09 avril
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (354)

Les raminvrances d'Edmeond et Fifinne.

Pou nos deux amisses Edmeond et Fifinne, mercredi après-deîner, ch'éteot jour de fiête dins leu n'appartemint du quai. "Viens on va ouvère eine beonne boutelle" qui m'aveot dit Edmeond quançque j'l'ai rincontré de l'velle. Comme su l'gâteau d'anniversaire i-n'aveot fauqu'eine seule bougie, j ai d'mindé à Edmeond si i-n'aveot pos mis les eautes dins l'sa à z'oblis.

"Bé, laiche me t'espliquer pourquoi ch'est ainsin d'puis toudis, ch'est pasque Fifinne elle est née l'même ainnée qu'mi et... te vas pétête m'dire que ch'est des riches infantillaches mais ceulle esbroufeusse elle ne veut jamais dire s'n'âche, i-feaut vir comme ceulle berdéleusse elle me fait des misères quançque j'ai l'malheur d'dire aux gins qu'on est des septuagénaires, qu'à vir nos tiêtes on n'in a pétête pos l'air mais qu'on est né jusse après l'seconde guerre".

"Comme i-aureot dit l'pétit Charles Aznavour dins s'cancheonnette, j'te parle d'ein temps que les moinses d'vingt ans n'peuve'tent pos connaîte, Tournai à c'momint-là commincheot, d'quarante, à oblier les dégats".

Pindant qu'i-m'parleot, Fifinne l'orwettieot ave des is qui traduiseot'ent s'colère, d'jà prête, à l'ormette à s'plache, à l'impoigner si i-aveot dit ein seul meot d'travers".

"Elle ne dira rien si j't'anneonche qu'elle est née ein verdi au matin au mitan dins eine famile de flaminds qui d'meureot dins eine cinse à Eperchin. In v'nant ainsin au meonte ein verdi dins ein grande maseon pos leon de l'route de Lamain, ch'est sans doute pou cha que d'puis soixante ans, elle a toudis l'wassinque à s'main".

"Hureus'mint, grand dépindeu d'andoules, que j'n'attinds pos après ti pou m'aider pasque Mossieu Edmeond comme i-est né ein diminche, i-n'pinse qu'à s'orposer".

Mais l'babiéleu i-ne nous acouteot pos, Edmeond, i-sanneot même ête bin leon.

"Ah, ces bieaux jours du temps de m'jeonesse, j'creos bin que j'n'ai jamais été aussi bénaisse. Tous les diminches vers les dix heures au matin, on alleot boire l'apéro su l'Grand-Place, chez Julien Ochin. On buveot deux ou treos pintes, on f'seot des parties d'quicker et les ceusses qui perdeot'ent i-deveot'ent payer les verres".

"J'in ai aujord'hui l'prouèfe, j'l'aveos toudis pinser, tout jeone, t'éteos d'jà ein potieau d'cabaret" qu'elle a dit Fifinne bin débaltée au momint d'servir eine jatte d'café.

Edmeond i-a fait l'ceu qui n'aveot rien ormarqué et l'heomme i-a continué à l'débabeiner c'cap'let :

"A midi tapant, tertous, on ortourneot pou l'deîner à s'maseon, on mingeot l'bouli à l'moutarte ave des penn'tières, des carottes et des porieons après avoir avalé ein grand bol d'bouilleon. Ch'éteot leon d'ête ein orpas d'misère pou les gins qui aveot'ent connu la guerre. A deux heures, l'mopère i-s'leveot d'ein seul beond : "I-est grand temps d'aller à l'rue des Sports, pou vir jeuer l'Unieon, des "Infants" in rouche et vert, on éteot d'fidèles supporters. Christian, no visin, li i-éteot puteôt supporter des "Geaune et Noir" d'l'avenue d'Maire. Deux feos pindant l'saiseon, on f'seot l'route ave li, ch'éteot, te l'as seûrmint adveiné, l'jour qui aveot l'derby. On canteot, on meonteot su l'gampe de l'ein l'eaute, tout l'leong du qu'min mais, in orvenant, i-aveot bin souvint des bénaisses et des mau-contints.

"Te vinteos, ton buteur, l'fameux Roger Defever... m'n'heomme ch'est eine riche canule",

"Ahais, mais te n'dis pos que les deux goals qui marquent l'arbitre les annule, c'jocrisse conte nous i-a tout chifflé, à m'mote que te l'as seûrmint acaté".

"Bé tins et quançqu'on a inveyé Roger Lambreth aux pâquerettes, l'arbitre i-aveot probablemint de l'buée su ses neunettes.

Ces histoires d'fotbal, Fifinne, elle les aveot chint feos intindues et quançque Edmeond les raquonteot, elle ne s'in ortourneot pus.

"L'lindi au matin pour aller ouvrer, à chinq heures on éteot d'jà levé. J'feseos m'toilette pindant que l'mamère prépareot m'malette. De m'maseon à l'usine Meura i-aveot près d'treos kilomètes, on les f'seot à pied, on n'aveot pos d'véleo, acore moinse d'mobylette. Tous les lindis au soir, été comme hiver, on alleot jeuer aux cartes ou bin faire eine partie d'fiers. On orveneot bin souvint in cantant au mitan de l'rue sans jamais, comme asteur, croiser l'quémin d'ein malotru. On n'attaqueot jamais perseonne pasque les gins i-n'aveot'ent pos d'télépheone. Les seuls jours du meos dusqu'on se sinteot pos in sécurité ch'est quançqu'on aveot orchu not inv'loppe de paie".

Fifinne elle li a dit : "Te n'vas pos 'chi toudis tenir l'crachoir, ch'est à m'tour asteur d'raqueonter m'n'histoire".

"Mi, quançque j'éteos acore eine jeone file, l'diminche on pourméneot toudis in famile, m'mopère diseot qu'on d'veot profiter pou respirer l'beon air et on alleot au printemps cueillir des gringottes au beos d'Ere. In été, on parteot, alfeos, ave l'camionnette d'Désiré, no laitier, à la mer et in auteomne on rintreot l'provisieon d'beos et l'carbeon pou l'hiver et, su les camps, on alleot glâner à penn'tièrres. A l'morte-saiseon, on passeot l'dimanche auprès de l'busse in acoutant no Luc Varenne à l'INR. In décimpe, on fiêteot, ave les cinsiers l'Saint-Eloi et après ch'éteot l'Saint-Nicolas, ch'est l'seule feos dins l'ainnée qu'on orcheveot des mandarines et du chucolat. Dire que ch'est l'jour de mes dix-nuef ans que j'ai rincontré pou l'prumière feos c'n'albran; su l'plache du villache, on aveot meonté ein chapiteau et, l'soir, on y aveot organisé ein bal à chabeots". 

"J'm'in ramintuve, i-f'seot quieaud et t'aveos eine pétite ombrelle, j'ai toudis pinsé que ch'est à causse d'elle que t'm'a tapé dins l'ouèl".

"Si j'te comprinds bin... ch'est de m'nombrelle que t'es cait amoureux, bé, i-a fallu pus d'chinquante ainnées pou mi intinte parel aveu".

"Neon, j't'ai tout d'suite ormarqué pasque t'éteos toute mignonette ave tes frisettes à côté d'eine sorte d'éléphant, d'eine forte lutteuse... d'eine badoulette"

"L'badoulette, ch'éteot Monique, l'feimme de m'mofrère, m'belle-soeur, ch'est elle que te l'appeleos l'éléphant... ov'là acore eine eaute affaire que j'apprinds asteur".

"Ch'est pos mi qui a dit eine cosse parelle, ch'est n'm'amisse d'sorties, l'grand Marcel"

"Ahais, l'ceu que m'belle-soeur Monique elle aveot app'lé l'fil de fier, i-éteot tell'mint épais qui pouveot s'mucher pa d'rière s'verre de bière".

"Pou t'faire la cour, pos eine seule pinte j'nai chifflée, j'ai été à l'ieau toute l'soirée".

"Ahais, à l'ieau toute l'soirée, mais d'puis on peut dire que te t'es bin rattrapé".

"Treos meos pus tard, Fifinne me présinteot à s'famile et j'l'ai adoptée tout d'eine quançque m'futur bieau-père i-m'a dit : "Pou fiêter ceul bel évèn'mint on va in boire eine". Ahais, puteôt quate ou chinq et j'vous l'avoue que ch'a été catastrophique, je m'deminde si ch'n'est pos pa amour que j'sus dev'nu su le bord... alcoolique".

"Vingt milliards, te vas béteôt m'faire acroire que ch'est de m'feaute, bé si je n'creos pos ceulle-là te vas m'in raqueonter eine eaute".

"Et acore l'Optimisse, je n'te parle pos du jour du mariache, là aussi ch'a été eine sapré touillache. Les gins qui veneot'ent d'Tournai n'saveot'ent pos du tout dusqu'éteot Eperchin et i-ont attindu pindant pus d'eine heure qu'on vienne les querre à l'porte d'l'églisse d'Lamain".

"Cha moute que tes parints, ch'éteot des rudes annochints".

"N'dis pos rien su m'famile, i-seont tertous morts, espèce de clapette !".

"Ah cha, ch'est ti qui a qu'minché en traitant m'belle-soeur d'badoulette".

Inter nous, j'sinteos v'nir l'dispute habituelle aussi j'ai bin été obligé d'mette m'grain d'sel :

"Ch'est pos possipe, vous êtes insanne d'puis pus d'ein demi sièque et l'pus p'tite conversatieon elle tourne acore toudis au vénaique. Vous êtes asteur vieux assez pou busier ein jour à faire la paix".

