29 juil.
2016

12:07

Tournai : expressions tournaisiennes (369)

Jeux dingereux !

Treos s'maines sans eux et j'éteos tout malhureux. Quançque j'ai été les vir jeudi, ch'est pa Fifinne que j'ai été accueilli.

"Et alors, on est orvenu au pays, on a passé d'beonnes vacances, de c'que vous m'aviez dit si j'ai bin l'raminvrance, vous n'avez pus été à La Panne mais bin dins l'Nord de la France ?".

L'contraire m'areot éteonné, i-z'aveot'ent acore cangé d'idée.

"Ceulle ainnée-chi, on a été faire breonzer nos boudaines dins les héautes dunes du côté d'Bredene. Mais comme j'te conneos, j'te veos ichi v'nir, l'Optimiste, i-n'feaut pos acroire qu'on a été su l'indreot des nudistes".

"Comme aimeot à l'répeter, bin souvint, m'mopère, on a vu assez d'horreurs pindant la guerre !"

Comme toudis Edmeond i-a mis s'grain d'sel et eine feos acore Fifinne elle a été tout in foufielle.

"Bé fieu, te f'reos mieux de t'taire ave t'carrure comme eine équette pasque mi j'peux acore moutrer mes gampes comme Mistinguett".

Au momint d'intrer dins l'salle à minger, Edmeond i-éteot assis à l'tape pa d'vant ein meont d'courrier, i-f'seot ein tas ave les lettes et eine eaute ave les publicités.

"Te veos ichi comme l'tas i-est épais, i-va voler direct aux vieux papiers".

"Ch'est vrai que toutes ces anneonches ch'est du gaspillache et à des feos on ortruèfe les fuelles au mitan du ruache, dire qu'eine échevine déclare que no ville est ein modèle d'propreté, bé, je m'deminde alfeos si elle n'pormène pos les is serrés. Mi, asteur, j'fais mes commissieons in déhors de l'cité des cheonq clothiers, là-vas au moinse je n'sus pos agressé quançque j'vas chez l'épicier ou bin l'boulinger".

"Hé, l'bourgeois, t'as pos eine pétite pièche pou mi minger ?" (si acore ch'était pou li minger, ch'est pou li boire ou pire acore s'droguer)

T'as bieau essayé d'les éviter, t'es ratindu d'tous les côtés et comme les tchiens n'seont pos attachés, i-n'veaut mieux pos les inveyer pourméner. Au début, i-d'aveot d'temps in temps ein, mais asteur, à l'rue Royale, ch'est ein véritape régimint, des heommes, des feimmes ave des infants, toudis l'canette à l'main, berlant à tue-tiête et batt'liant comme des quervassins. Les agints les chassent chinq à six feos par jour mais i-ont bieau faire, i-z'orvienne'tent toujours. Polo (ch'est no bourguémette f.f.) i-n'veut pus les voir mais i-a bieau faire, l'rue ch'est leu territoire et i-n'seont certainem'int pos les rois de l'catoire.

"Ch'est vrai qu'avant on pouveot lusoter de l'Porte Saint-Martin jusqu'à l'plache Crombez, on n'deveot jamais s'ortourner, dins tous les coins de l'ville, on s'sinteot in sécurité. Quançqu'on alleot au cinéma Palace pindant l'soirée, on pouveot rintrer à dix ou onze heures sans avoir l'esquite d'ête attaqué et volé".

"Ch'est vrai mais les gins i-n'aveot'ent pos toudis t'télépheone à leu main et cha éviteot d'deonner des invies à bramint d'beons à rien".

"In puque, te deos toudis faire attintieon dusque te mets les pieds pasque dins les boîtes et les canettes, t'es toudis in train choler. I-est seûr que cha ireot pétête mieux si i-aveot eine paire d'poubelles dins l'quartier cathédral mais je veux bin parier que l'beon d'comminde i-deot acore traîner su l'tape d'ein imployé communal. Quoi que ces annochints i-feont exprès de bin souvint tout ruer à côté ".

D'puis qu'on aveot comminché ceulle conversatieon, je n'pouveos pos m'impêcher d'raviser Edmeond. J'ai ormarqué qu'à hauteur de s'freont i-éteot blessé et près d'ses ch'feux on areot même dit qu'i-aveot saigné. Depuis l'temps que vous lisez mes babillartes, j'creos que vous m'connaissez, adeon, comme ave mes deux gins j'deos toudis ête prudint, j'n'ai rien d'mindé. In mi-même, j'n'ai pos pus m'impêcher d'pinser, les deux albrans i-ont acore seûrmint batt'lier et, si comme à s'n'habitude, à s'main Fifinne teneot eine payèle, te peux ête certain que l'paufe Edmeond i-l'a acore eine feos attraper su l'gamelle.

Fifinne elle m'aveot discrèt'mint orwettié pindant que j'l'aveos observé et ainsin j'ai su quoisqu'i-s'aveot passé.

"Lindi, l'biec-beos i-a vu eine émissieon à l'télé su l'nouvieau jeu Pokémon Go et, l'lind'main, j'l'ai vu orvenir ave ein smartphone in riant comme ein seot. Te n'vas pos qu'mincher à faire eine dreôle de tiête pasque j'vas aller in ville chasser les p'tites biêtes qui m'a dit in déballant l'ingin pou apprinte l'maniemint et i-s'a mis in route mardi à huit heures au matin. Comme ch'n'est pos dins ses habitudes de n'pos rintrer pou l'deîner, i-feaut s'mette à m'plache, mi, j'tourneos in reond, j'éteos infouterfée".

"Ceulle espèce de déflinqué, i-s'a acore fait ormarquer, à tertous i-a moutré qui n'éteot pos fort dégoté".

Comme Fifinne s'metteot d'jà in colère, Edmeond i-m'a espliqué s'n'affaire :

"Te n'vas jamais m'acroire mais j'vis des heures de gloire d'puis que su t'blog te raqueontes mes histoires, tous les gins que j'rinconte su les trottoirs m'appellent in disant - tins ov'là ichi Edmeond t'in as acore bu eine m'garcheon-. Et te n'sais pos que l'pus bieau d'l'histoire, in m'veyant arriver, bé, i-déquintent tertous du trottoir".

Fifinne elle a répliqué :

"Ch'est pasqu'i-t'ont vu berloquer et i-s'dise'tent que t'es acore quervé !".

"J'ai fait tout l'tour de l'ville de Tournai ave l'écran du smartphone pa d'zous de m'nez. Tout à n'ein queop, su l'Grand-Plache, j'ai vu apparaître l'ceu qu'après j'cacheos, pou l'attraper, i-aveot pos d'dammache, j'deveos marcher tout dreot. Je n'ai pos compris pourquoi j'ai oblié l'princesse d'Espinoy, j'ai été buquer dins la stèle, i-a fait tout noir et j'ai vu trinte-six candelles. J'ai attrapé eine bosse comme ein oué d'couleon et i-paraît que j'éteos tout dégriffé su m'nez et su m'minteon. Hureus'mint, i-a ein témoin qui a app'lé eine ambulance et in moins d'deux j'éteos aux services des urgences. J'ai intindu l'infirmier dire que j'éteos l'troisième qu'aujord'hui on li rameneot, l'prumier i-n'aveot pos vu arrivé  eine auteo et l'eaute, pa d'vant Tournai la Plage, i-aveot cait dns l'Esqueaut".

Fifinne elle a lanché les bras au ciel in disant :

"J'préféreos bin mieux quançque te f'seos des sudokus ou des meots croisés pasque, si pa malheur t'areos cait de t'cayère, j'éteos là pou t'ramasser. Neon, Mossieu a décidé d'faire asteur comme les jeones, i-cache après perdu dins l'ville après des p'tites biêtes guéaunes. I-paraît que ch'est pou leu faire découvrir l'patrimoine et ch'est ainsin qu'on les ortrouèfe dins aine abbaye déringeant les moines. I-z'avanchent ave l'tiête toudis baissée et i-n'a qu'l'écran qui sont toudis in train d'raviser. T'as vu l'résultat, l'Optimiste, à jeuer à Pokémon, bé... i-est asteur plein d'poques, Edmeond".

(lexique : quançque : lorsque / vir : voir / orvenir : revenir / avoir l'raminvrance : avoir la souvenance, se souvenir / cangé : changé / ceulle : cette / l'boudaine : la bedaine, le ventre / ichi : ici / acroire : croire / l'indreot : l'endroit / m'mopère : mon père / toudis : toujours / eine feos : une fois / ête en foufielle : être dans tous ses états / l'expression "fieu" : équivaut à l'expression française "fils" / eine équette : copeau de bois, qualifie une personne très maigre / pasque : parce que / moutrer : montrer / les gampes : les jambes / l'tape : la table / pa d'vant : devant / les anneonches : les annonces / on ortuèfe : on retrouve / les fuelles : les feuilles / au mitan : dans la moitié / l'ruache : la rue, la ruelle, le quartier / alfeos : parfois / poméner : promener / les is serrés : les yeux fermés / Mi : moi / asteur : maintenant / les cheonq clothiers : les cinq clochers / là-vas : là-bas / eine pièche : une pièce / li : lui / acore : encore / ête ratindu : être attendu par une personne qui nourrit de mauvaises intentions / les tchiens : les chiens / inveyer : envoyer / pourméner : autre mot pour promener / berler : hurler / battl'ier : batailler / des quervassins : des ivrognes / ein roi de l'catoire : cette expression définit un personnage sympathique toujours prêt à mettre de l'ambiance / lusoter : flâner / s'ortourner (ou s'ertourenr) : se retourner / avoir l'esquite : avoir peur / bramint : beaucoup / in puque : de plus / dusque : où / choler : fouler au pied / ête seûr : être sûr / pétête : peut-être / les annochints : les innocents / ruer : jeter / comminché (ou qu'minché) : commencé / raviser : regarder / les babillartes : les lettres / les albrans : les garnements / eine payèle : une poêle à frire / l'gamelle : ce mot était perfois utilisé pour désigner la tête chez certains personnes mais ne fait pas partie du patois usuel / orwettier : autre mot pour regarder / quoisque : qu'est-ce que / l'biec-beos : le niais, le balourd / ein seot : un sot / apprinte : apprendre / m'plache : ma place / ête infourterfée : être en émoi, être inquiète / ein déflinqué : une personne grande et maigre / dégoté : finaud, rusé / ov'là : voilà / l'garcheon : le garçon / déquinte : descendre / tertous : tous / berloquer : tituber / quervé : ivre, saoul / pa d'zous : en dessous / tout à n'ein queop : tout à coup / dammache : dommage / tout dreot : tout droit / buquer : heurter, frapper /  les candelles : les chandelles / ein oué d'couleon : un œuf de pigeon / ête dégriffé : être griffé / l'prumier : le premier / caire : tomber / lancher : lancer /  l'cayère : la chaise / les jeones : les jeunes / guéaune : jaune / ainsin : ainsi / jeuer : jouer / des poques : des ecchymoses suite à un coup reçu).

