16 janv.
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (344)

Conversatieon ave Edmeond.

J'sus à peu près seûr, mes gins, que tertous vous vous in souv'nez, l'dernière feos qu'j'ai vu Edmeond, ch'éteot jusse avant l'Noë. Adeon, j'sus allé les mette in beon an jeudi passé et on a parlé d'cosses et d'eautes pindant tout l'après-deîner.

"Te veos, l'Optimisse, quanç'qu'i-fait freod, je m'assis ichi pa d'rière l'cassis et j'ravise passer les auteos su l'quai, l'pus souvint à l'heure de midi. Milliards, te devreos vir comme i-a des rudes sauvaches comme chauffeurs asteur, i-roule'tent volle gaz alors que l'limite in ville elle est limitée à trinte kilomètes/heures. I-d'a bramint qui n's'arrête'tent pos au peont levant dusqu'on a mis ein  pannéeau "stop" pourtant. Ceulle sémaine, j'ai même vu ein autobus scolaire coper l'route à eine voiture prioritaire. Jusqu'ichi, j'ai intindu l'queop d'klaxeon rageur du conducteur et l'chauffeur du bus, à l'plache de s'escuser, i-li a fait ein bras d'honneur. Et dire qu'on confie l'vie des infants à d'parels albrans".

J'li ai répeondu que pos pus tard qu'hier, i-aveot ein radar dins l'rue Saint-Eleuthère. I-feaut vir les automobilisses qui prennent'ent pa l'avenue Minjean et l'résidince Carbonnelle pou éviter, à chinq heures, l'reond-point d'l'Europe et ses imbouteillaches traditionnels. Malgré que cha leu fait gagner du temps, i-déboule'lent à pus d'chinquante à l'heure pindant ces deux kilomètes, j'sus seûr qui d'a beauqueop qui veont orchevoir eine dreole d'surprisse dins leu boîte à lettes.

Edmeond i-m'a fait ormarquer :

"Mi, i-a eine cosse que je n'comprinds pos. Au meos d'sétimpe et d'octope, on a coulé des reonds in asphalte ave des grands trinte à l'heure à toutes les intrées de l'ville, l'limitatieon elle a été voté au meos d'décimpe pa nos édiles et on continue à rouler à plein tube dins l'traversée de l'ville. Pou mette eine séquoi in applicatieon, ichi, dins no cité, je n'sais pos ce qu'on attind, on a toudis eu des leonques preones et les nouvieaux élus, i-n'seont pos différints des inciens".

"Ahais, mais quanç'que ch'est décidé au conseil communal ein lindi au soir, i-feaut bin souvint des meos pou qu'cha d'vienne obligatoire. On a voté des budgets pou des travéaux au mitan d'l'ainnée passée et j'sus à peu près certain que les interprisses elle n'ont pos acore été interrogées. Contrair'mint au privé, dins les services publiques on est toudis débordé ou alors on n'a pos les moyens de s'politique".

Fifinnne elle a calmé l'jeu :

"I-est beon, allez, on n'va pos acore casser du chuque su l'deos des politiciens, on n'd'areot pos assez même in racatant les chuq'ries d'Fontenoy et d'Wez-Velvain".

On a cangé d'sujet et on s'a mis à parler de l'météo.

"Edmeond, t'as intindu à l'radio, on anneonche du freod ?".

"Ah cha, on dit toudis : l'hiver n'est pos bâtard, si on l'a pos teôt, on l'a su ein tard !".

"Mi, j'veux bin mais les asperches à Kain, elle ont d'jà sorti leu tîete d'puis lommint et dins les gardins les bourgeons i-ont d'jà éclaté, ave l'gelée, te vas vir, tout i-va ête brûlé".

"T'areos connu les hivers d'no jeonesse, te peux ête seûr que t'areos eu freod à tes fesses. On s'méfieot avant tout du meos d'féverrier, ch'est l'pus court mais l'pus lourd et dins s'saclet i-aveot souvint pus d'ein tour. Eté comme hiver, on alleot à l'école in courtes mareonnes, on aveot les gampes toutes rouches et des gerçures su no visache mais on jeueot tout au leong du qu'min à batalles de boules de neiches ou on f'seot des richoires su l'noirglache. Quanc'qu'on bourleot, bin vite, on s'or'leveot et on n'éteot jamais malate. Asteur, dès qu'on veot arriver ein greos neuache à l'horizeon, on fait ni eine, ni deux, on s'muche au pus profeond de s'maseon, on ormeonte l'cauffache et on ormet eine lainache. On est tertous tout ramolli et béteôt on va tertous passer tout l'hiver à s'lit. Dins no jeone temps, si on aveot, alfeos, l'malheur d'attraper des quen'tousses, pou no mamère, l'remède ch'éteot cataplasses et vintousses ".

Fifinne elle a rajouté in faisant eine grimace:

"Mi, ch'éteot puteôt cataplasses et chireop d'limace".

"Ahais, l'cataplasse à l'fareine de moutarte qu'on placheot su t'poitrine ou bin su t'deos, ch'éteot tell'mint quieaud qu'après on veyeot ein grand carré rouche su t'pieau. On diseot que ch'éteot tout à fait normal et que ch'éteot l' caleur qui f'seot partir l'mal. Les vintousses, elles, ch'éteot des p'tites boules de verre qu'on sorteot de leu boite à peu près tous les hivers. Pou faire l'vide, on brûleot ein morcieau d'ouate et quançqu'elle commincheot à bien coller à l'pieau, on diseot que cha f'seot effet, que l'mal, elle le chucheot".

"L'hiver, dins l'temps, ch'éteot pos treos jours que cha dureot, mais bin des semaines et des meos, i-f'seot moins dix ou bin moins quinze, i-geleot à pierre finte, i-aveot des candelles de glache qui déquindeot'ent des toitures, on metteot des chintes su les routes pou les voitures, on éteot obligé d'balayer l'neiche du trottoir tous les matins, on éteot ainsin seûr de n'pos vir caire les gins. Au momint dusque l'timpérature cayeot sous zéro, on metteot même aux arrêts d'autobus des braséros. On patineot au gardin d'la Reine et sur les près d'Maire ou bin on pourméneot su ein traineau saqué pa no mopère. On f'seot ein bieau bonheomme ave eine carotte, ein balai et ein vieux capieau et quanç'qu'i-éteot fini, ave des boules de neiche on l'galteot. On n'aveot vraimint pos b'soin d'aller faire du ski, on n'deveot pos queurir, comme aujord'hui, à Megève ou bin à Chamonix pou avoir du lari. Mi, pa d'vant m'ferniête, j'orwettieos danser les flocons, comme à regret, i-z'alleot'ent blanquir l'bieau tapis d'molleteon".

J'aveos acouté Edmeond sans l'arrêter, j'aimeos l'intinte ainsin raqueonter

"Asteur, ave l'récauff'mint climatique, l'hiver i-n'est pus aussi poétique. I-fait du vint et i-pleut toudis, i-fait ein temps d'tchien qui n'amuse pus qu'eine paire d'habitants d'no ville, les médecins et les pharmaciens".

"A propeos, in parlant d'médecin, t'as connu, ti, Ortaline, eine fille qui éteot née à Malines, qui aveot marié l'garcheon d'ein marchand d'pralines et qui resteot à l'rue Sainte-Catherine ?".

"Neon, je n'veos pos !".

"Mais si, elle aveot travaillé in usine, elle diseot qu'elle fabriqueot de l'paraffine"

"Ahais, l'feimme qu'on veyeot quanç'qu'on alleot boire eine pinte à l'Bancloque ?".

"Ch'est cha, bé... j'ai appris qu'elle aveot attrapé eine mauvaisse croque".

"Ah beon, dernièr'mint ?"

"Ahais, s'n'heomme i-l'a emmenée aux Urginces à nueve heures au matin et treos beonnes heures après elle a été vue pa ein médecin, i-a dit qu'elle aveot attrapé eine fameusse breongile et aussi ein début d'angile. On l'a trinsférée ein gériatrie tout cha pasqu'elle a eu soixante-chinq ans, mardi".

"Dis hardimint, on peut s'tenir aux branques, avec eusses on s'reot vite inter quatre planques !".

Comme diseot ein d'mes amisses, pou aller in clinique asteur, i-feaut ête bin portant et surtout... avoir bin l'temps !

(lexique : j'sus seûr : je suis sûr / tertous : tous / l'feos : la fois / jusse : juste / l'Noë : la Noël / adeon : donc / mette in beon an : présenter ses vœux de nouvelle année / d'cosses et d'eautes : de choses et d'autres / l'après-deîner : l'après-midi / quanç'que : lorsque / freod : froid / pa d'rière l'cassis : derrière le châssis / raviser : regarder / vir : voir / asteur : maintenant / rouler volle gaz : expression utilisée jadis, venant du néerlandais signifiant rouler plein gaz / bramint : beaucoup / ceulle : cette / coper : couper / l'queop : le coup / à l'plache : à la place / d'parels albrans : de pareils mauvais ouvriers / pos pus tard : pas plus tard / à chinq heures : à cinq heures / les imbouteillaches : les embouteillages, les bouchons / orchevoir : recevoir / ormarquer : remarquer / sétimpe : septembre / octope : octobre / eine séquoi : quelque chose / toudis : toujours / des leonques preones : des lambins / ahais : oui / au mitan : au milieu / des interprisses : des entreprises / du chuque : du sucre / racater : racheter / eine chuqu'rie : une sucrerie / canger : changer / anneoncher : annoncer / les asperches : les asperges / lommint : longtemps / les gardins : les jardins / no jeonesse : notre jeunesse / féverrier : février / ein saclet : un petit sac, une bourse / les courtes mareonnes : les courtes culottes / les gampes : les jambes / l'visache : le visage / jeuer tout au leong du qu'min : jouer tout au long du chemin / des richoires : des glissades / l'noirglache ou noirglas : le verglas / bourler : tomber / les neuaches : les nuages / s'mucher : se cacher / ormeonter : remonter / l'cauffache : le chauffage / ormette ein lainache : remettre une petite laine / béteôt : bientôt / des quenn'tousses : des quintes de toux / ein cataplasse : un cataplasme / des vintousses : des ventouses / du chireop : du sirop / l'fareine de moutarte : la farine de moutarde / placher : placer / quieaud : chaud / rouche : rouge / l'caleur : la chaleur / ein morcieau : un morceau / commincher : commencer / chucher : sucer / geler à pierre finte : geler à pierre fendre / les candelles : les chandelles / déquinte : descendre / des chintes : des cendres / caire : tomber / dusque : où / pourméner ou porméner : promener / saquer : tirer / l'mopère : le père / galter : lapider / queurir : courir / avoir du lari : avoir du plaisir, avoir une bonne ambiance / pa d'vant : devant / orwettier : regarder / blanquir : blanchir / acouter :écouter / intinte : entendre / raqueonter : raconter / ein temps d'tchien : un temps de chien / l'garcheon : le garçon / attraper eine mauvaisse croque : avoir une sérieuse maladie, être gravement malade / nueve heures : neuf heures / eine breongile : une bronchite / eine angile : une angine / les branques : les branches / inter : entre / les planques : les planches / mes amisses : mes amis).

S.T. janvier 2016.         

10:31 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.