29 avril
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (357)

Asteur, dins tout c'qu'on fait, on tire de l'leonque !

On dit alfeos qu'on est au sièque de l'vitesse, qu'on n'prind pus l'temps d'vife, qu'on n'prind pus ses aisses, ch'est des cacoules qu'on est in train d'nous raqueonter et, aujourd'hui, j'vas ichi, ave des eximpes, vous l'prouver.

Quançqu'ein ouvrache i-est inter les mains des fonctionnaires, te peux ête seûr que pou l'vir avancher, on va avoir bin de l'misère. Ainsin, prenez l'rénovatieon d'no vielle cathédrale, vous allez m'dire que ch'est pos ein sujet banal, que j'areos pu queusir eine toute eaute affaire, pou moutrer qu'les travéaux i-n'avinche'tent pos à l'vitesse de l'leumière. J'veux vous espliquer que dins les ainnées deux mille, on n'va pos pus vite qu'in l'an 1000.

Ch'est in mille nuef-chint nonante-nuef, après l'tornate, que tout a qu'minché et Dieu seul sait... quançque l'maseon dédiée à s'mamère elle va ête infin terminée.

J'vous esplique :  in l'an deux mille, eine bande de jeones est arrivée, i-paraît qu'i-v'neot'ent d'eine université, i-aveot'ent pou missieon d'ouvère les fondatieons pou vir et orlever su ein plan c'qu'i-aveot dins au feond. Pindant c'temps-là, l'tour Brunin i-a fallu l'ormette bin d'équerre pasqu'elle berloqueot sérieus'mint du côté qu'elle alleot caire. A l'nef romane, on a mis des tapes d'pleomb su l'toiture et su l'façate, on a nettié et cangé les pierres et ormis l'beos in peinture. Adveinez, mes gins l'temps que tout cha a duré, i-feaut queompter in tout et pour tout eine beonne douzaine d'ainnées.

I-a treos ans, on a imballé les prumiers clotiers, ch'éteot à leu tour d'ête rénovés. I-feaudra acore deux beonnes ainnées pou pouvoir infin à nouvieau les admirer. Après i-ara l'cœur gothique et ch'est là qu'est le hic, avant d'continuer, i-va falloir pinser à le stabiliser.

On va devoir tout examiner, tout carculer, busier à toutes les possibilités, confectionner ein dossier et après d'minder des budgets. Pou tout cha, te peux ajouter, à la grosse louche, eine paire d'ainnées et, surtout, espérer que l'minisse, inter temps, i-n'ara pos cangé sineon tout i-est à orcommincher. I-feaudra inviter l'nouvieau personnache à v'nir vir de no bieau monumint l'dallache. Appel d'offre aux interprisses qui pourreot'ent avoir l'ouvrache, début du chantier et montache des échafaudaches, etc... Après on deot acore orfaire les statues qui seont à l'intrée, on n'les orconneot pus elles seont toutes démingées. Et bé... les paufes ortraités Tournisiens qui seont asteur septuagnéaires pou vir leu cathédrale finie i-veont devoir vife chintenaires.

Sans bramint d'matériel, ave leu seules mains, leu fil à pleomb et leu truelle, i-a fallu quarante ans aux macheons du moyen-âche, pou bâtir cette oeuve sans parelle et i-va falloir presqu'autant pou l'orfaire toute nuève et toute belle. Si cha dure de l'leonque, i-a seûrmint eine raiseon, ch'est pétête à causse d'ein fameux manque d'organisatieon. L'chantier i-a été saucissonné, in treos tranques i-a été décopé. Là d'zeur, i-n'a rien à critiquer, ch'est comme cha qu'on deot pratiquer, mais, pou l'chœur gothique, l'dossier i-areot d'jà pu ête étudié d'façeon à pouvoir rapid'mint continuer à l'fin du deuxième chantier.

Vous voulez eine eaute eximpe pou bin comprinte m'raisonn'mint, bé, ch'est simpe, on va printe l'autoroute inter Froyennes et Lamain. Ch'est ein véritape quémin d'creox pou les usagers qui, tout au leong d'eine journée, s'ortruèfe'tent bin souvint à l'arrêt. J'n'deos pos vous faire ein dessin, pou comprinte cha i-n'feaut pos ête fort malin, l'chantier qui ch'est qui l'gère, bé tins, ch'est acore ein d'no ministère. Les gins qui ont l'responsabilité d'faire nos routes, i-ont eine organisatieon qui est toudis in déroute. Pou rénover ein quinzaine d'malhureux kilomètes, ch'est pindant treos ans tout plein qu'on nous imbête. I-paraît qui fait alfeos treop freod et bin qu'à d'eautes momints i-fait treop queiaud, que l'patreon i-n'a pos assez d'ouverriers pou faire in même timps deux chantiers, on dit aussi que l'béteon i-feaut laicher séquer, ahais, mais i-n'est pos 'cor coulé.  I-ont toudis eine escusse à mette au treo, i-f'reot'ent mieux de les boucher... les treos.

Près de m'maseon, l'route, d'puis l'lindi quatorze mars, à l'circulatieon, elle est serrée, i-aveot tell'mint d'nids d'poule qu'on l'a rabotée, mais comme ch'est l'même interprisse qui ouèfe au Qu'min des Peupiers, on attind qu'elle a fini là-vas pou mette l'dernière couche d'asphalte su l'feond d'jà bin usé. Cha fait asteur six semaines qu'on est obligé d'faire l'détour et, pou aller à Froyennes, passer pa l'avenue Beau-Séjour. Dins les camps, de l'chaussée d'Lille au Vieux Qu'min d'Willems, on crée ein ravel, mais pou qui soiche fini, croyez me, ch'est pos d'main la velle, pindant l'journée, ein camieon, treos pelés et ein teondu, in porménant dins l'ruache, ch'est tout c'que j'ai vu. Cha s'ra pétête fini à Pâques ou à l'Ternité ou bin acore pou les congés, à moinse que l'échevin des travéaux leu dit d'ein peu accélerer, quoisque vous voulez : on peut toudis rêver. je m'dis alfeos qu'on areot queusi eine interprisse d'flaminds, no p'tit quémin i-areot été fini d'puis bin lommint.

On s'plaint toudis qui n'a pus d'ouvrache, que plein d'gins i-seont au chômache, mais quançque te fais appel à ein électricien ou bin ein pleombier, t'attinds bin souvint des meos pou l'vir arriver. Ch'est l'même dins l'service d'urgince d'ein hôpital, quançque t'es infin vu pa l'médecin, i-a bin lommint que t'as oblié que t'aveos mal.

Cha m'fait rire, mi, l'sièque de l'vitesse comme on l'neomme, bé, on d'vreot puteôt l'appl'er l'sièque des leonques preones

Comme vous l'veyez, ceulle sémaine, j'sus rogneu mais l'météo elle est leon d'nous rinte hureux.

(lexique : asteur : maintenant / tirer de l'leonque : aller lentement, tirer en longueur / afeos : parfois / l'sièque : le siècle / vife : vivre / des cacoules : des mensonges / ichi : ici / des eximpes : des exemples / quançque : lorsque / inter : entre / ête seûr : être sûr / avancher : avancer / ainsin : ainsi / queusir : choisir / moutrer : montrer / l'leumière : la lumière / qu'mincher ou commincher : commencer / s'mamère : sa mère / ouvère : ouvrir / vir : voir / orlever : relever / ormette : remettre / berloquer : vaciller / caire : tomber / eine tape d'pleomb : une table de plomb / nettier : nettoyer / canger : changer / l'beos : le bois / adveiner : deviner / queompter : compter / imballer : emballer / les prumiers clotiers : les premiers clochers / acore : encore / carculer : calculer / busier : songer / à l'grosse louche : grosse cuiller de bois expression qui signifie approximativement, en comptant bien / l'minisse : le ministre / orcommincher : recommencer / l'dallache : le désordre / les interprisses : les entreprises / l'montache : le montage / orconnaite : reconnaitre / déminger : ronger / les paufes ortraités : les pauvres retraités / bramint : beaucoup / les macheons : les maçons / orfaire : refaire / nuève : neuve / pétête : peut-être / in treos tranques : en trois tranches / décoper : découper / là d'zeur : là-dessus / ein eaute : un autre / simpe : simple / l'quémin d'creox : le chemin de croix / s'ortruèfe'tent : se retrouvent / toudis : toujours / freod : froid / quieaud : chaud / les ouverriers : les ouvriers / l'treo : le trou / serrer : fermer / l'lindi : le lundi / ouèfe, du verbe ouvrer : travailler / le Qu'min des Peupiers : le Chemin des Peupliers / là-vas : là-bas / les camps : les champs / soiche : soit / l'velle : la veille / porméner dins l'ruache : promener dans le quartier / l'Ternité : la Trinité / lommint : longtemps / l'chômache : le chômage / oblir : oublier / les leonques preones : expression entendue dans certaines familles désignant une personne qui lambine / ceulle : cette / ête rogneu : avoir sale caractère / leon : loin / rinte : rendre)

S.T. avril 2016.    

15:53 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.