S.T. juillet 2016.

12:07 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

27 juil.
2016

11:59

Tournai : Pierre Vanden Broecke, un des piliers du Cabaret !

Avertissement au lecteur !

tournai,pierre vanden broecke,cabaret wallon tournaisien,grande procession,pasquier grenierA la lecture de ce titre, il ne faut surtout pas faire une confusion entre un pilier du Cabaret, terme qui qualifie un membre assidu de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien dont les prestations sont attendues par le public et l'expression tournaisienne "ein potieau d'cabaret" qui stigmatise un individu passant ses journées appuyé contre le bar dans un état qui devient, au fil du temps, de plus en plus second. Par ses multiples activités, Pierre Vanden Broecke, même s'il ne refuse pas, de temps à autres, de boire une bonne pinte n'a vraiment pas le temps de s'attarder à ce genre de futilité.

Une passion pour sa cité natale !

Pierre Vanden Broecke est né le 22 novembre 1957, le jour de la Sainte-Cécile, patronne des musiciens et des "canteus" (chanteurs). Après des études à l'école des Frères et au Collège Notre-Dame, il entre à la Fucam à Mons. Ses parents étant des fidèles auditeurs du Cabaret Wallon, adolescent, il va découvrir, en leur compagnie, les chansonniers tournaisiens lors des "Orvues de l'Kermesse" (Revues de la Kermesse), dans le courant des années septante. Ce sera pour lui une révélation au point que pour animer les soirées (bien arrosées) des étudiants tournaisiens de la faculté montoise, il se mettra à écrire quelques "cancheonnes" (chansons) dans le patois de la cité des cinq clochers. Plus tard, au sein de l'Alifucam frontalière (régionale des Anciens de la Fucam), il sera désigné comme responsable du folklore.

Notre étudiant a pourtant bien d'autres passions, celle de la philatélie tout d'abord. Tout jeune, il collectionne les timbres et, à une époque où on ne parle pas encore d'internet, il découvre les continents, les pays, les monnaies, un véritable cours de géographie. Au cercle tournaisien de ces amateurs de timbres, il deviendra trésorier et ensuite Vice-Président. Il sera à l'origine de la parution de timbres spéciaux consacrés à Tournai, en 1992 pour le 9ème centenaire de la Grande Procession, en 1998, à l'occasion du 8ème centenaire de la chapelle Saint-Vincent, en 2005 pour le 8ème centenaire de la châsse de Notre-Dame flamande et, en 2007, pour les cent ans du Cabaret Wallon. C'est au sein de ce cercle de collectionneurs qu'il fera la rencontre d'un véritable amoureux de Tournai, un homme qui se passionnait pour l'histoire de la cité, André Rouneau. C'est peut-être celui-ci qui l'amènera à la Société tournaisienne d'Histoire et d'Archéologie. Défenseur de sa ville natale, de ses traditions et de son patrimoine, Pierre Vanden Broecke ne pouvait qu'entrer à l'ASBL Pasquier Grenier, dont il devint administrateur et membre du comité de rédaction de la revue en tenant la rubrique dénommée "Clin d'Œil" évoquant les restaurations réussies ou... ratées.

Son dévouement pour Tournai ne va pas s'arrêter là, tout jeune, à la demande de son père, membre du comité, il participa en qualité d'enfant de chœur à la grande Procession de septembre. Il en devint par la suite commissaire, membre du comité d'organisation et depuis 2014 Président. En 1992, il s'attela à constituer un fonds d'archives en rassemblant des centaines de documents photographiques, un nombre tellement important qu'il permit d'organiser une exposition à la Maison de la Culture dans le cadre du 9ème centenaire de l'événement religieux annuel. Plus de 10.000 visiteurs la parcoururent.

Un navetteur... pas trop amoureux de la SNCB !

Pierre Vanden Broecke aurait pu s'arrêter là. Se donnant avec cœur dans chacune de ses activités, il avait de quoi remplir ses loisirs, lui, que sa profession amène chaque jour à Bruxelles au moyen de ce légendaire train de la ligne 94, tortillard très rarement à l'heure sur une liaison bien souvent oubliée des responsables de la SNCB. Il paraît que le bougre a noté, dans des carnets, chaque retard du train qu'il a emprunté. A ce jour, il possède donc une documentation aussi épaisse qu'un annuaire téléphonique qui surprendrait plus d'un ministre fédéral de la mobilité.

Un sportif dans l'âme !

Même s'il avoue ne pas être un sportif pratiquant, il fut supporter du Royal Racing Club Tournaisien où son père était membre depuis bien longtemps et, à l'âge de 42 ans, il a assouvi une autre de ses passions : posséder un cheval. Ainsi, régulièrement, il se rend au manège pour monter sa fidèle "Epona". Peut-être un jour, le verra-t-on en tête de la procession parmi les cavaliers portant les bannières ?

1995 RCCWT nouveaux membres.jpg

Si vous êtes des habitués du Cabaret, vous avez très certainement remarqué que les noms étaient inversés. Ainsi il faut lire :  de gauche à droite : Rudy Sainlez - Freddy Dequesne - Géry Derasse et Pierre Vanden Broecke

 

Infin su l'ponteon !

En 1981, lors de son service militaire, il écrivit une chanson sur l'armée et la présenta, pour avis, à Ghislain Perron, membre du Cabaret Wallon. Celui-ci l'incita à participer au concours Prayez. En cette même année, il obtint un 2ème prix en catégorie "chansons", doublé du Prix Charles Maillet, pour "Sévices militaires", en 1983, un 2ème prix en catégorie chansons - de 35 ans pour "Ch'éteot l'beon temps", en 1987, un 2ème prix pour sa chanson "I feaut toudis faire s'devoir", en 1988, un 3ème prix pour "Voyache dins les îles" et en 1994, un 3ème prix pour "Si j's'reos bourguémette" et un 2ème prix pour "I n'est jamais treop tard". Même si on se perfectionne toujours avec le temps, il maniait déjà le patois en participant à l'époque à la confrérie carnavalesque "L' P'tits Rambiles"  qui avait les chansons tournaisiennes à son répertoire.

Celui qui écrivait des billets en picard dans la revue "Confetti" de l'ASBL Carnaval sous le pseudonyme de "L'Ouèl du drageon" frappa alors à la porte du Cabaret et devint tout d'abord membre aspirant en 1995 et définitif un an plus tard. Il sera Vice-président de la Royale Compagnie de 2002 à 2007. Il faisait partie de ce qu'on a appelé la "bande des quatre barbus" avec le regretté Rudy Sainlez, Géry Derasse et Freddy Dequesne.

Présenter les œuvres qu'il a produites depuis son entrée au Cabaret demanderait d'allonger cette présentation. Il y en a plus de quatre-vingts écrites par lui-même ou en collaboration avec d'autres membres notamment dans le cadre des revues. Aussi, je préfère vous en citer quelques unes, un choix totalement subjectif, je m'en excuse d'avance auprès de lui :

"J'rasine" (1999) raconte cette habitude gourmande d'aller jusqu'à racler le plat pour tout manger, "Féaut faire du sport" (2003) conte les conseils d'un médecin à un homme qui n'a vraiment pas envie de se mouvoir, dans le même ordre d'idées, "Ein riche régime" raconte les déboires d'un homme qui voudrait perdre du poids mais qui a trop d'occasions au cours de l'année pour faire bombance, "J'aime Tournai" (2010) est une déclaration d'amour d'un habitant à sa ville, "Au théâte d'Chelmy" (2006) rend hommage à Michel Vanden Broecke, un membre de sa famille qui fut un organisateur de spectacles bien connu dans la cité des cinq clochers (NDLR : voir l'article que nous lui avons consacré), "T'n'es jamais si bin servi que par ti-même" (2014) décrit les petites entourloupes à tous les niveaux qui ont défrayé la presse tournaisienne, "L'fin du meonte" (2013) dépeint l'inquiétude provoquée par la fin du calendrier des Mayas, "L'crémier d'Saint-Piat" (2012) dresse le portrait attachant d'un de ses petits commerçants de quartier qui ont tendance à disparaître et qui était son "presque" voisin, "Ode à l'Tournay" (2005), célèbre le breuvage mis au point par la brasserie de Templeuve. Personnellement, j'ai apprécié "Scieince-Fictieon", un texte écrit au lendemain de la diffusion par la RTBF d'une émission spéciale (très spéciale) annonçant la sécession de la Flandre, une chanson dressant avec une touche humoristique les conséquences tragi-comiques pour notre Wallonie Picarde. 

tournai,pierre vanden broecke,cabaret wallon tournaisien,grande procession,pasquier grenier

Tantôt tendre, tantôt caustique, humoriste dans l'âme, Pierre Vanden Broecke qui confesse ne pas être un poète puise, dans la vie quotidienne, ces petits faits qui, mis en musique, surprennent et ravissent les auditeurs. Renouvelant sans cesse son répertoire, il continue à nous surprendre.

Tout comme il le fut pour la grande Procession, le chansonnier tournaisien a également été à l'origine de l'exposition consacrée au cent ans du Cabaret en la Maison de la Culture et les auditeurs de Vivacité l'entendent très souvent, le lundi soir, dans l'émission "Hainaut Rachennes" d'Annie Rak, elle aussi tournaisienne (NDLR : voir l'article que nous lui avons consacré).

 J'sus bin seûr qu'i-va ête saisi pa l'initiale de m'préneom au bas d'ceul artique pasque cha fait des ainnées que c'brafe garcheon quançqu'i-m'rinconte, i-m'appelle... Patrick !

(documents photographiques datant de 1995 et 1997 tirés du "Courrier de l'Escaut" avec mes remerciements à Jean-Paul Foucart pour sa collaboration, photo récente : collection P. Vanden Broecke).

S.T. juillet 2016.

 

25 juil.
2016

19:09

Tournai : évolution de la ville lors des dernières décennies (3)

Les années septante.

Il y aurait beaucoup à dire à propos de cette décennie et il est donc nécessaire de faire un choix en vous renvoyant aux articles plus détaillés parus dans la série "l'année 1970... sous la loupe" et autres dates que vous pouvez consulter en allant dans la case "Rechercher". 

Les défis politiques.

Deux majorités vont gouverner la ville durant ces dix années, la première PSC-PRL issue des élections de 1970 et la seconde PS-PSC élaborée à la suite du scrutin de 1976. 

