30 juin
2016

11:59

Tournai : expressions tournaisiennes (365)

Mossieu Météo !

Eh bé, mes amisses, j'n'ai jamais été aussi saisi quançqu'Edmeond, ceulle sémaine, i-m'a dit :

"Te sais que dins m'citerne i-n'a pus rien, j'veos même l'feond et l'couche d'acoulin"

J'l'ai ravisé ave des is tout reonds et j'li ai répeondu :

"T'as seûrmint ein fameux tréo au feond !".

I-a pos à dire, que bieau printemps on a ichi eu ! I-n'a pos eu ein jour qui n'a pos été cru. Mi, à l'plache de toudis m'délaminter, des cosses j'finis pa vir l'bieau côté. Ch'est vrai, i-a d'l'air et on sait respirer et jusqu'asteur on a pos beauqueop sué. Pa l'ferniête, j'orwette m'gardin qu'i-est toudis bin vert, aussi vert qu'eine pelouse d'ein stade de fotbal in Ingleterre. 

Hélas, dins l'gardin, i-n'a jamais eu autant d'l'leum'cheons, les salates, elles seont mingées jusqu'au trogneon. L'malheur dins tout cha, ch'est que les ennemis des lum'cheons, ch'est les hérisseons et ave ein temps parel, les biêtes à piqueots, elles-n'sortent pos d'leu maseon. 

Dins l'temps, quançqu'i-f'seot mauvais, nos parints diseot'ent que ch'éteot à causse de l'beombe atomique, asteur, on dit que ch'est l'feaute aux auteos dont les éccap'mints aurmintent l'récauff'mint climatique. 

Dis hardimint, on est in train d'nous faire tourner bourrique, on n'sait pus commint espliquer aux gins ceulle météo catastrophique ! 

Ein p'tit peu partout, i-a eu des inondatieons et l'ieau elle est rintrée dans les maseons. 

"Ch'est à causse des égouts qui n'seont pos nettiés, ch'est à causse des fossés qui seont à mitan bouchés, ch'est de l'feaute des cinsiers qui, vers l'quémin, leu camps feont égoutter ou bin acore, ch'est de l'feaute des bassins d'orache qui seont sous-diminsieonnés !". Quançque ch'est ainsin, i-feaut toudis trouver ein responsape, on direot qu'i-feaut toudis cacher après des coupapes.

Pou mi, ch'est bin simpe, l'seule et véritape raiseon, ch'est qu'i-a cait treop d'ieau pindant toute l'saiseon. Si j'vas, alfeos, dins m'gardin m'porméner, bé l'ieau elle spite pa d'zeur mes sorlets. Les nappes phréatiques, elles seont tell'mint ormontées que, dins bramint d'caves, l'ieau elle va jusqu'au bas d'l'escalier. J'ai eine pinsée pou ein d'mes amisses qui à forche d'peomper, i-s'a ortrouvé tout à n'ein queop ave l'deos total'mint bloqué. 

Si, ave l'grisalle, on n'peut mal d'attraper ein queop d'solel, ch'est not rhomatisse qui à not' beon souvenir i-s'rappelle. Si ave autant d'ieau on n'rique certain'mint pos d'ête déshydraté, on n'a pos neon pus l'invie d'aller boire eine pinte à l'terrasse d'ein café. Et quançqu'on va, à l'Orchidée, su l'grand-place, on minge des waufes à l'plache des glaches.  M'feimme elle m'a même dit, hier :

"On va faire eine beonne rata aux porieons pou deîner, te vas vir, après eine beonne jatte d'soupe, cha va nous récauffer". 

Si, pindant eine éclaircie, te veux faire ein barbecue dins t'gardin, n'oblies surtout pos d'mette des mouffes à tes mains et si jamais de l'sauce pou l'viante te n'd'as pos assez , n't'in fais surtout pos, elle s'ra ralleongée pa l'roupie de t'nez. Mi j'fais des crisses d'allergie quançqu'i-fait treop quieaud, mais ichi, comme in hiver, j'ai ein rhume d'cerveau (ch'est l'pruèfe pou certains qu'au moinse j'd'ai ein). Moralité, qui fasse bieau ou bin qui fasse fraîque, cha n'cange pos, mes nareines, elles ne seont jamis sèques !

Et pou compléter tout c'dallache, on a aussi, tous les jours, des oraches. 

Ainsin, j'conneos, d'puis lommint, eine brafe perseonne qui a vraimint l'esquite quançqu'i-teonne. Pou rien au meonte, elle ne sortireot de s'maseon, elle serre ses battantes et alleume eine candelle dins l'saleon. L'paufe, elle caireot bin pa tierre, à chaque feos qu'elle intind ein roul'mint d'tonnerre. Pourtant pou l'guérir on li a raqueonté bramint d'cacoules, on li a dit que ch'éteot l'pétit Jésus qui jeueot à l'boule. Tout a raté, elle continue à tranner

J'vas devoir ichi vous laicher pasque ch'est l'heure de l'météo à l'télé, après j'vas orwettier eine caîne thématique qui présinte eine émissieon su l'déréglemint climatique. 

P.S. J'vous rasseure, mes fidèles lecteurs, l'solel i-existe acore, i-vient d'briller eine dizaine d'secondes quançque j'ai ravisé déhors. 

(lexique : mossieu : monsieur / quançque : lorsque / ceulle : cette / l'acoulin : dépôt de vase au fond d'une citerne / raviser : regarder / les is : les yeux / seûrmint : sûrement / l'tréo : le trou / cru : mouillé / l'plache : la place / toudis : toujours / s'délaminter : se lamenter / les cosses : les choses / vir : voir / asteur : maintenant / orwettier : regarder / l'gardin : le jardin / toudis : toujours / les leum'cheons : les limaçons / l'trogneon : le trognon, le cœur d'un fruit ou d'un légume / parel : pareil / les piqueots : les épines / les eccapm'ints : les échappements / aurminter : augmenter / l'récauff'mint : le réchauffement / faire tourner bourrique : faire perdre la raison / l'ieau : l'eau / nettier : nettoyer / à mitan : à moitié / l'quémin : le chemin / l'camp : le champ / acore : encore / cacher après : chercher / simpe : simple / caire : tomber / alfeos : parfois / porméner : promener / spiter : éclabousser / pa d'zeur : au-dessus / les sorlets : les souliers / ormonter : remonter / bramint : beaucoup / à forche : à force / tout à n'ein queop : tout à coup / ein queop d'solel : un coup de soleil / l'rhomatisse : le rhumatisme / ave : avec / des waufes : des gaufres / des glaches : des glaces, des crèmes glacées / eine rata aux porieons : une ratatouille aux poireaux / deîner : dîner / eine jatte : mot souvent utilisé dans la région pour désigner une tasse / récauffer : réchauffer / des mouffes : des mouffles / l'viante : la viande / quieaud : chaud / fraîque : frais / les nareines : les narines / sèques : sèches / l'dallache : le désordre / les oraches : les orages / lommint : longtemps / avoir l'esquite : avoir peur / l'meonte : le monde / les battantes : volets qu'on rabat de l'extérieur / alleumer : allumer / eine candelle : une chandelle, une bougie / l'paufe : la pauvre / pa tierre : par terre, à terre / raqueonter : raconter / des cacoules : des mensonges / jeuer : jouer / tranner : trembler / laicher : laisser / eine caîne : une chaîne / rasseurer : rassurer).

