09 janv.
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (343)

On a inl'vé les décoratieons et éteint les illuminatieons !

Cha y est, ch'est fait, tout est infin orvenu normal, l'trève des confiseurs elle est asteur dins les annales!

Au comminch'mint du meos d'janvier, bin souvint, on intind bramint d'gins proclamer :

"J'sus fin bénaisse que les fiêtes elles soichent passées".

Ch'est vrai que l'sémaine inter l'Noë et l'Nouvel An, ch'est ein dreôle de momint, on direot que, pa ein queop d'baguette magique, tertous devreot'ent ête tout d'eine contints.

A l'télévisieon, on a pris l'habitude d'nous moutrer des jeones qui feont l'fiête dins les discothèques in buvant ein p'tit queop d'treop, in chifflant des pintes et in avalant, alfeos, des cosses qu'i-f'reot'ent mieux de n'pos printe. Vous m'comperdez, mes gins, j'pinse que je n'deos pos vous faire ein dessin. Ch'est hallucinant ! On direot qu'asteur, on n'peut pus s'amuser sans acater parelles pilules pou s'doper. Grâce à ces mélanches du diape, i-peuve'tent alors s'arlocher su des musiques de rintchinchin, sans jamais ête mate, du verdi au soir au lindi au matin. Ave eine mareonne à tréos, eine quémisse treop courte qui laiche aperchevoir leu boudaine et eine tiête qui, d'puis bin lommint, a oblié l'existence du shampoing pou les nettier et ch'est ainsin que beauqueop d'garcheons et files i-veont passer l'cap de nouvelle ainnée.

I-est bin leon l'temps dusqu'on alleot danser, l'soir de l'Noë ou de l'Saint-Sylvestre, ave eine binde d'amisses au Roi des Radis, chez Dudans ou à l'salle Provence. On attindeot l'momint des slows et des tangos pou serrer dins ses bras eine pétite mam'zelle qu'on n'aveot pos rincontrer seul'mint de l'velle. Si on f'seot ein twist ou bin ein rock, on éteot toudis à côté d'elle. On buveot d'l'ieau, de l'limonate ou bin eine bière, on s'amuseot d'façeon tout à fait naturelle, nous eautes pou avoir du beon temps, on n'aveot pos b'soin d'paradis artificiels. On rintreot bin tard de l'nuit ou au p'tit matin in cantant au leong de l'route les cancheonnes d'Johnny, d'Sylvie, d'Claude François ou bin acore d'Richard Anthony et on rincontreot, alfeos, ein quervassin étindu su l'bord du qu'min berlant à tue-tiête des queontes d'annochint. A travers l'ville, on s'sinteot tout à fait in sécurité, on pouveot rintré fin tranquileà s'maseon sans s'faire attaquer.

"J'sus fin bénaisse que les fiêtes elles soichent passées".

Ces meots i-seont prononcés pas l'pétite vielle qui au fin feond de s'maseon d'retraite sait bin qui n'ara perseonne qui viendra lui souhaiter eine beonne ainnée pasqu'i-a bin lommint qu'on l'a obliée et qu'on dit, pou s'escuser, que quanç'qu'on vient l'vir elle ne fait que berteonner. I-s'ra toudis bin temps d'pinser à elle, au moumint qu'elle ara quitter ceulle tierre et que les héritiers qu'on verra pétête braire s'ortrouvereont, infin, pa d'vant l'notaire.

"On est soulagé que les fiêtes elles soichent passées".

Ces meots i-seont prononcés pa l'mopère et l'mamère qui ont perdu, pindant l'ainnée, ein garcheon qui a quitté ceulle tierre ein diminche au matin, allongeant eine feos d'puque l'liste des victimes d'accidints. Ces meots i-seont prononcés pa l'malate su s'lit d'souffrance, ein heomme in sursis pou qui la mort sera l'seule délivrance. Ces meots i-seont prononcés pa l'malhureux qui n'a même pos eu dreot à eine milette qui éteot cait des tapes de fiêtes.

Aujord'hui, dins l'caleur et l'confort d'nos maseons, on d'vreot tertous printe eine beonne résolutieon : tinte l'main, offère ein sourire, écanger eine parole, deonner eine piéchette pindant l'ainnée, aux pus paufes, aux pus malhureux qu'on va, forchémint, au détour de no quémin, alfeos rincontrer.

(lexique : asteur : maintenant / l'comminch'mint : le commencement / bramint : beaucoup / ête bénaisse : être heureux / soichent : soient / inter : entre / ein queop : un coup / tertous : tous / tout d'eine : subitement / moutrer : montrer / des jeones : des jeunes / chiffler : avaler d'une traite, faire cul sec / alfeos : parfois / des cosses : des choses / printe : prendre / vous m'comperdez : vous me comprenez / acater : acheter / l'diape : le diable / s'arlocher : se secouer, se trémousser / eine musique d'rintchibchin : une mauvaise musique / ête mate : être fatigué / l'verdi : le vendredi / eine mareonne à tréos : un pantalon troué / éine quémisse : une chemise / laisser aperchevoir : laisser apercevoir / l'boudaine : le ventre / lommint : longtemps / oblier : oublier / nettier : nettoyer / des garcheons et des files : des garçons et des filles / bin leon : bien loin / dusque : où / eine binde d'amisses : une bande d'amis / l'pétite mam'zelle : la petite demoiselle / l'velle : la veille / toudis : toujours / l'ieau : l'eau / nous eautes : nous autres / canter : chanter / des cancheonnes : des chansons / ein quervassin : un ivrogne / le qu'min ou l'quémin : le chemin / berler : crier / des queontes d'annochint : des contes d'innocent / l'maseon : la maison / quanç'que : lorsque / vir : voir / berteonner : bougonner, grommeler / l'moumint ou l'momint : le moment / ceulle ; cette / pétête : peut-être / braire : pleurer / pa d'vant : devant / l'mopère et l'mamère : le père et la mère / eine feos d'puque : une fois de plus / l'malhureux : le malheureux / l' dreot : le droit / eine milette : une miette / caire : tomber / l'tape : la table / l'caleur : la chaleur / tinte : tendre / offère : offrir / écanger : échanger / eine piéchette : une petite pièce / l'paufe : le pauvre / forchémint : forcément)

S.T. janvier 2016.     

10:52 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.