29 avril
2016

15:53

Tournai : expressions tournaisiennes (357)

Asteur, dins tout c'qu'on fait, on tire de l'leonque !

On dit alfeos qu'on est au sièque de l'vitesse, qu'on n'prind pus l'temps d'vife, qu'on n'prind pus ses aisses, ch'est des cacoules qu'on est in train d'nous raqueonter et, aujourd'hui, j'vas ichi, ave des eximpes, vous l'prouver.

Quançqu'ein ouvrache i-est inter les mains des fonctionnaires, te peux ête seûr que pou l'vir avancher, on va avoir bin de l'misère. Ainsin, prenez l'rénovatieon d'no vielle cathédrale, vous allez m'dire que ch'est pos ein sujet banal, que j'areos pu queusir eine toute eaute affaire, pou moutrer qu'les travéaux i-n'avinche'tent pos à l'vitesse de l'leumière. J'veux vous espliquer que dins les ainnées deux mille, on n'va pos pus vite qu'in l'an 1000.

Ch'est in mille nuef-chint nonante-nuef, après l'tornate, que tout a qu'minché et Dieu seul sait... quançque l'maseon dédiée à s'mamère elle va ête infin terminée.

J'vous esplique :  in l'an deux mille, eine bande de jeones est arrivée, i-paraît qu'i-v'neot'ent d'eine université, i-aveot'ent pou missieon d'ouvère les fondatieons pou vir et orlever su ein plan c'qu'i-aveot dins au feond. Pindant c'temps-là, l'tour Brunin i-a fallu l'ormette bin d'équerre pasqu'elle berloqueot sérieus'mint du côté qu'elle alleot caire. A l'nef romane, on a mis des tapes d'pleomb su l'toiture et su l'façate, on a nettié et cangé les pierres et ormis l'beos in peinture. Adveinez, mes gins l'temps que tout cha a duré, i-feaut queompter in tout et pour tout eine beonne douzaine d'ainnées.

I-a treos ans, on a imballé les prumiers clotiers, ch'éteot à leu tour d'ête rénovés. I-feaudra acore deux beonnes ainnées pou pouvoir infin à nouvieau les admirer. Après i-ara l'cœur gothique et ch'est là qu'est le hic, avant d'continuer, i-va falloir pinser à le stabiliser.

On va devoir tout examiner, tout carculer, busier à toutes les possibilités, confectionner ein dossier et après d'minder des budgets. Pou tout cha, te peux ajouter, à la grosse louche, eine paire d'ainnées et, surtout, espérer que l'minisse, inter temps, i-n'ara pos cangé sineon tout i-est à orcommincher. I-feaudra inviter l'nouvieau personnache à v'nir vir de no bieau monumint l'dallache. Appel d'offre aux interprisses qui pourreot'ent avoir l'ouvrache, début du chantier et montache des échafaudaches, etc... Après on deot acore orfaire les statues qui seont à l'intrée, on n'les orconneot pus elles seont toutes démingées. Et bé... les paufes ortraités Tournisiens qui seont asteur septuagnéaires pou vir leu cathédrale finie i-veont devoir vife chintenaires.

Sans bramint d'matériel, ave leu seules mains, leu fil à pleomb et leu truelle, i-a fallu quarante ans aux macheons du moyen-âche, pou bâtir cette oeuve sans parelle et i-va falloir presqu'autant pou l'orfaire toute nuève et toute belle. Si cha dure de l'leonque, i-a seûrmint eine raiseon, ch'est pétête à causse d'ein fameux manque d'organisatieon. L'chantier i-a été saucissonné, in treos tranques i-a été décopé. Là d'zeur, i-n'a rien à critiquer, ch'est comme cha qu'on deot pratiquer, mais, pou l'chœur gothique, l'dossier i-areot d'jà pu ête étudié d'façeon à pouvoir rapid'mint continuer à l'fin du deuxième chantier.

Vous voulez eine eaute eximpe pou bin comprinte m'raisonn'mint, bé, ch'est simpe, on va printe l'autoroute inter Froyennes et Lamain. Ch'est ein véritape quémin d'creox pou les usagers qui, tout au leong d'eine journée, s'ortruèfe'tent bin souvint à l'arrêt. J'n'deos pos vous faire ein dessin, pou comprinte cha i-n'feaut pos ête fort malin, l'chantier qui ch'est qui l'gère, bé tins, ch'est acore ein d'no ministère. Les gins qui ont l'responsabilité d'faire nos routes, i-ont eine organisatieon qui est toudis in déroute. Pou rénover ein quinzaine d'malhureux kilomètes, ch'est pindant treos ans tout plein qu'on nous imbête. I-paraît qui fait alfeos treop freod et bin qu'à d'eautes momints i-fait treop queiaud, que l'patreon i-n'a pos assez d'ouverriers pou faire in même timps deux chantiers, on dit aussi que l'béteon i-feaut laicher séquer, ahais, mais i-n'est pos 'cor coulé.  I-ont toudis eine escusse à mette au treo, i-f'reot'ent mieux de les boucher... les treos.

Près de m'maseon, l'route, d'puis l'lindi quatorze mars, à l'circulatieon, elle est serrée, i-aveot tell'mint d'nids d'poule qu'on l'a rabotée, mais comme ch'est l'même interprisse qui ouèfe au Qu'min des Peupiers, on attind qu'elle a fini là-vas pou mette l'dernière couche d'asphalte su l'feond d'jà bin usé. Cha fait asteur six semaines qu'on est obligé d'faire l'détour et, pou aller à Froyennes, passer pa l'avenue Beau-Séjour. Dins les camps, de l'chaussée d'Lille au Vieux Qu'min d'Willems, on crée ein ravel, mais pou qui soiche fini, croyez me, ch'est pos d'main la velle, pindant l'journée, ein camieon, treos pelés et ein teondu, in porménant dins l'ruache, ch'est tout c'que j'ai vu. Cha s'ra pétête fini à Pâques ou à l'Ternité ou bin acore pou les congés, à moinse que l'échevin des travéaux leu dit d'ein peu accélerer, quoisque vous voulez : on peut toudis rêver. je m'dis alfeos qu'on areot queusi eine interprisse d'flaminds, no p'tit quémin i-areot été fini d'puis bin lommint.

On s'plaint toudis qui n'a pus d'ouvrache, que plein d'gins i-seont au chômache, mais quançque te fais appel à ein électricien ou bin ein pleombier, t'attinds bin souvint des meos pou l'vir arriver. Ch'est l'même dins l'service d'urgince d'ein hôpital, quançque t'es infin vu pa l'médecin, i-a bin lommint que t'as oblié que t'aveos mal.

Cha m'fait rire, mi, l'sièque de l'vitesse comme on l'neomme, bé, on d'vreot puteôt l'appl'er l'sièque des leonques preones

Comme vous l'veyez, ceulle sémaine, j'sus rogneu mais l'météo elle est leon d'nous rinte hureux.

(lexique : asteur : maintenant / tirer de l'leonque : aller lentement, tirer en longueur / afeos : parfois / l'sièque : le siècle / vife : vivre / des cacoules : des mensonges / ichi : ici / des eximpes : des exemples / quançque : lorsque / inter : entre / ête seûr : être sûr / avancher : avancer / ainsin : ainsi / queusir : choisir / moutrer : montrer / l'leumière : la lumière / qu'mincher ou commincher : commencer / s'mamère : sa mère / ouvère : ouvrir / vir : voir / orlever : relever / ormette : remettre / berloquer : vaciller / caire : tomber / eine tape d'pleomb : une table de plomb / nettier : nettoyer / canger : changer / l'beos : le bois / adveiner : deviner / queompter : compter / imballer : emballer / les prumiers clotiers : les premiers clochers / acore : encore / carculer : calculer / busier : songer / à l'grosse louche : grosse cuiller de bois expression qui signifie approximativement, en comptant bien / l'minisse : le ministre / orcommincher : recommencer / l'dallache : le désordre / les interprisses : les entreprises / l'montache : le montage / orconnaite : reconnaitre / déminger : ronger / les paufes ortraités : les pauvres retraités / bramint : beaucoup / les macheons : les maçons / orfaire : refaire / nuève : neuve / pétête : peut-être / in treos tranques : en trois tranches / décoper : découper / là d'zeur : là-dessus / ein eaute : un autre / simpe : simple / l'quémin d'creox : le chemin de croix / s'ortruèfe'tent : se retrouvent / toudis : toujours / freod : froid / quieaud : chaud / les ouverriers : les ouvriers / l'treo : le trou / serrer : fermer / l'lindi : le lundi / ouèfe, du verbe ouvrer : travailler / le Qu'min des Peupiers : le Chemin des Peupliers / là-vas : là-bas / les camps : les champs / soiche : soit / l'velle : la veille / porméner dins l'ruache : promener dans le quartier / l'Ternité : la Trinité / lommint : longtemps / l'chômache : le chômage / oblir : oublier / les leonques preones : expression entendue dans certaines familles désignant une personne qui lambine / ceulle : cette / ête rogneu : avoir sale caractère / leon : loin / rinte : rendre)

S.T. avril 2016.    

15:53 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

25 avril
2016

18:02

Tournai : le Cabaret Wallon en deuil, Jean-Pierre Verbeke nous a quittés !

Jean-Pierre Verbeke allait fêter quarante années au Cabaret !

1993 RCCWT Jean Pierre Verbeke.jpgLors de chaque petit et grand cabaret, lorsque Jean-Pierre Verbeke s'approchait du micro pour chanter, les auditeurs étaient assurés d'entendre des œuvres de qualité, des chansons que n'auraient reniées ni Eloi Baudimont, ni Albert Coens, lui qui était pétri de leur style pourtant inimitable.

Né le 10 octobre 1937, il fit carrière à la poste comme un autre membre du Cabaret, André Dupriez, un habitant, tout comme lui, du faubourg Morel.

Jean-Pierre Verbeke était entré au Cabaret en 1977, devenant ainsi, au sein de la Royale Compagnie, le septante-quatrième membre. Auparavant, il avait été primé au Concours Prayez en 1974, obtenant un 4e prix en catégorie poèmes avec "Grand-Mère" et un 4e prix en catégorie monologues avec "Cha n'est pos sérieux". Il avait récidivé en 1975, obtenant cette fois, un 2e prix en catégorie chansons avec "Ortour à l'source" et un 3e prix dans la catégorie poèmes avec "Vivre".

Tant par la taille que par le talent, c'est un grand format qui venait rejoindre le groupe des chansonniers tournaisiens. Ce détail n'avait d'ailleurs pas échappé à l'échevin Georges Seneca qui, lors du discours prononcé à l'occasion de la Fête à la Chanson Wallonne en l'année 1979, le présentait de la façon suivante : "Grand sur ses guiboles et pas chauvin" (une allusion à une de ces premières chansons).

