29 juil.
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (369)

Jeux dingereux !

Treos s'maines sans eux et j'éteos tout malhureux. Quançque j'ai été les vir jeudi, ch'est pa Fifinne que j'ai été accueilli.

"Et alors, on est orvenu au pays, on a passé d'beonnes vacances, de c'que vous m'aviez dit si j'ai bin l'raminvrance, vous n'avez pus été à La Panne mais bin dins l'Nord de la France ?".

L'contraire m'areot éteonné, i-z'aveot'ent acore cangé d'idée.

"Ceulle ainnée-chi, on a été faire breonzer nos boudaines dins les héautes dunes du côté d'Bredene. Mais comme j'te conneos, j'te veos ichi v'nir, l'Optimiste, i-n'feaut pos acroire qu'on a été su l'indreot des nudistes".

"Comme aimeot à l'répeter, bin souvint, m'mopère, on a vu assez d'horreurs pindant la guerre !"

Comme toudis Edmeond i-a mis s'grain d'sel et eine feos acore Fifinne elle a été tout in foufielle.

"Bé fieu, te f'reos mieux de t'taire ave t'carrure comme eine équette pasque mi j'peux acore moutrer mes gampes comme Mistinguett".

Au momint d'intrer dins l'salle à minger, Edmeond i-éteot assis à l'tape pa d'vant ein meont d'courrier, i-f'seot ein tas ave les lettes et eine eaute ave les publicités.

"Te veos ichi comme l'tas i-est épais, i-va voler direct aux vieux papiers".

"Ch'est vrai que toutes ces anneonches ch'est du gaspillache et à des feos on ortruèfe les fuelles au mitan du ruache, dire qu'eine échevine déclare que no ville est ein modèle d'propreté, bé, je m'deminde alfeos si elle n'pormène pos les is serrés. Mi, asteur, j'fais mes commissieons in déhors de l'cité des cheonq clothiers, là-vas au moinse je n'sus pos agressé quançque j'vas chez l'épicier ou bin l'boulinger".

"Hé, l'bourgeois, t'as pos eine pétite pièche pou mi minger ?" (si acore ch'était pou li minger, ch'est pou li boire ou pire acore s'droguer)

T'as bieau essayé d'les éviter, t'es ratindu d'tous les côtés et comme les tchiens n'seont pos attachés, i-n'veaut mieux pos les inveyer pourméner. Au début, i-d'aveot d'temps in temps ein, mais asteur, à l'rue Royale, ch'est ein véritape régimint, des heommes, des feimmes ave des infants, toudis l'canette à l'main, berlant à tue-tiête et batt'liant comme des quervassins. Les agints les chassent chinq à six feos par jour mais i-ont bieau faire, i-z'orvienne'tent toujours. Polo (ch'est no bourguémette f.f.) i-n'veut pus les voir mais i-a bieau faire, l'rue ch'est leu territoire et i-n'seont certainem'int pos les rois de l'catoire.

"Ch'est vrai qu'avant on pouveot lusoter de l'Porte Saint-Martin jusqu'à l'plache Crombez, on n'deveot jamais s'ortourner, dins tous les coins de l'ville, on s'sinteot in sécurité. Quançqu'on alleot au cinéma Palace pindant l'soirée, on pouveot rintrer à dix ou onze heures sans avoir l'esquite d'ête attaqué et volé".

"Ch'est vrai mais les gins i-n'aveot'ent pos toudis t'télépheone à leu main et cha éviteot d'deonner des invies à bramint d'beons à rien".

"In puque, te deos toudis faire attintieon dusque te mets les pieds pasque dins les boîtes et les canettes, t'es toudis in train choler. I-est seûr que cha ireot pétête mieux si i-aveot eine paire d'poubelles dins l'quartier cathédral mais je veux bin parier que l'beon d'comminde i-deot acore traîner su l'tape d'ein imployé communal. Quoi que ces annochints i-feont exprès de bin souvint tout ruer à côté ".

D'puis qu'on aveot comminché ceulle conversatieon, je n'pouveos pos m'impêcher d'raviser Edmeond. J'ai ormarqué qu'à hauteur de s'freont i-éteot blessé et près d'ses ch'feux on areot même dit qu'i-aveot saigné. Depuis l'temps que vous lisez mes babillartes, j'creos que vous m'connaissez, adeon, comme ave mes deux gins j'deos toudis ête prudint, j'n'ai rien d'mindé. In mi-même, j'n'ai pos pus m'impêcher d'pinser, les deux albrans i-ont acore seûrmint batt'lier et, si comme à s'n'habitude, à s'main Fifinne teneot eine payèle, te peux ête certain que l'paufe Edmeond i-l'a acore eine feos attraper su l'gamelle.

Fifinne elle m'aveot discrèt'mint orwettié pindant que j'l'aveos observé et ainsin j'ai su quoisqu'i-s'aveot passé.

"Lindi, l'biec-beos i-a vu eine émissieon à l'télé su l'nouvieau jeu Pokémon Go et, l'lind'main, j'l'ai vu orvenir ave ein smartphone in riant comme ein seot. Te n'vas pos qu'mincher à faire eine dreôle de tiête pasque j'vas aller in ville chasser les p'tites biêtes qui m'a dit in déballant l'ingin pou apprinte l'maniemint et i-s'a mis in route mardi à huit heures au matin. Comme ch'n'est pos dins ses habitudes de n'pos rintrer pou l'deîner, i-feaut s'mette à m'plache, mi, j'tourneos in reond, j'éteos infouterfée".

"Ceulle espèce de déflinqué, i-s'a acore fait ormarquer, à tertous i-a moutré qui n'éteot pos fort dégoté".

Comme Fifinne s'metteot d'jà in colère, Edmeond i-m'a espliqué s'n'affaire :

"Te n'vas jamais m'acroire mais j'vis des heures de gloire d'puis que su t'blog te raqueontes mes histoires, tous les gins que j'rinconte su les trottoirs m'appellent in disant - tins ov'là ichi Edmeond t'in as acore bu eine m'garcheon-. Et te n'sais pos que l'pus bieau d'l'histoire, in m'veyant arriver, bé, i-déquintent tertous du trottoir".

Fifinne elle a répliqué :

"Ch'est pasqu'i-t'ont vu berloquer et i-s'dise'tent que t'es acore quervé !".

"J'ai fait tout l'tour de l'ville de Tournai ave l'écran du smartphone pa d'zous de m'nez. Tout à n'ein queop, su l'Grand-Plache, j'ai vu apparaître l'ceu qu'après j'cacheos, pou l'attraper, i-aveot pos d'dammache, j'deveos marcher tout dreot. Je n'ai pos compris pourquoi j'ai oblié l'princesse d'Espinoy, j'ai été buquer dins la stèle, i-a fait tout noir et j'ai vu trinte-six candelles. J'ai attrapé eine bosse comme ein oué d'couleon et i-paraît que j'éteos tout dégriffé su m'nez et su m'minteon. Hureus'mint, i-a ein témoin qui a app'lé eine ambulance et in moins d'deux j'éteos aux services des urgences. J'ai intindu l'infirmier dire que j'éteos l'troisième qu'aujord'hui on li rameneot, l'prumier i-n'aveot pos vu arrivé  eine auteo et l'eaute, pa d'vant Tournai la Plage, i-aveot cait dns l'Esqueaut".

Fifinne elle a lanché les bras au ciel in disant :

"J'préféreos bin mieux quançque te f'seos des sudokus ou des meots croisés pasque, si pa malheur t'areos cait de t'cayère, j'éteos là pou t'ramasser. Neon, Mossieu a décidé d'faire asteur comme les jeones, i-cache après perdu dins l'ville après des p'tites biêtes guéaunes. I-paraît que ch'est pou leu faire découvrir l'patrimoine et ch'est ainsin qu'on les ortrouèfe dins aine abbaye déringeant les moines. I-z'avanchent ave l'tiête toudis baissée et i-n'a qu'l'écran qui sont toudis in train d'raviser. T'as vu l'résultat, l'Optimiste, à jeuer à Pokémon, bé... i-est asteur plein d'poques, Edmeond".

(lexique : quançque : lorsque / vir : voir / orvenir : revenir / avoir l'raminvrance : avoir la souvenance, se souvenir / cangé : changé / ceulle : cette / l'boudaine : la bedaine, le ventre / ichi : ici / acroire : croire / l'indreot : l'endroit / m'mopère : mon père / toudis : toujours / eine feos : une fois / ête en foufielle : être dans tous ses états / l'expression "fieu" : équivaut à l'expression française "fils" / eine équette : copeau de bois, qualifie une personne très maigre / pasque : parce que / moutrer : montrer / les gampes : les jambes / l'tape : la table / pa d'vant : devant / les anneonches : les annonces / on ortuèfe : on retrouve / les fuelles : les feuilles / au mitan : dans la moitié / l'ruache : la rue, la ruelle, le quartier / alfeos : parfois / poméner : promener / les is serrés : les yeux fermés / Mi : moi / asteur : maintenant / les cheonq clothiers : les cinq clochers / là-vas : là-bas / eine pièche : une pièce / li : lui / acore : encore / ête ratindu : être attendu par une personne qui nourrit de mauvaises intentions / les tchiens : les chiens / inveyer : envoyer / pourméner : autre mot pour promener / berler : hurler / battl'ier : batailler / des quervassins : des ivrognes / ein roi de l'catoire : cette expression définit un personnage sympathique toujours prêt à mettre de l'ambiance / lusoter : flâner / s'ortourner (ou s'ertourenr) : se retourner / avoir l'esquite : avoir peur / bramint : beaucoup / in puque : de plus / dusque : où / choler : fouler au pied / ête seûr : être sûr / pétête : peut-être / les annochints : les innocents / ruer : jeter / comminché (ou qu'minché) : commencé / raviser : regarder / les babillartes : les lettres / les albrans : les garnements / eine payèle : une poêle à frire / l'gamelle : ce mot était perfois utilisé pour désigner la tête chez certains personnes mais ne fait pas partie du patois usuel / orwettier : autre mot pour regarder / quoisque : qu'est-ce que / l'biec-beos : le niais, le balourd / ein seot : un sot / apprinte : apprendre / m'plache : ma place / ête infourterfée : être en émoi, être inquiète / ein déflinqué : une personne grande et maigre / dégoté : finaud, rusé / ov'là : voilà / l'garcheon : le garçon / déquinte : descendre / tertous : tous / berloquer : tituber / quervé : ivre, saoul / pa d'zous : en dessous / tout à n'ein queop : tout à coup / dammache : dommage / tout dreot : tout droit / buquer : heurter, frapper /  les candelles : les chandelles / ein oué d'couleon : un œuf de pigeon / ête dégriffé : être griffé / l'prumier : le premier / caire : tomber / lancher : lancer /  l'cayère : la chaise / les jeones : les jeunes / guéaune : jaune / ainsin : ainsi / jeuer : jouer / des poques : des ecchymoses suite à un coup reçu).

S.T. juillet 2016.

12:07 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bon dimanche Serge, et à bientôt !

Écrit par : Un petit Belge | 31/07/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.