18 mars
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (351)

L'pus tournisien des ménaches nous orvient !

Détournemint d'feonds (*) !

Après l'ortrait d'Edmeond et Fifinne, au meos d'féverrier, beauqueop d'commintaires et d'mails m'ont été invéyés. J'n'areos jamais pinsé qu'i-areot eu autant d'gins in foufelle à l'anneonche de ceulle (mauvaisse) nouvelle.

Adeon, rincontrant nos deux amisses, jeudi dernier quançque j'sus allé au marché de l'plache Crombez, j'ai profité de d'leu d'minder si j'pouveos acore écrire ce qu'on diseot inter nous quançque j'alleos les vir.

Cha n'a pos été facile, on peut dire que l'négociatieon elle s'a éternisée pa d'vant eine beonne demi-douzaine d'pintes au cabaret. Même qu'au momint d'rintrer à m'maseon, j'éteos tout berzèque et pos à m'n'aisse pasque j'saveos que m'feimme elle n'alleot seûmint pos ête fort bénaisse. J'li ai espliqué que ch'éteot parti d'ein beon sintimint, que je n'vouleos pos que bramint d'gins soichent tout défoutus de n'pus intinte parler de ces deux babieleux qui ont toudis connus. Comme l'ceulle qui partache m'vie elle a avant tout beon cœur, elle n'a pos voulu priver d'leu p'tit amus'mint mes fidèles lecteurs. Ov'là pourquoi, mes gins, vous allez ertrouver à partir d'aujor'hui, les avintures d'Edmeond et Fifinne dins les radotaches du saim'di. 

"He bé, vingt milliards, on n'saveot pos qu'on f'seot ainsin orcette ave ce qu'te publieos su no deos chaque sémaine su internet !" m'a dit Fifinne in m'orwettiant de tout s'n'hauteur, j'ai pinsé, t'taleur, elle va m'orclamer des dreots d'auteur.

I-feaut dire que dins l'temps, les Tournisiens i-z'aveot'ent Popol et D'siré qui passeot'ent su No Télé tous les saim'dis au momint du deîner. Mes deux gins i-z'aveot'ent l'sanche d'avoir pou scénarisses, Eloi Baudimont et Bruno Delmotte, deux véritapes espécialisses. Mi, j'fais m'possipe pou conter in leong et in larche les avintures du pus tournisien des ménaches.

"Alors, quoisqu'i-s'a passé d'puis qu'on s'a pus rincontré ?"

Croyez-me, i-n'm'a pos fallu lommint les raviser pou vir que l'tiête de Fifinne elle aveot tout à n'ein queop cangé.

J'ai bin vu qu'elle n'aveot pos eine belle tiête et qu'Edmeond, li, i-aveot préféré orwettier pa l'ferniête.

I-a d'l'ieau dins l'gaz que j'ai pinsé pasque m'questieon sanne les avoir ameutés.

"Te veux savoir l'vérité, j'vas ichi tout déballer. D'puis qu'on a uni nos destinées comme on dit in beon français, on a mis deux p'tites boîtes in beos su l'quémeinée et, à l'fin du meos, on partache au cent près c'qu'on n'a pos dépinsé. L'pus souvint, on met eine pétite écapure d'deux ou treos eureos, mais i-arrive, alfeos, qu'on mette ein montant in peu pus greos. I-est vrai qu'à l'plache d'warder les liards ichi, on pourreot les mette dins eine banque, su ein livret, mais pou c'que l'épargne cha nous rapporte acore asteur d'intérêts. Tous les meos, l'somme elle est partagée, on met l'même montant chacun de s'côté. Si ein bieau jour i-d'a ein d'nous deux qui ortourne s'brouette, hé bé, l'eaute i-n'li reste pus qu'à printe s'cassette. I-ara pos d'problème d'déclaratieon et mieux acore i-ara pos d'dreots d'successieon. Ni vu, ni connu et... l'fisc i-s'ra cocu" ! 

"J'dis cha, j'dis rien, mais vous n'avez pos l'esquite d'ête ein bieau jour volé pasqu'asteur, les agripeus i-seont à l'ouvrache tout au leon d'eine sainte journée".