Observateur des travers de ses contemporains, par devant sa feuille blanche, le chansonnier élaborait son texte par petites touches successives comme le travail d'un peintre confronté à la toile encore vierge. Le résultat était à la mesure du travail accompli, un véritable régal pour ceux qui l'écoutaient.

Une production féconde.

En trente-neuf années de Cabaret, Jean-Pierre Verbeke a écrit des dizaines et des dizaines de chansons, toutes vouées au succès. Il était aussi celui qui présentait avec son compère, le "Journal Canté", la revue de l'actualité qui ouvre chaque prestation des chansonniers tournaisiens.

Dans "les Coulonneux", il évoque cette passion dévorante que sont les concours de pigeons. En l'entendant chanter, plus d'un amateur l'a probablement pris pour un professionnel de la colombophilie. Son expression "la France sans les Français, cha s'reot ein bieau pays" était une réponse chantée à Coluche et à ces blagues belges que nos voisins du Sud prenaient un malin plaisir à raconter au cours des années septante et quatre-vingt. "Si l'vint s'lièfe" était une véritable ode à la liberté dont le refrain disait : " Si t'sins qu'ein jour, i-a l'vint qui s'lièfe, qu'te veux partir et tout quitter, pou réaliser tous tes rêfes, alors, te n'deos pos hésiter" (si tu sens qu'un jour le vent se lève, que tu veux partir et tout quitter, pour réaliser tous tes rêves, alors, tu ne dois pas hésiter). En 2004, il écrivait : "L'tango des peots d'vin", dénonçant la corruption endémique, une chanson qui reste douze ans plus tard d'une criante actualité et qui, on le regretterait presque, à cause de son sujet, a encore de beaux jours devant elle. Les gastronomes, ceux qui aiment les plaisirs de la table, ont très certainement salivé de plaisir en l'entendant chanter "Ein rich' plucache" (un repas gargantuesque), un tour d'horizon complet de plats et de boissons vu par un invité d'un repas de famille malheureusement au régime. Sur l'air des Acadiens de Michel Fugain, il décrit... " Les Acariens" : "Tous les acariens et toutes les acariennes veont pondre et copuler sous l'z'édredeons, dins les caracos (les blouses féminines) ou acor les gilets d'laine, feaut pos rir' d'cha, te d'as seûrmint à t'maseon". Retraité, Jean-Pierre Verbeke avait de suite remarqué que les journées sont encore plus éreintantes qu'auparavant, dans "Ein momint d'répit", sur l'air de Jacky de Jacques Bel, il proclamait : "Rien qu'eine heure pou arrêter l'temps, rien qu'eine heure, eine heure d'répit. Rien qu'eine heure, eine heure d'timps en  temps, rien, rien qu'pou pinser à mi". On se rappellera encore sa chanson en souvenir de Charles Trenet ou "A nos p'tites sœurs", écrite sur l'air de la complainte de la butte, en hommage aux Petites Sœurs, Servantes des Pauvres qui avaient quitté leur couvent de la rue Saint-Martin au début de ce siècle après avoir aidé des milliers de Tournaisiens en détresse. Une de ses dernières créations sera intitulée "Déviance linguistique", dans laquelle ses côtés caustiques et comiques cohabitent.   

En compagnie d'Eric Genty, il composera "L'hymne des porteurs des géants de Tournai".

Jean-Pierre Verbeke, acteur du renouveau.

Lorsque le 27 novembre 1996, l'inamovible Président Lucien Jardez démissionne du Cabaret Wallon, beaucoup de Tournaisiens, amoureux de leur patois, pensent que la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien va mourir après nonante années d'existence. Avec Philippe De Smet qui accepte la présidence, avec René Godet et d'autres, Jean-Pierre Verbeke, fort de ses vingt années de présence, va œuvrer pour injecter un sang neuf nécessaire à la survie de l'institution tournaisienne. En 1997, un souffle nouveau envahissait le Cabaret et de jeunes tournaisiens, défenseurs de notre patois, recevaient, enfin, la chance d'étaler leur talent. Pour les nouveaux venus, Jean-Pierre jouera le rôle de guide lors de leurs premières apparitions en public.

Sa dernière prestation sur le ponton date du petit cabaret de février 2015. Depuis un an, la maladie le tenait à l'écart de cette scène sur laquelle il prenait et donnait tant de plaisir. Ce 23 avril, elle l'a emporté et les membres du Cabaret Wallon pleurent un ami. Jean-Pierre Verbeke est entré au panthéon du Cabaret et grâce aux œuvres qu'il nous laisse, il sera toujours parmi nous.

(photo : le Courrier de l'Escaut).

S.T. avril 2016.

 

22 avril
2016

19:42

Tournai : expressions tournaisiennes (356)

Ein ménache bin assorti !

Vous avez ormarqué qu'on rinconte alfeos dins no vie, des gins qui n'ont pos l'air fort bin assortis, ein heomme, eine véritape montane d'pus d'chint kileos ave ein feimme qui est ein vrai carilleon d'ossieaux, ein qu'i-orsanne à ein tonnieau et l'eaute à ein p'tit osieau.

Chez Edmeond et Fifinne, ceulle sémaine, j'ai fait l'connissance d'Maurice et Carmen. Pus l'conversatieon elle avincheot, pus j'trouveos que tout les sépareot. Si Maurice, i-a a fait ses primaires à l'école communale, ch'est aux Ursulines que Carmen a préparé l'examen cantonal. D'puis toudis, Maurice i-est ein fameux anticlérical et Carmen va prier tous les jours à l'cathédrale. Pou l'fotbal, Maurice i-éteot Unionisse, ein vrai de vrai Rouge et Vert, jeone file, Carmen, in Guéaune et Noir, accompagneot s'mopère à l'avenue de Maire. L'diminche, quançqu'i-ont qu'minché à fréquinter pou les matches chaquein i-alleot de s'côté. I-s'rincontreot'ent deux feos pindant l'saiseon, l'jour des derbies inter l'Racing et l'Unieon. Ave ses comarates, Maurice buveot forche pintes dins les cabarets, Carmen ch'est à s'maseon pa d'vant eine tisaine qu'elle préféreot rester. Les qu'mins d'mes deux gins n'deveot'ent jamais s'croiser, aussi allez comprinte quoisque dins leu tiête i-s'a là passé.

Les contraires s'attirent comme on dit et, ein bieau jour, Carmen elle a pris Maurice pou mari. Mardi Gras i-a marié Mercredi des Chintes, l'buveusse d'limonate elle s'a unie au chiffleu d'pintes. I-n'veont jamais s'intinte, i-veont toudis battlier diseot'ent, in les ravisant d'travers, les guernoules d'bénitier. I-falleot les vir, à ceulle occasieon, à l'églisse, pa d'vant mossieu l'Curé, li mal à l'aisse dins s'belle mareonne et elle perdue dins s'rope d'mariée. A l'questieon qui li éteot posée, Maurice i-a dit "oui" sans hésiter alors que Carmen, l'veox ingorlée, elle a puteôt berdélé. Quançqu'on a voulu faire l'photeo au momint dusqu'i-z'alleot'ent s'imbracher, Carmen pa d'rière s'n'heomme, elle éteot total'mint muchée. Ein p'tit rambile in saquant l'bras de s'mamère i-a dit : "Ravise mes deux gins on direot tout Laurel et Hardy".

D'puis, pou vife sans dispute et bin unis, i-ont été obligé d'faire bramint d'compromis. Elle vouleot habiter au villache, li, préféreot rester dins s'ruache, adeon ch'est dins l'cité des cheonq clotiers qu'i-passe'tent l'sémaine et l i-veont à Lamain, l'saim'di, dins eine maseon de l'famile à Carmen. Pou minger, inter Maurice et Carmen, ch'est du parel au même. I-li feaut eine platélée d'ratatoule aux porieons ou bin aux ogneons, Carmen, elle, ch'est eine pétite salate qu'elle picore ave l'appétit d'ein moucheon. Maurice i-a passé s'jeonesse à acouter et à dinser su les  airs des Beatles et d'Johnny Halliday, à l'maseon d'Carmen on acouteot religieus'mint les disques de Tino Rossi ou bin d'Charles Trenet. Au soir, pa d'vant l'télévisieon, Maurice i-n'ratereot pos rien au meonte ein épisode des "Experts", Carmen, elle préfère orwettier les "Feux d'l'Amour", "Des racines et des ailes" et Michel Drucker. I-n'a qu'eine  cosse qui peut les rassimbler, ch'est... l'journal d'six heures su No Télé, mais là-aussi si ch'est Manu qu rimplit Maurice d'bénaiss'té, ch'est pou Aniko que l'cœur de Carmen i-a toudis balanché.  

I-s'in a passé eine, i-a béteôt d'cha chinq ou six s'maines, j'ai ri quançque l'histoire elle a été raqueontée pa Carmen. In lisant, tous les matins, l'gazette, l'brafe feimme elle a attrapé l'pépette. Elle a vu que d'puis pos lommint, on voleot chez le visins, ainsin, chez Marceline, on aveot importé des liards et tout l'saint frusquin.

"Maurice, m'n'amour, j'sais bin que te vas acore m'amarvoyer mais j'voudreos qu'on mette ein système d'sécurité".

"Neon, neon,... si ein jour, in rintrant, j'truèfe ein agripeu dins no maseon, i-peut ête seûr que chez au nouvieau Chwapi qui risque d'passer l'restant de l'saiseon".

"Ahais, Maurice, mais, si ti, au matin te t'in vas ouvrer, mi, ch'est ichi que j'reste seule toute l'sainte journée".

"Alors, cha n'sert à rien, ein système de sécurité, ch'est uniqu'mint branché quançqu'on va pourméner".

"Ahais, mais Marceline, elle m'a dit que quançque elle meonte coucher, elle le met in fonctieon seul'mint su l'rez-d'-chaussée".

"Marceline elle habite eine maseon d'treos niveaux ave ein magasin, nous eautes on vit, au deuxième étache in appartemint".

Eine feos acore, inter feimme et mari, i-a fallu trouver ein compromis.

Après avoir lommint busié, Maurice i-a tranché, ch'est l'porte du palier qu'on alleot sécuriser.

L'lind'min, l'électricien i-est arrivé et i-a mis ein contact sur l'porte d'intrée.

"J'vas vous espliquer, vous allez vir, ch'est facile à ortenir, vous avez eine minute après l'avoir branchée pou sortir. Bin seûr quançque vous orvenez, i-n'feaut pos oblier d'l'inl'ver".

Comme i-seont différints, Maurice i-a tout d'suite compris, i-a pos eu d'problème mais l'paufe technicien i a presque perdu s'flamind à espliquer dix feos l'fonctionn'mint à Carmen !

