dame la Brune.

tournai,homme qui tombe,chapiteau,cathédrale,abbaye de saint-martin,rosace,cartouches,hôtel de ville,cloître).

 

 

 

Cette statue en bois représentant une vierge à l'enfant a été offerte, en 1568, par un officier durant l'occupation espagnole en remplacement de celle brisée par les iconoclastes, en 1566. Cette vierge au visage de teinte brune a fait l'objet d'une restauration à l'IRPA, voici quelques années. Pour les historiens, c'est probablement la polychromie de sa robe d'origine qui lui a valu ce vocable. Pour d'autres, c'était la couleur foncée du bois qui l'assimilait aux vierges noires qu'on trouve dans les pays du Sud de l'Europe. Au cours de cette restauration, on a découvert que la teinte "bronzée" n'était pas celle qu'elle présentait à l'origine mais qu'elle résultait probablement de fumées. Les Amis de la Cathédrale ont souhaité la présentait au public sous l'aspect qu'elle avait au XVIème siècle. Me trouvant à l'accueil de la cathédrale au moment de son retour, de nombreuses personnes, surtout âgées, m'ont faire part de leur étonnement et même d'une pointe de déception, elles avaient perdu leur "vierge noire". Peut-être craignaient-elles qu'elle n'exauce plus leurs prières ? 

 

 

 

 L'abbaye de Saint-Martin

2006 Tournai plan abbaye de St Martin.JPG

 

 

On retrouve les premières traces de cette abbaye au début du XIème siècle, celle-ci allait s'étendre pour occuper les terrains sur l'entièreté du parc communal actuel et possédait de nombreuses propriétés dans la région.Le plan de cette abbaye disparue au moment de la Révolution française apparaît sur le mur d'une habitation de l'Enclos Saint-Martin. A partir du parc communal, on peut découvrir le cloître reconstitué faisant aujourd'hui partie des bâtiments de l'hôtel de Ville. 

 

 

 

 

2006 Tournai Hotel de Ville (3).JPG


L'Histoire de la ville résumée sur un bâtiment officiel.

Combien de personnes ont déjà pris le temps d'observer minutieusement les cartouches qui se trouvent sur le bâtiment des services administratifs de l'Administration Communale ! Ceux-ci reprennent chronologiquement (de droite à gauche) une succession de faits historiques : la louve allaitant Romulus et Remus rappelle la création de Rome, c'est à l'époque romaine que la cité des cinq clochers est apparue, les abeilles d'or de Childéric, père de Clovis, le roi des Francs qui avait fait de Tournai sa capitale, les drakkars des invasions des Vikings, la construction de la cathédrale Notre-Dame... le dernier représente les bombardements de la cité en 1940.

2006 Tournai Hôtel de Ville (2).JPG

Nous finirons notre promenade par des lieux peu connus du grand public mais dont l'histoire mérite d'être contée. 

(documents photographiques : F. Bauduin et collection personnelle).

S.T. août 2016.

20 août
2016

11:38

Tournai : expressions tournaisiennes (372)

Thérèse, l'terreur des balanches.

I-a alfeos des gins qui voudreot'ent bin passer inaperchus, i-ont bieau faire, on les veot arriver du fin feond de l'rue. Quançque j'parle de ces gins-là, j'pinse toudis à Thérèse, l'amie d'Fifinne, l'file d'ein Timpleuvois et d'eine inglaise

J'l'ai rincontrée, ceulle sémaine, chez Edmeond et Fifinne, elle éteot v'nue à Tournai acater eine paire d'ballerines. Comme i-m'l'a raqueonté m'comarate Edmeond, elle n'a jamais pu mette des sorlets à taleons. On a vite compris que si eine feimme pèse chint quater-vingt-quate kileos, ch'n'est pos possipe que ses gampes tienne'tent su des p'tit morcieaux d'beos. L'seule feos qu'elle a voulu essayer, l'paufe file, elle a cait in bas d'ses sorlets et elle a démis s'chevile.

Quançque Thérèse elle s'a assise su l'cayère, j'ai vu Edmeond faire secrèt'mint eine prière :

"Mo Dieu, j'vous d'minde d'protéger m'meublier, j'veos d'jà les pieds de l'cayère qui qu'minchent à plier".

I-a eu ein miraque, Edmeond i-a été exaucé, l'cayère elle a gémi mais elle n'a pos cassé. 

I-a fallu ein quart d'heure pou qu'Thérèse elle orprenne s'n'haleine, on la veyeot aspirer d'l'air pa s'bouque et ses nareines.

"Chéteot bin mieux à l'rue Montifaut, i-n'aveot pos d'marches, mais queulle idée qui t'as pris d'habiter asteur au prumier étache !".

S'adressant à Fifinne, tout in parlant, elle s'a pinchée vers l'avant, Edmeond i-a pinsé, "i-n'va quand même pos mette ichi ses bras su l'tape, c'n'élephant"..

"J'vas printe deux ou treos chuques pou mette dins m'café, l'docteur i-m'a conseillé d'oblier à jamais l'chuquerrier, j'li fais confiance mais ch'est l'impossipe qui m'a d'mindé ! D'jà que pou m'régime j'ai supprimé, l'matin et l 'soir, l'lait". 

"Quançque ch'est ainsin, commint que te fais pou v'nir, t'as trouvé à Timpleuve eine beonne âme pou t'conduire ?".

"Mo bé, j'n'habite pus Timpleuve d'puis lommint, j'ai pris m'liberté, j'vis asteur à Ramegnies-Chin. M'mopère i-a trouvé cha tout à fait normal, mais m'mamère, j'creos, que cha li a fait beauqueop d'mal, elle m'a dit que d'puis qu'j'aveos quitté l'villache tertous i-li diseot'ent qu'i-veyeotent fameus'mint l'plache ! T'départ, ch'est ein grand vide que m'mamère m'a dit tout bas, in essayant acore eine feos de m'printe inter ses bras".

Au momint qu'elle a dit cha, j'ai eu eine mauvaisse pinsée, comme vous connissez m'n'honnêteté, j'vas vous l'avouer :

"Ch'est comme l'greos quêne qui a au beos d'Bonsecours, là aussi i-feaut ête à trinte-six pou in faire l'tour".

Ch'est pos bieau, je l'sais, mais j'n'ai pos pu m'impêcher ! Vous allez tertous pinser que ch'n'est pos malin de s'moquer d'eine parelle infirmité, ahais, mais elle, si elle est ainsin ch'est pasqu'elle n'arrête pos d'toffier, elle n'est jamais maflée. Elle comminche à minger dès qu'elle est dérinviée et ch'est ainsin jusqu'au momint qu'elle va s'coucher. Même pindant l'nuit, à n'importe quelle heure, elle va pluquer eine séquoi dins l'réfrigérateur. 

Ceulle file, elle a ein estomac sans fin et chez elle tout fait fareine au moulin : de l'soupe à l'ogneon ou bin de l'ratatoute à porieons, des marmoulettes ou bin de l'blanquette, ein morcieau d'pourchéau ou bin eine assiette d' mutieau, ein plat d'salate ou bin des coucoubaques à l'castonate, eine plaque d'chucolat ou bin ein barre d'nougat, de l'tarte ou risse ou bin des bateons d'réglisse, du bédeo ou... j'arrête là m'n'énumératieon, j'vas d'attraper eine indigestieon !

Après ces considératieons, j'orprinds l'cours de l'conversatieon, Thérèse elle éteot jusse in train d'répeonte à l'interrogatieon d'Edmeond. 

"Adeon, quançque j'deos vn'ir à l'ville faire des commissieons, j'm'arringe toudis pou faire l'route ave l'vieux Gasteon"

In intindant ces meots, Edmeond, j'n'ai pos osu l'raviser, au feond d'mi-même, j'saveos d'jà quoisqu'i-alleot li d'minder.

"Quoisqu'i-a comme auteo, l'vieux Gasteon ?".

"Ch'est pos eine auteo, ch'est ein camieon !".

"Va bene, va bene" qu'i-a dit l'air sérieux Edmeond pindant que l'file simbleot s'poser des questieons. 

Ch'éteot pus fort que mi, j'n'ai pos pu m'ortenir, tout à n'ein queop, je m'sus éboulé d'rire. 

"Va bene", in frinçais cha veut dire "cha va bin", j'aveos pos imaginé que m'comarate i-parleot l'italien. J'veyeos d'jà l'benne du camieon s'orlever et Thérèse bourler in bas face l'devinture du marchand d'sorlets. D'jà que les pavés d'Tournai i-n'seont pos in fort beon état, Mossieu Boite i-areot acore dû ichi réparer d'fameux dégâts. 

