29 mai
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (361)

Mimile va aller à l'tique.

Pos bin leon de m'maseon habitent Ortaline et Philémeon. Ch'est des gins d'beonne compositieon qui n'ont eu qu'ein seul garcheon. Mimile, ch'est s'neom, ch'est d'puis toudis leu p'tit dieu, de s'mopère et s'mamère, i-orchoit tout c'qui veut. I-a invie d'eine mobylette, i-n'a pos b'soin d'faire l'tiête, i-li suffit simplemint d'deminder et l'lind'min on li a d'jà acatée. Ch'est d'puis toudis ein infant gâté, ses parints i-n'ont jamais rien osu li orfuser.

Mais d'puis deux ou treos meos, Ortaline et Philémeon i-seont fin réhusses, i-feaut dire qu'ave leu garcheon i-ont bin des russes et i-d'ont plein les busses. L'directeur de l'école leu a invéyé eine lette anneonchant que leu Mimile feseot bin souvint queuette.

Philémeon i-a décidé aujourd'hui d'li parler et de l'mette pa d'vant ses responsabilités.

"A t'n'âche, te devreos comprinte que t'mamère et mi pou payer tes études on s'prive d'puis toudis. Ch'est tout c'que t'as trouvé pou nous ormercier, n'pus aller à l'école et, pindant tout l'jour, lusoter".

Mimile i-a ravisé s'mopère et i-n'a rien dit, on areot même presque dit qu'i-aveot souri.

Quançqu'Ortaline elle a été vir ein psychologue de leu connissance, i-li a répeondu :

"Ch'est pos grafe, allez, ch'est l'crisse de l'adolescence".

"Mi aussi, à seize ans, j'ai fait m'crisse" qu'i-a dit Philémeon, "J'porteos des cauchettes fluo et mes ch'feux éteot'ent leongs. Ch'est bin souvint in cachette que j'fumeos mes cigarettes. Su l'quémin d'l'école, j'queureos pétête après les files mais j'n'ai jamais fait des airs comme no Mimile. A dix-huit ans, j'ai été diplômé et huit jours après j'commincheos à ouvrer, j'ai grimpé tous les écheleons au Qu'min d'fier et aujord'hui, in ravisant m'carrière, te peux ête seûr que j'sus fier".

In intindant tout cha, Ortaline elle a pinsé : "

"Ch'est vrai, ch'est à l'gare de Tournai qu'ein jour au matin j'l'ai rincontré".

Verdi au soir, i-ont attindu Mimile jusqu'à nulle heure, l'albran i-est acore orvenu aux p'tites heures.

"Asteur, comarate, te t'assis su l'cayère et te vas acouter m'bréviaire, te vas nous dire quoisque dins t'tiête'i-est in train de s'passer pasque t'mamère et mi, on est tout défoutus, cha n'peut pus continuer".

Mimile qui éteot acore à mitan quervé, i-s'a mis à débabeiner s'cap'let :

"A dix-siept ans, acore aller à l'école, bé, cha n'sert à rien, j'irai quand même au chômache l'ainnée qui vient. Dins les interprisses de l'régieon, on n'ingache pus d'Tournisiens, l'ouverrier coûte trop tchier pa rapport aux Roumains. L'prof i-a espliqué pourquoi l'Europe elle a été créée, ch'est uniquement pou deonner des plaches supplémintaires aux députés. I-a même rajouté que ch'éteot tous des planqués et bramint n'compreneot'ent même pos l'sens du meot ouvrer. Comme on dit à Tournai, ch'est des grands diseus mais des p'tits faiseus ou bin acore leu lanque elle s'ra usée que leu bras s'reont acore tout nués.  i-passe'tent six meos pou trouver ein réglemint su l'largeur des planques d'toilette et i-tire'tent de l'leonque pou déterminer l'poids moyen d'eine savonnette. L'communauté européenne elle existe d'puis d'z'ainnées, i-babièle'tent toudis mais i-n'save'tent rien harmoniser mais, pindant tout l'temps qui babièle'tent, i-rimplisse'tent bin largemint leu portefuèle. Papa, orwette autour de ti, qu'minche pa ouvère tes is, ch'est pos mieux dins no p'tite Belgique, on n'peut pus faire confiance à nos heommes politiques. On laiche, in héaut lieu, l'situatieon s'démanoquer in Wallonie pou exiger béteôt l'partitieon définitive d'no pays. Dusque i-a bramint d'lines de trains, n'cache pos... ch'est chez les Flaminds, chez qui on laiche les pus vielles priseons, bé, i-n'feaut pos aller bin leon, ch'est chez les Walleons. Pou les Flaminds on a supprimé d'puis lommint l'tasque pou l'télévisieon, mais no gouvernemint walleon, li, i-continue à nous presser comme des chitreons. I-a pétête la-d'dins des universitaires mais ch'n'est vraimint pos d'brillants gestionnaires. A l'unif, i-z'éteot'ent seûrmint prumiers in querverie et bin moins forts in carcul et in écolomie".

