27 nov.
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (338)

"Cha alleot bin mieux avant" ! Vous in êtes bin seûr ?

Quançqu'on passe des dreôles de moumints comme on vit asteur, quanç'que l'situation elle sanne nous écapper face à l'horreur, quanç'que les journaleux nous foutent l'pépette tout au leong d'ein artique, quançqu'on fait des émissieons pou dire que tout i-va mal in Belgique, alors, bin souvint, on intind dire pa de gins qui n'seont même pos vieux :

"Mo Dieu, avant cha alleot quand même beauqueop mieux !".

"Ah, ch'est c'que vous croyez, ch'est là vo n'idée ? Ahais, bé, mi j'vas vous moutrer que ch'n'est pos vrai. Rasseurez-vous, je n'vas pos ichi ormonter jusqu'à l'impire romain, jusse ein p'tit sièque in arrière, chint ans seul'mint.  

In 1900, à "l'Belle Epoque", comme on l'app'leot, l'pus grante partie de l'populatieon, ch'est dins des cambusses qu'elle viveot. On s'y intasseot à siept ou bin huit dins deux pièches seul'mint, sans leumière, sans élestrique, obligé d'aller querre l'ieau au puche commun. Ch'est à l'cour qu'on f'seot l'buée et que l'linche on l'metteot à séquer. Les rulettes orsanneot'ent à des égouts à ciel ouvert dusque les rattes jeueot'ent au mitan des ordures ménagères. Pou faire vife s'famile, ch'est pou ein salaire d'misère qu'ouvreot l'mopère, douze heures pa jour pindant eine sémaine intière. On mingeot de l'rata aux légueumes (surtout à navieaux) ave des penn'tières pus souvint qu'à s'tour et, su l'tape, i-aveot toudis du pain rassis à l'plache d'ein tout fraîquemint sorti du four. L'beon morcieau d'viante, ch'éteot ein orpas total'mint inconnu d'nos inciens dins des quartiers comme à Saint-Piat, Saint-Brice, Saint-Jean ou à l'Madeleine dusque resteot'ent les "moinses que rien". Ein nouvieau-né i-aveot l'sanche d'grandir si i-passeot les prumiers meos de s'vie mais, de l'rougeole, l'breongile et même alfeos du cholera, i-moureot, souvint bin jeone, d'maladie. Usé pa l'ouvrache qui d'veot faire à l'forche de ses deux bras pasqu'i-n'aveot pos bramint d'machines à c'temps-là, l'mopère laicheot bin souvint eine veuve d'moinse d'quarante ans, qui n'orcheveot aucune ortraite pou continuer à él'ver ses infants. Des infants qui n'aveot'ent jamais beonne mine qui n'alleot'ent pos à l'école et qui, à huit ans, intreot'ent à l'usine.

Comme vous l'veyez, "cha alleot bin mieux avant" !

In mille nuef-chint quatorze a éclaté l'Grande Guerre qu'on pinseot ête l'der des ders et qui a ajouté eine pelletée d'puque à l'misère. Pou servir leu patrie, définte leu territoire, warder leu liberté, in âche de s'batte, tous les heommes i-ont été appelés. A dix-huit ans, no jeonesse, elle s'a ortrouvée, au bord d'l'Yser, dins les tranchées, dins l'freod, l'bédoule, bombardée, mitraillée et gazée. Des chintaines de milliers d'garcheons n'seont pos orvenus et dins presque chaque famile, on a pleuré ein mopère, ein infant et ein frère disparus. Les ceusses qui ont eu l'beonheur d'écapper au massacre, i-seont restés estropiés ou traumatisés et i-a fallu bin des ainnées pou tinter d'oblier ce qui s'aveot passé.

Comme vous l'veyez, "cha alleot bin mieux avant" !

