21 mai
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (360)

Mais queu triste époque on vit asteur !

Asteur quançque ch'est pou rire ou passer ein beon momint, i-a bramint d'gins qui feont gnien-gnien. Dins no ville, on queompte su les déogts d'eine main les ruaches dusque les habitants arrive'tent acore à s'écanger ein salut amical, pasqu'asteur les gins, quançque te les rinconte, te direos toudis qu'i-z-orvienne'tent d'eine cérémonie d'funérales. Même à l'sortie de l'gramesse du diminche, les fidèles sortent bin vite d'l'églisse l'tiête baissée, i-z'évitent les gins pou n'pos devoir leu parler, i-ont eine escusse, i-feaut vite aller préparer l'deîner. Pourtant si i-a bin ein lieu dusque qu'on dit qu'i-feaut tinte l'main aux eautes, ch'est bin là, hélas, l'vérité est d'ein côté de l'porte mais pos d'l'eaute. On va finir pa m'faire acroire que les gins pasqu'i-ont toudis été, i-veont là-vas pa habitude ou pou bin s'faire vir du curé.

Ch'est du parel au même, on n'osereot pus dire eine blaque dins les at'liers et les buréeaux, pou rire et détinte l'atmosphère, on n'osereot pus dire ein seul meot, l'temps d'avant i-est d'puis bin lommint oute, vraimint fini, on a bin treop l'esquite d'orchevoir s'billet d'sortie. L'joie qui éclateot au grand jour, elle a fait plache à l'tristesse des ténèbres, on direot qu'asteur tertous ouef'tent dins eine interprisse d'peompes funèbres. Au neom de l'sacro-sainte rintabilité, on a fini pa tuer l'amitié ! Pourtant, i-a des gins qui ont acore ein leuger sourire d'bénaiss'té, ch'est les actionnaires au momint d'incaisser leu part des bénéfices à l'fin d'l'ainnée. 

Vous avez aussi ormarqué qu'on n'veot pos ein seul riou dins no gouvernemint, i-vienne'tent tertous, l'ein après l'eaute, à l'télévisieon ave des tiêtes d'intierr'mint. Quançque j'les veos, je m'dis alfeos : "Quoisqu'i-va acore ichi nous caire su l'pal'teot". J'comprinds pourquoi qu'on appelle no ministres, d'puis lommint d'jà, Messieurs les sinistres. Au roi, j'ai alfeos invie d'écrire : "Majesté, vous êtes intourée d'bin tristes... sires". I-ont l'air tell'mint convaincus quançqu'i-vienne'tent te dire su ein teon d'homélie, que les bieaux jours i-s'reont béteôt là, que l'pire i-est pa d'rière ti : "No pays ou bin no régieon s'erdresse, tout va bin, vous voulez eine prouèfe, mes gins, bé, on a ein peu moinse d'chômeus in puque qu'on aveot l'ainnée dernière au même momint (j'vous laisse adveiner ce que cha veut dire in beon frinçais)". Mi, j'sus pétête l'seul à les comprinte, comme i-seont toudis in train d'cacher après du pogneon, d'aurminter les tasques et d'presser les paufes chitreons, i-n'veont quand même pos v'nir canter "I-a d'la joie", à m'mote que cha s'reot, ein p'tit queop, indécent pou des ceusses qui feont les lois.  

A l'télévisieon quançqu'i-a, alfeos, des programmes faits pou nous faire sourire (j'pinse à Patrick Sébastien, à Cyril Hanouna, à François Pirette ou à Jérôme De Warzee), te veos des commintaires dins les gazettes ou bin su internet disant que "cha vole bas", que "ch'est vulgaire", que "cha n'veaut pos tripette". J'les intinds les ceulles qui, pou parler, mette les preones dins les quertins, i-seont toudis in train d'sortir des phrases ainsin : "Chez nous nous ne regardons pas cela, ma chère Elise, ce ne sont que bouffons racontant des bêtises, nous préférons bien mieux nous cultiver en regardant une émission à propos des cultures empoisonnées sur Arté" (en français dans le texte).  

