02 avril
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (353)

Ein bieau spécimen !

I-a pus bramint d'gins qui ont acore asteur l'raminvrance d'Marie Louise Ducoreon, que tertous, à l'époque de m'jeonesse, on app'leot Malou, ch'éteot, pou nous eautes, s'pétit neom. On la veyeot, à pus d'chinquante ainnées, chaque jour, dins toutes les églisses d'no cité, ch'éteot ce qu'on nommeot, sans beauqueop d'respect, eine véritape guernoule d'bénitier. Toudis assise su l'même cayère, in méditatieon ou in prière, attindant l'abbé près du confessionnal, on s'demindeot, inter nous, quoisqu'elle pouveot bin confesser comme péché capital.

On la veyeot porméner dins les rues in ravisant au leon, tout dreot comme ein i, j'm'in souviens, on pinseot qu'elle aveot été passée à l'amidonnache ou qu'elle aveot avalé ein parapuie. Ave cha, elle n'éteot pos fort épaisse, Mamzelle Ducoreon, seûrmint qu'elle deveot ête née sous l'signe du picreon.

Elle éteot file unique, s'mamère Iliona Phillipides éteot, un bieau jour, arrivé à Tournai in provenance d'Grèce. S'mopère, Armand Ducoreon, i-aveot eine prumière feos fait faillite, in vindant des congélateurs aux Esquimaux Inuit et eine eaute feos in exportant des cabines de sauna à des habitants des villaches du Sud-Katanga.

Quançqu'elle éteot acore eine galuriette, no p'tite Malou, elle n'éteot pos, comme on dit, puteôt du ginre glout. Elle n'aimeot pos l'pisseon pasqu'i-aveot des arêtes, pou l'viante, elle areot minger tous les jours des bourlettes, i-aveot treop d'chuque dins l'confiture et su ses tarteines i-n'li falleot pos d'bure. Quançque s'mopère rapporteot, alfeos, eine assiette d'mutieau, on n'peut vraimint pos dire qu'elle in attrapeot les ieaux. Pou elle, i-n'aveot rien d'beon, tout alleot li deonner du cholestérol, elle éteot tell'mint difficile que s'mamère elle n'a jamais osu l'laicher minger à l'école.

A l'âche dusque les garcheons comminchent à queurir l'cotreon, Marie-Louise, elle n'a pus voulu mette l'nez in déhors de s'maseon. Ein bieau jour pourtant, elle a rincontré Gasteon, on l'aveot assise à côté d'li à ein deîner d'communieon. Vingt-chinq ans, chint kileos, galfard et babenneau, ch'éteot certain'mint pos l'compagnie qui li falleot. Gasteon i-a bin essayé d'l'amidouler, d'dire des cosses pou l'faire indever, mais, pus qu'i-li parleot, pus qu'elle li tourneot l'deos. Cha a vite tourné au veinaique quançque l'greos i-a été ein peu berzèque. I-li a dit qu'elle éteot rachm'ée comme ein cafouma, qu'elle paraisseot d'jà bin vielle mais pou toute répeonse, l'biec-beos, i-a orchu ein riche cachireon su n'orelle !

A chinquante ans, du matin au soir, elle éteot afulée tout in noir. Amélie, s'seule amie, l'aveot inscrite aux réunieons qu'elle organiseot pou les feimmes sans compagneon. In mingeant des déchets d'waufes d'chez Marquette, autour d'eine jatte d'camamène ou bin d'café, on débabeineot s'cap'let in intier, l'jeudi après-deîner. Pou casser du chuque su l'deos des heommes, on peut dire que Malou elle éteot cait à l'beonne. "Cha n'est que des ivrones, des fafious, toudis prêts à mal faire, croyez me, les marles seont des infileus, d'véritapes créatures d'l'infer".

Comme d'puis toudis, elle n'aimeot pos rincontrer les gins, elle alleot à l'messe à Saint-Jacques à siept heures au matin. Je m'ramintuve l'boucan qu'elle feseot ave ses sorlets, in passant pa d'vant m'maseon, les claquant su l'pavé. Elle porteot fier'mint s'missel dins eine main gantée d'dintelle et, in hiver quançque l'vint souffleot, d'l'eaute elle teneot s'capieau. "Malooooouuuu... Malooooouuuu...", même Messire Eole sanneot s'foute d'elle au momint dusque ses queops d'vint arleocheot'ent s'rope d'dintelle.

Ein bieau jour qu'elle ne se sinteot pos fort bin, elle a été vir, contrainte et forchée, l'médecin. L'paufe file, elle a failli ête prise d'eine toupirie au momint qui li a d'mindé d'inl'ver ses habits. J'ai bieau acouter, j'n'intinds rien à vos deux poumeons, ce que vous avez, ch'est du mau à vos articulatieons, pou cha, je n'veos qu'eine seule solutieon, vous allez aller faire dix séances au bassin d'natatieon.

"Docteur, ha, cha... neon, j'n'irais jamais au bassin d'natatieon, pou mi, ch'est tout à fait hors de questieon".

