30 oct.
2015

09:55

Tournai : expressions tournaisiennes (334)

On a rhabillé les paufes !

Ch'est ein secret pou perseonne, m'feimme et mi, on est des téléspectateurs d'No Télé d'puis toudis, vous vous in d'mindez pétête l'raiseon, simplemint pasque No Télé ch'est no caîne régionale d'informatieon. On n'a jamais minqué eine seule émissieon, à part, bin seûr, quançqu'on n'éteot pos à no maseon. On l'ravise d'puis l'prumier jour, le 12 novimpe 1977, ch'éteot à midi et on éteot pa d'vant no n'assiette. Mo Dieu, ch'est d'jà bin leon tout cha, cha n'nous rajeunit pos, à l'époque, on éteot acore jeones et seûrmint pus bieaux !

J'ai l'raminvrance du prumier journal télévisé, ch'est in noir et blanc qu'i-éteot diffusé. Comme i-n'éteot'ent pos à l'heure au rindez-vous, ch'areot été treop bieau, on a eu dreot pindant eine demi-heure à l'imache de no beon vieux Peont des Treos (décidémint je n'parle que d'li in c'momint, on va finir pa acroire que j'in sus devenu zinzin). Ch'éteot eine imache ein peu vieillote et l'peont i-éteot pris d'eine sorte d'trimblote comme si i-aveot d'jà ein mauvais présache et qui veyeot au leon s'amonch'ler pa d'zeur li d'lourds neuaches.

Ov'là l'histoire

"Ouvrez bin vos mirettes, orsaquez vo n'haleine, v'là No Télé" comme diseot pindant l'générique ein personnache d'bande dessinée bin connu à Tournai, i-areot pu rajouter :"les absints i-veont avoir tort, mille millieons d'mille sabords" .

Novimpe 1977, ch'éteot l'temps héroïque dusque les émissieons i-éteot'ent montées dins ein appartemint du boulevard du Roi Albert avant d'ête diffusées à partir du pylône de l'télédistributieon à Maulde. Après avoir été, pindant ein an ou deux, au câtieau de l'Buissonnière à Vaulx, No Télé a infin trouvé l'orfuche dins les sous-sols de l'Maseon de la Culture, su l'plaine des Manouèfes.

Pétête pa snobisme, i-a des gins qui ont toudis dit qui n'aveot'ent jamais orwettié No Télé. I-préférent savoir ce qui s'passe in Papouasie ou au fin feond du Chili puteôt que d'ête au courant de l'actualité à no porte et dins l'Tournaisis.

Ch'n'éteot pos rare d'intinte :

"Regarder No Télé, ma chère, mais c'est d'un vulgaire, nous préférons bien mieux suivre Bernard Pivot, cela élève, bien au-dessus des autres, notre niveau""

"Ahais, dins l'émissieon du Pont à Rieu, quançqu'on a parlé du brin du fourbou Saint-Martin et des Marocains qui cayeot d'dins, d'faceon ein peu directe, cha a seûrmint choqué au pus heaut point toute ceulle bande de pénénèques".

Attintion, pétite précisieon : ch'est les habitants du quartier du Maroc qu'on appelle, à Tournai, les Marocains, je n'voudreos pos ête mal compris et acore ichi foute l'brin !

"T'as vu quoisqu'i-s'a passé, hier au soir, à Kain et au fourbou d'Lille !"

"Neon, neon, nous avons orwettié Arté, i-aveot un docu su l'récolte de l'Vanile !".

"Hier, j'éteos vraimint bénaisse d'vir l'diffusieon d'no derby qui a dit Nénesse".

"Boff, mi, j'orwette le Standard ou Anderlecht à l'télévisieon, je n'm'abaisse pos à raviser l'Racine, ni l'Unieon".

I-aveot'ent ainsin l'impression pa rapport aux eautes d'ête pus malins et i-preneot'ent les ceusses qui raviseot'ent No Télé, du même queop, pou des béotiens.

Tous les saim'dis après-deîner, on rincontreot Popol et D'siré, deux marionnettes du Créa-Théâtre qui aveot'ent le voix de Bruno Delmotte et d'Eloi Baudimont et qui nous donneot'ent à leu manière les informatieons.

"No Télé, ch'est la télé de tous les jours !".

No télévisieon locale, elle a grandi et pou pouvoir survife, elle a décidé d'devenir l'télévisieon communautaire du Hainaut Occidental. Ein peu à l'feos, les journalisses i-ont couvert ein territoire allant d'Comines à Bernissart et d'Enghien à Rumes. Bin seûr, tout n'a pos été facile, des villaches ou des villes éteot'ent acore, alfeos, dirigés pa des vieux d'la vielle qui raviseot'ent cette intrusieon télévisuelle d'ein très mauvais ouèl. Quançqu'on a l'habitude d'traiter les affaires communales in treos queops d'cuiller à peot, on a l'pépette de n'pos ête à la hauteur pa d'vant les micreos. Ch'est eine cosse que j'n'ai jamais compris pasqu'on sait bin d'puis toudis que les politiciens à l'télévisieon seont d'riches comédiens, d'vrais cabotins.