A peine vingt ans pus tard et eine crisse financière qui a jeté les pus riches dins l'misère, ein p'tit boche moustachu orvinchard, i-a, à nouvieau, mis l'Europe à feu et à sang ave ses avieons et ses chars et i-a fallu orprinte les fusils et ormonter au combat pou ormette ceulle sale biête, démaquée pa l'infer, au pas. Ch'éteot fini les vielles guerres in dintelle du sièque dernier, on bombardeot et on tireot à l'aveule, tuant militaires et civils sans faire d'quartier. Après chinq ainnées, quanç'que s'est infin levée l'aube de l'liberté, ch'est pa millieons qu'les morts on les a queomptés, à chaque coin d'rue, su chaque plache de no cité, on s'a ortrouvé pa d'vant ein paysache total'mint dévasté. I-a fallu ortrousser ses manches pou effacer les cicatrices du conflit et bin vite deonner à no ville l'visache qu'elle areot dû acore avoir aujord'hui. Dins chaque famile, on a brait ein mopère, eine mamère, ein infant chéri importés pa l'tourbilleon d'l'Histoire à causse d'ein p'tit ouverrier autrichien pris de l'pire des folies.

Comme vous l'veyez, "cha alleot bin mieux avant" !

Après l'guerre, les Belges i-seont déchirés pou savoir si l'roi Léopold i-aveot acore in Belgique ein avenir, si après avoir quitté l'pays et avoir été prisonnier in Allemane i-pouveot orvenir. On a app'lé ceul épisode : "l'Questieon Royale" et on a assisté à d'riches batales. On n'saveot même pus qui aveot raiseon ou bin tort mais, in attindant, près d' Liège, i-a eu des morts.

Comme vous l'veyez, "cha alleot bin mieux avant" !

In mille nuef-chint-soixante, d'jà no gouvernemint i-a pris des lois qui n'ont pos beauqueop plu aux gins. Au meos d'décimpe, on a vécu l'pus grande grève jamais connue in Belgique, ch'éteot conte Eyskens et s"loi unique" que beauqueop ont même nommé l'loi inique. Pindant ein meos, les ouverriers ont laiché caire l'ouvrache, ein peu partout i-a eu des sabotaches, des cléos à treos tiêtes su les routes ont été rués pou impêcher les gins de s'déplacher pou aller ouvrer. Au soir, sans leumière, l'ville elle éteot comme morte, cabarets, restos et cinémas aveot'ent serré leu porte et pindant l'jour, des cortèches porméneot'ent dins les rues de l'cité, portant des pancartes et berlant des slogans ave l'poing levé. Après l'Noë, tout cha s'a arrêté et ein meos pus tard, vous l'avez adveiné, l'loi elle a été... votée.

Comme vous l'veyez," cha alleot bin mieux avant" !

Et après, i-a acore eu les évèn'mints du Congo et bramint d'Belges qui viveot'ent là-vas seont orvenus à Zaventem, in catastrophe, libérés grâce au corache d'nos brafes paras, i-a eu l'guerre d'Algérie et l'famine au Biaffra, à Paris d'jà des attintats, l'guerre froide et l'affaire des missiles d'Cuba, l'assassinat d'Martin Luther King, d'John et Bob Kennedy, l'Innovatieon détruit pa ein incindie, le meos d'mai 68 et les pavés qui voleot'ent dins les rues d'Paris, les marches des flamingants à no nouvelle "frontière linguistique", l'partitieon d'no Belgique, les Brigades rouches et les tueurs du Brabant Walleon, l'affaire Dutroux ave l'mort de paufes infants, le 11 septimpe 2001 et New-York à feu et à sang, à l'porte de l'Europe, l'guerre in Serbie...

Bin seûr que "cha alleot bin mieux avant" !

In 1940, Winston Churchill aveot promis aux Inglais : "du sang et des larmes" et les Londoniens ont continué à vife normal'mint malgré les bombes incindiaires et le V1. Asteur, on n'ose même pus aller à s'n'ouvrache, mette les infants à l'école, faire ses commissieons, on reste dins s'villache, on a l'esquite d'ête pris in otache, on s'inferme dins s'maseon. On a serré les théâtes, les cafés et les restos, on a arrêté l'trafic des bus et des métros, on a interdit l'tour de chant d'Johnny Halliday, à Bruxelles du saim'di au soir i-n'a pos pu canter, alors que l'seule cosse qui f'seot d'mal, l'beon fieu, ch'éteot d'acore alleumer les... vieux ! J'in sus arrivé à m'deminder si on ne l'fait pos ein p'tit queop expres. Foute l'pépette aux gins cha arringe pétête ein certain bourguémette flamind. L'diale, on n'l'intind pos, i-reste bin muché, ave eine sécurité rinforchée, mais i-saque seûrmint su toutes les fichelles in secret, s'rêve à li i-l'a d'jà moutré ch'est d'faire d'no pays ein état policier.  

