25 mars
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (352)

Hureux qui comme eusses ont fait ein bieau mariache.

Aujord'hui, je n'vas pos ichi vous parler d'Edmeond et Fifinne, j'leu laiche ein peu d'orpeos, neon, j'vas, ceulle feos 'chi, m'ertourner vers ein couple d'brafes gins que j'conneos. J'voudreos, inter nous, évoquer ein bieau ménache qui vient d'fiêter ses soixante-chinq ans d'mariache. Soixante-chinq ainnées, siept chint quater-vingt meos, vingt-treos mille siept chints vingt-chinq jours, j'oblie les heures et les minutes et combin d'feos su elle-même l'tierre elle a fait l'tour.

J'pinse qu'on deot ête bramint d'gins à avoir du mau à imaginer ce qu'cha orprésinte ainsin eine unieon d'soixante-chinq ainnées. Ch'est au printemps d'mille nuef-chint-chinquante et ein, dins l'pétit villache d'Ere, aux portes d'no cité, que Nelly elle a dit oui, pa d'vant l'bourguémette et l'curé, à René, l'ceu que s'cœur, d'puis lommint, i-aveot queusi.

I-s'in a passé des cosses à Tournai, cette ainnée-là : on parleot (tins, ch'est bizarre !) d'l'élargiss'mint d' l'Esqueaut, pos dins l'traversée de l'ville qui provoque asteur ein rude touillache, mais au quai de l'Guernoule, pos leon du peont des Roulaches. L'six du meos d'féverrier, on inaugureot l'nouvieau peont Delwart et, au même momint, l'orconstructieon du peont aux Pommes batteot s'plein (tins, ov'là l'Peont à Peont asteur, ch'est vraimint bizarre !). A l'angle de l'rue des Gardins et de l'rue Royale, on érigeot l'nouvieau bâtimint de l'Banque Nationale et on pinseot, à l'rue des Capliers, à faire l'dégag'mint de l'cathédrale.

On vouleot tout élarguir puisque l'projet i-éteot aussi lanché pou les nouvieaux boulevards d'cheinture d'no cité.

On berteonneot aussi à propeos du site des Bastieons (bé, cha alors, ch'est vraimint eine dreôle d'affaire !) dusque l'chimint'rie elle éteot surneommée "l'passoire à poussières"...

Elargiss'mint d'l'Esqueaut, Peont-à-Peont et Bastieons, i-a pos à dire, i-feont acore aujord'hui l'sujet des discussieons. Comme vous l'veyez Nelly et René, soixante-chinq ans pus tard, i-a rien d'cangé.

Mais i-s'a aussi passé bin des eautes faits dins l'actualité d'l'ainnée dusque Nelly et René i-se seont mariés mais, je n'voudreos surtout pos oblier que l'date du six du meos d'mai restera pou les sportifs tournisiens à jamais gravée : su l'terrain d'Alost, au pays des ogneons, les Infants d'no vaillante Unieon i-ont forché les portes de l'prumière Diviseon (qui n's'app'leot pos comme asteur mais bin divisieon d'Honneur).

Dins l'bieau p'tit villache d'Ere, dusque les gins s'app'leotent, sans manière, "seot lièfe" ou bin "quate lapins" comme neom j'té à eine gramère, Nelly elle a mis au meonte deux infants, elle a agrandi s'famile in deonnant l'jour à deux p'tites files. René, après avoir ouvré à l'briquet'rie d'Ere, ch'est comme électricien à Cimescaut qui a fait toute... s'carrière. L'vie elle s'a ainsin écoulée, inter moumints d'bonheur mais aussi marquée pa ein grand malheur. Croyez-me, pou des parints aimants, i-n'a pos cosse pus cruelle que d'vir partir, pou toudis, ein d'ses infants.