"Mo, in t'intindant, j'ai cru que pou ortourner j'areos été obligée d'aller à l'arrière, pasque l'camieon d'Gasteon, je n'te l'ai pos dit, ch'est eine bétallière. Mo Dieu, t'es ein fameux bougre, te m'as foutu l'pépette, soiche rasseuré Edmeond, j'meonte toudis à côté d'li à l'avant du camieon" !

"T'as pos ein p'tit biscuit à minger, Fifinne" qu'elle a dit Thérèse, "je n'vas pos m'in faire pou l'visin qui répète toudis que j'vas finir obèse".

 L'platieau d'petits fours i-n'a fait qu'ein tour, on n'd'a même pos eu ein, elle l'a vidé in ein tour de main. 

"Les chucartes , ch'est m'péché migneon, j'm'traîn'reos su..."

"On a compris, i-est beon". 

"Chez à l'maseon Marquette à Orcq que j'vas querre des déchets d'waufes alfeos, i-seont fin bénaisses de m'vir, j'n'ersors jamais d'là sans mes treos sachets d'chinq kileos"

"Vingt milliards bé, te deos d'avoir pou tout eine ainnée" qui a dit Edmeond tout paf.

"Bé neon, neon, j'avale tout cha in moins d'deux" qu'elle a répeondu l'galafe.  

"Ch'est m'provisieon pour quançque j'ravise l'télévisieon, l'nuit que j'ai suivi Nafissatou Thiam, j'n'ai pos arrêté d'faire miam-miam", on a bieau dire mais les émotieons cha creuse et là d'zeur, pou tout faire passer, j'ai avalé deux beonnes Gueuze".

"Deux Gueuze et treos sachets d'déchets d'waufes, bé cha alors, si-i-areot les Jeux Olympiques pou les galfards t'areos l'médalle d'or". 

"J'minge quand même moinse qu'avant, j'ai perdu deux kileos d'puis chinq ans, d'jà quançque j'éteos toute gamine, j'ai toudis fait attintieon à m'régime".

Tout à n'ein queop, elle s'a erlevée.

"I-est temps pasque Gasteon i-va arriver. I-est parti conduire ein vieau à l'abattoir et i-aime bin ête rintré à s'maseon avant l'soir".

L'porte de l'salle à minger, ch'est d'travers qu'elle l'a passée et quançqu'elle a déquindu on a intindu gémir l' escalier.

"Pouvu qu'elle ne passe pos à travers, l'galafe, pasqu'on pourreot l'ertrouver in plein mitan de l'cave". Edmeond i-n'a vraimint été soulagé qu'au momint dusqu'i-a intindu l'porte de l'rue s'erfermer. Gasteon l'attindeot l'leong du quai et i-a eu bin du mau à l'imbarquer. Deux feos qu'elle est orpartie in arrière allant s'écraser su les barrières et bin qu'elles soichent rouillées, les vielles rambardes elles ont bin résisté.

Edmeond qui raviseot l'tablature po cassis, i-a souri et i-a dit :

"I-n'feaut pos qu'elle vient à caire dins l'Esquéaut pasqu'on n'a pos 'cor élargui l'Pont des Tréos !". 

P.S. Comme je l'dis toudis à l'fin d'mes artiques : toute orsannance ave des perseonnes qui vous connissez, ch'est de l'pure coïncidence, pasqu'inter nous, eine feimme ainsin, elle s'reot asteur dins eine cirque d'puis bin lommint !).

(lexique : l'balanche : la balance / alfeos : parfois / inaperchu : inaperçu / veot : voit / quançque : lorsque / toudis : toujours / l'file : la fille / l'inglaise : l'anglaise / ceulle : cette / acater : acheter / m'comarate : mon camarade / les sorlets : les souliers / chint quater-vingt-quate : cent quatre-vint-quatre / possipe : possible / les gampes : les jambes / l'beos : le bois / caire : tomber / l'cayère : la chaise / l'meublier : le mobilier / qu'mincher ou commincher : commencer / ein miraque : un miracle / orprinte : reprendre / l'bouque : la bouche / les nareines : les narines / queulle : quelle / asteur : maintenant / s'pincher : se pencher / l'tape : la table / l'chuque : le sucre / oblier : oublier / l'chuquerrier : le sucrier / lommint : longtemps / m'mopère : mon père / m'mamère : ma mère / beauqueop : beaucoup / tertous : tous / l'plache : la place / acore : encore / printe : prendre / inter : entre / l'quêne  : le chêne / parelle : pareille / ahais : oui / toffier : manger goulûment / ête maflé : être rassasié / dérinvier : réveiller / pluquer : grignoter / eine séquoi: quelque chose / l'fareine : la farine / les ogneons : les oignons / les porieons : les poireaux / les marmoulettes : les moules  / l'pourchéau : le cochon, le porc / l'mutieau : pâté grossier / des coucoubaques : des crêpes / l'castonate : la cassonade, sucre roux à partir de la betterave / du chucolat : du chocolat / de l'tarte au risse : de la tarte au riz / l'bédeo : l'agneau / orprinte : reprendre / jusse : juste / adeon : donc / osu : osé / quoisque : qu'est-ce que / tout à n'ein queop : tout à coup / s'ébouler : s'effondrer, s'écrouler / s'orlever : se relever / foute l'pépette : faire peur / rasseuré : rassuré / l'visin : le voisin / les chuquartes : les sucreries / querre : chercher / des waufes : des gaufres / bénaisses : contents / vir : voir / tout paf : tout saisi, profondément surpris / l'galafe ou l'galfard : le gourmand / là-d'zeur : là-dessus / moinse : moins / ein vieau : un veau / eine maseon : une maison / déquinte : descendre / in plein mitan : au beau milieu / dusque : où / s'erfermer : se refermer / l'leong : le long / orpartir : repartir / soichent : soient / vielles : vieilles / l'tablature : la situation ridicule, gênante / l'cassis : le châssis / l'Esquéaut : l'Escaut, le fleuve qui traverse Tournai / élarguir : élargir / ein artique : un article / eine orsannance : une ressemblance).

S.T. août 2016.

11:38 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

18 août
2016

09:22

Tournai : promenade le nez en l'air (2)

La promenade continue !

Nous  nous étions arrêtés face au portail de l'ancien bureau de Poste de la rue des Chapeliers. On repart et on relève à nouveau la tête pour découvrir d'autres lieux qu'on ne remarque pas si on vient visiter Tournai pour la première fois et moins encore si on passe régulièrement à proximité ! Notre périple permettra également de rencontrer un Tournaisien, grand défenseur du folklore de la cité des cinq clochers. 

 Cartouches, enseignes et balustrades insolites.

Tournai rue de la Cordonnerie A la Pomme d'Orange.jpg

A l'angle formé par la rue des Chapeliers et la rue de la Cordonnerie, une ancienne "enseigne" est encore visible, au-dessus de la porte d'entrée de l'actuel magasin de vêtements, celle de l'estaminet : "A la Pomme d'Orange". L'auteur de la photo a inscrit, par distraction, la mention rue de Courtrai, cette dernière débute bien au-delà de la place Paul Emile Janson après la rue du Curé Notre-Dame. 

Tournai place Paul Emile Janson le plan de la ville sur balcon.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur la place Paul Emile Janson, un immeuble a été construit dans le courant des années 80, récemment les balustrades des balcons ont été rénovées. A-t-on déjà remarqué que l'enchevêtrement des fers représente tout simplement le plan de la ville de Tournai ?

 

Tournai place Paul Emile Janson plan de la ville sur balcon (2).jpg

Les cartouches.

Sur de nombreuses façades, on découvrait, jadis, des pierres sculptées représentant, par l'image, la profession de l'habitant des lieux, sorte d'enseigne de commerce à l'époque où peu de gens savaient lire. Je me rappelle que lors de travaux effectués, au début des années nonante, à la rue du Becquerelle dans le cadre de la construction d'un nouveau bâtiment à destination d'un organisme financier, une pierre gravée représentant un mortier de pharmacien a été trouvée. J'ai eu l'occasion de lire le rapport d'étude fait par l'ancien conservateur du musée d'Histoire et d'Archéologie, Mr. Duphénieux. Ses recherches lui ont permis de découvrir que cette pierre provenait très certainement d'une officine située, jadis, non loin de l'église Saint-Quentin dont le pharmacien s'appelait, pure coïncidence ou pas, Dumortier ou Du Mortier. Cette pierre a été conservée et scellée dans un des murs du nouveau bâtiment. Comment avait-elle atterri à cet endroit ? L'explication est simple, les gravats de démolitions effectuées en ville ont servi, au cours des siècles, de remblais pour de nombreuses constructions.