Comme vous l'adveinez, cha n'a pos raté, l'prumière feos qui seont partis porméner et bé... l'alarme elle a comminché à berler.

"Ah mais Carmen, te sareos dire pourquoi t'n'es pos directemint sortie ,"

"Bé tins, j'me sus rindu queompte que j'aveos oblié d'printe m'parapuie",

"Mo bé... l'ciel i-est tout bleu, i-n'va pos caire eine goutte d'pluèfe aujourd'hui !".

"Ahais, mais si jamais i-fait d'l'orache, te s'ras bin hureux d'ête sous m'parapuie".

Quançqu'i-leu feaut partir, Maurice, li, ch'est recta, i-est toudis à l'heure, mais l'brafe Carmen elle est toudis in train d'cacher après midi à quatorze heures.

D'puis que l'alarme, à leu appartemint, elle a été installée, les visins, eusses, i-ont oblié l'sens du meot tranquilité !

Quançqu'i-seont partis pou les vacances d'Pâques à La Panne, i-ont acore vécu, comme qui direot, ein dreôle de drame.

A l'fin de l'prumière nuit, i-alleot bétêot ête six heures au matin, Maurice, comme à s'n'habitude, i-dormeot profondémint. Carmen d'puis l'prumier jour qu'i-z'éteot'ent mariés, elle aveot, comme on dit, l'sommel leuger. Tout à n'ein queop, dins l'rue, eine sorte d'sirène a ortenti et Maurice, tout paf, i-a beondi in bas de s'lit.

"Carmen, prinds l'fier à waufes et avinche-le me, j'pinse que l'porte elle a été ouverte pa ein voleu".

A l'vir ainsin, in pan d'quémisse et tout trannant, Carmen qui n'saveot pos s'ravoir li a dit, tout in riant :

"T'as oblié, Maurice, qu'on est, d'puis hier, à la Panne et ce que t'as intindu bé...ch'est l'chiffleot du tram".

Chez Edmeond et Fifinne, quançque Carmen a raqueonté l'mésavinture, i-falleot l'vir rire comme eine boîte au bure. Maurice, li, i-n'a pos dit ein meot mais on a bin vu qu'i-n'rieot pos.

Quançque j'vous l'diseos tout au début de m'n'artique, mes gins, que Maurice et Carmen, i-seont vraimint différints.

(lexique : ein ménage, un ménage, un couple / ormarquer : remarquer / alfeos : parfois / eine montane : une montagne / ein carilleon d'ossieaux : littéralement, un carillon d'os, expression utilisée pour désigner une personne très maigre, on entend aussi dire ein moncheau d'ossieau (un mont d'os) / orsanner : ressembler / ein tonnieau : un tonneau / ceulle : cette / pus : plus / avancher : avancer /  toudis : toujours / eine jeone file : une jeune fille / guéaune : jaune / s'mopère : son père / quançque : lorsque / qu'mincher ou commincher : commencer / chaquein : chacun / les comarates : les camarades / forche : force / pa d'vant : devant / eine tisaine : une tisane, une infusion / les qu'mins : les chemins / comprinte : comprendre / quoisque : qu'est-ce que / les chintes : les cendres / chiffler : siffler, chiffler eine pinte c'est boire un verre d'un seul trait / battlier : batailler / raviser ou orwettier : regarder / eine guernoule d'bénitier : une bigote / vir : voir / à l'aisse : à l'aise / l'mareonne : le pantalon, la culotte / l'rope : la robe / l'veox ingorlée : la voix étranglée / puteôt : plutôt / berdeler : signifie rouspéter mais aussi bredouiller / s'imbracher : s'embrasser / pa d'rière : derrière / s'mucher : se cacher / ein p'tit rambile : un gamin espiègle /  saquer : tirer / vife : vivre / bramint : beaucoup / l'ruache : le quartier / adeon : donc / les cheonq clotiers : les cinq clochers / parel : pareil / eine platelée : une grosse platée, une assiette bien remplie / l'ratatoule aux porieons : la ratatouille aux poireaux / ein moucheon : un moineau / acouter : écouter / l'meonte : le monde / eine cosse : une chose / l'bénaiss'té : la joie / balancher : balancer / béteôt : bientôt / raqueonter : raconter / attraper l'pépette : avoir peur / lommint : longtemps / les visins : les voisins / l'saint-frusquin : un bagage de peu de valeur / acore : encore / amarvoyer : tourmenter / j'truèfe : je trouve / ein agripeu : un voleur, un chapardeur / ête seûr : être sûr / le Chwapi : le Centre Hospitalier de Wallonie Picarde / ahais : oui / ouvrer : travailler / pourméner ou porméner : promener / nous eautes : nous autres / inter : entre / busier : songer / ortenir : retenir / l'paufe : le pauvre / adveiner : deviner / berler : hurler / s'rinte queompte : se rendre compte / oblier : oublier / printe s'parapuie : prendre son parapluie / caire : tomber / l'pluèfe : la pluie / l'brafe : le brave / eusses : eux / l'sommel leuger : le sommeil léger / tout à n'ein queop : tout à coup / ortentir : retentir / ête tout paf : être saisi, étonné, surpris, rester coi / l'fier à waufes : le fer à gaufres / l'quémisse : la chemise / tranner : trembler / l'chiffleot : le sifflet / rire comme eine boîte au bure : rire de bon cœur / l'meot : le mot / ein artique : ein article).

S.T. avril 2016.

19:42 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

19 avril
2016

09:06

Tournai : Quand des élèves de l'Athénée Royal se font passeurs de mémoire.

2016.04.14 Athénée Royal Jeunes en Guerre (9).jpg2016.04.14 Athénée Royal Jeunes en guerre (7).jpgUn travail d'une haute portée pédagogique.

Ce jeudi 14 avril, la chapelle de l'Athénée Jules Bara de Tournai a attiré un grand nombre de spectateurs venus découvrir le travail de mémoire réalisé par les élèves de 6e "Option de Base Histoire", un spectacle intitulé "Jeunes en guerre", écrit et interprété par eux-mêmes et par leurs condisciples de 5e dans la même option, sous la direction de leur professeur Sabrina Decuyper.

Dans le cadre de la commémoration du 100e anniversaire du premier conflit mondial, les élèves de la promo 2015 s'étaient investis dans un long travail de recherches afin de mieux appréhender cette période sombre de notre Histoire, afin de mieux cerner une guerre qui a coûté la vie à des millions de personnes parmi lesquelles des jeunes de leur âge, également anciens élèves de l'Athénée Royal.

A long cheminement, un travail minutieux !

2016.04.14 Athénée Royal Jeunes en Guerre (5).jpgAu sein de l'établissement scolaire de la rue Duquesnoy se trouve une stèle en hommage aux élèves et anciens élèves, morts pour la patrie. Parmi les noms qui y figurent, trois ont particulièrement retenu leur attention, ceux d'Oscar Godart, de Georges Demets et d'Arthur Sénéchal. Le premier nommé, né en 1890, demeurait au n° 2bis du boulevard Bara, il était le frère d'Edmond Godart (1893-1973), un homme bien connu dans la cité des cinq clochers, journaliste au quotidien "L'Avenir du Tournaisis" et membre de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien (voir l'article qui lui a été consacré sur le présent blog). Le second, né en 1895, habitait au n° 17 de la chaussée de Willemeau, il s'était engagé comme volontaire pour la durée de la guerre au service actif au Centre d'Instruction. Quant au troisième, né en 1892, fils unique d'un employé et d'une ménagère, il vivait au n° 22 de la rue des Croisiers et appartenait à la levée de milice de 1912. Au cours de leurs différentes recherches vont également apparaître les noms de Jean Agache, âgé de 22 ans lorsqu'éclate la guerre, originaire de Templeuve et élève en théologie au Séminaire de Tournai, de William Mitschké, lui aussi séminariste et des cousines de Jean Agache, Clotilde, Marie-Thérèse et Simone Desprets, à peine sorties de l'enfance à cette époque.  

Les carnets laissés par Jean Agache ont permis, dans un premier temps, à nos historiens en herbe de monter une exposition didactique appréciée des connaisseurs qui se tint en novembre 2015 au Centre de Tourisme sur la place Paul Emile Janson.

En cette année 2016 dont le thème est "la Résistance", ils ne pouvaient omettre d'évoquer également le visage de cette héroïne tournaisienne que fut Gabrielle Petit, espionne sous le nom de Mademoiselle Legrand, née en 1893 au Luchet d'Antoing et fusillée à Bruxelles en 1916. (voir l'article qui lui a été consacré précédemment dans ce blog)

De l'exposition au théâtre.

2016.04.14 Athénée Royal Jeunes en Guerre (6).jpgAinsi, après l'exposition, les élèves ont tenu a donner vie à ces personnages en les faisant évoluer sur la scène d'une salle de théâtre improvisée au sein de la chapelle de l'établissement scolaire. Afin de sensibiliser les jeunes générations à cette tourmente connue par leurs aïeux, le spectacle a été présenté aux classes primaires des écoles de Tournai ainsi qu'aux élèves de 3e et 4e de l'Athénée Royal Jules Bara. Le 14 avril, en soirée, le public était invité à venir découvrir le fruit de leur travail.2016.04.14 Athénée Royal Jeunes en Guerre (4).jpg

Disons le, de suite, personnellement j'ai été été surpris, subjugué et... déçu. Surpris par la richesse de la documentation retrouvée qui a permis de mettre sur pied pareille représentation historique, subjugué par la mise en scène et le jeu de ces acteurs, non professionnels, qui ont mis tout leur cœur et tout leur talent afin de nous faire passer un message tellement important à une époque où l'Homme n'a pas encore acquis la sagesse qui lui permettrait d'enfin vivre en paix. La déception ne leur est pas imputable, loin de là, elle provient de l'absence de personnalités de divers horizons qui auraient pu, par leur présence, montrer que le soutien aux jeunes d'aujourd'hui est plus qu'un discours électoraliste, plus que des belles paroles, que le devoir de mémoire est important aux yeux de tous et en premier lieu dans le chef même de ceux qui sont appelés à œuvrer pour éviter de commettre à nouveau pareilles erreurs. J'ai remarqué beaucoup plus les quelques chaises vides que toutes celles qui étaient occupées. Ne venons pas nous plaindre de ne plus voir les jeunes assister en masse, comme jadis, aux différentes cérémonies du souvenir.