Au meos d'décimpe, à quater-vingt-siept ans, nos deux amisses ont quitté leu maseon du hameau d'Barche qu'i-z'aveot'ent toudis habitée. Pou des raiseons d'facilité et pou leu santé, ch'est à Tournai qui seont v'nus d'meurer. I-seont partis sans s'ortourner pou n'pos avoir d'orgrets.

I-seont fin bénaisses, pou "Moeke" et s'n'heomme René, ch'est eine nouvelle vie qui vient de qu'mincher. On voudreot les vir acore bin lommint pourméner dins les rues d'no ville, main dins la main.

Soixante-chinq ans d'mariache, ch'a pou neom : les "Noces de Palissandre", à vir commint no société elle évolue d'puis bramint d'ainnées, ch'est ein anniversaire qui pourreot, dins l'futur, n'pus exister. Alors, i-feaut in profiter, i-feaut boire (ave modératieon), rire et canter, après toutl'essintiel ch'est d'avoir la santé !

"A tertous, j'souhaite d'Joyeusses Fiêtes de Pâques".

(lexique : hureux : heureux / eusses : eux / aujord'hui : aujourd'hui / ichi : ici / laicher : laisser / l'orpeos  : le repos / ceulle feos 'chi : cette fois-ci / s'ertourner : se retourner / inter nous : entre nous / ein meos : un mois / oblier : oublier / l'tierre  : la terre / bramint d'gins : beaucoup de gens / avoir du mau : avoir du mal / orprésinter : représenter / pa d'vant l'bourguémette : par devant le bourgmestre (le maire) / l'ceu : celui / lommint : longtemps / queusi : choisi / des cosses : des choses / l'élarg'issmint : l'élargissement / l'Esqueaut : l'Escaut (le fleuve qui traverse la ville) / asteur : maintenant / ein touillache : une confusion / l'guernoule : la grenouille (lieu dit à la sortie de Tournai, en aval de la ville) / pos leon : pas loin / l'peont des Roulaches : nom donné au pont de chemin de fer qui surplombe l'Escaut sur la liaison vers Lille ou Mouscron) / rue des Gardins : rue des Jardins / rue des Capliers : rue des Chapeliers / l'dégag'mint : le dégagement / élarguir : élargir / lancher : lancer / l'cheinture : la ceinture / berteonner : gronder, grommeler / l'chimint'rie : la cimenterie / acore : encore / cangé : changé / eautes : autres / les ogneons : les oignons (bien que l'orthographe évolue !) / forcher : forcer / seot lièfe : sot lièvre / ein gramère : une grand-mère (dire que j'ai toujours entendu parler de "mémère quate lapins" mais, comme l'Arlésienne de Bizet, je ne l'ai jamais vue) / quate : quatre / mette au meonte : donner naissance, mettre au monde / ouvrer : travailler / les moumints : les moments / toudis : toujours / décimpe : décembre / nos deux amisses : nos deux amis / leu maseon : leur maison / les orgrets : les regrets / ête fin bénaisse : être bien content / qu'mincher ou commincher : commencer / pourméner : promener / l'neom : le nom / vir : voir / tertous : tous).

S.T. mars 2016 

13:27 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

J'espère que la météo pluvieuse de ce matin n'a pas trop fait fuir les habitués du marché aux fleurs du Vendredi Saint à Tournai. Je te souhaite un bon week-end. A bientôt Serge.

Écrit par : Un petit Belge | 25/03/2016

Répondre à ce commentaire

Bonjour petit belge, merci de ton passage régulier sur le blog. En ce qui concerne le marché aux fleurs de ce vendredi Saint, les allées étaient fort clairsemées, le matin, en raison du petit crachin qui tombait. On ne peut demander un temps réellement printanier aussi tôt dans l'année. Bon week-end à toi aussi

Écrit par : l'Optimiste | 25/03/2016

Répondre à ce commentaire

......mille fois 'merci" pour eux et pour moi, même si tu m'as fait pleurer....

Tu penses si je vais l'imprimer pour leur remettre samedi !!!

Avec toute mon amitié

Renelde

Écrit par : rauwers | 07/04/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.