Tournai cartouche rue de la Wallonie 14 (Delhaye).JPG

cartouche sur une façade de la rue de la Wallonie

Lors de promenades dans le centre-ville, vous pourrez découvrir d'autres cartouches notamment à la place de Lille (ancienne boulangerie), à la rue des Bouchers Saint-Jacques, à la rue du Cygne (représentation de l'ancienne porte Ferrain et d'un arbalétrier illustrant l'article consacré dans ce blog à la lente évolution de la rue du Cygne), à la rue de l'Hôpital Notre-Dame (représentations de scènes bibliques)... pour autant que vous vous promeniez le nez en l'air. 

 

La Maison Tréhoux, "Au Siècle de Louis XIV".

Tournai au Siècle de Louis XIV Maison Tréhoux.jpg

La maison Tréhoux

 

Edouard Tréhoux (1878-1952) habitait, depuis 1912, au n°23 de la rue des Puits l'Eau. Son magasin d’ébénisterie portait l'enseigne "Au siècle de Louis XIV". Il est connu pour être le père des géants tournaisiens construits pour la plupart entre 1932 et 1934 (NDLR : voir les articles consacrés aux différents géants). Son premier géant fut "Reine Tournay". En plus de la précitée, on lui doit également "Childéric"," Christine de Lalaing", "Louis XIV", "Saragos", "Châle Vert", "Louis XVIII", le raccommodeur d'assiettes, "Lethalde" et son frère "Engelbert", croisés tournaisiens entrés les premiers dans Jérusalem lors de la croisade menée par Godefroid de Bouillon. Au cours des décennies qui suivirent, des Tournaisiens suivirent son exemple et d'autres géants de quartiers furent construits comme "Gramère Cucu" de Saint-Piat, "Storme" du quartier du Maroc, "Lalie" du quartier Saint-Brice à la tête de son groupe folklorique des "Pêcheurs Napolitains", "Jean Noté" du quartier Sainte-Magritte (Sainte-Marguerite), le "Vendéen" du quartier du 24 août, le "P'tit Chasseur" et "Edouard Tréhoux", un géant créé par les Amis de Tournai pour lui rendre hommage. Ces géants défilent lors du cortège organisé par les Amis de Tournai en septembre. 

2015.09.13 géant Reine Tournai.jpg

2015.09.13 Christine de Lallaing géant.jpg

Reine Tournay fut le premier géant pour la braderie de 1932        Christine de Lalaing date de 1933

 

Tournai le géant Vendéen.JPG

le vendéen

Tournai le géant Louis Storme.jpg

                              Louis Storme qui fut le père de 21 enfants et "Bourguémette " du quartier du Maroc

  

2015.09.13 géants Storme et Jean Noté.jpg

                                                                les géants Storme et Jean Noté

 

Les parapluies de... Tournai.

Tournai pietonnier les parapluies 2016.jpg

 

 

 

 

Tournai rue Gallait parapluies 2016.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A l'image de certaines rues de cités méditerranéennes, les rues de la Cordonnerie et Gallait situées dans le piétonnier de la Croix du Centre (c'est le nom qui lui avait été donné par le bourgmestre Raoul van Spitael lors de son inauguration dans les années septante mais qu'on semble aujourd'hui ignorer) se sont dotées de rangées de parapluies multicolores apportant un peu d'ombre aux jours de grand soleil et... balançant joyeusement aux jours de grand vent.

 

Tournai rue de la Cordonnerie parapluies 2016.jpg

Espaces verts !

Tournai rue des Carmes.jpg

rue des Carmes

2011 Tournai rue des Campeaux  1.jpg

                                                                         rue des Campeaux

On rencontre encore au gré de la promenade des maisons qui se dissimulent pudiquement derrière une couverture végétale.

Nous aurons bientôt l'occasion de découvrir d'autres éléments parfois ignorés. 

(documents photographiques : le Courrier de l'Escaut - R. Rauwers - collection de J. Driesens que je remercie et collection personnelle)

S.T. août 2016.

09:22 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

16 août
2016

13:59

Tournai : promenade le nez en l'air.

Savoir prendre des risques et promener le nez en l'air !

"J'aime promener à l'intérieur des boulevards, il y a tant de choses, tant de choses, tant de choses à voir..."

Promener en regardant en l'air, voilà une attitude touristique qui n'est certainement pas à conseiller à ceux qui entreprennent la visite de la cité des cinq clochers. Les Tournaisiens, habitués aux anciens pavés qui composent encore le revêtement de bien des trottoirs de la ville, marcheraient plutôt en regardant leurs pieds, une chute est si vite arrivée quand on ne remarque pas la petite pierre descellée ou carrément absente. 

Pourtant, si le regard ose s'élever et dépasser l'horizontale, on découvre alors un tas d'éléments architecturaux à côté desquels nous pourrions passer cent fois.  

 

La statue de Saint-Martin de la Grange aux Dîmes.

 

2005 Tournai l'ancien Café des Brasseurs.JPG

Le bâtiment de la rue des Maux en 2005

Durant le siècle dernier, le bâtiment situé au n°10 de la rue des Maux s'est appelé successivement le "Café de Brasseurs", le "Cinéma Scala", le "Marché Scala" et le "Scala Bowling" (NDLR : reconnaissable sur la photo ci-dessus par la quille qui figure à gauche de l'entrée). Il y a quelques années la façade a été rénovée et le bâtiment transformé en appartements. 

Tournai rue des Maux la grange aux dîmes façade.jpg

Jadis, cet immeuble appartenait à la riche abbaye de Saint-Martin et apparaissait déjà dans un écrit de 1251 sous la dénomination de "Maison de Saint-Martin". Rappelons que la dîme était un impôt perçu par le clergé et les couvents jusqu'en 1789. Le bâtiment dans sa forme actuelle a été reconstruit au XVIIème siècle. Sa façade fut épargnée durant le second conflit mondial.  

Tournai rue des Maux la grange aux dîmes St Martin.jpg

Dans une niche située au sommet de la façade, on découvre la statue de Saint-Martin donnant son manteau à un pauvre. Dans le courant des années soixante, cet ensemble a failli être détruit lorsqu'un restaurant asiatique faisant face au bâtiment a été victime d'une explosion. La représentation a légèrement vacillé mais est restée sur la pierre la soutenant. On ne sait si les quelques petits dégâts constatés sur la statue sont consécutifs à ce fait divers qui a marqué les habitants de la rue. 

 

Le porche de l'abbaye de Saint-Médard.

Sur la place Roger de le Pasture, on découvre le porche de l'ancienne abbaye de Saint-Médard. Il a été restauré voici quelques années.

2005 Tournai porte de l'abbaye St Médard.JPG

C'est en 1674 que l'évêque Gilbert de Choiseul décréta, par sentence canonique, la suppression de la paroisse Sainte-Marguerite érigée en 1288. Malgré l'opposition des magistrats, d'une partie du clergé et de la population, cet arrêt fut ratifié par Louis XIV et mis en vigueur. L'église, la maison pastorale et ses dépendances devinrent la propriété des religieux de Saint-Médard en compensation de la destruction de leur couvent lors de la construction de la citadelle. En 1783, l'ordre religieux déménagea pour occuper l'ancien collège des Jésuites. On réorganisa la paroisse et l'église. Ce porche rappelle cet épisode de l’histoire religieuse de la cité. 

 

Le tympan-souvenir du Cercle Artistique.

Tournai le Cercle Artistique.jpg

Le "Cercle Artistique" de Tournai a été fondé le 28 mai 1885 en l'Hôtel des Artilleurs, à la rue Saint-Martin. Il regroupait de nombreux artistes locaux et des amoureux de l'Art. En 1887, les membres souhaitant avoir une salle d'exposition achetèrent, à la rue Saint-Piat, un terrain dépendant de l'ancienne manufacture de tapis. L'architecte Georges De Porre fut chargé de réaliser les plans du bâtiment. 

A partir de la fin de l'année 1888, les expositions de qualité vont se succéder annuellement et attirer la foule des connaisseurs non seulement tournaisiens mais aussi étrangers. 