S.T. juin 2016.

 

11:59 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

17 juin
2016

17:55

Tournai : expressions tournaisiennes (364)

Lette à Mossieu l'Député.

J'm'escusse beauqueop, savez, pou mon audace, ein parel meot n'deot pos souvint vous arriver, mais i-a tellm'int d'cosses qui m'tracassent que j'vous écris, aujourd'hui, pou... m'délaminter.

Si on dit qu'on a pus qu'nos is pou braire, m'lanque, à mi, on n'la f'ra jamais taire. Vous allez acroire que j'sus ein imblavé mais j'ai décidé d'tout vous débabeiner. 

Dites hardimint, on n'va pus pouvoir ouvère eine gazette et raviser l'z'informatieons, tous les jours, on orchoit qu'des mauvaisses nouvelles et chaque pache ch'est ein mur d'lamintatieons. Ainsin, ceulle sémaine, dins ein artique, j'ai li qu'les vieux i-coûteot'ent d'pus in pus tchier à no société et qu'd'ichi moinse de quarante ainnées, i-va avoir ein millieon et d'mi in puque d'ortraités. A moinse que les gins ouèf'tent jusqu'à quater-vingt ans, on n'pourra même pus leu deonner, tous les meos, ein p'tit montant. Et bé, on peut commincher, ein p'tit peu à l'feos, à s'tenir aux branques et à faire des écolomies, sans intérêts, su ein queompte in banque pasque, comme cha s'a passé pindant l'dernière guerre, on pourreot béteôt tertous aller querre à minger dins les banques alimintaires.

Si tous les vieux i-s'in veont à l'pinsieon à nul âche, je m'deminde bin quisqu'i-va les rimplacher à l'ouvrache ? I-a asteur bramint d'jeones qui préfère'tent l'ouvrache fait que l'ouvrache à faire et faire, pa leu traval, prospérer l'société, d'leu soucis, croyez me, ch'est bin l'cadet. I-feaut les vir su les trottoirs, du matin jusqu'au soir, eine canette dins eine main et dins l'eaute l'laisse de leu tchien. Allez porméner pindant l'journée dins no rue Royale, si vous n'les veyez pos, ch'est qu'à vo vue i-a eine séquoi d'anormal. I-d'a aussi qui, pou aller ouvrer, su eine base de quarante-chinq heures, i-voudreot'ent ête payés mais l'ouvrache n'in faire qu'à peine l'mitan et pouvoir partir au solel quate feos par an. Pou faire tourner l'commerce, on a créé l'génératieon des loisirs mais, comme ein boomerang su l'guife cha qu'minche à nous orvenir. 

Ceulle sémaine aussi, on a appris ein nouvieau arrêt d'urgence (on n'les queompte pus) à l'cintrale nucléaire de Tihange et, à propeos d'cha, i-a eu dins l'gazette ein commintaire, seûrmint écrit pa ein actionnaire, qui m'a fait beondir in l'air (pou les annochints : beondir pa tierre cha s'appelle tout simplemint caire !). I-a dit : "Si l'réacteur i-s'arrête tout seu sans l'intervintieon d'ein agint, on n'deot pos avoir l'esquite, ch'est qu'elle fonctieonne bin". Acore hureux, sineon pou les habitants d'no pays i-n'feaudreot pus s'faire de bile, i-souffrireot'ent des mêmes symptômes que les ceusses d'Tchernobyl. J'parleos d'cha, au bistreot, ave l'greos Nénesse, li, i-n'a qu'les pintes qui l'intéressent. I-m'a dit :

"Bé... l'ov'là l'solutieon pou maintenir à fleot l'caisse des pinsieons, on n'ara ainsin liquider eine beonne partie de l'populatieon".

Milliards, i-n'feaut pos rire ave cha, l'nucléaire cha n'fait pos d'sélectieon, cha touche les jeones comme les vieux et cha pollue pou lommint les installatieons. I-feaut pinser à ces infants qui eusses ont acore toute l'vie pa d'vant eusses. Les cuves i-seont rimplies d'fissures, l'matériel i-s'arrête bin souvint mais...

"Mais, à part cha, Madame Marie-Christine, tout va très bin, tout va très bin".

Nénesse i-s'a foutu dins ein rache bleue (ch'est l'cas de l'dire), ch'est ein fan d'Marie-Christine (et cha, je ne l'saveos pos). I-s'a mis à berler :

"Pou sortir du nucléaire, i-feaut des solutieons d'orcanche comme les cintrales d'biométhanisatieon, les éoliennes et les pannéeaux photovoltaïques, i-feaut, avant toute isoler les maseons pou user pos beauqueop d'gaz, d'fuel et d'l'élestrique. On in parle toudis mais on n'fait rien, acore pus chez les Walleons qu'chez les Flaminds, les liards on continue à les briscader, sous tous les gouvernemints, pa l'ferniête on s'amuse à les ruer. On a deonné comme consel aux gins d'mette su leu toit des pannéeaux solaires mais on a jamais pinsé qu'i-z'alleot'ent tertous s'équiper à causse des conditieons financières. Du queop, comme on n'aveot des problèmes budgétaires, l'gouvernemint a bin vite fait machine arrière et les beons élèfes d'l'écologie i-seont dev'nus les couilleons d'l'écolomie. 

Et ch'est pos tout ! On apprind asteur qu'eine banque a valsé su l'palteot, qu'on y a considéré les clients comme des biec-beos. On veot tous les jours , su nos routes, eine masse d'accidints et dins bramint d'administratieons, des détournemints mais, dins leu poche, mes gins, i-n'metteont pos des stylos, acore moinse des crayeons, neon, neon, ch'est des euros pa chintaines d'milliers ou bin d'millieons. 

Si d'puis d'z'ainnée, on n'aveot pos détourné tous les montants qu'on a avoués et pus acore tous les ceusses qu'on nous a, pus que seûrmint, muchés, bé, l'ajustemint budgétaire i-s'reot bin pus simpe à réaliser. On n'devreot pus s'in faire, i-n'areot pus d'misère, tous l'z'ans, on n'areot pus autant d'tasques su no deos, on pourreot pétête n'pus aurminter, acore et acore, nos impeôts.

Comme vous l'veyez, Mossieu l'Député, l'situatieon elle est leon d'ête idylique, dins no p'tit royaume de Belgique, elle s'reot même puteôt ein peu du ginre catastrophique. Inter les grèves et les manifestatieons, inter les attintats et les inondatieons, inter l'chômache et les agressieons, on n'a vraimint rien d'beon à queusir et l'gouvernemint sanne laicher l'situatieon musir. 

L'pire, i-est acore à v'nir, si i-n'rimportent pos l'victoire à Bordeaux, cha s'ra pétête l'éliminitatieon des Diapes au prumier tour d'l'Euro. On n'in aveot fait les grands favoris, on est ercait d'no p'tit neuache, lindi. Dins l'équipe, i-a seûrmint de l'détoule ou alors on nous a raqueonté bramint d'cacoules. Tins, si j'deveos apprinte eine histoire parelle, lindi, vous pouvez ête seûr que je n'vas pus acater m'journal à l'librairie. J'vas supprimer m'n'abonn'mint à l'gazette, éteinte l'radio et l'télé et j'vas vife comme sur eine ile déserte à l'faceon d'Robinson Crusoë. 