Philémeon, tout paf, i-a orwettié s'garcheon et i-a essayé d'intamer l'conversatieon :

"Quançqu'en mille nuef chint soixante-nuef, j'ai comminché à ouvrer, j'feseos quarante-deux heures pa sémaine et j'n'aveos fauque vingt jours d'congés payés, et pou les vacances, t'mamère et mi on parteot, in juillet, à La Panne ou bin in France. On a fait des écolomies pindant des meos, pou acater, d'occasieon, no prumière auteo. Pou l'gare, j'parteos à véleo à siept heures au matin, qui pluèfe, qui neiche ou bin qu'chuffièle l'vint. Vingt ans après l'guerre, on éteot bénaisse d'avoir d'l'ouvrache, on aveot vraimint pos invie de s'ortrouver au chômache. A l'fin du meos, on n'gagneot pos l'Pérou mais on éteot fin hureux d'avoir nos sous. Du momint qu'on d'aveot assez pou payer l'cauffache, l'nourriture et l'loyer, on n'areot pos déquindu dins les rues pou berteonner et berler. Asteur, les gins i-n'ont pus l'attirance de l'ouvrache, i-d'a beauqueop qui préfère'tent rester su l'chômache. I-d'a ein qui m'a dit ein jour :

"Toi qui es si malin, dis-me pourquoi j'ireos ouvrer, j'sus payé d'puis lommint pou rester à m'maseon et  m'orposer".

Mimile i-n'acouteot pos Philémeon, i-raviseot pa l'ferniête du saleon. S'ortournant tout d'eine traque, ces meots de s'bouque ont sorti parels à eine claque :

"Quançque t'aveos m'n'âche, i-aveot à peine chinq milliards d'individus su l'tierre, asteur, on dit su internet qu'on est siept millards et bramint d'poussières. Pinse que dins vingt-chinq ans, i-ara près d'dix milliards d'humains et d'jà asteur on n'sait pus deonner à minger à tous les gins. D'puis d'z'ainnées, i-a bramint d'jeones au chômache mais les vieux jusqu'à soixante-siept ans on va les obliger à rester à l'ouvrache. On voudreot que che soiche les jeones qui cotise'tent pou l'pinsieon des pus âgés, bé, pou cha, i-feaudreot réel'mint commincher pa nous ingager. On vit dins ein véritape meonte d'seots, pou qualifier les gins qui feont les lois on n'trouèfe pus d'meots".

Philémeon i-aveot l'gueule morte comme on dit et i-a orwettié s'garcheon ave ein air tout ébeubi.

"Te dis que te n'vas pos trouver d'ouvrache, mais mi j'viens de t'trouver eine belle plache. Aux prochaines électieons, te vas t'mette comme candidat et j'sus seûr que te s'ras élu ave l'babelle que t'as. Pus te vas raqueonter des cacoules, pus te vas rameuter les foules. Pindant l'campane, te dis à tertous que t'es conte l'nucléaire et eine feos élu te dis que pou l'élestrique ch'est nécessaire. Te dis à tertous que les tasques elles doive'tent diminuer mais, eine feos élu, te les aurmintes pou équilibrer l'budget".