2016.04.14 Athénée Royal Jeunes en Guerre (10).jpgBasée sur un fil rouge, les recherches effectuées par trois étudiants afin de connaître ceux qui donnèrent leur vie pour la patrie, la pièce permit de suivre les héros de l'Histoire, tout d'abord durant les années qui précédèrent la guerre, de les entendre dans leur classe au sein de l'Athénée évoquer des sentiments patriotiques mais aussi des réactions parfois antimilitaristes, de partager leurs inquiétudes face aux alliances qui se mettaient en place, de les accompagner lors de la mobilisation, de leur départ en gare de Tournai, d'être à leurs côtés sur le front de l'Yser ou à l'hôpital de La Panne, de partager la douleur des familles après l'armistice lorsque celles-ci apprirent qu'ils ne reviendraient pas. On assista au procès de Gabrielle Petit, un féroce combat oral qu'elle mena avec l'occupant refusant de donner les noms de ses collaborateurs, une lutte héroïque qui eut pour conséquence sa condamnation à mort et son exécution le 1er avril 1916.

A l'un ou l'autre moment, certains eurent un léger "trou de mémoire", qu'ils sachent cependant que ceci arrive également aux comédiens confirmés, aux acteurs de métier.2016.04.14 Athénée Royal Jeunes en Guerre (1).jpg

Tous méritent nos applaudissements.

Dans des décors et sous un éclairage créés par eux, soutenus par les remarquables musiciens que sont les élèves Fanny Clinquart et Pierre Van Lancker, encouragés par leur professeur Mme Decuyper qui a mis tout le dynamisme qu'on lui connait au service de ses élèves, les vingt-six comédiens (parmi lesquels Mr. Bonvarlet) donnèrent le meilleur d'eux-mêmes. Nous attribuerons cependant une mention toute spéciale à Océane qui avait repris le rôle de Gabrielle Petit, deux semaines seulement avant les représentations et qui fit preuve d'un charisme extraordinaire. Elle qui fêtait, le jour même, son anniversaire connut un grand moment d'émotion lorsque le gâteau arriva, à la fin du spectacle, sur l'air de circonstance repris en chœur par ses condisciples et le public.

2016.04.14 Athénée Royal Jeunes en Guerre (12).jpgUne soirée comme celle que nous avons eu l'occasion de partager est nécessaire, car entretenir la mémoire, rappeler les périodes troubles 2016.04.14 Athénée Royal Jeunes en Guerre (11).jpgde l'Histoire, montrer le sacrifice de ceux qui ont combattu jusqu'à la mort contre l'envahisseur pour notre liberté, c'est amener ceux qui participent au travail tout comme ceux qui les regardent à penser :

"Plus jamais cela" et pourtant...

(photos transmises par Mme S. Decuyper que je remercie)

 

S.T. avril 2016.

Avis aux nouveaux et anciens lecteurs.

Créé à la mi-avril 2008, le blog a enregistré près de 825.000 visites et reçu près de 1.300 commentaires sans compter les nombreux mails qui m'ont été adressés pour des demandes de renseignements.

Si vous souhaitez découvrir ou relire un des 1.756 articles parus, à ce jour, sur le blog, il vous suffit d'aller dans la colonne de droite au niveau de la case : "rechercher" et d'y taper un nom, une date, un mot en rapport avec votre recherche, d'envoyer la demande en cliquant sur OK et vous découvrirez tous les articles dans lesquels ce sujet apparaît.

Le blog reprend l'actualité des années 1849 à 1869 et 1900 à 2010 à partir de la lecture des journaux de l'époque, les portraits de personnes connues à Tournai, contemporaines ou décédées, les carnets du Général Antoine de Villaret décrivant presque minute par minute la journée du 24 août 1914, le récit du Major-Médecin Léon De Bongnie allant de la mobilisation d'août 1914 jusqu'à son décès sur le front de l'Yser en octobre de la même année, deux visions inédites de la guerre. "Visite Virtuelle de Tournai" traite également de sujets d'actualité : les chantiers en cours, l'élargissement de l'Escaut, la venue d'artistes dans la cité des cinq clochers, les faits divers marquants, le compte-rendu de spectacles. Il présente les différents monuments et musées. Des articles sont consacrés à la lente évolution des rues de la cité et, chaque samedi, un article est consacré à "l'expression tournaisienne", une façon amusante de se familiariser avec le patois tournaisien. Bonne lecture aux nouveaux venus !

16 avril
2016

11:54

Tournai : expressions tournaisiennes (355)

Saint-Médard i-peut ête débalté, no ville elle est asteur blindée !

Vous n'allez jamais adveiner ce qu'Edmeond i-a vu in porménant jeudi après-deîner dins nos rues. Pou aller acater ses commissieons au GB, ch'est pus court et pus gai d'passer pa l'piétonnier. Ov'là c'qui m'a raqueonté quançque, ceulle sémaine, j'l'ai rincontré :

"Adeon, après avoir pris l'rue d'l'Hôpital et ête passé au pied d'no cathédrale, in arrivant dins l'rue de l'Cordonnerie, j'peux dire que j'ai été ein p'tit queop saisi. Des ouverriers aveot'ent ouverts et pindus des chintaines d'parapuies pa d'zeur de l'rue. Des rouches, des verts, des guéaunes, des bleus, ch'est ein véritape plafeond pou l'z'amoureux. I-manqueot seul'mint ein luméreo su les voilaches et on se s'reot cru à l'velle d'ein votache. Pou eine feos, i-n'a pos eu d'jalous'té, tous les partis d'Tournai i-z'éteot'ent orprésintés. Quançque j'ai raqueonté cha du soir, Fifinne elle n'a pos voulu m'acroire. Ch'éteot pos bin grafe pasque j'li ai promis qu'on les areot vus in allant au p'tit marché, verdi.

"Des parapuies qui pindeot'ent in plein mitan de l'rue, t'es bin seûr, l'amisse, que te n'as pos eu eine bleusse vue ?".

"Neon, neon, i-seont tertous bin alignés à l'même hauteur, te direos ein ouvrache d'Arne Quinze tout in couleur !".

"Arlequin, mo... bé qui ch'est acore que c'n'albran, i-fait partie d'l'association des commerçants ?".

"Je n't'ai pos dit Arlequin mais Arne Quinze, l'ceu qui a fait ein mikado in beos pou Mons 2015".

"Mo Dieu, Mo Dieu... si les parapuies i-prenne'tent l'même quémin, i-risquent d'in caire bramint su l'tiête des gins".

"Neon, neon, pou cha, crois-me, i-a pos d'dinger, su d'solides fils de fier i-seont bin attachés".

"Beon, cha va, on ira vir d'main tes parapuies, in attindant bonsoir et beonne nuit !".

No brafe Edmeond i-a eu s'sommel bin agité, i-voleot comme Mary Poppins dins l'dessin animé. Poussé pa l'vint d'bisse comme l'jeone file, i-voleot pa d'zeur les toits d'no ville. Après avoir rasé l'patisserie Hubaut, ch'est vers l'Vierge Noire qui a été tout dreot. Queurant su les pavés de l'rue Gallait, l'paufe Fifinne elle n'arrêteot pos d'berler :

"N'va pos si leon va, m'n'amour, acoute t'feimme et fais d'mi-tour, te n'vas quand même pos aller jusqu'à... Cherbourg".

Bin accroché à s'manche, no n'Edmeond, i-sanneot avoir perdu toute raiseon. Fifinne, brayant tout s'seo, in elle-même elle s'a dit : m'n'heomme i-a seûrmint attrapé ichi l'queop du parapuie".

Pindant qu'Fifinne elle feseot à Saint-Antoine eine prière, Edmeond, li, i-survoleot d'jà l'plache Saint-Pierre.

Sorti, ein momint, pou ein feumer eine du bistreot "Au quai des Brumes", ein quervassin rintra, tout d'eine, pou dire qu'i-v'neot d'vir passer Jean de la Lune.

Eine heure après, quançque Fifinne elle est rintrée à s'maseon, Edmeond chiffleot s'pinte dins ein fauteul du saleon.

"L'prochaine feos que te t'in vas acore ainsin décrocher les neuaches, je n'te suis pus, j'sus ichi tout in nache, ces jeux-là, comarate, ch'est pus de m'n'âche".

Edmeond i-a orwettié s'parapuie avant d'aller à l'ferniête pou ouvère l'cassis.

L'paufe annochint i-a oblié d'printe l'pépin et ch'est treos mètes pus bas qu'i-atterrit su ses reins. Dins in bruit d'infer, i-s'a ortrouvé pa tierre. L'leumière s'a alleumée et Fifinne l'a ravisé.

"Cha fait eine heure que t'n'arrêtes pos d'm'arlocher !"

"Mo Dieu, m'Fifinne, si te saveos quoisqu'i-s'a passé ! ".

"Comme t'es là, t'éteos acore in train d'busier à tes ombrelles, t'es bin seûr que t'n'as pos attrapé ein queop d'aile ?".

Du verdi, à quate heures après-deîner, Edmeond et Fifinne i-seont partis pourméner.

A l'rue de l'Cordonnerie dusqu'i-d'veot'ent vir l'magnifique ouvrache, i-ont puteôt vu à l'plache ein riche dallache. Au début de l'journée, l'vint s'éteot, tout à n'ein queoprinforché et inter les cheonq clotiers d'Noter-Dame, on l'intindeot chuffiéler. Bénaisses, les parapuies s'éteot'ent mis à virevolter, hureux de s'sintir ainsin pa Eole soulevés. Hélas, l'fichelle elle n'a pos, bin lommint, résisté et les parapuies, du pavé, i-ont comminché à s'rapprocher.

Pou bin faire, dins l'vie, on dit qu'i-n'est jamais treop tard mais i-va falloir rinforcher les suspensoirs avant l'Saint-Médard et alors on pourra pourméner in cantant jusqu'à bin tard : 

A la Saint-Médard, mo Dieu qu'il a plu, merci Ludivine, on n'a pos été... tout cru !  

(lexique : débalté : déchaîné / asteur : maintenant / adveiner : deviner / porméner ou pourméner : promener / l'après-deîner : l'après-midi / acater : acheter / ov'là : voilà / quançque : lorsque / adeon : donc / ein p'tit queop : un petit coup / des ouverriers : des ouvriers / des chintaines d'parapuies : des centaines de parapluies / pa d'zeur : par dessus, au dessus / rouche : rouge / guéaune : jaune / l'luméreo : le numéro / l'velle : la veille / l'votache : le vote / l'jalous'té : la jalousie / quançque : lorsque / raqueonter : raconter / acroire : croire / grafe : grave / verdi : vendredi / in plein mitan : au beau milieu / ête seûr : être sûr, être certain / avoir eine bleusse vue  : avoir la berlue / tertous : tous / bin : bien / ein ouvrache : un ouvrage, un travail, une œuvre / ein albran : un mauvais ouvrier, désigne aussi un mauvais garnement / l'ceu : celui / in beos : en bois / l'quémin : le chemin / caire : tomber / bramint : beaucoup / des fils de fier : des fils de fer / l'vint d'bisse : le vent du Nord / l'jeone file : la jeune fille / tout dreot : tout droit, direct / queurir : courir / berler : hurler / si leon : si loin / acouter : écouter / sanner : sembler / braire tout s'seo : pleurer à chaudes larmes / l'plache : la place / feumer : fumer / l'bistreot : le débit de boisson, le bistrot / ein quervassin : un ivrogne / chiffler eine pinte : boire un verre d'un seul trait / acore : encore / les neuaches : les nuages / être tout in nache : êre en nage / comarate : camarade / l'âche : l'âge / orwettier ou raviser : regarder / ouvère : ouvrir / l'cassis : le châssis / l'paufe annochint : le pauvre innocent / oblier : oublier / pa tierre : à terre / l'leumière : la lumière / arlocher : secouer / busier : songer / dusque : où / ein riche dallache : un fameux désordre / tout à n'ein queop : tout à coup / rinforcher : renforcer / les cheonq clotiers d'Noter-Dame : les cinq clochers de Notre-Dame / chuffiéler : souffler / bénaisses : contents / hureux : heureux / ainsin : ainsi / l'fichelle : la ficelle / bin lommint : bien longtemps / commincher : commencer / canter : chanter).