"Nager, chest pourtant beon pou l'santé, savez, après dix séances, vot' deos i-va ête fortifié... Ha mais, j'comprinds... vous avez l'esquite de vous moutrer in mailleot, vous n'voulez pos qu'les eautes i-z'orwettent l'pus p'tit morcieau d'vo pieau".

"Ch'n'est pos pou cha, Docteur, que cha soiche à Madame ou à Marvis, l'ieau du bassin elle est rimplie d'bactéries, ch'est eine infirmière qui me l'a dit, i-paraît qu'i-a bramint d'gins qui, là-d'dins, feont... pipi".

A quater-vingt ans, ch'est tout seu que Malou a ortourné s'brouette et qu'elle a pris, ein bieau matin, l'quémin d' Mulette. Ein meos pus tard, chez l'notaire, Amélie et ses amisses du jeudi ont été convoquées, l'successieon d'Marie-Louise elles éteot'ent tertous prêtes à l'orfuser, les dettes elles ne vouleot'ent surtout pos les payer. L'notaire i-a anneonché qu'elle laicheot toutes ses écolomies à les ceulles qui aveot'ent été ses seules amisses dins s'vie. Ave cha, elles pourreot'ent acater des waufes et du café pou les réunieons, mais elles areot'ent aussi pu orprinte l'torréfactieon des Cheonq Clotiers et l'fabrique de waufes Marquette ave eine héritache d'près d'quate millieons.

* Si i-a des gins qui pinsent li orsanner ch'est bin malhureux pou eusses mais vous savez bin, mes gins, que, mi, j'ai l'habitude d'vous raqueonter des bleusses.

 

(lexique : bramint : beaucoup / acore : encore / asteur : maintenant / avoir l'raminvrance : avoir la souvenance, se souvenir / tertous : tous / l'jeonesse : la jeunesse / eine guernoule de bénitier : littéralement une grenouille de bénitier, une bigote / toudis : toujours / eine cayère : une chaise / attinte : attendre /inter nous : entre nous / quoisque : qu'est-ce que / porméner : promener / raviser au leon : regarder au loin / dreot : droit / amidonnache : amidonnage, action d'empeser le linge / ein parapuie : un parapluie / seûrmint : sûrement / ein picreon : un moustique / s'mamère : sa mère / s'mopère : son père / eine feos : une fois / eaute : autre / quançque : lorsque / eine galuriette : une gamine / putêot : plutôt / ête glou : être délicat, friand, on dit aussi faire gnien-gnien su l'nourriture : faie la fine bouche / l'pisseon : le poisson / des bourlettes : des boulettes, des fricadelles / l'chuque : le sucre / les tarteines : les tartines / l'bure : le beurre / alfeos : parfois / l'mutieau : pâté grossier / attraper les ieaux : saliver / osu : osé / laicher : laisser / l'âche : l'âge / dusque : où / commincher : commencer / queurir l'cotreon : littéralement "courir le jupon", avoir des aventures galantes / ein déîner : un dîner / galfard : gourmand / ein babenneau : un niais / amidouler : amadouer, flatter / de cosses : des choses / faire indever : faire enrager, on peut aussi dire : "meonter su s'gampe", monter sur sa jambe / tourner au vénaique : tourner au vinaigre / ête berzèque : être sur le bord de l'ivresse / ête rach'mée comme eine cafouma : être accoutrée d'une drôle de manière, eine cafouma étant une femme négligée, sans allure / l'biec-beos, littéralement un pivert, mais en patois tournaisien désigne un balourd, un homme dénué de bon sens / orchevoir : recevoir / ein cachireon : une gifle / l'orelle : l'oreille / ête afulé : être habillé de manière ridicule / les déchets d'waufes : les déchets de gaufres, on peut acheter ces morceaux qu'on découpe du gaufrier ou des gaufres qui ont un défaut qui ne permet pas de les vendre / l'camamène : la camomille / débabeiner s'caplet tout in intier : raconter ses heurs et malheurs, raconter toute sa vie / ête cait à l'beonne : être bien tombé, avoir trouvé ce qu'il faut / des ivrones : des ivrognes / des fafious : des bavards / les marles : les mâles / des infileus : des trompeurs / toudis : toujours / s'ramintuver : se souvenir / les sorlets : les souliers / pa d'vant : devant / l'capieau : le chapeau / sanner : sembler / s'foute d'elle : se moquer d'elle / les queops : les coups / arlocher : secouer / l'rope : la robe / vir : voir / l'paufe : la pauvre / avoir eine toupirie : avoir un vertige, un éblouissement / acouter : écouter / avoir du mau : avoir mal / l'deos : le dos / avoir l'esquite : avoir peur / moutrer : montrer / les eautes : les autres / orwettier : regarder / l'pieau : la peau /  quecha soiche : que cela soit / ortourner s'brouette : décéder, mourir / l'quémin d'Mulette : le chemin qui mène au cimétière (du Sud à Tournai) / ein meos : un mois / orfuser : refuser / anneoncher : annoncer / les écolomies : les économies / les ceulles : celles / acater : acheter / orprinte : reprendre / quate : quatre / orsanner : ressembler / eusses : eux / raqueonter des bleusses : raconter des histoires inventées).

S.T. avril 2016.     

12:17 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.