13 août
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (371)

Philomène, ein véritape phénomène !

L'jour de s'naissance, ses parints l'aveot'ent app'lé Philomène et l'infant i-aveot vu l'jour à deux pas d'l'églisse de l'Madeleine. J'vous veos v'nir ichi, vous vous dites seûrmint : queulle idée d'li avoir deonné ein préneom ainsin. I-n'feaut pos cacher bin leon, l'neom ch'est tout simplemint... l'ceu d'eine sainte qu'on serveot à l'époque à Warchin. Elle éteot priée pa les ceusses qui aveot'ent du mau à leu dints et i-falleot vir, quançqu'i-bailleot, les gincifes de s'mopère Firmin. L'malhureux, s'bouque i-n'pouveot jamais l'ouvère pasque t'aveos l'impressieon d'vir des broques d'jeu d'fier.

Jusqu'au jour dusqu'elle est allée pou l'prumière feos à l'école primaire, l'pétite Philo, elle aveot toudis été dins les écours de s'mamère. L'infant i-n's'avintureot pos pus leon que le bord du gardin et, jamais, elle n'areot osu aller pourméner su l'quémin.

"Bé cha ch'est eine affaire" qu'elle diseot s'mamère, quançque j'sus avec elle dins l'ruache, on direot vraimint qu'elle a peur de s'n'ombrache. Cha démolineot l'paufe Marinette de vir que s'file elle aveot toudis l'pépette.

Elle tranneot in intindant l'trompette du marchand d'loques, elle sursauteot quançque sonneot'ent les cloques et quançque des tchiens s'metteot'ent à aboyer dins l'rulette, tout d'suite elle déquindeot de s'cayère et elle serreot l'ferniête. J'deos malhureus'mint vous avouer que cha n's'a pos arringé l'jour dusqu'elle rintré in prumière ainnée.

"Mettez vous in rang et sans faire d'bruit" diseot tous les matins l'institutrice in berlant bin fort, i-feaut acroire que ceulle feimme aveot certain'mint hérité l'veox de s'mopère qui éteot sergint-major. Pou l'infant, les six ainnées primaires i-ont été ein fameux calvaire pasque quançqu'eine perseonne elle a ein défeaut, ch'est recta, elle a toudis bramint d'gins su s'deos. Comme i-n'a pos pus mauvais que les ormarques d'ein infant, no brafe Philomène rintreot bins souvint à s'maseon in brayant. Ses parints i-ont toudis eu l'raminvrance d'ein matin du meos d'féverrier, su l'quémin de l'école, in marchant tout douch'mint su l'noirglas, Philomène aveot quand même fait eine riche cabériole. I-ont obligé d'li acater des sorlets cloutés pasqu'après su l'glache, l'infant i-aveot l'esquite d'avancher.

A douze ans, à l'école, ch'éteot pus l'peine d'acore l'inveyer, du queop, Marinette elle a dit à s'n'heomme qu'elle alleot s'in occuper. Ave beauqueop d'patience, elle li a appris l'cuisine, l'nettiache et les rassarcissures mais Philomène elle continueot à tranner comme eine fuelle à chaque feos qu'elle feseot de l'couture. Pou elle, i-n'aveot pos pus dingereux qu'eine aiwille, à causse d'cha, elle aveot bin des misères dins l'chas d'passer l'fil. I-falleot aussi l'vir porter des séeaux car ave s'trimblote elle rinverseot toute l'ieau. Comme à toudis passer derrière s'file s'mamère elle éteot lèque, elle li a bin vite appris à passer eine crute et eine sèque

A vife ave s'mamère, Philomène elle éteot plein'mint rasseurée mais elle ne saveot pos acore ce que l'avenir i-alleot li réserver. Ein bieau jour, su l'quémin pou l'ouvrache, Firmin, pa eine carette, i-a été rinversé et ch'n'est pos à l'hôpital qu'on l'a trinsporté mais ch'est à Mulette qui s'a ortrouvé. A partir de c'momint, Philomène n'a pus jamais osu sortir de s'maseon même pos pou aller ave Marinette à commisieons. Rester seule ave ein infant qui aveot toudis l'esquite, on a vu l'paufe feimme vieusir bin vite.  In plein mitan d'l'hiver, elle a orjoint Firmin, tout là-vas, dins l'pus bieau des gardins (j'deos préciser qu'à l'époque l'chim'tière i-éteot acore pulvérisé, i-n'aveot pos comme asteur bramint d'pichoulits et plein d'hierpe dins les allées).

