12 févr.
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (348)

Imaches d'ein futur possipe !

Comme d'puis bin lommint, i-n'aveot pos ein bleu tchien quanç'que j'ai déquindu, hier, l'rue Saint-Martin. J'tranneos presque pasque l'vint d'bisse souffleot in rafales, dins l'rue des Cap'liers, in passant l'leong d'no vielle cathédrale. Au leon, eine battante conte ein mur claqueot et eine ferniête qu'on aveot oblié d'serrer li répondeot. J'ai intindu, du côté du Pichou Saint-Piat, ein tchien faire l'leu, seûr'mint acore ein malhureux qu'on aveot laiché tout seu. L'vieux peont Noter-Dame erlévé et tout rouillé n'aveot pus vu, d'puis d'z'ainnées, passer pa d'zous li ein baquet. A l'fontaine de l'plache Crombez, i-n'aveot pus d'ieau, i-aveot eine éternité qu'on lui aveot copé l'chiffleot. A midi, in face de l'incienne banque Nationale, in plein mitan de l'rue Royale, on areot pus jeuer à cartes, au rami ou bin à l'batalle.

Dire qu'i-a d'jà asteur chinquante ans qu'nos édiles, aux Bastieons, inaugureot'ent l'pus grand complexe commercial d'no ville. L'bourguémette, dins eine brillante involée, i-aveot proclamé : mes amisses, ceulle réalisatieon va faire l'richesse de no cité. I-feaut ête honnête, dins les prumiers momints, on a vu arriver ichi bramint d'gins, des auteos on pouveot in garer pus d'quate mille et ch'éteot gratuit contrair'mint au centre-ville. Du queop, pa l'autoroute et les boulevards, des gins veneot'ent d'partout et dins l'nouvieau temple de l'consommatieon i-dépinseot'ent beauqueop d'sous. Pa d'vant ceulle réussite, comme César, Rudy i-a dit : "Veni, Vidi, Vici", i-areot mieux fait d's'raminvrer de : "Vox populi, vox Dei". On li aveot pourtant dit que l'centre-ville i-alleot morir mais ces meots n'l'aveot'ent jamais impêché d'dormir.

Pasque l'mote elle a bin vite passé, pasque pou l'meonte i-féaut toudis de l'nouvieauté comme pou ein infant, i-n'a pos fallu ein an pou qu'des clients étringers on in truèfe jusse acore la mitan. Pindant c'temps là, dins ceulle euphorie, les p'tits magasins de l'ville, les gins les ont obliés, alors, sans bruit, dins l'indifférince d'tertous, les boutiques qu'on aveot toudis connues, eine à eine, leu porte i-ont serrée. L'bourguémette i-a dit : "ch'est ein mauvais momint à passer, vous allez vir, béteôt tout va orcommincher, pou que les visiteus n'pinse'tent pos que les maseons elles seont abandeonnées, i-a pos d'problème, dins les vitrines, on va mette des publicités" ! Si i-aveot été Tournisien i-areot su "qu'i-n'féaut jamais répeonte d'ein biéau jour s'i-n'est oute".

Ov'là commint tout cha a qu'minché !

Comme les salaires et les pinsieons, pa l'gouvernemint, i-aveot'ent ête bloqués et qu'les banques elles ne donneot'ent pus d'intérêts, vous l'comperdez, les gins i-ont eu moinse d'liards à dépinser. Comme les tasques elle n'arrêteot'ent pos d'aurminter, comme l'index i-continueot à meonter, les gins i-ont fait cheinture et i-n'ont pus rien acater. Béteôt, dins les rues on n'a pus vu d'auteos, les Tournisiens, pou aller à l'ouvrache, i-aveot'ent ersorti leu véleo. Comme la SNCB elle éteot complèt'mint dirigée pa des flaminds, on a pu queompter les trains pou Tournai su les deogts d'eine main. Ainsin, no riche cité au passé royal elle est cait dins l'sous-développ'mint total.