J'vous l'répète, Mossieu l'Député, dins c'meonte d'misères, bé, on a vraimint pus qu'nos is pou braire. 

P.S. (attintieon, cha veut bin dire Post Scriptum) : i-va falloir que vous ordressiez fameus'mint l'situatieon, si vous voulez que j'vote acore aux prochaines électieons. 

Dédié à m'n'amisse Christian, m'visin, in lui souhaitant ein beon rétabliss'mint. 

(lexique : eine lette : une lettre / Mossieu : Monsieur / beauqueop : beaucoup / parel : pareil / eine cosse : une chose / s'délaminter : se lamenter, se plaindre / les is : les yeux / braire : pleurer / l'lanque : la langue / à mi : à moi / acroire : croire / ein imblavé : un faiseur d'embarras, un orgueilleux / débabéiner : débobiner (débabeiner s'cap'let : dire tout ce qu'on a sur le cœur) / hardimint : hardiment / ouvère : ouvrir / orchevoir : recevoir / l'pache : la page / ainsin : ainsi / ein artique : un article / coûter tchier : coûter cher / in puque : en plus / les ortraités : les retraités / des gins ouèf'tent : des gens travaillent (du verbe ouvrer : travailler) / commincher : commencer / à l'feos : à la fois / s'tenir aux branques : se tenir aux branches / faire des écolomies : faire des économies / ein queompte : un compte / béteôt : bientôt / tertous : tous / querre : chercher / l'âche : l'âge / rimplacher : remplacer / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / asteur : maintenant / bramint : beaucoup / des jeones : des jeunes / vir : voir / porméner : promener / eine séquoi : quelque chose / l'mitan : la moitié / l'solel : le soleil / l'guife : le visage, la figure / qu'mincher : commencer / orvenir : revenir / ceulle : cette / seûrmint : sûrement / annochint : innocent / pa tierre : par terre / caire : tomber / tout seu : tout seul / avoir l'esquite : avoir peur, paniquer / l'bistreot : le bistrot, le café / lommint : longtemps / pa d'vant : devant / ein rache : une rage, une colère / berler : hurler / orcanche : rechange / les maseons : les maisons / toudis : toujours / les liards : l'argent / briscader : gaspiller / pa l'ferniête : par la fenêtre / ruer : jeter / ein consel : un conseil / à causse : à cause / de queop : du coup / l'deos : le dos / l'palteot : le paletot, valser su l'palteot signifie chuter / des biec-beos : des balourds, des niais / acore moinse : encore moins / muchés : cachés / les tasques : les taxes / l'deos : le dos / pétête : peut-être / aurminter : augmenter / ête leon : être loin / puteôt : plutôt / inter : entre / queusir : choisir / musir : moisir / les Diapes : les "Diables Rouges", équipe nationale belge de football / ercaire : retomber / l'neuache : le nuage / lindi : lundi / avoir de l'détoule : avoir des ennuis, il y a de la bagarre / raqueonter : raconter / des cacoules : des mensonges / apprinte : apprendre / acater : acheter / vife : vivre / l'faceon : la façon / l'meonte : le monde / ordresser : redresser).

S.T. juin 2016

 

17:55 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

15 juin
2016

23:10

Tournai : la lente évolution du Pont des Trous

Le Pont des Trous, star de l'été !

Depuis que le projet de mise à grand gabarit de l'Escaut est paru, on ne parle plus que de lui, il soulève les passions, oppose les Tournaisiens, donne du travail aux journalistes, entretient l'éternel combat entre les Anciens et les Modernes, entre les défenseurs du passé et les hommes résolument tournés vers l'avenir. 

Faut-il dénaturer le Pont des Trous ?

Le Tournaisien de naissance est viscéralement attaché à son patrimoine. Ce dernier est l'héritage de ses ancêtres, l'illustration de son Histoire, le jalon des événements du passé et l'oeuvre de défenseurs de la cité au temps où celle-ci suscitait, à cause de sa richesse, la convoitise de ses voisins. Les personnes ayant vu le jour dans des villages savent combien il est important de garder vivaces les traditions, les gens des villes veillent jalousement sur leurs trésors architecturaux.  

Hélas, au cours des siècles, combien de fois a-t-on jeté bas des témoignages intéressants. Pensons à la destruction de la "Tour des VI" à la rue Garnier, des églises Sainte-Catherine, Saint-Pierre, Saint-Nicaise et Notre-Dame, de l'abbaye de Saint-Martin lors de la Révolution, des fortifications qui, contrairement à des villes comme Carcassonne ou Avila, n'entourent plus la cité scaldéenne et ne vivent désormais que par quelques tours (tour du Cygne, Saint-Georges, Fort Rouge) ou par quelques lambeaux d'enceinte (Tours Marvis). Parmi ces derniers vestiges, le Pont des Trous possède la particularité d'être une porte d'eau, une des dernières en Europe du Nord et, à ce titre, est le monument le plus photographié par les touristes après la cathédrale Notre-Dame.

Mais voilà, le développement économique a, par la force des choses, depuis toujours, été le vandale de l'Histoire. L'homme crée des moyens de transports de plus en plus longs, de plus en plus larges, d'une plus grande capacité. Pour permettre des liaisons rapides entre les lieux de chargement et de déchargement, par souci de rentabilité, on s'efforce de construire des voies rapides, des lignes directes et... malheur au monument qui se trouve au milieu de la route des bâtisseurs.

Tournai Pont des Trous années 50.jpg

 Il en a déjà subi de nombreuses modifications, le vieux pont et, même si ceux qui devaient lui conserver sa beauté architecturale l'ont laissé aller ces dernières années (probablement pour mieux argumenter au sujet de la nécessité de le modifier), il a survécu et, jusqu'à aujourd'hui, continué à se dresser fièrement à la sortie Ouest de la cité des cinq clochers, ses arches se mirant dans le noir miroir du fleuve.

Le pont dans l'Histoire.

Né à la fin du fin du XIIIe siècle, il a permis de relier les deux tours qui s'élevaient de part et d'autre du fleuve, la tour de la Thieulerie sur la rive gauche et celle du Bourdiel, élevée en 1282. Au début, il prit le nom d'Arcs des Salines (des salines se trouvaient, à proximité, sur le quai de la rive gauche portant aujourd'hui ce nom). 

 

1936 Tournai le Pont des Trous.jpg

Comme le démontre ce document photographique tiré des archives du journal "le Courrier de l'Escaut", en 1936, le pont présentait encore trois arches de même largeur. Il faut savoir qu'à l'origine la courtine était recouverte d'un toit qui a disparu lors de la rénovation de 1847. 

1945 Tournai le Pont des Trous.jpg

Un premier coup dur lui sera asséné en 1940, lors du second conflit mondial. Bombardées, ses arches sont détruites. A la fin de la guerre, on construisit un chenal provisoire pour permettre le passage des bateaux.

(document du Courrier de l'Escaut).

1948 Tournai le Pont des Trous.jpg

photo tirée des archives du Courrier de l'Escaut

A partir de 1947, les ingénieurs des Ponts et Chaussées vont réaliser un travail remarquable pour une époque durant laquelle ils ne possédaient pas encore le matériel de construction dont on dispose septante années plus tard. Ils vont rehausser les deux tours et reconstruire les trois arches en réduisant la largeur des latérales au profit de la centrale portée à un peu plus de 11 mètres.