S.T. avril 2016.

 

11:54 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

13 avril
2016

13:32

Tournai : l'Escaut, on a touché le fond !

Intéressant débat sur No Télé mais aussi sérieuse étude de caractères !

Afin d'éviter tout malentendu, précisons qu'en titre, nous parlons bien du fond du problème et non de celui du fleuve qui sera toujours de 2m60 pour les bateaux qui y naviguent.

Combien de Tournaisiens (et de Tournaisiennes) ont suivi sans s'énerver, l'âme sereine, l'intéressant débat que la chaîne communautaire "No Télé", à propos de l'élargissement de l'Escaut, avait, ce mardi 12 avril, programmé ?

Au cœur d'une cité dans laquelle la société Casterman a donné à la bande dessinée ses lettres de noblesse, c'est légèrement amusé, que j'ai regardé cette Xème empoignade tout aussi stérile que les précédentes.

Là où ils sont désormais, Réné Goscinny et Albert Uderzo ne m'en voudront pas de transformer cette royale soirée (ou pantalonnade de démocratie) en une aventure de leurs héros légendaires : "Astérix et Obélix au royaume des Francs saliens".

Les acteurs.

Il y avait en présence, pour ce nouveau scénario, l'armée romaine, tout au moins, César Imperator (Loyaers) et quatre centurions formant sa garde rapprochée et opinant sans cesse du bonnet lorsque leur chef prenait la parole. Je me suis dit : "Que voici une armée disciplinée qui affiche même le léger sourire de ceux qui pensent "cause toujours, nous ne changerons pas d'avis. Que cela soit écrit et accompli"

Face à eux, une troupe d'irréductibles Gaulois emmenée par Astérix (Benjamin Brotcorne), Obélix (Eric Van Overstraeten) et Assurancetourix (Daniel Barbez), le barde chantre de notre belle Wallonie Picarde. Ils parlaient au nom des nombreux Tournaisiens qui ont rejoint le collectif et dont une petite partie les accompagnaient mais aussi au nom d'une majorité, jusqu'ici silencieuse, qui commence sérieusement à se poser des questions face à une attitude qu'on pourrait qualifier de dictatoriale dans le chef des représentants de la Région Wallonne. L'Escaut n'appartient peut-être pas aux Tournaisiens, comme l'a déclaré dernièrement César, mais le sol doit lui être cédé s'il veut modifier le cours du fleuve.

Au centre, discrets, presque gênés d'être là, se demandant ce qu'ils étaient venus faire dans cette galère, un quintet de Druides censés représenter la sagesse de ceux qui savent et détiennent le pouvoir (à moins que celui-ci soit désormais exercé à Namur, la toute puissante Rome) ! Depuis le début, ils semblent même se plier aux injonctions de Rome et n'ont jamais défendu, avec réelle vigueur, la pierre à la halte nautique au lieu de ce bois dont on voit dans quel était il se trouve au quai des Salines et la nouvelle passerelle reliant le quartier Saint-Piat à celui de Saint-Jean. On avait vu dans le reportage un Stefaan Declerck, alors bourgmestre de Courtrai, s'opposer à la région flamande avec pugnacité, chez nous, on préfère la jouer tête basse, c'est "dramatix" et vraiment pas "comix" !

Drame ou roman comique ?

Deux reportages furent projetés afin de mettre en concurrence les arguments des uns et des autres. On comprit très vite que quelques points allaient être synonymes de friction car rien n'avait évolué depuis la séance qui s'était déroulée en l'Hôtel de Ville, un mois auparavant. Rien, le mot n'est pas très juste puisqu'il y a eu la parution sur Internet (ce papyrus des temps modernes) d'une vidéo de Panoramix, le druide faisant fonction défendant, à titre personnel, les propositions venues d'une région lointaine.

Les Gaulois opposèrent à César des arguments voulant éviter le massacre annoncé des quais de Tournai par l'élargissement de fleuve à 27 mètres, souhait des experts de la Région Wallonne, au lieu des 23 mètres préconisés par le collectif local. Quelques expressions malheureuses mais volontaires eurent le don d'énerver d'emblée le fier empereur romain, déjà fort agacé d'être ainsi contesté, lui qui semble plus être un homme habitué (dans ce dossier, tout au moins) à prononcer des ukases qu'à trouver ce bon vieux compromis à la belge, pourtant bien connu même au-delà de nos frontières. Son attitude impériale, autoritaire, voire dédaigneuse des Tournaisiens a probablement énervé plus d'un téléspectateur (dont j'étais) même si on doit lui reconnaître, en toute honnêteté, un travail considérable pour rendre accessible cette voie d'eau nécessaire au développement économique non seulement de notre région mais aussi de la Wallonie à des bateaux de la classe Va (110 mètres de long et 11 mètres de large).

Chacun campa sur ses positions, il a manqué la potion magique à Astérix et Obélix pour ne faire qu'une seule bouchée... des arguments de leurs pourfendeurs !

Quand ce fut au tour des Druides de parler, eux qui représentaient les cinq tribus habituées à récolter les voix de la population, on sentit une gêne aux entournures, un mal-être, il fallait ménager la chèvre romaine et le chou (gras) tournaisien. Il est toujours bon d'assurer ces arrières. Par Toutatis, qu'il est difficile de bien se faire voir des uns et des autres quand tout les opposent ! 

Beaucoup de ceux-ci ont probablement penser : "Comment résoudre cette quadrature du cercle ?".

Parmi ce comité des Sages, la gente féminine était majoritaire. Marie-Christine, manipulant ses papiers afin de trouver des réponses aux demandes, a semblé bien souvent louvoyer entre le point de vue du SPW et celui de la population. Comme Annie Cordix, la chanteuse qui, un jour, partit pour Lutèce, elle devait se dire : "J'voudrais bien mais j'peux point". Face à cette attitude, la caméra s'attarda sur un César regardant dédaigneusement le plafond du studio et buvant du petit lait. L'autre Marie-Christine, la sainte protectrice de la Nature, semblait tiraillée entre l'acceptation de l'autoroute à bateaux qui permettrait de diminuer le nombre de camions sur nos routes (vœux des Ecolos que je partage également) et la défense d'un patrimoine tournaisien qui ne semble pourtant plus en danger puisque le problème du Pont des Trous est, jusqu'à preuve du contraire, résolu. Benoit s'afficha nettement pour l'élargissement maximal afin de promouvoir le développement économique (c'est l'unique crédo de sa tribu). Hélène, quant à elle, botta en touche en disant que ses coreligionnaires était pour l'élargissement (ce que personne ne conteste) mais que pour le reste cela faisait toujours l'objet d'une réflexion. Enfin vint le tour de Panoramix représentant Abraracourcix parti à la conquête économix du pays de Scipion l'Africain. Lui, qu'on a déjà connu mieux inspiré, se retrancha derrière l'avis des experts (de la Région wallonne, il le précise !) mieux qualifiés que lui pour trouver une solution au problème. Pour beaucoup de Tournaisiens Panoramix, représentant officiel des Gaulois qui l'ont élu, a tout simplement endossé le rôle de Ponce Pilate ! Il n'était pas normal qu'il fustige le groupe des Tournaisiens en semblant se réfugier dans le manteau de César.

Le problème de l'élargissement, s'il est réel, ne doit pas non plus être amplifié au point d'en arriver à un tel clash. Il ne concerne finalement qu'une petite centaine de mètres du quai Saint-Brice ? Cent mètres qui risquent cependant un jour de poser un problème de sécurité : quid en cas de venue des services de secours (pompiers, ambulance, SMUR) ? Quid en cas de livraison (remplir une cuve de fuel ne prend pas cinq minutes), des travaux nécessitant un échafaudage ? Quid en cas d'accrochage entre voitures et vélos, les uns et les autres devant éviter les piétons ? On peut juste espérer un peu de tôle froissée et surtout pas de blessés.

En tant qu'ancien Conseiller en Prévention, je préconise toujours le principe de précaution, "mieux vaut prévenir que guérir" et une étude impartiale du risque doit toujours être entreprise. A cet endroit, il faut être malhonnête ou naïf pour ne pas constater que toutes les conditions sont réunies pour créer une zone accidentogène alors que le plan communal de mobilité cherche justement à éviter ce genre de danger dans la cité.

Un vrai Belge dirait : "Faisons un compromis, élargissons à 25m50, voir 26 m et nous assurerons ainsi  la sécurité sur la voie d'eau et pour les piétons sur le quai". Malheureusement, pour sceller un tel compromis, il faut être deux, la légion romaine qui était présente semblait avoir reçu pour instructions : "Soldats vous serez récompensés si vous ne cédez pas face à l'ennemi gaulois". Quant à l'arbitre, il avait pris, depuis bien longtemps, fait et cause pour le club visiteur !

Avant de terminer ce récit, louons le "maître de cérémonix", Manu Guévart, qui sut empêcher que ce débat devienne houleux car, lorsque la caméra s'attardait sur le public, on voyait des gens bouillir sur leur chaise comme au sein d'un chaudron de potion magique ! Heureusement tout le monde est resté digne, c'est à la gloire des représentants tournaisiens.

Je tiens à préciser pour ceux qui me lisent que je ne roule, ni ne navigue (!) pour personne. je ne fais partie d'aucun groupe constitué, je ne défends aucune position politicienne. Je suis un citoyen lambda, amoureux de sa ville natale, qui a horreur des conflits mesquins qui s'éternisent de par la faute de certains, tellement imbus de leur personne, qu'ils ne veulent même pas faire un pas vers l'autre et refusent de signer la "paix des Braves". Il me semble, hélas, que, depuis quelques temps, au sein de notre Wallonie certains ont acquis la fâcheuse attitude de vouloir être "calife à la place du calife" et... it's not good !-

S.T. avril 2016.