On a d'abord vu disparaîte dins l'orte : les marchands d'meublier, les instituts d'bieauté, les horlogers-bijoutiers, les fleurisses, les marchands d'sorlets, les restaurants, les bouchers, les marchands d'légueumes et les boulingers. Ch'est biête mais i-n'resteot pus que, les marchands d'toubaque (pourtant l'paquet d'cigarettes i-éteot à chinquante eureos), les pharmac'ries, les cabarets... et les caberdouches d'Dodeo. D'puis toudis, ch'est auprès d'eine file de joie ou bin dins l'bière qu'ein heomme i-va oblier s'misère. Les jocqueux, dins les rues et su les plaches, d'mindeot'ent l'mindicité et si on orfuseot d'leu deonner, i-n'hésiteot'ent pos à buquer.

Après deux ou treos ainnées, les vitrines inoccupées éteot'ent rimplies d'arnitoiles et dins les pièches les soris queureot'ent à perte haleine. "On n'est pos cras à léquer les murs", adeon tous les carteons, tous les papiers leu serveot'ent à faire banquet. Dins l'rue d'Hôpital, l'terrain du cinéma Palace i-éteot dev'nu ein tréo à rats dusque v'neot'ent, pa chintaines, s'aliminter les cats. I va sans dire que tout cha dégageot eine telle naque qu'i-n'a pu eu perseonne dins les rues d'no ville pou vir parel spectaque. Comme dins l'temps au Texas,Tournai est dev'nue eine véritape cité fantôme seul'mint laichée aux rats, aux cats, aux tchiens et aux arones.

Pou espérer acore vife eine paire d'ainnées hureux, pou les maseons d'ortraite on a vu partir bramint d'petits vieux et, pou ête pus près d'leu traval, les jeones seont partis d'meurer à l'capitale. Comme l'ville elle n'éteot presque pus habitée, on a bin seûr vu grandir l'insécurité. Dins les quartiers, on n'veyeot pus ein seul policier d'puis qu'aux Bastieons i-z'aveot'ent été transférés. Assis su eine cayère, d'puis là-vas, i-surveilleot'ent l'cité intière grâce à des caméras.

D'puis toudis, "l'bonheur i-est fait pou l'z'hureux et l'malette pou les brimbeux". Les malates n'éteot'ent pus que des carilleons d'ossiéaux, on les intasseot pa dizaines dins les couloirs des hôpitaux. Au p'tit matin, pa d'vant ein morcieau d'pain rassis, on n'oseot même pus ouvère eine gazette, de l'rache qu'on aveot l'esquite de vir qu'ein amisse aveot pris l'quémin d'Mulette.

In passant près du Peont des Tréos, j'ai ormonté l'col de m'palteot, jusse au momint dusque j'alleos intré dins l'gardin d'la Reine j'ai été, tout à n'ein queop, réveillé pa l'veox de m'feimme :

"Milliards, mais quoisqu'i-s'a passé que t'as été ainsin aussi agité" ?

"J'ai du treop minger hier au soir ou bin j'ai fait ein rêve prémonitoire !".

In leong et in larche, j'li ai raqueonté quoisque, pindant ceulle nuit, i-m'éteot arrivé.

"Bé mon Dieu, combien d'feos j'te l'ai d'jà dit, espèce d'andoule, de ne pus aller au conseil communal acouter toutes les cacoules !".

"Ch'est pos des carabistoules, à c'que te dis te d'vreos faire attintieon, te vas vir la foule qui va béteôt arriver ichi aux Bastieons !". Te sais, ch'est comme à Mons pou l'réputatieon d'nos autorités, l'nouvieau magasin qu'on a fini d'construire, i-cait à... point nommé.

Comme David Vincent, dins "les Invahisseurs" du temps passé, j'saveos que l'cauchemar i-aveot d'jà comminché.

(lexique : imaches : images / possipe : possible / lommint : longtemps / i-n'aveot pos ein bleu tchien : littéralement il n'y avait pas un bleu chien, ce qui signifie : il n'y avait personne / quanç'que : lorsque / déquinte : descendre / tranner : trembler / l'rue des Cap'liers : la rue des Chapeliers / l'leong : le long / au leon : au loin / eine battante : un volet, panneau en bois qu'on rabat pour protéger la fenêtre / eine ferniête : une fenêtre / serrer : fermer / l'pichou Saint-Piat : fontaine munie d'une statue située au pied de l'église Saint-Piat érigée en hommage à la chanson wallonne / faire l'leu : faire le loup / acore : encore / laicher tout seu : laisser seul, abandonner / erlévé : relevé / pa d'zous : dessous / ein baquet : un bateau / coper l'chiffleot : couper le sifflet, ici couper l'arrivée d'eau / in plein mitan : au beau milieu / jeuer : jouer / l'batalle : la bataille / asteur : maintenant / l'bourguémette : le bourgmestre, le maire / mes amisses : mes amis / les prumiers momints : les premiers moments / bramint : beaucoup / du queop : du coup, dès lors / pa d'vant : devant / s'raminvrer : se souvenir / morir : mourir / les meots : les mots / pasque l'mote : parce que la mode / toudis : toujours / on truèfe : on trouve / jusse : juste / ceulle : cette / vir : voir / béteôt : bientôt / orcommincher : recommencer / i-n'féaut jamais répeonte d'ein biéau jour si n'est oute : littéralement il ne faut jamais répondre d'un beau jour s'il n'est fini, ce qui signifie : les prédictions sont hasardeuses / qu'mincher : commencer / les pinsieons : les pensions (en Belgique : les retraites) / les tasques : les taxes / aurminter : augmenter / faire cheinture : faire ceinture, se priver / acater : acheter / aller à l'ouvrache : aller à son travail / ersortir : ressortir / queompter : compter / les deogts : les doigts / ainsin : ainsi / caire : tomber / l'meublier : le mobilier / les sorlets : les chaussures / biête : bête / l'toubaque : le tabac / les pharmac'ries : les pharmacies / les caberdouches : les cabarets louches / les jocqueux : les chômeurs / orfuser : refuser / buquer : frapper, taper / les arnitoiles : les toiles d'araignées / les pièches : les pièces / les soris : les souris / on n'est pas cras à léquer les murs : littéralement on n'est pas gras à lécher les murs, ce qui signifie : pour bien se porter, il faut bien se nourrir / adeon : donc / ein tréo : un trou / dusque : où / les chintaines : les centaines / l'naque : l'odeur, le parfum / l'spectaque : le spectacle / véritape : véritable / les arones : les araignées / vife : vivre / les jeones : les jeunes / ête bin seûr : être bien sûr / eine cayère : une chaise / l'bonheur i-est fait pou l'z'hureux et l'malette pou les brimbeux : littéralement le bonheur est fait pour les heureux et la malette (le sac de toile du pauvre) pour les mendiants, les misérables, ce qui signifie : bonheur aux riches et malheur aux pauvres / ête ein carilleon d'ossieaux ou ête ein moncheau d'os : n'avoir que la peau sur les os / ouvère : ouvrir / de l'rache : littéralement de la rage, signifie tellement / avoir l'esquite : avoir peur / l'quémin d'Mulette : le chemin de Mulette, appellation donnée au cimetière du Sud à Tournai / l'palteot : le paletot, le manteau / l'gardin d'la Reine : le jardin de la Reine / tout à n'ein queop : tout à coup / l'veox : la voix / in leong et in larche : en long et en large, dans le détail / quoisque : ce que / acouter : écouter / les cacoules : les mensonges / les carabistoules : les carabistouilles, les calembredaines, les histoires à dormir debout)

S.T. février 2016.

14:18 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.