1963 Tournai Pont des Trous.jpg

Déjà en 1963, la presse locale s'interrogeait sur l'avenir du Pont des Trous, le passage de bateaux de 1.350 tonnes allait-il sonner le glas pour un des monuments préférés des Tournaisiens ? Le problème de l'élargissement de l'Escaut permettant à des péniches de se croiser dans la traversée de Tournai allait empoisonner la vie des riverains du fleuve pendant plus d'une décennie jusqu'à ce qu'il soit résolu par l'arrivée du bourgmestre Raoul Van Spitael. Celui-ci proposa d'adopter la solution dite de "l'alternat", les bateaux étant autorisés à remonter ou à descendre le fleuve à des périodes déterminées réglées par un système de feux. Le centre-ville était ainsi sauvé, on pouvait recommencer à investir dans les commerces et dans les habitations. Par la volonté d'un homme, défenseur de la cité dont il était devenu le premier magistrat, l'épée de Damoclès venait d'être brisée.

 

Trois décennies de tranquillité.

Pendant un peu plus de trente ans, on n'entendit plus parler d'un possible élargissement, ni même d'un grand détournement de fleuve par les quartiers Nord de la ville. Le commerce local pouvait retrouver une seconde jeunesse, la ville était embellie par des rénovations, des constructions nouvelles s'élevaient en harmonie avec le paysage local...

Et voici que, soudainement, les Français décidèrent de remettre à l'ordre du jour, un vieux projet de près de deux siècles, la création de la "liaison Seine-Nord", une voie d'eau permettant le transport des marchandises du Sud vers le Nord de l'Europe. N'attendant pas la construction toujours aléatoire en raison de la crise financière de ce projet, la Région Flamande embraya le pas et se mit à élargir la Lys afin d'être prête à s'articuler sur le projet français lorsque celui-ci serait réalisé. La Région Wallonne ne pouvait être en reste. Après tout, le réseau routier étant saturé et l'écologie ayant le vent an poupe, on décida de créer une "dorsale wallonne" fluviale. Tout a été étudié. Contrairement à la voie ferroviaire, la navigation sur cette liaison ne peut souffrir de retards, il faut gagner une minute par-ci, trente secondes par-là. Le brave Pont des Trous est devenu le gêneur de service dans la traversée de Tournai. On aurait pu recommencer le travail effectué en 1947-1948, après tout les moyens modernes auraient permis d'élargir un peu plus l'arche centrale mais, c'est oublier que les jeunes générations d'architectes et d'ingénieurs souhaitent marquer d'une empreinte indélébile leur passage sur cette terre et comme l'époque n'est plus à la protection outrancière des vestiges, on préfère raser.

Les Tournaisiens furent surpris de découvrir le résultat de leurs cogitations, de leurs élucubrations. On alla jusqu'à leur proposer un "pont-fantôme" fait en résille d'époxy reliant les deux tours, mariage du passé et de la modernité chère à ses auteurs.  

Devant la levée de boucliers et surtout pour calmer la population en vue des prochaines élections, moment où le pont sera normalement en cours de finition, on organisa un référendum qui démontra que le Tournaisien est attaché à ses vieilles pierres au grand dam des bureaux d'études dont les projets avaient ainsi été balayés.

Sortir par la porte, rentrer par la fenêtre.

Un commission à laquelle ont participé des citoyens a planché sur le sujet. Avouons quand même que ce travail a été dirigé afin de ne pas trop s'écarter du but recherché. Finalement le pont actuel sera sacrifié et les arches reconstruites en pierre, deux arches latérales étroites surplombant un passage à créer pour les piétons et une arche plus haute et plus large au centre. Pour avoir vu le projet, on se dit que c'est la moins mauvaise des solutions, même si on aurait voulu que les arches soutiennent un passage.

Prochainement, le collège communal sera amené à se positionner à propos de cette solution. Ensuite, on attendra les deniers jours du pont actuel sacrifié sur l'autel des intérêts économiques qui restent à prouver. Comme l'Optimiste est, par définition, une personne tournée vers l'avenir qu'elle voit toujours avec confiance, espérons qu'elle ne se trompera pas et que les générations futures ne nous reprocheront pas ce saccage de nos richesses. Des plans dressés dans des lointains bureaux de Bruxelles et de Namur où le tourisme qui devrait être la principale richesse pour Tournai, suite à la perte des industries, est le cadet des soucis. 

(S.T. juin 2016)

23:10 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, projet seine-nord, pont des trous |

13 juin
2016

18:49

Tournai : souvenirs du siècle passé !

Tournai au temps jadis !

 

On évoque souvent le charme et la tranquillité de nos quartiers au temps jadis. Une photo prise au début du XXe siècle nous montre deux femmes sur le pavé de ce qui était, à l'époque, la "ruelle Minjean", reliant la chaussée de Lille à la cense Lagache, la voirie se transformait, par la suite, en un sentier bordé par des prairies.

Après la seconde guerre mondiale, les petites maisons basses ont été rasées. A partir des années soixante, des villas ont pris place de part et d'autre, le chemin est devenu une avenue et a été asphalté. Une salle omnisports, le Skill, y a été créée au milieu des années septante. La voirie relie désormais la chaussée de Lille au Vieux Chemin de Willems et au Chemin de la Ramée.   

Tournai Ruelle Minjean début XXe siècle.jpg

(source : inconnue)

 

Sur cette même chaussée de Lille, face à la ferme alors située au n° 120, on peut découvrir ce qui semble être un fermier livrant ses pommes de terre au moyen d'un charrette tirée par un cheval. D'autres sources évoquent plus précisément un marchand de charbon (mais l'homme est bien propre alors que les sacs vides prouvent qu'il a  terminé sa tournée). Remarquons le revêtement composé de gros pavés. Avantage de celui-ci, en cas d'averse, l'eau ne s'écoulait pas comme aujourd'hui mais percolait dans le sol à chaque jointure de pavé.

Tournai 120 chaussée de Lille.jpg

(source : A. Denis)

 

Au début du XXe siècle, la circulation automobile n'ayant pas encore fait son apparition, pour se rendre en ville, les dames des faubourgs empruntaient le milieu du pavé comme le montre cette photo retrouvée dans les archives du Courrier de l'Escaut et prise, durant l'hiver 1905, à hauteur de l'actuelle avenue De Gaulle. Dans le fond on aperçoit, la place de Lille et l'église Sainte-Marguerite. Le bâtiment de gauche existe toujours, son rez-de-chaussée abrite une pizzeria, celui de droite une sandwicherie. En raison de l'absence de circulation, la neige qui tombait à l'époque restait parfois plusieurs jours au sol et la couche augmentait à chaque nouvelle chute.

1905 Tournai la place de Lille.jpg

 

Un mariage au début du siècle précédent rassemblait tous les membres de la familles et la photo de 1912 qui immortalisait le jour joyeux de l'union de Mr J.L et de sa fiancée nous permet de voir des convives bien sérieux posant devant l'objectif.

On a probablement oublié de leur dire : "Attention, le petit oiseau va sortir".

C'était en pleine mode des chignons pour les dames et des moustaches pour les messieurs.