"Attinds, m'n'histoire elle ne fait qu'commincher, te vas vir, l'meilleu i-va béteôt arriver ! Adeon, à chaque feos que j'mets d'l'argint dins m'cassette, j'note l'montant dins ein life à l'colonne des orcettes. Ainsin, à n'importe queu moumint, j'peux savoir l'somme qu'i-a d'dins. J'éteos fin tranquille jusqu'à l'sémaine dernière quançque su l'quémeinée j'ai fait les poussières. Ave l'wassinque, j'ai involé m'boite ave mes écolomies et toutes les pièches et les billets i-ont cait su l'tapis. Au momint dusque j'les ai ramassés, i-m'a pris l'idée de les erqueompter. I-minqueot deux chints eureos et eine pétite rawette, pourtant su l'carrelache i-n'aveot pus eine seule piéchette. A Edmeond j'n'ai rien dit mais à busier j'ai passé l'nuit. Dusque ces liards i-z'éteot'ent passés, dins m'boîte, j'n'ai jamais rien puisé. L'sémaine dernière, in partant faire les commissieons, j'ai ormarqué que j'avais oblié l'clé de la maseon. In rintrant dins l'salle à minger, "l'agache" a été démasquée. Pinsant sans doute que j'éteos partie, mon Edmeond cafouilleot dins mes écolomies. Comme i-aveot été pris su l'fait, i-m'a tout avoué, comme ein infant pris in féaute, l'tiête basse, i-feaut dire que j'aveos menacé d'li foute l'bouloire su s'cal'basse. J'éteos tell'mint débaltée, tins, que pa l'ferniête i-a failli passer. Après mes sous i-n'veneot cacher pou li aller les boire au cabaret".

"Pou mi, cha s'appelle du détournemint d'feonds c'que t'as ichi fait, dins t'vie, t'as pourtant pos ouvrer à l'Office Walleon des Déchets !".

Edmeond i-n'saveot pos quoi trouver pou essayer de s'justifier :

"Te sais, Fifinne, t'es ein peu hap'char, te fais ein peu treop attintieon à tes liards".

"Ahais, mais t'portefuèle i-est toudis vide, ch'est l'tonnieau des Danaïdes".

" Quoisque c'n'heomme i-vient faire ichi, tonnieau, mi je n't'ai pris qu'eine paire d'eureos, te n'vas pos ichi faire des contes et des histoires et continuer à maronner ainsin jusqu'au soir. Mo Dieu, pou eine pétite paire d'piéchettes, on n'va pos ichi ouvère eine commisieon d'inquête".

"Printes deux chints eureos dins m'boîte sans m'permissieon, ch'est comme si t'aveos détourné deux millieons, on éteot pourtant d'accord, ch'éteot l'héritache du ceu qui, l'prumier, s'ra mort".

"Mo bé alors, i-n'feaut pos faire eine affaire parelle, diseons que j'ai simplemint devanché... l'appel"

In intindant cha, sans dire eine meot, Fifinne comme ein cat, toutes gréaux dehors, elle a sauté à s'tiête pou li moutrer quisque ch'est qui s'reot l'prumier mort".

"Sale abuseu, agozil, espèce d'arpalian, agioteu, blateu, mordiquéau, buveu..."

 Pou calmer cette agachète, j'li ai dit ces meots :

"Fifinne, i-d'a assez comme cha, on direot eine litanie du capitaine Haddock, j'vas ichi avoir des innuis ave l'société Moulinsart si j'deos mette tout cha su m'blog".

Et j'm'sus ortiré su l'pointe des pieds. Comme d'habitude, j'ai préféré les laicher batt'lier.

Au momint de m'erconduire à la porte, Edmeond i-a gliché à m'n'orelle :

"J'sus att'lé, sais-te, m'feimme ch'est eine riche serpette, i-a des jours elle n'est pos à printe ave des épinchettes".

"Edmeond, si t'n'aveos pos pris ses liards, cha n'areot pos fait parelle histoire".

"Ahais, j'sais bin l'Optimisse, mais, j'te l'avoue, j'aveos... eine dette d'comptoir".

(*) ch'est malhureus'mint à l'mote !