A no Maseon d'la Culture, on fait asteur dins l'élistisme, ch'est fini les pièches classiques, ch'est terminé l' théâte  d'boul'vard, on préfère moutrer des spectaques dusque te deos t'creuser l'tiête pou ti comprinte eine séquoi. Ainsin, j'éteos abonné d'puis mille nuef chint soixante-nuef et j'réserveos, beon an, mal an, invireon eine douzaine de soirées su eine saiseon. J'ai connu des momints estraodinaires ave "Les Bijoux de la Castafiore", les classiques d'Molière, les orprésintatieons des Baladins du Miroir, les canteus et les humoristes, les pièches ave Jean Piat ou Annie Girardot, les Comédians d'Barcelone... Aujord'hui, tout cha ch'est bin fini. Pou définir l'programme queusi pa les élites culturels d'asteur, ave des amisses, on a trouvé eine espressieon, in sortant de l'salle, on dit : "Cha d'veot ête bin, on n'a rien compris". Eine feos, à l'fin d'eine pièche, les comédiens éteot'ent tertous morts, massacrés à l'tronçonneusse, rimplis d'hémoglobine (ch'est du théâte, i-se seont orlevés pou les applaudiss'mints nourris... d'eine paire d'spectateurs...!), j'ai vu ein heomme quitter s'fauteul et dire : "J'in ai assez vu, on n'm'ara pus, j'éteos v'nu ichi pou m'canger les idées..." l'paufe, i-éteot chirurgien pindant l'journée. Quançqu'on a fini s'journée d'traval, quançqu'on a vu les nouvelles au journal télévisé, quançqu'on a li des drames dins l'journal, on a invie de s'détinte et pos d'aller vir des albrans in train de s'torturer leu cervelle et d'démanoquer l'peu d'moral qui pourreot acore nous rester.

Dins les ainnées soixante, su eine sémaine, on ouvreot 'cor quarante deux heures mais l'ouvrache i-éteot fait et bin fait dins eine continuelle beonne humeur. J'ai l'raminvrance des beons momints qu'on passeot inter copains.

On a vu arriver, ein bieau matin, ein collègue qui aveot du mau à ses dints. Pindant deux heures, l'bajote inflée, i-n'a pos arrêter ein instant de s'délaminter.

"I-feaut aller vir ein dintiste" que tertous on li a dit

"Bé neon, i-a inl'vé m'dint hier, à chinq heures et d'mi".

In intindant cha, sans s'faire ormarquer, dins l'buréeau d'à côté, l'chef du service su eine machine à écrire ein p'tit meot i-a tapé.

Chinq minutes pus tard, l'chasseur i-est arrivé tout sérieux et i-a ormis l'lette, in main prope, au pleurnicheu.

"Mo bé, cha n'éteonne pos que j'ai mal ainsin d'puis hier au soir, l'dintiste i-m'écrit qu'i-a laiché ein morcieau dins m'mâchoire".

Comme l'dintiste i-habiteot jusse à côté, i-est parti pou s'faire soigner.

"J'ai orchu vo lette et tout d'suite j'sus v'nu, vous pouvez faire eine séquoi pou que je n'souffère pus".

L'dintiste i-a pris l'lette et l'a li et, tout à n'ein queop, plein s'panche i-a ri.

Orvenu à s'plache dins no buréeau, l'paufe i-n'a pus dit ein seul meot.

A l'fin d'journée, l'chef i-s'a approché et i-est v'nu li d'minder : 

"A propeos, quoisqu'i-a dit l'dintiste, j'm'escusse, j'l'aveos oblié !".

"I-a dit qu'i-aveot ichi ein riche fouteu d'coules, qu'i-n'aveot pos écrit, que ch'éteot eine cacoule".

Soyez rasseurés, l'jour dusque j'vas ortrouver l'fautif, j'vas li foute eine riche marnioufe su s'guife".

"J'veux bin, i-a pétête ichi dins ceulle pièche ein minteu, mais quançque t'es orvenu on n'a pus intindu l'plaigneu".

Bin qu'étant asteur ortraité, je n'vas jamais pouvoir oblier, ceulle histoire qu'ave ein stagiaire y s'a ein jour passé.

A midi, i-n'a pos voulu sortir pou deîner, i-a préféré rester à s'plache pou s'orposer. Quançqu'on est orvenu, su s'tape, on l'a ortrouvé indormi, on a alors tertous décidé de n'pos faire de bruit. Ein quart d'heure on a laiché passer et, ave fracas, on s'a tertous ordressés.

