23 juil.
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (368)

L'roi des lusoteus !

L'guerre elle éteot à peine terminée d'puis deux beonnes ainnées que pou l'deuxième feos Marceline s'ortrouveot impanch'lée. Et ch'est ainsin qu'ein bieau matin, dins eine rulette du quartier Saint-Jean, on a fiêté, à l'fin des ainnées quarante, l'naissance du p'tit Armand. I n'a pos fallu lommint à s'mamère pou ormaquer que s'n'infant i-éteot bin leon d'ête éveillé, ch'éteot recta, à chaque queop, i-s'indormeot dins ses bras pindant l'tétée. Quançqu'i-est rintré à l'école des p'tits quious, s'mamère elle a pinsé que cha alleot s'améliorer, bé ahais, quançqu'on l'coucheot pou l'sieste, i-dormeot pindant tout l'après-deîner. Ein bieau jour que l'institutrice elle l'aveot dérinvié, i-a rapid'mint piqué eine tiête dins l'pâte à modeler. I-a fallu l'soirée intière à Marceline pou tout inl'ver, i-d'aveot dins ses ch'feux et même dins ses tréos de s'nez.

A l'école primaire, à li tout seu, dins l'classe, chéteot l'attractieon, sans rien dire, i-aveot tout d'suite queusi eine place dins l'feond. Là-vas, apoyé su l'cauffache, i-n'pouveot pos ête mieux et on l'intindeot alfeos ronfiéler comme ein binhureux.

Fatigué de l'vir ainsin l'maîte i-berleot :

"Armand, vous allez caire, faites attintieon !".

et l'infant, ouvrant difficil'mint les is, li répondeot :

"Quoisqu'i-a, Mossieu, ch'est d'jà l'récréatieon ?".

Veyant qu'i-n'vouleot jamais rien faire, l'vieux maîte aveot app'lé l'mamère.

"Vot'garcheon i-a ein fameux poil dins la main !"

"I-n'feaut pos me l'dire, Mossieu, j'sais qui i-tient ! S'mopère i-passe des journées intières à l'pèque et quançqu'i-orvient, l'soir, i-n'in peut pus, i-est total'mint lèque et l'pire dins tout cha, Mossieu l'instituteur, vous allez ête saisi, d'puis dix ans qui va ainsin tous les jours, bé, i-n'a jamais rien pris".

S'mofrère Julot, li, ch'éteot tout l'contraire, i-a réussi, héaut la main, ses études secondaires. L'mamère diseot aux gins :

"J'ai deux infants et i-m'feont tous les deux braire, l'ein d'bonheur et l'eaute pasqu'i-n'sait rien faire". 

Pou l'consoler, les gins li répondeot'ent : 

"On a connu deux frères, l'ein alleot à l'tique et l'eaute pindant tout s'carrière i-a fait de l'politique".

Ein infant, ein p'tit malin qui assisteot à l'conversatieon, i-a dit que ch'n'éteot pos eine beonne comparaiseon. 

"L'ein ch'est dins l'divan qui allongeot ses gampes pindant que l'eaute, bin souvint, i-roupilleot à l'Campe".

L'paufe gosse, tout c'qu'i-a gagné à sortir eine cosse parelle, ch'est eine beonne marnioufe qui li a cait su s'n'orelle. 

D'puis c'momint là, Armand i-a grandi et Marceline elle est partie au paradis. Quancque d'puis s'pétit neuache, elle orwette s'garcheon su l'tierre, l'sainte feimme elle passe des heures et des jours à braire. Vous êtes saisi que dins no beonne ville de Tournai, au meos d'mai et d'juin, on a presque tertous été inondés. 

Tous les après-deîners, no bruant i-va s'porméner, à l'Marmite ou à l'Fontaine Saint-Eloi on l'veot varouler. Pindant qu'les eautes i-veont au buréeau ou à l'at'lier, li, fin bénaisse, i-préfère bin mieux lusoter

"Tins, ov'là ichi l'ami Armand, te n'résides pus au quartier Saint-Jean ?".

J'l'ai rincontré ein bieau matin poussant s'véleo dins l'rue Saint-Martin.

"On m'a dit que t'habiteos au forbou, eine pétite maseon pos leon du chim'tière !"

"Neon, neon, j'ai déménagé j'orvis asteur dins l'incien appartemint de m'mamère". 

"Et ainsin te n't'as jamais marié, te n'a pos trouvé sorlet à t'pied ?".

"Pou fréquinter, i-areot fallu aller au bal jusqu'à minuit, mi, à cette heure là, i-a bin lommint que j'éteos dins m'lit".

"Pou faire connissance i-n'a pos fauqu'les soirées su ceulle tierre, t'areos, pa eximpe, pu aller à des rincontes d'célibataires". 

"J'ai compris qu'avoir eine feimme et des infants, pou mi cha areot été vraimint treop fatiguant". 

"Et des amisses m'ont aussi appris que te n'aveos jamais ouvré de t'vie".

"Mo Dieu, te n'vas pos ichi parler comme Julot, m'mofrère, dusqu'i-ouèfe, i-m'aveot trouvé eine poste d'manutintionnaire. 