J'ai alleumé l'bougie ave m'briquet et Edmeond, pa d'zeur i-a soufflé, ch'est alors qu'on a intindu Fifinne qui s'metteot à soumaquer, on intindeot bin qu'elle parleot mais on n'compreneot pos ein meot de ce qu'elle diseot :

"T'es acore pus vieux d'eine ainnée, j'te promets ceulle ainnée-chi de n'pus berler".

Saisi jusqu'à s'fusil, Edmeond i l'a ravisée et i-a dit, tout hureux : "ch'est mi qui beot mais ch'est ti qui fait eine promesse d'...buveu".

Et comme d'habitude cha s'a terminé pa eine belle marnioufe su s'nez !

(lexique : les raminvrances : les souvenirs / les amisses : les amis / l'après-deîner : l'après-midi / ouvère : ouvrir / eine boutelle : une bouteille / l'velle : la veille / fauque : seulement / les eautes : les autres / mette dins l'sa à z'oblis : mettre dans le sac (ou la poche) d'oublis, oublier / laicher : laisser / ainsin : ainsi / toudis : toujours / pétête : peut-être / les infantillaches : les enfantillages / ceulle : cette / eine esbroufeusse : une personne qui fait des manières, une faiseuse d'embarras / l'âche : l'âge / vir : voir / eine berdéleusse : une rouspéteuse / quançque : lorsque / les tiêtes : les têtes / jusse : juste /  l'cancheonnette : la chansonnette / orwettier : regarder / les is : les yeux /  ormette : remettre / les meots : les mots / anneoncher : annoncer / l'verdi : le vendredi / au mitan : au milieu / eine cinse : une ferme / Eperchin : Esplechin, village frontalier au sud de Tournai / pos leon : pas loin / eine wassinque : une serpillière / ein dépandeu d'andoules : un grand efflanqué un peu niais / s'orposer : se reposer / sanner : sembler / l'jeonesse : la jeunesse / bénaisse : content / les ceusses : ceux / l'prouèfe : la preuve / ein potieau d'cabaret : expression régionale pour désigner un pilier de bar / débaltée : déchaînée / débabeiner s'cap'let : raconter une histoire dans les détails, conter ses heurts et ses malheurs / tertous : tous / du bouli : du bouilli, pot-au-feu / l'moutarte : la moutarde / des penn'tières : des pommes de terre / des porieons : des poireaux / ein orpas : un repas / l'mopère : le père / jeuer : jouer / puteôt : plutôt / adveiner : deviner / canter : chanter / meonter su l'gampe : se moquer gentillement / le qu'min : le chemin / ein mau-contint : un mécontent / eine canule : mot entendu sur les terrains de football jadis, désignait un joueur qui ratait l'immanquable, un malhabile, à peu à peu disparu du vocabulaire des supporters / ahais : oui / chiffler : siffler / à m'mote : selon moi, à mon idée / acater : acheter / inveyer : envoyer / les neunettes : les lunettes / chint feos : cent fois / s'ortourner : se retourner / ouvrer : travailler / porméner : promener / les gringottes : les jonquilles / l'beos : le bois / alfeos : parfois / l'carbeon : le charbon / les camps : les champs / l'busse : la buse (du feu) / acouter l'INR : écouter l'Institut National de Radiodiffusion, ancêtre de la RTB / les cinsiers : les fermiers / l'chucolat : le chocolat / un albran : un garnement / l'plache du villache : la place du village / les chabeots : les sabots / s'ramintuver : se souvenir, avoir la souvenance / quieaud : chaud / à causse : à cause / taper dins l'ouèl : taper dans l'œil / caire : tomber / parel : pareil / ormarquer : remarquer / eine badoulette : une femme qui a de l'embonpoint, femme grassouillette / m'mofrère : mon frère / l'fil de fier : le fil de fer / s'mucher pa d'rière : se cacher derrière / l'ieau : l'eau / tout d'eine : d'un seul coup / béteôt : bientôt / acroire : croire / raqueonter : raconter / ein sapré touillache : une sacrée confusion / querre : chercher / moutrer : montrer / les annochints : les innocents / eine clapette : une commère / inter : entre / insanne : ensemble / ein sièque : un siècle / tourner vénaique : tourner au vinaigre / busier : songer / alleumer : allumer / pa d'zeur : dessus / berler : crier, hurler / raviser : regarder / eine marnioufe : une gifle).

S.T. avril 2016.       

13:49 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Toujours autant de plaisir à te lire

Écrit par : Bridoux Christian | 14/04/2016

Répondre à ce commentaire

décidemment notre famille t'inspire !

Désiré, le laitier vit maintenant à la résidence Picardie avec son épouse.
Ils ont près de 87 ans...et les ravages de la vie les ont meurtris...

Je crois qu'ils seraient heureux d'avoir de tes nouvelles !

si tu as besoin de leurs coordonnées, je te les passe quand tu veux!

Merci encore pour cette page patoisante que j'aime temps!

Amitiés

Renelde

Écrit par : rauwers | 14/04/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.