20 août
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (372)

Thérèse, l'terreur des balanches.

I-a alfeos des gins qui voudreot'ent bin passer inaperchus, i-ont bieau faire, on les veot arriver du fin feond de l'rue. Quançque j'parle de ces gins-là, j'pinse toudis à Thérèse, l'amie d'Fifinne, l'file d'ein Timpleuvois et d'eine inglaise

J'l'ai rincontrée, ceulle sémaine, chez Edmeond et Fifinne, elle éteot v'nue à Tournai acater eine paire d'ballerines. Comme i-m'l'a raqueonté m'comarate Edmeond, elle n'a jamais pu mette des sorlets à taleons. On a vite compris que si eine feimme pèse chint quater-vingt-quate kileos, ch'n'est pos possipe que ses gampes tienne'tent su des p'tit morcieaux d'beos. L'seule feos qu'elle a voulu essayer, l'paufe file, elle a cait in bas d'ses sorlets et elle a démis s'chevile.

Quançque Thérèse elle s'a assise su l'cayère, j'ai vu Edmeond faire secrèt'mint eine prière :

"Mo Dieu, j'vous d'minde d'protéger m'meublier, j'veos d'jà les pieds de l'cayère qui qu'minchent à plier".

I-a eu ein miraque, Edmeond i-a été exaucé, l'cayère elle a gémi mais elle n'a pos cassé. 

I-a fallu ein quart d'heure pou qu'Thérèse elle orprenne s'n'haleine, on la veyeot aspirer d'l'air pa s'bouque et ses nareines.

"Chéteot bin mieux à l'rue Montifaut, i-n'aveot pos d'marches, mais queulle idée qui t'as pris d'habiter asteur au prumier étache !".

S'adressant à Fifinne, tout in parlant, elle s'a pinchée vers l'avant, Edmeond i-a pinsé, "i-n'va quand même pos mette ichi ses bras su l'tape, c'n'élephant"..

"J'vas printe deux ou treos chuques pou mette dins m'café, l'docteur i-m'a conseillé d'oblier à jamais l'chuquerrier, j'li fais confiance mais ch'est l'impossipe qui m'a d'mindé ! D'jà que pou m'régime j'ai supprimé, l'matin et l 'soir, l'lait". 

"Quançque ch'est ainsin, commint que te fais pou v'nir, t'as trouvé à Timpleuve eine beonne âme pou t'conduire ?".

"Mo bé, j'n'habite pus Timpleuve d'puis lommint, j'ai pris m'liberté, j'vis asteur à Ramegnies-Chin. M'mopère i-a trouvé cha tout à fait normal, mais m'mamère, j'creos, que cha li a fait beauqueop d'mal, elle m'a dit que d'puis qu'j'aveos quitté l'villache tertous i-li diseot'ent qu'i-veyeotent fameus'mint l'plache ! T'départ, ch'est ein grand vide que m'mamère m'a dit tout bas, in essayant acore eine feos de m'printe inter ses bras".

Au momint qu'elle a dit cha, j'ai eu eine mauvaisse pinsée, comme vous connissez m'n'honnêteté, j'vas vous l'avouer :

"Ch'est comme l'greos quêne qui a au beos d'Bonsecours, là aussi i-feaut ête à trinte-six pou in faire l'tour".

Ch'est pos bieau, je l'sais, mais j'n'ai pos pu m'impêcher ! Vous allez tertous pinser que ch'n'est pos malin de s'moquer d'eine parelle infirmité, ahais, mais elle, si elle est ainsin ch'est pasqu'elle n'arrête pos d'toffier, elle n'est jamais maflée. Elle comminche à minger dès qu'elle est dérinviée et ch'est ainsin jusqu'au momint qu'elle va s'coucher. Même pindant l'nuit, à n'importe quelle heure, elle va pluquer eine séquoi dins l'réfrigérateur. 