La première se penche enfin sur les grands dossiers qui empoisonnent la vie des Tournaisiens depuis la fin de la guerre : l'élargissement de l'Escaut afin de le porter à un gabarit permettant le passage de péniches de 1.350 tonnes, l'avenir de la salle des Concerts, de l'école Marvis et de l'église Sainte-Marguerite. L'ampleur des dégâts engendrés par le premier dossier le renverra à la majorité suivante, on hésite, en effet, entre contournement et élargissement en site propre avec des conséquences incommensurables pour les personnes expropriées et un coût allant de 1 à 3 milliards de francs de l'époque (soit 745.000 euros !). Pour les trois autres dossiers, on décide également de ne pas... décider. Après son élection, en 1976, Raoul Van Spitael n'optera pour aucune des deux solutions mais préconisera l'alternat pour le passage des péniches dans Tournai, une solution sage et économique (plusieurs milliards économisés) qui soulageait les Tournaisiens et surtout les commerçants dont on avait encore le souci à l'époque au moment de prendre d'aussi importantes décisions qui auraient concerné des centaines de personnes et autant d'immeubles pendant de très nombreux mois. 

1973 Avenue de Maire.JPG1973 Boulevard de Nerviens.JPG

 

Les années soixante ont vécu et le rêve d'un avenir sans un seul nuage s'évanouit rapidement . La guerre au Moyen-Orient de 1973 ramène les incertitudes et... les dimanches sans voiture en raison des difficultés d'approvisionnement en pétrole. Si l'arrondissement de Tournai compte encore 3.210 entreprises procurant 36.340 emplois, le chômage revient, peu à peu, occuper le paysage économique. 

Dans les hémicycles communaux on s'interroge à propos du projet du Ministre Michel qui souhaite fusionner les communes. Dans les villages, la colère gronde, les manifestations se multiplient. Un homme initialement fermement opposé au projet deviendra néanmoins le bourgmestre de Tournai et pour longtemps... il a pour nom Raoul Van Spitael, (ancien bourgmestre de Kain).

 

La Maison de la Culture.

 

1970 Tournai  fondations Maison de la Culture.jpg

 

1971 Tournai construction Maison Culture.jpg

Une année à peine sépare ces deux documents photographiques (1970-1971).

Au début de la décennie, un chantier attire l'attention sur la plaine des Manœuvres, celui de la "Maison de la Culture" dont les spectacles ont lieu, jusqu'alors, en la Halle-aux-Draps. Trois hommes vont marquer la naissance de cet outil culturel indispensable pour la cité des cinq clochers : le bourgmestre Hachez, le professeur de l'Athénée Royal Jean Laitat et Norbert Gadenne qui en sera le Président. Deux salles de spectacles, deux halls pour expositions, un foyer pour artistes en résidence, une bibliothèque et les studios de No Télé vont meubler ce bâtiment que Tournai attendait depuis la disparition de son théâtre suite aux bombardements de 1940.

 

La Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien.

1975 Cabaret Wallon Tournaisien.jpg

De gauche à droite : (en haut) Max François - Louis Urbain - Marcel Roland - Lucien Jardez - Jean Leclercq - Anselme Dachy - André Dupriez  et Charles Ghio  (en bas) Edmond Roberte - Albert Coens et Ghislain Perron.

Une société philanthropique a le vent en poupe depuis trois décennies, la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien compte de plus en plus de membres-sympathisants qui se retrouvent pour les petits cabarets d'abord organisés au café Central et ensuite en la salle de l'étage de la Halle-aux-Draps ou pour la Fête de la Chanson Wallonne. Quant à "l'Orvue de l'Kermesse", elle est jouée de septembre à la Toussaint et vue par des milliers de spectateurs. Malgré les nombreuses prestations et les répétitions, les chansonniers trouvent quand même le temps de sacrifier aux traditions tournaisiennes tel le jeu de boule carréaulé, prétexte à un souper aux petits légumes de Kain arrosé de bonnes crasses pintes (comme on dit chez nous)

 

Un hiver glacial.

1979 Tournai hiver glacial (1).jpg

L'hiver 79-80 restera dans toutes les mémoires. Il débuta le samedi 30 décembre par une chute brutale de la température et d'importantes chutes de neige avec formations de congères. Rapidement, l'Escaut sera envahi par les glaces en raison des températures nocturnes frôlant les -20°. Il faudra attendre la dernière semaine de janvier pour retrouver des conditions météorologiques plus en rapport avec la saison hivernale dans nos régions. Cette fois encore, on avait connu des dimanches sans voitures, à la place des véhicules automoteurs, on voyait circuler des traîneaux et des skieurs !. 

 

Des changements se dessinent !

Si on excepte la reconstruction de la ville qui a duré près de vingt ans, peu de projets d'avenir sont apparus durant les deux dernières décennies (cinquante et soixante). L'Administration communale se caractérise par une sorte d'immobilisme, d'attentisme, elle semble vivre sur ses acquis. L’asphaltage de la Grand-Place peut être considéré comme le point d'orgue des réalisations, c'est bien mais c'est peu. A la veille des années quatre-vingt, des projets sont dans les cartons : l'aménagement du rond-point de l'Europe et l'édification de la fontaine, la construction de la fontaine de la place Crombez, la nouvelle configuration de la rue Royale qui eut autant de partisans que de détracteurs, la création du piétonnier de la Croix du Centre et de sa fontaine au carrefour formé par le croisement des quatre rues qui le composent, la rénovation de la Salle des Concerts et le transfert du Conservatoire, l'apparition d'une Auberge de Jeunesse...

1979 Tournai le quai Notre-Dame.jpg

 

 

 

 

1969 Tournai  rue Gallait.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

1969 Tournai rue de la Cordonnerie.jpg

Pour en terminer avec les années septante voici quelques coins de Tournai tels qu'ils apparaissaient à cette époque : le quai Notre-Dame, la rue Gallait, la rue de la Cordonnerie et la Porte Marvis.1978 Tournai Porte Marvis (2).jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1975 Tournai vue aérienne.jpg

 

(sources : documents photographiques tirés de la presse locale "le Courrier de l'Escaut" et le "Nord-Eclair". Remerciement pour sa collaboration à Jean-Paul Foucart).

S.T. Juillet 2016

23 juil.
2016

10:44

Tournai : expressions tournaisiennes (368)

L'roi des lusoteus !

L'guerre elle éteot à peine terminée d'puis deux beonnes ainnées que pou l'deuxième feos Marceline s'ortrouveot impanch'lée. Et ch'est ainsin qu'ein bieau matin, dins eine rulette du quartier Saint-Jean, on a fiêté, à l'fin des ainnées quarante, l'naissance du p'tit Armand. I n'a pos fallu lommint à s'mamère pou ormaquer que s'n'infant i-éteot bin leon d'ête éveillé, ch'éteot recta, à chaque queop, i-s'indormeot dins ses bras pindant l'tétée. Quançqu'i-est rintré à l'école des p'tits quious, s'mamère elle a pinsé que cha alleot s'améliorer, bé ahais, quançqu'on l'coucheot pou l'sieste, i-dormeot pindant tout l'après-deîner. Ein bieau jour que l'institutrice elle l'aveot dérinvié, i-a rapid'mint piqué eine tiête dins l'pâte à modeler. I-a fallu l'soirée intière à Marceline pou tout inl'ver, i-d'aveot dins ses ch'feux et même dins ses tréos de s'nez.

A l'école primaire, à li tout seu, dins l'classe, chéteot l'attractieon, sans rien dire, i-aveot tout d'suite queusi eine place dins l'feond. Là-vas, apoyé su l'cauffache, i-n'pouveot pos ête mieux et on l'intindeot alfeos ronfiéler comme ein binhureux.

Fatigué de l'vir ainsin l'maîte i-berleot :

"Armand, vous allez caire, faites attintieon !".

et l'infant, ouvrant difficil'mint les is, li répondeot :

"Quoisqu'i-a, Mossieu, ch'est d'jà l'récréatieon ?".

Veyant qu'i-n'vouleot jamais rien faire, l'vieux maîte aveot app'lé l'mamère.

"Vot'garcheon i-a ein fameux poil dins la main !"

"I-n'feaut pos me l'dire, Mossieu, j'sais qui i-tient ! S'mopère i-passe des journées intières à l'pèque et quançqu'i-orvient, l'soir, i-n'in peut pus, i-est total'mint lèque et l'pire dins tout cha, Mossieu l'instituteur, vous allez ête saisi, d'puis dix ans qui va ainsin tous les jours, bé, i-n'a jamais rien pris".

S'mofrère Julot, li, ch'éteot tout l'contraire, i-a réussi, héaut la main, ses études secondaires. L'mamère diseot aux gins :

"J'ai deux infants et i-m'feont tous les deux braire, l'ein d'bonheur et l'eaute pasqu'i-n'sait rien faire". 

Pou l'consoler, les gins li répondeot'ent : 

"On a connu deux frères, l'ein alleot à l'tique et l'eaute pindant tout s'carrière i-a fait de l'politique".

Ein infant, ein p'tit malin qui assisteot à l'conversatieon, i-a dit que ch'n'éteot pos eine beonne comparaiseon. 

"L'ein ch'est dins l'divan qui allongeot ses gampes pindant que l'eaute, bin souvint, i-roupilleot à l'Campe".

L'paufe gosse, tout c'qu'i-a gagné à sortir eine cosse parelle, ch'est eine beonne marnioufe qui li a cait su s'n'orelle. 

D'puis c'momint là, Armand i-a grandi et Marceline elle est partie au paradis. Quancque d'puis s'pétit neuache, elle orwette s'garcheon su l'tierre, l'sainte feimme elle passe des heures et des jours à braire. Vous êtes saisi que dins no beonne ville de Tournai, au meos d'mai et d'juin, on a presque tertous été inondés. 

Tous les après-deîners, no bruant i-va s'porméner, à l'Marmite ou à l'Fontaine Saint-Eloi on l'veot varouler. Pindant qu'les eautes i-veont au buréeau ou à l'at'lier, li, fin bénaisse, i-préfère bin mieux lusoter

"Tins, ov'là ichi l'ami Armand, te n'résides pus au quartier Saint-Jean ?".

J'l'ai rincontré ein bieau matin poussant s'véleo dins l'rue Saint-Martin.

"On m'a dit que t'habiteos au forbou, eine pétite maseon pos leon du chim'tière !"

"Neon, neon, j'ai déménagé j'orvis asteur dins l'incien appartemint de m'mamère". 

"Et ainsin te n't'as jamais marié, te n'a pos trouvé sorlet à t'pied ?".

"Pou fréquinter, i-areot fallu aller au bal jusqu'à minuit, mi, à cette heure là, i-a bin lommint que j'éteos dins m'lit".

"Pou faire connissance i-n'a pos fauqu'les soirées su ceulle tierre, t'areos, pa eximpe, pu aller à des rincontes d'célibataires". 

"J'ai compris qu'avoir eine feimme et des infants, pou mi cha areot été vraimint treop fatiguant". 

"Et des amisses m'ont aussi appris que te n'aveos jamais ouvré de t'vie".

"Mo Dieu, te n'vas pos ichi parler comme Julot, m'mofrère, dusqu'i-ouèfe, i-m'aveot trouvé eine poste d'manutintionnaire. 

J'l'ai ormercié et inveyé pourméner :

"Te n'pinses quand même pos que j'vas ichi user m'deos à passer toute eine journée à porter des greos balleots".

Comme i-a vu que j'aveos l'air saisi, i-a bin vite continué s'récit :

Dins m'vie, d'puis que j'sus tout p'tit, j'ai eine philosophie, i-n'feaut jamais cacher après les innuis. Tous les jours, je m'lièfe quançque je n'sus pus fatigué, ch'est à peu près l'heure que j'deos aller deîner. J'paie ein ou deux eureos là-vas dusque j'vas minger et pou ceulle somme modique, j'orchois ein menu complet. Invireon treos feos dins l'ainnée, ch'est à l'Croix Rouche que j'vas seonner, on m'y deonne des bieaux vêt'mints et, crois-me, j'sus rhabillé pou rien. Pou m'souper, i-n'a pos pus d'misère, j'vas querre ein colis à l'banque alimintaire. Comme m'mopère i-m'l'a inseigné, j'vas à l'pèque tous les lindis après-deîners. Tous les meos, j'vas querre près d'mille euros au CPAS et ave cet argint j'vis bin à l'aisse. Dis-me pourquoi j'ireos m'esquinter à ouvrer pindant toute eine journée. Pou avoir in puque deux chints eureos, bé, i-feaut ête complèt'mint seot".

"Ah mais, ti aussi l'ami, te vas acouter m'philosophie. On m'a ortenu bramint d'tasques pindant quarante ainnées pou v'nir in aide à les ceusses qui n'alleot'ent pos ouvrer. J'ai toudis accepté d'cotiser pour les malates et les perseonnes handicapés, pou tous les malhureux mais certain'mint pos pou les wiseus. Si t'es bin portant, j'considère que vife ainsin à mes crochets, ch'est tout bonn'mint ein manque d'dignité. Dire que pindant que j'éteos in train d'suer, t'éteos affalé, eine pinte à 't'main à raviser l'télé".

Armand i-n'a rien répeondu, i-n'a même rien compris de c'que j'aveos dit et in partant, in souriant, i-m'a dit :

"Bé, acore hureux que su ceulle tierre, i-a des gins comme ti, te veos d'ichi, j's'reos obligé de m'fatiguer si te n'aveos pos cotisé pou mi !".

I-m'a ortourné l'deos et i-est orparti su s'véleo. A larques gampes i-pédaleot et su l'route i-zigzagueot. 

J'ai alors pinsé que d'puis que j'sus ortraité, j'n'ai même pos l'temps, comme li, d'lusoter.

*Toute orsannance ave des gins qui areot'ent vécu ou bin qui s'reot'ent acore de c'meonte est l'fait du hasard, autermint, cha s'reot bin malhureux.

(lexique : ein lusoteu : un flâneur / ête impanch'lée : être enceinte / eine rulette : une ruelle / lommint : longtemps / s'mamère : sa mère / ormarquer : remarquer / bin leon : bien loin / eine queop : un coup / quancque : lorsque / l'école des p'tits quious : l'école maternelle (expression de moins en moins utilisée) / ahais : oui / dérinvié : éveillé / les tréos : les trous / queusi : choisi / apoyer : appuyer / l'cauffache : le chauffage / alfeos : parfois / ronfiéler : ronfler / ein binhureux : un bienheureux / vir : voir / l'maîte : le maître , l'instituteur / berler : hurler / caire : tomber / les is : les yeux / quoisque : qu'est-ce que / veyant : voyant / s'mopère : son père / aller à l'pèque : aller à la pêche / ête lèque : être épuisé, vidé / ainsin : ainsi / s'mofrère : son frère / braire : pleurer / aller à l'tique : aller pointer au bureau de chômage (obligation aujourd'hui supprimée) / les gampes : les jambes / l'campe : la chambre / eine cosse parelle : une chose pareille / eine marnioufe : une gifle / l'neuache : le nuage / orwettier : regarder / l'garcheon : le garçon / tertous : tous / ein bruant : utilisé ici dans le sens de fainéant, paresseux / s'porméner : se promener / varouler : aller et venir / l'at'lier : l'atelier / bénaisse : content, heureux / lusoter : flâner / l'forbou : le faubourg / l'chim'tière : le cimetière / asteur : maintenant / ein sorlet : un soulier, une chaussure / fauque : seulement / ceulle : cette / pa eximpe : par exemple / des amisses : des amis / ouvrer : travailler / i-ouèfe : il travaille / ormercier : remercier / inveyer pourméner : envoyer promener (on dit aussi "porméner" comme nous l'avons déjà vu) / ichi : ici / m'deos : mon dos / cacher après : chercher / là-vas : là-bas / dusque : où / orchevoir : recevoir / querre : chercher / vife bin à l'aisse : vivre bien à l'aise / m'esquinter : m'éreinter / in puque : en plus / chints : cents / seot : sot / acouter : écouter / bramint : beaucoup / des tasques : des taxes / les ceusses : ceux / les wiseus : les paresseux / vife : vivre / raviser : regarder / larques : larges / ortraité : retrait / orsannance : ressemblance / autermint : autrement).

S.T. Juillet 2016.

 

10:44 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

20 juil.
2016

11:54

Tournai : des problèmes de mobilité ?

La mobilité, un problème inhérent à toutes les villes.

A notre époque, on approche, peu à peu, d'une saturation en ce qui concerne la circulation automobile dans et aux abords des grandes cités.

Jusqu'à il y a cinq ou six ans, Tournai, cité de taille moyenne, échappait encore à ces longues files qui se forment aux heures de pointe aux entrées des villes. Avec les "améliorations" apportées par le S.P.W, notamment à la chaussée de Bruxelles, ce phénomène commence à s'imposer également dans le paysage tournaisien.

Que représente la mobilité à Tournai ?

Au 1.1.2015, on dénombrait 69.756 habitants sur un territoire qui représente 213,75 km2 soit une densité moyenne de 326 habitants au km2.

Sur l'ensemble du territoire, on dénombre 28.600 emplois, tandis que 25.150 élèves et étudiants fréquentent les différents établissements d'enseignement (du maternel à la Haute Ecole). Cela représente, quotidiennement, d'importants mouvements de personnes se rendant, le matin, au travail ou aux cours et, pour la plupart, rentrant le soir au domicile (dans les faubourgs, villages ou villes voisines). Notons que de nombreux étudiants étrangers logent en kot, le plus souvent à la semaine et s'ils n'encombrent que très peu les routes posent des problèmes de stationnement.

A Tournai, on dénombre 1,25 véhicule par ménage.

Le réseau routier sur le territoire de la commune représente 875 kilomètres se décomposant en 800 kilomètres de routes communales et 75 kilomètres de routes régionales. On compte parmi ce réseau 37 kilomètres d'autoroutes.

Un comptage journalier des véhicules datant malheureusement de 2011 nous renseigne que l'avenue de Maire avec 35.000 véhicules par jour est la voie d'entrée et de sortie la plus utilisée, suivent la chaussée de Bruxelles (28.600), la chaussée de Renaix (21.500), la chaussée de Saint-Amand (21.000), la chaussée de Douai (17.800), la chaussée de Lille (14.500) et la rue du Viaduc (12.000).

Les boulevards périphériques voient défiler 110.000 véhicules par jour, tandis que 15.000 véhicules sont quotidiennement en transit par les rues de la cité.

Cinq ans plus tard, ces chiffres doivent très probablement être révisés à la hausse.

Ainsi, depuis quelques semaines, on assiste à une augmentation substantielle du trafic des poids lourds sur la chaussée de Lille entre Orcq et Tournai en raison de l'instauration de la perception de la taxe kilométrique sur les autoroutes et des travaux qui s'éternisent sur la E42 entre Marquain et Lamain. Des semi-remorques immatriculés, le plus souvent mais pas seulement, à l'étranger empruntent désormais cette voirie pourtant interdite aux véhicules de plus de 3,5 tonnes à partir de la zone de Tournai-Ouest.

La mise à deux voies de circulation de la chaussée de Bruxelles depuis le rond-point Lemay jusqu'à la jonction avec les boulevards de ceinture amène la formation de files aux heures de pointe sur l'entièreté du tronçon.

Enfin l'ouverture récente du Centre Hospitalier de Wallonie picarde sur le site Union a modifié, en profondeur, la circulation et le stationnement dans ce quartier du sud de Tournai.

Le transit en ville s'effectue principalement sur l'axe porte de Lille-beffroi-Saint-Brice-porte de Morel, des files s'y forment aux heures de pointe. 

Le stationnement, un problème ?

1975 Tournai installation parcmètres.jpg

Le service Mobilité de l'Administration communale a répertorié 5.694 emplacements de parking en ville. parmi ceux-ci 4.147 emplacements sont en "zone bleue" d'une durée de 2 heures et 1.534 sont payants. Ces chiffres laisseraient supposer que 13 emplacements sont entièrement gratuits et non contrôlés !

Même s'il existait déjà des embryons (photo ci-contre datant de 1976), le stationnement réglementé en centre-ville a été instauré, il y a plus d'une décennie, à la demande des commerçants afin d'éviter la présence de voitures-tampons. Cette demande légitime en soi a cependant ouvert une sorte de boîte de Pandore. A l'origine, seul l'hyper-centre (là où se trouvait la majorité des commerces) était en zone payante, les zones voisines étaient limitées à deux heures et les zones restantes s'étendant vers les boulevards périphériques étaient limitées à quatre heures avec disque de stationnement. Les habitants sont invités à retirer une carte "riverain" et les travailleurs une carte annuelle dont le prix est fixé à 150 euros. 

Il y a deux ans, la majorité en place a supprimé cette dernière zone ne laissant que la zone payante et fusionnant les autres en une seule zone limitée à deux heures. Elle a même étendu la perception à des quartiers extra-muros tout d'abord aux alentours de la gare et récemment dans le voisinage du ChWapi.

Il faut savoir qu'en 2015 la perception des stationnements a rapporté la bagatelle de 556.149,85 euros, un bien joli pactole. Depuis peu, tous les automobilistes sont égaux face à cette redevance puisque les étrangers qui omettaient régulièrement d'acquitter les quelques cents demandés font l'objet de rappels et d'exploits d'huissiers s'il y a lieu. On note un taux de paiement global de 58 % et 24,65 % des conducteurs étrangers sont sanctionnés. 