09 avril
2016

13:49

Tournai : expressions tournaisiennes (354)

Les raminvrances d'Edmeond et Fifinne.

Pou nos deux amisses Edmeond et Fifinne, mercredi après-deîner, ch'éteot jour de fiête dins leu n'appartemint du quai. "Viens on va ouvère eine beonne boutelle" qui m'aveot dit Edmeond quançque j'l'ai rincontré de l'velle. Comme su l'gâteau d'anniversaire i-n'aveot fauqu'eine seule bougie, j ai d'mindé à Edmeond si i-n'aveot pos mis les eautes dins l'sa à z'oblis.

"Bé, laiche me t'espliquer pourquoi ch'est ainsin d'puis toudis, ch'est pasque Fifinne elle est née l'même ainnée qu'mi et... te vas pétête m'dire que ch'est des riches infantillaches mais ceulle esbroufeusse elle ne veut jamais dire s'n'âche, i-feaut vir comme ceulle berdéleusse elle me fait des misères quançque j'ai l'malheur d'dire aux gins qu'on est des septuagénaires, qu'à vir nos tiêtes on n'in a pétête pos l'air mais qu'on est né jusse après l'seconde guerre".

"Comme i-aureot dit l'pétit Charles Aznavour dins s'cancheonnette, j'te parle d'ein temps que les moinses d'vingt ans n'peuve'tent pos connaîte, Tournai à c'momint-là commincheot, d'quarante, à oblier les dégats".

Pindant qu'i-m'parleot, Fifinne l'orwettieot ave des is qui traduiseot'ent s'colère, d'jà prête, à l'ormette à s'plache, à l'impoigner si i-aveot dit ein seul meot d'travers".

"Elle ne dira rien si j't'anneonche qu'elle est née ein verdi au matin au mitan dins eine famile de flaminds qui d'meureot dins eine cinse à Eperchin. In v'nant ainsin au meonte ein verdi dins ein grande maseon pos leon de l'route de Lamain, ch'est sans doute pou cha que d'puis soixante ans, elle a toudis l'wassinque à s'main".

"Hureus'mint, grand dépindeu d'andoules, que j'n'attinds pos après ti pou m'aider pasque Mossieu Edmeond comme i-est né ein diminche, i-n'pinse qu'à s'orposer".

Mais l'babiéleu i-ne nous acouteot pos, Edmeond, i-sanneot même ête bin leon.

"Ah, ces bieaux jours du temps de m'jeonesse, j'creos bin que j'n'ai jamais été aussi bénaisse. Tous les diminches vers les dix heures au matin, on alleot boire l'apéro su l'Grand-Place, chez Julien Ochin. On buveot deux ou treos pintes, on f'seot des parties d'quicker et les ceusses qui perdeot'ent i-deveot'ent payer les verres".

"J'in ai aujord'hui l'prouèfe, j'l'aveos toudis pinser, tout jeone, t'éteos d'jà ein potieau d'cabaret" qu'elle a dit Fifinne bin débaltée au momint d'servir eine jatte d'café.

Edmeond i-a fait l'ceu qui n'aveot rien ormarqué et l'heomme i-a continué à l'débabeiner c'cap'let :

"A midi tapant, tertous, on ortourneot pou l'deîner à s'maseon, on mingeot l'bouli à l'moutarte ave des penn'tières, des carottes et des porieons après avoir avalé ein grand bol d'bouilleon. Ch'éteot leon d'ête ein orpas d'misère pou les gins qui aveot'ent connu la guerre. A deux heures, l'mopère i-s'leveot d'ein seul beond : "I-est grand temps d'aller à l'rue des Sports, pou vir jeuer l'Unieon, des "Infants" in rouche et vert, on éteot d'fidèles supporters. Christian, no visin, li i-éteot puteôt supporter des "Geaune et Noir" d'l'avenue d'Maire. Deux feos pindant l'saiseon, on f'seot l'route ave li, ch'éteot, te l'as seûrmint adveiné, l'jour qui aveot l'derby. On canteot, on meonteot su l'gampe de l'ein l'eaute, tout l'leong du qu'min mais, in orvenant, i-aveot bin souvint des bénaisses et des mau-contints.

"Te vinteos, ton buteur, l'fameux Roger Defever... m'n'heomme ch'est eine riche canule",

"Ahais, mais te n'dis pos que les deux goals qui marquent l'arbitre les annule, c'jocrisse conte nous i-a tout chifflé, à m'mote que te l'as seûrmint acaté".

"Bé tins et quançqu'on a inveyé Roger Lambreth aux pâquerettes, l'arbitre i-aveot probablemint de l'buée su ses neunettes.

Ces histoires d'fotbal, Fifinne, elle les aveot chint feos intindues et quançque Edmeond les raquonteot, elle ne s'in ortourneot pus.

"L'lindi au matin pour aller ouvrer, à chinq heures on éteot d'jà levé. J'feseos m'toilette pindant que l'mamère prépareot m'malette. De m'maseon à l'usine Meura i-aveot près d'treos kilomètes, on les f'seot à pied, on n'aveot pos d'véleo, acore moinse d'mobylette. Tous les lindis au soir, été comme hiver, on alleot jeuer aux cartes ou bin faire eine partie d'fiers. On orveneot bin souvint in cantant au mitan de l'rue sans jamais, comme asteur, croiser l'quémin d'ein malotru. On n'attaqueot jamais perseonne pasque les gins i-n'aveot'ent pos d'télépheone. Les seuls jours du meos dusqu'on se sinteot pos in sécurité ch'est quançqu'on aveot orchu not inv'loppe de paie".

Fifinne elle li a dit : "Te n'vas pos 'chi toudis tenir l'crachoir, ch'est à m'tour asteur d'raqueonter m'n'histoire".

"Mi, quançque j'éteos acore eine jeone file, l'diminche on pourméneot toudis in famile, m'mopère diseot qu'on d'veot profiter pou respirer l'beon air et on alleot au printemps cueillir des gringottes au beos d'Ere. In été, on parteot, alfeos, ave l'camionnette d'Désiré, no laitier, à la mer et in auteomne on rintreot l'provisieon d'beos et l'carbeon pou l'hiver et, su les camps, on alleot glâner à penn'tièrres. A l'morte-saiseon, on passeot l'dimanche auprès de l'busse in acoutant no Luc Varenne à l'INR. In décimpe, on fiêteot, ave les cinsiers l'Saint-Eloi et après ch'éteot l'Saint-Nicolas, ch'est l'seule feos dins l'ainnée qu'on orcheveot des mandarines et du chucolat. Dire que ch'est l'jour de mes dix-nuef ans que j'ai rincontré pou l'prumière feos c'n'albran; su l'plache du villache, on aveot meonté ein chapiteau et, l'soir, on y aveot organisé ein bal à chabeots". 

"J'm'in ramintuve, i-f'seot quieaud et t'aveos eine pétite ombrelle, j'ai toudis pinsé que ch'est à causse d'elle que t'm'a tapé dins l'ouèl".

"Si j'te comprinds bin... ch'est de m'nombrelle que t'es cait amoureux, bé, i-a fallu pus d'chinquante ainnées pou mi intinte parel aveu".

"Neon, j't'ai tout d'suite ormarqué pasque t'éteos toute mignonette ave tes frisettes à côté d'eine sorte d'éléphant, d'eine forte lutteuse... d'eine badoulette"

"L'badoulette, ch'éteot Monique, l'feimme de m'mofrère, m'belle-soeur, ch'est elle que te l'appeleos l'éléphant... ov'là acore eine eaute affaire que j'apprinds asteur".

"Ch'est pos mi qui a dit eine cosse parelle, ch'est n'm'amisse d'sorties, l'grand Marcel"

"Ahais, l'ceu que m'belle-soeur Monique elle aveot app'lé l'fil de fier, i-éteot tell'mint épais qui pouveot s'mucher pa d'rière s'verre de bière".

"Pou t'faire la cour, pos eine seule pinte j'nai chifflée, j'ai été à l'ieau toute l'soirée".

"Ahais, à l'ieau toute l'soirée, mais d'puis on peut dire que te t'es bin rattrapé".

"Treos meos pus tard, Fifinne me présinteot à s'famile et j'l'ai adoptée tout d'eine quançque m'futur bieau-père i-m'a dit : "Pou fiêter ceul bel évèn'mint on va in boire eine". Ahais, puteôt quate ou chinq et j'vous l'avoue que ch'a été catastrophique, je m'deminde si ch'n'est pos pa amour que j'sus dev'nu su le bord... alcoolique".

"Vingt milliards, te vas béteôt m'faire acroire que ch'est de m'feaute, bé si je n'creos pos ceulle-là te vas m'in raqueonter eine eaute".

"Et acore l'Optimisse, je n'te parle pos du jour du mariache, là aussi ch'a été eine sapré touillache. Les gins qui veneot'ent d'Tournai n'saveot'ent pos du tout dusqu'éteot Eperchin et i-ont attindu pindant pus d'eine heure qu'on vienne les querre à l'porte d'l'églisse d'Lamain".

"Cha moute que tes parints, ch'éteot des rudes annochints".

"N'dis pos rien su m'famile, i-seont tertous morts, espèce de clapette !".

"Ah cha, ch'est ti qui a qu'minché en traitant m'belle-soeur d'badoulette".

Inter nous, j'sinteos v'nir l'dispute habituelle aussi j'ai bin été obligé d'mette m'grain d'sel :

"Ch'est pos possipe, vous êtes insanne d'puis pus d'ein demi sièque et l'pus p'tite conversatieon elle tourne acore toudis au vénaique. Vous êtes asteur vieux assez pou busier ein jour à faire la paix".

J'ai alleumé l'bougie ave m'briquet et Edmeond, pa d'zeur i-a soufflé, ch'est alors qu'on a intindu Fifinne qui s'metteot à soumaquer, on intindeot bin qu'elle parleot mais on n'compreneot pos ein meot de ce qu'elle diseot :

"T'es acore pus vieux d'eine ainnée, j'te promets ceulle ainnée-chi de n'pus berler".

Saisi jusqu'à s'fusil, Edmeond i l'a ravisée et i-a dit, tout hureux : "ch'est mi qui beot mais ch'est ti qui fait eine promesse d'...buveu".

Et comme d'habitude cha s'a terminé pa eine belle marnioufe su s'nez !