Hélas, à partir de l'année 1970, ces salons vont perdre de leur superbe, ils n'attireront plus que quelques artistes et spectateurs. En 1985, juste cent ans après sa fondation, le Cercle Artistique sera mis en liquidation. 

Le bâtiment sera tout d'abord occupé par les Témoins de Jéhovah avant leur départ pour Warchin et ensuite deviendra la "Maison de la Laïcité". 

Le tympan reste le dernier témoignage d'une époque où l'Art faisait déplacer les foules !

 

Le bureau de Poste de la rue des Chapeliers.

 

Tournai rue de Chapeliers ancienne poste principale.jpg

Afin d'acheter des timbres, percevoir un mandat-poste, envoyer un petit colis, un recommandé.... combien de Tournaisiens ont franchi, à de multiples reprises, la porte du bureau de poste principal situé à la rue des Chapeliers ? Après avoir emprunté l'un des deux sas latéraux ou le tourniquet central vitré, le public avait accès à un hall ressemblant étrangement à la salle des pas perdus d'une gare, un vaste espace autour duquel se trouvaient les différents guichets et... où s'allongeaient, très souvent, les files de clients. 

Il y a quelques années, suite aux multiples restructurations connues par les services postaux, le bâtiment a été abandonné. Il a été transformé en appartements de standing aux étages et en un magasin de vêtements, "Le Loft", au rez-de-chaussée.

Bientôt d'autres balades !

Profitant de la fin des vacances, nous aurons l'occasion de poursuivre cette promenade, le nez en l'air, l'air de rien, à la découverte d'autre témoignages du temps passé en notre bonne ville de Tournai.

(documents photographiques : R. Rauwers - F. Bauduin et collection de l'auteur).

S.T. août 2016;

 

13 août
2016

10:46

Tournai : expressions tournaisiennes (371)

Philomène, ein véritape phénomène !

L'jour de s'naissance, ses parints l'aveot'ent app'lé Philomène et l'infant i-aveot vu l'jour à deux pas d'l'églisse de l'Madeleine. J'vous veos v'nir ichi, vous vous dites seûrmint : queulle idée d'li avoir deonné ein préneom ainsin. I-n'feaut pos cacher bin leon, l'neom ch'est tout simplemint... l'ceu d'eine sainte qu'on serveot à l'époque à Warchin. Elle éteot priée pa les ceusses qui aveot'ent du mau à leu dints et i-falleot vir, quançqu'i-bailleot, les gincifes de s'mopère Firmin. L'malhureux, s'bouque i-n'pouveot jamais l'ouvère pasque t'aveos l'impressieon d'vir des broques d'jeu d'fier.

Jusqu'au jour dusqu'elle est allée pou l'prumière feos à l'école primaire, l'pétite Philo, elle aveot toudis été dins les écours de s'mamère. L'infant i-n's'avintureot pos pus leon que le bord du gardin et, jamais, elle n'areot osu aller pourméner su l'quémin.

"Bé cha ch'est eine affaire" qu'elle diseot s'mamère, quançque j'sus avec elle dins l'ruache, on direot vraimint qu'elle a peur de s'n'ombrache. Cha démolineot l'paufe Marinette de vir que s'file elle aveot toudis l'pépette.

Elle tranneot in intindant l'trompette du marchand d'loques, elle sursauteot quançque sonneot'ent les cloques et quançque des tchiens s'metteot'ent à aboyer dins l'rulette, tout d'suite elle déquindeot de s'cayère et elle serreot l'ferniête. J'deos malhureus'mint vous avouer que cha n's'a pos arringé l'jour dusqu'elle rintré in prumière ainnée.

"Mettez vous in rang et sans faire d'bruit" diseot tous les matins l'institutrice in berlant bin fort, i-feaut acroire que ceulle feimme aveot certain'mint hérité l'veox de s'mopère qui éteot sergint-major. Pou l'infant, les six ainnées primaires i-ont été ein fameux calvaire pasque quançqu'eine perseonne elle a ein défeaut, ch'est recta, elle a toudis bramint d'gins su s'deos. Comme i-n'a pos pus mauvais que les ormarques d'ein infant, no brafe Philomène rintreot bins souvint à s'maseon in brayant. Ses parints i-ont toudis eu l'raminvrance d'ein matin du meos d'féverrier, su l'quémin de l'école, in marchant tout douch'mint su l'noirglas, Philomène aveot quand même fait eine riche cabériole. I-ont obligé d'li acater des sorlets cloutés pasqu'après su l'glache, l'infant i-aveot l'esquite d'avancher.

A douze ans, à l'école, ch'éteot pus l'peine d'acore l'inveyer, du queop, Marinette elle a dit à s'n'heomme qu'elle alleot s'in occuper. Ave beauqueop d'patience, elle li a appris l'cuisine, l'nettiache et les rassarcissures mais Philomène elle continueot à tranner comme eine fuelle à chaque feos qu'elle feseot de l'couture. Pou elle, i-n'aveot pos pus dingereux qu'eine aiwille, à causse d'cha, elle aveot bin des misères dins l'chas d'passer l'fil. I-falleot aussi l'vir porter des séeaux car ave s'trimblote elle rinverseot toute l'ieau. Comme à toudis passer derrière s'file s'mamère elle éteot lèque, elle li a bin vite appris à passer eine crute et eine sèque

A vife ave s'mamère, Philomène elle éteot plein'mint rasseurée mais elle ne saveot pos acore ce que l'avenir i-alleot li réserver. Ein bieau jour, su l'quémin pou l'ouvrache, Firmin, pa eine carette, i-a été rinversé et ch'n'est pos à l'hôpital qu'on l'a trinsporté mais ch'est à Mulette qui s'a ortrouvé. A partir de c'momint, Philomène n'a pus jamais osu sortir de s'maseon même pos pou aller ave Marinette à commisieons. Rester seule ave ein infant qui aveot toudis l'esquite, on a vu l'paufe feimme vieusir bin vite.  In plein mitan d'l'hiver, elle a orjoint Firmin, tout là-vas, dins l'pus bieau des gardins (j'deos préciser qu'à l'époque l'chim'tière i-éteot acore pulvérisé, i-n'aveot pos comme asteur bramint d'pichoulits et plein d'hierpe dins les allées).

Depuis c'jour-là, à s'maseon, toutes les battantes sont restées serrées et on n'veyeot pus sortir Philomène que pou aller querre à minger. Chaque feos qu'à s'porte on v'neot seonner ou bin buquer, elle aveot l'pépette qu'in face d'ein agripeu elle se soiche ortrouvée. Quançqu'ein orache approcheot et que d'noirs neuaches s'metteot'ent à écliter, ch'est directemint dins s' lit qu'elle alleot s'coucher pasque s'mamère elle li aveot toudis dit que là au moinse i-n'aveot pos d'dinger. 

"Ch'est du beos aux quate pieds, i-a pos d'problème t'es bin isolée"

Philomène elle éteot devenue l'risée de tout l'quartier et les gins ne minqueot'ent pos de l'faire endever. In face de chez elle on déposeot eine ratte morte ou bin on cloueot ein mauviar su l'pannéeau de s'porte. L'été on glicheot des bruants dins s'boîte à lettes ou bin pindant l'nuit on alleot tirer su s'cloquette. A chaque feos, elle berleot comme eine sirène qu'on intindeot dins tous les coins de l'Madeleine. Même l'file de ses visins, l'pétite Josette, elle n'éteot pos l'dernière pou faire des intourloupettes, veyant ein jour qu'elle éteot inchifernée, l'petite morveusse elle lui a conseillé :

"Philiomène, j's'reos à t'plache bé j'ireos vir l'docteur, ch'est ainsin qu'à m'moneonque on a trouvé eine tumeur".

Elle a sinti meonter l'intiétude et elle a tout d'suite fait v'nir l'médecin, l'docteur i-a eu bin du mau de li faire comprinte qu'elle n'aveot presque rien :

"I-n'feaut pos toudis ainsin vous mette des idées parelles dins vo tiête, vous avez tout simplemint attrapé ein orfroidiss'mint, comme on dit eine niflette". 

Pindant eine sémaine, toutes les chinq minutes, elle a mis l'thermomète, mouqué s'nez, avalé ein tas d'pilules et bu des préparatieons in pourette. Elle metteot des cataplasses à l'fareine de moutarte su s'poitreine tell'mint grands qui récauffeot'ent jusqu'à s'boudaine. Ainsin attaqué pa tous les côtés, l'catarrhe i-a eu vite déclaré forfait. Eine feos acore, Philomène elle éteot sauvée, tout l'meonte s'demindeot quoisqu'elle alleot acore invinter ? 

