07 mai
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (358)

Edmeond i-a l'moral dins les cauchettes.

Cha fait eine sémaine qu'Edmeond i-n'est pus sorti de s'maseon, qu'i-n'ravise pus l'gazette et n'alleume même pus l'télévisieon.

Quançque j'li ai d'mindé pourquoi i-n'vouleot pus avoir d'informatieons, i-a orlevé s'tiête tout douch'mint et i-m'a dit :

"Ah quoi beon !".

"Te sais, l'Optimisse, ch'est fini pou mi d'lusoter pa les rues de l'cité, d'aller boire eine pinte assis à l'terrasse d'ein cabaret, quançque t'acoutes les gins parler, bé, ch'est toudis parel, d'puis des meos te n'apprinds que des mauvaisses nouvelles".

"Mo Dieu, Edmeond, i-n'feaut quand même pos treop dramatiser, on a d'jà connu des mauvais momints dins l'passé".

"Bin seûr, cha... je l'sais bin, ch'est acore hureux qu'on n'a pas la guerre mais ch'est pire qu'in mai soixante-huit ou in vingt-nuef, l'ainnée de l'grante misère".

"Inter nous, l'situatieon elle n'est pos si catastrophique, tu deos ête ein p'tit queop pus dynamique. T'es là tout rameonch'lé su t'cayère et on direot presque que te vas braire".

"Pasque pou ti les évèn'mints d'Paris et d'Bruxelles, ch'est pos catastrophique et l'situatieon dins les priseons ch'est pétête du pus héaut comique. Les trains qui n'seont jamais à l'heure, pou l'navetteus ch'est ein vrai malheur. L'pétite poire pou l'seo qu't'as mis d'côté, les banques elles seont in train de t'la rameoner. M'pétite pinsieon i-a deux ans asteur qu'elle n'a pus été aurmintée mais pou les ceusses qui seont à l'tiête d'no pays, l'argint i-continue à bin couler. No p'tites écolomies, elles seont in train d'feonte comme neiche au solel, te vas vir, dins deux ou treos ainnées, des paufes, i-va béteôt d'avoir à l'pelle. No minisses i-défindent l'nucléaire comme des inragés, pou eusses, cha n'a pos d'importance s'i-mettent pétête nos vies in dinger. I-feaut acroire qu'Electrabel leu a promis qu'i-z'areot'ent l'courant gratuit pou l'restant d'leu vie. Tes is, i-feaut les ouvère, i-n'a jamais eu autant d'misère su tierre, i-feaut vir les files, chaque jour, à l'porte de l'aide alimintaire, l'CPAS i-est plein à craquer à causse des gins qu'à l'porte du chômache on a rués".

"J'sais bin que c'qui s'a passé, ch'est catastophique mais cha n'est malhureus'mint pos prope à la Belgique. Si on n'arrêteot, comme te dis, l'nucléaire aujord'hui, t'es prêt à t'éclairer comme avant ave des bougies ? A moinse que te préfères n'pus orwettier pa l'cassis pou n'pos vir tourner les éoliennes pos bin leon d'chez ti ou que t'aimeros mieux pédaler dins t'cave comme ein seot pou pouvoir t'cauffer, à l'ouèl... gratis pro Déo".

"Même ichi dins no cité, si te t'mets à bin raviser, te vas vir que tout i-est occupé à s'dégringuer. Dins les rues qu'on a rénovées, on n'veot pus ein bleu tchien porméner, les magasins i-seont tertous in train d'serrer et à l'rue d'l'Hôpital ch'est même l'sommet, on direot tout qu'elle vient d'ête bombardée, on alleot faire ein palace à l'plache du cinéma, ahais... mais d'puis deux ans i-n'a fauqu'ein treo à rats. A Saint-Nicolas, no beonne veille grosse tour, d'puis huit ans, i-a eine échafaudache tout rouillé qui l'intoure et à l'églisse de l'Madeleine, on a fait ein bieau bricolache pou que les pierres n'caitent pos dins l'passache. Comme si ch'n'éteot pos 'cor assez, ch'est à l'Esqueaut qu'asteur on veut s'attaquer, s'i-n'aveot pos eu eine levée d'bouclier, l'Peont des Treos, on l'areot décoper et pou l'passache des greos batieaux, on f'reot bin vife les riverains les pieds dins l'ieau. D'puis d'z'ainnées, à Saint-Piat, on nous promet ein bieau quartier, on a tout démanoqué, mais comme Malbrouck, cha s'ra pétête construit à l'Ternité. Va, eine feos, faire ein tour su les quais et vir l'état d'l'églisse des Pères au quai. Les Tours Marvis, i-paraît qu'on va les dégager, qu'on va tout nettier, l'lierre qui pousse là i-a cor pa d'vant li d'belles ainnées. L'Palais d'Justice i-est ein mauvais état, î-s'reot urgint d'deonner des casques aux gins qui ouèfent là-vas et pou certaines rues d'no cité, je n'vas pos acore m'délaminter, mais on pourreot, ein jour, y faire passer l'course Paris-Roubaix. ".

"A part tout cha, cha va, Madame la Marquise, i-a pos d'tracas, ch'est ainsin dins no ville, i-n'feaut pos s'faire de l'bile".

"Te n'pinses pos que t'es occupé à exagérer, des cosses, i-feaut toudis vir l'bieau côté. Quançque te vas à l'étringer, n'beonne vielle cité, i-a bramint d'gins qui dise'tent l'invier. L'bieffreo et la Halle-aux-Draps, i-ont été rénovés et no cathédrale elle s'orfait eine bieauté. L'nouvieau Centre de Tourisme pou les ceusses qui vienne'tent nous visiter, te n'vas pos m'dire qu'i-n'est pos digne de l'cité des cheonq clotiers. Sainte-Magritte, su l'plache de Lille, elle vient d'ête sauvée et à l'intrée de no ville, elle peut acore fièrmint s'dresser. L'Auberche d'Jeonesse elle est connue dins l'meonte intier pasqu'on vient alfeos d'bin leon pou visiter no cité. L'Conservatoire dins l'ilot des Primetiers, après un lifting, s'jeonesse, i-va béteôt l'ortrouvée. Dins no pietonnier, comme dins les villes du Midi, i-va avoir ein bieau plafeond ave des parapuies. Nos monumints qu'on nettie asteur, i-veont ortrouver toute leu splindeur. I-feaut aussi vir no gare quançqu'elle est illuminée, l'soir. Ave tous les queontes que te fais là, te démolin'reos eine armée d'soldats".

"Te peux continuer à m'in dire, à Tournai, on n'a pus invie d'rire !".

"On n'a pus invie d'rire et d's'amuser à Tournai, bé... ch'est là ein affreont que te fais à no Cabaret. No Filles, Celles Picardes, no Bistreot Tournisien ou acore l'annuel Karaoké, bé ch'est des éclats d'rire qui, pindant l'ainnée, seont toudis asseurés. Si t'alleos vir pus souvint les soirées des Piminteus, à m'mote que te s'reos, ein p'tit queop moins grincheu. Pindant no Lindi Perdu, nos soirées d'jeu de cartes ou bin d'jeu d'fier, te pinses que les participants i-tire'tent eine tiête jusque pa tierre. No carnaval, Tournai in fiête, no quate cortèches et no karmesse, te n'vas pos m'dire que tout cha n'te rinds pos bénaisse".

"L'Optimisse, ch'est ein surneom qui n'est pos banal, tins, te d'vreos faire partie du consel communal, comme eusses te parviendreos à faire acroire que tout va bin, même aux gins qui mindie, pou minger, ein morcieau d'pain".

(lexique : les cauchettes : les chaussettes / raviser ou orwettier : regarder / quançque : lorsque / orlever : relever / douch'mint : doucement / lusoter : flâner / acouter : écouter / parel : pareil / bin seûr : bien sûr / hureux : heureux / inter nous : entre nous / ein p'tit queop : un petit coup / rameonch'ler : recroquevillé / l'cayère : la chaise / braire : pleurer / pasque : parce que / pétête : peut-être / l'seo : la soif / rameoner : balayer / asteur : maintenant / aurminter : augmenter / les ceusses : ceux / les écolomies : les économies / feonte : fondre / comme neiche au solel : comme neige au soleil (rapidement) / des paufes : des pauvres / béteôt : bientôt / des inragés : des enragés / acrorie : croire / les is : les yeux / ouvère : ouvrir / l'tierre : la terre / vir : voir / à causse : à cause / ruer : jeter / l'cassis : le chassis / pos bin leon : pas bien loin / ein seot : un sot / cauffer : chauffer / à l'ouèl : à l'œil / s'dégringuer : se déglinguer, se disloquer / pus ein bleu tchien : plus un bleu chien est une expression parfois utilisée pour signifier qu'il n'y a plus personne / porméner : promener / tertous : tous / serrer : fermer / à l'plache : à la place / ahais : oui / i-n'a feauqu'ein treo : il n'y a qu'un trou / caire : tomber / décoper : découper / vife : vivre / démanoquer : démolir / à l'Ternité : à la Trinité / nettier : nettoyer / pa d'vant : devant / ouèfent : troisième personne du pluriel du verbe ouvrer, travailler / là-vas : là-bas /  s'délaminter : se lamenter / ainsin : ainsi / bramint : beaucoup / les cheonq clotiers : les cinq clochers / l'meonte : le monde / alfeos : parfois / s'jeonesse : sa jeunesse / ortrouver : retrouver / les queontes : les contes / démoliner : décourager / asseuré : assuré / à m'mote : selon moi, à mon idée / grincheu : mauvais coucheur à ne pas confondre avec grincheux : acariâtre / l'lindi perdu ou lindi parjuré : fête qui se déroule en janvier à Tournai au cours de laquelle on mange le traditionnel "lapin aux preones et rogins" (prunes et raisins) / bénaisse : content).

S.T. mai 2016.  

11:16 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : patois, picard, tournai |

Commentaires

Magnifique et criant de vérité comme toujours. Merci Serge

Écrit par : Bridoux Christian | 12/05/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.