J'l'ai ormercié et inveyé pourméner :

"Te n'pinses quand même pos que j'vas ichi user m'deos à passer toute eine journée à porter des greos balleots".

Comme i-a vu que j'aveos l'air saisi, i-a bin vite continué s'récit :

Dins m'vie, d'puis que j'sus tout p'tit, j'ai eine philosophie, i-n'feaut jamais cacher après les innuis. Tous les jours, je m'lièfe quançque je n'sus pus fatigué, ch'est à peu près l'heure que j'deos aller deîner. J'paie ein ou deux eureos là-vas dusque j'vas minger et pou ceulle somme modique, j'orchois ein menu complet. Invireon treos feos dins l'ainnée, ch'est à l'Croix Rouche que j'vas seonner, on m'y deonne des bieaux vêt'mints et, crois-me, j'sus rhabillé pou rien. Pou m'souper, i-n'a pos pus d'misère, j'vas querre ein colis à l'banque alimintaire. Comme m'mopère i-m'l'a inseigné, j'vas à l'pèque tous les lindis après-deîners. Tous les meos, j'vas querre près d'mille euros au CPAS et ave cet argint j'vis bin à l'aisse. Dis-me pourquoi j'ireos m'esquinter à ouvrer pindant toute eine journée. Pou avoir in puque deux chints eureos, bé, i-feaut ête complèt'mint seot".

"Ah mais, ti aussi l'ami, te vas acouter m'philosophie. On m'a ortenu bramint d'tasques pindant quarante ainnées pou v'nir in aide à les ceusses qui n'alleot'ent pos ouvrer. J'ai toudis accepté d'cotiser pour les malates et les perseonnes handicapés, pou tous les malhureux mais certain'mint pos pou les wiseus. Si t'es bin portant, j'considère que vife ainsin à mes crochets, ch'est tout bonn'mint ein manque d'dignité. Dire que pindant que j'éteos in train d'suer, t'éteos affalé, eine pinte à 't'main à raviser l'télé".

Armand i-n'a rien répeondu, i-n'a même rien compris de c'que j'aveos dit et in partant, in souriant, i-m'a dit :

"Bé, acore hureux que su ceulle tierre, i-a des gins comme ti, te veos d'ichi, j's'reos obligé de m'fatiguer si te n'aveos pos cotisé pou mi !".

I-m'a ortourné l'deos et i-est orparti su s'véleo. A larques gampes i-pédaleot et su l'route i-zigzagueot. 

J'ai alors pinsé que d'puis que j'sus ortraité, j'n'ai même pos l'temps, comme li, d'lusoter.

*Toute orsannance ave des gins qui areot'ent vécu ou bin qui s'reot'ent acore de c'meonte est l'fait du hasard, autermint, cha s'reot bin malhureux.

(lexique : ein lusoteu : un flâneur / ête impanch'lée : être enceinte / eine rulette : une ruelle / lommint : longtemps / s'mamère : sa mère / ormarquer : remarquer / bin leon : bien loin / eine queop : un coup / quancque : lorsque / l'école des p'tits quious : l'école maternelle (expression de moins en moins utilisée) / ahais : oui / dérinvié : éveillé / les tréos : les trous / queusi : choisi / apoyer : appuyer / l'cauffache : le chauffage / alfeos : parfois / ronfiéler : ronfler / ein binhureux : un bienheureux / vir : voir / l'maîte : le maître , l'instituteur / berler : hurler / caire : tomber / les is : les yeux / quoisque : qu'est-ce que / veyant : voyant / s'mopère : son père / aller à l'pèque : aller à la pêche / ête lèque : être épuisé, vidé / ainsin : ainsi / s'mofrère : son frère / braire : pleurer / aller à l'tique : aller pointer au bureau de chômage (obligation aujourd'hui supprimée) / les gampes : les jambes / l'campe : la chambre / eine cosse parelle : une chose pareille / eine marnioufe : une gifle / l'neuache : le nuage / orwettier : regarder / l'garcheon : le garçon / tertous : tous / ein bruant : utilisé ici dans le sens de fainéant, paresseux / s'porméner : se promener / varouler : aller et venir / l'at'lier : l'atelier / bénaisse : content, heureux / lusoter : flâner / l'forbou : le faubourg / l'chim'tière : le cimetière / asteur : maintenant / ein sorlet : un soulier, une chaussure / fauque : seulement / ceulle : cette / pa eximpe : par exemple / des amisses : des amis / ouvrer : travailler / i-ouèfe : il travaille / ormercier : remercier / inveyer pourméner : envoyer promener (on dit aussi "porméner" comme nous l'avons déjà vu) / ichi : ici / m'deos : mon dos / cacher après : chercher / là-vas : là-bas / dusque : où / orchevoir : recevoir / querre : chercher / vife bin à l'aisse : vivre bien à l'aise / m'esquinter : m'éreinter / in puque : en plus / chints : cents / seot : sot / acouter : écouter / bramint : beaucoup / des tasques : des taxes / les ceusses : ceux / les wiseus : les paresseux / vife : vivre / raviser : regarder / larques : larges / ortraité : retrait / orsannance : ressemblance / autermint : autrement).

S.T. Juillet 2016.

 

10:44 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.