27 août
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (373)

Des nouvelles fraîques.

Des nouvelles fraîques, intindons-nous bin, ch'est seul'mint eine façeon d'parler pasqu'au momint d'écrire ceulle babillarte, au thermomète, i-fait pos moinse d'trinte-chinq degrés. J'ai tout d'suite pinsé que ceulle canicule elle éteot provoquée pa l'récauff'mint climatique ! Bé neon, neon, à l'météo, i-ont dit que ch'éteot d'l'air quieaud qui v'neot tout dreot d'Afrique. On nous a tout d'abord fait acroire que cha alleot durer deux ou treos jours, puis jusqu'au week-end, mi, j'sus seûr qu'on va warder c'temps-là pindant huit jours. Et si on continue, tous les jours, a ormette eine brique d'dessus, on va finir, comme là-vas, pa pourméner tout nu. 

Vous comperdez que, du queop, j'n'ai pos pu aller vir Fifinne et Edmeond, bin du contraire, cha fait quate jours que j'sus rinserré au fin feond de m'maseon. Du matin au soir, pou impêcher l'caleur d'rintrer, j'laiche les ferniêtes serrées et les volets baissés. J'pinseos, in mi-même, que cha alleot aller mieux ainsin et qu'on alleot pouvoir passer sans problèmes l'mauvais momint, j'aveos oblié ein détal, m'feimme elle n'a jamais supporté de s'trouver infermée, dins l'noir, pindant tout au leong d'eine sainte journée.

"Te sais bin que d'puis toudis j'sus claustrophobe" qu'elle m'a déclaré, si j'n'ai pos d'air et si j'veos pos l'leumière, cha m'prind d'ein seul queop, j'sus mansée.

I-falleot vite trouver eine solutieon pou éviter toutes les discussieons.

"On est debout à six heures au matin, comme i-fait acore fraîque, on profite d'aller dins l'gardin. A huit heures, on va acater nos commissieons pou l'deîner, au Carrefour, on passe l'matinée dins l'rayeon des surgelés. Ave l'timpérature qu'i-a dins l'départemint des fromaches, si te n'veux pos attraper t'croque, t'as intérêt à n'pos ête in nache. Pindant tout l'après-deîner, on orwette l'Vuelta à l'télé, ainsin dins l'pièche l'poste i-deonne eine guisse d'clarté. Quançque l'solel i-est infin couché, on orlève infin tous les volets. On met les moustiquaires pou n'pos ête piqué des picreons et on va s'coucher su s'lit... sans couette et sans édredeon".

Cha m'fait pinser à l'blaque qu'a vécue m'n'ami Marco, l'nuit avant ceulle-ci, i-l'a passée au fraîque à l'amigo.  

I-a pris s'bain à onze heures au soir et i-a orjoint s'campe presque dins l'noir. Intindant du bruit, à mitan indormie, s'feimme elle a alleumé l'leumière, ch'est l'dernière des cosses qu'elle areot dû faire. Elle l'a éteint aussi vite qu'elle a pu quançqu'elle a ormarqué que s'n'heomme i-éteot tout nu. Elle a eu bin des russes pou essayer d'attraper l'fichu cordeon, elle a tell'mint saqué d'dzeur qu'elle s'a foutu ein queop su l'minteon. Aux ferniêtes des maseons, d'habitude, i-n'a jamais ein tchien, mais à causse de l'caleur i-aveot justemint l'feimme d'ein visin. Après bin s'ête rincé l'ouèl, elle a app'lé la police in disant qu'elle aveot vu, pa d'vant s'cassis, ein sale exhibisionnisse. Les deux jeones policières elles seont bin vite arrivées, i-a des intervintieons qu'elles ne voudreot'ent surtout pos minquer. Marco quançqu'i-a intindu l'queop d'sonnette, pa réflexe, i-a été raviser, pa l'ferniête. Les orpésintantes d'l'ordre l'ont vu apparaîte dins, qui direot, l'tenue d'ein infant qui vient d'naîte

"Surtout n'niez pos l'ami, on a bin vu l'objet du délit".

Dins l'camionnette, l'policière elle est allée querre eine couverture pou qu'in sortant de s'maseon, l'malhureux i-a ein peu pus fière allure. Nos deux "Rambo" féminines i-l'ont emmené au commissariat et, là-vas, i-a passé l'nuit inter deux quervés et ein malfrat.