Comme l'neom d'no régieon i-a cangé, elle s'appelle asteur : No Télé, la télévisieon de Wallonie Picarde".

Personnell'mint, j'sus bin contint d'avoir des nouvelles d'Ath, d'Péruwelz ou d'Mouscron dusque j'ai bramint d'amisses et connissances mais j'orgrette ein peu ce qui a fait l'richesse des archives : les émissieons communautaires. Pétête que les édiles d'alors qui orcheveot'ent parfois, de la part des participants, pos mal d'piques, i-aveot'ent ein esprit beauqueop pus larche que les ceusses d'asteur. Pou faire passer ein messache au consel communal, on n'aveot pos besoin d'eine consultatieon populaire, i-suffiseot d'faire eine émissieon communautaire et cha coûteot nett'mint moins tcher. Après cha, l'bourguémette qui, soi-dit in passant, n'aveot pos raté eine milette saveot proclamer comme l'Grand Charles :

"Je vous ai compris" ahais, mais... rien n'cangeot dins no vie ! 

I-sanne qu'asteur, on'peut pus diffuser in direct les débats du consel communal pourtant cha deonneot pus d'visibilité aux administrés, on pouveot vir à l'ouvrache les gins pou qui on aveot voté. Pou mi, ch'éteot toudis eine pinte d'beon sang que d'les vir batt'ller et s'inveyer des neoms d'ozieaux, ch'éteot l'pus belle des émissieons après... l'retransmissieon du Cabaret Walleon. On ormarqueot les taiseux et les mourdreux, les ceusses qui aveot'ent étudié leu dossier et les ceusses qui s'demindeot'ent ce qui f'seotent là. Asteur, on préfère que cha s'passe in tout p'tit comité ave bin peu d'invités. In puque, comme les imaches de l'télé elles restent, on peut vir les ceusses qui ont ortourné leu veste.

I-a eine paire d'ainnées, ch'a acore été l'grand déménag'mint, No Télé a quitté l'centre de no cité pour s'ortouver à Kain, d'tout nouvieaux studieos dins les bâtimints d'Tournai-Expo. Comme les deux équipes d'fotbal qui, in fusieonnant, n'in ont pus fait qu'eine, l'caîne de télé tournisienne elle s'a aussi malhureus'mint copé d'ses racheines. Asteur, ch'est fini l'temps dusqu'on pousseot l'porte pou aller dire ein p'tit bonjour à l'équipe. Asteur, les gins seont dins leu tour d'ivoire et ch'est pus difficile pou rintrer là-d'dins que pou les migrants passer l'frontière de la Hongrie ou de la Bulgarie. L'professionnalisme i-a pétête tué l'amitié !  

D'nouvieaux habits !

L'sémaine passée j'ai été saisi, on a présinté des nouvieaux génériques pou l'journal télévisé, pou les sports et les publicités, on a rhabillé les paufes pou l'prumière feos d'puis 1997. On a vu aussi arriver d'nouvelles rubriques, d'grande qualité, comme l'orportache quotidien su ein villache d'l'intinté et surtout comme les "Wapirates de l'infeaux". A Tournai, on les conneot bin mes deux gins : Loulou Godet et Dominique Watrin qui, l'saim'di, veont passer l'actualité à l'moulinette et la raviser pa l'pétit bout de l'lorgnette. Su Vivacité et asteur su No Télé, à l'salle de l'Ferniête et dins les gazettes, on peut dire qu'on veot partout ces deux tiêtes. Béteôt, j'parie qu'on va les vir au cinéma, je m'sus laiché dire que Johnny Depp i-a pinsé à eusses pou ein nouvieau film : "L'Pirate des Cara-Pils". On les verra pétête aussi dins ein télé-réalité tournisienne : "I-a pas pis minteus qu'nous eautes deux".  

On va ichi dire que j'ai eine mauvaisse lanque, mais si cha vient d'eusses, j'in s'reos fier pasque ch'est des espécialisses dins l'genre.

Ch'est ainsin dins no ville, te n'sareos pos l'canger... l'Tournisien, i-s'ra toudis ein fouteu d'gins.  

In conclusieon, No Télé, si on n'l'aveot pos, i-faudreot l'invinter pasque si on attind après RTL et la RTBf pour parler d'no cité des cheonq clotiers, on peut acore bin lommint chiffler. Pou mes gins l'Wallonie, elle comminche à Mons et concerne avant tout Charleroi, Namur et Liège, nous eautes on est considéré, ein peu, comme des moinses que rien, comme des "bouseux" (*). Tenez-tenez, ch'est acore ein meot que j'ai intindu su No Télé, cha n'deveot certain'mint pos ête à propeos de l'prumière consultatieon populaire, neon, neon, nos politiciens seont bin pus malins et n'ont pos l'habitude d'voler à ein niveau aussi primaire !