Depuis c'jour-là, à s'maseon, toutes les battantes sont restées serrées et on n'veyeot pus sortir Philomène que pou aller querre à minger. Chaque feos qu'à s'porte on v'neot seonner ou bin buquer, elle aveot l'pépette qu'in face d'ein agripeu elle se soiche ortrouvée. Quançqu'ein orache approcheot et que d'noirs neuaches s'metteot'ent à écliter, ch'est directemint dins s' lit qu'elle alleot s'coucher pasque s'mamère elle li aveot toudis dit que là au moinse i-n'aveot pos d'dinger. 

"Ch'est du beos aux quate pieds, i-a pos d'problème t'es bin isolée"

Philomène elle éteot devenue l'risée de tout l'quartier et les gins ne minqueot'ent pos de l'faire endever. In face de chez elle on déposeot eine ratte morte ou bin on cloueot ein mauviar su l'pannéeau de s'porte. L'été on glicheot des bruants dins s'boîte à lettes ou bin pindant l'nuit on alleot tirer su s'cloquette. A chaque feos, elle berleot comme eine sirène qu'on intindeot dins tous les coins de l'Madeleine. Même l'file de ses visins, l'pétite Josette, elle n'éteot pos l'dernière pou faire des intourloupettes, veyant ein jour qu'elle éteot inchifernée, l'petite morveusse elle lui a conseillé :

"Philiomène, j's'reos à t'plache bé j'ireos vir l'docteur, ch'est ainsin qu'à m'moneonque on a trouvé eine tumeur".

Elle a sinti meonter l'intiétude et elle a tout d'suite fait v'nir l'médecin, l'docteur i-a eu bin du mau de li faire comprinte qu'elle n'aveot presque rien :

"I-n'feaut pos toudis ainsin vous mette des idées parelles dins vo tiête, vous avez tout simplemint attrapé ein orfroidiss'mint, comme on dit eine niflette". 

Pindant eine sémaine, toutes les chinq minutes, elle a mis l'thermomète, mouqué s'nez, avalé ein tas d'pilules et bu des préparatieons in pourette. Elle metteot des cataplasses à l'fareine de moutarte su s'poitreine tell'mint grands qui récauffeot'ent jusqu'à s'boudaine. Ainsin attaqué pa tous les côtés, l'catarrhe i-a eu vite déclaré forfait. Eine feos acore, Philomène elle éteot sauvée, tout l'meonte s'demindeot quoisqu'elle alleot acore invinter ? 

Ein bieau matin, elle ne s'est pos déréveillé, ch'est couchée su s'lit que l'police l'a trouvée. On direot qu'elle a l'air total'mint effrayée qui a dit à s'collègue ein policier. L'médecin i a signé l'acte d'décès in écrivant : l'coeur i-a seûrmint lâché, elle éteot toudis mansée.

Mi, su ceulle affaire j'ai inquêté et j'pinse avoir trouvé l'vérité.

Ch'est in plein mitan de l'nuit que Philomène est meontée au paradis. Comme elle ne vouleot pos déringer l'portier, à l'porte elle n'a pas osu buquer. Pou vir eine dernière feos ceulle tierre elle s'a ortournée et ch'est là qu'elle a vu l'diape arriver. I-li a dit : 

"Si te n'veux pos rintrer au paradis alors, ch'est bin simpe, Philo, te viens ave mi". In intindant ces meots, c'est l'dernière feos pétête que Philomène a eu l'pépette et, apeutée, elle s'a bin vite impressée d'toquer à l'porte et d'saquer su l'cloquette ! 

Avertiss'mint au lecteur : ch'est acore eine histoire de seot, je l'sais, toute orsannance ave des perseonnes qui areot'ent existé, cha s'reot l'fruit du pur des hasards.