I-a d'mindé à ein des deux quervassins qu'i-éteot'ent à côté d'li :

"Et vous, Mossieu, quoisque vous avez fait pou ête ichi ?".

"J'peux vous asseuré que j'n'ai rien fait, j'ai bu les deux lites comme on a dit à l''télé"

L'prouèfe qui aveot bu ses deux lites, elle éteot inter ses gu'noux, ch'est là que l'buveu mucheot eine boutelle d'Rosé d'Anjou !

D'puis lommint, vous m'connissez, sachez que j'sus bin treop pudique pou vous raqueonter asteur les rêves qu'a fait, ceulle nuit là, s'voisine Monique. A s'n'âche, on a pos souvint l'occasieon d'vir dins l'pus simpe appareil ein si bel Apolleon. I-a bin lommint qu'elle vouleot s'vinger de ceul biec-beos qui laicheot meonter s'n'héyure beauqueop treop héaut. Elle feseot partie d'ces péqueux qui in ravisant chez l'visin seont tout hureux.  

Comme i-areot dit m'viel insitituteur, après ceulle leongue digressieon, on s'a écappé d'no sujet, orveneons bin vite à nos mouteons.

Pou éviter d'avoir seo, j'ai adopté l'méthode allemande dite de Merkel, à l'grande surface, mardi, j'ai acaté eine quarantaine d'boutelles. Angela, l'chancellière de Germanie, à l'télé, elle a dit, ceulle sémaine, qu'elle conseilleot d'faire faire des provisieons, des feos qu'on connaîtreot des problèmes.  

Pou éviter l'désihydratatieon, adeon, j'ai acaté d'lieau minérale mais aussi chinq boutelles d'apéreo pou warder l'moral, bramint d'salates et d'gambeon pou n'pos devoir cuire les préparatieons, des glaches pou les chucher et des pintes pou les chiffler. J'aveos fait mes provisieons, comme on dit, l'plein d'munitieons. D'quoi t'nir des heures et des heures à attinte l'fin de ceulle vague de caleur. 

"L'été s'ra quieaud, l'été s'ra quieaud, dins les t-shirt, dins les mailleots", in pleine canicule, comme si qu'on deot passer des cancheonnes parelles à l'radio. J'areos préféré "Etoile des Neiges" de Line Renaud ou bin, Claude François et s'n' "Homme au Traineau" !

Lindi passé, j'ai dit au docteur que j'vouleos perte eine paire d'kileos pasque d'puis des meos et des meos je m'sins treop greos. I- m'a conseillé d'boire deux lites d'ieau su eine journée, d'mette ein training et pindant deux heures au moinse d'aller marcher. J'ai comminché l'régime sportif avant-hier, quançque j'sus rintré on m'areot ramassé à l'pétite cuiller. J'aveos à peine fait treos kilomètes que, dins mes vêt'mints, j'feseos soupette. J'ai orcomminché l' lind'main à peine que j'éteos debout et j'sus à nouvieau orvenu su les gu'noux. Pou continuer, tous les midis, j'ai mingé tell'mint leuger qu'eine feos m'n'assiette éteot finie j'aveos faim et j'croyeos que j'n'aveos pos acore deîner. J'ai voulu l'vérifer, comme j'm'éteos pesé pou l'dernière feos diminche, j'me sus mis su l'balanche et j'aveos l'même poids qu'avant que j'comminche.

"Ah mais qu'elle a dit m'feimme, te n'vas pos maigrir su treos jours, ce que te fais là, te deos l'faire toujours"

Cha m'a vraimint copé les gampes et les bras et je m'sus laiché caire dins l'divan pou raviser l'Vuelta. J'ai fait du sport pa perseonne interposée et au moinse, là, j'n'ai pos beauqueop sué. 

Pou résister à l'caleur, j'ai alors adopté l'méthode Coué, j'ai pinsé à les ceusses qui seont obligés d'aller ouvrer, aux ouverriers du fier, aux caufourniers, aux cantonniers et aux cinsiers. Dins l'temps, i-ouvreot'ent dix ou douze heures sans jamais oser s'plainte de l'caleur. 

