12 déc.
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (340)

Décimpe, l'pus bieau des meos d'l'ainnée (1) !

Quanç'que j'éteos acore ein p'tit rotleot, l'dernier meos d'l'ainnée, ch'éteot l'ceu qu'i-m'tardeot l'puque d'vir arriver. A l'fin du meos d'novimpe, j'éteos d'jà tout in foufielle d'savoir que Saint-Nicolas alleot béteôt déquinte du ciel. A partir de l'mitan du meos, on commincheot à vir les jouets dins les vitrines des magasins, chez Ménart à l'rue des Cap'liers ou bin à l'maseon Monnier dins l'bas de l'rue Saint-Martin. Des p'tits soldats in pleomb, des catieaux-forts, des habits d'cow-boy, des trains élestriques, des p'tites auteos pou les garcheons, et pou les files, des dînettes, des perles à infiler ou des poupées aux bieaux ch'feux bleonds. I-aveot aussi des trottinettes, des poussettes, de bieaux véleos ou bin des jeux d'l'oie, des jeux d'dames ou de p'tits qu'vieaux.  

A l'fin du meos d'novimpe, on preneot s'pus belle pleume pou écrire s'lette à Saint-Nicolas et li d'minder ce qu'on vouleot orchevoir, bin seûr, pou n'pos dépasser l'budget des parints, on éteot aidé pa l'mamère, sans l'savoir. Alfeos, on li ormetteot no p'tit meot directemint quanç'qu'on l'rincontreot su ein treône dins ein magasin,   

Infin, l'grand jour i-arriveot. L'velle au soir, i-d'aveot qui parteot'ent à leu lit pos treop rasseurés, pasque si l'grand saint i-passeot, pindant l'nuit, pa l'quémeinée, i-n'éteot pos seul'mint accompagné pa s'baudet, i-aveot aussi, pou les ceusses qui n'aveot'ent pos été saches, l'Père Fouettard et s'martinet.

L'soir, on aveot mis eine carotte et des navieaux dins ein panier in osier, i-falleot que l'baudet i-orprenne des forches pou continuer l'tournée et ch'éteot aussi ein façeon comme eine eaute d'l'ormercier. Au matin, avant même que l'solel i-n'soiche levé, on veyeot que l'biête elle aveot mordu d'dins, on n'imagineot pos, su l'momint, que croquer dins ein navieau, cha n'deveot pos ête fort beon pou les parints.  

Alors, dins toutes les maseons, des pus riches ou pus paufes, ch'éteot partout parel. Les infants découvreot'ent ce que Saint-Nicolas i-aveot déposé et on intindeot les rires et les cancheonnes meonter. Su l'tape, i-aveot aussi des oranches rimplies de vitamines et, pou l'prumière feos dins l'ainnée, des mandarines. Dins des familes, on f'seot même berler l'infant prés de l'quémeinée pou que l'heomme à l'grande barpe blanque i-soiche ormercier.

L'fiête de Saint-Nicolas, pou mi cha a toudis resté, eine des pus belles raminvrances du temps passé !

Malhureus'mint, comme direot Charles Aznavour, j'vous parle d'ein temps que les moinse de vingt-ans ne peuvent pos connaîte.

Asteur, comme pou tout l'reste, l'fiête elle est commerciale, faire bramint d'liards ch'est dev'nu tell'mint banal. Ch'est à peine si Saint-Nicolas i-n's'imberlificote pos dins ceulle fiête d'Haloween que d'Amérique on a importée pou faire des affaires inter l'rintrée des classes et les fiêtes de fin d'ainnée.

Asteur, chez beauqueop d'gins, on va ave l'infant querre l'jouet au magasin, on évite ainsin l'visite à l'maseon du grand saint. Ceulle traditieon, i-paraît même, d'après certains "psys", que les parints qui voudreot'ent la maintenir, i-n'feont, tout simplement, qu'apprinte à l'infant à mintir. Ces mêmes psys i-n'se rintent même pos queompte que, passant des heures pa d'vant s'jeu élestronique, l'gosse i-va vite printe du plaisi à tuer et après on est tout paf quanç'qu'on veot alfeos qui se qui passe, ein bieau jour, dins l'réalité.

Si pindant l'ainnée les infants i-n'ont pos été saches, i-a pos dinger, l'Père Fouettard i-a été mis au chômache. Su eine tierre qui est dev'nue totalm'int matérialiste, faire pourméner ein noir ave ein martinet, ch'est raciste. Saint-Nicolas i-est acore, pa eine directrice d'école, toléré à conditieon que l'creox su s'capieau elle soiche inl'vée. Cha n'm'éteonnereot même pos qu'ave eine mintalité comme cha, ein jour ou l'eaute on l'appelle tout simplemint : Nicolas.

D'nos jours, on n'a pus de poésie, on n'fait pus rêver les infants et on s'éteonne de les vir mal tourner alors qu'i-n'ont pos 'cor vingt ans. Aux liards pou partir in vacances ou acater des cosses inutiles i-faudreot ein peu moinse busier et commincher, si ch'est acore possipe, à ortrouver ein vie d'famile que, peu à peu, on a obliée.

(lexique : décimpe : décembre / quanç'que : lorsque / eine rotleot : un roitelet, désigne amicalement un enfant / vir : voir / novimpe : novembre / ête in foufielle : être en émoi, dans tous ses états / béteôt : bientôt / déquinte : descendre / l'mitan : la moitié / l'rue des Cap'liers : la rue des Chapeliers / ein catieau-fort : un château-fort, pas d'accent circonflexe sur ce mot en patois / élestrique : électrique / les ch'feux : les cheveux / l'pleume  : la plume / l'lette : la lettre / orchevoir : recevoir / bin seûr : bien sûr / l'mamère : la mère / alfeos : parfois / l'treône : le trône / l'velle : la veille / l'quémeinée : la cheminée / l'baudet : l'âne : les ceusses : ceux / saches : sages / les navieaux : les navets / orprinte : reprendre / les forches : les forces / ormercier : remercier / paufes : pauvres / parel : pareil / les cancheonnes : les chansons / l'tape : la table / les oranches : les oranges / berler : crier / l'barpe blanque : la barbe blanche / les raminvrances : les souvenirs / asteur : maintenant / bramint : beaucoup / les liards : l'argent / s'imberlificoter : s'empêtrer, s'embrouiller / inter : entre / querre : chercher / se rinte queompte : se rendre compte / ête tout paf : être fortement surpris / l'chômache : le chômage / pourméner : promener / l'creox : la croix / l'capieau : le chapeau / acater : acheter / des cosses : des choses / busier : penser / commincher : commencer / oblier : oublier).

S.T. décembre 2015.   

  

16:13 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.