29 janv.
2016

13:50

Tournai : expressions tournaisiennes (346)

Eine saprée gazette.

Je m'deminde alfeos pourquoi j'acate acore l'journal et que j'ravise toudis No Télé. I-m'suffit simplemint d'aller chez Edmeond et Fifinne pou mi ête au courant de l'actualité d'no cité.

Edmeond i-sait toudis d'tout pasqu'i-fourre s'nez partout.

"I-n'a qu'cha à faire tout au leong de l'sémaine", ces meots ch'est pos d'mi, ch'est de s'feimme.

Adeon, mercredi, j'ai été, dins l'appartemint du quai Dumon, pou m'informer in acoutant Radio-Edmeond, l'seule radio qui n'fout pos d'cacoules et qui est au courant d'toutes les imbroules.

Dins in coin de l'pièche Fifinne aveot comminché à tricoter.

"Alors, Edmeond, quoisqu'on dit dins les milieux autorisés ?".

"Mo... bé, j'd'ai acore appris des vertes et des pos mûres, on va ichi boire ein p'tit godet et j'vas tout t'raqueonter. Holà, feimme, laiche ein instant tes boules de laine, viens nous servir ein beon verre et surtout n'fais pos d'lisière".

"I-s'a passé bin des cosses d'puis l'début d'l'ainnée et cha n'fait même pos ein meos qu'elle a qu'minché. I-a eu l'accidint d'no bourguémette qui a gliché su eine marche et qui i-a cait d'tout son leong sous l'drache. i-a fallu l'transporter au CHWApi, sur le site de l'Dorcas, pou l'opérer in urgince in héaut de s'bras. Si-i-aveot attindu treos meos d'puque pou faire s'cascade mayorale, i-areot inauguré du queop, su l'site Unieon, l'tout nouvieau hôpital. A Marche-les Dames, i-a l'rocher fatal, asteur à Tournai, i-a l'escalier bancal. Aussi, quanç'que j'deos aller à no maseon communale, pou assister, l'lindi, au consel communal, j'passe pas l'inclos Saint-Martin, j'rinte pa l'porte in face du musée, là-vas, ch'est tout à plats pieds".

"On dit : ch'est d'plain-pied, ti, t'as bin de l'sanche de n'pos ête intindue pa Mamzelle Jacqueline. Elle lit m'blog presque tous les jours après l'souper et m'invoie ein mail quanç'qu'elle trouèfe eine feaute d'français. A propeos, mi, aussi, j'alleos souvint au concel communal et j'ai wardé l'ramivrance d'soirées pos banales, au moinse là, ch'est ein indreot dusque j'ai toudis eu du lari et, c'qui n'gâche rien, ch'est ein spectaque total'mint gratuit. Après les orprésintatieons de tous ces lascars, l'public devreot pouvoir attribuer des Césars, après tout, Polo et Ludivine i-ont d'jà bin, eusses deux, orchu ein... bieau p'tit Oscar. Eine feos qu'les treos queops i-ont été frappés, t'es parti pou treos heures rimplies d'bénaiss'té. A la fin, on a invie d'batte des mains pou applaudir ces merveilleux comédiens. I-in a qui orwettent les dossiers, d'eautes qui ravisent leu télépheone, i-in a qui seont toudis prêts à esploser, d'eautes qui vienne'tent là pou piquer ein somme, i-in a qui feont risette sans arrêt, d'eautes in train d'inveyer des textos ave leu i-phone, i-in a qui s'mettent à lire leu courrier, d'eautes qui sannent n'vir perseonne, i-in a qui seont prêts à bondir comme des mourdreux et d'eautes qui s'foutent alfeos dins des raches bleues.." ".

"Beon, continueons, si te m'arrêtes toudis pou des carabistoules, j'vas perte l'fil d'mes idées"

"D'jà qu'i-n'est pos fort solide, l'fil" qu'elle à dit Fifinne in arrêtant l'cliquetis d'ses aiwilles.

"J'ai été vir les travéaux d'démolitieon de l'incien bâtimint du Courrier de l'Escaut. Cha fait pus d'trinte ans asteur que j'sus abonné au journal. J'te jure que cha n's'a pos fait sans mal, les ouverriers i-ont décoper cha à l'méthode chirurgicale. Asteur, d'puis l'rue d'l'Hôpital, on veot, in intier, l'nef de l'cathédrale. Ch'est vraimint pos banal !".

"On a présinté, dernièr'mint, dins l'salon d'la Reine de l'Hôtel de Ville, l'projet d'élargiss'mint d'l'Esqueaut dins l'traversée d'no ville. L'populatieon tournisienne elle a été invitée à rincontrer d'véritapes espécialisses, des technocrates qui ont phosporé bin lommint pou dessiner les esquisses. Aux ceusses qui aveot'ent espéré ein débat, on leu a répeondu : i-a pos d'cang'mint, ch'est comme cha ! Adeon, on va garchenner l'mitan du quai Saint-Brice comme on a pu l'voir su l'plan présinté pa ces jocrisses".

"D'jà avant l'prochain hiver, on va qu'mincher à ouvrer au quai Taille-Pierre, i-paraît que ch'est la halte nautique qui va ête touchée l'prumière".

"Comme après on va commincher l'nouvieau Pont-à-Pont alors qu'on s'ra in train d'rénover l'plache du Becquerelle et l'quai Dumon, si te ouèfes in ville, quanç'que t'aras fini l'ouvrache, i-ara bin des déviatieons pou ti orjointe t'maseon".  

"Cha n'va pos d'treop su l'plan local et cha n'va pos mieux au national. No traditieons on peut les oblier, i-feaut canger no calinderrier. Pou éviter d'choquer certaines perseonnes, on est forché d'saquer no mareonne. Ainsin, t'as vu qu'on n'parle pus de l'Cand'leur, ch'est app'lé, l'journée nationale des crêpes, asteur. Béteôt, l'fiête de Pâques, cha s'ra l'journée nationale des oués, l'prumier mai, l'journée nationale du muguet, l'Toussaint, l'journée locale des waufes au chuque. Pus questieon, neon pus, d'parler, même à veox basse, du lindi parjuré, cha s'ra l'journée locale du lapin cuit ave des preones et des rogins. Même l'fiête de l'Noë, elle s'ra foutu à l'huche, à l'plache, cha s'ra l'journée nationale des buches. Dis hardimint, on fait bin des concessieons à les ceusses qui pinses autermint". 

Et ch'est ainsin que j'participe à tous les émissieons diffusées l'mercredi après-deîner pa Radio-Edmeond.

Comme i-répète toudis, ceul annochint, i-veaut mieux dire tout cha que d'dire du mal de s'visin.

(lexique : sapré : sacré / alfeos : parfois / acater : acheter / acore : encore / toudis : toujours / pasque : parce que / adeon : donc / acouter : écouter / foute des cacoucles : raconter des mensonges / des imbroules : des embrouilles / l'pièche : la pièce / commincher : commencer / laicher : laisser / des cosses : des choses / qu'mincher : autre mot pour commencer  / no bourguémette : notre bourgmestre (le maire en France) / glicher : glisser / caire : tomber / leong : long / d'puque : de plus / du queop : du coup / asteur : maintenant / quanç'que : lorsque / l'maseon : la maison / l'inclos : l'enclos / rintrer : rentrer, entrer / là-vas : là-bas / l'sanche : la chance / mamzelle : mademoiselle / elle trouèfe : elle trouve / warder l'raminvrance : conserver le souvenir / ein indreot : un endroit / avoir du lari : avoir du plaisir / ein spectaque : un spectacle / les orprésintatieons : les représentations / eusses : eux / orchevoir : recevoir / l'bénaiss'té : la joie / batte : battre / orwettier : regarder / raviser : regarder / faire risette : sourire (s'utilise surtout pour les enfants) / inveyer : envoyer / sanner : sembler / des mourdreux : des grincheux / eine rache : une rage / des carabistoules : des carabistouilles, des bêtises / les aiwilles : les aiguilles / les ouverriers : les ouvriers / décoper : découper / l'Esqueaut : l'Escaut (le fleuve qui traverse Tournai) / des espécialisses : des spécialistes / lommint : longtemps / aux ceusses : à ceux / l'cang'mint : le changement / ouvrer : travailler / te ouèfes : tu travailles / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / orjointe : rejoindre / oblier : oublier / canger : changer / l'calinderrier : le calendrier / saquer s'mareonne : retirer (baisser) son pantalon / l'Cand'leur : la Chandeleur / béteôt : bientôt / les oués : les œufs / les waufes au chuque : les gaufres au sucre (tradition de la Toussaint à Tournai) / l'veox : la voix / les preones et les rogins : les prunes et les raisins / l'fiête de Noë : la fête de Noël / foute à l'huche : mettre dehors, jeter dehors / à l'plache : à la place / après-deîner : après-midi / l'annochint : l'innocent / l'visin : le voisin).

S.T. Janvier 2016.

13:50 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

26 janv.
2016

15:03

Tournai : la lente évolution de la rue de la Tête d'Or.

Introduction.

La rubrique " la lente évolution de la rue..." tente à prouver que le visage qu'offre une cité se modifie sans cesse, qu'il est loin d'être figé. La structure d'une agglomération évolue au gré des siècles, des modes et des nécessités économiques. Il y a cependant une distinction à faire entre les villes dites "modernes", nées au cours de ces derniers siècles dans la foulée de l'apparition de nouvelles industries (textiles, minières, sidérurgiques) et les villes à caractère "historique" apparues, il y a parfois, un ou deux millénaires. Ces dernières ont souvent la chance de posséder un riche patrimoine immobilier qu'il y a lieu de protéger pour les générations futures. Dans chaque quartier, dans chaque rue, on peut y découvrir un élément, témoin de notre passé, de notre Histoire.

Une association telle l'asbl "Pasquier Grenier" plaide depuis des décennies pour la conservation et la restauration d'éléments architecturaux d'une valeur, pas seulement sentimentale mais surtout historique. Au sein de la ville de Tournai, elle a mené de nombreux combats, certains ont été gagnés, d'autres perdus. Elle doit souvent s'opposer à la voracité de promoteurs qui n'hésitent pas à détruire un monument ancien pour y construire du neuf dans un but uniquement financier. La sauvegarde du patrimoine local est un combat honorable. En examinant l'évolution de la rue de la Tête d'Or, on rencontrera un de ces lieux qui ont disparu sous la pioche des démolisseurs.

Les origines.

Située sur l'axe de circulation qui relie le beffroi à l'église Saint-Brice (une des deux traversées Nord-Sud les plus directes de la cité des cinq clochers), la rue de la Tête d'Or présente un caractère pentu. Selon le dénommé Messire de Doignon, "en 1811, on en baissa le sol à tel point que plusieurs maisons faillirent s'effondrer". Primitivement, cette rue portait le nom de rue Capon. ce nom apparaît dans l'acte de vente d'une maison en l'an 1300. Le mot capon étant probablement une variation de "chapon", le lieu étant alors occupé par des rôtisseries.

Rapidement son surnom de rue de la "Teste d'Or" prendra le pas. Il fait référence à celui d'une hôtellerie située à l'emplacement de l'avant-dernière maison située à gauche en montant (terrain occupé aujourd'hui par le parking du Carrefour Market). Celle-ci avait accueilli de nombreux nobles au XIVe et XVe siècle.

Les siècles passent.

L'hôtel de la Tête d'Or sera remplacé à la fin du XVIe siècle par "l'hôtel du Singe d'Or". Celui-ci est situé en bas de la rue, sur la droite, aux numéros 5 et 7, à l'emplacement de l'actuel dancing "Les Arcades". De l'autre côté de la rue, on trouvait, l'hôtel Lefebvre, construit sur des plans de l'architecte Bruno Renard. A côté de celui-ci, au n° 22, un immeuble à l'enseigne "la Tête américaine" appartenait à la famille Wicart, négociants en tabac (voir l'article que nous avons consacré à cette famille).

Jusqu'au moment de la seconde guerre mondiale, la rue de la Tête d'Or ne se trouvait pas dans le prolongement de la rue de la Wallonie et ne permettait pas de rejoindre directement le beffroi, comme c'est le cas désormais. Au sommet de celle-ci, on empruntait, à droite, la rue de Paris pour rejoindre la rue des Chapeliers ou, à gauche, la rue Garnier pour rejoindre la place du Parc (actuelle place Reine Astrid).

Lors des bombardements de mai 1940, toute la partie de gauche, en montant la rue, où se trouvaient les services de l'Assistance publique (ancêtre du centre Public d'Aide Sociale) a été rasée. L'autre partie de la rue, dans sa partie basse, n'a pas été touchée et le magasin de vêtements "A la Vierge Noire" surmonté de son dôme (origine du nom du carrefour qui se trouve au bas de la rue de la tête d'Or) se dressait toujours fièrement parmi les ruines.

De 1950 à nos jours.

Cette période de soixante-cinq années a vu bien des changements au sein de la rue de la Tête d'Or. A la fin des années cinquante, les magasins "A la Vierge Noire" ont fermé leurs portes et ont été remplacés par la moyenne surface "Unic". Le rez-de-chaussée a ensuite abrité un magasin spécialisé en téléphonie et l'étage, le service des Finances. Au départ de celui-ci, cette partie de l'immeuble a été transformée en salle de fitness.

Le 28 décembre 1962, sur les anciens terrains de l'institut Saint-Luc, on inaugurait le "1961 Tournai Grand Bazar travaux (2).jpgGrand Bazar", premier supermarché tournaisien qui attirera, de ce fait, une importante clientèle signant également la mort des magasins emblématiques "Unic" et "Sarma" situés à proximité. La photo de droite montre les travaux de construction en 1961, en face on aperçoit le bâtiment de la RTT.

On raconte que le propriétaire de l'immeuble situé à l'angle de la rue de la Tête d'Or et du Vieux Marché au Beurre avait refusé l'offre de reprise qui lui avait été faite par les responsables du grand magasin souhaitant ainsi avoir une meilleure visibilité, dès l'arrivée des clients par la rue de la Wallonie. Cet immeuble, sans étage, abritait alors une lustrerie. Après quelques transformations intérieures, il fut ensuite occupé par le magasin de vêtements "Marvan".  La photo de gauche représente l'inauguration de la rue de la Wallonie en septembre 1951, on peut y voir, derrière la foule, à droite, (sous le drapeau) la lustrerie. Aujourd'hui, ce bâtiment sans aucun cachet architectural a été démoli et depuis quelques 1951.09 Tournai inaug. rue Wallonie.jpgannées s'élève, à la place, une résidence avec une pharmacie et un centre de bronzage au rez-de-chaussée.

La saga du Singe d'Or !

La partie de droite de la rue de la Tête d'Or, entre le magasin faisant angle de la rue Gallait et celui situé au coin de la rue de Paris, appartenait à la Régie des Téléphones et Télégraphes. On y trouvait trois bâtiments : le bâtiment principal qui abritait le central téléphonique mais aussi la sortie arrière du bureau principal de la Poste situé à la rue des Chapeliers et deux maisons occupées encore au XIXe siècle par l'Hôtel du Singe d'Or.

Ces deux immeubles sont acquis le 29 mai 1979 par le même promoteur qui avait été à la base de la démolition de l'ancien relais de poste de la rue de la Madeleine afin d'y construire une résidence sans véritable cachet architectural : un banal cube de béton et de briques comme on en voit dans toutes les villes, sur lequel sont apposées des pierres venues de France et qui n'ont rien à envier à la pierre bleue de Tournai. A la rue de la Tête d'Or, son projet est d'installer une galerie commerciale au rez-de-chaussée et des appartements aux étages, en assurant la restauration de la façade classée mais en démolissant la maison à la façade de style néo-classique non classée. Là aussi, dans cette construction, la pierre de France serait utilisée.

Malgré les protestations de l'AREE, de la fondation Pasquier Grenier, du CESAR et de la Société Royale d'Histoire et d'Archéologie, malgré les pétitions et émissions communautaires sur No Télé, le promoteur, installe, devant les protestataires et les caméras, des palissades et une grue alors que l'enquête est en cours et que le permis de bâtir n'est pas encore "officiellement" accordé. Il faut dire que l'homme au franc-parler, totalement allergique au dialogue, a un atout de poids dans sa manche, le soutien inconditionnel du bourgmestre Raoul Van Spitael qui préférait de loin le neuf à l'ancien et qui se rangea toujours à ses côtés pour démolir des témoignages immobiliers relatifs à notre passé (cfr : immeuble de Cordes à la place Paul Emile Janson).

Ainsi s'éleva la galerie "Les Arcades" qui abrite depuis lors une galerie commerciale en forme d'impasse, un dancing au sous-sol où une clientèle nostalgique des années soixante et septante vient danser, les dimanches après-midi, aux sons des platines du D.J. Jonathan Gray et des appartements de standing à l'étage. Finalement, les Tournaisiens se sont habitués et les nouvelles générations ne peuvent imaginer le style de bâtiment qui s'y élevait jadis.

Tout n'est pas argent à la Tête d'Or.

Entre le désormais magasin "Carrefour Market" et... le carrefour du Dôme, comme un peu partout en ville, les immeubles commerciaux changent souvent de propriétaire et de destination. On y a connu le café du "Singe d'Or", rappelant le souvenir de l'hôtel qui se trouvait en face, devenu, il y a quelques années, le "Pink Bar", un café à remettre depuis des mois. On a connu au n° 6, le magasin de "meubles De Sutter" et, presque voisin, le magasin d'articles pour enfants, "Bébérêve" tenu par Gaston Wuylens, deux maisons ayant pignon sur rue à Tournai qui fermèrent définitivement au moment de la retraite de leurs propriétaires, mais aussi le "Pick-Wick Bar", le "café du Dôme", des agences d'interim, des magasins de seconde main, des commerces qui durent ce que durent les roses, l'espace d'un instant !

(sources : "Tournai, Ancien et Moderne" d'A.F. J. Bozière - "Tournai perdu, Tournai gagné", ouvrage publié par l'asbl Pasquier Grenier - " Tournai sous les bombes" d'Yvon Gahide, la presse locale dont le Courrier de l'Escaut pour la photo concernant le Grand Bazar et recherches personnelles.  La photo concernant l'inauguration de la rue de la Wallonie m'a été transmise par Melle J. Driesens que je remercie particulièrement pour son soutien au présent blog).

22 janv.
2016

13:47

Tournai : expressions tournaisiennes (345)

L'cang'mint, ch'est asteur !

Neon, neon, vous pouvez ête rasseurés, mes gins, ch'n'est pos les meots d'ein politicien, si j'vous parle, aujord'hui, d'cang'mint, ch'est pasque j'ai rincontré Edmeond, hier au matin.

"Bé milliards, comarate, au point d'vue local, on va pouvoir warder 2016 dins les annales, pasque, d'ichi à l'fin d'l'ainnée, i-a bin des cosses qui veont canger".

"A commincher pa les sapeurs-pompiers, i-a des casernes qu'on va serrer et les professionnels i-veont ête rapatriés. I-feaut avouer que ceulle déciseon elle n'fait pos qu'des hureux, sais-te, à l'anneonche, dins bramint d'villaches, les gins i-ont eu eine riche pépette. L'zone de secours, ch'est eine nouvelle situation aussi i-areot été nécessaire d'bin soigner l'communicatieon, quanç'qu'on deot présinter aux bourguémettes eine affaire parelle, i-n'feaut surtout pos commincher pa leu parler d'écolomies d'éthielle. I-a bramint d'gins qui comprenne'tent tout au prumier degré et ainsin i-dise'tent que leu sécurité elle ne va pus ête asseurée. I-a même ein viel heomme d'Jollain que j'ai rincontré, ein jour, à ein intierr'mint qui m'a dit : eh bé, mes amisses, ave moins d'étchelles pou nos pompiers, te peux ête seûr qu'i-ara moinse d'perseonnes qu'on pourra sauver ! Conclusieon d'ceulle affaire : avant d'commincher à parler, ein responsape deot toudis commincher pa busier. I-feaut toudis tourner s'lanque, siept feos dins s'bouque, ch'est pos ave du vénaique qu'on attrape les mouques".

"Bah... tout cha va s'arringer, après i-n'ara pus d'contestatieons, les gins i-seont toudis mécontints quanç'qu'on évoque eine fusieon, cha a été l'même in fotbal, i-a bin eu des conversatieons au momint du mariache du Racine ave l'Unieon".

"Ahais, cha on peut dire que ch'est eine fameusse unieon, l'nouvieau club i-est pratiqu'mint à l'dernière plache in Promotieon et si a, ein jour, deux chints spectateurs pa d'rière les barrières, te vas vir l'binhureux trésorier lancher s'capieau in l'air !".

"Tins, in parlant d'fusieon et ch'nest pos ein pisseon, in avril, l'clinique La Dorcas elle va ête serrée et tout l'personnel su l'site de l'Unieon i-va ête transféré. Ainsin, i-n'va pus avoir qu'ein seul service des Urginces à Tournai et on a précisé ave l'même nombre d'perseonnes qui va ouvrer".

"Bé, cha promet, d'jà que t'attinds, alfeos, près d'eine demi-journée pou ti ête vu pa ein médecin et ête soigné, ichi, si te n'souffères pos de t'panche et que te n'deos pos ête à jeun, avant d'partir, te peux commincher pa rimplir ein cabas ave t'picotin". 

"Ah mais... on l'a dit, ch'est pou faire des écolomies d'éthielle et après i-va avoir tell'mint d'robots qu'on va ruer à l'cour du personnel. L'directieon qui a présinté l'nouvelle clinique, elle a dit que tout alleot ête automatique".

"Te vas rintrer dins eine pièche dusque te vas ête tout seu, eine caméra va t'raviser d'puis tes pieds jusqu'à tes ch'feux. A l'fin d'l'inspectieon, eine veox va dire dins ein micreo  : i-m'sanne que vous ête ein peu queop treop greos mais, rasseurez-vous, i-a pos d'problème, tout est prévu, cha va aller quand même. Là-vas, dins l'feond, vous veyez ein p'tit clavier, allez vous assir et comminchez pa taper vo n'idintité. Surtout n'faites pos d'feautes quanç'que vous écrivez, sineon, ch'est ein eaute qui, à vo plache, va ête opéré. Après, cha va ête eine veox comme l'ceulle d'eine hotesse qui va dire : mettez-vous à vo n'aisse, je n'vas pos ichi tinter d'vous séduire, laichez vous tout simplemint indormir. Si jamais te fais de l'résistince, t'as tort, dins l'micreo te vas intinte berler eine veox comme Dark Vador : si vous n'voulez pos de l'méthode hypnotique, alors, on orvient au vieux système, on vous pique. Eine heure après te vas t'réveiller, orcousu, nettié et prêt à ortourner".

"Pourquoi, on n'est pus hospitalisé dins ein cas parel ?".

"Neon, neon, cha coûtereot treop tchier à l'Mutuelle, t'as pos acore compris : écolomies d'étchelle !".

"Et quoisqu'i-veont dev'nir tous les médecins ?

"Bé i-suive'tent d'jà des cours d'informaticien !".

"In puque, pou arriver au service des urgences, ch'est pa l'rue d'Barges que te viens in ambulance et, après l'opératieon, au moumint qu'te sors, ch'est in voiture ou ave les pompes funèbres que te prinds l'rue des Sports".

"Mi j'ai d'jà été ingagé comme pinsieonné, j'vas aller ouvrer eine demi-journée, j'vas accueillir les gins à l'intrée et, dins les kilomètes d'couloirs, j'vas les guider. Pou pouvoir deonner les beonnes indicatieons, cha fait asteur pus d'deux meos que j'sus in formatieon. J'conneos toutes les phrases par cœur, j'les ai répétées à Fifinne pindant des heures : Vous avez du mau à vos orelles, j'vous amène dins l'service ORL. Vous n'savez pus faire pipi, v'nez ave mi au service urologie, au contraire, si cha presse et que ch'est urgint, ortenez-vous, les toilettes i-seont d'l'eaute côté du bâtimint et si ch'est pou ein problème intestinal..."

"I-est beon, i-est beon, j'veos que te conneos t'leçon !".

Et les cang'mints, ch'est pos terminé, on va in parler pindant toute l'ainnée. On dit même que les feimmes elles veont pouvoir aller assister, l'dix-nuef mars, à l'Halle-aux-Draps, au p'tit cabaret. Alors là, si ch'est vrai, ov'là que cait l'dernier bastieon, même l'Cabaret Walleon i-n'respecte pus l'traditieon.

Si a des Tournisiens qui attindent l'cang'mint, ch'est nos brafes agints. Ils seont à l'étreot, ch'est pos eine nouvelle, dins leu commissariat "moderne" de l'rue du Becquerelle. A l'nouvelle ainnée, l'commissaire i-l'a dit : on posera pétête acore ceulle ainnée-chi, l'prumière pierre de leu nouvieau paradis.

In attindant  i-continuent à printe cha ave philosophie et, in saut'lant su plache, i- cantent insanne toutes les nuits :

"Ah c'qu'on est serré au feond de ceulle boîte, cantent les sardines, cantent les sardines"...

(lexique : l'cang'mint, ch'est asteur : le changement, c'est maintenant / aujord'hui : aujourd'hui / warder : garder / les cosses : les choses / canger : changer / commincher : commencer / serrer : fermer / ceulle : cette / eine anneonche : une annonce / bramint : beaucoup / l'villache : le village / avoir eine riche pépette : avoir sacrément peur / bin : bien / quanç'que : lorsque / les bourguémettes : les bourgmestres (en Belgique), les maires (en France) / des écolomies d'éthielle : des économies d'échelle / ein intierr'mint : un enterrement, des funérailles / eine étchelle : autre mot pour échelle / ête seûr : être sûr / busier : réfléchir / toudis : toujours / l'lanque : la langue / l'feos : la fois / l'bouque : la bouche / l'vénaique : le vinaigre / les mouques : les mouches / toudis : toujours / l'mariache : le mariage / ahais : oui / pa d'rière : derrière / vir : voir / l'binhureux : bienheureux / lancher s'capieau in l'air : lancer son chapeau en l'air (pour montrer sa joie) / l'pisseon : le poisson / ainsin : ainsi / ouvrer : travailler / alfeos : parfois / si te souffères : si tu souffres / l'panche : le ventre / ein cabas : un sac à provision / ruer à l'cour : jeter dehors / eine pièche dusque te vas êtes tout seu : une pièce où (dans laquelle) tu vas être tout seul / raviser : regarder / eine veox : une voix / sanner : sembler / ein p'tit queop treop gros : littéralement un petit coup trop gros, un peu trop gros / là-vas : là-bas / vous veyez : vous voyez / s'assir : s'asseoir / à vo plache : à votre place / mettez-vous à vo n'aisse : mettez-vous à l'aise, détendez-vous / ichi : ici / tinter : tenter / laicher : laisser / intinte berler : entendre hurler / orvenir : revenir / orcousu : recousu / nettié : nettoyé / ortourner : retourner / parel : pareil / tchier ou tcher : cher / in puque : de plus / l'moumint ou l'momint : le moment / avoir du mau : avoir mal / ortenez-vous : retenez-vous / ov'là : voilà / caire : tomber / brafes : braves / ête à l'étreot : être à l'étroit / pétête : peut-être / saut'ler su plache : sauter sur place / canter insanne : chanter ensemble).

S.T. janvier 2016.      

13:47 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

20 janv.
2016

10:10

Tournai : Henri Sanctorum à l'école des sorciers ? (2)

Tournai n'est pas Poudlard et Henri n'est pas Harry mais... Maximilien, lui, semble être un religieux intégriste !

Le procès.

En août 1640, la réconciliation intervient entre l'évêque Maximilien et le vice-nonce. Le prélat tournaisien reconnait (enfin) l'autorité du Saint-Siège. Dès lors, le vice-nonce Richard Pauli-Stravius l'absout des peines décrétées contre lui, mais aussi contre l'official et le promoteur qui ont également fait soumission. L'affaire est confiée à l'official de Cambrai et au doyen de l'église métropolitaine qui sont nommés juges apostoliques.

C'est donc à Cambrai qu'on va aborder le fond de l'affaire. Parmi les intervenants, le promoteur, est l'homme d'église qui, dans la juridiction ecclésiastique, tient le rôle qu'exerce un procureur du Roi dans une juridiction laïque tandis que l'official est le juge ecclésiastique délégué par l'évêque pour exercer, en son nom, la juridiction. 

Le 3 octobre 1640, l'acte d'accusation est dressé : à charge de Sanctorum, on découvre des accusations contre sa personne qui portent sur son caractère et ses fréquentations, une accusation d'hérésie et de magie en raison des livres qu'il possède et une accusation de sorcellerie suite à la découverte de papiers trouvés dans ses poches lorsqu'il fut jeté en prison par les officiers de l'évêque de Tournai et d'hosties qu'il avait achetées.

Les accusation contre sa personne le décrivent comme un homme "mal vivant, jurant et blasphémant" ayant enlevé sa femme avant son mariage. Tous les témoins interrogés par le promoteur ont décrit, au contraire, un homme d'une réputation de respectabilité. En leur compagnie, il a été cherché sa futur épouse, en tout bien, tout honneur, dans sa famille. Il n'y a jamais eu d'enlèvement, les jeunes gens vivant séparément, dans le respect des convenances, jusqu'à la nuit de noce. En ce qui concerne ses fréquentations, on lui reproche la rencontre avec un prêtre vagabond qui lui aurait consacré des hosties dans le village d'Havinnes, celle avec un soldat italien qui avait une réputation, parmi ses collègues, de devin et celle avec un voleur, nommé "Blanche Tête", qui avait été pendu parce qu'il faisait "commerce avec le diable". Tout cela fut démenti par ses supérieurs hiérarchiques du Mont-de-Piété, par son curé et ses amis religieux (Henri Sanctorum était au mieux avec les Jésuites). Il apparut rapidement que sa réputation était inattaquable.

L'accusation de magie et d'hérésie porte principalement sur la découverte du livre écrit par Théophile de Viau, poète libertin, une œuvre d'un auteur condamné au bannissement en France, un ouvrage que beaucoup de Tournaisiens possèdent à l'époque. On reproche à l'accusé d'avoir aussi commandé d'autres livres suspects mais, selon Sanctorum, ceux-ci n'étaient que des traités de philosophie. L'homme apparait en effet comme un esprit curieux des nouveautés et des débats intellectuels de son temps.

L'accusation de sorcellerie repose uniquement sur les papiers suspects trouvés dans ses poches, sortes de formules magiques à porter par les hommes ou les animaux malades. Ces billets étaient écrits en français, en latin, en italien et en flamand. Il déclare les avoir eu en poche car il s'agissait d'un aide-mémoire pour ses confessions auprès de l'évêque qui l'avait convoqué à l'hôtel de l'Etoile. D'autres étaient des "billets de lombard" (pour rappel, Henri Sanctorum était employé comme prêteur sur gages au Mont-de-Piété) composés de formules pieuses invoquant les saints pour la guérison d'un mal. Ses défenseurs font remarquer qu'à Tournai, les Bénédictins distribuaient, eux aussi, de tels billets pour guérir les fièvres. Concernant les hosties, il fit remarquer qu'il les avait achetées au profit de personnes pauvres qui ne pouvaient se les payer. Ce n'est pas, non plus, parce qu'il avait fait une neuvaine pour une jeune fille malade et que celle-ci avait été guérie qu'on pouvait le suspecter de sorcellerie. Pour ses défenseurs, l'homme avait preuve, au contraire, d'une grande piété, en toutes circonstances.  

L'acte d'accusation se vida de sa substance et le procès n'apporta aucune preuve qu'Henri Sanctorum fut un sorcier ou un mage, aussi les juges délégués par le Pape décidèrent-ils de le relâcher et de l'absoudre.

Conclusions.

Avec le recul de l'Histoire, on peut dire que ce procès n'entacha pas la réputation d'Henri Sanctorum, un homme finalement modeste dont le nom n'est même pas resté dans la mémoire collective tournaisienne mais qu'il dressa une image bien sombre de Maximilien, le 79e évêque du diocèse de Tournai, un prélat incarnant la mentalité de cette époque, celle de l'esprit de la Contre-Réforme, du Concile de Trente, celle d'un souffle nouveau qui voulait restaurer, à tout prix, la "pureté des mœurs" et, surtout, donner à l'Eglise une réputation irréprochable faisant d'elle un bastion du pouvoir.

Ce procès nous fait aussi voir Maximilien comme un prélat imbu de sa personne, ne reconnaissant aucune autorité, ni civile, ni religieuse, un homme uniquement obsédé par un but à atteindre : "laver plus blanc que blanc" ! 

Plus positivement, Maximilien fut aussi l'évêque qui commanda, pour sa cathédrale, deux œuvres au peintre Pierre-Paul Rubens : "Le Triomphe de Judas Machabée" et "La Délivrance des Ames du Purgatoire", livrées vers 1635 et payées par les deniers des Tournaisiens. Le premier tableau, qui se trouve actuellement dans le musée de Nantes, a été "volé" par les Révolutionnaires français en 1794 lors de leur présence destructrice du patrimoine dans la cité des cinq clochers. La Belgique a déjà introduit, auprès de l'Etat français, de nombreuses demandes de restitution mais celui-ci fait la sourde oreille préférant garder les trésors acquis par le pillage des hommes de Napoléon Bonaparte ou des Révolutionnaires lors de l'occupation de pays ou de régions. Les responsables français vont même jusqu'à évoquer le fallacieux prétexte que la Belgique n'existe que depuis 1830 ce qui, à leurs yeux, est suffisant comme argument pour ne pas restituer des œuvres acquises durant "la période française". Déplorons également l'extrême mollesse dont font preuve nos dirigeants dans ce dossier et, une fois encore, remarquons que pour eux, Tournai n'est pas Bruxelles, ni Anvers ou Liège.

L'évêque Maximilien Villain fut aussi celui qui restaura le château de Wez-Velvain en 1615, un lieu qui sera ensuite occupé par les séminaristes dans le courant de la seconde moitié du XVIIe siècle.

(sources : "Le procès d'Henri Sanctorum, Magicien et Sorcier, Tournai 1639-1641" étude de Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, alors Chef de Travaux à l'Université Catholique de Louvain, parue dans le tome III des "Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Tournai" aux pages 33 à 55 - Cet article reprend le thème d'une communication présentée par l'auteur au Congrès de la Société d'Histoire du Droit dans anciens pays picards, flamands et wallons, qui s'est tenu à Tournai en mai 1973. Recherches personnelles en ce qui concerne la reconstitution de la biographie de l'évêque Maximilien Villain).

S.T. janvier 2016.

18 janv.
2016

11:23

Tournai : Henri Sanctorum à l'école des sorciers ?

Tournai n'est pas Poudlard et Henri n'est pas Harry !

Un procès du XVIIe siècle.

Après avoir récemment étudié une mystification survenue au XIIIe siècle, nous nous penchons sur un procès qui eut pour cadre la cité des cinq clochers et se déroula entre 1639 et 1641, ceci grâce à une étude réalisée par Marie-Sylvie Dupont-Bouchat parue en 1982.

Qui est Henri Sanctorum ?

C'est un homme respectable et bien considéré à Tournai, travaillant au Mont-de-Piété, cet organisme de prêts situé à la rue des Carmes. S'il est nulle part fait référence à sa date de naissance, on sait, par contre, qu'il a épousé, en l'église Notre-Dame, le 17 avril 1634, une Gantoise du nom d'Isabelle Lamzoettte, une jeune fille venue dans la cité des cinq clochers pour apprendre le français. On apprend également que le couple a eu trois enfants : Pierre, baptisé le 8 avril 1635, Guillaume, le 8 septembre 1636 et Jean, le 17 janvier 1638. Henri Sanctorum est un homme cultivé qui connait plusieurs langues : le français, le flamand, l'italien et le latin. Il est certifié par le curé de Saint-Jacques, Jacques de Castillon, qu'il est un bon chrétien fréquentant régulièrement les sacrements et un membre de la confrérie de la Vierge.

Que lui est-il reproché ?

Nous sommes à l'époque de la répression de la sorcellerie dans une région alors gouvernée par les Archiducs Albert et Isabelle. Les tribunaux civils pourchassent tout individu soupçonné de s'adonner à la sorcellerie tandis que les autorités religieuses, dans le but de restaurer "la pureté des mœurs" et de "christianiser en profondeur" tentent d'extirper ces relents de superstition et de magie toujours présents parmi la population. Un homme est à la base de ce procès : l'évêque de Tournai, Maximilien Villain.

Qui est cet évêque de Tournai ?

Jacob Maximilien Villain de Gand, né en 1569, est issu d'une famille de l'aristocratie catholique, il est le fils du baron de Rassenghien. Il a fait des études de philosophie à Douai et en Lorraine et a été ordonné prêtre en 1597. Nommé chanoine en 1613, il jouit d'une excellente réputation au sein du chapitre qui voit en lui un homme pieux et charitable. Dans sa lutte pour la "correction des mœurs", il se montre intraitable et fait preuve d'un tel zèle  qu'il refuse même de se soumettre aux juridictions supérieures : celle de l'archevêque de Cambrai et du nonce apostolique. Le vice-nonce Pauli-Stavius le décrira de la manière suivante : "Sa superbe innée et son ambition de dominer le diocèse l'empêchent de reconnaître l'autorité du Saint-Siège, celle de la nonciature ou de son métropolitain, l'archevêque de Cambrai". Il ignore également le pouvoir du magistrat de la Ville. Il mourra en novembre 1644.

Les origines du procès.

Henri Sanctorum a distribué à tous ceux qui venaient le consulter au Mont-de-Piété des billets pour guérir les fièvres mais a arrêté cette pratique après en avoir été déconseillé par son curé. Informé, l'évêque voit en cela des pratiques de sorcellerie ou de magie et pour le faire condamner, il utilisera tous les moyens pour arriver à ses fins. De plus, Maximilien ne reconnaît pas la juridiction civile mise en place par les Archiducs et il va donc mener, de façon tout à fait abusive, sa propre enquête.

Le déroulement de l'affaire.

En 1639, l'évêque Maximilien dénonce Sanctorum au surintendant des Monts-de-Piété, Coobergher, à Bruxelles Celui-ci suspend le "suspect" de ses fonctions au Mont de Piété de Tournai. Coobergher conseille à Sanctorum de rencontrer l'évêque de Tournai afin de faire amende honorable. Maximilien refuse de le rencontrer et fait auditionner des témoins dans le courant du mois de juin. En juillet, Sanctorum est cité à comparaître pour répondre d'accusation en "matière de foi". A cette époque, on remarque que l'évêque n'évoque pas encore les mots de sorcellerie ou de magie. L'accusé répond à cette convocation, une fois encore, l'évêque refuse de le rencontrer. Sommé de le recevoir par l'archevêque de Cambrai à qui Sanctorum s'est adressé, Maximilien accepte enfin l'entrevue à condition que celui-ci se constitue prisonnier dans les prisons épiscopales. En novembre 1639, dans le cadre de ce conflit et suite à l'emprisonnement, l'évêque est cité à comparaître devant l'archevêque de Cambrai, son supérieur.

Le 14 novembre, le promoteur de Tournai en appelle au Saint-Siège, au pape, au nonce apostolique, à l'auditeur général de la nonciature dans les Pays-Bas, afin de justifier l'emprisonnement de Sanctorum. Il déclare que celui-ci est accusé d'avoir soigné publiquement les fièvres en utilisant des remèdes superstitieux et de guérir des maux de dents en introduisant un chalumeau entre les dents et en prononçant des paroles magiques. On n'est plus, cette fois, sur des accusations en "matière de foi", mais bien en matière de pratique de la magie. Maximilien évoque désormais la "correction des mœurs" proclamée par le pape Clément VIII quelques décennies auparavant. Ces accusations ne vont pas convaincre la nonciature qui échange, durant des mois, avec l'évêque de Tournai une abondante correspondance pour obtenir de multiples justifications.

Refusant de se soumettre aux diverses demandes de la nonciature, le promoteur délivre un nouveau décret d'arrestation à charge de Sanctorum justifié, selon lui, par la découverte d'un livre intitulé "Théophile" et d'un crochet de fer au Mont-de-Piété. Cette fois, l'accusation porte sur la sorcellerie. Le 12 juillet, sous un fallacieux prétexte, Sanctorum est convoqué à l'hôtel de l'Etoile. A peine arrivé, des hommes de l'évêque le molestent et l'entraînent dans un cachot du palais épiscopal. Cette action va déclencher une série de violentes réactions. Tout d'abord, de la part du Magistrat de Tournai (juridiction civile) contre les officiers de l'évêque pour avoir appréhendé, sans mandat, un laïc. Loin de se laisser impressionner, Maximilien en appelle au Roi pour protester contre ce décret. Ensuite, c'est l'évêque de Cambrai qui lance un décret contre le promoteur qui a arrêté Sanctorum sans en avoir référer à son autorité. Le 17 juillet, il lance un décret frappant l'évêque de Tournai d'interdit et le promoteur d'excommunication si le prisonnier n'est pas relâché. Loin de s'exécuter, Maximilien, arrogant et bourru, en appelle à Rome et à Bruxelles. Face à cette attitude, le nonce lance un décret menaçant l'évêque de suspension.

La nonciature en appelle même au Conseil Privé de Bruxelles qui dessaisit l'évêque de l'affaire et ordonne le transfert du prisonnier Sanctorum à la prison des Croisiers. Maximilien s'incline enfin ! Le procès peut débuter.

(à suivre)

(sources : "le procès d'Henri Sanctorum, magicien et sorcier, Tournai, 1639-1641" par Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, étude parue, en 1982, dans les mémoires de la Société Royale d'Histoire et d'Archéologie de Tournai, tome III).

S.T. janvier 2015.

16 janv.
2016

10:31

Tournai : expressions tournaisiennes (344)

Conversatieon ave Edmeond.

J'sus à peu près seûr, mes gins, que tertous vous vous in souv'nez, l'dernière feos qu'j'ai vu Edmeond, ch'éteot jusse avant l'Noë. Adeon, j'sus allé les mette in beon an jeudi passé et on a parlé d'cosses et d'eautes pindant tout l'après-deîner.

"Te veos, l'Optimisse, quanç'qu'i-fait freod, je m'assis ichi pa d'rière l'cassis et j'ravise passer les auteos su l'quai, l'pus souvint à l'heure de midi. Milliards, te devreos vir comme i-a des rudes sauvaches comme chauffeurs asteur, i-roule'tent volle gaz alors que l'limite in ville elle est limitée à trinte kilomètes/heures. I-d'a bramint qui n's'arrête'tent pos au peont levant dusqu'on a mis ein  pannéeau "stop" pourtant. Ceulle sémaine, j'ai même vu ein autobus scolaire coper l'route à eine voiture prioritaire. Jusqu'ichi, j'ai intindu l'queop d'klaxeon rageur du conducteur et l'chauffeur du bus, à l'plache de s'escuser, i-li a fait ein bras d'honneur. Et dire qu'on confie l'vie des infants à d'parels albrans".

J'li ai répeondu que pos pus tard qu'hier, i-aveot ein radar dins l'rue Saint-Eleuthère. I-feaut vir les automobilisses qui prennent'ent pa l'avenue Minjean et l'résidince Carbonnelle pou éviter, à chinq heures, l'reond-point d'l'Europe et ses imbouteillaches traditionnels. Malgré que cha leu fait gagner du temps, i-déboule'lent à pus d'chinquante à l'heure pindant ces deux kilomètes, j'sus seûr qui d'a beauqueop qui veont orchevoir eine dreole d'surprisse dins leu boîte à lettes.

Edmeond i-m'a fait ormarquer :

"Mi, i-a eine cosse que je n'comprinds pos. Au meos d'sétimpe et d'octope, on a coulé des reonds in asphalte ave des grands trinte à l'heure à toutes les intrées de l'ville, l'limitatieon elle a été voté au meos d'décimpe pa nos édiles et on continue à rouler à plein tube dins l'traversée de l'ville. Pou mette eine séquoi in applicatieon, ichi, dins no cité, je n'sais pos ce qu'on attind, on a toudis eu des leonques preones et les nouvieaux élus, i-n'seont pos différints des inciens".

"Ahais, mais quanç'que ch'est décidé au conseil communal ein lindi au soir, i-feaut bin souvint des meos pou qu'cha d'vienne obligatoire. On a voté des budgets pou des travéaux au mitan d'l'ainnée passée et j'sus à peu près certain que les interprisses elle n'ont pos acore été interrogées. Contrair'mint au privé, dins les services publiques on est toudis débordé ou alors on n'a pos les moyens de s'politique".

Fifinnne elle a calmé l'jeu :

"I-est beon, allez, on n'va pos acore casser du chuque su l'deos des politiciens, on n'd'areot pos assez même in racatant les chuq'ries d'Fontenoy et d'Wez-Velvain".

On a cangé d'sujet et on s'a mis à parler de l'météo.

"Edmeond, t'as intindu à l'radio, on anneonche du freod ?".

"Ah cha, on dit toudis : l'hiver n'est pos bâtard, si on l'a pos teôt, on l'a su ein tard !".

"Mi, j'veux bin mais les asperches à Kain, elle ont d'jà sorti leu tîete d'puis lommint et dins les gardins les bourgeons i-ont d'jà éclaté, ave l'gelée, te vas vir, tout i-va ête brûlé".

"T'areos connu les hivers d'no jeonesse, te peux ête seûr que t'areos eu freod à tes fesses. On s'méfieot avant tout du meos d'féverrier, ch'est l'pus court mais l'pus lourd et dins s'saclet i-aveot souvint pus d'ein tour. Eté comme hiver, on alleot à l'école in courtes mareonnes, on aveot les gampes toutes rouches et des gerçures su no visache mais on jeueot tout au leong du qu'min à batalles de boules de neiches ou on f'seot des richoires su l'noirglache. Quanc'qu'on bourleot, bin vite, on s'or'leveot et on n'éteot jamais malate. Asteur, dès qu'on veot arriver ein greos neuache à l'horizeon, on fait ni eine, ni deux, on s'muche au pus profeond de s'maseon, on ormeonte l'cauffache et on ormet eine lainache. On est tertous tout ramolli et béteôt on va tertous passer tout l'hiver à s'lit. Dins no jeone temps, si on aveot, alfeos, l'malheur d'attraper des quen'tousses, pou no mamère, l'remède ch'éteot cataplasses et vintousses ".

Fifinne elle a rajouté in faisant eine grimace:

"Mi, ch'éteot puteôt cataplasses et chireop d'limace".

"Ahais, l'cataplasse à l'fareine de moutarte qu'on placheot su t'poitrine ou bin su t'deos, ch'éteot tell'mint quieaud qu'après on veyeot ein grand carré rouche su t'pieau. On diseot que ch'éteot tout à fait normal et que ch'éteot l' caleur qui f'seot partir l'mal. Les vintousses, elles, ch'éteot des p'tites boules de verre qu'on sorteot de leu boite à peu près tous les hivers. Pou faire l'vide, on brûleot ein morcieau d'ouate et quançqu'elle commincheot à bien coller à l'pieau, on diseot que cha f'seot effet, que l'mal, elle le chucheot".

"L'hiver, dins l'temps, ch'éteot pos treos jours que cha dureot, mais bin des semaines et des meos, i-f'seot moins dix ou bin moins quinze, i-geleot à pierre finte, i-aveot des candelles de glache qui déquindeot'ent des toitures, on metteot des chintes su les routes pou les voitures, on éteot obligé d'balayer l'neiche du trottoir tous les matins, on éteot ainsin seûr de n'pos vir caire les gins. Au momint dusque l'timpérature cayeot sous zéro, on metteot même aux arrêts d'autobus des braséros. On patineot au gardin d'la Reine et sur les près d'Maire ou bin on pourméneot su ein traineau saqué pa no mopère. On f'seot ein bieau bonheomme ave eine carotte, ein balai et ein vieux capieau et quanç'qu'i-éteot fini, ave des boules de neiche on l'galteot. On n'aveot vraimint pos b'soin d'aller faire du ski, on n'deveot pos queurir, comme aujord'hui, à Megève ou bin à Chamonix pou avoir du lari. Mi, pa d'vant m'ferniête, j'orwettieos danser les flocons, comme à regret, i-z'alleot'ent blanquir l'bieau tapis d'molleteon".

J'aveos acouté Edmeond sans l'arrêter, j'aimeos l'intinte ainsin raqueonter

"Asteur, ave l'récauff'mint climatique, l'hiver i-n'est pus aussi poétique. I-fait du vint et i-pleut toudis, i-fait ein temps d'tchien qui n'amuse pus qu'eine paire d'habitants d'no ville, les médecins et les pharmaciens".

"A propeos, in parlant d'médecin, t'as connu, ti, Ortaline, eine fille qui éteot née à Malines, qui aveot marié l'garcheon d'ein marchand d'pralines et qui resteot à l'rue Sainte-Catherine ?".

"Neon, je n'veos pos !".

"Mais si, elle aveot travaillé in usine, elle diseot qu'elle fabriqueot de l'paraffine"

"Ahais, l'feimme qu'on veyeot quanç'qu'on alleot boire eine pinte à l'Bancloque ?".

"Ch'est cha, bé... j'ai appris qu'elle aveot attrapé eine mauvaisse croque".

"Ah beon, dernièr'mint ?"

"Ahais, s'n'heomme i-l'a emmenée aux Urginces à nueve heures au matin et treos beonnes heures après elle a été vue pa ein médecin, i-a dit qu'elle aveot attrapé eine fameusse breongile et aussi ein début d'angile. On l'a trinsférée ein gériatrie tout cha pasqu'elle a eu soixante-chinq ans, mardi".

"Dis hardimint, on peut s'tenir aux branques, avec eusses on s'reot vite inter quatre planques !".

Comme diseot ein d'mes amisses, pou aller in clinique asteur, i-feaut ête bin portant et surtout... avoir bin l'temps !

(lexique : j'sus seûr : je suis sûr / tertous : tous / l'feos : la fois / jusse : juste / l'Noë : la Noël / adeon : donc / mette in beon an : présenter ses vœux de nouvelle année / d'cosses et d'eautes : de choses et d'autres / l'après-deîner : l'après-midi / quanç'que : lorsque / freod : froid / pa d'rière l'cassis : derrière le châssis / raviser : regarder / vir : voir / asteur : maintenant / rouler volle gaz : expression utilisée jadis, venant du néerlandais signifiant rouler plein gaz / bramint : beaucoup / ceulle : cette / coper : couper / l'queop : le coup / à l'plache : à la place / d'parels albrans : de pareils mauvais ouvriers / pos pus tard : pas plus tard / à chinq heures : à cinq heures / les imbouteillaches : les embouteillages, les bouchons / orchevoir : recevoir / ormarquer : remarquer / sétimpe : septembre / octope : octobre / eine séquoi : quelque chose / toudis : toujours / des leonques preones : des lambins / ahais : oui / au mitan : au milieu / des interprisses : des entreprises / du chuque : du sucre / racater : racheter / eine chuqu'rie : une sucrerie / canger : changer / anneoncher : annoncer / les asperches : les asperges / lommint : longtemps / les gardins : les jardins / no jeonesse : notre jeunesse / féverrier : février / ein saclet : un petit sac, une bourse / les courtes mareonnes : les courtes culottes / les gampes : les jambes / l'visache : le visage / jeuer tout au leong du qu'min : jouer tout au long du chemin / des richoires : des glissades / l'noirglache ou noirglas : le verglas / bourler : tomber / les neuaches : les nuages / s'mucher : se cacher / ormeonter : remonter / l'cauffache : le chauffage / ormette ein lainache : remettre une petite laine / béteôt : bientôt / des quenn'tousses : des quintes de toux / ein cataplasse : un cataplasme / des vintousses : des ventouses / du chireop : du sirop / l'fareine de moutarte : la farine de moutarde / placher : placer / quieaud : chaud / rouche : rouge / l'caleur : la chaleur / ein morcieau : un morceau / commincher : commencer / chucher : sucer / geler à pierre finte : geler à pierre fendre / les candelles : les chandelles / déquinte : descendre / des chintes : des cendres / caire : tomber / dusque : où / pourméner ou porméner : promener / saquer : tirer / l'mopère : le père / galter : lapider / queurir : courir / avoir du lari : avoir du plaisir, avoir une bonne ambiance / pa d'vant : devant / orwettier : regarder / blanquir : blanchir / acouter :écouter / intinte : entendre / raqueonter : raconter / ein temps d'tchien : un temps de chien / l'garcheon : le garçon / attraper eine mauvaisse croque : avoir une sérieuse maladie, être gravement malade / nueve heures : neuf heures / eine breongile : une bronchite / eine angile : une angine / les branques : les branches / inter : entre / les planques : les planches / mes amisses : mes amis).

S.T. janvier 2016.         

10:31 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

14 janv.
2016

13:41

Tournai : ils commençaient sérieusement à nous manquer !

Les fêtes sont terminées, le Lundi Perdu les a clôturées ! Peu à peu, les rues de Tournai ont été dépouillées de leurs habits de lumière et les engins de chantiers ont repris, comme par habitude, leurs quartiers dans la cité des cinq clochers. On va presque dire que c'est heureux car les Tournaisiens sont à ce point habitués à voir évoluer ces monstres d'acier depuis des années qu'on aurait certainement découvert chez certains d'entre eux les premiers symptômes d'un état de manque ! Que ceux-ci se rassurent, ils sont encore là et pour bien longtemps !

En périphérie.

Les travaux concernent la chaussée de Lannoy à Froyennes ainsi que le carrefour formé par celle-ci, la rue Saint-Eleuthère et l'avenue des Peupliers. Depuis plusieurs semaines, la circulation sur la chaussée est régulièrement alternée par des feux tricolores en raison de la pose d'impétrants.

Les travaux de voirie entamés il y a quelques mois dans les environs du nouveau Centre Hospitalier de Wallonie picarde progressent. Les rues du Général Piron (section comprise entre la chaussée de Willemeau et le cercle "Chez Nous") et des Sports ont reçu leur revêtement définitif. La rue de la Citadelle dans le tronçon compris entre la rue Allard l'Olivier et la rue de Barges est pratiquement terminée. Ce mardi 12 janvier ont débuté les travaux de la rue de Barges entre la rue de la Citadelle et le boulevard Lallaing. Dans quelques semaines, l'accès au nouveau centre hospitalier, opérationnel sous peu, sera beaucoup plus "roulant".

Au bout de la rue Général Piron, face à la cité du "Maroc", l'aménagement d'un parking destiné au personnel du centre hospitalier progresse, les fondations sont pratiquement réalisées, il restera à couler le revêtement hydrocarboné. Une centaine de véhicules trouveront place à terme.

En ville.

Cela fait des mois maintenant que des entreprises publiques ouvrent voiries et trottoirs afin d'enfouir câbles électriques ou téléphoniques, conduites de gaz ou éléments du réseau d'égouttage. Cette fois, c'est le quai Vifquin qui est concerné par la pose de ces impétrants.

tournai,travaux,chantiersDans le quartier cathédral, un premier chancre est, enfin, en voie de disparition, celui représenté par l'ancien siège du journal "le Courrier de l'Escaut" situé à l'angle de la rue du Curé Notre-Dame et de l'Hôpital Notre-Dame. Depuis ce lundi 11 janvier, le bâtiment est ceinturé par des barrières "Heras" protégeant un "matelas" qui empêchera, durant la démolition, les inévitables chutes de briques et pierres de détruire le tout nouveau revêtement de voirie terminé juste avant les fêtes de fin d'année. Il s'agit de la première phase d'un chantier qui en comptera trois : la démolition, l'étude du sol et la construction. Le nouvel immeuble comprendra neuf appartements répartis sur trois niveaux et un penthouse avec grande terrasse au dernier étage. Au rez-de-chaussée seront créées des cellules commerciales et des parkings. La durée des travaux est estimée à deux bonnes années, le chantier devrait se terminer, sauf surprise, à la fin de l'année 2018.

Hélas, un autre chancre vient de naître. Dans la rue du Curé Notre-Dame, juste à côté du chantier dont nous venons de parler, l'ancien espace "Pic Puce" devait abriter le bar à vins de Gérard Depardieu, la société qui devait être à l'origine de son ouverture vient d'être déclarée en faillite et on risque encore de voir très longtemps ce bâtiment inoccupé.

Sur la place de Lille, suite au déménagement dans l'immeuble voisin de la librairie Lenglez, les travaux de démolition du bâtiment ont débuté. Ce sera ensuite le tour du restaurant jouxtant l'église Sainte-Marguerite.

Imperturbablement, les travaux de la cathédrale Notre-Dame se poursuivent, ce sont les deux tours Nord qui font actuellement l'objet de rénovation. Avant la fin de cette année, on les verra peut-être dévoiler leur splendeur retrouvée aux visiteurs. 

2016, une nouvelle année dans le bruit, la poussière et la boue.

Si les travaux du quartier cathédral touchent à leur fin (il est cependant encore nécessaire de revoir l'éclairage, de coller le fil d'or et de placer le mobilier urbain), d'autres chantiers d'importance se profilent déjà à l'horizon. ils concerneront plus précisément la rive droite avec le réaménagement complet des quais Dumon et Saint-Brice ainsi que de la place du Becquerelle. Débutant le 1er février, ils devraient se terminer au milieu de l'année 2017 (ils sont prévus pour 220 jours ouvrables sans intempéries). Il ne s'agit pas d'un simple "rafraîchissement" mais bien d'une rénovation complète de ce quartier du Becquerelle dont la place sera totalement "relookée".

L'administration communale a également décidé la rénovation de la place Verte dont une partie est interdite à la circulation depuis plus de trois ans. Ce chantier qui comprendra l'égouttage, la réfection de la voirie et la remise en état des trottoirs est prévu pour une durée d'une année et devrait débuter durant le second semestre.

Des travaux de scellement de pavés seront aussi réalisés à la rue des Jésuites (entre l'église Saint-Piat et la rue d'Espinoy), tandis qu'une rénovation plus en profondeur concernera le tronçon entre la rue d'Espinoy et la rue du Chambge.

On scellera aussi les pavés de la place de Lille qui ont trop tendance à jouer le grand air des castagnettes lors du passage des véhicules et qui sont de véritables pièges pour les promeneurs.

Décidée en 2015, on ne parle plus dans ce plan de la réfection de l'avenue des Peupliers. Tout au plus est-il fait référence à une liaison cyclable qui sera créée entre celle-ci et la Chaussée romaine à Ere via le Chemin vert.

Notons que ces chantiers communaux sont indépendants de ceux qui pourraient être entrepris par la Région Wallonne dans le cadre de l'élargissement de l'Escaut. On évoque le début des travaux du Pont-à-Pont encore cette année !

Wait and see !

(sources : presse locale et infos personnelles - photo : "Courrier de l'Escaut" année 1962).

13:41 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : tournai, travaux, chantiers |

12 janv.
2016

09:52

Tournai : mystification au XIIIe siècle

La clairvoyance des Tournaisiens.

L'histoire se passe au tout début du XIIIe siècle. Baudouin de Constantinople a perdu la vie en 1206 en affrontant les Bulgares près d'Andrinople.

Des gentilshommes qui l'accompagnaient eurent la vie sauve et revinrent au pays. La plupart d'entre eux étaient désœuvrés, certains vivaient même en ermite. Bertrand de Rains, pèlerin revenu de Jérusalem vivait au sein du bois de Glançon, une forêt située entre Mortagne et Tournai. Il y avait érigé une misérable habitation faite de joncs, de branchages et de genêts à l'ombre d'un grand chêne.

On ne peut déterminer qui en était à l'origine mais une rumeur enfla dans la région, elle disait que Baudouin n'était pas mort et qu'il vivait en ermite pour la pénitence de ses fautes.

Dès cet instant débute une des plus grandes méprises de l'Histoire. 

Le rencontrant dans la forêt, un gentilhomme de Mortagne reconnait en Bertrand, en raison de sa taille et de son air noble, l'empereur de Constantinople. Il ne peut s'empêcher de le lui faire remarquer et l'attitude interdite de l'ermite face à cette constatation conforte le gentilhomme dans son jugement.

La nouvelle va rapidement se répandre et de nombreuses personnes vont aller en forêt de Glançon pour voir de leurs propres yeux cet ermite à la noble allure. Parmi elles, le comte de Namur, Bouchard d'Avesnes et un châtelain de Tournai nommé Evrard Radulf. Tous remarquent l'âge, la taille, le port, la physionomie et même le timbre de voix qui leur rappellent le comte de Flandre et de Hainaut. Comme lui, il porte barbe et longue chevelure (ce qui, ma foi, était l'image qu'offraient d'ordinaire les ermites). Bertrand de Rains eut beau affirmer qu'il n'était pas noble, qu'il n'était qu'un pécheur retiré du monde pour obtenir le pardon de Dieu, il ne parvint pas à convaincre ceux qui voyaient en lui Baudouin de Constantinople.

Arriva le "Blanc Dimanche" (on appelait ainsi le dimanche qui suivait la fête de Pâques), les sympathisants emmenèrent le prétendu Baudouin en ville. Là on lui donna un bain, on le rasa, on lui coupa les cheveux et on lui offrit de précieux vêtements. Véritables cadeaux du ciel pour un homme qui se nourrissait jusqu'alors de baies sauvages et buvait l'eau limpide du ruisseau qui coulait à proximité de sa hutte. Bertrand se prit au jeu et comme le clergé, la noblesse et le peuple ne doutaient pas de son identité, il accepta au plus profond de lui-même de devenir "Baudouin de Constantinople".

D'anciens croisés vinrent le rencontrer et formèrent sa cour. Ces hommes étaient-ils convaincus de l'identité prise par l'usurpateur ou bien avaient-ils choisi de le feindre afin d'obtenir une reconnaissance inespérée au retour de Terre Sainte ?

La cour commença à se déplacer dans toutes les villes du comté de Flandre et fut accueillie à Lille, Courtrai, Bruges, Gand... Une seule cité, fidèle au Roi de France, ne se laissa pas duper. Informés que le pseudo Baudouin se proposait de se rendre en cortège dans la cité des cinq clochers, les Consaux déléguèrent quelques représentants à une lieue des remparts afin d'avertir l'empereur et sa cour qu'ils n'étaient pas autorisés à entrer dans une ville fidèle à Louis VIII. Le "bon" empereur accepta sans protester et partit vers d'autres cieux beaucoup plus accueillants car la conduite affichée par Tournai ne fut pas adoptée par les autres cités.

Bien mal acquis ne profite jamais !

La comtesse Jeanne qui dirigeait le comté de Flandre trouva refuge à Tournai car tous les endroits visités par Baudouin lui devinrent hostiles. De nombreux nobles lui restèrent cependant fidèles : Rasse de Gavre, Gilles de Barbançon, Gauthier de Gistel... Elle se mit en rapport avec le roi de France Louis VIII et celui-ci partit pour Péronnes afin de démasquer l'imposteur. Aux questions de l'évêque de Beauvais, Bertrand alias Baudouin répondit avec pertinence mais lorsqu'on aborda des sujets bien plus précis, l'homme ne put répondre : quelle était la date de son mariage avec Marie de Champagne ?  Quand avait-il prêté allégeance à Philippe-Auguste ? Quand avait-il été fait chevalier ? Bertrand de Rains ou Cordel fut ainsi démasqué, on le condamna à sortir du royaume endéans les trois jours (aujourd'hui on parlerait d'un ordre de quitter le territoire). Comme le font encore aujourd'hui ceux qui reçoivent pareil ordre (qui depuis des siècles reste sans effet), il n'obtempéra pas et fut appréhendé quelques temps plus tard en Bourgogne. On le ramena à Lille où il fut jugé par la cour de la comtesse Jeanne. On le condamna à être promené par la ville monté sur un cheval et ensuite à être pendu entre deux chiens, avec un masque, symbole de l'imposture, à ses pieds. Son corps fut ensuite attaché à la fourche (au gibet) de Loos.

Pendant bien longtemps, le peuple crut qu'on avait sacrifié le bon comte Baudouin, empereur de Constantinople.

Qui était le vrai Baudouin ?

Baudouin de Constantinople, comte de Flandre et de Hainaut, était né en 1171 à Valenciennes, fils de Baudouin V, comte de Hainaut et de Marguerite d'Alsace, comtesse de Flandre. Il part en l'an 1200 pour la croisade en compagnie notamment de Thibaud de Champagne et de Louis de Blois. En 1204, il prend Constantinople dont il est élu empereur avec l'appui des Doges de Venise. Il serait mort à Tarnovo en Bulgarie en 1206 après avoir été fait prisonnier.

D'autres précisions afin d'être impartial.

Le récit qui vient d'être fait est tiré de "L'Histoire de Tournai et de Tournésis" écrite par le Tournaisien Alexandre Guillaume Chotin et parue en 1840. Suivant certaines sources françaises, il est dit que les faits se seraient déroulés en 1225, soit dix-neuf ans après la mort de Baudouin, que l'ermite s'appelait Bertrand Cordel, que Baudouin fut acclamé à Tournai (!!!), que la comtesse Jeanne se réfugia au Quesnoy, que Baudouin avait été reconnu par le roi d'Angleterre Henri III et que son interrogatoire fut conduit par l'évêque de Senlis... 

Tout cela doit nous mettre en garde car en consultant diverses publications et en les mettant en parallèle, il y a longtemps déjà que je me suis fait la réflexion qu'il y avait autant "d'Histoire" qu'il n'y avait d'historiens.

S.T. janvier 2016.

09 janv.
2016

10:52

Tournai : expressions tournaisiennes (343)

On a inl'vé les décoratieons et éteint les illuminatieons !

Cha y est, ch'est fait, tout est infin orvenu normal, l'trève des confiseurs elle est asteur dins les annales!

Au comminch'mint du meos d'janvier, bin souvint, on intind bramint d'gins proclamer :

"J'sus fin bénaisse que les fiêtes elles soichent passées".

Ch'est vrai que l'sémaine inter l'Noë et l'Nouvel An, ch'est ein dreôle de momint, on direot que, pa ein queop d'baguette magique, tertous devreot'ent ête tout d'eine contints.

A l'télévisieon, on a pris l'habitude d'nous moutrer des jeones qui feont l'fiête dins les discothèques in buvant ein p'tit queop d'treop, in chifflant des pintes et in avalant, alfeos, des cosses qu'i-f'reot'ent mieux de n'pos printe. Vous m'comperdez, mes gins, j'pinse que je n'deos pos vous faire ein dessin. Ch'est hallucinant ! On direot qu'asteur, on n'peut pus s'amuser sans acater parelles pilules pou s'doper. Grâce à ces mélanches du diape, i-peuve'tent alors s'arlocher su des musiques de rintchinchin, sans jamais ête mate, du verdi au soir au lindi au matin. Ave eine mareonne à tréos, eine quémisse treop courte qui laiche aperchevoir leu boudaine et eine tiête qui, d'puis bin lommint, a oblié l'existence du shampoing pou les nettier et ch'est ainsin que beauqueop d'garcheons et files i-veont passer l'cap de nouvelle ainnée.

I-est bin leon l'temps dusqu'on alleot danser, l'soir de l'Noë ou de l'Saint-Sylvestre, ave eine binde d'amisses au Roi des Radis, chez Dudans ou à l'salle Provence. On attindeot l'momint des slows et des tangos pou serrer dins ses bras eine pétite mam'zelle qu'on n'aveot pos rincontrer seul'mint de l'velle. Si on f'seot ein twist ou bin ein rock, on éteot toudis à côté d'elle. On buveot d'l'ieau, de l'limonate ou bin eine bière, on s'amuseot d'façeon tout à fait naturelle, nous eautes pou avoir du beon temps, on n'aveot pos b'soin d'paradis artificiels. On rintreot bin tard de l'nuit ou au p'tit matin in cantant au leong de l'route les cancheonnes d'Johnny, d'Sylvie, d'Claude François ou bin acore d'Richard Anthony et on rincontreot, alfeos, ein quervassin étindu su l'bord du qu'min berlant à tue-tiête des queontes d'annochint. A travers l'ville, on s'sinteot tout à fait in sécurité, on pouveot rintré fin tranquileà s'maseon sans s'faire attaquer.

"J'sus fin bénaisse que les fiêtes elles soichent passées".

Ces meots i-seont prononcés pas l'pétite vielle qui au fin feond de s'maseon d'retraite sait bin qui n'ara perseonne qui viendra lui souhaiter eine beonne ainnée pasqu'i-a bin lommint qu'on l'a obliée et qu'on dit, pou s'escuser, que quanç'qu'on vient l'vir elle ne fait que berteonner. I-s'ra toudis bin temps d'pinser à elle, au moumint qu'elle ara quitter ceulle tierre et que les héritiers qu'on verra pétête braire s'ortrouvereont, infin, pa d'vant l'notaire.

"On est soulagé que les fiêtes elles soichent passées".

Ces meots i-seont prononcés pa l'mopère et l'mamère qui ont perdu, pindant l'ainnée, ein garcheon qui a quitté ceulle tierre ein diminche au matin, allongeant eine feos d'puque l'liste des victimes d'accidints. Ces meots i-seont prononcés pa l'malate su s'lit d'souffrance, ein heomme in sursis pou qui la mort sera l'seule délivrance. Ces meots i-seont prononcés pa l'malhureux qui n'a même pos eu dreot à eine milette qui éteot cait des tapes de fiêtes.

Aujord'hui, dins l'caleur et l'confort d'nos maseons, on d'vreot tertous printe eine beonne résolutieon : tinte l'main, offère ein sourire, écanger eine parole, deonner eine piéchette pindant l'ainnée, aux pus paufes, aux pus malhureux qu'on va, forchémint, au détour de no quémin, alfeos rincontrer.

(lexique : asteur : maintenant / l'comminch'mint : le commencement / bramint : beaucoup / ête bénaisse : être heureux / soichent : soient / inter : entre / ein queop : un coup / tertous : tous / tout d'eine : subitement / moutrer : montrer / des jeones : des jeunes / chiffler : avaler d'une traite, faire cul sec / alfeos : parfois / des cosses : des choses / printe : prendre / vous m'comperdez : vous me comprenez / acater : acheter / l'diape : le diable / s'arlocher : se secouer, se trémousser / eine musique d'rintchibchin : une mauvaise musique / ête mate : être fatigué / l'verdi : le vendredi / eine mareonne à tréos : un pantalon troué / éine quémisse : une chemise / laisser aperchevoir : laisser apercevoir / l'boudaine : le ventre / lommint : longtemps / oblier : oublier / nettier : nettoyer / des garcheons et des files : des garçons et des filles / bin leon : bien loin / dusque : où / eine binde d'amisses : une bande d'amis / l'pétite mam'zelle : la petite demoiselle / l'velle : la veille / toudis : toujours / l'ieau : l'eau / nous eautes : nous autres / canter : chanter / des cancheonnes : des chansons / ein quervassin : un ivrogne / le qu'min ou l'quémin : le chemin / berler : crier / des queontes d'annochint : des contes d'innocent / l'maseon : la maison / quanç'que : lorsque / vir : voir / berteonner : bougonner, grommeler / l'moumint ou l'momint : le moment / ceulle ; cette / pétête : peut-être / braire : pleurer / pa d'vant : devant / l'mopère et l'mamère : le père et la mère / eine feos d'puque : une fois de plus / l'malhureux : le malheureux / l' dreot : le droit / eine milette : une miette / caire : tomber / l'tape : la table / l'caleur : la chaleur / tinte : tendre / offère : offrir / écanger : échanger / eine piéchette : une petite pièce / l'paufe : le pauvre / forchémint : forcément)

S.T. janvier 2016.     

10:52 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

05 janv.
2016

11:06

Tournai : les deux Michel et les cinq clochers !

Le départ de deux grands artistes.

A deux jours d'intervalle, les 2 et 4 janvier, deux artistes nous ont quittés : l'un était chanteur, l'autre comédien. Tous les deux étaient venus dans la cité des cinq clochers.

Michel Delpech.

C'est le 8 novembre 1996 que nous avons vu, pour la première fois sur scène, à la Maison de la Culture, Michel Delpech. Il était la vedette principale d'une soirée de gala organisée par le Comité des jeunes de la Royale Union Sportive Tournaisienne. Si la salle Jean Noté n'affichait pas complet, les six spectateurs présents furent subjugués par son charisme et par cette voix qui rappela tant de souvenirs liés aux années soixante et septante. Des succès comme "Wight is Wight" ou "Que Marianne était jolie" furent repris en chœur par un public qui lui réserva une "standing ovation".

Durant l'été 2000, Michel Delpech allait revenir à Tournai et se produire sur un podium installé sur la Grand-Place. Cette fois, ils étaient près de 2.000 fans à l'accompagner dans son répertoire. De "Chez Laurette" au "Roi de rien" en passant par "Le Chasseur", "Les Divorcés", "Quand j'étais chanteur" (ma chanson préférée) et "Le Loir et Cher", pendant près d'une heure trente, il survola un répertoire que la majorité du public connaissait par cœur. Les rappels furent nombreux et l'artiste y répondit avec une extrême sympathie.

On sait également que Michel Delpech était venu se tremper dans l'ambiance hippie du Festival d'Amougies en 1969.

Michel Galabru.

Pour beaucoup de personnes, Michel Galabru restera l'adjudant Gerber, le supérieur de Louis De Funès dans la série des Gendarmes, mais sa carrière ne se limita pas aux 250 films et téléfilms dans lesquels on le retrouvait bien souvent dans des seconds rôles qu'il parvenait à magnifier. Michel Galabru, membre de la Comédie Française de 1950 à 1957, aimait aussi le théâtre et le contact direct avec le public.

La première fois que mon épouse et moi-même avons eu l'occasion de le rencontrer, ce fut le 12 mars 1997, à la Maison de la Culture, alors qu'il interprétait la célèbre pièce de Marcel Pagnol, "La Femme du Boulanger". Ceux qui y assistèrent se souviendront certainement de cette vague de fou-rire dont il fut à l'origine et qui dura de très longues minutes, lorsqu'il souleva la soutane du curé découvrant le short de l'interprète. Le rire débuta dans la salle et se transmit à tous les comédiens tandis que Michel Galabru gardait son sérieux ponctuant la scène de ses "oh" dont il nous avait habitués.

La seconde fois que nous l'avons vu, c'est le 27 mars 1999, lorsqu'il tenait le rôle principal dans la pièce "Les Marchands de Gloire". A cette occasion, nous avons pu apprécier l'extrême simplicité de cet homme qui se mêla à la foule pour entrer dans le hall de la Maison de la Culture ignorant l'entrée des artistes. Il adressait un sourire ponctué d'un petit geste de la main à ceux qui l'avaient reconnu.

Michel Galabru revint encore le 9 mai 2008 dans la pièce "Monsieur Amédée".

A chaque fois, il reçut une longue ovation de la part du public.

Le public tournaisien l'attendait, une nouvelle fois, avec impatience, le samedi 23 avril 2016, date à laquelle, il devait interpréter "Le Cancre" sur la scène de la Maison de la Culture

Une liste déjà longue de disparus.

Les deux Michel viennent allonger une liste déjà longue d'artistes disparus qui se produisirent un jour à l'ombre des cinq clochers, nous les citons par ordre alphabétique :

Richard Anthony, André Aubert, Artus de Penguern, Pierre Bachelet, Barbara, Minouche Barelli, Ricet Barrier, Alain Bashung, Guy Béart, Gilbert Bécaud, Mike Brant, Georges Brassens, Jacques Brel, Anne-Marie Carrière, Carlos, Jean-Michel Caradec, Eric Charden, C. Jérôme, Dalida, Jean-Claude Darnal, Sophie Daumier, Georges Descrière, Raymond Devos, Sacha Distel, Léo Ferré, Claude François, Annie Girardot, Joël Holmes, Elie Kakou, Felix Leclercq, Jean Lefebvre, Paul Louka, Luis Mariano, Marcel Mouloudji, Georges Moustaki, Claude Nougaro, Pierre Rapsat, Fernand Raynaud, Yvan Rebrof, Serge Reggiani, Colette Renard, Demis Roussos, Henri Salvador, Charles Trenet, Georges Ulmer, Jean Vallée, Pierre Vassiliu, Jacques Villeret, John William... 

S.T. janvier 2016.  

 

 

11:06 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, michel delpech, michel galabru, artistes disparus |