Ein bieau matin, elle ne s'est pos déréveillé, ch'est couchée su s'lit que l'police l'a trouvée. On direot qu'elle a l'air total'mint effrayée qui a dit à s'collègue ein policier. L'médecin i a signé l'acte d'décès in écrivant : l'coeur i-a seûrmint lâché, elle éteot toudis mansée.

Mi, su ceulle affaire j'ai inquêté et j'pinse avoir trouvé l'vérité.

Ch'est in plein mitan de l'nuit que Philomène est meontée au paradis. Comme elle ne vouleot pos déringer l'portier, à l'porte elle n'a pas osu buquer. Pou vir eine dernière feos ceulle tierre elle s'a ortournée et ch'est là qu'elle a vu l'diape arriver. I-li a dit : 

"Si te n'veux pos rintrer au paradis alors, ch'est bin simpe, Philo, te viens ave mi". In intindant ces meots, c'est l'dernière feos pétête que Philomène a eu l'pépette et, apeutée, elle s'a bin vite impressée d'toquer à l'porte et d'saquer su l'cloquette ! 

Avertiss'mint au lecteur : ch'est acore eine histoire de seot, je l'sais, toute orsannance ave des perseonnes qui areot'ent existé, cha s'reot l'fruit du pur des hasards.

(lexique : véritape : véritable / seûr'mint : sûrement / quelle : quelle / cacher bin leon : chercher bien loin / l'ceu : celui / les ceusses : ceux / avoir du mau : avoir mal / les dints : les dents / vir : voir / les gincifes : les gencives / s'mopère : son père / s'bouque : sa bouche / ouvère : ouvrir / des broques : des broches (pour le jeu de fier, voir l'article qui a été consacré à ce jeu tournaisien) / dusque : où / toudis : toujours / ête dins les écours de s'mamère : se cacher la tête dans la partie qui s'étend de la ceinture au genou bien souvent recouverte à l'époque par un tablier) / l'gardin : le jardin / osu : osé / pourméner : promener / l'quémin : le chemin / s'mamère : sa mère / quançque : lorsque / l'ruache : la rue, le quartier / l'ombrache : l'ombre ("avoir peur de s'n'ombrache" signifie avoir peur de son ombre) / démoliner : démoraliser / avoir l'pépette : avoir peur / tranner : trembler / les cloques : les cloches / les tchiens : les chiens / l'rulette : la ruelle, la petite rue / déquinte : descendre / l'cayère : la chaise / l'ferniête : la fenêtre / l'prumière : la première / berler : parler fort, hurler / acroire : croire / l'veox : la voix / bramint : beaucoup / l'deos : le dos / les ormarques : les remarques / braire : pleurer / avoir l'raminvrance : avoir la souvenance, le souvenir / l'meos : le mois / féverrier : févier / l'noirglas : le verglas / eine cabériole : une cabriole, une culbute / les sorlets : les souliers / l'glache : la glace / avancher : avancer / acore : encore / du queop : du coup, en raison de cela / beauqueop : beaucoup / l'nettiache : le nettoyage / faire des rassarcissures : raccommoder, repriser / eine fuelle : une feuille / eine aiwille : une aiguille / les séeaux : les seaux / avoir l'trimblote : trembler de froid ou de peur / l'ieau : l'eau / ête lèque : être épuisée / passer eine crute et eine sèque : nettoyer sommairement avec une loque humide et essuyer / vife : vivre / rasseuré : rassuré / eine carette : une charrette / Mulette : nom donné à Tournai au cimetière du Sud, ce nom serait celui de la première personne qui y fut inhumé / avoir l'esquite : autre expression pour avoir peur / vieusir : vieillir / in plein mitan : au beau milieu / l'chim'tière : le cimetière / asteur : maintenant / les pichoulits : les pissenlits  / l'hierpe : l'herbe / les battantes : volets de bois constitués de deux panneaux de bois qu'on fermait de l'extérieur / serrer : fermer / querre : chercher / buquer : frapper violemment / ein agripeu : un voleur, un filou / soiche : soit / ein orache : un orage / les neuaches : les nuages / écliter : faire des éclairs / au moinse : au moins / l'beos : le bois / faire endever : faire enrager, tourmenter / ein mauviar : un merle / glicher : glisser / des bruants : des hannetons / l'cloquette : la clochette, petite cloche qui servait alors de sonnette / l'file : la fille / eine intourloupette : une entourloupette, un mauvais tour / ête inchiferné : avoir le nez bouché par un rhume de cerveau / l'morveusse : l'effrontée, l'insolente / l'plache : la place / m'moneonque : mon oncle / l'intiétude : l'inquiétude / comprinte : comprendre / parelles : pareilles / ein orfroidiss'mint : un refroidissement / eine niflette : écoulement nasal résultant d'une rhume de cerveau / mouquer : moucher / in pourette : en poudre / des cataplasses : des cataplasmes / l'fareine : la farine / l'poitreine : la poitrine / récauffer : réchauffer / l'boudaine : le ventre, le bedon / l'meonte : le monde / se déréveiller ou s'dérinvier : se réveiller / ête mansé : être angoissé, épouvanté, avoir la gorge serrée / l'feos : la fois / s'ortourner : se retourner / l'diape : le diable / simpe : simple / pétête : peut-être / apeutée : apeurée / toquer à l'porte : frapper à la porte / saquer : tirer / orsannance : ressemblance).

S.T. août 2016.

 

10:46 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

10 août
2016

19:21

Tournai : évolution de la ville lors des dernières décennies (5)

Les années nonante.

De nombreux événements vont marquer cette décennie. Nous les présenterons en quatre catégories principales :

Les  nombreux incendies, la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien, les disparitions de personnalités et la Fondation Follereau.

Les incendies :

Deux incendies spectaculaires vont avoir raison de la firme "Unisac" située à l'avenue de Maire.

1995 incendie Unisac (2).JPG

   1995 incendie Unisac (5).JPG

Le premier éclate au petit matin, le 16 avril 1995 (photo ci-dessus). Durant quelques heures le ciel tournaisien est assombri par une épaisse colonne de fumée noire visible à des kilomètres à la ronde.  

      

1995 incendie Unisac (1).JPG

Les installations seront totalement détruites mais le bâtiment sera reconstruit et l'usine qui imprimait notamment des sacs de papier reprendra ses activités sous le nom de "New Unisac".

Ce ne sera pas pour longtemps, hélas, car le 2 janvier 1999, un nouvel incendie criminel détruira définitivement l'entreprise tournaisienne, le personnel qui avait surmonté les restructurations successives et fait face au sinistre précédent ira, malheureusement, grossir les rangs des demandeurs d'emplois. 

Deux incendies toucheront également l'Administration Communale. Le 11 août 1990, vers 2h30 du matin, les bâtiments situés dans la Cour d'Honneur de l'Hôtel de Ville sont en feu. Les services de l'Etat Civil sont particulièrement touchés, des archives inestimables reconstituées après les bombardements de 1940 sont à jamais détruites. Cinq mois plus tard, les locaux provisoires qui abritent ces mêmes services sont une nouvelle fois la proie des flammes. Cette fois, le bâtiment du Musée d'Histoire Naturelle est menacé. 

On notera également les incendies du magasin "Le Roi du Matelas" à Froyennes, d'une pizzeria à la rue Saint-Martin et la tentative criminelle dans une résidence à appartements du quai Sakharov, tous les trois en 1995. En 1997, ce sont les établissements "Blanchitou" à la rue Hautem qui seront détruits par le feu et en janvier 1999, la discothèque "l'Indigo" à la rue Saint-Martin.

Le Cabaret Wallon

Année noire pour les chansonniers tournaisiens, entre  les mois de février 1994 et de janvier 1995, ils vont perdre quatre des leurs :

Tournai, incendies, unisac, indigo, administration communale, blanchitou, Roayle Compagnie du cabaret Wallon tournaisien, baudimont, dachy, leclercq, feron, delbecq, van spitael, himmer, casquette, roger leveau, fondation follereau, lucien jardez,bruno méaux, sabine dardenne

Anselme Dachy, le pianiste, avant-dernier à droite de la seconde rangée) décède en février 1994, Jean Leclercq (dernier à droite de la seconde rangée, voisin d'A. Dachy) décède en juillet 1994, Lucien Feron (2ème à gauche de la dernière rangée) nous quitte en octobre 1994 et Eloi Baudimont (2ème à gauche de le première rangée) décède en janvier 1995.

En 1991, le Cabaret avait déjà enregistré le décès de Cyril Delbecq. 

Des divergences de vues au sein de la compagnie quant à la pérennité de celle-ci vont amener la démission du président Lucien Jardez en novembre 1996. Heureusement, grâce à l'arrivée de jeunes pousses, la Compagnie va poursuivre sa route vers son centième anniversaire. Certains la voyaient déjà disparaître !

 

1992 décès Raoul van Spitael.jpg

Autres disparitions enregistrées lors de cette décennie : celle de Raoul Van Spitael, en 1992, qui était bourgmestre depuis 1976, de l'évêque Charles-Marie Himmer en 1994 et de Roger Leveau dit '"Casquette", sans nul doute, le plus connu des supporters du Racing de Tournai, en 1995.

Tournai, incendies, unisac, indigo, administration communale, blanchitou, Roayle Compagnie du cabaret Wallon tournaisien, baudimont, dachy, leclercq, feron, delbecq, van spitael, himmer, casquette, roger leveau, fondation follereau, lucien jardez,bruno méaux, sabine dardenne

 

La fondation Follereau (antenne régionale des amis du Père Damien) :

Voilà une association dont les membres se donnent sans compter afin de venir en aide aux parias de notre société : les lépreux. Depuis les années soixante, on les rencontre à leur quartier général de la Halle-aux-Draps lors du dernier week-end de janvier dans le cadre de la "Journée Mondiale des Lépreux" et on ne peut manquer leur stand à la Braderie de Tournai installé alors en face de la teinturerie Godet. Durant cette décennie, les membres de la fondation vont multiplier les actions au service des malades de la lèpre. Ils tisseront des liens d'amitié avec la léproserie d'Abou Zabaal près du Caire où iront travailler chaque année de nombreux bénévoles comme ils l'avaient fait depuis les années septante pour la léproserie de San Francisco de Borja à Fontilles en Espagne. Ils accueillent des résidents du centre espagnol à l'ombre des cinq clochers.

tournai,incendies,unisac,indigo,administration communale,blanchitou,baudimont,dachy,leclercq,feron,delbecq,van spitael,himmer,casquette,roger leveau,fondation follereau,lucien jardez,bruno méaux,sabine dardenne,royale compagnie du cabaret wallon tournaisien

Le 8 octobre 1999, les membres de la fondation seront en émoi car des individus peu scrupuleux ont volé le buste de Raoul Follereau installé près de la chapelle Saint-Lazare (ou chapelle des Lépreux) inauguré en décembre 1997. 

Nous ne pouvons terminer ce rappel de la décennie nonante sans évoquer deux noms de Tournaisiens qui restent à jamais gravés dans la mémoire collective :

Bruno Méaux, para-commando assassiné avec neuf compagnons d'armes à Kigali en avril 1994 et Sabine Dardenne enlevée sur le chemin de l'école par un pervers le 28 mai 1996 et qui sera retrouvée 80 jours plus tard. 

(documents photographiques : photos remises par Jacques de Ceunink, photos tirées de la presse locale, collaboration appréciée de Jean-Paul Foucart).

S.T. août 2016.

08 août
2016

11:22

Tournai : la lente évolution de la rue de Pont.

Situation.

La rue de Pont, sur la rive droite de l'Escaut, est située dans le prolongement du Pont-à-Pont et mène au carrefour de Saint-Brice. D'une longueur d'un peu moins de deux cents mètres, elle est presque totalement dédiée aux activités commerciales.

Un peu d'Histoire.

Voilà une rue qui porte la même dénomination depuis qu'elle existe.

Dans un cartulaire de 1230, on peut en effet lire : "Maison achetée par Jehan Mousson, appelée l'ostel du Saumon, séant en le grant rue de Pont, haboutant à la ruielle Catry" (rue Catrice), tandis qu'en 1631 dans les Comptes de l'hôpital Notre-Dame, il est fait mention d'une "Maison rue de Pont, appelée l'hostellerie de l'Aigle d'Or".

Datant de l'époque des Archiducs Albert et Isabelle, une gravure du XVIe siècle (NDLR : que nous ne pouvons malheureusement pas reproduire) nous fait découvrir une première maison en bois à droite, juste après le pont, dans laquelle une niche confectionnée dans le poteau cornier contient une statue de la Vierge. Au loin l'église Saint-Brice possède un clocher en forme de pyramide tronquée. Les habitations de la rue sont construites en pierre, en brique ou en bois. Deux de celles-ci sont badigeonnées à l'ocre jaune ou rouge. Il semble y régner une grande animation. 

Depuis sa création, le bourg de Saint-Brice possédait sa propre magistrature, les échevins tenaient leurs séances dans la halle située à l'angle de la rue de Pont et du quai Vifquin. En séance des Consaux du 25 août 1668, il fut question de mettre en vente cet immeuble, reconstruit dans la première moitié du XVIIe siècle. Ce bâtiment existait encore au milieu du XIXe siècle et abritait alors une boulangerie à l'enseigne "La Vierge".

Selon Bozière, la maison qui faisait face à la boulangerie aurait été construite sur un terrain où s'élevait, jadis, un couvent de Templiers.

Chaque année, le 1er mai, lors de la neuvaine à Saint-Marcou, imploré contre les écrouelles (NDLR : lésions cutanées dues aux adénites tuberculeuses chroniques touchant principalement le cou), on voyait arriver de nombreuses personnes issues des villages environnants. La rue de Pont se couvrait alors de boutiques de marchands ambulants qui lui conféraient une apparence de foire.

 

La rue de Pont au XXème siècle.

1900 Tournai Le Pont aux Pommes.JPG

                        La rue de Pont vue du Pont aux Pommes (Pont-à-Pont) en 1900, au fond l’église Saint-Brice

 

Dans des archives datant de 1904, on trouve référence à trois maisons de commerce :

au n° 11, la Maison L. Depoorter-Meert, fondée en 1810, "marchand de toile, de couvertures en laine ou coton, de couvre-lits ouatés ou Courtepointes et fabrique de lingerie" (sic). Dans la publicité, la maison précisait "qu'on remettait à tout acheteur au comptant un bon du montant de son achat donnant droit à 2% d'escompte, payable en janvier prochain". 

Au n°13, Au Magasin Français, C. Delpire-Grandsir, "vêtements pour hommes, dames et enfants, coupons pour costumes, pardessus et pantalons à prix fixe. Maison de confiance". 

Au n° 27, la Maison Verdy, "magasin de mercerie, bonneterie, cols, manchettes, cravates et foulards, châles et corsets à prix modérés".

Dans les archives de 1912, on retrouve la Maison Verdy (n°27) et le Magasin Français désormais tenu par Omer Bacquaert (toujours n°13), mais aussi :

Au n°12, la Maison G. Coupez-Fievez, tapissier-garnisseur, "spécialiste en décorations spéciales pour fêtes ou funèbre, magasin de papiers-peint, coutils pour toile à matelas, étoffes pour rideaux, brise-vue, toile cirée, linoléum, plumes, duvets, crins et varechs".

Au n°30, la Maison Jean Waroquier, droguerie mais aussi vente d'eaux minérales naturelles.

Au n°34, la Maison Delaunoy, "entreprise pour tous travaux de vitrerie, spécialité d'encadrement, fabrique de vitraux pour église et appartements, titulaire d'un brevet d'invention".

Avec le temps et surtout en raison du premier conflit mondiale, certaines de ces maisons vont disparaître, mais dans les années vingt et jusqu'à la fin du XXème siècle, on retrouvera toujours la droguerie Waroquier.

En 1923, nous trouvons l'existence au n°3, des Etablissements Lefebvre et Vandeputte, qui propose les "radios-concerts" à domicile grâce aux appareils de TSF. "La maison est spécialisée en toutes applications électriques et possède son atelier de montages et de réparations".

En 1924, on verra apparaître les premières "réclames" pour Mme Lucas, qui au n°36, tient "un magasin de chapeaux, robes, blouses, manteaux et est spécialisée dans deuil et demi-deuil". Cette maison disparaîtra un peu avant la fin du siècle dernier. 

Tous les immeubles de la rue de Pont seront détruits lors des bombardements de la seconde guerre mondiale.