J'peux comprinte que vous n'êtes pos tout à fait d'accord ave mi mais alors si, comme vous l'pinsez, i-feaut sauver nos vies : orvindons nos auteos car i-a des chintaines de morts sur les routes chaque ainné, n'allons pus in voyache in avieon car cha fait bramint d'morts quançq'que cha cait, n'allons pus jamais dins les trains pou n'pos morir dins ein déraill'mint, n'acatons pus des plats préparés dins les magasins pasque'on n'sait pos ce qu'on a mis d'dins, n'allons pus faire de ski in montane car eine avalanche pourreot nous importer, arrêtons d'boire et d'feumer, car cha, ch'est prouvé, ch'est très mauvais pou l'santé.

"Cha alleot bin mieux avant" ? Bé neon, neon, ch'a toudis été l'même, l'meonte i-a toudis été composé d'brafes gins et d'riches détraqués et l'prumière guerre qui a qu'minché, ch'éteot i-a des milliers d'ainnées.

Pou terminer, mes gins, à vot'e intintieon, j'vas vous faire eine pétite prescriptieon : i-vous feaut continuer à aimer, rire, boire et canter, ch'est ein ormète précieux conte les ceusses qui passent leu vie à nous faire amarvoyer.

(lexique : seûr : sûr / quanç'que : lorsque / des moumints : des moments / asteur : maintenant / sanner : sembler / écapper : échapper / ein journaleu : un journaliste / foute l'pépette : faire peur / au leong : au long / ein artique : un article / ahais : oui / moutrer : montrer / ormonter : remonter / jusse : juste / ein sièque : un siècle / eine cambusse : une maison délabrée / eine pièche : une pièce / l'leumière : la lumière / l'élestrique : l'électricité / querre : chercher / ein puche : un puits / l'buée : la lessive / l'linche : le linge / séquer : sécher / les rulettes : les ruelles / orsanner : ressembler / dusque : où / jeuer : jouer / au mitan : au milieu / vife : vivre / ouvrer : travailler / l'mopère : le père / l'rata : la ratatouille / les légueumes : les légumes / les navieaux : les navets / les penn'tières : les pommes de terre / l'tape : la table / toudis : toujours / à l'plache : à la place / fraîqu'mint : fraîchement / l'morcieau : le morceau / l'orpas : le repas / les moinses que rien : expression de dénigrement qui désigne les personnes les plus pauvres ou les moins cultivées, les personnes tout au bas de l'échelle sociale / l'sanche : la chance / l'breongile : la bronchite / jeone : jeune / à l'forche : à la force / laicher : laisser / l'ortraite : la retraite / d'puque : de plus / warder : garder / l'âche : l'âge / no jeonesse : notre jeunesse / l'freod : le froid / l'bédoule : la boue / des chintaines : des centaines / les garcheons : les garçons / les ceusses : ceux /  orvinchard : revanchard / ave : avec / orprinte : reprendre / démaquée : vomie / à l'aveule : à l'aveugle / queompter : compter / ortrousser : retrousser / braire : pleurer / eine mamère : une mère / à causse : à cause / ein ouverrier : un ouvrier / acore : encore / orvenir : revenir / ceul : cet / eine batale : une bataille / décimpe : décembre / caire : tomber / des cléos : des clous / ruer : jeter /  s'déplacher : se déplacer / ouvrer : travailler / serrer : fermer / porméner : promener / berler : crier / adveiner : deviner / bramint : beaucoup / là-vas : là-bas /  l'corache : le courage / rouche : rouge / paufe : pauvre / les Inglais : les Anglais / avoir l'esquite : craindre, avoir peur / saim'di : samedi / l'cosse : la chose / ein beon fieu : un bon fils / ein queop : un coup / pétête : peut-être / ein bourguémette : un bourgmestre / l'diale : le diable / mucher : cacher / rinforchée : renforcée / saquer : tirer / comprinte : comprendre / orvinte : revendre / caire : tomber / acater : acheter / l'montane : la montagne / feumer : fumer / ein ormète : un remède / conte : contre / faire amarvoyer : tourmenter).

S.T. novembre 2015.  

19:01 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.