21 nov.
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (337)

Ov'là orvenu l'temps des bonnets d'laine... On est intré dins l'hiver !

Neon, rasseurez-vous, mes gins, je n'va pos ichiqu'mincher à canter comme dins Noter-Dame de Paris, mais comme on nous a anneonché ein p'tit queop d'freod, j'préfère infiler ein quieaud gilet pa d'zous m'pal'teot. J'vous veos d'jà ichi v'nir et j'vous intinds d'jà m'dire, i-va faire chinq à six degrés au meilleu momint de l'journée, vous avez bin raiseon mais après les dix-siept qu'on a connus au début du meos d'novimpe, on risque de s'ortrouver dins l'situatieon des gins qui orvienne'tent d'vacances in Espane, in plein mitan du meos d'décimpe.

Pou m'feimme et mi, i-n'a pos fallu l'orfroidiss'mint du temps pour qu'on soiche collés tous les deux in même temps. Cha fait asteur pus d'huit jours qu'on n'a pus mis l'nez à l'cour, ch'est à peine si j'sors pou aller querre m'gazette ou bin l'courrier du facteur dins m'boîte à lettes. Ch'est à ces moumints-là qu'on est contint d'avoir des provisieons et de n'pos ête obligé d'sortir pou devoir aller à commissieons, sineon, cha n'fait pos ein pli, on f'reot cheinture ou on ming'reot tous les jours des biscottes à l'confiture. Pou cha, cha n'me f'reot pos d'tort, éné, j'sus treop greos et l'médecin i-m'dit toudis que j'deos perte eine paire de kileos.

Tout i-a comminché, à l'fin de l'sémaine dernière, quanç'que, pindant l'nuit, j'ai été réveillé ave l'gosio serré et de l'peine pou respirer. Ein affaire parelle cha n'm'éteot jamais arrivé et, inter nous, j'ai eu l'pépette, j'sus bin forché d'vous avouer, adeon, j'ai télépheoné pou d'minder à ein docteur de garde d'passer.

"Vous croyez que cha va ainsin qui m'a dit l'heomme, qui au luméreo 1733, i-aveot décroché l'télépheone. Ch'est pos possipe pasqu'i-n'a pus d'médecin après vingt-treos heures et jusqu'à six heures au matin. Si vous n'vous sintez pos treop bin, j'peux vous inveyer eine ambulance rapid'mint".

J'n'aveos pus bramint d'veox mais j'ai quand même pu articuler :

"Je n'sus pos acore mort, savez, malgré que je m'sins étouffé et fameus'mint mansé".

"Alors, si ch'est ainsin, allez aux urginces de l'clinique pa vos propes moyens" qui m'a dit avant d'raccrocher ave l'air d'ein que j'aveos déringé inutil'mint.

J'ai été bin inspiré d'appeler d'abord les urginces avant de m'déplacher.

"J'vas vous passer l'médecin pasque mi j'sus débordé" qui m'a dit l'prumier qui a décroché.

J'ai eu eine brafe feimme au télépheone, elle m'a acouté et elle m'a dit :

"Ch'est pos l'peine de v'nir asteur, vous allez rester dins eine campe pindant des heures à attinte lommint pou ête ausculté pa ein médecin, allez, cha va aller... orcouchez-vous et v'nez nous vir d'main au matin".

Elle a problablemint pinsé que j'éteos ein qui s'plaigneot toudis de hic et hac, qui aveot l'habitude d'tout aggraver, que j'éteos pétête ein hypocondriaque.

J'n'in croyeos pos mes orelles. J'éteos tout paf, J'ai pos osu li dire mais j'l'ai pinsé :

"Quoisqu'on appelle à no n'n'époque l'neon-assistance à perseonne in dinger".

Quanç'que j'sus arrivé à huit heures, ch'éteot ein véritape bonheur, dins l'salle d'attinte i-n'aveot rien, pos même ein bleu tchien.

I-a eine infirmière bin sympathique qui est v'nu m'querre à peine que j'm'éteos assis su m'cayère et après avoir noté tous les rinseing'mints, elle m'a dit :

"Ortournez dins l'salle d'attinte, vous allez ête vu pa l'médecin".

J'sus seûr et certain, j'n'ai pos eu eine bleusse vue, l'docteur, be... j'l'ai attindu et je n'l'ai jamais vu.

I-a alors passé pa d'vant mi, pindant tout l'avant-midi, des dizaines et des dizaines d'bonheommes grands et petits. I-aveot des gins qui éteot'ent cait su le tiête, des gins qui aveot'ent des toupiries, des gins qui aveot'ent été mordus pa eine biête, ein gosse ave eine boche pasqu'i-s'aveot imgambieller dins l'tapis. I-aveot aussi des ceusses qui aveot'ent démaqué après avoir pris leu déjeuner, eine jeone file qui pinseot qu'elle éteot impanch'lée de l'velle au soir, ein carpintier qui aveot planté ein cleau dins s'poignet, ein garcheon qui aveot orchu des queops d'ein eaute su ein trottoir. J'ai même vu ein infant qui tousseot à ormette ses boyéaux, ein albran qui avaleot ses mouquiles, ein qui aveot du mau à ses dints du héaut, eine feimme qui traîneot ses p'tits rambiles, des gins qui arriveot'ent su des lits à mitan indormis et même ein qui n'a pos voulu attinte et qui est parti. Les urginces cha a toudis été eine cour des miraques et ch'est là-d'dins que j'aveos eu l'malheur d'rester in raque.

Ahais, j'éteos là dins m'coin, tout seu, réduit à l'simpe fonctieon d'erwettieu.

Quatre heures après que j'éteos arrivé, l'docteur i-n's'aveot toudis pos pointé.

J'ai été vir l'feimme qui aveot pris m'n'inscriptieon et j'li ai d'mindé tout douch'mint :

"Et alors, mamzelle, dites-me, j'vas acore rester ichi lommint ?"

"je n'sais pos mi, pou cha i-feaut vir ce que va dire l'médecin"

"Bé cha fait pus d'quate heures que m'n'heomme j'l'attinds !".

"N'vous foutez pos in rache, mi, j'ai fait m'n'ouvrache, à vo n'arrivée, j'vous ai inscrit, pou tout l'reste cha n'dépind pos d'mi".

Ch'est alors que j'ai vu arrivé in queurant eine pétite infirmière qui m'a ravisé  :

"Mo Dieu, Mossieu, cha fait quate heures que vous êtes arrivé, on s'escusse, savez, mais on vous aveot oblié".

"Bé, comperdez Madame, j'n'ai pos mingé avant d'venir et ainsin j'commincheos à m'sintir flaubir".

Dins eine pétite pièche dusqu'on m'a mis, au bout d'ein p'tit quart d'heure, j'ai infin vu arriver l'inattindu docteur, in deux minutes, i-a acouté m'respiratieon, i-a orwettié m'lanque et pris m'tinsieon.

"Vous avez dix-huit, cha vous arrife souvint ou bin ch'est à causse d'l'énervemint".

M'n'heomme, i-peut dire qu'i-l'a écappé belle pasque j'aveos acore m'veox qui s'éteot fait la belle.

I-m'a prescrit, su eine pétite fuèlle, ein médicament et m'a dit d'appl'er, lindi sans faute, m'médecin traitant.

"Bé ahais, mais ch'est pasqu'i-est in vacance que j'sus v'nu ichi, j'pinse que d'puis quate heures que j'attinds, à tertous j'l'ai d'jà dit.

"Ah beon... pourquoi, vous n'avez pos app'lé l'médecin d'garde pindant l'nuit ?".

In intindant cha, j'ai failli tourner d'l'ouèl, cha m'a sérieus'mint énervé et m'tinseion, là, ch'est à vingt qu'elle a seûrmint meonté.

Comme diseot ein des inciens collègues ave qui j'ai ouvré, asteur pou pouvoir ête malate, i-feaut d'abord ête in beonne santé ! Comperdez-le comme vous l'voulez !

Mes amisses, j'vas devoir ichi vous laicher tertous pasque m'feimme elle a acore eine quinte de mauvaisse tousse, l'hiver i-n'est pos 'cor arrivé qu'on est d'jà tous les deux saprémint arringés. On va acore passé tout l'nuit à mitan assis dins no lit.

I-est orvenu... l'temps des inhalatieons, des chireops, des déconctieons, in c'momint, i-n'in a qu'ein qui s'frotte les mains, vous l'avez adveiné ch'est... m'pharmacien.

 

(lexique : orvenir : revenir / neon : non / rasseurez-vous : rassurez-vous / ichi : ici / qu'mincher à canter : commencer à chanter / anneoncher : annoncer / ein queop d'freod : un coup de froid / quieaud : chaud / pa d'zous : en-dessous / l'pal'teot : le paletot, le manteau / l' meos : le mois / novimpe : novembre / s'ortrouver : se retrouver / in Espane : en Espagne /in plein mitan : au beau milieu / décimpe : décembre / l'orfroidiss'mint : le refroidissement / asteur : maintenant / querre : chercher / faire cheinture : se priver, se passer de tout / éné : n'est-ce pas / toudis : toujours /  commincher : commencer / quanç'que : lorsque /l l'gosio : le gosier / parelle : pareille / inter : entre / avoir l'pépette : avoir peur / forché : forcé / adeon : donc / ainsin : ainsi / l'luméreo : le numéro / inveyer : envoyer / bramint : beaucoup / l'veox : la voix / s'sintir mansé : se sentir oppressé, angoissé / déplacher : déplacer / l'prumier : le premier / brafe : brave / acouter : écouter / eine campe : une chambre / lommint : longtemps / s'orcoucher : se recoucher / vir : voir / p&tête : peut-être / les orelles : les oreilles / ête tou paf : être muet de stupéfaction, totalement saisi, profondément stupéfait / osu : osé / i-a pos ein bleu tchien : expression parfois entendue à Tournai qui signifie qu'il n'y a personne, qu'il fait vide / l'cayère : la chaise / avoir eine bleusse vue : avoir la berlue / pa d'vant : devant / caire : tomber / avoir des toupiries : avoir des vertiges / eine boche : une bosse / s'ingambieller : s'embarrasser les jambes dans quelque chose / ceusses : ceux / démaquer : vomir / eine jeone file : une jeune fille / ête impanch'lée : être enceinte, on entend parfois "ête impanch'loutée" mais cette expression est considérée comme vulgaire / l'velle : la veille / ein carpintier : un charpentier / ein cleau : un clou, on dit également cléo / ein garcheon : un garçon / orchevoir : recevoir / des queops : des coups / ormette : remettre / ein albran : un garnement / les mouquiles : la morve qui coule du nez lors d'un rhume, à Tournai on parle aussi de "candelles d'nez" / avoir du mau : avoir mal / ein rambile : un gamin souvent espiègle ou "eine pétite rosse" / à mitan : à moitié / des miraques : des miracles / rester in raque : rester en rade, en panne / tout seu : tout seul / ein erwettieu : un spectateur / douch'mint : doucement / s'foute in rache : se mettre en colère / l'ouvrache : le travail / queurir : courir / raviser : regarder / oblier : oublier / s'sintir flaubir : se sentir défaillir / eine pièche : une pièce / dusque : où / à causse : à cause / écapper : échapper / eine fuèlle : une feuille / ahais : oui / tertous : tous / l'ouèl : l'œil / seûrmint : sûrement / ouvrer : travailler / mes amisses : mes amis / eine mauvaisse tousse : une mauvaise toux / saprémint : sacrément / adveiner : deviner).

S.T. novembre 2015.

09:36 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

et bien je vais te dire que malgré un moral qui n'est pas vraiment au top, j'ai ri et oui j'ai ri de vos malheurs.....MERCI!

j'espère cependant, que vous serez vite sur pieds et que l'on pourra se voir sans que je risque d'être contaminée.

Dommage que vous n'étiez pas avec nous ce midi, on a très bien mangé!

Écrit par : Rauwers | 21/11/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.