1912 Tournai mariage Lucq.jpg

(source : merci à J. Driesens)

Qui se souvient encore de la "Maison espagnole" située à l'angle de la rue de Paris. Cet immeuble a été emporté par les bombardements du second conflit mondial. Tournai a, à cette époque, perdu un très riche patrimoine. 

1920 la maison espagnole rue de Paris.jpg

(source : J. Driesens).

 

Un magasin de chaussures au n°23 de la rue de Paris. Ce style de façade n'a pas entièrement disparu, on peut encore voir quelques anciennes maisons de commerce en parcourant la rue de la Triperie, à proximité de la place Saint-Pierre

1920 Magasin de chaussures Driesens 23 rue de Paris.jpg

(source : J. Driesens)

Les habitués du Conservatoire de Musique connaissent bien la "Salle des Concerts". Situé sur la place Reine Astrid, le bâtiment est en cours de rénovation. Même s'il a conservé sa structure en forme de "tambour à pattes"  comme le surnomment les Tournaisiens, il ne ressemble plus au bâtiment photographié en 1920. A gauche, on aperçoit la "rue des Primetiers", celle-ci laisse deviner la rue Saint-Martin. Depuis une trentaine d'années, cette voirie n'est plus accessible à la circulation automobile, elle est fermée par des arcades.

1920 Tournai la salle des concerts.JPG

 (source : archives du Courrier de l'Escaut)

S.T. juin 2016

11 juin
2016

13:08

Tournai : expressions tournaisiennes (363)

Que d'ieau, que d'ieau !

"Eh bé... Biribi mes amis, mes amis Biribi", ces meots dits pa Fifinne m'ont rapp'lé l'temps quançque j'éteos p'tit. Ch'éteot eine espressieon d'eine amie de m'gramère qui d'meureot, à l'époque, du côté du forbou de Maire.

"Ch'est à l'grosse louque que l'ieau du ciel elle cayeot, pa l'ferniête on n'veyeot même pus l'Esqueaut et in puque, i-aveot bramint d'éclairs et d'riches queops d'tonnerre. Ce que j'vas t'dire ichi, j'n'in n'ai pos heonte, j'ai cru ein momint que ch'éteot l'fin du meonte, alors, su l'tablette du cassis, comme m'mamère feseot, j'ai alleumé eine bougie".

"Vous n'avez pos quand même été ineondés ?".

"Neon... on a jusse eu d'l'ieau de l'cave au guernier !".

Comme j'saveos que leu maseon au bord d'l'Esqueaut, elle fait quand même à peu près dix mètes de héaut, j'ai pinsé :

"Ou bin mes deux gins m'raqueontent ichi des cacoules ou alors i-ont appris à jeuer les heommes guernoules".

"Acoute-me bin, j'vas t'espliquer quoisque mardi i-s'a passé. Au début d'l'orache, l'vint i-a comminché à s'lever et on a quate ou chinq tuiles qui se seont involées, on a à peine eu l'temps d'meonter les escaliers que toute l'ieau de l'toiture elle a dégringolé dins l'guernier et acore hureux qu'Edmeond, m'n'heomme, i-aveot mis pa tierre ein restant d'balatum pasque, cha n'areot pos fait ein pli, l'plafeond de l'campe i-s'reot cait su no lit. Edmeond i-a bin essayé d'ormette les tuiles mais comme i-est aussi épais qu'eine aiwile et que l'vint d'pus in pus fort i-souffleot, i-n'a jamais osu passer s'tiête pa l'treo. On a mis eine bassine in fier blanc qui a été complèt'mint rimplie in peu d'temps. Après Edmeond i-a été vir à l'cave si tout i-éteot normal et in ouvrant l'porte on a eu ein fameux queop au moral. L'ieau monteot, monteot jusqu'au mitan de l'porte du frigeo. A l'intérieur, l'canard qu'on aveot acaté, bin qu'i-éteot mort et pleumé, i-s'a ormis, tout à n'ein queop, à nager.

"Raclette et séeaux, ch'est les armes des ceusses qui seont dins l'ieau".

Alors que l'déluche i-n'arrêteot pos d'caire du ciel, Edmeond, li, i-s'preneot pou les Chevaliers du Fiel.

"Edmeond, l'grand dépindeu d'andoule, i-aveot l'ieau jusqu'à... s'boudaine mais mi, même si j'n'sus pos eine naine, j'd'areos eu au moinse jusqu'à m'poitreine. Et ave cha je n'te dis pos l'naque, i-aveot dins no cave ein riche pinaque. Les beonnes boutelles d'Château Margaux flotteot'ent comme des p'tits batieaux, les anciennes déclaratieons des contributieons feseot'ent soupette et l'machine à lessiver elle aveot l'ieau jusqu'à l'leunette.

Chint-trinte, chint-chinquante, j'intindeos Edmeond qui, tout bas, queompteot.

J'li ai dit : quoisque te queomptes, espèce de biec-beos ?

I-m'a répeondu : bé, tout simplemint, l'nombre de séeaux ! Comme i-a invireon dix lites pas séeaux, on pourra ainsin estimer l'volume d'ieau. Te sais bin que j'n'ai pos fort confiance et que j'préfère mette ceulle précisieon dins m'déclaratieon d'assurances.

On a été obligé d'tout nettier à l'main pasque tout i-éteot rimpli d'acoulin. On a bin eu de l'détoule, on pidouleot dins l'bédoule.

Fifinne elle a dit : "on a perdu, in ein queop, toute not' proviseon d'penn'tières".

Edmeond i-a rajouté : "Mi pou l'Euro, j'vas ête obligé d'racater deux ou treos casiers d'bière".

Fifinne elle a mis s'grain d'sel : " Comme ch'est pou fiêter l'victoire des Diapes que te les aveot acatés, prinds in ein à l'feos, des feos qui s'reot'ent vite éliminés".

J'leu ai déclaré : dins vo malheur vous n'devez pos acore pos vous délaminter, i-a des paufes gins qui ont été bin pus mal arringés. Des connissances qui habitent l'villache d'Ere, i-n'ont pus que les deux is pou braire, toutes les affaires qui éteot'ent au-rez-de chaussée, ch'est foutu, tout a été total'mint noyé, les peompiers i-seont v'nus les querre à l'fin de l'journé et ch'est in barque qu'on a été obligé d'les évacuer. Quançqu'infin on a vu l'fin de c'déluche, i-ont été obligés d'mette tout l'meublier à l'huche.   

Quançque, alfeos, te parles d'récauff'mint climatique, les gins s'foutent d'ti, i-seont sceptiques pourtant l'pus p'tit des oraches i-est asteur catastrophique et les conséquences elles seont bin souvint dramatiques. Eine feos acore, i-n'feaut surtout pos oblier que des gins, mardi, i-seont morts noyés, i-z'éteot'ent partis porméner et à leu maseon i-n'seont jamais rintrés.  

Te peux faire des busses d'égouts d'ein mete d'diamète, si les gins rue'tent d'dins des graisses et des canettes, cha n'sara jamais tout absorber l'jour dusqu'i-cait eine parelle quantité. I-a pos ein seul responsape pou ces calamités, i-feaut admette qu'on est tertous concernés. Bâtir eine maseon dins eine zone inondape, ch'est pou l'moinse ête irresponsape.