(lexique : les raminvrances : les souvenirs / les amisses : les amis / l'après-deîner : l'après-midi / ouvère : ouvrir / eine boutelle : une bouteille / l'velle : la veille / fauque : seulement / les eautes : les autres / mette dins l'sa à z'oblis : mettre dans le sac (ou la poche) d'oublis, oublier / laicher : laisser / ainsin : ainsi / toudis : toujours / pétête : peut-être / les infantillaches : les enfantillages / ceulle : cette / eine esbroufeusse : une personne qui fait des manières, une faiseuse d'embarras / l'âche : l'âge / vir : voir / eine berdéleusse : une rouspéteuse / quançque : lorsque / les tiêtes : les têtes / jusse : juste /  l'cancheonnette : la chansonnette / orwettier : regarder / les is : les yeux /  ormette : remettre / les meots : les mots / anneoncher : annoncer / l'verdi : le vendredi / au mitan : au milieu / eine cinse : une ferme / Eperchin : Esplechin, village frontalier au sud de Tournai / pos leon : pas loin / eine wassinque : une serpillière / ein dépandeu d'andoules : un grand efflanqué un peu niais / s'orposer : se reposer / sanner : sembler / l'jeonesse : la jeunesse / bénaisse : content / les ceusses : ceux / l'prouèfe : la preuve / ein potieau d'cabaret : expression régionale pour désigner un pilier de bar / débaltée : déchaînée / débabeiner s'cap'let : raconter une histoire dans les détails, conter ses heurts et ses malheurs / tertous : tous / du bouli : du bouilli, pot-au-feu / l'moutarte : la moutarde / des penn'tières : des pommes de terre / des porieons : des poireaux / ein orpas : un repas / l'mopère : le père / jeuer : jouer / puteôt : plutôt / adveiner : deviner / canter : chanter / meonter su l'gampe : se moquer gentillement / le qu'min : le chemin / ein mau-contint : un mécontent / eine canule : mot entendu sur les terrains de football jadis, désignait un joueur qui ratait l'immanquable, un malhabile, à peu à peu disparu du vocabulaire des supporters / ahais : oui / chiffler : siffler / à m'mote : selon moi, à mon idée / acater : acheter / inveyer : envoyer / les neunettes : les lunettes / chint feos : cent fois / s'ortourner : se retourner / ouvrer : travailler / porméner : promener / les gringottes : les jonquilles / l'beos : le bois / alfeos : parfois / l'carbeon : le charbon / les camps : les champs / l'busse : la buse (du feu) / acouter l'INR : écouter l'Institut National de Radiodiffusion, ancêtre de la RTB / les cinsiers : les fermiers / l'chucolat : le chocolat / un albran : un garnement / l'plache du villache : la place du village / les chabeots : les sabots / s'ramintuver : se souvenir, avoir la souvenance / quieaud : chaud / à causse : à cause / taper dins l'ouèl : taper dans l'œil / caire : tomber / parel : pareil / ormarquer : remarquer / eine badoulette : une femme qui a de l'embonpoint, femme grassouillette / m'mofrère : mon frère / l'fil de fier : le fil de fer / s'mucher pa d'rière : se cacher derrière / l'ieau : l'eau / tout d'eine : d'un seul coup / béteôt : bientôt / acroire : croire / raqueonter : raconter / ein sapré touillache : une sacrée confusion / querre : chercher / moutrer : montrer / les annochints : les innocents / eine clapette : une commère / inter : entre / insanne : ensemble / ein sièque : un siècle / tourner vénaique : tourner au vinaigre / busier : songer / alleumer : allumer / pa d'zeur : dessus / berler : crier, hurler / raviser : regarder / eine marnioufe : une gifle).

S.T. avril 2016.       

13:49 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

06 avril
2016

09:39

Tournai : une pagaille mémorable

De mémoire de Tournaisiens, nous avons rarement connu une telle pagaille. Tout a commencé, un peu timidement, le vendredi 1er avril ! En raison de la date, on aurait pu imaginer un poisson mais, hélas, il a fallu vite se rendre à l'évidence, les camionneurs avaient pris les automobilistes en otage. Le poisson aller cacher de fameuses arêtes.

Loin de moi de contester le bien-fondé de la motivation de ceux qui travaillent pour amener tous les produits dont nous avons besoin quotidiennement. Dans un société ultra-libérale, au sein d'une Europe totalement incapable de parvenir à une harmonisation entre les pays, dans un amalgame d'états aux mentalités bien différentes, au sein de ce puzzle dirigé par un parlement européen dépassé qui laisse s'installer toutes les conditions du dumping social (en autorisant, notamment, certains ouvriers, ceux des pays de l'Est, à prester pour un coût nettement différent de ceux de l'Europe de l'Ouest), dans cette Europe qui ne sera jamais construite, il faudra, de plus en plus, s'attendre à des réactions violentes de la part de catégories de citoyens se sentant de plus en plus lésés, spoliés.  

On le sait, c'est la mise en application de la taxe kilométrique qui a déclenché ce mouvement de colère d'un secteur qui n'a, malheureusement, pas toujours bonne presse auprès de la population. Désormais, tous les camions qui emprunteront les autoroutes belges et certaines nationales paieront une taxe en fonction de la puissance du moteur et surtout de la pollution émise (en rapport avec l'ancienneté des véhicules). En compensation, on supprime la vignette de 1.500 euros par camion et les transporteurs peuvent déduire une partie des montants payés à la déclaration de l'impôt des sociétés ! Tous les transporteurs étrangers (80% du trafic sur nos autoroutes) seront soumis à la même perception. La recette de cette taxe imaginée par les trois régions du pays devrait être utilisée à améliorer un réseau routier digne d'un pays en voie de "sous-développement" ! Si c'est comme pour la redevance télé, on risque de se faire des illusions !

Pour contrôler le kilométrage parcouru, les transporteurs doivent s'équiper, moyennant paiement, d'une installation électronique appelée "OBU". Celui qui a trouvé ce nom composé d'initiales du système a été bien inspiré car l'obu(s) vient de nous sauter à la figure ! Des camionneurs disent que ce système n'est pas au point, qu'il enregistre des taxes même à l'arrêt dans les files, que le compteur tourne sur certains itinéraires qui ne donnent pas lieu à la perception de la taxe kilométrique, que le décompte des kilomètres est parfois surestimé... Nous ne pouvons que les croire sur parole !

Des kilomètres de file !

En Wallonie picarde, depuis dimanche soir, le mouvement s'est amplifié, les autoroutes sont totalement bloquées pour les camions et les automobilistes sont obligés de se faufiler dans les barrages. La E19 qui mène à Courtrai et à Bruges, la E42 ou autoroute de Wallonie vers Liège, la E429, Lille-Tournai-Bruxelles sont entièrement paralysées. Des barrages ont même été installés à Lamain, à Froyennes, à Kain et aux entrées et sorties d'autoroutes venant ou menant au bassin carrier à Gaurain. A la Glanerie, sur la route Douai-Tournai, des camionneurs ont aussi installé un barrage filtrant.

Jamais, on n'a vu un tel ruban de camions multicolores arrêtés sur deux files depuis le poste frontière de Lamain jusque bien au-delà de la sortie Kain (Tournai Expo), soit sur plus de dix kilomètres. Dans les files, on parle français, néerlandais, roumain, polonais, espagnol, anglais... C'est le symbole d'une communauté européenne à l'arrêt en raison de l'incompétence des dirigeants de chaque pays et, surtout, en conséquence de leur manque d'imagination pour trouver l'argent qui leur fait, hélas, toujours défaut suite à une mauvaise gestion ou à de mauvaises anticipations budgétaires, en bref par leur incompétence totale ! Après tout, nous avons les politiciens que nous méritons !

Depuis ce lundi, un barrage filtrant a été installé à Ramegnies-Chin sur l'ancienne chaussée de Courtrai provoquant des files de véhicules s'étendant, parfois, jusqu'à proximité de l'arsenal des Pompiers à l'avenue de Maire.

Des camions étrangers tournent en rond.

Dès ce lundi après-midi et durant toute la nuit, la chaussée de Lille, normalement interdite aux camions de plus de 7,5 tonne a vu défiler des centaines et des centaines de camions. Un riverain m'a déclaré, ce matin, que, durant la nuit, le flot était presque ininterrompu. On croise également de nombreux camions sur la ceinture des boulevards de la cité, à l'avenue de Maire ou à la chaussée de Bruxelles. 

Ce midi, la presse annonce que les camions sont désormais interdits de circuler sur la chaussée de Bruxelles, en direction de la ville, au-delà du rond-point "Ma campagne". De même, sur la chaussée de Renaix, ils sont stoppés à hauteur du rond-point de "Tournai-Expo". Toutefois, pas d'informations en ce qui concerne ceux qui viennent par la chaussée de Lille (nationale 7) où le barrage qui bloquait l'accès à la zone industrielle d'Orcq est désormais installé. 

La zone commerciale de Froyennes accueille les camions bloqués en attente de pouvoir circuler, la file des véhicules stationnés débute sur le quai Donat Casterman !

Ces routes ne sont pas prévues pour absorber un tel charroi et risquent de se dégrader rapidement. Quand la grève sera terminée, les pauvres automobilistes n'auront plus qu'à pester, une fois de plus, contre ceux qui dégradent le revêtement routier. Eternel combat entre le confort des uns et l'emploi des autres !

J'ai souri lorsque j'ai rencontré, à plusieurs reprises, aux quatre coins de la ville, un camion dont la raison sociale était "Société Danfer", j'ai pensé qu'il était perdu, qu'il tournait en rond et qu'au téléphone, il devait appeler sa base en disant : "Ici, à Tournai, patron, c'est vraiment l'enfer !". Par contre, je n'ai pas souri lorsque j'ai vu un énorme camion s'aventurer sur la Grand-Place probablement guidé par un GPS déboussolé !

Et maintenant ?

tournai, camions, taxe kilométriques, files, blocagesLe temps qui passe n'arrange pas les choses, le capital sympathie qu'avaient engrangé les camionneurs en colère commence à sérieusement s'éroder, des mouvements en sens divers apparaissent. Des questions sont posées par l'ensemble des automobilistes pris en otage : cette stratégie d'attendre le jour de mise en application de la taxe n'est-elle pas totalement idiote ? Au lieu de réclamer la suppression pure et simple de la taxe ne devait-on pas négocier des améliorations techniques de l'OBU et des montants perçus ? Ne souhaite-t-on pas, tout simplement, par une action spectaculaire comme celle qui est en cours faire passer le message à la population que, dès la fin de la grève, le coût du transport sera plus cher car il intègrera la taxe. Agiter le spectre de la faillite, c'est mentir à tout le monde car, in fine, la taxe, c'est tout le monde qui la paiera dans un avenir proche lors des achats, alors qu'eux pourront déduire fiscalement ces montants payés !!!!

Il ne nous restera plus alors, tous ensemble, qu'à aller bloquer dans leurs bureaux, pendant des jours, les élus nationaux et fédéraux atteints de cette rage taxatoire qu'on ne peut éradiquer, depuis plusieurs années déjà !

Cet article a été écrit, avec un certain recul, car ce mardi matin, au carrefour formé par l'avenue de maire et la chaussée de Lannoy, j'ai failli être percuté par un conducteur totalement excité lorsque celui-ci a quitté la file située à ma droite, pied au plancher, pour faire un demi-tour sur la chaussée, alors que je m'engageai dans le carrefour, le feu étant devenu vert.

La photo représente un transport de jadis, sans taxe kilométrique, tout au plus fallait-il compter le prix de l'avoine.

S.T. avril 2016.

09:39 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, camions, taxe kilométriques, files, blocages |

02 avril
2016

12:17

Tournai : expressions tournaisiennes (353)

Ein bieau spécimen !

I-a pus bramint d'gins qui ont acore asteur l'raminvrance d'Marie Louise Ducoreon, que tertous, à l'époque de m'jeonesse, on app'leot Malou, ch'éteot, pou nous eautes, s'pétit neom. On la veyeot, à pus d'chinquante ainnées, chaque jour, dins toutes les églisses d'no cité, ch'éteot ce qu'on nommeot, sans beauqueop d'respect, eine véritape guernoule d'bénitier. Toudis assise su l'même cayère, in méditatieon ou in prière, attindant l'abbé près du confessionnal, on s'demindeot, inter nous, quoisqu'elle pouveot bin confesser comme péché capital.

On la veyeot porméner dins les rues in ravisant au leon, tout dreot comme ein i, j'm'in souviens, on pinseot qu'elle aveot été passée à l'amidonnache ou qu'elle aveot avalé ein parapuie. Ave cha, elle n'éteot pos fort épaisse, Mamzelle Ducoreon, seûrmint qu'elle deveot ête née sous l'signe du picreon.

Elle éteot file unique, s'mamère Iliona Phillipides éteot, un bieau jour, arrivé à Tournai in provenance d'Grèce. S'mopère, Armand Ducoreon, i-aveot eine prumière feos fait faillite, in vindant des congélateurs aux Esquimaux Inuit et eine eaute feos in exportant des cabines de sauna à des habitants des villaches du Sud-Katanga.

Quançqu'elle éteot acore eine galuriette, no p'tite Malou, elle n'éteot pos, comme on dit, puteôt du ginre glout. Elle n'aimeot pos l'pisseon pasqu'i-aveot des arêtes, pou l'viante, elle areot minger tous les jours des bourlettes, i-aveot treop d'chuque dins l'confiture et su ses tarteines i-n'li falleot pos d'bure. Quançque s'mopère rapporteot, alfeos, eine assiette d'mutieau, on n'peut vraimint pos dire qu'elle in attrapeot les ieaux. Pou elle, i-n'aveot rien d'beon, tout alleot li deonner du cholestérol, elle éteot tell'mint difficile que s'mamère elle n'a jamais osu l'laicher minger à l'école.

A l'âche dusque les garcheons comminchent à queurir l'cotreon, Marie-Louise, elle n'a pus voulu mette l'nez in déhors de s'maseon. Ein bieau jour pourtant, elle a rincontré Gasteon, on l'aveot assise à côté d'li à ein deîner d'communieon. Vingt-chinq ans, chint kileos, galfard et babenneau, ch'éteot certain'mint pos l'compagnie qui li falleot. Gasteon i-a bin essayé d'l'amidouler, d'dire des cosses pou l'faire indever, mais, pus qu'i-li parleot, pus qu'elle li tourneot l'deos. Cha a vite tourné au veinaique quançque l'greos i-a été ein peu berzèque. I-li a dit qu'elle éteot rachm'ée comme ein cafouma, qu'elle paraisseot d'jà bin vielle mais pou toute répeonse, l'biec-beos, i-a orchu ein riche cachireon su n'orelle !

A chinquante ans, du matin au soir, elle éteot afulée tout in noir. Amélie, s'seule amie, l'aveot inscrite aux réunieons qu'elle organiseot pou les feimmes sans compagneon. In mingeant des déchets d'waufes d'chez Marquette, autour d'eine jatte d'camamène ou bin d'café, on débabeineot s'cap'let in intier, l'jeudi après-deîner. Pou casser du chuque su l'deos des heommes, on peut dire que Malou elle éteot cait à l'beonne. "Cha n'est que des ivrones, des fafious, toudis prêts à mal faire, croyez me, les marles seont des infileus, d'véritapes créatures d'l'infer".

Comme d'puis toudis, elle n'aimeot pos rincontrer les gins, elle alleot à l'messe à Saint-Jacques à siept heures au matin. Je m'ramintuve l'boucan qu'elle feseot ave ses sorlets, in passant pa d'vant m'maseon, les claquant su l'pavé. Elle porteot fier'mint s'missel dins eine main gantée d'dintelle et, in hiver quançque l'vint souffleot, d'l'eaute elle teneot s'capieau. "Malooooouuuu... Malooooouuuu...", même Messire Eole sanneot s'foute d'elle au momint dusque ses queops d'vint arleocheot'ent s'rope d'dintelle.

Ein bieau jour qu'elle ne se sinteot pos fort bin, elle a été vir, contrainte et forchée, l'médecin. L'paufe file, elle a failli ête prise d'eine toupirie au momint qui li a d'mindé d'inl'ver ses habits. J'ai bieau acouter, j'n'intinds rien à vos deux poumeons, ce que vous avez, ch'est du mau à vos articulatieons, pou cha, je n'veos qu'eine seule solutieon, vous allez aller faire dix séances au bassin d'natatieon.

"Docteur, ha, cha... neon, j'n'irais jamais au bassin d'natatieon, pou mi, ch'est tout à fait hors de questieon".

"Nager, chest pourtant beon pou l'santé, savez, après dix séances, vot' deos i-va ête fortifié... Ha mais, j'comprinds... vous avez l'esquite de vous moutrer in mailleot, vous n'voulez pos qu'les eautes i-z'orwettent l'pus p'tit morcieau d'vo pieau".

"Ch'n'est pos pou cha, Docteur, que cha soiche à Madame ou à Marvis, l'ieau du bassin elle est rimplie d'bactéries, ch'est eine infirmière qui me l'a dit, i-paraît qu'i-a bramint d'gins qui, là-d'dins, feont... pipi".

A quater-vingt ans, ch'est tout seu que Malou a ortourné s'brouette et qu'elle a pris, ein bieau matin, l'quémin d' Mulette. Ein meos pus tard, chez l'notaire, Amélie et ses amisses du jeudi ont été convoquées, l'successieon d'Marie-Louise elles éteot'ent tertous prêtes à l'orfuser, les dettes elles ne vouleot'ent surtout pos les payer. L'notaire i-a anneonché qu'elle laicheot toutes ses écolomies à les ceulles qui aveot'ent été ses seules amisses dins s'vie. Ave cha, elles pourreot'ent acater des waufes et du café pou les réunieons, mais elles areot'ent aussi pu orprinte l'torréfactieon des Cheonq Clotiers et l'fabrique de waufes Marquette ave eine héritache d'près d'quate millieons.

* Si i-a des gins qui pinsent li orsanner ch'est bin malhureux pou eusses mais vous savez bin, mes gins, que, mi, j'ai l'habitude d'vous raqueonter des bleusses.

 

(lexique : bramint : beaucoup / acore : encore / asteur : maintenant / avoir l'raminvrance : avoir la souvenance, se souvenir / tertous : tous / l'jeonesse : la jeunesse / eine guernoule de bénitier : littéralement une grenouille de bénitier, une bigote / toudis : toujours / eine cayère : une chaise / attinte : attendre /inter nous : entre nous / quoisque : qu'est-ce que / porméner : promener / raviser au leon : regarder au loin / dreot : droit / amidonnache : amidonnage, action d'empeser le linge / ein parapuie : un parapluie / seûrmint : sûrement / ein picreon : un moustique / s'mamère : sa mère / s'mopère : son père / eine feos : une fois / eaute : autre / quançque : lorsque / eine galuriette : une gamine / putêot : plutôt / ête glou : être délicat, friand, on dit aussi faire gnien-gnien su l'nourriture : faie la fine bouche / l'pisseon : le poisson / des bourlettes : des boulettes, des fricadelles / l'chuque : le sucre / les tarteines : les tartines / l'bure : le beurre / alfeos : parfois / l'mutieau : pâté grossier / attraper les ieaux : saliver / osu : osé / laicher : laisser / l'âche : l'âge / dusque : où / commincher : commencer / queurir l'cotreon : littéralement "courir le jupon", avoir des aventures galantes / ein déîner : un dîner / galfard : gourmand / ein babenneau : un niais / amidouler : amadouer, flatter / de cosses : des choses / faire indever : faire enrager, on peut aussi dire : "meonter su s'gampe", monter sur sa jambe / tourner au vénaique : tourner au vinaigre / ête berzèque : être sur le bord de l'ivresse / ête rach'mée comme eine cafouma : être accoutrée d'une drôle de manière, eine cafouma étant une femme négligée, sans allure / l'biec-beos, littéralement un pivert, mais en patois tournaisien désigne un balourd, un homme dénué de bon sens / orchevoir : recevoir / ein cachireon : une gifle / l'orelle : l'oreille / ête afulé : être habillé de manière ridicule / les déchets d'waufes : les déchets de gaufres, on peut acheter ces morceaux qu'on découpe du gaufrier ou des gaufres qui ont un défaut qui ne permet pas de les vendre / l'camamène : la camomille / débabeiner s'caplet tout in intier : raconter ses heurs et malheurs, raconter toute sa vie / ête cait à l'beonne : être bien tombé, avoir trouvé ce qu'il faut / des ivrones : des ivrognes / des fafious : des bavards / les marles : les mâles / des infileus : des trompeurs / toudis : toujours / s'ramintuver : se souvenir / les sorlets : les souliers / pa d'vant : devant / l'capieau : le chapeau / sanner : sembler / s'foute d'elle : se moquer d'elle / les queops : les coups / arlocher : secouer / l'rope : la robe / vir : voir / l'paufe : la pauvre / avoir eine toupirie : avoir un vertige, un éblouissement / acouter : écouter / avoir du mau : avoir mal / l'deos : le dos / avoir l'esquite : avoir peur / moutrer : montrer / les eautes : les autres / orwettier : regarder / l'pieau : la peau /  quecha soiche : que cela soit / ortourner s'brouette : décéder, mourir / l'quémin d'Mulette : le chemin qui mène au cimétière (du Sud à Tournai) / ein meos : un mois / orfuser : refuser / anneoncher : annoncer / les écolomies : les économies / les ceulles : celles / acater : acheter / orprinte : reprendre / quate : quatre / orsanner : ressembler / eusses : eux / raqueonter des bleusses : raconter des histoires inventées).

S.T. avril 2016.     

12:17 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |