22 avril
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (356)

Ein ménache bin assorti !

Vous avez ormarqué qu'on rinconte alfeos dins no vie, des gins qui n'ont pos l'air fort bin assortis, ein heomme, eine véritape montane d'pus d'chint kileos ave ein feimme qui est ein vrai carilleon d'ossieaux, ein qu'i-orsanne à ein tonnieau et l'eaute à ein p'tit osieau.

Chez Edmeond et Fifinne, ceulle sémaine, j'ai fait l'connissance d'Maurice et Carmen. Pus l'conversatieon elle avincheot, pus j'trouveos que tout les sépareot. Si Maurice, i-a a fait ses primaires à l'école communale, ch'est aux Ursulines que Carmen a préparé l'examen cantonal. D'puis toudis, Maurice i-est ein fameux anticlérical et Carmen va prier tous les jours à l'cathédrale. Pou l'fotbal, Maurice i-éteot Unionisse, ein vrai de vrai Rouge et Vert, jeone file, Carmen, in Guéaune et Noir, accompagneot s'mopère à l'avenue de Maire. L'diminche, quançqu'i-ont qu'minché à fréquinter pou les matches chaquein i-alleot de s'côté. I-s'rincontreot'ent deux feos pindant l'saiseon, l'jour des derbies inter l'Racing et l'Unieon. Ave ses comarates, Maurice buveot forche pintes dins les cabarets, Carmen ch'est à s'maseon pa d'vant eine tisaine qu'elle préféreot rester. Les qu'mins d'mes deux gins n'deveot'ent jamais s'croiser, aussi allez comprinte quoisque dins leu tiête i-s'a là passé.

Les contraires s'attirent comme on dit et, ein bieau jour, Carmen elle a pris Maurice pou mari. Mardi Gras i-a marié Mercredi des Chintes, l'buveusse d'limonate elle s'a unie au chiffleu d'pintes. I-n'veont jamais s'intinte, i-veont toudis battlier diseot'ent, in les ravisant d'travers, les guernoules d'bénitier. I-falleot les vir, à ceulle occasieon, à l'églisse, pa d'vant mossieu l'Curé, li mal à l'aisse dins s'belle mareonne et elle perdue dins s'rope d'mariée. A l'questieon qui li éteot posée, Maurice i-a dit "oui" sans hésiter alors que Carmen, l'veox ingorlée, elle a puteôt berdélé. Quançqu'on a voulu faire l'photeo au momint dusqu'i-z'alleot'ent s'imbracher, Carmen pa d'rière s'n'heomme, elle éteot total'mint muchée. Ein p'tit rambile in saquant l'bras de s'mamère i-a dit : "Ravise mes deux gins on direot tout Laurel et Hardy".

D'puis, pou vife sans dispute et bin unis, i-ont été obligé d'faire bramint d'compromis. Elle vouleot habiter au villache, li, préféreot rester dins s'ruache, adeon ch'est dins l'cité des cheonq clotiers qu'i-passe'tent l'sémaine et l i-veont à Lamain, l'saim'di, dins eine maseon de l'famile à Carmen. Pou minger, inter Maurice et Carmen, ch'est du parel au même. I-li feaut eine platélée d'ratatoule aux porieons ou bin aux ogneons, Carmen, elle, ch'est eine pétite salate qu'elle picore ave l'appétit d'ein moucheon. Maurice i-a passé s'jeonesse à acouter et à dinser su les  airs des Beatles et d'Johnny Halliday, à l'maseon d'Carmen on acouteot religieus'mint les disques de Tino Rossi ou bin d'Charles Trenet. Au soir, pa d'vant l'télévisieon, Maurice i-n'ratereot pos rien au meonte ein épisode des "Experts", Carmen, elle préfère orwettier les "Feux d'l'Amour", "Des racines et des ailes" et Michel Drucker. I-n'a qu'eine  cosse qui peut les rassimbler, ch'est... l'journal d'six heures su No Télé, mais là-aussi si ch'est Manu qu rimplit Maurice d'bénaiss'té, ch'est pou Aniko que l'cœur de Carmen i-a toudis balanché.  

I-s'in a passé eine, i-a béteôt d'cha chinq ou six s'maines, j'ai ri quançque l'histoire elle a été raqueontée pa Carmen. In lisant, tous les matins, l'gazette, l'brafe feimme elle a attrapé l'pépette. Elle a vu que d'puis pos lommint, on voleot chez le visins, ainsin, chez Marceline, on aveot importé des liards et tout l'saint frusquin.

"Maurice, m'n'amour, j'sais bin que te vas acore m'amarvoyer mais j'voudreos qu'on mette ein système d'sécurité".

"Neon, neon,... si ein jour, in rintrant, j'truèfe ein agripeu dins no maseon, i-peut ête seûr que chez au nouvieau Chwapi qui risque d'passer l'restant de l'saiseon".

"Ahais, Maurice, mais, si ti, au matin te t'in vas ouvrer, mi, ch'est ichi que j'reste seule toute l'sainte journée".

"Alors, cha n'sert à rien, ein système de sécurité, ch'est uniqu'mint branché quançqu'on va pourméner".

"Ahais, mais Marceline, elle m'a dit que quançque elle meonte coucher, elle le met in fonctieon seul'mint su l'rez-d'-chaussée".

"Marceline elle habite eine maseon d'treos niveaux ave ein magasin, nous eautes on vit, au deuxième étache in appartemint".

Eine feos acore, inter feimme et mari, i-a fallu trouver ein compromis.

Après avoir lommint busié, Maurice i-a tranché, ch'est l'porte du palier qu'on alleot sécuriser.

L'lind'min, l'électricien i-est arrivé et i-a mis ein contact sur l'porte d'intrée.

"J'vas vous espliquer, vous allez vir, ch'est facile à ortenir, vous avez eine minute après l'avoir branchée pou sortir. Bin seûr quançque vous orvenez, i-n'feaut pos oblier d'l'inl'ver".

Comme i-seont différints, Maurice i-a tout d'suite compris, i-a pos eu d'problème mais l'paufe technicien i a presque perdu s'flamind à espliquer dix feos l'fonctionn'mint à Carmen !

Comme vous l'adveinez, cha n'a pos raté, l'prumière feos qui seont partis porméner et bé... l'alarme elle a comminché à berler.

"Ah mais Carmen, te sareos dire pourquoi t'n'es pos directemint sortie ,"

"Bé tins, j'me sus rindu queompte que j'aveos oblié d'printe m'parapuie",

"Mo bé... l'ciel i-est tout bleu, i-n'va pos caire eine goutte d'pluèfe aujourd'hui !".

"Ahais, mais si jamais i-fait d'l'orache, te s'ras bin hureux d'ête sous m'parapuie".

Quançqu'i-leu feaut partir, Maurice, li, ch'est recta, i-est toudis à l'heure, mais l'brafe Carmen elle est toudis in train d'cacher après midi à quatorze heures.

D'puis que l'alarme, à leu appartemint, elle a été installée, les visins, eusses, i-ont oblié l'sens du meot tranquilité !

Quançqu'i-seont partis pou les vacances d'Pâques à La Panne, i-ont acore vécu, comme qui direot, ein dreôle de drame.

A l'fin de l'prumière nuit, i-alleot bétêot ête six heures au matin, Maurice, comme à s'n'habitude, i-dormeot profondémint. Carmen d'puis l'prumier jour qu'i-z'éteot'ent mariés, elle aveot, comme on dit, l'sommel leuger. Tout à n'ein queop, dins l'rue, eine sorte d'sirène a ortenti et Maurice, tout paf, i-a beondi in bas de s'lit.

"Carmen, prinds l'fier à waufes et avinche-le me, j'pinse que l'porte elle a été ouverte pa ein voleu".

A l'vir ainsin, in pan d'quémisse et tout trannant, Carmen qui n'saveot pos s'ravoir li a dit, tout in riant :

"T'as oblié, Maurice, qu'on est, d'puis hier, à la Panne et ce que t'as intindu bé...ch'est l'chiffleot du tram".

Chez Edmeond et Fifinne, quançque Carmen a raqueonté l'mésavinture, i-falleot l'vir rire comme eine boîte au bure. Maurice, li, i-n'a pos dit ein meot mais on a bin vu qu'i-n'rieot pos.

Quançque j'vous l'diseos tout au début de m'n'artique, mes gins, que Maurice et Carmen, i-seont vraimint différints.

(lexique : ein ménage, un ménage, un couple / ormarquer : remarquer / alfeos : parfois / eine montane : une montagne / ein carilleon d'ossieaux : littéralement, un carillon d'os, expression utilisée pour désigner une personne très maigre, on entend aussi dire ein moncheau d'ossieau (un mont d'os) / orsanner : ressembler / ein tonnieau : un tonneau / ceulle : cette / pus : plus / avancher : avancer /  toudis : toujours / eine jeone file : une jeune fille / guéaune : jaune / s'mopère : son père / quançque : lorsque / qu'mincher ou commincher : commencer / chaquein : chacun / les comarates : les camarades / forche : force / pa d'vant : devant / eine tisaine : une tisane, une infusion / les qu'mins : les chemins / comprinte : comprendre / quoisque : qu'est-ce que / les chintes : les cendres / chiffler : siffler, chiffler eine pinte c'est boire un verre d'un seul trait / battlier : batailler / raviser ou orwettier : regarder / eine guernoule d'bénitier : une bigote / vir : voir / à l'aisse : à l'aise / l'mareonne : le pantalon, la culotte / l'rope : la robe / l'veox ingorlée : la voix étranglée / puteôt : plutôt / berdeler : signifie rouspéter mais aussi bredouiller / s'imbracher : s'embrasser / pa d'rière : derrière / s'mucher : se cacher / ein p'tit rambile : un gamin espiègle /  saquer : tirer / vife : vivre / bramint : beaucoup / l'ruache : le quartier / adeon : donc / les cheonq clotiers : les cinq clochers / parel : pareil / eine platelée : une grosse platée, une assiette bien remplie / l'ratatoule aux porieons : la ratatouille aux poireaux / ein moucheon : un moineau / acouter : écouter / l'meonte : le monde / eine cosse : une chose / l'bénaiss'té : la joie / balancher : balancer / béteôt : bientôt / raqueonter : raconter / attraper l'pépette : avoir peur / lommint : longtemps / les visins : les voisins / l'saint-frusquin : un bagage de peu de valeur / acore : encore / amarvoyer : tourmenter / j'truèfe : je trouve / ein agripeu : un voleur, un chapardeur / ête seûr : être sûr / le Chwapi : le Centre Hospitalier de Wallonie Picarde / ahais : oui / ouvrer : travailler / pourméner ou porméner : promener / nous eautes : nous autres / inter : entre / busier : songer / ortenir : retenir / l'paufe : le pauvre / adveiner : deviner / berler : hurler / s'rinte queompte : se rendre compte / oblier : oublier / printe s'parapuie : prendre son parapluie / caire : tomber / l'pluèfe : la pluie / l'brafe : le brave / eusses : eux / l'sommel leuger : le sommeil léger / tout à n'ein queop : tout à coup / ortentir : retentir / ête tout paf : être saisi, étonné, surpris, rester coi / l'fier à waufes : le fer à gaufres / l'quémisse : la chemise / tranner : trembler / l'chiffleot : le sifflet / rire comme eine boîte au bure : rire de bon cœur / l'meot : le mot / ein artique : ein article).

S.T. avril 2016.

19:42 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.