(lexique : les paufes : les pauvres / toudis : toujours / pétête : peut-être / l'caîne : la chaîne / quançque : lorsque / raviser : regarder / novimpe : novembre / pa d'vant : devant / bin leon : bien loin / jeones : jeunes / seûrmint : sûrement / j'ai l'raminvrance : j'ai la souvenance, je me rappelle / dreot : droit / imache : image / acroire : croire / avoir l'trimblote : être pris de tremblements / s'amonch'ler pa d'zeur : s'amonceller au-dessus / des neuaches : des nuages / les mirettes : les yeux / orsaquer : retenir / dusque : où / l'câtieau : le château / l'orfuche : le refuge / l'plaine des Manouèfes : la plaine des Manœuvres / orwettier : regarder / puteôt : plutôt / intinte : entendre /  l'brin : les déjections, la matière fécale / l'fourbou : le faubourg / caire : tomber / des pénéneques : des faiseurs d'embarras, des esbroufeurs / ichi : ici / foute l'brin : semer la discorde / ête bénaisse : être content / du même queop : du même coup / survife : survivre / ein peu à l'feos : un peu à la fois / bin seûr : bien sûr / alfeos : parfois / l'ouèl : l'œil / peot : pot / on a l'pépette : on a peur / eine cosse : une chose / canger : changer / bramint : beaucoup / des piques : paroles ou allusions blessantes, agressions verbales / larche : large / l'bourguémette : le bourgmestre (en Belgique), le maire (en France) / eine milette : une miette / ahais : oui / i-sanne : il semble / asteur : maintenant / l'ouvrache : l'ouvrage / batt'lier : batailler / s'inveyer : s'envoyer / ormarquer : remarquer / les mourdreux : hargneux, grognons / les ceusses : ceux / in puque : de plus / leu : leur / s'ortrouver : se retrouver / s'coper : se couper / les racheines : les racines / laicher : laisser / minteus : menteurs / ein fouteu d'gins : une personnes qui rit des travers des autres mais sans animosité / les cheonq clotiers : les cinq clochers / bin lommint : bien longtemps / chiffler : siffler / commincher : commencer / des bouseux : des cinsiers, des gens de la terre)

S.T. octobre 2015.

09:55 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

26 oct.
2015

11:15

Tournai : la population a choisi et... maintenant ?

tournai,consultation populaire,vote,pont des trous,pierre,résille,contournementChronique d'un dimanche ordinaire et doux.

Le dimanche 25 octobre 2015 restera probablement marqué dans les annales comme un dimanche ordinaire, pourtant, à cette date correspond cependant la première consultation populaire jamais organisée dans la cité des cinq clochers.

On a remarqué à cette occasion que cette consultation était considérée comme un exercice de démocratie par les uns ou comme un vote superflu par les autres. Depuis toujours, la population a été obligée, par la Loi, de laisser le choix de ce qui était bon ou mauvais pour la cité entre les mains des seuls élus. Le vote que nous émettons lors des élections communales, régionales, provinciales ou fédérales donne un blanc seing à ceux qui ont été portés au pouvoir.

Consulter la population est un pas vers une démocratie participative à condition, bien sûr, qu'on n'interroge pas les gens pour un oui ou pour un non. Le législateur semble d'ailleurs avoir accordé ce nouveau droit en faisant la fine bouche et en créant des balises qu'on pourrait interpréter comme marquées par un manque d'honnêteté intellectuelle.

Le taux de participation.

Prenons le fait du dépouillement. Celui-ci n'a lieu que si 10% de la population a émis un avis. Ce n'est pas foncièrement honnête et en voici la preuve :

la ville de Tournai compte 69.210 habitants. Selon la loi, il faut donc  que 6921 votes soient exprimés pour que le dépouillement devienne effectif. Si ce nombre n'est pas atteint, les bulletins passent tout simplement aux oubliettes. Dans ce nombre sont comptés les moins de 16 ans qui ne peuvent voter ainsi que les éventuels interdits. Si on tient compte de ces éléments, on voit apparaître un nombre réel de 57.541 personnes pouvant participer à la consultation. Or 10 % de ce nombre représentent 5.754, fameuse différence ! On constate donc que le législateur a voulu mettre la barre le plus haut possible pour espérer échapper au dépouillement ! A lui de nous prouver le contraire !

Ce dimanche, 11.366 Tournaisiens se sont déplacés dans les bureaux de vote de la ville et des villages formant le Grand Tournai. Ce taux de 16,42 % de la population est calculé sur la totalité des Tournaisiens (même ceux qui sont interdits de vote parce qu'ils n'ont pas la capacité juridique). Si on calcule le taux de participation par rapport aux inscrits, on obtient maintenant 19,75%. C'est ce chiffre plus représentatif que nous retiendrons donc. tournai,consultation populaire,vote,pont des trous,pierre,résille,contournement

La bouteille à moitié vide ou à moitié pleine ?

Comme nous ne voulons pas entrer dans des considérations bassement politiciennes, nous dirons donc qu'un Tournaisien sur cinq (20% des inscrits) a donc pris la peine de se déranger, un dimanche matin, pour faire entendre sa voix, juste le jour où il pouvait dormir une heure de plus en raison du passage à l'heure d'hiver.

On peut considérer ce nombre comme important étant donné que le vote n'est pas obligatoire mais on peut aussi agiter le fait que 80% des inscrits n'ont pris la peine de se déranger (les absents ont toujours tort). Il est néanmoins important de rechercher les raisons de cet absentéisme, elles sont multiples.

On pourrait concevoir que parmi les 53 % de Tournaisiens qui habitent les villages, le problème du lointain Pont des Trous n'était pas d'un intérêt primordial, ce ne fut, semble-t-il, pas le cas.

On doit considérer que depuis l'annonce de cette consultation, de nombreuses voix discordantes se sont élevées dans différents milieux.

Il y a tout d'abord eu certains élus et non des moindres qui, sans faire une campagne avouée, ont distillé leur aversion pour cette consultation. Le coût de 150.000 euros leur paraissait outrancier pour une ville désargentée. Ils se sont enfermés dans cette logique ! Au fond d'eux-mêmes, peut-être ne voulaient-ils pas revenir sur le choix fait "en catimini" par le Collège (pour rappel, à l'unanimité celui-ci avait choisi la solution en résille d'acier) mais surtout, ils ne voulaient pas faire le jeu d'adversaires politiques qui, il faut bien le dire, avaient réalisé une magnifique volte-face sentant que leur position aurait été, très certainement, mal appréciée des Tournaisiens. Certains ont donc dit : "Je ne me rendrai pas à cette consultation" donnant ainsi à leurs supporters et à leurs proches un message à peine subliminal de s'abstenir !

Il y a eu ensuite ces déclarations du directeur des Voies hydrauliques sur les antennes de No Télé annonçant que le choix pour la solution en résille avait été marqué par le collège, que le certificat de patrimoine avait déjà été obtenu et que si les Tournaisiens faisaient au autre choix, ils risquaient de perdre des millions. Cette forme de chantage dictatorial de la part d'un haut fonctionnaire tenu à un devoir de réserve a eu des effets pervers, dans un sens comme dans l'autre. Ses propos ont, dans un premier temps, même été confirmés par son Ministre Maxime Prévot qui ne souhaitait pas revenir en arrière. Ces deux interventions ont donc eu pour but de faire croire aux Tournaisiens que les dès étaient jetés et que la consultation n'aurait aucune valeur, à quoi bon dès lors, se déranger ! Samedi soir, j'ai personnellement entendu des personnes dire sur la Grand-Place: "Je ne vais pas voter, tout est déjà fait, c'est comme toujours". il est vrai que ce même Maxime Prévot, alors bourgmestre de Namur, avait donné un bien mauvais exemple du respect du choix de ses concitoyens ! C'est la démocratie qu'on foule du pied au nom d'intérêts supérieurs !

Il y a également une association ayant pignon sur rue à Tournai qui a fait campagne pour un contournement, rejetant les deux propositions présentées. Beaucoup de personnes ont trouvé aberrant que pour garder le Pont des Trous dans sa structure actuelle, certains faisaient le choix de jeter, une nouvelle fois, la population dans des travaux d'un coût exorbitant avec des expropriations et destructions d'habitations à la clé. Leur rêve devenait avant tout un cauchemar pour beaucoup de Tournaisiens.

Il y a eu certains architectes de la région qui étaient, à juste titre, déçus de ne pas avoir été consultés tout comme ils ne furent point pour l'aménagement du quartier cathédral. Qui sont donc ces dirigeants tournaisiens ou wallons qui délaissent les leurs en pensant qu'ils n'ont pas la capacité de grands architectes étrangers ! Beaucoup ont d'ailleurs mis en exergue l'indigence des projets, un choix peut-être voulu pour atteindre un coût minimaliste ! Pour se faire entendre, ils demandaient de rejeter cette consultation !

Il y a eu une campagne d'un parti prônant la pierre qui a peut-être eu le don d'énerver les personnes neutres ou les sympathisants des autres partis.

Enfin, il y a le désintérêt devenu chronique de la part du Tournaisien pour tout ce qui est organisé dans sa ville, il suffit de voir le peu de succès rencontré par les cortèges des Amis de Tournai, la Halle Gourmande, la procession historique, les foires aux manèges de mai et septembre qui font le désespoir des forains, la braderie, les cirques, les concerts au parc qui ont disparu, le football qui faute de supporters risque de disparaître... A croire que Tournaisien n'est heureux que devant sa console de jeux ou son ordinateur.

Comme on le voit, tous les éléments étaient réunis pour donner à cette consultation un goût amer que certains ont décidé de vomir en ne se rendant pas aux urnes. tournai,consultation populaire,vote,pont des trous,pierre,résille,contournement

Les résultats.

Comme je l'ai écrit, plusieurs fois sur ce blog, j'ai privilégié la solution en pierre parce que, comme le découvrent soudainement nos édiles, celle-ci est l'ADN de notre région, parce que cet ouvrage, une des trois dernières portes d'eau d'Europe du Nord, est, depuis l'origine, érigé dans ce matériau, parce que, tout en n'étant pas opposé au modernisme, je ne veux pas que ce dernier vandalise un témoignage du passé.

Aussi sur le coup de 15 heures, j'ai été heureux d'apprendre que près de 20% de Tournaisiens n'avaient pas écouté le chant des sirènes et avaient montré qu'ils "étaient là". Avec 16,42 % de participation par rapport au chiffre total de la population, le dépouillement pouvait avoir lieu. Qu'allait-il néanmoins en sortir ?

A 19h, une émission spéciale sur No Télé nous donnait le choix des Tournaisiens :

Sur 11.366 votants, il y avait étrangement 19 votes blancs, 1.442 bulletins considérés comme nuls dont 730 portant un double non, un vote recommandé par ceux qui n'étaient pas d'accord avec les solutions présentées. Il y avait 978 (9,85 %) de votes en faveur de la résille et 8.946 (90,15%) en faveur de la pierre. Pour ces deux questions posées, la conclusion n'était pas difficile, il n'y avait pas photo !

Et maintenant ?

Le Président du Conseil communal, Rudy Demotte a annoncé que ces chiffres seraient présentés en réunion de Collège échevinal ce matin et lors de la séance du Conseil communal ce soir. Il a déclaré qu'il porterait ensuite le choix des Tournaisiens au Ministre Prévot, dès le lendemain. Peut-on arguer que 80% des Tournaisiens ne se sont pas exprimés, non, comme dans toute élection, celui qui ne se déplace pas ne doit jamais contester le choix de ceux qui ont voté.

Que va faire le Ministre de la Région wallonne ? Il serait mal venu pour les siens qu'il balaye ses résultats alors que le CDH a lui-même été parmi les trois partis qui ont réclamé l'organisation  de cette consultation populaire.

Le temps presse car, il faut demander une nouvelle étude, peut-être répondre au souhait de ceux qui voudraient voir des écoles d'architecture de Tournai intégrées à celles-ci dans un grand concours international, obtenir un nouveau certificat de patrimoine et signaler la modification aux pouvoirs subsidiant. Y aura-t-il une réelle volonté politique de respecter le choix des Tournaisiens ? Mettra-t-on le prix pour cette nouvelle donne ? L'avenir nous le dira !

 

(photos : presse locale)tournai,consultation populaire,vote,pont des trous,pierre,résille,contournement

(S.T. octobre 2015).

24 oct.
2015

11:26

Tournai : expressions tournaisiennes (333)

J'sus mate !

Je n'sais pos si ch'est l'même pou vous eautes mais mi, tous l'z'ans, quanç'qu'arrive l'morte saiseon, j'sus mate, je n'vaux pus tripette, j'risque d'caire indormi pus d'eine feos pindant l'journée, même su m'n'assiette. Comme les biêtes, j'ai invie d'rintrer dins m'cambusse pou passer l'hiver bin au quieaud. Cha m'a pris ceulle sémaine, ainsin, tout à n'ein queop, l'invie d'ouvrer elle a passé, j'ai été fin réhusse. Je n'saveos pus m'mette pa d'vant m'ordinateur pou écrire mes cacoules habituelles, pou vous livrer mes queontes de seots

J'ai alors pris eine décisieon : "saim'di, j'vas m'orposer, j'vas faire l'peont". A l'seule évocatieon du meot, su m'cayère, j'ai fait ein beond in pinsant que cha alleot ête mal interprété, veyez ichi parler d'faire l'peont, l'velle du vingt-chinq octope, ch'éteot vraimint mal queusi. Adeon, orsannant m'corache, j'sus meonté dins m'buréau pou ouvère mes programmes.

Cha m'a pris du temps pasque j'aveos chinquante-chinq e-mails à lire. J'in ai rué l'mitan dins l'poubelle pasque je n'sais pos si vous avez d'jà ormarqué mais les e-mails que vous inveyez à vos amisses, i-vous les ortournent l'lind'min pasque vous êtes aussi dins leu liste. Cha fait asteur d'z'ainnées qu'on jeue ainsin à l'derne. L'pire ch'est quanç'qu'on orchoit des quizz, l'prumière feos, on teste ses connissances et on est tout bénaisse d'faire vingt ou vingt et ein su trinte, mais après les avoir transmis et orchus à nouvieau d'Pierre, Paul ou bin Jacques, on peut ête considéré comme ein cas désespéré si on n'fait pos ein sans faute du prumier queop ou alors... ch'est qu'on a qu'minché à souffère, sans l'savoir, de l'maladie d'Alzeihmer !

Ch'est pos l'tout d'avoir alleumé l'écran, i-feaut acore s'mette à busier quanç'qu'on s'truèfe pa d'vant. Je n'ai jamais voulu faire d'politique, surtout à l'velle des électieons, pou les eins ou pou les eautes, l'mieux ch'est de n'pos printe positieon. Même si, alfeos, i-a des gins qui n'seont pos très hureux d'mes propeos, mi, je n'me sus jamais pris pou ein justicier comme Zorro car j'sus ein définseu de l'liberté d'espressieon tout in respectant l'neutralité dins mes observatieons. J'n'ai qu'ein slogan : "Tournai d'abord, on est bin d'accord".

Cha fait eine heure que j'randoulle dins m'tiête, mais i-a ein tel fourbi la-d'dins qui n'a pos eine seule idée qui vient. I-a bin des sujets qu'i-émergent de l'brume pa momint mais... je n'vas pos ichi vous raqueonter les fréquintaches de m'jeone temps dins les rulettes au leong d'l'Esqueaut pasque m'porménate elle va, ch'est seûr et certain, vous amener au Peont des Treos et je n'peux pos in parler aujord'hui. Cha prêtereot à confusieon !

J'vous areos bin présinté aussi m'n'incien comarate Pierre que s'feimme elle porte toudis des bas résile mais Pierre et résile, cha prête asteur à confuseion, on pourreot acroire que j'vous parle à d'mi meots, eine sorte d'langache codé comme les espieons. Tout cha prêtereot à confusieon !

J'deos éviter l'jeu d'fier, des feos que j'devrais vous espliquer commint jeuer l'peont et je n'deos pos vous parler d'jeu d'cartes quançqu'i-a eine grande misère su l'treo. Tout cha prêtereot à confusieon !

Pou eine feos, j'pourreos m'adresser aux feimmes et ouvère, dins m'blog, eine rubrique de mote... ou bin ein rubrique culinaire dusque j'donnereos l'orcette de l'tarte à preones ave s'bieau treillis... Tout comme j'pourreos vous raqueonter les innuis d'véhicule de m'visin qui deot rintrer s'Polo au garache pou vir si elle n'est pos truquée. Mais... tout cha prêtereot à confusieon!

Adeon, je n'vas rien écrire du tout, je vais m'allouer quelque repos bien mérité (in français dins l'texte), j'vas aller chiroter m'verre.

"Te m'as servi m'n'apéreo, m'pétit rotleot, j'in béfielle d'jà, quoisque te dis... t'as servi ein "Peont des Treos" mais te sais bin m'n'amour que ch'est vraimint pos l'jour, j'te l'aveos dit acore au matin, aujord'hui, j'beos uniqu'mint ein "Tournaisien" et pou avoir des forches pou aller voter on acatera, après-dîner, ein gâteau Clovis chez l'boulinger !".

In attindant, mes amisses, j'm'escusse d'vous d'minder pardeon mais comme j'sus mate et i-ara pas d'artique su les espressieons tournisiennes. Les idées que j'ai pou l'luméreo treos chint trinte-treos, elles m'feont beauqueop treop pinser à no Peont des Treos.

L'consultatieon populaire su l'avenir du Peont des Treos, elle a lieu diminche et m'feimme et mi on va aller voter pou warder no vielles pierres qui feont l'richesse de no régieon, i-n'faudreot pos surtout l'oblier et dire ainsin aux décideus qu'on est avant tout des Tournisiens et fiers de l'ête !

(lexique : j'sus mate : je suis fatigué, harassé / vous eautes : vous autres / quanç'que : lorsque / je n'vaux pos tripette : je n'ai plus de valeur, je suis totalement nul / caire : tomber / m'cambusse :  ici utilisé dans le sens de ma chambre est utilisé surtout pou une vieille masure / quieaud : chaud / ceulle ; cette / tout à n'ein queop : tout à coup / l'invie d'ouvrer : l'envie de travailler / ête fin réhusse : être fatigué, las / pa d'vant : devant / les cacoules : les mensonges, les histoires inventées / des queontes de seots : des contes de sots, des histoires sans queue ni tête, à dormir debout / s'orposer : se reposer / l'cayère : la chaise / l'velle : la veille / octope : octobre / queusi : choisi / adeon : donc / orsanner s'corache : rassembler son courage / ouvère : ouvrir / j'in ai rué l'mitan : j'en ai jeté a moitié / ortourner : retourner / pasque : parce que / asteur : maintenant / jeuer à l'derne : jouer à qui sera le dernier, s'envoyer des mots ou des objets sans arrêt / orchevoir : recevoir / ête tout bénaisse : être particulièrement content / l'queop : le coup / qu'mincher : commencer / souffère : souffrir /  alleumer : allumer / busier : ruminer / s'truèfe : se trouve /  printe : prendre / alfeos : parfois / randouiller : mélanger, manipuler / ein fourbi : un grand désordre / raqueonter : raconter / les fréquintaches : les rencontres d'amoureux / jeone : jeune / les rulettes : les ruelles / l'Esqueaut : l'Escaut /  l'porménate : la promenade / seûr : sûr / ein comarate : un camarade / toudis : toujours / acroire : croire / l'jeu d'fier : le jeu de fer, jeu typiquement tournaisien / l'mote : la mode / l'orcette : la recette / les preones : les prunes / m'visin : mon voisin / l'garache :le garage / vir : voir / chiroter : siroter / ein rotleot : un roitelet, terme amical utilisé pour les enfants / béffier : baver / acore : encore / des forches : des forces / acater : acheter / ein artique : un article / l'luméreo : le numéro / beauqueop : beaucoup / warder : garder / oblier : oublier / les décideus : les décideurs).