Aujord'hui toutes mes pinsées veont à les ceusses qui ont été ineondés et j'voudreos que no ville mette, ein jour, su pied ein batailleon d'bénévoles pou pouvoir les aider.

(lexique : que d'ieau : que d'eau / les meots : les mots / quançque : lorsque / m'gramère : ma grand-mère / l'forbou : le faubourg / l'louque : la louche / caire : tomber / l'ferniête : la fenêtre / l'Esqueaut : l'Escaut, le fleuve qui traverse Tournai / in puque : de plus / bramint : beaucoup / l'cassis : le chassis / les queops : les coups / ichi : ici / l'meonte : le monde / l'cassis : le chassis / alleumer : allumer / jusse : juste, seulement / l'guernier : le grenier / des cacoules : des mensonges / jeuer : jouer / ein heomme-guernoule : un homme grenouille, un plongeur / acouter : écouter / quoisque : qu'est-ce que / l'orache : l'orage / commincher : commencer / acore hureux : encore heureux, heureusement / pa tierre : à terre / pasque : parce que / l'campe : la chambre / ormette : remettre / eine aiwile : une aiguille / osu : osé / l'treo : le trou / in fier : en fer / vir : voir / au mitan : à la moitié / acater : acheter / pleumer : plumer / tout à n'ein queop : tout à coup, soudainement / les séeaux : les seaux / les ceusses : ceux / l'déluche : le déluge / ein grand dépindeu d'andoule : homme grand et maigre / l'boudaine : la bedaine, le ventre / l'poitreine : la poitrine / l'naque : l'odeur / l'pinaque : grand désordre, endroit nauséabond / les batieaux : les bateaux / faire soupette : tremper / l'leuneutte : la lunette / queompter : compter / ein biec-beos : désigne un pivert, mais aussi un balourd, un niais / les lites : les litres / ainsin : ainsi / nettier : nettoyer / l'acoulin : la vase / avoir de l'détoule : avoir des ennuis, des difficultés / pidouler : patauger / l'bédoule : la boue / les penn'tières : les pommes de terre / les Diapes : les diables (rouges) / ein à l'feos : un à la fois / s'délaminter : se lamenter, se plaindre / des connissances : des connaissances / les is : les yeux / braire : pleurer / querre : chercher / l'meublier : le mobilier / à l'huche : dehors, sur la rue / alfeos : parfois / l'récauff'mint : le rechauffement / s'foute d'ti : se moquer de toi / porméner : promener / des busses : des buses / ruer : jeter / dusque : où / tertous : tous / inondape : inondable).

S.T. juin 2016.  

13:08 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

09 juin
2016

14:06

Tournai : la lente évolution de la rue de Courtrai.

Position géographique.

Sur la rive gauche de l'Escaut, dans le quartier Notre-Dame, la rue de Courtrai, tout comme la rue du Curé Notre-Dame, dont nous avons déjà parlé, située dans son prolongement, fait partie de l'axe qui traversait, jadis, en ligne directe, la ville de Tournai entre le rond-point de l'Europe (N-O) et le carrefour des Résistants (S-E). Depuis la création du piétonnier de la Croix du Centre dans les années 80 et la mise en sens unique de la place Paul Emile Janson récemment, cette liaison ne peut plus être complètement empruntée par les véhicules. Avec la rue du Curé Notre-Dame, la rue de Courtrai relie la place Paul-Emile Janson au carrefour des Quatre-Coins Saint-Jacques.

La rue dans l'Histoire.

La rue semble avoir toujours porté le nom qu'on lui connaît actuellement puisque dans les actes officiels du XIVe siècle on peut lire :

"Rente assise sur une maison au touquet de la rue de Courtray au rencq de la porte Verriers" (menues rentes 1384). La porte Verriers disparut vers 1550.

C'est ainsi qu'elle prit parfois le nom de rue des Verriers.

"Rue de Courtray, dite des Verriers" (comptes de l'hôpital Saint-Lehire de 1530).

Il semble exister une confusion sur l'origine du nom "Verriers", tout comme elle existe dans le conte de notre enfance "Cendrillon". Certains y voient l'existence d'une fabrique de verre en cet endroit, d'autres trouve l'origine de son appellation par la présence d'artisans, les vairiers, qui confectionnaient une fourrure blanche et grise. La preuve peut en être apportée par la description d'un immeuble au XVIIe siècle, à moins qu'il ne s'agisse dans l'un ou l'autre cas d'une simple faute de transcription. 

"Maison rue de Courtrai, dite des Vairiers, où pend pour enseigne la Couronne" (lettres originales de 1602).

L'historien Hoverlant avance qu'elle prit le nom de rue de l'Etoile, en raison de la présence d'un magasin d'étoffes d'Indes auquel une étoile servait d'enseigne. Dans les recherches entreprises par Bozière, aucune trace écrite n'est venue corroborer cette appellation.

Un document photographique datant du début du XIXe siècle, paru dans l'ouvrage "La carte postale raconte Tournai" nous montre une rue de Courtrai pavée un peu plus étroite que l'actuelle.

Durant la première partie du XXe siècle, on trouvait dans cette rue les enseignes suivantes :

En 1912, le "Grand Café Julien" aux 2-4 et 6, plus tard, après le premier conflit mondial, celui-ci sera remplacé par le magasin à l'enseigne : "Au Vieux Chêne" tenu par Victor Pollet, il s'agissait de deux magasins juxtaposés, le commerce d'ameublement et la boutique du tapissier Pollet.

A la même époque, au n° 25, se trouvait un commerce bien connu des Tournaisiens, la corderie tenue par Mr. Adolphe Wattiez, un des membres fondateurs de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien, qui publiait ses œuvres sous le nom de "Cordier des étoupières". On y trouvait de la ficelle écrue et teinte pour emballage, de la ficelle fine en paquets, du câble flexible en acier pour poulies, des câbles de transmission en chanvre et en aloès et des cordages pour bateliers.

En 1935, au n°31, on découvrait la Fabrique Française, spécialité de lingeries, soieries, de drapés et velours.  

Lors des bombardements de la seconde guerre mondiale, tous les immeubles qui bordaient cette rue commerçante ont été détruits.

Après la seconde guerre mondiale, à la fin des années quarante, on découvrit momentanément le salon de coiffure provisoire de Mr. Soris. D'une conception simple, il était composé d'une porte d'entrée centrale entourée de deux fenêtres. La façade n'excédait pas quatre mètres et la hauteur du bâtiment était légèrement inférieure à trois mètres.

Voici deux ans, dans le cadre du projet de rénovation du quartier cathédral, la rue de Courtrai a été totalement refaite, un revêtement en dalles a succédé à la traditionnelle rue en pavés bordée d'un trottoir de chaque côté. Les emplacements de stationnement y ont été réduits mais, chaque jour, on constate que des automobilistes indélicats snobent le marquage au sol les délimitant pour stationner de façon un peu "sauvage" obligeant les piétons à marcher au centre de la voirie.

Une rue composée de commerces.

Pratiquement tous les rez-de-chaussée des immeubles bâtis dans cette rue sont dévolus au commerce, les étages sont habités soit par les propriétaires des magasins, soit par des locataires.

Depuis les années cinquante, rares sont les magasins qui ont traversé les diverses décennies, le magasin "Elec-Confort", au n°39, tenu par la famille Charlier, s'y trouve depuis sa construction au début des années soixante, la quincaillerie "le Moulin Rouge" existe toujours au n°19 tandis que le magasin Studio Sound a toujours pignon sur rue au n°10.

Combien de commerces ont ouvert et fermé leur porte durant ses soixante dernières années, on se rappelera :

"Jean's Fizz" au n°7, "Gets Sports" au n°9, "Au Voile Suisse" au n°13,  "Création Crahait", au n°11, "Clinic-Radio" au n°15, "Au Coin de Paris-Maison Vitos" au n°17, le "Palais de l'Enfant", vêtements et articles pour nouveaux-né au n°25, le "fleuriste Raes" au n°27, "Lindor" au n°29, "Auteuil Couture" au n°12, la maison "Tondelier Frères", spécialistes en équipement de bureaux au n°18, les "chaussures Nef" aux 20 et 22, la "Maison Lescal" au n°28 à laquelle succéda la "Chiffonnerie" au n°28, l'opticien "Jean Gosse" au n°30, "Electrolux" au n°32, "Printania", la fine lingerie, au n°44.

La "Maison Lhoir", au n°35, a cédé sa place au magasin de graines tenu par Jean Jacques Decock auquel a succédé un glacier, "le Palais des Glaces" et désormais "les Glaces d'Antan". Mr Roger Lhoir était le président des commerçants des "Trois Rues", une association née dans le courant des années soixante déjà en réaction à l'implantation des grandes surfaces qui commençaient à faire de l'ombre aux petits commerces. Pour les fondateurs, les Trois Rues (rue de Courtrai, rue du Curé Notre-Dame et rue de l'Hôpital Notre-Dame) étaient " le plus grand des grands magasins". Ils y organisaient des actions comme des concours de vitrines, des tombolas, des animations diverses. Les "Trois Rues" furent les premières rues dotées d'une sonorisation diffusant de la musique en journée.

Lorsque la maison bien connue des sportifs, "Tigris Sports", au n°50, tenue par Mr Moonens et son épouse a fermé ses portes, elle a accueilli la maison "Huylenbroeck" spécialisée dans la décoration de maisons et abrite maintenant la friterie "le Grain de Sel".

Des deux cafés qui existaient, "le Régent" est devenu "le Corner" tandis que le "Gambrinus", au n°21, a été transformé en un restaurant, "le Grain de Sable".

Au n°36 à 42, on trouvait jadis le concessionnaire de la marque automobile "NSU Prinz-Daf". A sa fermeture, le bâtiment garda sa fonction dans le même domaine puisqu'il fut transformé en "car-wash" et en station d'entretien et réparations de véhicules. Définitivement fermé, il attend depuis plus d'un an un éventuel repreneur.

On se rappellera encore, entre autres, le marchand de "pantoufles Libert", le nettoyage à sec "Lyris", le commerce de chaussures à l'enseigne des "Aubaines Coinne", le "Comptoir Avicole" au n°4, le magasin de sacs en cuir "Gheylens" à l'angle de la rue du Cygne. La liste des commerces disparus n'est pas exhaustive, elle remémorera bien des souvenirs aux lecteurs qui ont emprunté cette rue de Courtrai et peut-être me communiqueront-ils l'une ou l'autre information ou rectification par le biais des commentaires.

Aujourd'hui.

Actuellement, si on trouve encore de nombreuses boutiques de vêtements, un traiteur asiatique, un salon de coiffure, un magasin d'articles pour les arts graphiques, une boutique d'articles de décoration, un café, un fleuriste, un restaurant, une friterie, deux magasins d'articles audio-vidéos, une sandwicherie ou un bureau d'avocats, on dénombre, hélas, quelques vitrines vides qui attendent preneur.

(sources : "Tournai, Ancien et Moderne" de Bozière, ouvrage paru en 1864 - "Tournai sous les bombes" d'Yvon Gahide, ouvrage paru en 1984 - programmes publicitaires des années 1902 à 1964 - "La carte postale raconte Tournai", ouvrage de Serge le Bailly de Tilleghem et Guy Demeulemeester paru en 1982. Je remercie particulièrement Mme Charlier, Daniel Glissoux et Bernard Libert qui m'ont aidé lors des recherches sur le terrain).

S.T. juin 2016.

14:06 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, rue de courtrai, les trois rues, roger lhoir |

05 juin
2016

17:52

Tournai : expressions tournaisiennes (362)

Bébert, l'roi de l'catoire !

L'infant i-éteot né inter les deux guerres et ses parints l'aveot'ent appelé Albert. Albert, l'neom d'ein roi-chevalier qu'i-éteot aimé pa beauqueop d'ses sujets. Ch'est ein neom dont i-areot dû ête fier mais li i-préféréot bin mieux qu'on li dise Bébert.

Unique garcheon arrivé su ein tard, no brafe Bébert, ch'éteot, comme on dit, les deux is de s'mamère. J'vas ichi vous raqueonter s'n'histoire, vous allez vite comprinte que ch'éteot l'roi de l'catoire.

Comme i-n'éteot pos l'dernier à faire des blaques à l'école, no p'tit rucheon, i-a ramassé bramint d'coles.

"A été vu, à l'récré, in train d'infermer ein d'ses amisses dins les cabinets" ou "A rué de l'levure dins ein cabinet qui a moussé pindant toute eine journée" ou bin "A saqué les tresses de l'pétite Alice in disant qui sonneot les cloques comme à l'églisse" ou bin acore "A fait évacuer la classe au mitan d'ein cours, ein berlant qu'i-aveot plein de l'feumée dins la cour".

Elise, l'paufe mamère raqueonteot que, des meots ainsin, du directeur de l'école, elle in orcheveot bin souvint.

A l'âche de quinze ans, i-s'a mis à utiliser l'télépheone de s'parints et à printe des luméreos, au hasard, dins l'botin.

"Mossieu l'pharmacien, vous avez des tutes pou m'mofrère, i-a aujord'hui siept ans et j'voudreos li in offère"

In intindant l'âche d'l'infant, l'pharmacien, bé ch'est normal, i-hésiteot alors Bébert, in riant plein s'panche li diseot : 

"L'tute, vous pouvez l'mette in bas d'vo deos !".

Ein heure après, in d'ses amisses app'leot l'pharmacien et, ceulle feos 'chi, s'feseot passer pou ein agint.

"On a orchu des plaintes d'bramint d'parints, des albrans télépheone'tent aux pharmaciens, vous n'avez pos eu ein dreôle de queop d'fil pindant l'journée, i-paraît d'après vos collègues que cha n'a pos arrêté".

"Sifait, i-a ein arsoule qui m'a app'lé pou ein tute et m'a dit que, dins l'bas du deos, j'deveos me l'infoncher ".

"Ah beon, i-vous a dit cha, j'vas toudis noter... mais in attindant vous pouvez asteur... l'ortirer !".

Ein bieau jour, eine lette est arrivée pou Bébert, l'inveloppe grisse conteneot ses papiers militaires. On peut dire que l'service, pou li, i-a comminché fin bin pasqu'à l'gare de Tournai i-n'a pos fait mieux que d'rater s'train. Quançqu'i-est infin arrivé au P'tit Catieau, dins l'rang i-éteot l'seul qui sourieot.

L'adjudant i-a berlé : "Ah... mais on a ichi eine forte tiête, comme j'veos".

Bébert i-a répeondu : "Ahais, ch'est alfeos bin difficile pou trouver ein capieau".

L'chef li f'sant ormarqué qui peseot au moinse chint kileos, i-a répeondu que li n'se trouveot pos treop greos.

"Comme a toudis dit m'mamère, i-veaut mieux faire invie qu'pitié, i-veaut mieux eine bière dins l'corps que l'corps dins eine bière !" qui a rajouté.

"Soldat, croyez-me, j'voudreos bin vir si vous f'rez acore l'fier l'fier quançque vous aurez été eine sémaine d'corvée penn'tieres".

L'service terminé, à peine orvenu à l'vie civile, i-a trouvé eine plache dins eine usine de l'ville.

Comme i-s'copeot ein quate pou faire s'n'ouvrache, à l'at'lier, on l'app'leot "l'Treos Suisses de l'usinache".

Pindant les quarantes ainnées qu'i-a, là-vas, ouvré, on n'queompte pus les blaques qu'i-a fait.

I-commincheot l'ouvrache tous les matins à six heures et termineot bin souvint aux invireons d'deux heures. L'patreon i-saveot qu'i-n'éteot pos orwettiant à eine heure et, pou li, ch'éteot même précieux ein ouverrier d'eine telle valeur. Sans ceulle qualité, i-areot été d'puis lommint rué à l'cour pasqu'à tertous, pindant s'carrière, i-d'a jeué bin des tours.

J'vas vous les raqueonter :

Ein chef de service veneot tous les jours ave ein bieau capieau, ave s'main, i-aveot l'habitude de l'lisser avant de l'mette au porte-manteau. Comme ein meonte-charge i-éteot jusse à côté, Bébert i-n'a pos trouvé mieux que d'l'y ruer. I-a fallu vir comme l'chef i-s'a mis in rache quançqu'i-a vu s'capieau partir ainsin au dernier étache. Tout in ameur, quate à quate, sans raviser persoenne, i-a meonté les escaliers et l'capieau i-a ordéquindu quançque, tout in héaut , in nache, i-est arrivé.

"T'as de l'sanche, Bébert, que te n'es pos ein arlotieau pasque j'areos été raqueonter au patreon l'histoire de m'capieau".

Arrivant toudis à l'at'lier parmi les prumiers, ses mauvais queops i-aveot l'temps d'les préparer.

Ein bieau matin, i-est arrivé ave dins s'malette, ein fromache puant, du ginre Camembert, et i-l'a bin frotté dins tous les coins du tiroir du buréeau d'eine pétite secrétaire. Pindant toute l'journée, l'paufe file, on peut dire qu'elle a fait d'riches inhalatieons, à chaque ouverture de s'tiroir elle minqueot d'caire d'inanitieon. Ave cha, ses collègues l'raviseot d'travers et s'metteot'ent à berteonner :

"J'pinse que pou l'hygiène, no badoulette, elle se laiche aller".

Bin seûr, l'lind'min à l'prumière heure, Bébert i-aveot tout nettié, i-aveot mis du "sint beon", ave eine boutelle d'odeur i-aveot tout aspergé.

Ceulle feos ichi, les collègues ont pinsé :

"Elle areot mieux fait de bin s'laver que d'cacher l'naque ave ein produit beon marché".

I-n'a pos qu'à l'usine qui f'seot des airs ainsin, in porménant dins les rues, i-jeueot aussi les annochints.

Si Bébert ouvreot pindant l'matinée, Julien l'rimplacheot pindant l'après-deîner. Comme i-finisseot à l'fin de l'soirée, i-aimeot bin faire l'grasse matinée. Tous les matins, Bébert passeot pa d'vant chez li in véleo et, dins tout l'ruache, on intindeot qui berleot :

"Julien, à l'horloche, i-n'est pos 'cor six heures, dors fin tranquile, on n'veot pos ein bleu tchien dins les rues de l'ville".

Pindant des meos, l'paufe Julien i-a eu tous ses visins su l'deos pasque in berlant si teôt ch'est tout l'quartier qui déringeot.

Ortraité à soixante ans, ch'est l'prumière feos qu'on a vu Bébert malhureux, on areot dit que tout à n'ein queop i-éteot dev'nu vieux. I-a bin vite orfusé d'sortir de s'maseon, i-n'alleot même pus faire les commissieons. Au début, Julien li téléphoneot mais Bébert n'répondeot pos.

Quançqu'i-a serré ses is, in'peseot pus que chinquante kileos et au chim'tière i-aveot pus d'eine de ses "victimes" qui brayeot.

(lexique : l'roi de l'catoire : garçon sympathique prêt à tout pour répandre la bonne humeur / inter : entre / beauqueop : beaucoup / l'neom : le nom / l'brafe : le brave / les is de s'mamère : les yeux de sa mère / ichi : ici / comprinte : comprendre / des blaques : des blagues / ein rucheon : un enfant remuant, un enfant qui ne tient pas en place / bramint : beaucoup / ruer : jeter / saquer : tirer / les cloques : les cloches / au mitan : au milieu / berler : hurler / l'feumée : la fumée / l'paufe : le pauvre / ainsin : ainsi / orchevoir : recevoir / l'âche : l'âge / les luméreos : les numéros / l'tute : la tétine / m'mofrère : mon frère / offère : offrir / rire plein s'panche : faire bonne chère à rire, on peut aussi imaginer se secouer à la façon de Philippe Bouvard / l'deos : le dos / les amisses : les amis / ceulle feos 'chi : cette fois-ci / orchu : reçu / des albrans : des garnements / ein queop d'fil : un coup de fil / sifait indique un oui accentué ou l'expression française si si / ein arsoule : un polisson, un galopin / infoncher : enfoncer / asteur : maintenant / ortirer : retirer / eine lette : une lettre / commincher : commencer / quançque : lorsque / ahais : oui / alfeos : parfois / ein capieau : un chapeau / au moinse chint kileos : au moins cent kilos / toudis : toujours / des penn'tières : des pommes de terre / eine plache : une place / s'coper : se couper / l'at'lier : l'atelier / là-vas : là-bas / ouvrer : travailler / queompter : compter / orwettiant : regardant / ein ouverrier : un ouvrier / lommint : longtemps / jeuer : jouer / jusse : juste / vir : voir / s'mette in rache : se mettre en rage, en colère / l'étache : l'étage / tout in ameur : tout en émoi / ordéquindu : redescendu / ête in nache : être en nage / l'sanche : la chance / ein arlotieau : un mauvais ouvrier / toudis : toujours / les queops : les coups / ein fromache puant : un fromage odoriférant, un fromage qui a du nez / l'file : la fille / caire : tomber / raviser : regarder / berteonner : grommeler / l'badoulette : une fille grassouillette / laicher : laisser / bin seûr : bien sûr / nettier : nettoyer / du "sint beon" : du parfum / l'naque : l'odeur / porméner : promener / les annochints : les innocents / l'après-deîner : l'après-midi / pa d'vant : devant / l'ruache : le quartier / il n'y a a pos ein bleu tchein :  il n'y a pas un bleu chien ce qui signifie : il n'y a personne / les meos : les mois / les visins : les voisins / ortraité : retraité / tout à n'ein queop : tout à coup / l'chim'tière : le cimetière / braire : pleurer).

S.T. juin 2016.     

 

17:52 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |