13 mai
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (359)

Quançque qu'Emeond s'prind pou l'pétit Charles.

"J'vous parle d'ein temps que les moinses de vingt ans n'peuve'tent pos connaîte, dins l'ville de Tournai, à c'momint-là, ch'éteot vraimint l'calme plat...".

"Eh bé, là, on peut dire que te m'surprinds, Edmeond, j'pinse que te vas pouvoir faire l'concours du Cabaret Walleon".

"Mo bé... au niveau des talents, ch'est des jeones qu'i-ont b'soin et seûrmint pos des comme mi... des vieux machins".

Vous l'avez ormarqué, cha f'seot lommint qu'on aveot parler d'elle, ch'est jusse l'momint que Fifinne elle a queusi pou mette s'grain d'sel :

"Si m'n'heomme i-éteot, ein jour, dev'nu membre du Cabaret, te peux ête seûr qui s'reot toudis à mitan quervé".

J'deveos définte l'honneur des heommes du Présidint, surtout que Christian, in puque, ch'est m'visin.

"Eh là... au Cabaret, j'les conneos tertous, ch'est ein vrai binde d'amisses, ch'est pos, comme te l'creos, eine réunieon d'chiffleus d'pintes ou bin d'Trapisses, bin seûr, i-boive'ent deux ou treos verres alfeos mais i-feaut savoir que canter cha deonne seo."

Fifinne elle a dit :

"Té, té, té...Tes amisses, ch'est des espécialisses, i-n'avale'tent pos de l'biscurisse, i-doive'tent ête vraimint malates quançque te les veos ave ein verre d'limonate".

Cha risqueot d'tourner veinaique inter eusses deux aussi j'ai cangé d'conversatieon in moins d'deux.

"Adeon, quoisque te m'raconteos quançque j't'ai copé, j'pinse que te commincheos à m'parler du temps passé".

"Ahais, l'vie elle éteot bin pus belle dins les ainnées d'après-guerre, quançqu'on qu'mincheot tout douch'mint à sortir de l'pus noirte des misères. Comme te l'sais d'puis lommint, j'ouvreos à Warchin, aux usines Meura, j'peux t'asseurer qu'on éteot bin fier d'l'ouvrache qu'on f'seot là-vas. Quançqu'on veyeot partir, su ein camieon, eine cuve pou eine brasserie lointaine, on saveot que pou la faire, on n'aveot pos orwettier à nos heures pindant des meos et des s'maines. Pou respecter l'date d'livraiseon, on ouvreot alfeos pus d'chinquante heures et on n'orwettieot jamais à chinq minutes comme les comarates syndiqués i-feont asteur. In sortant d'l'école, à seize ans, on commincheot l'ouvrache, on cacheot ein peu partout pou n'pos aller au chômache. M'carrière elle a été leonque d'près d'chinquante ainnées et ch'est ainsin qu'j'ai eu m'médalle à l'velle d'ête pinsieonné. I-aveot des chintaines d'ouverriers, chez Meura et chez Carton et presqu'autant à l'bonneterie Wattiez ou bin à la grante brasserie du Lion, comme l'pétit Goblet i-n'éteot pos acore né, des grèves i-n'd'aveot pos, comme asteur, pindant toute l'ainnée".

Vous m'comperdez, comme je l'veyeos viré au rouche et puis au vert, j'ai bin vite mis fin à ceulle montée de l'colère.

"Et Fifinne, te l'as rincontrée à c'momint-là ?".

"Neon, pasqu'à dix-huit ans j'sus parti soldat. Comme te l'sais, i-aveot acore l'service militaire, ch'est ainsin que j'mes sus ortrouvé, ein bieau jour, à Evere, j'aveos été versé dins les troupes d'définse de l'aérodrome, ave l'commandant, j'ai appris commint qu'on d'veneot ein heomme. Mes  ch'feux, ch'est à ras qu'on m'les a copés, acore hureux que j'aveos mes orelles pou ortenir m'béret".

Fifinne qui nous acouteot ave attintieon, elle est intervenue dins l'conversatieon :

"Bé, si elles éteot'ent d'jà comme elles seont asteur, ch'éteot pos difficile ave tes fuelles in chou-fleur".

"Et dire que ch'est au cours d'eine permissieon, que j'ai rincontré c'fameux démeon".

"I-est beon, va, j'éteos seûrmint à t'goût puisque t'a caché après mi tout partout".

"Bé, ch'est ein défi que j'aveos fait ave mon comarate, l'grand Marcel, j'aveos parié ave li que j'orsortireos du bal au bras d'eine pétite Mam'zelle".

"Bé cha alors... eine belle file comme mi elle n'éteot final'mint que... l'objet d'ein pari. J'creos que j'areos dû acouter m'mamère, elle diseot c'garcheon-là i-n'm'a pos l'air sincère".

"Je n'saveos pos 'cor qu' j'aveos saqué l'greos leot et qu'à partir de c'momint, pus jamais on n'se quittereot".

"J'in ai l'ramivrance... ch'est à la Fiête de Sainte-Anne, chez Mamour à Froyennes, sous ein gloriette que t'a pris, pou l'prumière feos m'main et que t'as comminché à m'queonter fleurette. J'veos acore l'tiête que t'as fait quançque m'mopère et m'mamère seont arrivés. On areot dit que te tranneos dins tes mareonnes et j'pinse que t'as même avalé d'travers t'tarte aux preones".

"N'me parle pus de l'tarte aux preones, si t'aveos su l'résultat, après t'avoir erconduit, j'sus rintré à m'maseon in bin triste état.... Après, on a fait les bals de l'région tous les saim'dis, on alleot chez Dudans, à l'salle Provence et au Roi des Radis".

"Même que pindant eine valse j'ai été pris d'toupiries, te t'rappelles, à l'chaussée d'Lille, sur l'piste de l'Abbaye".

"Ch'éteot l'beon temps, j'deveos t'ramener à minuit, sineon l'sémaine d'après t'éteos privée d'sortie".

"A l'karmesse, on alleot au concert au parc, à pied, pou acouter l'musique des pompiers. Ch'est Alfred Verdière qui t'neot la baguette, au conservatoire, i-éteot professeur d'clarinette. I-aveot des chintaines de spectateurs..."

"Hélas, cha n'intéresse pus perseonne asteur !".

Avant qu'on n'buque les treos queops du feu d'artifice pou anneoncher l'karmesse, ch'est l'momint dusque les gins éteot'ent fin bénaisses.

"Quançque retintisseot l'pot-pourri des cancheonnes d'Tournai, tout l'meonte i-s'metteot à canter, te t'rappelles Fifinnes".

"Ahais... ch'est ainsin dins no ville, te n'sareos pos l'canger, les garcheons et les files...".

"Ou acore... ah, Thérèse, Thérèse, ah Thérèse, si t'voudreos ête m'pétite maîtresse...".

"Ou bin... ch'est l'Unieon qui s'amène, ch'est l'Unieon Sportive Tournaisienne..."

Pou arrêter l'récital, j'ai sauté su l'occasieon qui m'éteot donnée :

"A propeos, vous avez li dins l'gazette, l'Unieon, elle va ête erformée, ave l'club d'Vaulx elle va béteôt fusionner".

L'tiête d'Edmeond elle a, tout à n'ein queop, cangé, j'aveos oblié que ch'éteot l'Racing qu'i-aveot toudis supporté. Adeon, jai pris eine positieon diplomatique avant que l'beonheomme i-n'devienne hystérique.

"Dins l'feond, on pinse'reot à orcréer les deux clubs à Tournai, cha s'reot beauqueop mieux que ceulle fusieon sans âme qu'on nous a imposée. No beonne ville elle ortrouv'reot ses derbies et les gins areot'ent à nouvieau du lari. Ch'est pa milliers qu'i-areot des supporters au stade Luc Varenne et pos, comme asteur, dusqu'on in queompte à peine eine petite chintaine. On intindreot acore ortintir, à Kain, l'marche du Racing et d'l'Unieon et l'régie du stade, ave les trinte matches elle ramassereot infin du pogneon. J'vas in causer à Mossieur Geoffroy Huez, ch'est ein avocat, i-deot savoir queompter, in puque i-est conseiller communal et s'mopère Yvon, à Tournai, i-a jeué au fotbal".

Edmeond m'a ravisé et i-a souri :

"Te veos que pou ête à nouvieau hureux su ceulle tierre, i-faudreot alfeos ortourner quarante ainnées in arrière".

N'berle pos cha treop fort pasque mi qu'on appelle l'Optimiste, j'risque d'ête surneommé pa Xavier Simon à No Télé... l'passéiste !

Ch'est pos bin grafe, n't'in fait pos pou cha, l'Optimisse, mi j's'rai toudis racingman et ti toudis unionisse.

 

(lexique : quançque : lorsque / s'prind : se prend / les moinses : les moins / seûrmint : sûrement / lommint : longtemps / jusse : juste / queusir : choisir / mette s'grain de sel : se mêler de la conversation / toudis : toujours / à mitan quervé : à moitié ivre / définte : défendre / in puque : de plus / m'visin : mon voisin / tertous : tous / des chiffleus d'pintes : des buveurs de pintes / alfeos : parfois / deonner seo : donner soif / l'biscurisse : ce mot est utilisé pour désigner une mauvaise bière, en fait, il s'agit d'une décoction faite avec de l'eau à partir d'un bâton de réglisse / malate : malade / tourner veinaique : tourner vinaigre / canger : changer / adeon : donc / quoisque : qu'est-ce que / commincher ou qu'mincher : commencer / ahais : oui / douch'mint : doucement / l'pus noirte : la plus noire / ouvrer : travailler / là-vas : là-bas / orwettier ou raviser : regarder / les meos : les mois / chinquante : cinquante / asteur : maintenant / cacher : chercher / leonque : longue / eine médalle : une médaille / l'velle : la veille / des chintaines : des centaines / vous comperdez : vous comprenez / rouche : rouge / ceulle : cette / neon : non / ortrouver : retrouver / coper : couper / hureux : heureux / ortenir : retenir / acouter : écouter / les fuelles : les feuilles / l'comarate : le camarade / eine mam'zelle : une demoiselle / eine file : une  fille / l'mamère : la mère / l'garcheon : le garçon / saqué : tiré / j'in ai l'raminvrance : j'en ai le souvenir / chez Mamour : la maison Mamour à Froyennes était une pâtisserie renommée dont une des spécialités était la tarte aux prunes, l'été, les couples allaient en se promenant dans ce salon de thé de l'époque / l'prumière feos : la première fois / queonter : conter / acore : encore / tranner : trembler / eine mareonne : un pantalon / l'tarte aux preones : la tarte aux prunes / erconduire ou orconduire : reconduire / les saim'dis : les samedis / eine toupirie : un vertige, "avoir eine toupirie" signifie avoir la tête qui tourne / l'karmesse : la kermesse / buquer : frapper / les treos queops : les trois coups / anneoncher : annoncer / dusque : où / ête bénaisse : être content / les cancheonnes : les chansons / canter : chanter / li : lu / béteôt / orcréer : recréer / beauqueop : beaucoup / avoir du lari : avoir du plaisir / queompter : compter / ortintir : retentir / berler : crier / grafe : grave).

S.T. mai 2016.          

19:32 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

comme toujours j'ai passé un bon moment avec tes deux complices !

Merci

Écrit par : rauwers | 12/06/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.