Ceulle file, elle a ein estomac sans fin et chez elle tout fait fareine au moulin : de l'soupe à l'ogneon ou bin de l'ratatoute à porieons, des marmoulettes ou bin de l'blanquette, ein morcieau d'pourchéau ou bin eine assiette d' mutieau, ein plat d'salate ou bin des coucoubaques à l'castonate, eine plaque d'chucolat ou bin ein barre d'nougat, de l'tarte ou risse ou bin des bateons d'réglisse, du bédeo ou... j'arrête là m'n'énumératieon, j'vas d'attraper eine indigestieon !

Après ces considératieons, j'orprinds l'cours de l'conversatieon, Thérèse elle éteot jusse in train d'répeonte à l'interrogatieon d'Edmeond. 

"Adeon, quançque j'deos vn'ir à l'ville faire des commissieons, j'm'arringe toudis pou faire l'route ave l'vieux Gasteon"

In intindant ces meots, Edmeond, j'n'ai pos osu l'raviser, au feond d'mi-même, j'saveos d'jà quoisqu'i-alleot li d'minder.

"Quoisqu'i-a comme auteo, l'vieux Gasteon ?".

"Ch'est pos eine auteo, ch'est ein camieon !".

"Va bene, va bene" qu'i-a dit l'air sérieux Edmeond pindant que l'file simbleot s'poser des questieons. 

Ch'éteot pus fort que mi, j'n'ai pos pu m'ortenir, tout à n'ein queop, je m'sus éboulé d'rire. 

"Va bene", in frinçais cha veut dire "cha va bin", j'aveos pos imaginé que m'comarate i-parleot l'italien. J'veyeos d'jà l'benne du camieon s'orlever et Thérèse bourler in bas face l'devinture du marchand d'sorlets. D'jà que les pavés d'Tournai i-n'seont pos in fort beon état, Mossieu Boite i-areot acore dû ichi réparer d'fameux dégâts. 

"Mo, in t'intindant, j'ai cru que pou ortourner j'areos été obligée d'aller à l'arrière, pasque l'camieon d'Gasteon, je n'te l'ai pos dit, ch'est eine bétallière. Mo Dieu, t'es ein fameux bougre, te m'as foutu l'pépette, soiche rasseuré Edmeond, j'meonte toudis à côté d'li à l'avant du camieon" !

"T'as pos ein p'tit biscuit à minger, Fifinne" qu'elle a dit Thérèse, "je n'vas pos m'in faire pou l'visin qui répète toudis que j'vas finir obèse".

 L'platieau d'petits fours i-n'a fait qu'ein tour, on n'd'a même pos eu ein, elle l'a vidé in ein tour de main. 

"Les chucartes , ch'est m'péché migneon, j'm'traîn'reos su..."

"On a compris, i-est beon". 

"Chez à l'maseon Marquette à Orcq que j'vas querre des déchets d'waufes alfeos, i-seont fin bénaisses de m'vir, j'n'ersors jamais d'là sans mes treos sachets d'chinq kileos"

"Vingt milliards bé, te deos d'avoir pou tout eine ainnée" qui a dit Edmeond tout paf.

"Bé neon, neon, j'avale tout cha in moins d'deux" qu'elle a répeondu l'galafe.  

"Ch'est m'provisieon pour quançque j'ravise l'télévisieon, l'nuit que j'ai suivi Nafissatou Thiam, j'n'ai pos arrêté d'faire miam-miam", on a bieau dire mais les émotieons cha creuse et là d'zeur, pou tout faire passer, j'ai avalé deux beonnes Gueuze".

"Deux Gueuze et treos sachets d'déchets d'waufes, bé cha alors, si-i-areot les Jeux Olympiques pou les galfards t'areos l'médalle d'or". 

"J'minge quand même moinse qu'avant, j'ai perdu deux kileos d'puis chinq ans, d'jà quançque j'éteos toute gamine, j'ai toudis fait attintieon à m'régime".

Tout à n'ein queop, elle s'a erlevée.

"I-est temps pasque Gasteon i-va arriver. I-est parti conduire ein vieau à l'abattoir et i-aime bin ête rintré à s'maseon avant l'soir".

