05 juin
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (362)

Bébert, l'roi de l'catoire !

L'infant i-éteot né inter les deux guerres et ses parints l'aveot'ent appelé Albert. Albert, l'neom d'ein roi-chevalier qu'i-éteot aimé pa beauqueop d'ses sujets. Ch'est ein neom dont i-areot dû ête fier mais li i-préféréot bin mieux qu'on li dise Bébert.

Unique garcheon arrivé su ein tard, no brafe Bébert, ch'éteot, comme on dit, les deux is de s'mamère. J'vas ichi vous raqueonter s'n'histoire, vous allez vite comprinte que ch'éteot l'roi de l'catoire.

Comme i-n'éteot pos l'dernier à faire des blaques à l'école, no p'tit rucheon, i-a ramassé bramint d'coles.

"A été vu, à l'récré, in train d'infermer ein d'ses amisses dins les cabinets" ou "A rué de l'levure dins ein cabinet qui a moussé pindant toute eine journée" ou bin "A saqué les tresses de l'pétite Alice in disant qui sonneot les cloques comme à l'églisse" ou bin acore "A fait évacuer la classe au mitan d'ein cours, ein berlant qu'i-aveot plein de l'feumée dins la cour".

Elise, l'paufe mamère raqueonteot que, des meots ainsin, du directeur de l'école, elle in orcheveot bin souvint.

A l'âche de quinze ans, i-s'a mis à utiliser l'télépheone de s'parints et à printe des luméreos, au hasard, dins l'botin.

"Mossieu l'pharmacien, vous avez des tutes pou m'mofrère, i-a aujord'hui siept ans et j'voudreos li in offère"

In intindant l'âche d'l'infant, l'pharmacien, bé ch'est normal, i-hésiteot alors Bébert, in riant plein s'panche li diseot : 

"L'tute, vous pouvez l'mette in bas d'vo deos !".

Ein heure après, in d'ses amisses app'leot l'pharmacien et, ceulle feos 'chi, s'feseot passer pou ein agint.

"On a orchu des plaintes d'bramint d'parints, des albrans télépheone'tent aux pharmaciens, vous n'avez pos eu ein dreôle de queop d'fil pindant l'journée, i-paraît d'après vos collègues que cha n'a pos arrêté".

"Sifait, i-a ein arsoule qui m'a app'lé pou ein tute et m'a dit que, dins l'bas du deos, j'deveos me l'infoncher ".

"Ah beon, i-vous a dit cha, j'vas toudis noter... mais in attindant vous pouvez asteur... l'ortirer !".

Ein bieau jour, eine lette est arrivée pou Bébert, l'inveloppe grisse conteneot ses papiers militaires. On peut dire que l'service, pou li, i-a comminché fin bin pasqu'à l'gare de Tournai i-n'a pos fait mieux que d'rater s'train. Quançqu'i-est infin arrivé au P'tit Catieau, dins l'rang i-éteot l'seul qui sourieot.

L'adjudant i-a berlé : "Ah... mais on a ichi eine forte tiête, comme j'veos".

Bébert i-a répeondu : "Ahais, ch'est alfeos bin difficile pou trouver ein capieau".

L'chef li f'sant ormarqué qui peseot au moinse chint kileos, i-a répeondu que li n'se trouveot pos treop greos.

"Comme a toudis dit m'mamère, i-veaut mieux faire invie qu'pitié, i-veaut mieux eine bière dins l'corps que l'corps dins eine bière !" qui a rajouté.

"Soldat, croyez-me, j'voudreos bin vir si vous f'rez acore l'fier l'fier quançque vous aurez été eine sémaine d'corvée penn'tieres".

L'service terminé, à peine orvenu à l'vie civile, i-a trouvé eine plache dins eine usine de l'ville.

Comme i-s'copeot ein quate pou faire s'n'ouvrache, à l'at'lier, on l'app'leot "l'Treos Suisses de l'usinache".

Pindant les quarantes ainnées qu'i-a, là-vas, ouvré, on n'queompte pus les blaques qu'i-a fait.

I-commincheot l'ouvrache tous les matins à six heures et termineot bin souvint aux invireons d'deux heures. L'patreon i-saveot qu'i-n'éteot pos orwettiant à eine heure et, pou li, ch'éteot même précieux ein ouverrier d'eine telle valeur. Sans ceulle qualité, i-areot été d'puis lommint rué à l'cour pasqu'à tertous, pindant s'carrière, i-d'a jeué bin des tours.

J'vas vous les raqueonter :

Ein chef de service veneot tous les jours ave ein bieau capieau, ave s'main, i-aveot l'habitude de l'lisser avant de l'mette au porte-manteau. Comme ein meonte-charge i-éteot jusse à côté, Bébert i-n'a pos trouvé mieux que d'l'y ruer. I-a fallu vir comme l'chef i-s'a mis in rache quançqu'i-a vu s'capieau partir ainsin au dernier étache. Tout in ameur, quate à quate, sans raviser persoenne, i-a meonté les escaliers et l'capieau i-a ordéquindu quançque, tout in héaut , in nache, i-est arrivé.

"T'as de l'sanche, Bébert, que te n'es pos ein arlotieau pasque j'areos été raqueonter au patreon l'histoire de m'capieau".