(lexique : véritape : véritable / seûr'mint : sûrement / quelle : quelle / cacher bin leon : chercher bien loin / l'ceu : celui / les ceusses : ceux / avoir du mau : avoir mal / les dints : les dents / vir : voir / les gincifes : les gencives / s'mopère : son père / s'bouque : sa bouche / ouvère : ouvrir / des broques : des broches (pour le jeu de fier, voir l'article qui a été consacré à ce jeu tournaisien) / dusque : où / toudis : toujours / ête dins les écours de s'mamère : se cacher la tête dans la partie qui s'étend de la ceinture au genou bien souvent recouverte à l'époque par un tablier) / l'gardin : le jardin / osu : osé / pourméner : promener / l'quémin : le chemin / s'mamère : sa mère / quançque : lorsque / l'ruache : la rue, le quartier / l'ombrache : l'ombre ("avoir peur de s'n'ombrache" signifie avoir peur de son ombre) / démoliner : démoraliser / avoir l'pépette : avoir peur / tranner : trembler / les cloques : les cloches / les tchiens : les chiens / l'rulette : la ruelle, la petite rue / déquinte : descendre / l'cayère : la chaise / l'ferniête : la fenêtre / l'prumière : la première / berler : parler fort, hurler / acroire : croire / l'veox : la voix / bramint : beaucoup / l'deos : le dos / les ormarques : les remarques / braire : pleurer / avoir l'raminvrance : avoir la souvenance, le souvenir / l'meos : le mois / féverrier : févier / l'noirglas : le verglas / eine cabériole : une cabriole, une culbute / les sorlets : les souliers / l'glache : la glace / avancher : avancer / acore : encore / du queop : du coup, en raison de cela / beauqueop : beaucoup / l'nettiache : le nettoyage / faire des rassarcissures : raccommoder, repriser / eine fuelle : une feuille / eine aiwille : une aiguille / les séeaux : les seaux / avoir l'trimblote : trembler de froid ou de peur / l'ieau : l'eau / ête lèque : être épuisée / passer eine crute et eine sèque : nettoyer sommairement avec une loque humide et essuyer / vife : vivre / rasseuré : rassuré / eine carette : une charrette / Mulette : nom donné à Tournai au cimetière du Sud, ce nom serait celui de la première personne qui y fut inhumé / avoir l'esquite : autre expression pour avoir peur / vieusir : vieillir / in plein mitan : au beau milieu / l'chim'tière : le cimetière / asteur : maintenant / les pichoulits : les pissenlits  / l'hierpe : l'herbe / les battantes : volets de bois constitués de deux panneaux de bois qu'on fermait de l'extérieur / serrer : fermer / querre : chercher / buquer : frapper violemment / ein agripeu : un voleur, un filou / soiche : soit / ein orache : un orage / les neuaches : les nuages / écliter : faire des éclairs / au moinse : au moins / l'beos : le bois / faire endever : faire enrager, tourmenter / ein mauviar : un merle / glicher : glisser / des bruants : des hannetons / l'cloquette : la clochette, petite cloche qui servait alors de sonnette / l'file : la fille / eine intourloupette : une entourloupette, un mauvais tour / ête inchiferné : avoir le nez bouché par un rhume de cerveau / l'morveusse : l'effrontée, l'insolente / l'plache : la place / m'moneonque : mon oncle / l'intiétude : l'inquiétude / comprinte : comprendre / parelles : pareilles / ein orfroidiss'mint : un refroidissement / eine niflette : écoulement nasal résultant d'une rhume de cerveau / mouquer : moucher / in pourette : en poudre / des cataplasses : des cataplasmes / l'fareine : la farine / l'poitreine : la poitrine / récauffer : réchauffer / l'boudaine : le ventre, le bedon / l'meonte : le monde / se déréveiller ou s'dérinvier : se réveiller / ête mansé : être angoissé, épouvanté, avoir la gorge serrée / l'feos : la fois / s'ortourner : se retourner / l'diape : le diable / simpe : simple / pétête : peut-être / apeutée : apeurée / toquer à l'porte : frapper à la porte / saquer : tirer / orsannance : ressemblance).

S.T. août 2016.

 

10:46 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Que de mots employés autour de moi dans mon enfance me reviennent ! C’est un peu “ma madeleine de Proust” !
Merci, Serge, d’avoir continué la rubrique...

Écrit par : Jacqueline | 13/08/2016

Répondre à ce commentaire

Quelle imagination...! Incroyable

Merci pour ces moments de lecture , du pur bonheur...!

Écrit par : rauwers | 18/08/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.