05 févr.
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (347)

Conversatieons de seots à l'tape d'ein bistreot !

"Hé, te viens boire eine pinte ave mi l'Optimisse",

 Ov'là c'que j'ai intindu, jeudi, dins l'rue Catrice. J'aveos orconnu l'veox dins d'mes inciens amisses.

"Cha fait d'z'ainnées, quoisque te fous ichi, l'Optimisse ?".

"Bé j'vas à Saint-Brice, printe l'bus, au pied d'l'églisse !".

"Normal'mint i-deot arriver à ving-six".

"Du queop, on a l'temps d'aller chiffler eine Trapisse !".

Maurice i-s'a laiché caire su eine vielle banquette et i-a comminché à débabeiner s'capl'let.

"J'viens jusse d'aller querre des liards à l'banque su l'quai pasque l'sémaine qui vient on va orsaquer les pavés, i-veont orfaire l'plache du Becquerelle et l'quai Dumeon, aussi j'préfère bin mieux avoir m'n'argint à m'maseon".

"I-n'a pos d'dinger, va, tes liards, on n'va pos t'les voler, les bindits, in auteo, i-n'sareot'ent quand même pos passer".

"Neon, on va pidouler dins l'bédoule quanç'que l'pluèfe elle va caire et quançqu'l'temps i-s'mettra au sec on ming'ra de l'poussière. Pou mi ête informé j'n'acoute pus l'météo, j'orwette les dicteons et j'sais si i-f'ra bieau et quieaud".

Acoute me bin :

Quand l'pluèfe cait à l'Saint-Aubin (1er mars) te n'as ni palle, ni grain.

A l'Saint-Gauthier (9 avril) si mars i-a fait l'été, avril i-met s'pal'teot.

Si l'pluèfe elle cait à l'Saint-Bernardin (10 mai) te f'ras eine ainnée sans vin mais si l'solel i-luit à l'Saint-Germain (21 mai) t'aras du beon vin.

"Tout cha ch'est des cacoules d'innochint d'Bornibus comme diseot m'gramère, à tes dicteons te peux leu faire dire tout ou bin l'contraire".

Acoute me aussi :

A l'Sainte-Véronique (l'quate d'féverrier) fais bin attintieon à tes romatiques.

A l'Sainte-Yvette (l'treize de janvier), i-n'veaut mieux pos moutrer tes tettes et ch'est vrai aussi l'vingt du meos d'avril pou l'Sainte-Odette.

Orache à l'Saint-Thiébaut (l'huit du meos d'juillet), beauqueop d'ieau dins l'tonnieau.

A l'Sainte Alice, n'traite surtout pos t'feimme d'belle in cuisses.

"Mo bé, dins queul almanach t'as trouvé tout cha ?".

"Bé, dins l'almanach de m'tiête espèce de colas !".

J'pinseos qui m'aveot bin compris quanç'que tout à n'ein queop i-m'a dit :

"T'es seûr qu'à l'Sainte-Véronique on orsint d'ses romatiques pasque mi d'puis avant-hier d'ein peu partout j'souffère".

I-est beon, va, on va canger d'conversatieon sineon jusqu'au soir au va rester su les dicteons.

"Tins in parlant d'dicteon, t'as pos ravisé su No Télé, d'l'Hôtel de Ville i-ont ortansmis l'dictée. J'ai tout d'suite compris que ch'n'éteot pos pou mi, pou l'écrire i-falleot ête ein artisse pasque d'jà dins l'tite t'aveos l'meot oaristys. "Conversation tendre-idylle", j'ai ainsin appris dins l'dictionnaire, ein meot pou dire in dansant à t'partenaire.

"Vins ichi m'pétit mimisse, j'sins qu'on va avoir eine oaristys?

T'in conneos bramint d'heommes qui, in amour, dise'tent cha à leu feimme pratiquemint tous les jours. 

"Mo Dieu, depuis que j'vous ai épousée, ma chère Alice, nous vivons insanne eine éternelle oaristys !".

L'ainnée prochaine, cha va canger, l'nouvieau "ortografe" i-a été décidé. On va tout écrire in "fonétique", comme su internet, pa d'zous les artiques. T'as d'jà vu, là d'zeur, les commintaires, bé, vraimint, i-n'a pos à ruer s'capieau in l'air. J'vas t'raqueonter ichi eine affaire véridique, j'l'ai li pa d'zous eine artique su l'récauff'mint climatique qui éteot signé du préneom d'Monique. L'feimme elle aveot écrit, in français, du moinse ch'est c'qu'elle aveot supposé : les gens croivent tout ce qu'on leur dit. Ein eaute i-li a répeondu, jusse après, les gens croient, corrigeant ainsin l'feaute d'français. Aussi sec, elle l'a traité d'annochint et d'imblavé, ajoutant que ch'n'éteot pos l'verbe croitre (sans mette ein accint) mais bien l'verbe croiver. Elle éteot tell'mint seûre d'elle qu'elle li a dit d'activer s'pétite cervelle !".

L'ainnée prochaine Caroline et Jeanne-Marie, i-n'areot pos difficile de trouver de l'matière, pou l'dictée, ch'est désormais su internet que l'texte i-faudra aller l'querre. J'veos d'jà ichi l'sujet queusi pou l'orthographe : ma meuf, j'la kiffe grave. I-n'minqueot pus qu'cha : garchenner no belle lanque françaisse, Mossieu l'académicien on la truèfe mauvaisse. Dins vingt ans, on écrira : jé mi une chene à ma tronsoneuze pour abatre le vieu chene, on pourra dire : rien ke du boneur pou les idios, à l'otel de vile l'dikté sera la fware aux zozos.

J'areos bin continué mais m'bus i-est arrivé, j'n'ai eu que l'temps d'traverser, hureus'mint, à Saint-Brice,'i-a toudis eine file à l'arrêt.

Oblier l'trait d'unieon, passe acore mais inter eine file (fille) ou bin eine file (file), veyez comme ch'est important de n'pos treop simplifier. Quanc'que vous devez dire : j'ai fait l'file ave m'feimme, i-ara toudis quéqu'ein pou comprinte du prumier beond : "Tins i-ont deonné eine pétite sœur à leu garcheon !".

Au momint d'finir m'babillarte du saim'di, j'ai eine pinsée émue pou Mamzelle Jacqueline, fidèle lectrice de m'blog, qui défind l'belle lanque d'nos inciens, eine lanque qu'elle a inseignée à bramint d'pétit rotleots, béteôt elle ne pourra pus m'tirer les orelles si asteur j'écris "belle" ave ein seul l.

(lexique : l'seot : le sot / l'tape d'ein bistreot : la table d'un café / l'veox : la voix / les amisses : les amis/ printe : prendre / du queop : du coup, dès lors / chiffler : siffler, boire un verre d'une traite / s'laicher caire : se laisser tomber / commincher : commencer / débabeiner s'cap'let : littéralement débobiner son chapelet, raconter ses malheurs / jusse : juste / querre : chercher / des liards : de l'argent, des sous / pasque : parce que / orsaquer : retirer / orfaire : refaire / pidouler dins l'bédoule : patauger dans la boue / l'pluèfe : la pluie / quanç'que : lorsque / acouter : écouter / orwettier : regarder / quieaud : chaud / l'palle : la paille / l'pal'teot : le paletot, le manteau / des cacoules d'innochints d'Bornibus : des mensonges, des inventions / m'gramère : ma grand-mère / l'quate d'féverrier : le quatre février / les romatiques : le rhumatisme / moutrer ses tettes : montrer sa poitrine, être topless / orache : orage / l'meos : le mois / l'ieau : l'eau / ein colas : littéralement un geai (oiseau) mais en patois : un crétin, un niais, un naïf / tout à n'ein queop : tout à coup / seûr : sûr / orsintir : ressentir / souffère : souffrir / canger : changer / raviser : regarder / ortransmettre : retransmettre / l'tite : le titre / m'pétit mimisse : expression d'affection utilisée surtout pour les jeunes enfants / bramint : beaucoup / insanne : ensemble / pa d'zous les artiques : sous les articles / là d'zeur : là-dessus / ruer s'capieau in l'air : littéralement jeter son chapeau en l'air, grande liesse / raqueonter : raconter / l'récauff'mint : le réchauffement / du moinse : du moins / ein imblavé : un orgueilleux, un faiseur d'embarras / queusi : choisi / garchenner : abîmer, gaspiller / l'lanque : la langue / on la truèfe : on la trouve / toudis : toujours / acore : encore / inter : entre / quéqu'ein : quelqu'un / l'garcheon : leu garçon / m'babillarte du saim'di : ma lettre du samedi / mamzelle : mademoiselle / des rotleots : des roitelets (oiseau) mais aussi en patois terme d'amitié pour un enfant / béteôt : bientôt : asteur : maintenant).

S.T. février 2016. 

13:23 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Que ch'est bieau, l'Optimisse ! Merci grinmin pou l'allusieon. Grosses mimisses à vous deux.

Écrit par : Caroline Jesson | 09/02/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.