Arrivant toudis à l'at'lier parmi les prumiers, ses mauvais queops i-aveot l'temps d'les préparer.

Ein bieau matin, i-est arrivé ave dins s'malette, ein fromache puant, du ginre Camembert, et i-l'a bin frotté dins tous les coins du tiroir du buréeau d'eine pétite secrétaire. Pindant toute l'journée, l'paufe file, on peut dire qu'elle a fait d'riches inhalatieons, à chaque ouverture de s'tiroir elle minqueot d'caire d'inanitieon. Ave cha, ses collègues l'raviseot d'travers et s'metteot'ent à berteonner :

"J'pinse que pou l'hygiène, no badoulette, elle se laiche aller".

Bin seûr, l'lind'min à l'prumière heure, Bébert i-aveot tout nettié, i-aveot mis du "sint beon", ave eine boutelle d'odeur i-aveot tout aspergé.

Ceulle feos ichi, les collègues ont pinsé :

"Elle areot mieux fait de bin s'laver que d'cacher l'naque ave ein produit beon marché".

I-n'a pos qu'à l'usine qui f'seot des airs ainsin, in porménant dins les rues, i-jeueot aussi les annochints.

Si Bébert ouvreot pindant l'matinée, Julien l'rimplacheot pindant l'après-deîner. Comme i-finisseot à l'fin de l'soirée, i-aimeot bin faire l'grasse matinée. Tous les matins, Bébert passeot pa d'vant chez li in véleo et, dins tout l'ruache, on intindeot qui berleot :

"Julien, à l'horloche, i-n'est pos 'cor six heures, dors fin tranquile, on n'veot pos ein bleu tchien dins les rues de l'ville".

Pindant des meos, l'paufe Julien i-a eu tous ses visins su l'deos pasque in berlant si teôt ch'est tout l'quartier qui déringeot.

Ortraité à soixante ans, ch'est l'prumière feos qu'on a vu Bébert malhureux, on areot dit que tout à n'ein queop i-éteot dev'nu vieux. I-a bin vite orfusé d'sortir de s'maseon, i-n'alleot même pus faire les commissieons. Au début, Julien li téléphoneot mais Bébert n'répondeot pos.

Quançqu'i-a serré ses is, in'peseot pus que chinquante kileos et au chim'tière i-aveot pus d'eine de ses "victimes" qui brayeot.

(lexique : l'roi de l'catoire : garçon sympathique prêt à tout pour répandre la bonne humeur / inter : entre / beauqueop : beaucoup / l'neom : le nom / l'brafe : le brave / les is de s'mamère : les yeux de sa mère / ichi : ici / comprinte : comprendre / des blaques : des blagues / ein rucheon : un enfant remuant, un enfant qui ne tient pas en place / bramint : beaucoup / ruer : jeter / saquer : tirer / les cloques : les cloches / au mitan : au milieu / berler : hurler / l'feumée : la fumée / l'paufe : le pauvre / ainsin : ainsi / orchevoir : recevoir / l'âche : l'âge / les luméreos : les numéros / l'tute : la tétine / m'mofrère : mon frère / offère : offrir / rire plein s'panche : faire bonne chère à rire, on peut aussi imaginer se secouer à la façon de Philippe Bouvard / l'deos : le dos / les amisses : les amis / ceulle feos 'chi : cette fois-ci / orchu : reçu / des albrans : des garnements / ein queop d'fil : un coup de fil / sifait indique un oui accentué ou l'expression française si si / ein arsoule : un polisson, un galopin / infoncher : enfoncer / asteur : maintenant / ortirer : retirer / eine lette : une lettre / commincher : commencer / quançque : lorsque / ahais : oui / alfeos : parfois / ein capieau : un chapeau / au moinse chint kileos : au moins cent kilos / toudis : toujours / des penn'tières : des pommes de terre / eine plache : une place / s'coper : se couper / l'at'lier : l'atelier / là-vas : là-bas / ouvrer : travailler / queompter : compter / orwettiant : regardant / ein ouverrier : un ouvrier / lommint : longtemps / jeuer : jouer / jusse : juste / vir : voir / s'mette in rache : se mettre en rage, en colère / l'étache : l'étage / tout in ameur : tout en émoi / ordéquindu : redescendu / ête in nache : être en nage / l'sanche : la chance / ein arlotieau : un mauvais ouvrier / toudis : toujours / les queops : les coups / ein fromache puant : un fromage odoriférant, un fromage qui a du nez / l'file : la fille / caire : tomber / raviser : regarder / berteonner : grommeler / l'badoulette : une fille grassouillette / laicher : laisser / bin seûr : bien sûr / nettier : nettoyer / du "sint beon" : du parfum / l'naque : l'odeur / porméner : promener / les annochints : les innocents / l'après-deîner : l'après-midi / pa d'vant : devant / l'ruache : le quartier / il n'y a a pos ein bleu tchein :  il n'y a pas un bleu chien ce qui signifie : il n'y a personne / les meos : les mois / les visins : les voisins / ortraité : retraité / tout à n'ein queop : tout à coup / l'chim'tière : le cimetière / braire : pleurer).

S.T. juin 2016.     

 

17:52 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.