20 févr.
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (349)

Ein bieau p'tit ménache, eine vie (presque) sans neuache.

"Si t'veux rintrer, t'vas commincher pa ortirer tes sorlets !". Ch'est pa ses meots qu'Fifinne m'a accueilli verdi dernier. I-feaut dire que v'nant de l'rue Royale, j'éteos passé pa l'quai Saint Brice, dusqu'à causse des travéaux d'Ores, l'bédoule, su tes pieds, elle est gratis.

"Je n'vas pos rester lommint, j'n'ai pos beauqueop d'temps, Edmeond i-est là ?"

"Ahais, te vas dins l'pièche de d'vant, i-est assis dins l'fauteul, i-jeue ave l'cat, quoisque te veux, les biêtes aiment bin ête insanne".

Ch'est ainsin que, tout douch'mint, à pied d'cauchette, j'sus allé m'assir près de l'ferniête.

"Bé, te veos ichi comme j'sus arringé, Fifinne, elle est acore ein feos bin débaltée. Elle fait d'jà s'nettiache de Pâques, d'puis au matin elle n'arrête pos d'erloqu'ter. Quanç'qu'elle m'a dit qu'elle aveot b'soin de s'délicoter, j'ai bin compris que j'alleos passé eine mauvaisse journée. Elle creot que l'printemps i-est arrivé, pasque'i-n'a pus d'gélée, elle pinse que ch'est l'fin d'l'hiver, elle a intindu à l'radio qu'i-areot des vieaux d'mars qu'i-alleot'ent caire".

"Bé, on n'a pos eu d'hiver, l'prouèfe, hier su l'cassis de l'cuisine, in plein solel, i-aveot des mouques à viante et j'ai même vu eine sotérielle, après-dîner, i-aveot ein picreon dins no campe" qu'elle a dit Fifinne in passant l'wassinque inter nos gampes.

"Fais attintieon, les picreons, ch'est dingereux ces machins-là, on a dit que te pouveos attraper l'Zyrka et l'koukounia"

Je sus intervenu dins l'conversatieon pou faire eine leugère rectificatieon :

"je n'pinse pos que ch'est comme cha qu'on dit, mais ch'est pos grafe, on t'as quand même compris".

"Pou l'zirka, i-a pos d'mal, i-feaut surtout faire attintieon pou les feimmes impanch'lées et pou ti, i-a bin lommint que c'temps-là i-est oute. Et si des feos l'picreon t'foutreot aussi l'rache, chez ti, on n'va seûrmint pos vir l'plache".

Ceulle réfexieon n'a vraimint pos plu à Fifinne, comme eine inragée elle est accourue de l'cuisine :

"Comminche pa orlever tes choles, vieux bruant, si te n'veux pos avoir d l'ieau su l'bas de t'mareonne".

"Vingt milliards, après ch'est fini, on va pouvoir infin ête à no n'aisse" qu'i li a d'mindé Edmeond qui commincheot à la trouver mauvaisse.

Fifinne n'a pos répeondu et elle est partie nettier l'salle de bain.

On parleot d'puis eine beonne demi-heure quanç'que elle est arrivée nous orjointe.

"On sint bin qu'on n'a pus vingt ans, j'sus tout dégringuée".

Edmeond pou l'consoler li dit :

"I-est beon, va, l'pus greos i-est fait, asteur, te vas pourvoir d'meurer derpeos".

"L'pus greos i-est fait ! bé, j'viens seul'mint de qu'mincher !"

"Je l'sinteos, cha va 'cor ête eine pièche in siept actes et chinquante-deux tableaux? Bé, i-n'fait pos sale ichi, te n'as qu'à faire eine crute et eine sèque et l'appartemint i-s'ra comme nouvieau".

"He bé, pou in sortir eine parelle, ch'est qu't'es eine véritape pique-à-z'ouel. D'min au matin, j'va dématir les linos pasque quanç'que te traînes tes pieds, te riches tout l'orvêt'mint d'sol, et cha d'minde d'l'huile de bras pou les inl'ver"

"Bé, t'exagères toudis, i-n'a pos eine riflure su l'parquet".

"In attindant, saim'di au soir, j'vas acore ête scran pasque j'comminche à sintir m'n'âche, lindi, j'ai eine banse de linche à buer et mardi cha s'ra l'orpassache".

"Adeon, mercredi, l'ouvrache i-s'ra terminé et ainsin on pourra aller pourméner ?".

"Mercredi... j'vas faire mes glaches, on n'veot béteôt pus vir à travers pasque quanç'que t'orwettes au cassis te mets t'freont su l'vite et ch'est tout cras, on veot même l'trace de deogts. Les esperts i-devreot'ent vn'ir ichi pou inquêter, les empreintes, i-n'areot'ent pos d'misère à les orlever ".

"Bah alors, on sortira jeudi !".

"Neon, pasque j'deos faire mes arginteries, cha fait pus d'ein an que j'ne les ai pus astiquées, on n'se veot pus d'dins et verdi prochain, j'fais m'saim'di. Si te veux que cha va pus vite te prinds eine répourette, te la passes su l'meublier et surtout te n'oblies pos d'inl'ver les nounous".

"On n'peut même pus sortir pou aller boire eine pinte !".

"Ch'est pos grafe, après tout, ch'est carême. L'sémaine d'après, te sortiras au carnaval, d'toutes façeons, te n'deos pos t'masquer pou ti foute l'equite aux gins. Asteur, te peux toudis printe eine brouche et aller broucher l'guernier, pou l'orpintance de tout ce que t'm'as dit, j'te l'ai d'jà dit, je n'sus pos l'méquenne mi ichi".

"I-a pos à dire, j'sus att'lé comme te l'veos, i-est bin seot, l'ceu qui marie deux feos ?".

Mes deux gins, cha fait chinquante-siept ans qui seont mariés, ch'a été eine vrai queop d'foudre quanç'qui se seont rincontrés. Chinquante-six ans et onze meos qui battieltent si on queompte trinte jours pou l'lune de miel et pourtant i-seont toudis seots l'ein d'l'eaute : si i-d'a ein qui cait malate, l'eaute i-est aux chint queops et quanç'que ch'est fiête aux cheonq clotiers, on les veot porméner bras d'zeur, bras d'zous pa les rues d'no cité. Ch'est l'ortour à l'maseon qui, alfeos, pose problème.

(lexique :  ein ménache : un ménage / ein neuache : un nuage / commincher par ortirer les sorlets : commencer par retirer les souliers / pa : par / verdi : vendredi / dusque : où / l'bédoule : la boue / lommint : longtemps / l'pièche : la pièce / jeuer ave l'cat : jouer avec le chat / insanne : ensemble / les cauchettes : les chaussettes / s'assir : s'asseoir / l'ferniête : la fenêtre / ête débalté : être déchaîné / l'nettiache : le nettoyage / erloqu'ter ou orloqu'ter : nettoyer le sol à l'eau / s'délicoter : se dégourdir, avoir le besoin de remuer / les vieaux d'mars : les giboulées (on dit aussi les gruéaux d'mars) / caire : tomber / l'prouèfe : la preuve / l'cassis : le chassis / l'solel : le soleil / l'mouque à viante : littéralement la mouche à viande, grosse mouche bleue / l'sotérielle  : la sauterelle / l'picreon : le moustique / l'campe : la chambre / l'wassinque : la serpillière / leugère : légère / ête impanch'lée ou impanch'loutée : être enceinte (terme populaire) / ête oute : être terminé / l'rache : la rage / l'plache : la place / orelever tes choles : relever tes jambes / un bruant : un paresseux / l'mareonne : le pantalon / ête à no n'aisse : être à notre aise / nettier : nettoyer / orjointe : rejoindre / ête dégringuée : être démolie / asteur : maintenant / d'meurer derpeos : rester tranquille, être au repos / qu'mincher : autre mot pour commencer / passer eine crute et eine sèque : faire un nettoyage sommaire, humidifier et sécher le sol / parelle : pareille / ein pique-à-z'ouel : une personne qui a mauvaise vue / dématir : faire luire / richer : griffer / l'orvêt'mint : le revêtement / eine riflure : une égratignure / ête scran : être profondément fatigué / eine banse de linche à buer : une manne à linge à lessiver / l'orpassache : le repassage / aller pourméner : aller promener / les glaches : les glaces / vir : voir / orwettier : regarder / l'cassis : le chassis / l'vite : la vitre / été tout cras : être sale, gras / les deogts : les doigts / orlever : relever / les arginteries : les argenteries / astiquer : faire luire, rendre propre / saim'di : samedi / eine répourette : un chiffon pour prendre les poussières / l'meublier : le mobilier / oblier : oublier / les nounous : les chatons, sorte de duvet composé de poussières qui s'amoncelle sous les meubles / grafe : grave / foute l'esquite : faire peur / toudis : toujours / eine brouche : une brosse : broucher : brosser / l'guernier : le grenier / l'orpintance : le repentir / ête l'méquenne : être la servante / ête att'lé : être arrangé / ein queop d'foudre : un coup de foudre / les meos : les mois / queompter : compter / caire malate : tomber malade / ête aux chint queops : être au cent coup / les cheonq clotiers : les cinq clochers, on nomme Tournai la ville aux cinq clochers, ceux de la cathédrale Notre-Dame / bras d'zeur, bras d'zous : bras dessus, bras dessous / l'ortour : le retour / alfeos :parfois);

S.T. février 2016.   

10:14 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.