L'porte de l'salle à minger, ch'est d'travers qu'elle l'a passée et quançqu'elle a déquindu on a intindu gémir l' escalier.

"Pouvu qu'elle ne passe pos à travers, l'galafe, pasqu'on pourreot l'ertrouver in plein mitan de l'cave". Edmeond i-n'a vraimint été soulagé qu'au momint dusqu'i-a intindu l'porte de l'rue s'erfermer. Gasteon l'attindeot l'leong du quai et i-a eu bin du mau à l'imbarquer. Deux feos qu'elle est orpartie in arrière allant s'écraser su les barrières et bin qu'elles soichent rouillées, les vielles rambardes elles ont bin résisté.

Edmeond qui raviseot l'tablature po cassis, i-a souri et i-a dit :

"I-n'feaut pos qu'elle vient à caire dins l'Esquéaut pasqu'on n'a pos 'cor élargui l'Pont des Tréos !". 

P.S. Comme je l'dis toudis à l'fin d'mes artiques : toute orsannance ave des perseonnes qui vous connissez, ch'est de l'pure coïncidence, pasqu'inter nous, eine feimme ainsin, elle s'reot asteur dins eine cirque d'puis bin lommint !).

(lexique : l'balanche : la balance / alfeos : parfois / inaperchu : inaperçu / veot : voit / quançque : lorsque / toudis : toujours / l'file : la fille / l'inglaise : l'anglaise / ceulle : cette / acater : acheter / m'comarate : mon camarade / les sorlets : les souliers / chint quater-vingt-quate : cent quatre-vint-quatre / possipe : possible / les gampes : les jambes / l'beos : le bois / caire : tomber / l'cayère : la chaise / l'meublier : le mobilier / qu'mincher ou commincher : commencer / ein miraque : un miracle / orprinte : reprendre / l'bouque : la bouche / les nareines : les narines / queulle : quelle / asteur : maintenant / s'pincher : se pencher / l'tape : la table / l'chuque : le sucre / oblier : oublier / l'chuquerrier : le sucrier / lommint : longtemps / m'mopère : mon père / m'mamère : ma mère / beauqueop : beaucoup / tertous : tous / l'plache : la place / acore : encore / printe : prendre / inter : entre / l'quêne  : le chêne / parelle : pareille / ahais : oui / toffier : manger goulûment / ête maflé : être rassasié / dérinvier : réveiller / pluquer : grignoter / eine séquoi: quelque chose / l'fareine : la farine / les ogneons : les oignons / les porieons : les poireaux / les marmoulettes : les moules  / l'pourchéau : le cochon, le porc / l'mutieau : pâté grossier / des coucoubaques : des crêpes / l'castonate : la cassonade, sucre roux à partir de la betterave / du chucolat : du chocolat / de l'tarte au risse : de la tarte au riz / l'bédeo : l'agneau / orprinte : reprendre / jusse : juste / adeon : donc / osu : osé / quoisque : qu'est-ce que / tout à n'ein queop : tout à coup / s'ébouler : s'effondrer, s'écrouler / s'orlever : se relever / foute l'pépette : faire peur / rasseuré : rassuré / l'visin : le voisin / les chuquartes : les sucreries / querre : chercher / des waufes : des gaufres / bénaisses : contents / vir : voir / tout paf : tout saisi, profondément surpris / l'galafe ou l'galfard : le gourmand / là-d'zeur : là-dessus / moinse : moins / ein vieau : un veau / eine maseon : une maison / déquinte : descendre / in plein mitan : au beau milieu / dusque : où / s'erfermer : se refermer / l'leong : le long / orpartir : repartir / soichent : soient / vielles : vieilles / l'tablature : la situation ridicule, gênante / l'cassis : le châssis / l'Esquéaut : l'Escaut, le fleuve qui traverse Tournai / élarguir : élargir / ein artique : un article / eine orsannance : une ressemblance).

S.T. août 2016.

11:38 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.