S.T. octobre 2015.

 

11:26 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

22 oct.
2015

10:04

Tournai : la ville des cinq clochers !

Combien de clochers à Tournai ?

Tournai est connue en Belgique et ailleurs comme étant la "ville des cinq clochers" mais elle est aussi parfois nommée la "ville aux cinq clochers". La première appellation est correcte puisqu'elle fait référence à la cathédrale Notre-Dame dont la particularité est de posséder cinq clochers. La seconde pourrait prêter à confusion car le visiteur étranger qui approche de la ville voit apparaître dans son champ de vision bien plus que cinq clochers.

C'est vers la fin du XIIIe siècle que le nombre définitif des églises paroissiales de la cité scaldéenne a été atteint. La ville en compte alors douze qui entourent la cathédrale. Sur l'axe déterminé par l'Escaut, on en dénombre six : Sainte-Catherine près de la porte de Valenciennes, Saint-Piat, Saint-Pierre (à l'emplacement de l'actuelle place Saint-Pierre), la cathédrale Notre-Dame qui est le centre des édifices religieux, Saint-Jacques (étape des pèlerins qui se rendent à Compostelle au départ de la Flandre et de la Hollande) et Sainte-Marie-Madeleine, située à proximité de la porte de la Sainte-Fontaine (ou des Sept-Fontaines, une appellation probablement apparue par déformation de la première).

Sur un axe perpendiculaire du Sud au Nord, on trouve l'église Saint-Nicaise à l'emplacement actuel de la roquette Saint-Nicaise et de la rue du Ballon, la cathédrale Notre-Dame, Saint-Pierre et Saint-Brice.

Quatre églises s'élèvent en dehors de ces deux axes : Saint-Quentin sur la Grand-Place, Sainte-Marguerite située à proximité de la porte de Lille, Saint-Nicolas dans le quartier du Bruille (actuel quartier du Château) et Saint-Jean-Baptiste dans le quartier des Chaufours.

Au cours des siècles de nombreux couvents vont être créés et la plupart possèderont leur chapelle parfois de la taille d'une petite église, certaines existent toujours et dressent leur clocher : les Croisiers aux Chaufours (actuel quartier Saint-Jean), les Jésuites dont les locaux deviendront par la suite l'Athénée Royal Jules Bara à la rue Duquesnoy, le séminaire de Choiseul à la rue des Sœurs de la Charité, les Rédemptoristes sur le quai Notre-Dame, les Augustins dans la rue éponyme, la chapelle de l'actuel Séminaire à la rue des Jésuites.

Par la suite la ville s'est étendue au-delà des remparts et des églises nouvelles sont apparues : Notre-Dame de la Salette derrière la gare, le Sacré-Cœur à la chaussée de Renaix, l'église du hameau d'Allain aux Bastions, la grande chapelle, presqu'aux dimensions d'une église paroissiale, de Saint-Antoine de Padoue à la chaussée de Valenciennes, Notre-Dame Auxiliatrice au faubourg Saint-Martin, l'église Saint-Lazare à la chaussée de Lille qui est venue se substituer à la chapelle dite des "lépreux", vestige de la léproserie du Val d'Orcq,  et Saint-Paul au Vert-Bocage.

Des églises paroissiales ont été détruites au cours des siècles : Sainte-Catherine lors de l'édification de la citadelle sous Louis XIV, Saint-Nicaise et Saint-Pierre au centre de la ville. D'autres si elles existent toujours sont néanmoins désacralisées : Sainte-Marguerite qui a conservé sa structure mais vient d'être transformée en appartements de standing, Sainte-Marie-Madeleine, à l'abandon depuis des décennies et qui se dégrade lentement, et les Pères Rédemptoristes (que de nombreux Tournaisiens appelaient les "Pères au Quai") dont plusieurs projets de transformation sont restés sans suite. Des chapelles ont été désacralisées et transformées en salle d'expositions et de réunions à l'Athénée Royal ou à Choiseul.

Désormais, un observateur qui regarde notre cité du haut du Mont Saint-Aubert découvre pas moins de dix-huit clochers ainsi que le beffroi qui se dresse à côté de la cathédrale. On peut donc affirmer que Tournai est bien la ville des cinq clochers (ceux de Notre-Dame) mais certainement pas la ville aux cinq clochers !

S.T. octobre 2015.

10:04 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, clochers, églises, chapelles |

16 oct.
2015

20:16

Tournai : expressions tournaisiennes (332)

Asteur, i-feaut eine bourse sans feond !  

Edmeond i-est rintré, ceulle sémaine, in conclave ave... li-même. In conclave, cha veut dire que cha fait treos jours qui busie, tout seu dins s'coin, sans dire ein meot à Fifinne. Du matin au soir, elle le veot printe des pap'lars pou écrire su l'deos des fouèles (l'diale, i-conneot d'puis toudis l'sens profeond du meot écolomie). I-rimplit des paches de ceulle pétite chifture que te n'sareos pos arriver à lire.