(lexique : les feonds : les fonds / l'ortrait : le retrait / féverrier : février / ête in foufelle : être en émoi / adeon : donc / quançque : lorsque / l'plache : la place / acore : encore / inter nous : entre nous / vir : voir / pa d'vant : devant / ête berzèque : être éméché, au bord de l'ivresse / n'pos ête à s'n'aisse : ne pas être à l'aise / ête bénaisse : être content / bramint : beaucoup / ête défoutu : être déçu / intinte : entendre / les babieleux : les bavards, des personnes qui aiment parler / l'ceulle : celle / ov'là : voilà / ertrouver : retrouver / les radotaches : les radotages / faire orcette : faire recette / l'deos : le dos / orwettier : regarder / t'taleur : tout à l'heure, tantôt / orclamer : réclamer / des dreots : des droits / l'deîner : le dîner / l'sanche : la chance / in leong et in larche : en long et en large / quoisque : qu'est-ce que / lommint : longtemps / raviser : regarder / tout à n'ein queop : tout à coup, subitement / canger : changer / l'ferniête : la fenêtre / pasque : parce que / sanner : sembler / ameuter : mettre en émoi / in beos : en bois / l'quémeinée : la cheminée / l'meos : le mois / eine écapure : un petit pourboire, une petite gratification, petite somme en cadeau / alfeos : parfois / warder : garder / les liards : l'argent / asteur : maintenant / ortourner s'brouette : décéder, mourir / avoir l'esquite : avoir peur / les agripeus : les voleurs, les chapardeurs / ête à l'ouvrache : être au travail, en activité / commincher : commencer / béteôt : bientôt / eine life : un livre / les orcettes : les recettes / eine wassinque : une serpillière / les écolomies : les économies / caire : tomber / erqueompter : recompter / eine rawette : un supplément, un petit peu plus / l'carrelache : le carrelage / l'piéchette : la piécette / busier : réfléchir / dusque : où / oblier : oublier / l'agache : la pie (celle-ci est souvent qualifiée de voleuse) / cafouiller : chercher sans méthode  / li foute l'bouloire su l'cal'basse : lui donner un coup de bouilloire sur la tête / débaltée : hors de moi / cacher : chercher / ouvrer : travailler / être hap'char : être avare, être avide d'argent / l'portefuèle : le portefeuille / l'tonnieau : le tonneau / maronner : rager, bisquer / ouvère : ouvrir / devanché : devancé / ein cat : un chat / les gréaux : les griffes / moutrer : montrer / prumier : premier / abuseu : trompeur / agozil : malotru / arpalian : vaurien / agioteu : tripoteur en affaire / blateu : fraudeur / mordiquéau : sale individu / buveu : buveur /  eine agachète : une femme acariâtre et querelleuse / ortiré : retiré / laicher : laisser / batt'lier : bagarrer, batailler / glicher : glisser / l'orelle : l'oreille / ête att'lé : être mal marié / eine serpette : une femme hargneuse / printe ave des épinchettes : prendre avec des pincettes, on utilise cette expression pour désigner une personne de mauvaise humeur / parelle : pareille / l'mote : la mode).

S.T. mars 2016.

11:16 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

c'est curieux, Fifinne "prend" les poussières sur sa cheminée avec une serpière, moi j'utilise une "chamoisette" ou un' loque à poussières!

Vraiment c'est un cas notre chère Fifinne
Je suis ravie de la retrouver elle et son mari!

bonne semaine et à samedi prochain

Écrit par : rauwers | 19/03/2016

Répondre à ce commentaire

Quançqu'on fait l'grand nettiache d'Pâques, on nettie l'quéméinée in granito ave eine crute et eine sèque, ov'là pourquoi on prind eine wassinque. On n'met pos d'ieau su eine loque à poussières. I-feaut vraimint tout apprinte aux jeones d'aujord'hui,

Écrit par : l'Optimiste | 19/03/2016

Répondre à ce commentaire

Bon week-end Serge !

Écrit par : Un petit Belge | 19/03/2016

Répondre à ce commentaire

Comme d'habitude, impeccable et très heureux de retrouver Edmond et Fifinne.
Christian

Écrit par : Bridoux Christian | 23/03/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.