Il est paradoxal de constater que ceux qui avaient réclamé l'instauration d'une réglementation du stationnement au travers de l'Association des Commerçants et de son Président de l'époque, Mr. Michel Leclercq (qui sera par la suite nommé échevin de la Mobilité !), ceux-là même qui souhaitaient une rotation régulière des véhicules rendent désormais cette décision responsable de la désaffection des clients pour le commerce "intra-muros". Mais cela fait partie d'une autre étude que nous évoquerons ultérieurement !

(sources : procès-verbal de la réunion du Conseil Communal - document photographique tiré de la presse locale)

S.T. juillet 2016

 

11:54 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) |

18 juil.
2016

13:53

Tournai : évolution de la ville lors des dernières décennies (2)

Les années soixante.

1960, quinze années nous séparent de la fin de la guerre et, si on excepte l'ancienne école située à la rue du Becquerelle dont le terrain vague va subsister jusqu'à la construction du commissariat de police en 2003, les années soixante vont voir rapidement disparaître les dernières ruines résultant des bombardements. 

Les Maisons Romanes.

Au n°10 et 12 de la rue Barre Saint-Brice, Tournai peut s'enorgueillir de posséder les plus importantes et les plus complètes maisons de l'époque romane encore visibles dans le Nord de l'Europe. Hélas, au début des années soixante, il ne subsiste qu'un squelette de ces immeubles, témoignage de la splendeur de la cité au XIIe siècle.

1960 Maison romanes ruines.jpg

Quelques années plus tard, elles seront restaurées. Elles abritent désormais le temple du culte protestant.

2006 Tournai St Brice maisons romanes (1).JPG

2006 Tournai St Brice maisons romanes (3).JPG

2006 Tournai St Brice maisons romanes (2).JPG

Les grands chantiers.

Cette décennie voit de grands travaux réalisés en ville et notamment un premier élargissement de l'Escaut qui nécessite de remodeler le visage des quais. Les documents photographiques représentent le quai Vifquin en 1960 et le quai du Luchet d'Antoing en 1964.

1960 Tournai quai Vifquin travaux.jpg

 

 

 

1964 Tournai Luchet d'Antoing.jpg

Ces photos préfigurent-elles ce que Tournai va, à nouveau, subir dans le cadre de l'élargissement de l'Escaut ?

Le développement du commerce local

Les premières grandes surfaces font leur apparition. Le magasin "Sarma", déjà établi à la rue Soil de Moriamé avant-guerre, n'est plus seul, il y a aussi "Unic" qui a intégré les anciens magasins "A la Vierge Noire", au carrefour du Dôme, et, dès 1962, dans la rue de la Tête d'Or, on voit s'élever le "Grand Bazar". C'était une époque où les grands magasins attiraient du monde en ville au bénéfice également du petit commerce local.

Un nouvel hôpital.

En 1968 débutent les travaux du nouvel Hôpital Civil au boulevard Lallaing. Ceux-ci nécessitent la destruction d'une partie des bâtiments existants et la disparition de l'imposant escalier emprunté par des générations de visiteurs.

1968 Tournai  chantier hôpital civil.jpg

En 1966, on procède notamment aux réfections de la rue Blandinoise, de la chaussée de Renaix et à la création d'une nouvelle voirie, l'avenue Delmée qui desservira la toute nouvelle clinique Notre-Dame.


1966 Tournai réfection rue Blandinoise.jpg
                                              

 

1966 Tournai chaussée de Renaix.jpg 

 

1966 Tournai Avenue Delmée.jpg 

 

 

 

1966 Tournai Grand Place 12 Césars.jpg

Sur la Grand-Place, entre la droguerie "Au Gros Chien" et l'Hôtel de l'Europe, des panneaux publicitaires masquent le terrain vague du site des Douze Césars.

La salle des Concerts.

Hélas, un bâtiment semble oublié par tous, personne (et surtout pas l'autorité communale) ne se penche sur le sort de la salle des Concerts. A l'extrémité de la place Reine Astrid, celle-ci présente un tel état de délabrement qu'il fait même craindre sa démolition. Un promoteur voudrait même y ériger une tour pour bureaux et appartements. 

1967 Tournai la salle des concerts (1).jpg

2006 Tournai la Salle des Concerts.JPG

1967-2006 Trente-sept années séparent ces deux photos ! En 2014, de nouveaux travaux de rénovation ont été entrepris et sont toujours en cours.

Le Tour de France.

Pour les sportifs et principalement les amateurs de cyclisme, l'année 1966 sera marquée par la première arrivée du Tour de France dans la cité des cinq clochers. Au terme de la 2ème étape dont le départ a été donné à Charleville, le coureur belge Guido Reybroeck remporte, sur le boulevard Bara, (juste en face de la maison que j'habitais à l'époque) un sprint royal devant Jan Janssen et Ward Sels.

1966 Tournai Tour de France (9).jpg

Le soir, sur la plaine des Manœuvres, des milliers de personnes se rassembleront, au pied du podium d'Europe1 pour assister aux prestations de l'orchestre les Haricots Rouges, de l'imitateur André Aubert et d'Annie Cordy.

 

1966 Tournai Tour de France (5).jpg

1966 Tournai Tour de France (4).jpg

Une autre vedette de la radio ne passera pas inaperçu à cette occasion, le Tournaisien Luc Varenne est heureux de retrouver sa ville natale.

 

1966 Tournai Tour de France (7).jpg

Le lendemain, une première demi-étape disputée contre la montre par équipes verra les Hollandais de l'équipe Télévizier, de véritables spécialistes, l'emporter.

1966 Tournai Tour de France (1).jpg

A treize heures, les coureurs s'élanceront de la Grand-Place pour rejoindre Dunkerque ou un autre Hollandais, Gerben Karstens s'imposera. 

Quelques jours plus tard, la plaine des Manœuvres aura retrouvé sa quiétude et on pourra, à nouveau, voir le berger Antoine Clam promener son troupeau 

1967 Tournai Adelson Clam.jpg

Les années soixante étaient celles des espoirs les plus fous, c'était l'époque du plein emploi, du développement économique, de la musique yé-yé qu'on écoutait sur les premiers transistors. Elle était celle de "Salut les Copains" et de l'apparition des petits dancings familiaux comme "l'Abbaye" à la chaussée de Lille. Il y avait toujours la salle "Provence" et le "Roi des Radis" à Kain. Les jeunes n'avaient pas besoin d'être sous influence de produits illicites ou d'alcools forts pour apprécier les groupes comme "Rock Crosy", les "Polaris", les "Skeltons", "Gil Sey" ou autres. Les personnes âgées (re)découvraient les opérettes en la Halle-aux-Draps où elle applaudissaient Luis Mariano, Rudy Hirigoyen, Toni Poncet... Les tournées Karsenty amenaient de nombreuses pièces de boulevard fort prisées du public tournaisien, on ne vivait pas encore l'époque de l'actuel snobisme culturel prôné par certains pour qui le rire est trop populaire, voire vulgaire. Les cirques visitaient encore la plaine des Manœuvres que ce soit "Althoff", le "Grand Cirque de France", "Tony Boltini" ou "Bouglione". A Templeuve, au Circuit des Frontières, le public tournaisien se déplaçait en masse pour admirer un jeune coureur cycliste pétri de talent, il avait pour nom "Eddy Merckx". Accueillis dans un petit bureau annexe de la Halle-aux-Draps, encore indigne d'une cité qui voulait développer son tourisme, les premiers visiteurs étrangers arrivaient dans la cité des cinq clochers surtout lors des "Journées des Quatre Cortèges" organisées, en juin, par les Amis de Tournai ou pour la "Grande Procession historique" de septembre. En mai et en septembre, la kermesse se tenait dans ce magnifique écrin qu'est la Grand-Place et attirait, chaque jour, les amateurs de sensations fortes, de croustillons, de gaufres ou de loteries, quelques semaines durant lesquelles les cafetiers réalisaient les meilleur recettes. Le lundi de la kermesse de septembre, la foule répondait présente sur la place Crombez pour l'envol du ballon, tandis que, sur la place Verte, les luttes de balle-pelote étaient suivies par des centaines de fans de la petite balle blanche, les équipes venaient de Chapelle, Wangenies, Gilly et les héros avaient pour noms Casaert, Coart... Un nouveau sport avait vu le jour et ses adeptes se donnaient rendez-vous sur la place de Lille au "Bowling" tenu par Jacques Wuillot. Des plaisirs sains qui, hélas, aujourd'hui ne sont plus de mise. 

(Sources : documents photographiques extraits de la presse locale "Courrier de l'Escaut" et "Nord-Eclair" et collection personnelle de l'auteur. Je remercie Jean-Paul Foucart pour sa collaboration).

S.T. juillet 2016.  

16 juil.
2016

11:57

Tournai : expressions tournaisiennes (367)

Eine vocatieon tardive.

J'sus bin seûr que vous n'avez jamais intindu parler d'Camille Durivache, ein garcheon qui est né et qui a grandi dins l'quartier du Vert Bocache. Quançqu'à l'école de l'Porte d'Lille, i- est rintré in prumière, l'maîte, in l'ravisant, s'a dit qui n's'reot jamais eine leumière. Au momint de l'lecture, l'instituteur li a souvint répété: "Neon, neon, cha n'vas pos, comme toudis, Camille, vous annonnez". L'pire dins tout cha, ch'éteot les rédactieons car l'paufe infant i-n'aveot pos eine guisse d'imaginatieon. 

"Prenez vos journaux d'classe et notez, vous allez faire eine rédactieon, ov'là l'sujet : les leum'cheons ont mingé les salates de m'mopère et l'paufe gardénier, i-n'sait vraimint pus quoisqu'i-va faire". 

L'lind'min, dins ein grand silence, l'maîte i-a li chaque copie, in comminchant pa les ceusses qui li aveot'ent deonné du lari. Quançqu'i-est arrivé à l'lecture du texte écrit pa no p'tit Camille, on a intindu les rires des élèfes jusqu'au mitan de l'plache de Lille. I-aveot tout simplemint écrit eine paire de meots, i-aveot d'mindé à s'mopère commint i-f'seot: "Pou ête débarrassé des galfards d'nos gardins, i-feaut, ein à ein, les desséquer ave ein peu d'sel marin". 

"Camille, ch'est là tout c'que te truèfes à dire su ein sujet parel, on n'peut pos dire que te t'as creusé les méninches, que t'as fait travailler t'cervelle".

Pindant que les eautes de l'classe s'fouteot'ent d'li, su l'banc du feond, l'infant i-aveot des larmes plein ses is. Ahais, i-éteot fort in carcul et in géographie, i-connisseot les capitales d'tous les pays mais quançqu'i-d'veot invinter eine histoire, ch'éteot l'tréo complet, i-éteot carrémint dins l'noir. 

Six ans pus tard, i-a eu bin du mal à décrocher l'certificat de l'examen cantonal. L'jury, i-aveot mis eine mintieon: "élèfe sans doute doué mais qui deot faire des efforts in Français". Ses parints l'ont inscrit dins l'insenn'mint technique et ch'est à Don Bosco qui a appris l'mécanique. 

I-a eine cosse que je n'vous ai pos acore dit à propeos d'Camille Durivache, i-éteot né l'même année qu'mi, adeon on aveot ainsin l'même âche. A vingt-chinq ans, j'ai acaté m'prumière auteo et ch'éteot jusse dins l'garache dusque no Camille i-ouvreot. 

On s'éteot perdu d'vue d'puis l'communale, cha été eine sorte d'ortrouvalles. 

"Quançque t'aras fini t'journée, on ira in boire eine ichi à côté".

On a parlé pindant des heures du beon vieux temps dusqu'on useot nos feonds d'mareonnes su les bancs. Je n'sais pus pourquoi à ein momint deonné, j'ai abordé l'sujet : 

"Et alors, t'as toudis des russes ave l'Français".

Lommint Camille m'a ravisé et i-a souri et ce qui m'a appris m'a saisi jusqu'à m'fusil.

"Ouvrer dins ein garache, ch'est m'professieon mais j'deos t'avouer j'ai eine eaute passieon. J'écris des romans d'puis d'z'ainnées mais jusqu'asteur j'n'ai jamais rien publié. On va orpasser pa m'maseon et j'te moutrerai m'collectieon".

L'diale i-aveot d'jà écrit eine beonne quinzaine d'romans d'espionnache et le héros s'appl'eot tout biêt'mint Achille Bricolache.

"Comme te l'sais, étant fort in géographie, j'areos pus li faire parcourir bramint d'pays mais j'ai préféré li trouver ein pus bieau décor, ses avintures s'passent in Wallonie picarte et dins l'Nord".

J'vas ichi vous citer tous les tites qu'i-aveot trouvé, ch'est l'prouèfe qu'in imaginatieon, i-aveot fait des progrès. 

"Orfroidiss'mint à Rumes", "Affaire louche à Beloeil pou Achille Bricolache", "Achille Bricolache et l'manchot de Lamain", "Sécresse à Templeuve", "Nina, l'grante asperche d'Kain", "I-a ein tueur à Gages", "Les amants d'Péronne", "Achille Bricolache n'manque pos d'Ere", "L'dur bin dreot d'Mouscréon", "Achille bricolache conte Batisse, l'tonnieau d'Brunehaut", "La bande des bucherons d'Arbre", "Achille et les feux d'Saint-Jean" (ceulle histoire elle se passeot à Tournai près de l'gaserne), "Orgies à Ogy pou Achille Bricolache", "Achille Bricolache s’emmêle à Melles" et "Achille Bricolache fait des étincelles à Celles"...

Comme j'éteos resté là in admiratieon, i-m'a dit qui d'aveot deux eautes in préparation :

"Achille deonne ein queop d'main au shériff de l'rue Saint-Martin", ch'est ein roman d'imaginatieon qui s'passe dins les milieux de l'polutieon. Achille Bricolache va devoir infiltrer l'gang des rueus d'cannettes, l'ceu qui impêche nos rues d'ête toudis propes et nettes. I-va rincontrer aussi l'binde des gramères à tchiens qui obliet'ent, su les trotoirs, d'ramasser les b'soins et i-va devoir mette fin aux actieons des jeteus d'mégots, des déchets qui finisse'tent toudis dins les canivéeaux".

"L'eaute, ch'est "L'gouleot d'l'Esqueaut", eine sorte d'histoire d'ieau qui s'passe à Tournai, au quai Saint-Brice, dusque les nouvelles seont pou l'moinse alarmistes. Deux camps s'affreontent avec ardeur, les tenants de l'pétite et de l'grante largeur. Cha va ête eine roman comme les ceusses d'Alexandre Dumas, j'vas pouvoir faire des suites in veux-tu, in ov'là. Comme on est là parti, te vas l'vir, ch'est eine histoire à tiroirs que j'vas écrire. Achille Bricolache propose d'coper l'poire in deux, mais ceulle solutieon i-a perseonne qui in veut. L'prumier roman que j'areos pétête publié, si i-aveot acore été de c'meonte, au maîte, j'l'areos certain'mint dédicacé". 

Moralité : dins no jeonesse, on a tertous passé l'orientatieon professionnelle, on a tous, pa des espécialisses, été catalogués comme si ein individu pindant s'vie i-n'pouveot pos évoluer. Si, tout p'tit, Einstein i-aveot passé pa ceulle orientatieon, on areot seûrmint dit que dins s'vie i-n'f'reot jamais rien d'beon.

* toute orsannance ave des gins qui areot'ent vécu ou qui s'reot'ent acore de c'meonte est l'fait du hasard, autermint, cha s'reot bin malhureux.  

(lexique : seûr : sûr / ein garcheon : un garçon / quançque : lorsque / l'maîte : le maître / raviser : regarder / l'leumière : la lumière / neon : non / toudis : toujours / l'paufe infant : le pauvre enfant / eine guisse : une parcelle, un fragment / ov'là : voilà / les leum'cheons : les limaçons / les salates : les salades / l'mopère : le père / l'gardénier : le jardinier / li : lu / commincher : commencer / les ceusses : ceux / avoir du lari : avoir du plaisir / au mitan : à la moitié / les meots : les mots / les galfards : les gourmands, les goinfres / les gardins : les jardins / desséquer : desséquer / te truèfes : tu trouves / parel : pareil / les méninches : les méninges / s'foute d'li : se moquer de lui / ahais : oui / les is : les yeux / l'carcul : le calcul / l'tréo : le trou / l'insenn'mint : l'enseignement / eine cosse : une chose / adeon : donc / ainsin : ainsi / l'âche : l'âge / acater : acheter / jusse : juste / dusque : où / ouvrer : travailler / des ortrouvalles : des retrouvailles / les mareonnes : les culottes / avoir des russes : avoir des difficultés / lommint : longtemps / ête saisi jusqu'à s'fusil : être profondément surpris / asteur : maintenant / orpasser : repasser / l'maseon : la maison / moutrer : montrer / l'diale : le diable / biêt'mint : bêtement / bramint : beaucoup / les tites : les titres / l'prouèfe : la preuve / orfroidissemint : refroidissement / sécresse : sécheresse / l'asperche : l'asperge (le village de Kain est renommé pour la qualité de ses asperges) / bin dreot : bien droit / créon : tordu, pas bien droit / l'tonnieau : le tonneau / ceulle : cette / l'gaserne : la caserne / ein queop d'main : un coup de main / ruer : jeter, lancer / l'ceu : celui / propes : propres / les gramères à tchiens : les mémères à chiens / oblier : oublier / l'gouleot : le goulot, le rétrécissement / l'Esqueaut : l'Escaut (fleuve qui traverse Tournai) / l'ieau : l'eau / pou l'moinse : pour le moins / coper : couper / pétête : peut-être / l'meonte : le monde / l'jeonesse : la jeunesse / les espécialisses : les spécialistes / orsannance : ressemblance / L'meonte : le monde / autermint : autrement).

S.T. juillet 2016.

11:57 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

13 juil.
2016

10:09

Tournai : évolution de la ville lors des six dernières décennies.

Tournai dans les années cinquante.

1950 Tournai fondation 8 rue Wallonie.jpg

Comme le montre cette photo prise à la rue de la Wallonie, au début de la première décennie que nous évoquons, la ville se redresse peu à peu de ses ruines et gomme les cicatrices laissées par le second conflit mondial. En 1945, il ne restait pratiquement plus rien des immeubles qui se dressaient fièrement encore onze ans plus tôt. Les bombardements allemands de 1940 et alliés de 1944 ont anéanti des quartiers entiers. Eglises, bâtiments publics et monuments ont également souffert de la barbarie qui a envahi le monde. L'hôtel de Ville est en ruine et les service de l'administration communale ont été provisoirement transférés au Musée des Beaux-Arts. 

1954 Tournai Pont à Pont.jpg

Entre 1950 et 1959, la reconstruction va bon train et la ville retrouve peu à peu son visage d'antan. Durant ces dix années, il faut reconstruire tous les ponts qui enjambent l'Escaut. Un document photographique nous permet de découvrir le Pont-à-Pont (encore parfois appelé, comme jadis, le pont-aux Pommes) dans sa nouvelle structure en 1954.

1954 Tournai rond point de l'Europe.jpg

En cette même année 1954, les boulevards périphériques vont prendre l'aspect qu'on leur connaît encore actuellement. Les étroites voiries pavées qui ceinturaient jusqu'alors la ville en épousant le parcours de la dernière enceinte démolie dans la seconde partie du dix-neuvième siècle vont être remplacées par de larges avenues asphaltées désormais éclairées par le néon. Au niveau des boulevards Léopold, Bara, Lallaing et du Roi Albert les voies de circulation seront séparées par une voie cyclable centrale. Cette solution apparaîtra de plus en plus dangereuse en raison de l'augmentation de la circulation automobile et des nombreux accidents souvent graves qui se produiront aux différents carrefours. La photo ci-dessus représente la réalisation du rond-point de l'Europe et une vue sur le boulevard Léopold. Sur la gauche, on aperçoit, l'éphémère Casino transformé par la suite en salle de sports, en dancing "le Paradise" et finalement démoli pour faire place à une résidence de standing. 

1956 les dimanches sans voitures (2).jpg

La plupart des Tournaisiens ont sans doute oublié qu'en 1956, suite au conflit déclenché par la nationalisation du canal de Suez décrétée par le Président égyptien Nasser, l'approvisionnement en pétrole fut impacté et eut pour conséquence l'établissement des premiers dimanches sans voiture. Sur la photo prise au poste frontière d'Hertain, on remarquera que la Nationale 7, connue sous le nom de chaussée de Lille, était encore pavée.

1957 Tournai Pont Notre-Dame travaux (3).jpg

Le pont levant Notre-Dame fut un des derniers à être reconstruit, ce n'est qu'à la fin de l'année 1957 qu'il fut ouvert à la circulation.  Il mettait en liaison la rue de l'Hôpital Notre-Dame et la rue Royale.

1951 Union équipe championne.jpg

Les années cinquante furent glorieuses pour le sport tournaisien, les supporters de l'Union et du Racing connurent des moments euphoriques.  En 1951, les "Infants" de la rue des Sports décrochèrent le titre, après une dernière rencontre palpitante à Alost, et accédèrent à la Division d'Honneur. Pendant une saison, ils allaient être opposés aux plus grands clubs belges. Tandis qu'en 1956, battant le C.S Verviers sur le score de 2-1 lors de la finale, les Rats remportaient la Coupe de Belgique.

1956 Racing coupe de Belgique 2.jpg

1955 Racing Jean Dedonder équipe nationale.jpg

Déjà en 1955, l'excellent joueur tournaisien Jean Dedonder avait été sélectionné en équipe nationale et lors de la rencontre disputée à Courtrai, contre le Luxembourg, il inscrivit la bagatelle de trois buts.

1959 Tournai rue Garnier.jpg

A la fin de la décennie, une photo de la rue Garnier prise en 1959 montre que, quinze années après la fin de la guerre, la reconstruction de la ville était désormais une réalité.

Nous allions entrer dans les "Golden Sixties"... mais cela est une autre histoire à vous raconter.

(documents photographiques : photo de la rue de la Wallonie transmise par Melle J. Driesens. Autres documents tirés du journal le Courrier de l'Escaut. Je remercie Jean-Paul Foucart pour sa collaboration)

S.T. juillet 2016.

09 juil.
2016

10:51

Tournai : expressions tournaisiennes (366)

Derby !

"Bé, mes amisses, ch'est pos dammache, ch'est infin fini !", ov'là les prumiers meots d'Fifinne quançque j'lai vu verdi.

"Vingt milliards, te n'vas pos 'cor ichi orcommincher" qu'Edmeond, acore tout défoutu, li a fait ormarquer.

Bin seûr, vous l'avez adveiné, l'causse de ceulle bacchanale, ch'n'est pos difficile, ch'éteot tout simplemint l'Euro d'fotbal.

"Ceulle compétitieon n'a lieu qu'eine feos tous les quatre ans, te n'vas m'erprocher d'raviser les rincontes dins l'divan".

"Cha fait ein meos que t'orwettes l'fotbal pindant l'après-deîner et te continues même après l'souper pindant toute l'soirée, mi, je n'sais pus vir l'télévisieon, mes bieaux films et mes feul'teons.

"T'aras tout l'reste d'l'ainnée pou raviser des Racines et des Ailes"

"Ahais, là au moinse, on apprind eine séquoi, ch'est eine émissieon culturelle".

"Mi je n'te dis rien quançque t'ravises acore toudis depuis vingt ans les Feux d'l'Amour tous les midis. T'aimes l'culture et les films à l'ieau d'rosse et mi j'aime le sport, i-faudra l'user ainsin jusqu'au jour que j'serai mort".

"T'aimes le sport, à d'eautes, t'aimes surtout les chiffler à chaque feos qu'ein but i-est marqué".

"Cha m'fait pinser que pou l'finale, j'n'ai même pus eine caisse d'Orval, i-va falloir aller querre des munitieons pou pouvoir t'nir jusqu'aux prolongatieons".

"Bé t'sais bin qu'les Français i-veont gagner, i-a bin lommint que pa l'UEFA cha été décidé".

"Là d'zeur, Fifinne, je n'peux pos t'deonner totalm'int tort, bin qu'on parle souvint de l'glorieusse incertitude du sport".

"Beon, ainsin diminche au soir, on va ête tranquilles pou ein bout d'temps, si j'queompte bin, i-n'ara pus d'matches avant quatre ans".

"Neon, neon,  i-a l'Coupe du Meonte dins deux ans"

"Mo Dieu fauque dins deux ans, bé, on a acore l'temps !".

"Ch'est d'jà in sétimpe que qu'minchent les éliminatoires"

"Eh bé alors, cha nous promet acore des bieaux soirs".

"Quançque les Diapes jeueot'ent, j'n'ai jamais dormi de l'nuit pasque te monteos à t'lit d'jà à passé minuit et après ch'éteot, toutes les chinq minutes, eine auteo conduite pa ein innochint qui klaxonneot comme ein seot. J'ormercie du feond du coeur, les joueus du Pays d'Galle pasque, grâce à eusses, j'ai passé eine nuit tout à fait normale. In rintrant dins t'lit, te n'as pos dit ein meot et j'pinse même avoir intindu que t'brayeos. La vie ch'est eaute cosse qu'onze garcheons queurant après eine balle, i-m'sanne que ch'est ein détal et qu'on oblie bin souvint l'principal". 

"Fifinne, t'as oblié l'temps quançqu'on éteot des jeones mariés et qu'on alleot vir les matches l'diminche après-deîner".

"Ahais, ch'est à l'buvette du Racing que t'passeos tout l'derby, in buvant des pintes ave les célèbres Raymond et Marie. Et l'soir venu j'aveos des russes pou t'faire ortourner à l'maseon, tout l'leong du qu'min te canteos à tue-tiête l'marche d'l'Unieon".

"Ahais, ch'éteot l'beon temps ! Comme si ch'éteot hier, j'm'in souviens, ch'est pus parel asteur d'puis que Mossieu Massy i-a été mette l'terrain à Kain. Et dire que,mi, j'ai fait partie des milieux du fotbal".

"Ahais, te traçeos les lines à l'chaux et t'alleos erquerre les balles".

"Ah mais tracer ein terrain ch'est tout in art au point qu'on m'app'leot l'artisse du terrain Philippart".

"J'ai vu que d'main, à l'télé, i-n'a pos d'fotball aussi on va aller vir l'marché provencal, on ira acater de l'tapenade, de l'lavande in saveon, des fromaches d'là-vas et pou no crèche des p'tits santeons. Ch'est su l'plache Saint-Pierre, ch'est pos bin leon, on n'ara pos difficile pour orvenir à l'maseon".

"Mo bé, cha cait bin, cha fait d'z'ainnées que j'busie d'aller boire ein whisky au bar O'Malley".

"Mais ch'est jamais possipe, te n'pinses qu'à les chiffler, t'mamère elle t'a seûrmint fait dins l'feond d'ein café".

"N'dis pos d'mal de m'mamère, elle a été obligée d'aller à Bonsecours et pou avoir ein infant de l'basilique faire treos feos l'tour. Après elle a été mette eine candelle su ein présintoir et comme elle n'aveot pos d'monnaie elle a dit :, l'surplus cha s'ra pou l'pourboire".

"Elle areot mieux fait d'dire l'restant ch'est pou les malhureux ainsin t'areos pétête été ein p'tit queop pus sérieux".

Comme vous l'veyez, cha n'sereot pus Fifinne et Edmeond si i-n'se metteot'ent pos à batt'lier pou ein oui ou pou ein neon.

(lexique : dammache : dommage / ov'là : voilà / quançque : lorsque / verdi : vendredi / ichi : içi / orcommincher ou ercommincher : recommencer / défoutu : déçu / ormarquer : remarquer / adveiner : deviner / l'causse : la cause / ceulle : cette / eine feos : une  fois / erprocher ou orprocher : reprocher / raviser : regarder / orwettier : regarder / vir : voir / au moinse : au moins / eine séquoi : quelque chose / toudis : toujours / à l'ieau d'rosse : à l'eau de rose / ainsin : ainsi / d'eautes : d'autres / chiffler (un verre) : boire d'un seul trait / querre : chercher / lommint : longtemps / là-d'zeur : là dessus / diminche : dimanche / queompter : compter / neon : non / fauque : seulement / acore : encore / qu'mincher ou commincher : commencer / les Diapes : les Diables Rouges / jeuer : jouer / chinq : cinq / ein innochint : un innocent / ein seot : un sot / pasque : parce que / eusses : eux / braire : pleurer / eaute cosse : autre chose / queurir : courir / sanner : sembler / oblier : oublier / jeones : jeunes / avoir des russes : avoir des difficultés / ortourner (on dit aussi ertourner) : retourner / l'leong : le long / le qu'min ou l'quémin : le chemin / canter : chanter / ahais : oui / parel : pareil / asteur : maintenant / mette : mettre / les lines : les lignes / erquerre : rechercher / acater : acheter / des fromaches : des fromages / là-vas : là-bas / l'plache : la place / leon : loin / caire : tomber / busier : songer, penser / t'mamère : ta mère / ein infant : un enfant / treos : trois / eine candelle : une chandelle, une bougie / pétête : peut-être / ein p'tit queop : un petit coup, ici dans le sens de quelque peu / vous l'veyez : vous le voyez / batt'lier : se battre; disputer).

S.T. Juillet 2016.

10:51 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

06 juil.
2016

13:26

Tournai : la lente évolution de la rue Royale.

Sur la rive droite de l'Escaut.

Après avoir évoqué les rues commerçantes de la rive gauche de l'Escaut, nous franchissons le pont (Notre-Dame) pour visiter aujourd'hui la rue Royale.

Débutant à la place Crombez, cette rue est la toute première empruntée par les visiteurs qui arrivent à Tournai par le train. Elle leur permet, dès la place Crombez franchie, de découvrir les cinq clochers de la cathédrale Notre-Dame. Sa longueur est identique, à quelques mètres près, à celle de la rue Saint-Martin. Elle est entièrement dévolue au commerce et, si même elle présente quelques cellules commerciales vides, elle semble un peu moins souffrir du phénomène actuel des vitrines vides comme c'est surtout le cas à la rue de l'Yser ou au piétonnier de la Croix du Centre. 

Un peu d'histoire.

Il est inutile de rechercher l'histoire de la rue Royale dans le livre de Bozière, "Tournai, Ancien et Moderne" car, à l'époque de sa parution, en 1864, elle n'existait pas encore.

Son histoire débute avec le démantèlement de l'enceinte communale décidé en 1863 et réalisé à partir de 1865 et avec la construction de la gare, oeuvre de l'architecte Beyaert à son emplacement actuel. Celle-ci sera inaugurée le 24 août 1879 par la famille royale. Alors créée depuis peu, son nom de rue Royale lui a été conféré par le Conseil communal en date du 29 avril 1876. A cette occasion, il est précisé que cette appellation sera également donnée à la rue des Jardins dans la partie située depuis l'ancienne rue Codieau (à hauteur de la rue des Campeaux) et le pont Notre-Dame. 

Les commerces disparus.

En 1904, un dénommé Frédéric Vorwerk y tenait une quincaillerie dénommée "A la Bêche d'Or", elle était située à l'angle de la rue des Jardins. On y vendait des articles en provenance d'Allemagne, d'Amérique, d'Angleterre, de France et, bien entendu, du pays. Au n° 16, le magasin "A la Ruche d'Or" était tenu par le droguiste Louis Mercier. Au n° 34, on trouvait déjà la Maison Smets spécialisée en instruments de musique et particulièrement en pianos. On notera qu'une fabrique d'instruments de musique en cuivre et en bois, la Maison Louis Mahieu, fondée en 1890, était située dans le bas de la rue Royale (sans précision d'adresse), le propriétaire de cette maison se proclamait fournisseur de l'armée, des Conservatoires et des Missions du Congo. Les anciens Tournaisiens se rappelleront le magasin situé au n° 23, il était tenu à l'époque par le photographe Jules Messiaen (père), il traversera le siècle. Ce qu'on sait moins c'est que cette maison vendait également, au début du XXe siècle, des bonbons et de la pâtisserie. En face de chez Jules Messiaen se dressait déjà l'imposant immeuble de la Banque Nationale. Au n° 30, la Maison Vilain proposait des conserves, des fruits et primeurs, du gibier, de la volaille, des vins et liqueurs mais fabriquait également des moutardes fines et ordinaires.  Au n° 35, le pharmacien Camille Jadot précisait dans ses publicités : "exécution soignée des prescriptions"! Cette maison sera par la suite transférée à la place de Lille. A cette même époque, au n° 82, le négociant J. Langlais-Kière offrait à la vente des chocolats et produits similaires de l'Union des Patrons Epiciers de Belgique. 

En 1912, au n° 31, la librairie Léon Delattre propose des journaux, livres, publications diverses ainsi que des cartes postales illustrées et vues diverses. Cette maison précise qu'elle porte la presse à domicile. 

1907 Tournai la rue Royale.JPG

Le Grand Bazar Parisien.

1928 Tournai Grand Bazar Parisien rue Royale (1).JPG

 

En 1906 existe au n°33, entre la rue De Rasse et de Monnel, le "Bazar Parisien" tenu par Mr. A Gallichet. En 1929, ayant pris le nom de "Grand Bazar Parisien", le bâtiment s'est agrandi et occupe alors les immeubles situés au n° 31 et 33. Il sera rasé lors des bombardements de 1940. A la place se dresse actuellement le magasin "Belgique Loisirs". qui a succédé à la "Supérette Crombez".

 

 

1928 Tournai Grand Bazar Parisien rue Royale (2).JPG

A l'angle de la rue Beyaert, on découvrait également le "Grand Bazar National", un bâtiment qui fut occupé, il y a quelques décennies par la firme Servagri, spécialisée en outillage de jardin et ensuite par le chausseur Rombaut. 

En 1923, au n° 64, se situe le magasin de G. Dubois spécialisé en éclairage, chauffage et force motrice, une maison fondée en 1908.  

Entre 1927 et 1932, à l'angle des rues Royale et Beyaert, Michel Vanden Broecke, alias Chelmy, patron du Palace, y tenait une taverne et hôtel (NDLR voir l'article qui lui a été consacré). Ce bâtiment abrite désormais, au rez-de-chaussée, le café "Chez Pech" et à l'étage des appartements. L'immeuble a été, malheureusement, le théâtre d'un fait divers tragique survenu il y a quelques années, lorsqu'un homme est décédé en se défenestrant en raison d'un incendie au dernier étage. 

A cette époque, un autre hôtel, café, restaurant avait pour enseigne : "le Café Vénitien".

Les bombardements de 1940 vont détruire la plupart des maisons que nous venons de citer. Il ne restera que des façades, ultimes témoins des commerces qui donnaient vie à cette artère. Lors du bombardement de mai 1940, cinq personnes y perdirent la vie : le 16 mai, Mme Joséphina Simons d'Anvers, 49 ans, Mr Jean-Baptiste Boucart, de Bruxelles, 55 ans, Mr Fernand Casterman, de Tournai, 59 ans, le 20 mai, Mme Juliette Waroquier de Tournai, 56 ans et Mme Marguerite Bonvarlet de Tournai, 54 ans. 

De nouveaux commerces.

 

1983 Grand Bazar parisien localisation.JPG

le magasin "A la ruche d'or" à l'angle de la rue des Jardins, en face le magasin Singer qui déménagera par la suite

Jusqu'à l'aube des années 2000, le commerce de la rue Royale sera florissant. Actuellement on y trouve encore l'enseigne, "A la ruche d'Or", droguerie Mercier au n°16 (voir photo ci-dessus), immeuble désormais occupé par une de ces nombreuses agences de travail intérimaire qui foisonnent en ville, le photographe Jules Messiaen (fils) au n° 23, la Maison Smets, instruments de musique, au N° 34, la "Banque Nationale", immeuble désormais occupé par la "CBC Banque" au n° 64, la "Société Générale" devenue "BNP Paribas" au n° 83. On a vu apparaître, entre autres car la liste n'est pas exhaustive, : le magasin Toubon, spécialités alimentaires de tous pays au n°1, bâtiment aujourd'hui occupé par une agence immobilière "Carré Immobilier", un magasin d'articles religieux, bougies... au n° 2 qui, selon certaines sources, aurait été tenu par la soeur du chanoine Dumoulin, bâtiment aujourd'hui occupé par un magasin de nuit, à côté, la "Maison Delneste", encadrements..., la Maison "Lintex", fine lingerie, au n° 3, immeuble occupé désormais par la sandwicherie "Pas sans Toi" , la parfumerie "Blondez" au n°5, le restaurant chinois "Kow Loon", fermé depuis quelques années, le magasin "Qualité", tout pour enfant au n°11, l'opticien "Nitelet", au n°12, l'agence immobilière "GIT" au n° 14 b, la Maison "Raymond Bariseau", radio-télé au n°15, devenu la brasserie "le Picardie", la boucherie-charcuterie "J. Vandaele" au n° 17, immeuble occupé aujourd'hui par une société de prêts "Auxifina", la boulangerie "Charles Lesaffre" au n° 18, reprise par le boulanger "Vienne" et devenue par la suite "Maximilan's Bakery", le restaurant asiatique "Sumo" au n° 19, le restaurant chinois "Pékin" au n° 21, Photoplan Eclair" devenu "Scol'Art création" au n° 23, "Au Royal", spécialiste des vins, spiritueux, champagnes... au n° 25, "Partners Assurances" au n° 28, "l'Imprimerie Royale" au n° 30, le fleuriste "Flore-Home" au n° 35, la "Maison Belin" au n°38, devenue par la suite les établissements "Merchez", spécialiste audio-visuel. Suite à la fermeture de ce dernier, le magasin est en cours de transformation et sera prochainement occupé par une autre agence de travail intérimaire "Konvert", le restaurant "la Médina" au n° 37, le "Comptoir général d'Horlogerie Suisse" tenu par Maurice Cainck-Mary au n° 40 (à l'angle de la rue du Sondart),  la mercerie, chemiserie, ganterie, les "Magasins Réunis", aux n° 42-44, le n° 42 est désormais occupé par le restaurant "Pitta Cléopatra", la pizzeria "Villa Réal" au n° 46, le chauffagiste "Steuve" au n°48 devenu le salon "Eco Chic Coiffure", la "Maison Jeudy", décoration, antiquités,  "Clair et Net opticien" au n° 49, "Belgique Loisirs" au n° 51, la boulangerie-pâtisserie "Bruynhooge" aux N° 50-52, "Vivaldis" agence intérim au n°54, "Adventure House III, articles cadeaux, au n°55, le nettoyage à sec "Nett-Eclair" au n° 57,  la pharmacie "Holvoet" au n°62, dont la façade rappelle les officines du temps jadis, la librairie "Press-Shop" au n° 63, la pharmacie "De Timmerman" au n°65, la "BeoBanque" au n° 64, le magasin "Singer" au n° 68 qui a succédé au magasin de vente de matériel de bureau Demillecamps, la boucherie-charcuterie "Jean Vandehemel" au n° 68 bis, la banque "Jules Joire", d'abord devenue "CBC Banque" et cédant les locaux à "Ethias" au n° 71, la "Haute Couture Selection" au n° 75 occupé ensuite par le dentiste Chamart, la "Maison Chanteclair", disques, radios, enregistreurs, guitares tenu par Mr. Coudoux, au n° 76 devenue "Beauty Non Stop", la boucherie-charcuterie "Guerin" au n°78, la sandwicherie "Dog sandwich" au n° 82, "Crédissimo Hainaut" au n° 85, le Centre PMS provincial au n° 87, le coiffeur "Easy Style" au n° 91, la pâtisserie "Delhaye" au n°95, successeur de la boulangerie pâtisserie Ballegeer, l'opticien "Charles Fritz" au n° 97 devenu l'optique "Desmet", l'épicerie "Royale Primeur" au n° 99, le fleuriste "Jean-Pierre Caudrelier" au n° 101, devenu "Art-Floral Desablens", la "Friterie Royale" au n° 103, la banque "Belfius" aux n° 105 à 109, le photographe "Photo-Rob" au n° 111, Les pizzas "La Régina" au n° 115, "Couture et Retouches" au n° 117, "Tout pour l'auto" René Duwelz, au n°121, bâtiment aussi reprit par un organisme financier qui après fusion est devenu "Fintro". 

1986 famille Bruynhooge.JPG

Qui se souvient encore du café "La Cave de l'Aigle", celui-ci accueillait de nombreux promeneurs dans les années cinquante et soixante, il s'appelle désormais "Les Coquelicots" et est à remettre. Qui voit encore le magasin "Discomatic-Shop" remplacé par un magasin "Carrefour Express" face auquel se retrouve, quotidiennement, une bande de marginaux accompagnés de leurs chiens qui y refont probablement le monde. Après deux tentatives infructueuses, le restaurant "Le Réfectoire" a fermé ses portes et attend un éventuel repreneur. On se rappellera aussi la "Maison Marvan", confection hommes, devenu "Christiansen", jouets pour enfant, le magasin "Pacherchic", confection pour dames, "Chauss'Beau" chaussures pour hommes et dames occupé désormais par un magasin de confection, chaussure et sacs chinois "Miss Jin", le "Bloc d'écume" rendez-vous des fumeurs notamment de pipes, le coiffeur "Delhoye", le bureau de comptabilité tenu par Jean-Pierre Tricot, trop tôt disparu, la boulangerie Debillemont etc...

Et maintenant ?

La dernière rénovation de la rue Royale date d'un peu plus de trente ans. Depuis lors les travaux réguliers pour la pose d'impétrants et la circulation automobile de plus en plus importante ont malmené son revêtement en pavés. Le parking n'y est pas toujours aisé. L'administration communale a pour projet de rendre à cette entrée de ville un aspect plus convivial et des travaux sont prévus pour les années à venir.

(sources : "Histoire de Tournai" de Paul Rolland, ouvrage paru en 1956 - "Tournai sous les bombes 1940-1945" d'Yvon Gahide, ouvrage paru en 1984 - "Le démantèlement des fortifications de Tournai et ses conséquences" de Robert Sevrin, étude parue dans les Publications extraordinaires de la Société Royale d'Histoire et d'Archéologie de Tourna en 1985 - "Tournai" de Jacky Legge et Marc Secret, dans la collection Mémoire en Images, ouvrage paru en 1998 - "Tournai, un siècle de chocolatiers 1850-1950" d'Anne-Florence Biltresse, ouvrage paru en 2011 et recherches personnelles sur le terrain. Documents photographiques fournis par Jacques de Ceuninck et Jean-Faul Foucart que je remercie).

S.T. juillet 2016.

 

13:26 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, rue royale, bombardements |