Je n'comprinds pos pourquoi des gins attintent après les fortes caleurs, cha nous use et nous fait viellir bin avant notre heure. Du sud, veyez les feimmes et les heommes, à chinquante ans i-seont ridés comme des vielles peommes. Intinte les perseonnes dire : "Infin i-fait quieaud, cha m'enerve qu'on oblie treop vite qui n'a que l'freod qui conserve ". 

Dernière minute !

Au momint d'écrire l'lexique qui orprésinte l'fin d'l'artique, j'ai vu passer, pa d'zeur m'maseon, d'noirs neuaches, j'ai pinsé qu'on alleot béteôt avoir ein violent orache mais à sintir l'naque d'feumées po cassis j'ai bin vite compris que ch'éteot ein greos incendie. On m'a dit que l'sinistre, ch'éteot à l'avenue d'Maire et que toutes les auteos éteot'ent déviées pa l'rue Saint-Eleuthère. Ov'là acore des gins qui seont dins l'malheur et ch'est pétête à causse de l'caleur !

Attintieon : toute orsannance ave des perseonnes qui areot'ent vécu parelle histoire d'nudisse s'reot tout à fait involontaire !

(lexique : fraîque : fraîche / ceulle babillarte : cette lettre / trinte-chinq : trente-cinq / l'récauff'mint : le réchauffement / neon : non / quieaud : chaud / acroire : croire / ête seûr : être sûr / warder : garder / ormette : remettre / là-vas : là-bas / pourméner : promener / vous comperdez : vous comprenez / du queop : du coup / vir : voir / ête rinserré : être enfermé / l'caleur : la chaleur / laicher : laisser / serré : fermé / oblier : oublier / tout au leong : tout au long / toudis : toujours / l'leumière : la lumière / ête mansée : être angoissée / l'gardin : le jardin / acater : acheter / l'deîner : le dîner (repas de midi en Belgique, du soir en France) / les fromaches : les fromages / attraper s'croque : attraper une maladie, tomber malade / ête in nache : être en nage, couvert de sueur / orwettier : regarder / l'pièche : la pièce / eine guisse ; un tout petit peu / quançque : lorsque / les picreons : les moustiques / l'blaque : la blague / orjointe s'campe : rejoindre sa chambre / à mitan : à moitié / les cosses : les choses / avoir bin des russes : avoir bien des difficultés / saquer : tirer / ein tchien : un chien / l'visin : le voisin / l'ouèl : l'oeil / l'cassis : le châssis / jeones : jeunes / minquer : manquer / raviser : regarder / les orprésintantes : les représentantes / naîte : naïtre / querre : chercher / inter : entre / ein quervé ou ein quervassin : un ivrogne / quoisque : qu'est-ce que / ichi : ici / lites : litres / l'prouèfe : la preuve / les gu'noux : les genoux / mucher : cacher, dissimuler / lommint : longtemps / asteur : maintenant / à s'n'âche : à son âge / simpe : simple / l'biec-beos : l'innocent / l'héyure : la haie / ein péqueu : un curieux / hureux : heureux / écapper : échapper / orvenir : revenir / avoir seo : avoir soif / des feos : des fois / adeon : donc / bramint : beaucoup / l'gambeon : le jambon / des glaches : des glaces / chucher : sucer / chiffler des pintes : boire des verres de bière d'un seul coup / des cancheonnes : des chansons / parelles : pareilles / des meos : des mois / commincher : commencer / faire soupette : être tout trempé / leuger : léger / coper : couper / les gampes : les jambes / caire : tomber / à les ceusses : à ceux / ouvrer : travailler / les ouverriers du fer : littéralement les ouvriers du fer, les métalos / les caufourniers : les anciens ouvriers des fours à chaux, très nombreux dans le Tournaisis / les cinsiers : les fermiers / viellir : vieillir / l'freod : le froid / l'artique : l'article / pa d'zeur : par dessus, au-dessus / les neuaches : les nuages / béteôt : bientôt / l'orache : l'orage / l'naque : l'odeur / les feumées : les fumées / ov'là : voilà / pétête : peut-être / à causse : à cause / l'orsannance : la ressemblance / l'nudisse : le nudsite).

S.T. août 2016.

 

11:00 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bonne semaine Serge!

Écrit par : Un petit Belge | 30/08/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.