20 juil.
2016

Tournai : des problèmes de mobilité ?

La mobilité, un problème inhérent à toutes les villes.

A notre époque, on approche, peu à peu, d'une saturation en ce qui concerne la circulation automobile dans et aux abords des grandes cités.

Jusqu'à il y a cinq ou six ans, Tournai, cité de taille moyenne, échappait encore à ces longues files qui se forment aux heures de pointe aux entrées des villes. Avec les "améliorations" apportées par le S.P.W, notamment à la chaussée de Bruxelles, ce phénomène commence à s'imposer également dans le paysage tournaisien.

Que représente la mobilité à Tournai ?

Au 1.1.2015, on dénombrait 69.756 habitants sur un territoire qui représente 213,75 km2 soit une densité moyenne de 326 habitants au km2.

Sur l'ensemble du territoire, on dénombre 28.600 emplois, tandis que 25.150 élèves et étudiants fréquentent les différents établissements d'enseignement (du maternel à la Haute Ecole). Cela représente, quotidiennement, d'importants mouvements de personnes se rendant, le matin, au travail ou aux cours et, pour la plupart, rentrant le soir au domicile (dans les faubourgs, villages ou villes voisines). Notons que de nombreux étudiants étrangers logent en kot, le plus souvent à la semaine et s'ils n'encombrent que très peu les routes posent des problèmes de stationnement.

A Tournai, on dénombre 1,25 véhicule par ménage.

Le réseau routier sur le territoire de la commune représente 875 kilomètres se décomposant en 800 kilomètres de routes communales et 75 kilomètres de routes régionales. On compte parmi ce réseau 37 kilomètres d'autoroutes.

Un comptage journalier des véhicules datant malheureusement de 2011 nous renseigne que l'avenue de Maire avec 35.000 véhicules par jour est la voie d'entrée et de sortie la plus utilisée, suivent la chaussée de Bruxelles (28.600), la chaussée de Renaix (21.500), la chaussée de Saint-Amand (21.000), la chaussée de Douai (17.800), la chaussée de Lille (14.500) et la rue du Viaduc (12.000).

Les boulevards périphériques voient défiler 110.000 véhicules par jour, tandis que 15.000 véhicules sont quotidiennement en transit par les rues de la cité.

Cinq ans plus tard, ces chiffres doivent très probablement être révisés à la hausse.

Ainsi, depuis quelques semaines, on assiste à une augmentation substantielle du trafic des poids lourds sur la chaussée de Lille entre Orcq et Tournai en raison de l'instauration de la perception de la taxe kilométrique sur les autoroutes et des travaux qui s'éternisent sur la E42 entre Marquain et Lamain. Des semi-remorques immatriculés, le plus souvent mais pas seulement, à l'étranger empruntent désormais cette voirie pourtant interdite aux véhicules de plus de 3,5 tonnes à partir de la zone de Tournai-Ouest.

La mise à deux voies de circulation de la chaussée de Bruxelles depuis le rond-point Lemay jusqu'à la jonction avec les boulevards de ceinture amène la formation de files aux heures de pointe sur l'entièreté du tronçon.

Enfin l'ouverture récente du Centre Hospitalier de Wallonie picarde sur le site Union a modifié, en profondeur, la circulation et le stationnement dans ce quartier du sud de Tournai.

Le transit en ville s'effectue principalement sur l'axe porte de Lille-beffroi-Saint-Brice-porte de Morel, des files s'y forment aux heures de pointe. 

Le stationnement, un problème ?

1975 Tournai installation parcmètres.jpg

Le service Mobilité de l'Administration communale a répertorié 5.694 emplacements de parking en ville. parmi ceux-ci 4.147 emplacements sont en "zone bleue" d'une durée de 2 heures et 1.534 sont payants. Ces chiffres laisseraient supposer que 13 emplacements sont entièrement gratuits et non contrôlés !

Même s'il existait déjà des embryons (photo ci-contre datant de 1976), le stationnement réglementé en centre-ville a été instauré, il y a plus d'une décennie, à la demande des commerçants afin d'éviter la présence de voitures-tampons. Cette demande légitime en soi a cependant ouvert une sorte de boîte de Pandore. A l'origine, seul l'hyper-centre (là où se trouvait la majorité des commerces) était en zone payante, les zones voisines étaient limitées à deux heures et les zones restantes s'étendant vers les boulevards périphériques étaient limitées à quatre heures avec disque de stationnement. Les habitants sont invités à retirer une carte "riverain" et les travailleurs une carte annuelle dont le prix est fixé à 150 euros. 

Il y a deux ans, la majorité en place a supprimé cette dernière zone ne laissant que la zone payante et fusionnant les autres en une seule zone limitée à deux heures. Elle a même étendu la perception à des quartiers extra-muros tout d'abord aux alentours de la gare et récemment dans le voisinage du ChWapi.

Il faut savoir qu'en 2015 la perception des stationnements a rapporté la bagatelle de 556.149,85 euros, un bien joli pactole. Depuis peu, tous les automobilistes sont égaux face à cette redevance puisque les étrangers qui omettaient régulièrement d'acquitter les quelques cents demandés font l'objet de rappels et d'exploits d'huissiers s'il y a lieu. On note un taux de paiement global de 58 % et 24,65 % des conducteurs étrangers sont sanctionnés. 

Il est paradoxal de constater que ceux qui avaient réclamé l'instauration d'une réglementation du stationnement au travers de l'Association des Commerçants et de son Président de l'époque, Mr. Michel Leclercq (qui sera par la suite nommé échevin de la Mobilité !), ceux-là même qui souhaitaient une rotation régulière des véhicules rendent désormais cette décision responsable de la désaffection des clients pour le commerce "intra-muros". Mais cela fait partie d'une autre étude que nous évoquerons ultérieurement !

(sources : procès-verbal de la réunion du Conseil Communal - document photographique tiré de la presse locale)

S.T. juillet 2016

 

11:54 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

Meme en vacances, j'ai lu avec attention ce resumé tres complet de la situation de la mobilite en ville. Il pourrait etre elargi a cerraines voiries rurales...
Il est impartial et degage des verites a rappeler a certains que j'invite a prendre connaissance.
Cela s'apparente a une piqure de rappel...

Écrit par : Boite | 09/08/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.