18 août
2016

Tournai : promenade le nez en l'air (2)

La promenade continue !

Nous  nous étions arrêtés face au portail de l'ancien bureau de Poste de la rue des Chapeliers. On repart et on relève à nouveau la tête pour découvrir d'autres lieux qu'on ne remarque pas si on vient visiter Tournai pour la première fois et moins encore si on passe régulièrement à proximité ! Notre périple permettra également de rencontrer un Tournaisien, grand défenseur du folklore de la cité des cinq clochers. 

 Cartouches, enseignes et balustrades insolites.

Tournai rue de la Cordonnerie A la Pomme d'Orange.jpg

A l'angle formé par la rue des Chapeliers et la rue de la Cordonnerie, une ancienne "enseigne" est encore visible, au-dessus de la porte d'entrée de l'actuel magasin de vêtements, celle de l'estaminet : "A la Pomme d'Orange". L'auteur de la photo a inscrit, par distraction, la mention rue de Courtrai, cette dernière débute bien au-delà de la place Paul Emile Janson après la rue du Curé Notre-Dame. 

Tournai place Paul Emile Janson le plan de la ville sur balcon.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur la place Paul Emile Janson, un immeuble a été construit dans le courant des années 80, récemment les balustrades des balcons ont été rénovées. A-t-on déjà remarqué que l'enchevêtrement des fers représente tout simplement le plan de la ville de Tournai ?

 

Tournai place Paul Emile Janson plan de la ville sur balcon (2).jpg

Les cartouches.

Sur de nombreuses façades, on découvrait, jadis, des pierres sculptées représentant, par l'image, la profession de l'habitant des lieux, sorte d'enseigne de commerce à l'époque où peu de gens savaient lire. Je me rappelle que lors de travaux effectués, au début des années nonante, à la rue du Becquerelle dans le cadre de la construction d'un nouveau bâtiment à destination d'un organisme financier, une pierre gravée représentant un mortier de pharmacien a été trouvée. J'ai eu l'occasion de lire le rapport d'étude fait par l'ancien conservateur du musée d'Histoire et d'Archéologie, Mr. Duphénieux. Ses recherches lui ont permis de découvrir que cette pierre provenait très certainement d'une officine située, jadis, non loin de l'église Saint-Quentin dont le pharmacien s'appelait, pure coïncidence ou pas, Dumortier ou Du Mortier. Cette pierre a été conservée et scellée dans un des murs du nouveau bâtiment. Comment avait-elle atterri à cet endroit ? L'explication est simple, les gravats de démolitions effectuées en ville ont servi, au cours des siècles, de remblais pour de nombreuses constructions.

Tournai cartouche rue de la Wallonie 14 (Delhaye).JPG

cartouche sur une façade de la rue de la Wallonie

Lors de promenades dans le centre-ville, vous pourrez découvrir d'autres cartouches notamment à la place de Lille (ancienne boulangerie), à la rue des Bouchers Saint-Jacques, à la rue du Cygne (représentation de l'ancienne porte Ferrain et d'un arbalétrier illustrant l'article consacré dans ce blog à la lente évolution de la rue du Cygne), à la rue de l'Hôpital Notre-Dame (représentations de scènes bibliques)... pour autant que vous vous promeniez le nez en l'air. 

 

La Maison Tréhoux, "Au Siècle de Louis XIV".

Tournai au Siècle de Louis XIV Maison Tréhoux.jpg

La maison Tréhoux

 

Edouard Tréhoux (1878-1952) habitait, depuis 1912, au n°23 de la rue des Puits l'Eau. Son magasin d’ébénisterie portait l'enseigne "Au siècle de Louis XIV". Il est connu pour être le père des géants tournaisiens construits pour la plupart entre 1932 et 1934 (NDLR : voir les articles consacrés aux différents géants). Son premier géant fut "Reine Tournay". En plus de la précitée, on lui doit également "Childéric"," Christine de Lalaing", "Louis XIV", "Saragos", "Châle Vert", "Louis XVIII", le raccommodeur d'assiettes, "Lethalde" et son frère "Engelbert", croisés tournaisiens entrés les premiers dans Jérusalem lors de la croisade menée par Godefroid de Bouillon. Au cours des décennies qui suivirent, des Tournaisiens suivirent son exemple et d'autres géants de quartiers furent construits comme "Gramère Cucu" de Saint-Piat, "Storme" du quartier du Maroc, "Lalie" du quartier Saint-Brice à la tête de son groupe folklorique des "Pêcheurs Napolitains", "Jean Noté" du quartier Sainte-Magritte (Sainte-Marguerite), le "Vendéen" du quartier du 24 août, le "P'tit Chasseur" et "Edouard Tréhoux", un géant créé par les Amis de Tournai pour lui rendre hommage. Ces géants défilent lors du cortège organisé par les Amis de Tournai en septembre. 

2015.09.13 géant Reine Tournai.jpg

2015.09.13 Christine de Lallaing géant.jpg

Reine Tournay fut le premier géant pour la braderie de 1932        Christine de Lalaing date de 1933

 

Tournai le géant Vendéen.JPG

le vendéen

Tournai le géant Louis Storme.jpg

                              Louis Storme qui fut le père de 21 enfants et "Bourguémette " du quartier du Maroc

  

2015.09.13 géants Storme et Jean Noté.jpg

                                                                les géants Storme et Jean Noté

 

Les parapluies de... Tournai.

Tournai pietonnier les parapluies 2016.jpg

 

 

 

 

Tournai rue Gallait parapluies 2016.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A l'image de certaines rues de cités méditerranéennes, les rues de la Cordonnerie et Gallait situées dans le piétonnier de la Croix du Centre (c'est le nom qui lui avait été donné par le bourgmestre Raoul van Spitael lors de son inauguration dans les années septante mais qu'on semble aujourd'hui ignorer) se sont dotées de rangées de parapluies multicolores apportant un peu d'ombre aux jours de grand soleil et... balançant joyeusement aux jours de grand vent.

 

Tournai rue de la Cordonnerie parapluies 2016.jpg

Espaces verts !

Tournai rue des Carmes.jpg

rue des Carmes

2011 Tournai rue des Campeaux  1.jpg

                                                                         rue des Campeaux

On rencontre encore au gré de la promenade des maisons qui se dissimulent pudiquement derrière une couverture végétale.

Nous aurons bientôt l'occasion de découvrir d'autres éléments parfois ignorés. 

(documents photographiques : le Courrier de l'Escaut - R. Rauwers - collection de J. Driesens que je remercie et collection personnelle)

S.T. août 2016.

09:22 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.