"Acore eine de faite, allez à d'main, i-va falloir dérinvier l'copain".

Mes amisses, vous ariez vu l'tiête qui a fait, i-a pinsé qu'i-aveot dormi tout l'après-deîner.

No vie elle a cangé l'jour dusqu'on a vu arriver les prumiers jeones leups universitaires, i-n'viveotent pos dins l'même meonte, i-z-éteot'ent beauqueop pus fiers, on n'deveot pus rire pindant l'journée, ch'éteot eine heonte, on éteot ingagé fauqu' pou ouvrer. I-z'aveotent jusse oblié que pindant les ainnées d'université, i-aveotent fait les quate chints queops, chifflé forche bières et organisé des baptêmes bin au-delà des limites des belles manières. Pou eusses, quoisque vous voulez, ouvrer in riant ch'est de l'vulgarité !

Pou arriver asteur, i-feaut écraser s'visin, on n'a pus d'amisses, on n'a pus d'copains et, bin souvint, ceulle "saine émulatieon", elle est incoragée pa les patreons. On est in train d'faire eine génératieon d'battl'ieux et on dit que les gins n'seont pus hureux.

(lexique : queu : quel(le) / asteur : maintenant / quançque : lorsque / bramint : beaucoup / faire gnien-gnien : rechigner, faire la fine bouche / queompter : compter / les déogts : les doigts / l'ruache : ici utilisé pour désigner le quartier / écanger : échanger / rincontrer : rencontrer / toudis : toujours / les funérales : les funérailles / l'gramesse : la grand messe / eine escusse : une excuse / deîner : dîner / dusque : où / tinte : tendre / les eautes : les autres / acroire : croire / là-vas : là-bas / vir : voir / parel : pareil / l'blaque : la blague / l'at'lier : l'atelier / détinte : détendre / lommint : longtemps / oute : passé / avoir l'esquite : avoir peur / orchevoir : recevoir / l'plache : la place / tertous : tous / i-ouèf'tent : ils travaillent, du verbe ouvrer / leuger : léger / l'bénaiss'té : la joie / ein riou : un rieur / ein intierr'mint : un enterrement, une inhumation / alfeos : parfois / ichi : ici / caire : tomber / l'pal'teot : le paletot / béteôt : bientôt / pa d'rière ti : derrière toi / s'erdresser : se redresser / l'prouèfe : la preuve / moinse : moins / adveiner : deviner / pétête : peut-être / comprinte : comprendre / toudis : toujours / cacher : chercher / aurminter les tasques : augmenter les taxes / l'chitreon : le citron / à m'mote : selon moi, a mon avis / eine p'tit queop : un petit coup / les ceusses : ceux / n'pos valoir tripette : ne pas valoir un clou, ne pas valoir grand-chose / mette les preones dins les quertins : parler avec emphase, pérorer / ainsin : ainsi / les pièches : les pièces / moutrer : montrer / les spectaques : les spectacles / eine séquoi : quelque chose / les canteus : les chanteurs / queusi : choisi / orlever : relever / albrans : garnements, mauvais ouvriers / démanoquer : détruire / j'ai l'raminvrance : j'ai le souvenir / inter : entre / l'bajote : la joue / s'délaminter : se lamenter / ormarquer : remarquer / chinq : cinq / l'lette : la lettre / laicher : laisser / j'souffère : je souffre / rire plein s'panche : faire bonne chère à rire / l'paufe : le pauvre / ein fouteu d'coules ou ein minteu : un menteur / eine cacoule : une invention, un mensonge /  eine marnioufe : une gifle / l'guife : la figure / ortraité : retraité, en Belgique on dit également pinsionné, pensionné / s'orposer : se reposer / l'tape : la table / laicher : laissé / dérinvier : réveiller / les prumiers : les premiers / jeones leups : jeunes loups / l'meonte : le monde / beauqueop : beaucoup / fauque : seulement / chiffler : avaler un verre d'un trait / forche : force / l'visin : le voisin / incorager : encourager / des batt'lieux : des batailleurs).

S.T. mai 2016.    

14:58 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.