Il est difficile d'évoquer les différents commerces qui vont, par la suite, se succéder, les plus anciens se rappelleront les maisons aujourd'hui disparues comme :

au n°1, le magasin Bagatelle, maroquinerie, ganterie... Ce bâtiment accolé au Pont-à-Pont est vide depuis quelques années. Hélas, régulièrement squatté, vitrines et portes ont été sécurisées, il y a peu, au moyen de panneaux de bois donnant un côté inesthétique à ce petit immeuble sans étage.

Au n°6 et 8, on trouvait le magasin de meubles Wuyts auquel a succédé Trace, une agence de travail intérimaire. 

Au n°12, l'agence de voyages Roland, devenue par la suite Carlson Wagon-lits abrite désormais un spécialiste en cuisines équipées. 

Au n°10, le café le Belvédère qui fut remplacé par un pub anglais, le "British Grenadier" et est désormais transformé en un restaurant ayant conservé le nom de "British".

2011 Tournai la Bergère d'Ivry.jpg

 Le café "A la Bergère d'Ivry" fut transformé en un restaurant à l'enseigne "Aux P'tits Plaisirs" qui a malheureusement fermé ses portes, il y a quelques semaines. 

Au N°33-35, on se souvient de la "graineterie Drouillon" (précédée par le magasin de jouets "La Galerie enfantine") à laquelle succéda la firme "Ordi pour Tous", spécialiste en informatique. Celle-ci se trouve désormais en face dans une partie des anciens magasins Titart, le spécialiste du bureau.

au n°41, le photographe Delmotte qui existe depuis plusieurs décennies. 

au n°47, la librairie Liénard-Pottié régulièrement fréquentée par les élèves de l'Athénée Royal de la rue Duquesnoy, surtout au moment de la rentrée des classes, abrite désormais la pharmacie Multi-Pharma qui se trouvait encore, il y a une vingtaine d'année, juste en face, à l'angle de la rue Barre Saint-Brice. 

Au n°49, une enseigne semble défier le temps qui passe, "Au Roy Childéric", café et petite restauration. C'est désormais le seul café situé dans cette rue depuis la disparition de la Bergère d'Ivry (photo ci-contre). 

Autre bâtiment toujours présent, au n°4, à l'angle de la rue de Pont et du quai Saint-Brice, le siège de la Croix-Rouge, bien connu des générations de donneurs de sang.

                 (enseigne du café "A la Bergère d'Ivry)

 

Quel sera l'avenir de la rue de Pont ?

Cette rue n'échappe pas à la fermeture d'enseignes, même si elle semble un peu mieux résister que d'autres. Cinq à six vitrines sont vides et attendent un éventuel repreneur, un commerce a été transformé en maison particulière et, images de l'époque, les éternels magasins de nuits y ont fait également leur apparition. Leurs vitrines, peu attractives, servent uniquement à présenter, les bouteilles d'alcools, canettes, tabac et cigarettes qui sont leur principal fond de commerce. 

Dans quelques temps, le visage de l'entrée de la rue sera remodelé avec la reconstruction du Pont-à-Pont réalisée dans le cadre de l'élargissement de l'Escaut. Le belvédère permettant une vue imprenable sur la cathédrale et le beffroi devrait lui aussi subir quelques légères modifications. Cette rue retrouvera-t-elle un jour l'animation qui était la sienne lorsque je l'empruntais, adolescent, pour me rendre quotidiennement à l'Athénée Royal ? C'est probablement un souhait largement partagé par une majorité de Tournaisiens, las de voir leur centre-ville se dépeupler au profit de zones commerciales périphériques d'une grande banalité, peut-être créatrices d'emplois mais au détriment des indépendants qui ont animé la ville durant des décennies et même des siècles !

(sources : "Tournai, Ancien et Moderne" de A.F. J Bozière, ouvrage paru en 1864 - "Tournai, sous les bombes 1940-1945" d'Yvon Gahyde, ouvrage paru en 1984 et recherches personnelles - document photographique :, photo du Courrier de l'Escaut datant de l'année 1900 et photo extraite de ma collection personnelle).

S.T. août 2016.

11:22 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3) |

05 août
2016

11:59

Tournai : expressions tournaisiennes (370)

Dopache.

"Si te vas à Rio, n'oblie d'printe de l'EPO".

Au momint d'commincher à raviser à l'téle les J.O, Edmeond i-a cangé l'cancheon d'Dario Moreno. J'n'aveos pos 'cor pris eine cayère et j'n'éteos pos assis que le sujet d'no conversatieon, j'l'aveos d'jà compris. Que cha soiche pou l'Tour de France ou bin les Jeux Olympiques, Edmeond i-aveot, comme d'habitude, fait eine analyse logique.

"T'in veos asteur queurir l'chint mètes comme des flèques et quançqu'i-seont arrivés i-n'seont même pos lèques".

"L'flèque", l'meot m'a fait  sursauter pasqu'i-aveot lommint que j'aveos intindu ceulle espressieon, tout à n'ein queop, mine de rien, elle veneot d'orvenir mais tout cha ch'éteot bin leon... Ch'est ainsin qu'on aveot app'lé eine collègue de buréeau qui f'seot ein fameux déplach'mint d'air pasqu'elle queureot pus souvint qu'elle marcheot. Ein jour qu'à s'gampe, elle s'aveot blessée, on l'aveot surneommée inter nous "l'flèque brisée", cha, j'n'sareos pos l'oblier, ch'éteot ein feull'teon qui passeot à l'télé.

Comme j'n'éteos pos tout à fait d'accord ave li, j'l'ai orwettié lommint et après j'li ai dit :

"Neon, neon, i-n'feaut pos toudis tout mette su l'deos du dopache, i-a des jeones qui feont bramint d'sacrifices et qu'i-ont bin du corache. Te sareos ti après avoir ouvré toute eine journée, aller queurir et sauter pindant toute eine soirée. Pou participer à les Jeux Olympiques, ch'est avant tout eine questieon d'diététique. Si te veux ête ein beon athlète, te deos éviter d'participer à des fiêtes, te deos faire chaque jour bin attintieon à t'n'alimintatieon et aller à t'lit d'beonne heure au lieu d'raviser l'télévisieon, pou t'muscler te n'deos pos crainte de t'faire du mau et lever tous les jours des poids d'trinte à chinquante kileos, pa tous les temps t'es su l'terrain, qu'i-pluèfe, qui fasse quieaud ou bin qu'i-a du vint. Asteur, les gins i-n'ont pus l'goût d'l'effort, on direot toudis qui seont presque morts !".

Fifinne aveot acouté tout ce que j'aveos dit et j'ai bin vite compris pourquoi elle aveot souri :

"Prinds l'cas d'eine feimme qui ouèfe à s'maseon, ch'est les jeux olympiques pindant les quate saiseons. I-feaut préparer à minger, faire l'nettiache, l'orlavache et l'orpassache, i-feaut aller à commissieons, faire l'buée et passer l'linche à l'essorache, i-feaut erpriser les cauchettes, erfaire les lits, in ein meot bin t'nir s'ménache et tout cha sans dopache. L'sémaine passée, pou erpeinte les murs de m'cuisine, j'n'ai pos été obligé d'printe des amphétamines".

Bin seûr, i-a acore fallu qu'Edmeond vienne nous faire part de ses considératieons :

"Mi neon pus, su t'tiête Fifinne, j'peux l'jurer, jamais dins m'vie je n'me sus dopé".  

"Pou eine feos, j'vas t'surprinte, j'sus d'accord ave ce que t'dis, l'contrôle anti-dopache i-n'est pos nécessaire pou ti".

"Feimme a toudis raiseon " qu'i-a dit, tout bénaisse, Edmeond.

I-areot mieux fait de s'taire, l'biec-beos, i-aveot orchu les fleurs alleot suife l'peot

"Ah mais comarate, te n'vas pos ichi ête in reste, tous les jours t'es seûrmint positif à l’alcootest". 

"Ch'est pos pou les quate ou chinq pintes que j'beos su eine journée qui feaut aller acroire et dire à tout l'meonte que j'sus ein quervé". 

Cha, ch'est ce que t'avales, ichi, à l'maseon mais quançque te vas au "Chintral" ou bin "Aux Quate Saiseons", à m'mote que te n'beos pos du jus d'oranche ou bin d'chitreon".

"Mo Dieu, ein p'tit Pale-Ale ou bin eine Trapisse, et acore, ch'est quançque j'rinconte des amisses".

