23 nov.
2015

Tournai : André Waignien n'est plus, l'âme musicale pleure !

Ce dimanche 22 novembre 2015, jour de la fête de Sainte-Cécile, patronne des musiciens, André Waignien, un des plus grands compositeurs de notre époque nous a quittés.

Ses jeunes années.

André Waignien était né à Mouscron, le 28 janvier 1942, d'un père employé à la Société nationale de Chemin de Fer belge et d'une mère ouvrière dans le secteur textile à Roubaix, ville française distante d'un jet de pierre de la cité hurlue.

C'est en suivant son père, musicien à la Royale Harmonie Sainte-Cécile du Mont-à-Leux (quartier de sa ville natale) qu'il découvre et apprend à aimer la musique. Dès le départ, il développe une attirance particulière pour les instruments à vent.

Aux Conservatoires royaux de Bruxelles et de Mons, il va étudier les différents aspects de l'art musical : le solfège (passage obligé pour tous les musiciens), l'histoire de la musique, l'harmonie, la trompette, le piano, la musique de chambre et la lecture-transposition. C'est déjà à cette époque qu'il participe à la formation de jazz de l'ORTF Lille, où il écrit des arrangements.

Une carrière consacrée à l'enseignement musical.

En 1965, âgé de 23 ans, il enseigne à l'Académie de Musique de Mouscron. En 1970, on le retrouve à la tête de la grande formation de jazz régionale qu'est alors le "West Music Club". Sous sa direction, celui-ci va se faire connaître un peu partout en Belgique et à l'étranger. Il apparaîtra dans des émissions télévisées sur les chaînes nationales. En 1974, il devient professeur de solfège au Conservatoire de Mons.

En 1977, il succède à un autre compositeur tournaisien renommé, André Dumortier, à la tête du Conservatoire de la cité des cinq clochers. Il a pour cela pleinement réussi le concours de compétence donnant accès à cette fonction. Sous sa direction, le nombre d'élèves ne cessera d'augmenter.

En 1982, il est également professeur de cours d'harmonie écrite au Conservatoire Royal de Mons et en 1987, il est nommé professeur d'harmonie au Conservatoire Royal de Bruxelles. Il exercera ces multiples fonctions jusqu'en 2007, date à laquelle il prend sa retraite.

André Waignien, directeur d'orchestre.

Avec des chœurs régionaux, il a dirigé, notamment à Tournai, en qualité de chef d'orchestre des œuvres aussi célèbres que Carmina Burana, le 2e concerto de Rachmaninov, le Requiem de Francis Poulenc, Boris Godounov, l'Arche de Noé de Benjamin Britten, la petite messe solennelle de Rossini, l'Arlésienne de Bizet...

Afin de mettre en pratique l'excellent enseignement individuel dispensé dans les différentes classes de l'Académie de musique tournaisienne, André Waignien, a créé au début des années quatre-vingt "l'Orchestre à vent du Conservatoire de Tournai" qui rassemblera, lors de concerts donnés en la Maison de la Culture, près de 150 jeunes musiciens accompagnés de leurs professeurs. Ces différentes prestations feront l'objet d'enregistrements sur disques 33 tours LP, le support de l'époque. Au programme, on retrouvera des interprétations d'œuvres connues mais aussi des œuvres de sa composition dont le très connu "Tournai-Signature", dans lequel on perçoit, en filigrane, des airs tournaisiens dont l'hymne local :"Les Tournaisiens sont là".

André Waignien, compositeur.

André Waignien restera un des plus grands compositeurs pour orchestres symphoniques et orchestres à vent. Sa musique est jouée non seulement en Europe mais aussi aux Etats-Unis, au Canada, au Japon et en Australie. Son catalogue auprès de la Sabam (l'équivalent de la Sacem) est riche de plus de 1.000 œuvres et plus de 100 Cd composent sa discographie.

Parmi cette richesse de créations, on retiendra :

"La Cantate aux Etoiles", créée en la cathédrale Notre-Dame de Tournai, avec le Grand Orchestre des Guides, une soprano-solo, trois chœurs d'enfants, une dizaine de chorales venues de Wallonie, de Flandre et du Nord de la France, soit près de 750 exécutants. Cette œuvre a été interprétée, à Bruxelles, à l'occasion du 50e anniversaire de l'Organisation des Nations Unies.

"La cantate "A travers le temps" pour chœur mixte, soprano, deux pianos et percussions, une œuvre qu'il a dédiée à Georges Toubeau, ce patron de cimenterie, protecteur de la vie culturelle tournaisienne.

La "Missa Tornacum" pour chœur mixte et orchestre ou orgue. Cette œuvre a été enregistrée en 2000 par "The Eastern Wind Symphony and the College Of New Jersey Choral" (USA).

A la demande du Ministère de la Culture du Grand Duché de Luxembourg, il écrit "Impressions luxembourgeoises" pour orchestre et soprano solo, œuvre créée en 1999, à Luxembourg, par l'Orchestre militaire Grand Ducal et la soprano mouscronnoise Christel Plancq.

Dans le cadre de "Lille 2004, capitale européenne de la Culture", il crée un "Magnificat" pour chœur, soprano solo et orchestre.

En 2010, sur sollicitation des membres de l'association internationale Adolphe Sax, dans le cadre du prestigieux Concours international Adolphe Sax à Dinant, il compose le morceau imposé pour saxophone et orchestre de chambre, "Rhapsody for alto saxophone et orchestra".

En 2011, la création mondiale de sa "Missa Solemnis" pour soprano solo, chœur mixte et orchestre se déroule en la cathédrale du Val d'Aoste en Italie.

Citons encore "Diagram", "Song and Dance", "Czardas"... d'autres œuvres parmi tant d'autres interprétées dans le monde entier.

André Waignien, lauréat de nombreux prix.

Le chef d'orchestre-compositeur était titulaire de nombreux prix nationaux et internationaux de composition, notamment le "Prix de l'Union européenne de Radio-Diffusion" et le "Prix de la Musique" décerné par la Sabam. En 2008, il a été nommé sociétaire d'honneur de "l'Ateneo Musical de Puerto Valencia" en Espagne.

André Waignien aimait la musique et le succès rencontré durant sa carrière ne lui est jamais monté à la tête, il adorait diriger ces orchestres amateurs aux quatre coins de la Wallonie Picarde et de Flandre que ce soit : "la Concorde" à Péronnes," l'Harmonie démocratique la Mouscronnoise" à Mouscron, la "Congrégation" d'Izegem, "L'Harmonie royale de Comines"...  

Une œuvre musicale est bien souvent teintée d'émotion, mais aujourd'hui, celle-ci est grande, le départ d'André Waignien est douloureusement ressenti par ceux qui aiment particulièrement la musique.

(sources : biographie d'André Waignien agrémentée de quelques souvenirs personnels concernant l'Orchestre à vent)   

S.T. novembre 2015.

 

Les commentaires sont fermés.