"Ahais, ête élu, mi, tout cha j'veux bin mais si j'n'ai pos d'diplôme cha n'sert à rien !".

"Bé, pou t'diplôme, i-n'a pos d'tracas pou mintir aux gins on n'a pos b'soin d'cha".

NDLR : Toute orsannance ave eine situatieon qu'on vivreot s'reot dramatique, car des affaires ainsin cha n'existe seûrmint pos, ch'est des propeos sortis de l'tiête d'ein seot.

(lexique : aller à l'tique : expression ancienne qui signifiait aller pointer au chômage, pointage quotidien qui a été supprimé afin de "rationnaliser" les effectifs de l'Onem / pos bin leon : pas bien loin / l'garcheon : le garçon / toudis : toujours / s'mopère : son père / s'mamère : sa mère / orchevoir : recevoir / l'invie : l'envie / acater : acheter / osu : osé / les meos : les mois / ête fin réhusse : être fatigué, être las / avoir des russes : avoir des difficultés, avoir de la peine / in avoir plein les busses : être surchargé de besogne, en avoir assez / inveyer : envoyer / anneoncher : annoncer / faire queuette ou queuète : faire l'école buissonnière / pa d'vant : devant / à t'n'âche : à ton âge / ormercier : remercier / lusoter : flâner / raviser ou orwettier : regarder / vir : voir / des cauchettes : des chaussettes / de ch'feux : des cheveux / l'quémin ou le qu'min : le chemin / queurir : courir / pétête : peut-être / les files : les filles / commincher à ouvrer : commencer à travailler / au Qu'min d'fier : au Chemin de fer, à la SNCB / ête seûr : être sûr / verdi : vendredi / l'albran : le garnement / acore : encore / asteur : maintenant / comarate : camarade / l'cayère : la chaise / écouter : écouter / ête défoutu : être déçu, être démoralisé / à mitan quervé : à moitié ivre / débabeiner s'cap'let : littéralement débobiner son chapelet ou dire tout ce qu'on a sur le cœur / les interprisses : les entreprises / tchier ou tcher : cher / des plaches : des places / bramint : beaucoup / grands diseus, p'tits faiseus : des gens qui se vantent mais ne font pratiquement rien / leu lanque elle s'ra usée que leu bras s'reont acore tout nués :  leur langue sera usée que leurs bras seront toujours neufs ou ils parlent beaucoup mais ne font rien / les planques : les planches / tirer de l'leonque : aller lentement, freiner des quatre fers / babiéler : bavarder / l'portefuèle : le portefeuille / ouvère tes is : ouvre les yeux / laicher : laisser / s'démanoquer : se détruire / béteôt : bientôt / l'tasque : la taxe / les chitreons : les citrons / l'querverie : la soûlographie, l'action de boire outre mesure / l'carcul : le calcul / l'écolomie : l'économie / être tout paf : être profondément surpris, stupéfait / quançque : lorsque / fauque : seulement, uniquement / qui pluèfe, qui neiche ou bin que chuffièle l'vint  : qui pleuve, qu'il neige ou bien que souffle le vent / bénaisse : content / hureux : heureux / l'cauffache : le chauffache / déquinte : descendre / berteonner : gronder, bougonner / berler : hurler / s'orposer ou s'erposer : se reposer / l'ferniête : la fenêtre / s'ortourner tout d'eine traque : se retourner d'un seul coup / l'bouque : la bouche / parels : pareils / chinq : cinq / l'tierre : la terre / des jeones : des jeunes / ein meonte d' seots : un monde de sots, un monde de fous / on truèfe : on trouve / ébeubi : frappé de stupeur / raqueonter des cacoules : raconter des mensonges, des histoire à dormir debout / rameuter : ameuter, attirer à soi / ête conte : être contre / l'élestrique : l'électricité / tertous : tous / aurminter : augmenter / ahais : oui / orsannance : ressemblance).

S.T. mai 2016.

11:20 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.