29 janv.
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (346)

Eine saprée gazette.

Je m'deminde alfeos pourquoi j'acate acore l'journal et que j'ravise toudis No Télé. I-m'suffit simplemint d'aller chez Edmeond et Fifinne pou mi ête au courant de l'actualité d'no cité.

Edmeond i-sait toudis d'tout pasqu'i-fourre s'nez partout.

"I-n'a qu'cha à faire tout au leong de l'sémaine", ces meots ch'est pos d'mi, ch'est de s'feimme.

Adeon, mercredi, j'ai été, dins l'appartemint du quai Dumon, pou m'informer in acoutant Radio-Edmeond, l'seule radio qui n'fout pos d'cacoules et qui est au courant d'toutes les imbroules.

Dins in coin de l'pièche Fifinne aveot comminché à tricoter.

"Alors, Edmeond, quoisqu'on dit dins les milieux autorisés ?".

"Mo... bé, j'd'ai acore appris des vertes et des pos mûres, on va ichi boire ein p'tit godet et j'vas tout t'raqueonter. Holà, feimme, laiche ein instant tes boules de laine, viens nous servir ein beon verre et surtout n'fais pos d'lisière".

"I-s'a passé bin des cosses d'puis l'début d'l'ainnée et cha n'fait même pos ein meos qu'elle a qu'minché. I-a eu l'accidint d'no bourguémette qui a gliché su eine marche et qui i-a cait d'tout son leong sous l'drache. i-a fallu l'transporter au CHWApi, sur le site de l'Dorcas, pou l'opérer in urgince in héaut de s'bras. Si-i-aveot attindu treos meos d'puque pou faire s'cascade mayorale, i-areot inauguré du queop, su l'site Unieon, l'tout nouvieau hôpital. A Marche-les Dames, i-a l'rocher fatal, asteur à Tournai, i-a l'escalier bancal. Aussi, quanç'que j'deos aller à no maseon communale, pou assister, l'lindi, au consel communal, j'passe pas l'inclos Saint-Martin, j'rinte pa l'porte in face du musée, là-vas, ch'est tout à plats pieds".

"On dit : ch'est d'plain-pied, ti, t'as bin de l'sanche de n'pos ête intindue pa Mamzelle Jacqueline. Elle lit m'blog presque tous les jours après l'souper et m'invoie ein mail quanç'qu'elle trouèfe eine feaute d'français. A propeos, mi, aussi, j'alleos souvint au concel communal et j'ai wardé l'ramivrance d'soirées pos banales, au moinse là, ch'est ein indreot dusque j'ai toudis eu du lari et, c'qui n'gâche rien, ch'est ein spectaque total'mint gratuit. Après les orprésintatieons de tous ces lascars, l'public devreot pouvoir attribuer des Césars, après tout, Polo et Ludivine i-ont d'jà bin, eusses deux, orchu ein... bieau p'tit Oscar. Eine feos qu'les treos queops i-ont été frappés, t'es parti pou treos heures rimplies d'bénaiss'té. A la fin, on a invie d'batte des mains pou applaudir ces merveilleux comédiens. I-in a qui orwettent les dossiers, d'eautes qui ravisent leu télépheone, i-in a qui seont toudis prêts à esploser, d'eautes qui vienne'tent là pou piquer ein somme, i-in a qui feont risette sans arrêt, d'eautes in train d'inveyer des textos ave leu i-phone, i-in a qui s'mettent à lire leu courrier, d'eautes qui sannent n'vir perseonne, i-in a qui seont prêts à bondir comme des mourdreux et d'eautes qui s'foutent alfeos dins des raches bleues.." ".

"Beon, continueons, si te m'arrêtes toudis pou des carabistoules, j'vas perte l'fil d'mes idées"

"D'jà qu'i-n'est pos fort solide, l'fil" qu'elle à dit Fifinne in arrêtant l'cliquetis d'ses aiwilles.

"J'ai été vir les travéaux d'démolitieon de l'incien bâtimint du Courrier de l'Escaut. Cha fait pus d'trinte ans asteur que j'sus abonné au journal. J'te jure que cha n's'a pos fait sans mal, les ouverriers i-ont décoper cha à l'méthode chirurgicale. Asteur, d'puis l'rue d'l'Hôpital, on veot, in intier, l'nef de l'cathédrale. Ch'est vraimint pos banal !".

"On a présinté, dernièr'mint, dins l'salon d'la Reine de l'Hôtel de Ville, l'projet d'élargiss'mint d'l'Esqueaut dins l'traversée d'no ville. L'populatieon tournisienne elle a été invitée à rincontrer d'véritapes espécialisses, des technocrates qui ont phosporé bin lommint pou dessiner les esquisses. Aux ceusses qui aveot'ent espéré ein débat, on leu a répeondu : i-a pos d'cang'mint, ch'est comme cha ! Adeon, on va garchenner l'mitan du quai Saint-Brice comme on a pu l'voir su l'plan présinté pa ces jocrisses".

"D'jà avant l'prochain hiver, on va qu'mincher à ouvrer au quai Taille-Pierre, i-paraît que ch'est la halte nautique qui va ête touchée l'prumière".

"Comme après on va commincher l'nouvieau Pont-à-Pont alors qu'on s'ra in train d'rénover l'plache du Becquerelle et l'quai Dumon, si te ouèfes in ville, quanç'que t'aras fini l'ouvrache, i-ara bin des déviatieons pou ti orjointe t'maseon".  

"Cha n'va pos d'treop su l'plan local et cha n'va pos mieux au national. No traditieons on peut les oblier, i-feaut canger no calinderrier. Pou éviter d'choquer certaines perseonnes, on est forché d'saquer no mareonne. Ainsin, t'as vu qu'on n'parle pus de l'Cand'leur, ch'est app'lé, l'journée nationale des crêpes, asteur. Béteôt, l'fiête de Pâques, cha s'ra l'journée nationale des oués, l'prumier mai, l'journée nationale du muguet, l'Toussaint, l'journée locale des waufes au chuque. Pus questieon, neon pus, d'parler, même à veox basse, du lindi parjuré, cha s'ra l'journée locale du lapin cuit ave des preones et des rogins. Même l'fiête de l'Noë, elle s'ra foutu à l'huche, à l'plache, cha s'ra l'journée nationale des buches. Dis hardimint, on fait bin des concessieons à les ceusses qui pinses autermint". 

Et ch'est ainsin que j'participe à tous les émissieons diffusées l'mercredi après-deîner pa Radio-Edmeond.

Comme i-répète toudis, ceul annochint, i-veaut mieux dire tout cha que d'dire du mal de s'visin.

(lexique : sapré : sacré / alfeos : parfois / acater : acheter / acore : encore / toudis : toujours / pasque : parce que / adeon : donc / acouter : écouter / foute des cacoucles : raconter des mensonges / des imbroules : des embrouilles / l'pièche : la pièce / commincher : commencer / laicher : laisser / des cosses : des choses / qu'mincher : autre mot pour commencer  / no bourguémette : notre bourgmestre (le maire en France) / glicher : glisser / caire : tomber / leong : long / d'puque : de plus / du queop : du coup / asteur : maintenant / quanç'que : lorsque / l'maseon : la maison / l'inclos : l'enclos / rintrer : rentrer, entrer / là-vas : là-bas / l'sanche : la chance / mamzelle : mademoiselle / elle trouèfe : elle trouve / warder l'raminvrance : conserver le souvenir / ein indreot : un endroit / avoir du lari : avoir du plaisir / ein spectaque : un spectacle / les orprésintatieons : les représentations / eusses : eux / orchevoir : recevoir / l'bénaiss'té : la joie / batte : battre / orwettier : regarder / raviser : regarder / faire risette : sourire (s'utilise surtout pour les enfants) / inveyer : envoyer / sanner : sembler / des mourdreux : des grincheux / eine rache : une rage / des carabistoules : des carabistouilles, des bêtises / les aiwilles : les aiguilles / les ouverriers : les ouvriers / décoper : découper / l'Esqueaut : l'Escaut (le fleuve qui traverse Tournai) / des espécialisses : des spécialistes / lommint : longtemps / aux ceusses : à ceux / l'cang'mint : le changement / ouvrer : travailler / te ouèfes : tu travailles / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / orjointe : rejoindre / oblier : oublier / canger : changer / l'calinderrier : le calendrier / saquer s'mareonne : retirer (baisser) son pantalon / l'Cand'leur : la Chandeleur / béteôt : bientôt / les oués : les œufs / les waufes au chuque : les gaufres au sucre (tradition de la Toussaint à Tournai) / l'veox : la voix / les preones et les rogins : les prunes et les raisins / l'fiête de Noë : la fête de Noël / foute à l'huche : mettre dehors, jeter dehors / à l'plache : à la place / après-deîner : après-midi / l'annochint : l'innocent / l'visin : le voisin).

S.T. Janvier 2016.

13:50 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.