"Des amisses, dins l'état que t'orviens, te deos in rincontrer bin souvint, lever l'coude su l'zinc de l'estaminet, ch'est l'seul sport que t'as jamais fait". 

"T'oblies que j'ai presque fait ein maratheon, l'soir dusque j'n'ai pus ortrouvé l'quémin de l'maseon".

"Ahais, i-t'as même failli faire l'quate chint mètes papilleon à la nache, l'jour que t'as sorti berzèque de l'Tournette près du peont des Roulaches".

"J'ai d'jà d'mindé de n'pos raqueonter tous mes esploits quançque l'Optimiste i-est là. I-est in train d'faire simblant de rien mais, te verras, cha s'ra acore su l'blog saim'di qui vient". 

J'creos que j'li ai ein peu minti quançque pou l'rasseurer j'ai dit :

"Neon neon, ch'est comme l'dopache aux Jeux Olympiques, tes avintures n'veont pos dépasser l'rumeur publique". 

(lexique : l'dopache : le dopage / printe : prendre / commincher : commencer / raviser : regarder / canger : changer / l'cancheon (ou l'cancheonne) : la chanson / eine cayère : une chaise / que cha soiche : que cela soit / asteur : maintenant / queurir : courir / les flèques : les flèches / quançque : lorsque / ête lèque : être vidé, épuisé / l'meot : le mot /lommint : longtemps / ceulle : cette / tout à n'ein queop : tout à coup /  leon : loin /orvenir : revenir / ainsin : ainsi / l'gampe : la jambe / orwettier : regarder / neon : non / toudis : toujours / bramint : beaucoup / l'corache : le courage / ouvrer : travailler / avoir du mau : avoir du mal / i-pluèfe : il pleut / quieaud : chaud / acouter : écouter / l'nettiache : le nettoyage / l'orlavache : la vaisselle / l'opassache : le repassage / faire l'buée : faire la lessive / l'linche : le linge / erpriser les cauchettes : repriser, ravauder les chaussettes / erpeinte: repeindre / surprinte : surprendre / bénaisse : content / l'biec-beos : l'innocent / orchevoir : recevoir / suife : suivre / l'peot : le pot / comarate : camarade / ichi : ici / seûrmint : sûrement / acroire ; croire / quervé : ivre / à m'mote : à mon idée, selon moi / chitreon : citron / les amisses : les amis / pus : plus / l'quémin : le chemin / ahais : oui / la nache : la nage / berzèque : éméché / raqueonter : raconter / rasseurer : rassurer).

S.T. août 2016.   

11:59 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

01 août
2016

10:45

Tournai : évolution de la ville lors des dernières décennies (4)

La décennie quatre-vingt.

Les années quarante avaient apporté les ruines et la désolation, les années cinquante, le courage et la reconstruction, les années soixante étaient celles des espoirs les plus fous, les années septante nous ont soudainement rappelés à une dure réalité et le mot "crise" est venu pour la première fois (mais pas la dernière hélas) ternir le ciel presque sans nuage de l'économie mondiale.

Les années quatre-vingt vont confirmer celles qui ont précédé et seront caractérisées, à Tournai, par un nombre important d'évènements négatifs.

Les mouvements sociaux.

Au niveau social, "Amil", "les Ateliers Louis Carton", "Balamo", "Dunlop", "La Lactilithe", "Meura" et "les Trois Suisses", fleurons de l'économie locale sont en grandes difficultés, on y parle de licenciements, de chômage, de faillite et de grèves.

Les grandes catastrophes.

Ces années seront aussi marquées par des catastrophes :

1980 Tournai incendie du Shopping (1).jpg

Le lundi de Pâques 7 avril 1980, au début de la matinée, la galerie commerciale du "Tournai-Shopping", située entre l'Escaut et le quartier Saint-Jacques, est totalement détruite par un violent incendie qui va mobiliser pompiers, policiers et protection civile durant toute une journée pour venir à bout du sinistre. Grâce à l'intervention de ces services, on a probablement évité qu'une partie du quartier soit détruite, tant le brasier était violent et étendu. (NDLR : voir l'article que nous avons consacré à cet évènement dans notre rubrique : ce jour-là le 7 avril 1980).

1984.10.22 explos. rue Garnier (2).JPG

Le 22 octobre 1984, vers 7h15, la maison du Vicaire général, Mgr Thomas, située à la rue Garnier est soufflée par une explosion. Si, à ce moment, le religieux était absent, sa sœur qui occupait l'immeuble a été retrouvée indemne dans les décombres ! (NDLR : voir l'article que nous avons consacré à cet évènement dans la rubrique : "ce jour-là le 22 octobre 1984")

1985.04.10 explosion viaduc (2).JPG

Le mardi 10 avril 1985, vers 19h15, en provenance de la station-service, une nappe de gaz se répand au carrefour du Viaduc et s'enflamme soudainement, des véhicules en attente pour traverser le carrefour sont piégés. On dénombrera une victime et des blessés, gravement brûlés (NDLR : voir l'article que nous avons consacré à cet évènement dans la rubrique : "Ce jour-là : le 10 avril 1985).

1987 explosion rue A. Asou (1).JPG

Le dimanche 27 septembre 1987, un branchement défectueux d'une bonbonne de gaz est à l'origine d'une violente explosion dans la rue Albert Asou, les dégâts sont importants dans le voisinage, vitres brisées, portes éventrées, véhicules en stationnement endommagés... Si de nombreuses personnes sont choquées, là non plus, on ne déplore pas de blessés graves. (NDLR : voir l'article que nous avons consacré à cet évènement dans la rubrique : "ce jour-là : le 27 septembre 1987).

 

Le grand banditisme.

Les agressions contre les biens et les personnes sont nombreuses durant cette décennie :

lors des six premiers mois de l'année 1981, on ne dénombre pas moins de 13 attaques à main armée dans le Tournaisis.

Le mardi 21 juin 1988, vers 8h30, alors que les écoliers qui fréquentent l'école Saint-Michel viennent de rentrer en classe, un hold-up sanglant se déroule juste en face de l'établissement scolaire, devant le petit bureau de poste. Un fourgon postal de transport de fonds est attaqué à l'arme de guerre par des individus encagoulés, deux postiers seront blessés et de nombreuses personnes choquées par la brutalité de l'action. On relèvera un nombre incroyable d'impacts de balles sur la camion postal et les façades. L'enquête révèlera que les auteurs de ce fait divers sanglant ne sont autres que Patrick Haemers et sa bande.

Il sera encore question de Patrick Heamers quelques mois plus tard lorsque le 13 février 1989, vers 22h30, un chauffeur de taxi stationné à la gare sera interpellé par Paul Vanden Boeynants, l'ancien premier ministre belge, qui avait été enlevé dans le parking de son domicile de Bruxelles par des individus, le 14 janvier. Là aussi l'enquête révèlera qu'il s'agit du même Patrick Haemers et sa bande qui avait séquestré l'homme politique belge dans une villa du Touquet.

Des évènements plus heureux.

Heureusement, on relève durant cette décennie des informations plus heureuses :

1988 championnat de Belgique pros arrivée podium.JPG

En juin 1988, la ville de Tournai et le club cycliste de la Pédale Saint-Martin dirigé par le dynamique Léon Foucart organisent le "championnat de Belgique pour coureurs professionnels", celui-ci est remporté par le sprinter Etienne de Wilde.

 

1988 Union comité du 85e anniversaire (2).JPG

1981 Union Jules Bocande.jpg

 

En 1988, le club de football de l'Union de Tournai organise des festivités pour commémorer ses quatre-vingt-cinq années d'existence. Durant cette décennie, au sein du vieux club Rouge et Vert, a fait ses débuts sur le continent européen, un joueur qu'on verra ensuite à Seraing, Metz et Paris Saint-Germain : Jules Bocande !

Terminons cette revue par deux autres photos glanées dans la presse locale. la première représente deux Tournaisiens devenus célèbres depuis lors sur les antennes de la RTBF ou de No Télé : le chroniqueur Jean-Louis Godet et Annie Rak, la seconde celle d'un humoriste tournaisien qu'on aurait aujourd'hui bien des difficultés à reconnaître : Bruno Coppens, lauréat au festival du Rire de Rochefort.

1989 Jean Louis Godet Annie Rack.JPG

1982 Bruno Coppens.JPG

(sources des documents photographiques : presse locale et photos de J. De Ceuninck. Je remercie pour sa collaboration Jean-Paul Foucart).

S.T. août 2016.