30 déc.
2015

10:53

Tournai : expressions tournaisiennes (342)

Béteôt ein nouvieau calinderrier !

Nous ov'là d'jà arrivés à l'fin du calinderrier 2015 et i-va bétêot falloir mette pinte l'nouvieau au mur d'no cuisine. A l'maseon, ch'est l'ceu des heommes du feu dessiné pa Serdu, rasseurez-vous, mes gins, chez nous, l'pompier tournisien n'pose pos acore tout nu ! 

I-a pos à dire mais eine ainnée cha n'fait qu'ein tour, ch'est vite foutu l'camp Quanç'que j'busie, on direot bin que ch'est avant-hier qu'on s'a mis in beon an.

Pou bramint d'gins, ch'est acore eine ainnée à oblier au pus vite pasqu'ave tout ce qu'on a connu, on est bin hureux d'vir l'bout.

Les attintats, les catastrophes, les inondatieons, les trimblemints d'tierre, les guerres, les glich'mints d'terrain, l'récauff'mint climatique, l'été in plein hiver... l'meonte i-perd l'boule et on rinconte asteur bin des maboules.

Vous l'avez ormarqué, à l'fin du meos d'décimpe i-a eine traditieon, ch'est l'momint dusque les astrologues i-feont des prédictieons.

J'ai laiché dire qu'i-n'falleot pos avoir d'diplôme ou n'pos ête fort malin, pou anneoncher quoisqu'i-va s'passer l'ainnée qui vient. I-paraît que ch'est ein deon, adeon, mi aussi, pou no beonne ville d'Tournai, j'vas ichi faire mes prévisieons.

L'lindi 11 janvier, si vous êtes né sous l'signe chinois du lapin, restez bin muché dins vo clapier sous l'foin et les crottins pasque ch'est l'lindi parjuré et pou les Tournisiens, l'ceu qui n'a pos d'lapin n'a rien. L'mardi 2 féverrier, ch'est l'Candeleur, n'obliez surtout pos d'faire des coucoubaques pou souper pasque l'ceu qui n'in minge pos i-va pisser tout creon tout l'ainnée.

I-ara acore des travéaux dins no ville pindant douze meos, asteur, on est habitué, cha n'cange pos, i-ara toudis des tréos dins l'montée de l'rue Saint-Martin pou nos voitures acore caire d'dins et su l'Grand'Plache i-faudra toudis raviser dusqu'on met les pieds pou arriver à beon port et n'pos chanqu'lier. In ville, i-ara des magasins qui veont s'ouvère et d'eautes qu'on va serrer ch'est pos comme cha qu'on va rincontrer, à nouvieau, des passants dins l'pietonnier. Dins les banques i-ara moinse d'imployés et ch'est ave des machines qu'on va devoir parler. Les tasques elle ne veont pos diminuer, ceulle prédictieon, j'sus seûr que vous avez adveinée.

Nos cintrales nucléaires elle s'reont acore bin patraques, comme in 2015, elles areont toudis hic et hac, des fuites d'ieau, des incendies, des fissures, i-va acore avoir de l'tablature. Comme no minisse tournisienne elle a acouté l'doux cant de leu portefuèle, elle a fait l'part belle à tous les dirigeants d'Electrabel, du momint qu'i-orchoivent bramint d'argint, i-s'foutent pos mal de l'sécurité des gins. Pindant c'temps-là, on intind tertous berler : i-feaut arrêter l'nucléaire pasqu'on est in dinger mais on n'veut pos eine seule éolienne pou n'pos ête déringé. I-feaut acroire que l'paysache qui est dins no voisinache, i-est à no seul usache et même pou l'élestrique, on ne veut pos qu'on l'partache.

Les trait'mints et salaires i-veont rester bloqués, les banques elles ne veont pus deonner d'intérêts. Les liards qu'on ara su s'queompte i-va falloir payer pou pouvoir les ortirer. Les prix i-veont continuer à aurminter.

On va acore parler d'l'élargiss'mint d'l'Esqueaut mais i-passera acore beauqueop d'ieau sous no vieux Peont des Tréos avant qu'on n'veot commincher les prumiers travéaux.

In bas de l'cathédrale, on va ormette l'gibet pou moutrer aux gins les loleos qui passe'tent leu nuit à taguer.

In Belgique, i-d'a ein qui, ave l'arrivée des migrants, va devoir canger d'neom pou bin moutrer s'neutralité, ch'est l'minisse de l'intérieur, Jan Jambon, et ainsin, pa eximpe, Jean Roty on pourreot l'app'ler (ch'est ein neom bin d'chez nous eautes) et à Vaulx i-peut toudis v'nir habiter.

I-a pos d'problème ave l'météo, l'hiver i-s'ra quieaud, i-va caire de l'pluèfe in avril et mai et on va avoir de l'caleur in été, les heommes pourmènereont in jupeon à l'Toussaint et à l'Noë, i-n'faudra pos faire cauffer l'vin. Je n'veos pos ein seul flocon d'neiche dins m'boule de cristal, ni du noirglas su nos routes nationales, provinciales ou communales. Mais j'veos que vos pneus d'hiver i-veont largemint souffère.

Tout cha, vous allez m'dire, n'est pos fort gai mais i-ara toudis les Fichelles Picartes, l'Bistreot Tournaisien et L'Cabaret pou nous faire rire et printe la vie du beon côté.

A tertous, j'vous souhaite :

                             

                                Eine beonne et hureusse ainnée 2016 !

 

Qu'elle soiche pou vous eine année d'paix ave mille et eine joies et surtout eine beonne santé !

Et.. mettez vo main à vo saclet et n'orwettiez pos ç'que vous donnez !

(lexique : béteôt : bientôt / ein calinderrier : un calendrier / ov'là : voilà / pinte : pendre / l'ceu : celui / acore : encore / foute l'camp : déguerpir, fuir /  qaunç'que : lorsque / busier : penser, réfléchir / mette in beon an : présenter ses vœux / bramint : beaucoup / oblier : oublier / l'glich'mint : le glissement / l'récauff'mint : le réchauffement / l'meonte : le monde / asteur : maintenant / ormarquer : remarquer / décimpe : décembre / l'momint : le moment / laicher : laisser / anneoncher : annoncer / adeon : donc / ichi : ici / mucher : cacher, dissimuler / pasque : parce que /  les coucoubaques : les crêpes / pisser tout creon : expression tournaisienne pour uriner de travers, faire sur son pantalon / toudis : toujours / des tréos : des trous / caire : tomber / raviser : regarder / dusque : où / chanqu'lier : chanceler, tituber en se tordant le pied / s'ouvère : s'ouvrir / serrer : fermer / moinse : moins / les tasques : les taxes / adveiner : deviner / avoir hic et hac : avoir toujours quelques chose / avoir de l'tablature : avoir des soucis / acouter : écouter / l'cant : le chant / l'portefuèle : le portefeuille / orchevoir : recevoir / tertous : tous / berler : crier, hurler / acroire : croire / les lierds : l'argent / l'queompte : le compte / ortirer : retirer / aurminter : augmenter / commincher : commencer / moutrer : montrer / ein loleo : un simple d'esprit / canger : changer / quieaud : chaud / l'pluèfe : la pluie / l'caleur : la chaleur / pourméner : promener / l'jupeon : appellation donnée au veston d'un homme / l'noirglas : le verglas / souffère : souffrir / l'saclet : la bourse, l'aumonière, cette expression était jadis utilisée pour réclamer les étrennes au moment du nouvel an).

S.T. décembre 2015   

Merci à ceux et à celles qui, depuis le mois d'avril 2008, lisent régulièrement ce blog, merci à ceux, qui l'ayant découvert récemment, l'ont placé parmi leurs favoris. Tous ont permis à ce blog d'enregistrer près de 800.000 visites et de compter près de 1.200 commentaires. L'Optimiste espère retrouver ces amoureux de la cité des cinq clochers, toujours en pleine forme, durant l'année 2016 !   

10:53 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : tournai, patois, picard |

18 déc.
2015

17:15

Tournai : expressions tournaisiennes (341)

Des nouvelles d'Edmeond et Fifinne.

On dit, alfeos, "cang'mint d'pâturache réjouit les vieaux" (ou bin les bués, je n'sais pus l'meot qu'on utilise mais vous m'avez compris), ichi, on n'peut pos dire qu'Edmeond et Fifinne i-ont bin étrenné leu nouvel habitatieon. J'l'ai sintu quanç'que j'ai été leu rinte eine pétite visite ceulle sémaine.

"Alors, les amisses, on s'habitue dins l'nouvieau log'mint ?" que j'ai d'mindé.

A vir l'tiête d'Edmeond, j'ai vite compris que ch'n'éteot pos facile. Fifinne, elle m'a dit ainsin :

"Bé ahais, quoisque te veux, i-feaut bin, j'sus toute l'journée ave m'wassinque à m'main, ave les travéaux qui a dins les rues, m'heomme i-orvient ave ses sorlets rimplis d'bédoule ! Ch'est treop bieau pou nous eautes, ein parel catieau, tout i-est cangé et on est bin treop vieux pou apprinte commint qu'on deot s'servir de tous ces nouvieaux machins. L'prumière feos qu'Edmeond i-a voulu faire cuire eine séquoi au micro-ondes, i-l'a imblavé comme ch'est pos possipe ".

"Ah cha, si te mets eine affaire qu'on n'peut pos d'dins, cha pète et i-d'a partout" que j'li ai fait.

"Mo bé, i-m'a fallu eine demi-journée pou tout nettier, ch'éteot incrapé. L'agozil, i-pinseot faire des ouès à l' coque, eine minute après, cha orsanneot à eine omelette norvégienne qui aveot tapissé toutes les parois du four.

Edmeond, l'plafieu, i-n'éteot pos fier mais i-a vite ortrouvé les meots pou s'orvinger.

"T'oblies d'parler du morcieau d'pourchéau que t'as cuit dins l'four et qu'on a ortrouvé tout carbonisé".

"Ch'est vrai mais... à l'rue Montifeaut, j'aveos m'pétit four au gaz que j'aveos eu à m'mamère, mais ichi ave l'élestrique, cha va beauqueop pus vite et in puque, j'n'ai jamais ouvré ave ein thermostat, j'veyeos à l'ouèl si l'viante elle éteot cuite à point. J'ai bin du mau à m'habituer à tous ces bazars modernes. Même pou l'buée tout i-est cangé. Tins, tous les lindis, j'feseos eine battée et après j'alleos mette curer m'linche sur l'hierpe du gardin. Quanç'que j'l'orpreneos, i-sinteot beon l'fraîque. Ichi, in ville, on met, à l'avanche, l'parfum du fraîque dins l'poudre que t'acates au magasin, mais cha n'a pos l'même naque, ch'est pos naturel et l'linche i-est séqué dins eine eaute machine, ch'est de l'buée industrielle !".

J'ai voulu les consoler comme j'ai pu :

"Bah, vous allez béteôt avoir la main, éné, on dit toudis qu'i-feaut ête apprinti avant d'ête macheon".

Fifinne elle a rajouté :

"Ch'est l'même cosse dins l'salle de bain ! A l'rue Montiféaut, on cauffeot l'ieau dins eine cuvelle in fier su ein biec à gaz mais, ichi, l'prumière fois que l'andoule i-a voulu alleumer l'cauffe-bain, cha a tell'mint buqué que cha a foutu l'esquite au visin, s'feimme m'a dit que l'malhureux, d'saisissurte, i-aveot été à l'drisse deux jours tout plein. I feaut dire qu'i-est traumatisé à vie, i-a habité, i-a pus d'vingts ans, à l'rue d'la Ture et i-aveot vu esploser l'maseon d'Monseigneur Thomas à l'rue Garnier".

D'puis qu'i-est arrivé, Edmeond i-a trouvé eine distractieon, i-a mis eine cayère près de l'ferniête et i-ravise passer les baquets su l'Esqueaut.

"Quanç'qu'i-a des greos batieaux qui ormeontent l'courant, l'moteur i-fait tranner l'maseon, dins l'verrier les verres i-danse'tent l'carmagnole. Comme te l'veos, ch'est tout c'que j'fais au leong d'eine sainte journée. Là-vas, j'aveos des occupatieons. Tous les matins, dins l'cuisine, ch'est mi qui allumeot l'feu au carbeon. L'papier journal, l'beos et l'boulets quand cha commincheot à printe, cha f'seot eine finquée d'tous les diapes dins tout l'quartier. Asteur, ch'est l'opératieon presse-bouteon, te n'as pus d'ouvrache, ch'est comme si te t'ortrouveos au chômache". 

Pindant qu'on écangeot ces meots, Fifinne elle est rintrée dins l'pièche :

"Te vas boire eine jatte d'noir jus ave nous eautes, ch'est du chéribeon ?".

"Mi, j'veux bin mais seul'mint si te ne l'fais pos au percolateur, fais-le puteôt au marabout comme dins l'temps" qui a supplié Edmeond.

"Milliards, te vas ichi nous faire passer pou des riches biec-beos mais... ch'est vrai qu'in passant su l'minute ave l'boulard, l'café i-est quand même meilleux".

Edmeond i m'a orwettié et i-a dit bin héaut :

"Ave l'café d'Fifinne, te n'risques pos d'avoir l'trannette, elle a toudis fait du véritape jus d'cauchette".

Adeon, comme je n'vouleos pos foute l'broule dins l'ménache, j'ai cangé d'conversatieon. Comme vous l'adveinez ch'n'est pos cha qui les a impêché d'ête, acore eine feos, à l'tiête de l'ein l'eaute.

"Vous avez été au Marché d'Noë ?".

J'saveos que l'période de Noë, elle aveot l'deon d'raccomoder les gins. A l'air de Fifinne, j'ai bin vite compris que cha, aussi, j'areos fait mieux de n'pos l'mette su l'tapis.

"J'areos mieux fait d'aller tout seu pasque'ave ceulle canule j'deos toudis m'attinte au pire. Cha n'a pos fait ein pli. A peine arrivé, i-a comminché pa boire ein verre d'vin quieaud".

Edmeond i-m'a orwettié ave les is d'ein galfard in m'disant :

"I-éteot beon, sais-te, i-aveot de l'cannelle d'dins, on areot dit du pipi d'pétit Jésus dins t'bouque".

Fifinne elle a fait l'ceulle qui n'aveot rien intindu :

"Après, ch'est à l'fondatieon Damien qu'i-s'a arrêté pou chiffler pos eine mais deux Père Damien".

Edmeond i-a cru beon de s'justifier :

"Ch'éteot de l'Pater Damiaan et quanç'que l'bière elle est beonne, ch'est ein scandale de n'in boire qu'eine, on n'ortourne pos su eine gampe, rimplissez nos verres sans faire d'lisière...".

Fifinne elle li a dit : "Cha va on conneot l'cancheonne" et elle a continué à s'délaminter.

"Pindant que j'parleos ave l'garcheon qui m'moutreot ses chucolats et ses confitures, mon heomme i-a disparu et j'l'ai ortrouvé, eine demi-heure pus tard, au club Richelieu in train d'boire ein verre de champagne ave l'toutoule qui habite ichi pos leon. I-feaut vir cha, i-a des jeones, toudis différints, qui s'aboule'tent chez elle su l'bord du soir, j'n'osereos pos imaginer quoisqu'i-'s'passe là".

"D'abord, j'ai bu pa charité, les bénéfices ch'éteot pou des malhureux et insuite, l'toutoule comme te dis, te n'es qu'eine mauvaisse lanque pasque ceulle file elle est professeur d'mathématiques et elle deonne des cours particuliers, à s'maseon, aux étudiants qui ont des difficultés, j'me suis rinseigné".

"A pasqu'à t'n'âche, te vas apprinte les mathématiques, te n'sais d'jà pos faire ein carcul sans faire d'erreur !".

L'queompte des esploits d'Edmeond n'éteot pos fini.

"I-n'a pos bin leon de l'Grand-Place au quai mais... cha a acore été ein sapré qu'min d'creox pou y arriver. J'ai 'cor bin eu des russes. Mossieu chanqu'lieot tous les chinq mètes et i-canteot l'pétit Papa Noël, à tue-tiête, a faire s'infuir l'brafe Tino Rossi dins l'fin feond de s'paradis. Au coin de l'rue d'Courtrai, on a rincontré l'greos Gaston qui d'meureot à l'rue Montiféaut et mon Edmeond i-li a raqueonté...".

"Que j'aveos bu ein verre ave l'Père Damien et ch'est vrai !"

"I-n'feaut pos l'acouter que j'ai dit à Gaston mais l'capenoul i-li a répeondu que li aussi i-l'aveot vu".

Fifinne elle a cru dev'nir folle quanç'que j'ai mis m'grain d'sel in li disant :

"L'Père Damien, bé...je l'conneos bin, ch'est ein d'mes amisses, i-est à la Halle-aux-Draps chaque ainnée et i-vind même des confitures ave ein incien Père Fouettard".

Elle m'a d'mindé ce qu'j'aveos bu avant de venir à s'maseon :

"Mo Dieu, ti aussi t'es su l'zinc, te fais des queontes de seot, à m'mote qu'à Edmeond te peux deonner l'petit deogt "".

"Je n'beos pos mais tous les gins qui veont au Marché d'Noë à la Halle-aux-Draps, i-ont d'jà vu eine feos au moinse l'Père Damien, ave s'barpe, s'canne et s'capieau d'palle".

Edmeond i-a copé court à l'étalache de s'vie d'quervassin et, pou dire eine séquoi, i-a pris la parole :

"Beon, parler lommint cha deonne seo, on va in boire eine, hein l'Optimiste. Pou fiêter l'fin d'l'ainnée, j'vas aller querre à l'cave, eine boutelle que te m'in diras des nouvelles, te vas voir, ch'est pos de l'biscurisse".

"I-n'feaut pos mette d'verre pou mi, j'ne beos pos" qu'elle a dit sèqu'mint Fifinne.

"Milliards, on direot ein tchien qui groule, elle berteonneot d'jà à l'rue Montifeaut mais ichi ch'est l'bouquet !".

Quoisque j'diseos in qu'minchant m'n'artique ? Ahais, cang'mint d'pâturache... pou eusses cha n'est pos d'applicatieon pasque ch'est vraimint deux cas désespérés.

J'vous souhaite d'jà à tertous eine beonne fiête d'Noë et pou les jeones mariés, attintieon... si vous mettez l'pétit Jésus dins l'crèche. J'in conneos eine que l'prumière feos qu'elle a intindu ceulle espressieon, elle se d'mindeot bin ce que cha vouleot dire.

(lexique : alfeos : parfois / ein cang'mint : un changement / les vieaux : les veaux / les bués : les bœufs /  intu : senti / quanç'que : lorsque / rinte : rendre / ceulle : cette / les amisses : les amis / vir : voir / ainsin : ainsi / ahais : oui / quoisque : qu'est-ce que / l'wassinque : la serpillière / orvenir : revenir / les sorlets : les souliers / l'bédoule : la boue / nous eautes : nous autres / ein parel catieau : un pareil château / canger : changer / apprinte : apprendre / eine séquoi : quelques chose / imblaver : salir / possipe : possible / d'dins : dedans / nettier : nettoyer / incrapé : encrasser / l'agozil : le balourd, le rustre / des ouès : des œufs / orsanner : ressembler / l'plafieu : le maladroit, le gauche / s'orvinger : se revenger / oblier : oublier / l'morcieau d'pourchéau : le morceau de cochon, un rôti de porc / m'mamère : ma mère / l'élestrique : l'électricité / in puque : de plus / ouvrer : travailler / l'ouèl : l'œil / avoir bin du mau : avoir bien du mal, avoir des difficultés / l'buée : la lessive / l'battée : le contenu d'une machine à lessiver / curer : mettre (le linge) à blanchir / l'linche : le linge / l'hierpe : l'herbe / l'gardin : le jardin / sintir l'fraîque : sentir le frais / à l'avanche : à l'avance / acater : acheter / l'naque : l'odeur, le parfum / séquer : sécher / béteôt : bientôt / éné : n'est-ce pas / ein apprinti : un apprenti / ein macheon : un maçon / l'cosse : la chose / cauffer : chauffer / l'fier : le fer / l'biec : le bec / ichi : ici / l'andoule : l'andouille / alleumer : allumer / buquer : frapper, ici dans le sens de faire un bruit d'explosion - l'caneon i-buque / foute l'esquite : faire peur, effrayer profondément / l'visin : le voisin / d'saisissurte : de saisissement, d'émotion, de peur / aller à l'drisse : avoir la diarrhée / eine cayère : une chaise / eine ferniête : une fenêtre / raviser : regarder / les baquets : les bateaux / l'Esqueaut : l'Escaut, le fleuve qui traverse Tournai / tranner : trembler / l'leong : le long / l'carbeon : le charbon / commincher : commencer / printe : prendre / eine finquée : une fumée / les diapes : les diables / asteur : maintenant / eine jatte d'noir jus : une tasse de café noir / du chéribeon : une excellent café, un café bien fort / puteôt : plutôt / l'marabout : la cafetière / des biec-beos : des naïfs, des gens dénués de bon sens / l'minute : filtre à café en tissu avec un cercle de métal / l'boulard : la bouilloire avec couvercle, bec et anse / meilleux : meilleur / orwettier : regarder / avoir l'tranette : avoir la tremblote / du jus d'cauchette : littéralement du jus de chaussette, mauvais café très léger / adeon : donc / foute l'broule : brouiller / adveiner : deviner / tout seu : tout seul / eine canule : un incapable, un idiot / attinte : attendre / quieaud : chaud / les is : les yeux / ein galfard : ein gourmand / l'bouque : la bouche / chiffler : siffler, boire d'une traite un verre de bière / eine gampe : une jambe / l'cancheonne : la chanson / s'délaminter : se lamenter, se plaindre / l'chucolat : le chocolat / eine toutoule : une femme de mauvaise vie, femme aux mœurs légères / pos leon : pas loin / s'abouler : accourir, arriver / l'lanque : la langue / l'file : la fille / l'âche : l'âge / l'carcul : le calcul / l'queompte : le compte / ein sapré qu'min d'creox : un sacré chemin de croix / avoir des russes : avoir de misères, des difficultés / chanqu'lier : chanceler, tituber / canter : chanter / acouter : écouter / ein capenoul : un lâche, un niais, un innocent, terme surtout utilisé dans le Nord de la France / vinte : vendre / ête su l'zinc : être sur le bord de l'ivresse / des queontes : des contes / à m'mote : selon moi / au moinse : au moins / l'barpe : la barbe / l'capieau d'palle : le chapeau de paille / coper : couper / l'étalache : l'étalage / l'quervassin : l'ivrogne / lommint : longtemps / querre : chercher / l'biscurisse :  décoction de réglisse, mot qui s'utilise pour désigner une mauvaise bière / sèqu'mint : sèchement / ein tchien qui groule : un chien qui gronde / bertonner : grommeler, parler entre ses dents / qu'mincher : commencer / ein artique : un article / eusses : eux / tertous : tous).

S.T. décembre 2015.           

 

17:15 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

14 déc.
2015

13:57

Tournai : la ville en statistiques.

Les chiffres apportent parfois une meilleure vision qu'un long discours.

Une ville peut être présentée avec des mots, les exploits de ses habitants peuvent être contés avec lyrisme, son histoire peut-être racontée en long et en large mais il parfois nécessaire de faire appel aux chiffres pour mieux la définir.

Voici la carte d'identité de la cité de Clovis.

Nom : Tournai qui se traduit en néerlandais par Doornik.

surnoms : la cité aux cinq clochers, la cité de Clovis.

La ville de Tournai est considérée comme la capitale de la Wallonie Picarde (ancien Hainaut occidental). 

Age : près de 2.000 ans d'existence (période gallo-romaine).

Superficie : 213,75 km2, ce qui en fait la commune la plus étendue du royaume.

Subdivision de la superficie : environ 70% de terres agricoles, 23% de terrains bâtis et 5 % de terres non cultivées.

Nombre de communes rattachées suite à la fusion de 1976 : 29.

Voies de communications : fluviale : l'Escaut.

Ferroviaires : lignes vers Liège, Bruxelles, Lille, Mouscron et Courtrai.

Routières : liaisons autoroutières vers Liège et l'Allemagne (E42), vers Bruxelles (A8/E429), vers Lille (E42) et vers Courtrai et Bruges (A17/E403).

Aéroport à proximité : Lille-Lesquin (F) à 25 km.

Grandes villes à proximité : Lille (25Km), Courtrai (25km), Douai (32 km), Valenciennes (35km), Mons (50 km), Bruxelles (85 km).

Nombre d'habitants : 69.204 Tournaisiens (septembre 2015),  approximativement 48 % d'hommes et 52 % de femmes, +/- 10% d'étrangers.

Subdivisions des habitants : 37.500 habitants demeurent dans le centre-ville et les faubourgs immédiats.

36% de ceux-ci vivent à l'intérieur des boulevards périphériques, zone qui est considérée comme étant le centre-ville, soit : +/- 13.500 habitants.

45%  de ceux-ci habitent les faubourgs de Maire, de Lille, Saint-Martin, de Valenciennes et Warchin soit 16.875 habitants.

19% habitent l'ancienne commune de Kain soit 7.125 habitants

Environ 31.700 habitants demeurent dans les vingt-huit autres villages.

Gaurain/Ramecroix avec 3.600 habitants est le plus peuplé et Hertain avec +/-250 habitants, le moins peuplé.

Enseignement : 16.900 élèves et étudiants fréquentent les établissement scolaires de la ville.

Les établissements de la rive gauche en accueillent : 9.500, ceux de la rive droite : 5.500, Kain : 1.900. Avec ses 1.777 étudiants, la Haute Ecole de la Communauté Française est l'établissement le plus peuplé. Notons également les 1.195 étudiants qui fréquentent l'Institut d'Enseignement Professionnel Provincial de la chaussée de Lille et les 907 du Collège Notre-Dame. L'arrivée de Saint-Luc en 2016 dans le quartier Saint-Jean représentera environ 550 étudiants supplémentaires.

Emplois : la ville génère 20.000 emplois dont 11.000 se situent dans le centre-ville (commerces, PME, services, administrations, enseignement).

La zone d'activité économique de Tournai-Ouest implantée sur les villages de Marquain, Blandain, Orcq et Froyennes offre environ 2.500 emplois. 

Les zones commerciales des Bastions (430) et de Froyennes (400) ainsi que Kain (200) complètent ce tableau. Suite à l'extension des Bastions de nombreux emplois seront créés en 2016.

Taux de chômage : il est d'environ 15 % de la population.

Langues parlées : le français et le patois picard qui revient à la mode après avoir été snobé par la bourgeoisie qui, au début du XXe siècle, le trouvait vulgaire ! 

Culture :

Monuments à visiter : la cathédrale Notre-Dame du XIIe siècle (inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco), le beffroi du XIIe siècle, le plus ancien de Belgique (inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco), le Pont des Trous (fin du XIIIe - début du XIVe siècle), la Halle-aux-Draps érigée au XIIIe siècle mais reconstruite en 1610, le fort rouge, le séminaire de Choiseul, l'Hôtel de Ville construit à l'emplacement de l'abbaye de Saint-Martin, les souterrains de la citadelle, les églises Saint-Jacques (fin XIIe - début XIIIe), Saint-Quentin (XIIe), Saint-Piat (XIIe), Saint-Brice, Saint-Jean Baptiste...

Les musées : Musée d'Histoire et d'Archéologie, Musée militaire, Musée des Beaux-Arts, Musée de la Tapisserie et des Arts du Tissu, Musée de Folklore, Musée d'Histoire naturelle, Musée des Arts décoratifs, Centre de la Marionnette de la communauté française.

Salles de spectacles : Maison de la Culture, salle La Fenêtre, Halle-aux-Draps, salle Saint-Lazare, La Petite Fabriek (Froyennes), la Gueulière (Froyennes), le Foyer Saint-Eloi (Froyennes), cinéma Imagix.

Tournaisiens célèbres : Childéric, Clovis, Christine de Lallaing, Rogier de le Pasture (Van der Weyden), Jacques Daret, Robert Campin, Pasquier-Grenier (tapissier, fournisseur de la Maison de Bourgogne), Louis Gallait (peintre romantique), Barthélémy Dumortier (homme politique), Jean Noté, Georges Rodenbach, Hélène Dutrieu (aviatrice), Jules Bara (homme politique), Gabrielle Petit (résistante et espionne), Georges Grard (sculpteur), Frank Olivier Bonnet (comédien), Henri Vernes (le père de Bob Morane), Bruno Coppens (humoriste)...

(sources : Administration communale de Tournai - PV du collège communale - plan communal de mobilité - résumés des articles parus dans le blog Visite Virtuelle de Tournai)

S.T. décembre 2015.

 

13:57 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, superficie, culture, emploi, enseignement |

12 déc.
2015

16:13

Tournai : expressions tournaisiennes (340)

Décimpe, l'pus bieau des meos d'l'ainnée (1) !

Quanç'que j'éteos acore ein p'tit rotleot, l'dernier meos d'l'ainnée, ch'éteot l'ceu qu'i-m'tardeot l'puque d'vir arriver. A l'fin du meos d'novimpe, j'éteos d'jà tout in foufielle d'savoir que Saint-Nicolas alleot béteôt déquinte du ciel. A partir de l'mitan du meos, on commincheot à vir les jouets dins les vitrines des magasins, chez Ménart à l'rue des Cap'liers ou bin à l'maseon Monnier dins l'bas de l'rue Saint-Martin. Des p'tits soldats in pleomb, des catieaux-forts, des habits d'cow-boy, des trains élestriques, des p'tites auteos pou les garcheons, et pou les files, des dînettes, des perles à infiler ou des poupées aux bieaux ch'feux bleonds. I-aveot aussi des trottinettes, des poussettes, de bieaux véleos ou bin des jeux d'l'oie, des jeux d'dames ou de p'tits qu'vieaux.  

A l'fin du meos d'novimpe, on preneot s'pus belle pleume pou écrire s'lette à Saint-Nicolas et li d'minder ce qu'on vouleot orchevoir, bin seûr, pou n'pos dépasser l'budget des parints, on éteot aidé pa l'mamère, sans l'savoir. Alfeos, on li ormetteot no p'tit meot directemint quanç'qu'on l'rincontreot su ein treône dins ein magasin,   

Infin, l'grand jour i-arriveot. L'velle au soir, i-d'aveot qui parteot'ent à leu lit pos treop rasseurés, pasque si l'grand saint i-passeot, pindant l'nuit, pa l'quémeinée, i-n'éteot pos seul'mint accompagné pa s'baudet, i-aveot aussi, pou les ceusses qui n'aveot'ent pos été saches, l'Père Fouettard et s'martinet.

L'soir, on aveot mis eine carotte et des navieaux dins ein panier in osier, i-falleot que l'baudet i-orprenne des forches pou continuer l'tournée et ch'éteot aussi ein façeon comme eine eaute d'l'ormercier. Au matin, avant même que l'solel i-n'soiche levé, on veyeot que l'biête elle aveot mordu d'dins, on n'imagineot pos, su l'momint, que croquer dins ein navieau, cha n'deveot pos ête fort beon pou les parints.  

Alors, dins toutes les maseons, des pus riches ou pus paufes, ch'éteot partout parel. Les infants découvreot'ent ce que Saint-Nicolas i-aveot déposé et on intindeot les rires et les cancheonnes meonter. Su l'tape, i-aveot aussi des oranches rimplies de vitamines et, pou l'prumière feos dins l'ainnée, des mandarines. Dins des familes, on f'seot même berler l'infant prés de l'quémeinée pou que l'heomme à l'grande barpe blanque i-soiche ormercier.

L'fiête de Saint-Nicolas, pou mi cha a toudis resté, eine des pus belles raminvrances du temps passé !

Malhureus'mint, comme direot Charles Aznavour, j'vous parle d'ein temps que les moinse de vingt-ans ne peuvent pos connaîte.

Asteur, comme pou tout l'reste, l'fiête elle est commerciale, faire bramint d'liards ch'est dev'nu tell'mint banal. Ch'est à peine si Saint-Nicolas i-n's'imberlificote pos dins ceulle fiête d'Haloween que d'Amérique on a importée pou faire des affaires inter l'rintrée des classes et les fiêtes de fin d'ainnée.

Asteur, chez beauqueop d'gins, on va ave l'infant querre l'jouet au magasin, on évite ainsin l'visite à l'maseon du grand saint. Ceulle traditieon, i-paraît même, d'après certains "psys", que les parints qui voudreot'ent la maintenir, i-n'feont, tout simplement, qu'apprinte à l'infant à mintir. Ces mêmes psys i-n'se rintent même pos queompte que, passant des heures pa d'vant s'jeu élestronique, l'gosse i-va vite printe du plaisi à tuer et après on est tout paf quanç'qu'on veot alfeos qui se qui passe, ein bieau jour, dins l'réalité.

Si pindant l'ainnée les infants i-n'ont pos été saches, i-a pos dinger, l'Père Fouettard i-a été mis au chômache. Su eine tierre qui est dev'nue totalm'int matérialiste, faire pourméner ein noir ave ein martinet, ch'est raciste. Saint-Nicolas i-est acore, pa eine directrice d'école, toléré à conditieon que l'creox su s'capieau elle soiche inl'vée. Cha n'm'éteonnereot même pos qu'ave eine mintalité comme cha, ein jour ou l'eaute on l'appelle tout simplemint : Nicolas.

D'nos jours, on n'a pus de poésie, on n'fait pus rêver les infants et on s'éteonne de les vir mal tourner alors qu'i-n'ont pos 'cor vingt ans. Aux liards pou partir in vacances ou acater des cosses inutiles i-faudreot ein peu moinse busier et commincher, si ch'est acore possipe, à ortrouver ein vie d'famile que, peu à peu, on a obliée.

(lexique : décimpe : décembre / quanç'que : lorsque / eine rotleot : un roitelet, désigne amicalement un enfant / vir : voir / novimpe : novembre / ête in foufielle : être en émoi, dans tous ses états / béteôt : bientôt / déquinte : descendre / l'mitan : la moitié / l'rue des Cap'liers : la rue des Chapeliers / ein catieau-fort : un château-fort, pas d'accent circonflexe sur ce mot en patois / élestrique : électrique / les ch'feux : les cheveux / l'pleume  : la plume / l'lette : la lettre / orchevoir : recevoir / bin seûr : bien sûr / l'mamère : la mère / alfeos : parfois / l'treône : le trône / l'velle : la veille / l'quémeinée : la cheminée / l'baudet : l'âne : les ceusses : ceux / saches : sages / les navieaux : les navets / orprinte : reprendre / les forches : les forces / ormercier : remercier / paufes : pauvres / parel : pareil / les cancheonnes : les chansons / l'tape : la table / les oranches : les oranges / berler : crier / l'barpe blanque : la barbe blanche / les raminvrances : les souvenirs / asteur : maintenant / bramint : beaucoup / les liards : l'argent / s'imberlificoter : s'empêtrer, s'embrouiller / inter : entre / querre : chercher / se rinte queompte : se rendre compte / ête tout paf : être fortement surpris / l'chômache : le chômage / pourméner : promener / l'creox : la croix / l'capieau : le chapeau / acater : acheter / des cosses : des choses / busier : penser / commincher : commencer / oblier : oublier).

S.T. décembre 2015.   

  

16:13 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

10 déc.
2015

10:19

Tournai : la lente évolution de la place Paul-Emile Janson

Un peu d'Histoire.

1969 Tournai place des Acacias (2).jpgLa rénovation de la place Paul-Emile Janson, qui s'étend au pied de la cathédrale, du côté Nord, vient de se terminer. Jadis appelée la "place des Acacias" en raison de la présence d'arbres de cette essence lui apportant une touche appréciée de verdure, cette place était un lieu animé surtout le samedi, jour de marché hebdomadaire. Sa situation géographique sur l'axe allant de la gare à la Grand-Place a toujours fait d'elle un lieu de passage fort fréquenté. Hélas, le long chantier de rénovation du quartier cathédral a, depuis quelques années, transformé celle-ci en une impasse réduite à recevoir la circulation locale.

Avant d'être un emplacement dévolu au marché aux fruits et aux légumes qui s'y tint jusque dans les années quatre-vingt, la place abrita, dès le Moyen-Age, le marché aux volailles, aux œufs, beurre et produits de la ferme qu'apportaient les paysannes des villages voisins au moyen de carrioles ou de charrettes tirées par des ânes. Elle était alors désignée sous le nom de "Monchiel" ou "Moncheau" (qui en langue romane désigne un monceau, un tas, un entassement).

En 1463, Louis XI y logea chez le chanoine Jean de Manny. En 1513, au lendemain de la reddition de Tournai aux Anglais, Henri VIII l'imita en logeant chez maître Simon Geland. En 1549, lors de la visite de Charles-Quint, les reines douairières de France et de Hongrie s'installèrent chez le chanoine Cottrel qui y demeurait. Durant une brève période, sous Louis XIV, le Marché aux Volailles prit le nom de "Marché au Charbon".

La porte Mantille donnant accès à la cathédrale débutait alors à front de la rue du Curé Notre-Dame, un premier palier menait au grand escalier actuel. De chaque côté de celui-ci se trouvaient le cloître des chanoines et le cimetière. Celui-ci allait disparaître en 1812. L'église de la paroisse Notre-Dame qui était accolée au déambulatoire Nord de la cathédrale sera bombardée lors de la seconde guerre mondiale et ne sera jamais reconstruite.

De profondes modifications.

Depuis la seconde guerre mondiale, cette place a subi de nombreuse modifications. L'appellation actuelle a remplacé celle de place des Acacias, en mémoire de Paul-Emile Janson, avocat bruxellois affilié au parti libéral qui a été le onzième premier ministre belge de novembre 1937 à mai 1938 et qui est mort en 1944 à Buchenwald.

L'Office du Tourisme.

L'immeuble situé au n°1, à l'angle de la rue de la Lanterne, abrite depuis le mois d'avril 2013, "l'Office de Tourisme". Les témoignages concernant ce lieu remontent jusqu'au XIIe siècle lorsqu'un certain Gedulphe ou Gedulf a offert un bâtiment lui appartenant aux religieuses de l'ordre des Sœurs hospitalières afin d'abriter des pauvres gens. C'est à ce moment que naîtra "l'hôpital capitulaire Notre-Dame". Lorsque les religieuses installeront celui-ci plus bas dans la rue éponyme, la maison deviendra propriété du chapitre de la cathédrale et servira d'habitation à différents chanoines. Au début du XXe siècle, l'immeuble porte le nom "d'Hôtel Delmarle", hôtel particulier de Charles Delmarle et de son épouse Marie-Roseline Brunfaut. En 1914, la propriété est rachetée par le couple François Sohest-Clotilde Pauwels. Ancien restaurateur et cuisinier militaire, le nouveau propriétaire le transforme en hôtel-restaurant. C'est de cette époque que date le style Louis XVI qu'on peut encore admirer actuellement.

Les transformations à peine terminées, au moment du premier conflit mondial, les Allemands occupent Tournai et réquisitionnent le bâtiment pour en faire la "Kommandantür". Après ce premier conflit mondial, la fille des propriétaires, Jenny Sohest et son époux Marcel Dozot succèdent à leurs parents et lui donnent l'appellation sous laquelle il deviendra très connu dans la cité des cinq clochers : "Le Grand Hôtel de la Cathédrale". Hélas, en 1940, les Allemands reviennent et installent, une fois encore, leur Kommandantür en ses murs. Parmi les clichés pris au moment de la libération, un des plus connus est probablement celui où on voit le bourgmestre Louis Casterman saluer la foule en liesse depuis le balcon de cet hôtel. Dans le courant des années cinquante, l'Hôtel de la Cathédrale deviendra la propriété de Gaston Horlait, administrateur de la Grande Brasserie du Lion et mécène de la Royale Union Sportive Tournaisienne. Il fermera ses portes à la fin des années soixante.

Dès ce moment, différents organismes financiers vont en faire leur siège régional : "la banque de Paris et des Pays-Bas", devenue par la suite la "Paribas" et, plus tard, la banque "Dexia". Les nombreuses restructurations intervenues dans le monde de la finance sont à l'origine de l'abandon de ce magnifique bâtiment au début des années deux mille. L'Administration communale de Tournai décide alors de le racheter et de le transformer afin d'y installer l'Office du Tourisme. Sous le bâtiment, servant de lieu pour des expositions, une crypte date de l'époque de l'hôpital Notre-Dame avec voûtes d'arête construites en moellons, reposant sur un rang de colonnes, au centre et sur des culs de lampe engagés dans les murs latéraux. La cave est en style roman du XIIe siècle.

L'hôtel de Cordes.

Voisine du Grand Hôtel de la Cathédrale, la maison de Cordes était un hôtel particulier qui faisait le pendant architectural du bâtiment mitoyen. Il s'agissait d'un bel hôtel de maître de style Louis XVI tardif construit au début du XIXe siècle. On l'a vu pour l'hôtel Monnier, à la rue Saint-Martin, l'édilité tournaisienne durant les années septante et quatre-vingt ne souhaitait pas tellement conserver ces témoignages d'une vie bourgeoise qu'avait connue jadis la cité des cinq clochers. Des promoteurs avides de construire leurs bâtiments d'une architecture relativement pauvre (en briques et béton) furent donc courtisés par le premier magistrat de l'époque. En 1979, la Ville accorda le permis de démolition du vénérable immeuble situé à l'angle de la rue de l'Hôpital Notre-Dame. En mars 1987, malgré les protestations d'associations de défense du patrimoine tournaisien, comme l'asbl Pasquier Grenier, le permis de construire un nouveau bâtiment fut accordé.

Que reprochait-on à l'époque à celui-ci ?

- Son gabarit tout d'abord, beaucoup trop important par rapport aux immeubles voisins, ce qui provoquait une mauvaise intégration dans le site.

- Ses corniches dépassant celles des constructions adjacentes.

- La répétition monotone dans la façade de petites ouvertures carrées ou rectangulaires qui ne s'intégraient pas aux ouvertures cintrées de l'immeuble voisin.

Ces remarques furent balayées d'un revers de la main par un premier magistrat de la ville qui avait le défaut de ne souffrir aucune remise en question de ses choix personnels, lui qui semblait tout acquis au modernisme architectural. Mieux même, lors de la construction, les plans initiaux ne furent pas respectés et un étage supplémentaire fut construit sous toiture. La vue sur la cathédrale que découvraient les visiteurs venant de la gare ou emprutant le passage de l'hôtel des pompiers était irrémédiablement cachée.

Le temps a passé. Par habitude, le Tournaisien ne voit plus ce coup de poing asséné à l'harmonie de la place. L'enlèvement récent des structures métalliques posées sur la façade et la pose de grilles de balcons travaillées a légèrement amélioré la vision de cet immeuble. En 2014, le bâtiment a été victime d'importants dégâts consécutifs à la rupture d'une grosse conduite d'eau, ce qui a provoqué l'évacuation de tous ses habitants et, en raison des éternels (on pourrait même dire habituels) conflits entre experts des assurances, les réparations ont tardé à être exécutées.

L'immeuble du Courrier de l'Escaut.

1962 Tournai neige place des Acacias.jpgCet immeuble, jadis occupé par l'imprimerie et les bureaux du journal tournaisien repris par le groupe namurois Vers l'Avenir, est inoccupé depuis les années nonante. Un projet de démolition et de construction d'une résidence à appartements a déjà été présenté à deux reprises par un promoteur mais l'Administration communale lui a demandé d'alléger une partie de façade aveugle donnant vers la place. Depuis lors, plus rien ne bouge et des panneaux de bois, du plus bel effet, ont été placés sur les châssis du rez-de-chaussée pour éviter toutes dégradations (photo ci-contre du "Courrier de l'Escaut" représentant ses locaux en 1962). 

L'espace Pic-Puce.

Dernier bâtiment à se trouver sur la place, au moment où débute la rue du Curé Notre-Dame, il est entré dans la légende tournaisienne lorsque des rumeurs, probablement infondées, y ont situé l'appartement tournaisien de Gérard Depardieu. Au rez-de-chaussée, une galerie commerciale comprend une agence immobilière dont on dit que l'acteur français est associé au gérant.

L'ancienne bibliothèque.

Le bâtiment situé à l'Ouest de la place est inoccupé depuis le départ du service des "Archives de l'Etat" à la rue des Augustins. Précédemment, il abritait la bibliothèque communale. De nombreux projets de réhabilitation ont été présentés ces dernières années : une extension de la section "architecture" de l'école Saint-Luc à Ramegnies-Chin dont les responsables ont fait un autre choix en raison du manque de fonctionnalité ou un pôle muséal mettant en valeur, au pied de la cathédrale, les différents musées tournaisiens. Actuellement, il est évoqué sa transformation en centre d'entreprise, d'interprétation et en une vitrine dédicacée aux nouvelles technologies.  

Du piétonnier à la rue Soil de Moriamé.

A l'Est de la place, les deux bâtiments érigés entre le piétonnier de la Croix du Centre (tel qu'il fut appelé lors de sa création mais dont l'appellation ne semble plus guère utilisée aujourd'hui) et la rue Soil de Moriamé étaient jadis occupés par deux tailleurs (la Maison Lambert et le tailleur Meurant). Le rez-de-chaussée de ce dernier immeuble est désormais dévolu à un magasin de nuit dont l'étalage se compose des traditionnels pots de tabac, canettes et bouteilles d'alcool. (Voir la photo du haut représentant l'enlèvement des Acacias en 1972 avec dans le fond l'immeuble du tailleur Lambert - photo "Courrier de l'Escaut").

Et maintenant ?

La fin des travaux de la place Saint-Pierre ont permis le rétablissement de la circulation automobile sur la place Paul Emile Janson dans le sens de la rue de la Lanterne vers la rue du Curé Notre-Dame. La partie piétonne n'est cependant pas une zone totalement sécurisée pour les personnes qui s'y promènent, en effet, certains automobilistes descendant la rue de Paris, y débouchent pensant rejoindre la rue de Courtrai, aucun obstacle, aucun panneau de signalisation n'empêchent ces conducteurs d'arriver jusqu'à cette esplanade au pied de la cathédrale.

Depuis la disparition des acacias qui lui avaient donné son nom, et du jardinet qui longeait l'ancienne bibliothèque, la place est désormais uniformément minérale, plus la moindre touche de verdure, ce qui est regrettable à une époque où la voix des défenseurs de la nature se fait entendre. Certains architectes rament encore à contre-courant !

Le monument des Aveugles a été provisoirement retiré pour éviter les dégâts qui pourraient être occasionnés lors des travaux en cours du transept nord de la cathédrale.

Sur la partie libérée par le chantier, les animations reprennent peu à peu, un marché fermier y est organisé, le vendredi soir, du printemps à l'automne, des chalets y sont érigés pour la période des fêtes de fin d'année.

(sources : "Tournai, Ancien et Moderne" de A.F.J Bozière, ouvrage paru en 1864 - "L'habitation tournaisienne, architecture des façades" de E.J. Soil de Moriamé, ouvrage paru en 1904 - Bulletins trimestriels de l'ASBL Pasquier Grenier - "Tournai perdu, Tournai gagné" de Béatrice Pennant, ouvrage paru en 2013 - presse locale "Courrier de l'Escaut et Nord-Eclair").

S.T. décembre 2015.

05 déc.
2015

09:55

Tournai : expressions tournaisiennes (339)

Miraque, on a ortrouvé Edmeond et Fifinne.

I-a pos à dire, l'temps i-passe vite, ainsin cha fait pus d'ein meos que je n'vous ai pus parlé d'nos amisses de l'rue Montiféaut. J'ai été saprémint surpris quançque j'les ai rincontrés et qui m'ont anneonché qui z'aveot'ent déménagé.

In arlochant s'tiête, Fifinne m'a tout raqueonté, j'ai bin vu qu'elle éteot acore tout acravintée. Te sais, l'Optimisse, ch'est ein peu comme si on copeot les rachènes d'ein arpe qui n'est pos 'cor mort, pindant des jours et des jours, j'pinse que j'ai dû braire toutes les larmes de m'corps. Te t'rinds queompte, parelle décisieon, cha n'se prind pos comme cha, in deux queops d'cuiller à peot, cha f'seot quand même d'puis no mariache que là-vas on a habiteot, eine maseon que pou dix mille francs on aveot acatée à des cousines qui éteotent intrées aux Sœurs de Charité. On éteot là fin bin, on aveot ein grand gardin et dins l'quartier on connisseot tous les gins.

Et je n'te dis pos les russes qu'on eues pou tout débarrasser, Edmeond et mi on n'saveot pos pa dusqu'on alleot qu'mincher. Pou rimplir l'container qu'à Dufour on aveot commindé, cha n'a pos été facile et on a souvint batt'lié. Pindant chinquante ainnées, on a intassé bin de cosses et, i-feaut bin l'avouer, ch'éteot l'pus souvint des cocosses.

"Mo ravise ichi, Fifinne, ov'là l'costume de m'mariache !".

"Rue-le, te n'vas quand même pu mette cha à t'n'âche !".

"Ah neon, pos questieon de l'ruer, j'vas toudis l'warder !".

"Pourquoi, te n'vas pos m'dire que t'a 'cor l'idée d'convoler ! ".

"On n'sait jamais... après tout, j'n'ai pos treop forchi".

"Neon, pou cha t'es toudis eine équette, mais t'es pus p'tit".

"Orwette ichi, Edmeond, l'pétit capieau que j'aveos orchu d'matante Odile".

"Ahais, l'espèce d'soucoupe volante que te metteos su t'tiête pou aller in ville".

"Je n'vas toudis pos liquider ein si bieau souv'nir de famile !"

"Deonne-le, cha f'ra plaisi à eine confrérie du Carnaval d'no ville".

"Ov'là ichi eine coupe que j'aveos gagnée dins ein cabaret avant d'ête marié".

"Ah beon, te f'seos d'jà les concours du pus bieau des quervés !".

"Mais neon, ch'est à ein tournoi d'jeu d'fier que j'l'aveos rimportée".

"Et pou fiêter parel évén'mint combin d'pintes t'aveos chifflées".

"Au feond de l'garde-rope, ov'là ichi ein vieux caraqueo gris"

"Ahais, même que te l'metteos pou aller danser au Roi des Radis"

"On queureot dins tous les bals pou acouter Rock Crosy".

"Ch'éteot quand même eaute cosse que tous les berdouilleux d'aujord'hui".

"Ichi, ch'est m'beon vieux diplôme que j'ai eu à l'fin d'mes primaires à l'école du Catieau".

"Dusque t'as usé tes feonds d'mareonne près du radiateur pasque là i-f'seot quieaud !".

"Attintieon Fifinne, j'ai eu l'prumier prix in géographie ave eine médalle d'or".

"J'parie que t'as su moutrer su l'carte dusque s'trouveot l'café de l'Fontaine d'Or !".

J'les acout'reos pindant des heures car cha m'rind fin bénaisse, ave eusses j'intinds Popol et D'siré ou bin Jojo et Nénesse.

L'container, pou queusir ce qui alleot aller d'dins, bé, i-a fallu au moinse huit jours tout plein. Cha s'a passé ainsin pou chaque armoire, pou tous les bahuts et tous les tiroirs. Cha a pris pus d'temps pou vider l'maseon intière que pou mette tous l'meublier dins l'tapissière.

"Et dusque vous allez d'meurer ? ," qu'à Fifinne j'ai d'mindé.

"Dins ein appartemint qu'on a trouvé in porménant su les quais !".

"Jusse pa d'zeur ein cabaret !" qu'Edmeond i-m'a tout d'suite fait ormarquer.

"Ahais, i-est serré d'puis lommint et d'ichi à là qui s'ra réouvert, j'sus seûre qu'i-va passer bramint d'ieau sous l'peont d'fier".

"Asteur, j'pourrais rintrer tout dreot quanç'que j'arais bu ein p'tit queop d'treop".

"Bé ahais, arringé comme t'es alfeos, t'es acore capape d'ortourner à l'rue Montiféaut".

L'déménag'mint i-n'a rien cangé, vous êtes toudis à l'tiête de l'ein l'eaute comme je l'veos".

Fifinne elle ne fait jamais dins l'dintelle et Edmeond i-continue à in printe plein ses orelles.

"Mossieu, i-pinse que pasqu'i-est v'nu habiter in ville, i-va pouvoir jeuer l'grand Mimile, Mossieu, i-pinse pétête que ch'est dins les cabarets qui va asteur passer l'mitan d'ses journées, comme t'aras pus l'escusse de faire t'gardin et d'avoir mau à tes reins, te vas commincher pa nettier l'appartemint. I-a d'jà huit jours passés qu'on est arrivé et les caisses elles seont toudis, in meont, dins l'salle à minger. J'deos acore cacher après m'fier à orpasser, in attindant t'iras ave tes mareonnes tout fripées ! ".

"Pasque Madame, dins s'pétite cervelle de carnarin, elle pinse toudis que je n'fous rien, d'puis eine sémaine j'ai d'jà fait eine fameusse trotte à pied, j'in ai presque user les semelles de mes sorlets : aller pou l'élestrique, pou les ieaux et pou canger l'adresse à l'état-civil, écrire aux pinsieons, aller à l'mutuelle, à l'banque et prévenir l'service des impositieons. On dit que je n'fous rien et j'ai passé mes journées su les qu'mins".

"Quisqu'i-pinse déménager trinte-six feos dins s'vie, i-s'reot arringé avec eine feimme comme ti, i-areot vite compris : ceulle feos 'chi, te n'm'aras pus, j'reste ichi je n'bouge pus".  !".     

I-z'ont acore batt'lié comme des tchiens, à m'mote que cha n'a rien arringé, l'déménag'mint !

Ov'là acore eine pache des avintures d'Edmeond et Fifinne qu'à m'blog j'ai ajoutée. Mes deux gins, s'i-n'aveot'ent pos existé, i-areot bin fallu les invinter. Ch'est ce qu'on appelle eine tranque de vie d'ein ménache tout à fait ordinaire. Ch'est l'histoire d'gins qui, pou parler n'mette pos les preones dins les quertins, et qui, l'pus souvint, intassent l'patois tournisien, mais des gins qui ont l'cœur sur la main et qui donnereot'ent jusqu'à leu qu'misse pou aider ein visin ou des inconnus dins l'besoin.

(lexique : ein miraque : un miracle / ortrouver : retrouver / ainsin : ainsi / des amisses : des amis / saprémint : sacrément / quanç'que : lorsque / anneoncher : annoncer / arlocher : secouer / acravintée : accablée, brisée / coper : couper /les rachènes : les racines / ein arpe : un arbre / braire : pleurer / s'rinte queompte : se rendre compte / ein queop : un coup / l'mariache : le mariage / là-vas : là-bas / acater : acheter / ein gardin : un jardin / avoir des russes : avoir de des difficultés / dusque : où / qu'mincher ou commincher : commencer / batt'lier : batailler / des cosses : des choses / des cocosses : des choses de peu de valeur / raviser : regarder / ruer : jeter / warder : garder / forchir : devenir plus gros, fortifier / eine équette : se dit d'une personne très maigre, l'équette est un petit copeau de bois / orwettier : autre mot pour regarder / ein capieau : un chapeau / orchevoir : recevoir / l'matante : la tante / toudis : toujours / ov'là : voilà / ein quervé : un ivrogne / parel : pareil / chiffler : siffler, boire un verre d'une traite / ein caraqueo : une blouse de dame / ahais : oui / queurir : courir / acouter : écouter / les berdouilleux : les bredouilleux / quieaud : chaud / moutrer : montrer / bénaisse : content / eusses : eux / Popol et D'siré, Jojo et Nénesse : duos de personnages entrés dans le folklore tournaisien grâce à Eloi Baudimont et Bruno Delmotte sur No Télé et à Lucien Jardez et Marcel Roland au Cabaret Wallon Tournaisien / queusir : choisir / au moinse : au moins / l'meublier : le mobilier / l'tapissière : le camion de déménagement / porméner : promener / jusse pa d'zeur : juste au-dessus / ormarquer : remarquer / serrer : fermer / lommint : longtemps / bramint : beaucoup / asteur : maintenant, vient de l'expression à cette heure (ci) / alfeos : parfois / capape : capable /  canger : changer / les orelles : les oreilles / jeuer l'grand mimile : jouer le rôle d'un personnage important, faire des esbrouffes / pétête : peut-être / l'mitan : la moitié / avoir du mau : avoir mal / nettier : nettoyer / cacher : chercher / l'mareonne : le pantalon / ein carnarin : un canari / eine fameusse trotte : une longue distance / les sorlets : les souliers / l'élestrique : l'électricité / l'quémin ou le qu'min : le chemin / eine feos : une fois / ceulle : cette / des tchiens : des chiens / à m'mote : selon moi, à mon idée / eine pache : une page / eine tranque : une tranche / mette les preones dins les quertins : littéralement mettre les prunes dans les paniers prévus à cet effet, parler de façon empruntée, on dit aussi "faire des m'noules" / intasser : entasser / la qu'misse ou l'quémisse : la chemise / ein visin : un voisin).

S.T. décembre 2015.

09:55 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

02 déc.
2015

09:21

Tournai : la lente évolution de la rue Saint-Martin

2005 Tournai rue Saint-Martin (2).JPG

Un peu d'Histoire.

Si la place de Lille est, comme nous l'avons vu, le lieu de pénétration en ville pour les visiteurs venant de la grande métropole du Nord de la France, la rue Saint-Martin qui lui est parallèle, à l'autre extrémité du boulevard Bara, se trouve, elle, dans le prolongement de la route venant de Douai. D'une longueur d'environ 650 mètres, elle relie la porte Saint-Martin (aussi appelée le "Bavaro Saint-Martin" par les anciens en référence au café situé jadis à l'angle du boulevard Lallaing et de l'avenue Montgomery) au beffroi et à la rue des Chapeliers. Elle fait partie d'une des deux voies principales qui traversent la ville suivant l'axe Nord-Sud.

La rue Saint-Martin est classée dans la catégorie des voiries de la cité qui portent leur nom depuis leur origine. Elle doit celui-ci à la présence de l'abbaye des moines bénédictins qui s'y élevait à proximité, à l'emplacement de l'actuel Hôtel de Ville. Cette dénomination est déjà repris dans le "Chirographe" de 1253 à l'occasion de la vente d'un immeuble.

Dans son ouvrage "L'habitation Tournaisienne", paru en 1904, Soil de Moriamé évoque une maison située, à l'époque, au n°24 qui, malgré la forme moderne qui avait été donnée à la façade, trahissait son origine gothique. La façade vers la cour était bien conservée et, excepté son soubassement qui était en pierre de taille, tout le reste était en pans de bois avec remplissage en briques. Les fenêtres multiples occupaient presque toute la surface de la façade, sans autre interruption que les potelets en bois qui les divisaient. Une autre maison de type espagnol avec escalier extérieur en bois se trouvait au numéro 29. Ces maisons existaient donc toujours à la fin du XIXe siècle et ont été emportées dans la tourmente des guerres.  

2014.09.06 anniversaire libération (5).JPGEn légère pente descendante vers le beffroi et la cathédrale, la rue Saint-Martin offre une vue2014.09.06 anniversaire libération (7).JPG souvent captée par les photographes sur les deux monuments tournaisiens inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco. Au bas de celle-ci, sur le mur du beffroi, une plaque de cuivre rappelle la libération de Tournai par les troupes anglo-américaines, le dimanche 3 septembre 1944. Les deux photos ci-contre ont été prises lors des cérémonies commémoratives qui se sont déroulées en septembre 2014.

A l'origine, la rue Saint-Martin était principalemenet une rue résidentielle pour la bourgeoisie où s'élevaient de nombreux hôtels particuliers dont "l'hôtel de Rasse", acheté en 1839 par le baron Alphonse de Rasse, bourgmestre de la ville, après la mort de Charlotte, Thérèse, Cunégone de Saint-Genois, douairière de Mr Alphonse de Grasse, seigneur de Bouchote. Derrière une porte d'entrée composée de colonnes accouplées, de style composite, cet riche hôtel était l'œuvre de l'architecte tournaisien Bruno Renard qui l'avait construit pour Nicolas-François de Saint-Genois. Relevons également "l'hôtellerie Saint-Christophe" tenant au dit hôtel Saint-Genois, "l'hôtel du corps des Artilleurs Volontaires Tournaisiens", l'Hôtel Peeters, l'hôtel Monnier...

Une première mutation.

1952 Tournai porte Saint-Martin.jpgPeu à peu et, surtout après la seconde guerre mondiale, la rue a vu l'apparition2005 Tournai rue Saint-Martin (1).JPG de nombreuses maisons de commerce et la disparition progressive des hôtels de maître. Rien que dans la section haute comprise entre le boulevard Bara et la rue des Aveugles, on notait la présence, jusque dans les années quatre-vingt et nonante du marbrier, Georges Delcourt, membre de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien et de son épouse Angélina, mémorable figure des revues (photo de gauche), de la librairie tenue par Mademoiselle Angèle, d'une boulangerie, d'une crèmerie, d'une boucherie, de deux épiceries et de trois estaminets. Tous ces commerces sont aujourd'hui disparus. Ils ont été remplacés par le bureau d'un agent d'assurances, le magasin d'une fleuriste qui vient malheureusement de fermer boutique, par une sandwicherie-traiteur, un magasin spécialisé en électro-ménager, un cabinet de reconstruction dentaire et faciale (photo de droite) et un antiquaire.

2006 Tournai plan abbaye de St Martin.JPGSur le trottoir d'en face se trouve un cabinet de bien-être à l'enseigne "1,2,3... la vie" et surtout "l'Auberge de Jeunesse", bien connue des nombreux routards qui passent par la cité des cinq clochers. Celle-ci occupe les locaux autrefois attribués au Conservatoire de Musique avant son déménagement, en 1986, vers la place Reine Astrid.

A gauche s'ouvrent deux petites rues aux maisons ouvrières : la rue de France et la rue des Aveugles, à droite, l'enclos Saint-Martin donne accès au Musée des Beaux-Arts et à une habitation sur le mur de laquelle apparaît, gravé, le plan de l'abbaye de Saint-Martin (photo de gauche). 

 

Le couvent des Petites Sœurs des Pauvres.

L'ordre des Petites Sœurs des Pauvres a quitté le couvent qu'il occupait au n° 87 à la fin des années nonante. Durant le XXe siècle, on voyait régulièrement ces religieuses, tout de noir vêtues, parcourir les rues de la ville et des faubourgs, à pied, à vélo, à mobylette et, par la suite, sacrifiant au modernisme, au moyen d'une petite Citroën 2CV. Elles allaient à domicile pour soulager la misère, soigner les malades, ensevelir les morts et, le soir, elles recevaient également dans leur dispensaire les personnes qui devaient être soignées pour un petit bobo ou à qui le médecin avait prescrit une série de piqures. Elles y tenaient aussi un vestiaire pour les démunis.

Ma grand-mère y assurant l'entretien, je m'y rendais régulièrement et j'ai conservé le souvenir de ce grand bâtiment de deux étages, possédant, dans la cour, une hostellerie pour les résidents de passage, une petite chapelle et un jardin, embaumant la rose, veillé par une statue de la Vierge, endroit propice à de longues méditations. Les religieuses logeaient aux étages dans des pièces divisées en petites cellules sobrement meublées d'un lit et d'un prie-Dieu. Cet immeuble froid à la façade grise, ce bâtiment austère aux pièces d'une hauteur qui semblait démesurée à un enfant de six ou sept ans, respirait le savon noir utilisé pour l'entretien des carrelages, l'encaustique pour celui des boiseries et l'éther pour les soins au dispensaire. Une fois la porte franchie, les bruits de la rue s'estompaient et on se déplaçait alors dans un havre de sérénité seulement troublé par le tintement de la cloche au moment où elle invitait les sœurs à la prière.

Lors de leur départ, les responsables de la communauté formulèrent le vœu de voir utiliser l'immeuble pour une activité à finalité sociale. En 2008, à l'étroit dans ses locaux de la place Verte, "l'Entracte", service résidentiel de nuit pour les personnes handicapées fréquentant le centre de jour "La Marelle", s'y est installé après d'importants travaux de rénovation afin de mettre les locaux aux normes de sécurité et afin de les rendre les plus confortables possible pour les résidents. Les lieux n'ont pas fondamentalement changé mais les rires et conversations des occupants actuels ont remplacé le silence des religieuses de jadis.

L'hôtel Peeters.

Situé sur le même trottoir que le couvent des Petites Sœurs des Pauvres, au numéro 47, se dresse, en retrait de la rue, "l'hôtel Peeters". On dit qu'il a été construit sur une propriété ayant appartenu aux enfants de Nicolas de Flines et qu'au XVIIe siècle s'y élevait, face au Musée de Folklore, dans la rue Massenet, le couvent des "religieuses Augustines de Sion". Cet ordre fut dissout en 1783. La propriété fut achetée par un nommé Jacques Duvivier qui serait à l'origine de l'édification du bâtiment entre la rue Massenet et la rue Saint-Martin dans une période qu'on situe entre 1807 et 1823. On évoque le nom de Bruno Renard comme architecte mais on ne possède pas de certitude à ce sujet.

1940 Tournai rue St Martin.jpgEn 1827, l'hôtel devient la propriété du banquier Leman et ensuite du banquier Delecourt qui le vendit en 1835 au baron de Loen. C'est en 1852 que Charles Peeters, fabricant de Sucre, archéologue et passionné par l'Histoire de la ville va en devenir propriétaire, il restera dans la famille jusqu'à la mort de la dernière habitante, Mademoiselle Peeters qui y offrit l'hospitalité à l'évêque Carton de Wiart en 1940, suite au bombardement du palais épiscopal. Situé en retrait de la rue, contrairement aux immeubles voisins, l'hôtel Peeters avait miraculeusement échappé à la destruction. Racheté par la Ville en 1980, il abrite désormais le Centre de la Marionnette de la Fédération Wallonie-Bruxelles. On y accède en franchissant une grille ouvrant sur un porche menant à une cour pavée où se dresse le bâtiment.

 

L'Hôtel des Artilleurs.

tournai,rue saint-martin,hôtel peeters,hôtel monnier,hôtel de rasse,soeurs des pauvres,royale compagnie du cabaret wallon tournaisien,les filles,celles picardes,hôtel des artilleurs,abbaye de saint-martinUn autorisation du commissaire général de la guerre, datée du 15 janvier 1831, a permis la formation de l'association des Artilleurs-Volontaires de Tournai. La société, officiellement constituée le 29 février 1836, a, à cette même date, acquis l'hôtel situé au milieu de la rue Saint-Martin, face à la rue Roquette Saint-Nicaise. Ce corps d'élite qui ne se composait, à l'origine, que de citoyens ayant pris part à la révolution de 1830 était fort de 115 hommes.

L'hôtel de la rue Saint-Martin était connu pour les fêtes brillantes qui y étaient organisées auxquelles assistèrent de nombreuses personnes étrangères à la ville et même le duc et la duchesse de Brabant et le comte de Flandre. Dans les jardins, on trouvait des tirs à l'arc, à l'arbalète et autres jeux prisés à l'époque. Le grand salon construit sur des plans de l'architecte Justin Bruyenne était destiné aux bals somptueux et aux concerts.

Cet hôtel servit au XXe siècle de local pour des réceptions données par les dirigeants du club de football de la Royale Union Sportive Tournaisienne et fut le local d'une section de supporters forte de plusieurs centaines de membres jusqu'au début des années soixante (article de presse ci-contre). Les lieux sont désormais occupés par le musée d'Histoire Naturelle implanté aux abords de l'Hôtel de Ville.

L'Hôtel Monnier.

Celui-ci était situé au numéro 26, en face de la rue Massenet. Sa façade dessinait une avancée sur le trottoir. Il faisait partie d'un ensemble d'immeubles cossus avec l'hôtel Louis XVI voisin. Nous avons déjà l'occasion de signaler, notamment lors de la présentation de la rue Perdue, cette "folie" de construction de résidences sans âme architecturale, qui a envahi les promoteurs immobiliers et les jeunes architectes, dépourvus de tout souci d'esthétisme, dans le courant des années soixante et septante. L'hôtel Monnier qu'on avait volontairement laissé se dégrader au point de le rendre dangereux pour les passants a été détruit au début des années septante. La construction d'un nouveau bâtiment a été stoppée en raison de la faillite de l'entreprise et a repris après quelques années d'abandon. On trouve désormais, à sa place, un bâtiment d'une grande simplicité architecturale à vocation commerciale et résidentielle ayant pris le nom de "Résidence Saint-Eloi" pour rappeler la présence de la petite chapelle inclue dans le bâti actuel et dont nous avons eu l'occasion d'évoquer l'existence dans l'article consacré à la place Reine Astrid.

Des adresses connues.

On ne peut parler de la rue Saint-Martin sans évoquer des adresses bien connues des Tournaisiens : tel le n° 50, une ancienne maison bourgeoise qui abrite le Musée des Arts décoratifs, plus communément appelé par les tournaisiens, le "Musée de la Porcelaine", tel le n° 52 dont le porche monumental mène à la Cour d'Honneur de l'Hôtel de Ville, tel aussi le n°54 qui est abrite le local de la "Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien" ou encore la maison voisine, local des "Filles, Celles Picardes". En face, le café des "Amis réunis" mérite une visite afin de découvrir son décor typiquement tournaisien. On y sert encore la bière à partir de pompe en cuivre, on y joue encore au jeu de fer et aux cartes et on s'enorgueillit d'avoir reçu la visite régulière du chanteur Renaud et de l'équipe du film Germinal, lors du tournage qui avait pour cadre la région de Valenciennes. Une seule chose a disparu, on ne voit plus ces volutes de fumée bleutée exhalées par les "touquettes" (les pipes) des vieux consommateurs. 

La rue des Primetiers.

Presqu'en bas de la rue Saint-Martin, sur la droite, s'ouvre la rue des Primetiers. Jusqu'à la rénovation de l'ilot éponyme, cette toute petite rue de quelques dizaines mètres de longueur, longeant la salle des Concerts, permettait d'éviter le carrefour du beffroi pour rejoindre la rue de la Tête d'Or en passant par la rue Garnier. Combien de cyclistes ont emprunté ce raccourci ! Cette voirie a été fermée par des arcades et rendue piétonne pour assurer la sécurité des centaines d'élèves fréquentant le conservatoire.

Et maintenant ?

1982 commerçants rue St Martin.jpgCette longue rue, dotée de petits pavés placés en "queue de paon", est une des plus animée de la ville. Aux heures de pointe, la circulation y est importante. Dans la partie comprise entre la rue Massenet et le carrefour du beffroi, elle compte encore de nombreuses maisons de commerce (restaurant, organismes financiers, boucherie, librairie, local de la gestion centre-ville ou les locaux d'Infor-Jeunes). Par contre, les magasins de meubles Ronse et Imexcotra, les cafés de l'Equipe et de la Raquette, le Khéops, le magasin de jouets Monnier, les boulangeries Van Gheluwe et Doutreluigne, le traiteur Eric, la pharmacie Thérasse ou encore le magasin de prêt à porter "Hit Boutique" sont disparus avant même la naissance du présent siècle.

Dans le nouveau plan de mobilité édicté par l'Administration communale, la décision de la mettre à sens unique a soulevé une levée de boucliers, au point que ce projet a été abandonné. On évoque la prochaine sécurisation du haut de la rue par un nouvel aménagement, ceci afin de réduire la vitesse de certains véhicules qui s'y engouffrent sans ralentir quand le feu vert leur permet de franchir le carrefour de la Porte Saint-Martin. La photo (ci-dessus) de l'Association des Commerçants de la rue Saint-Martin date de 1982, très peu y sont encore actifs mais la rue ne s'est pas endormie pour autant.

(photos : "le Courrier de l'Escaut", le "Nord-Eclair" et collection de l'auteur)

(sources : "Tournai, Ancien et Moderne" d'A.F.J. Bozière, ouvrage paru en 1864 - "L'habitation Tournaisienne", d'E.J. Soil de Moriamé, ouvrage paru en 1904 - " Biographies tournaisiennes des XIXe et XXe siècle" de Gaston Lefebvre, ouvrage paru en 1990 - "Tournai perdu, Tournai gagné", de Béatrice Pennant, ouvrage publié par l'ASBL Pasquier Grenier en 2013 - la presse locale : Nord-Eclair et le Courrier de l'Escaut - souvenirs personnels).

S.T. décembre 2015.