Jeudi, i-éteot tell'mint à s'n'affaire, qu'i-n'a même pos intindu que j'aveos seonné à s'porte. Je n'vas pos ichi vous faire acroire des bleusses mais j'ai jamais rincontré dins m'vie, eine seule cloquette qui fait un parel bruit. Ch'est bin simpe, si te seonnes chez Edmeond, te veos les deux visins v'nir ouvère leu porte et l'vicaire quançqu'i-vient vir Fifinne, i-appelle cha les treompettes d'Jéricho.  

"Quoisque te fais là ?" que j'li ai d'mindé in intrant dins s'salle à minger. I-m'a ravisé ave l'bouque toute grande ouverte et les is d'ein rolmops dins ein bocal, on areot dit qu'i-éteot saisi qu'i-aveot quéqu'ein pa d'rière d'li. Au momint d'printe l'parole, les fuèlles dins ses mains, on areot dit ein prumier minisse montant à l'tribune de l'Campe

"J'vas te l'dire, l'Optimisse, après avoir intindu c'qui nous pind au nez, ave tous ces sauvaches (l'qualificatif n'ingache que li), j'ai bin été obligé d'carculer l'budget pou m'ménache".

"Acoute me, ch'est pos difficle à comprinte !  

Que cha soiche l'salaire, l'trait'mint, l'chômache, l'pinsieon ou bin acore l'mutuelle, i-n'feaut pos faire ein dessin, l'argint cait fauqu'eine feos pa meos dins nos escarcelles. Ave cha, te deos tirer t'plan pou deux et tant pis si t'es ein briscadeu. Mais t'as seûrmint aussi d'jà ormarqué combin d'feos te vas ouvère t'portefuèlle su eine journée. Hureus'mint qu'on peut acore payer pa s'queompte pasque cha s'reot ave eine valisse coffre-fort qu'on d'vreot pourméner dins les rues d'no cité.

Dusqu'i-passe tous nos liards ?

Les pus gourmands, les ceusses qui nous in peompent bramint, ch'est avant tout les ceusses qui seont à l'tiête de l'commune, de l'province et aussi au gouvernemint, mi, j'ai estimé au pus jusse l'butin du hold-up organisé légal'mint dont on est les victimes bin obligées.

I-a l'impeôt ortenu à l'source (on l'oblie alfeos), i-a l'cotisatieon à l'sécurité sociale, i-a l'complémint d'impeôt qu'on t'orclame à l'fin d'l'ainnée, si t'es propriétaire de t'maseon, i-a l'préqueompte immobilier, i-a l'TVA su tout ce que te vas acater et elle aurminte presqu'à chaque queop, on truèfe des tasques sur tout. J'ne parle pos de l'auteo, ch'est l'vaque à lait d' nos dirigeants. L'tasque su l'prix d'achat, l'tasque d'misse in circulatieon et l'tasque annuelle d'circulatieon, les tasques su l'assurance, su l'intretien, su l'essence et même eine tasque su l'stationn'mint. Pou rouler in auteo, i-feaut eine bourse sans feond.

Ch'est pos fini. D'puis ein an, les rintrées financières elles ne seont pus indéxées, te gagnes toudis l'même, mais tout l'reste i-va béteôt aurminter : les accises su l'tabac, les cigarettes, l'alcool, l'vin, l'bière, l'diésel, su les boisseons ave du chuque et même l'préqueompte su les intérêts, des feos que t'areos eine pétite peomme pou la soif in banque, li, i-va passer à 27%... i-paraît que te vas orchevoir chint eureos in puque in 2018 (l'ainnée d'z'électieons, ch'est seûrmint ein hasard), mais ch'est d'jà asteur que te vas tout payer pus tcher. Adeon, te vas commincher à financer les chint eureos qu'on va pétête t'deonner dins eine paire d'ainnées. Quanç'que te vas au magasin aujord'hui, i-feaut eine bourse sans feond.

Tout cha, cha crée ein cercle vicieux et on n'queompte pus tous les malhureux, te n'me crois pos, i-suffit d'orwettier à l'porte des grands magasins, on t'vind eine séquoi presque toutes les s'maines. Ch'est des marqueus pou les lépreux, des oranches pou ein home, des post-it pou les hindicapés, ch'est pou les plaines de jeux, des billets pou l'tombola du dernier des écoles (j'ai été obligé d'l'orprinte, on dit l'denier des écoles, l'biec-beos, i-pinseot qu'on f'seot eine collecte pou le'paufe baudet qui n'ara pos d'diplôme à l'fin d'l'ainnée), pou les refuches pou l'z'animaux, pou les baptêmes des étudiants pou eusses faire eine riche querverie, pou les clowns qui veont dins les hôpitaux, pou les voyaches à Lourdes, pou les iles de paix... et comme des dévoués ch'est dev'nu eine espèce rare, ch'est toudis les mêmes tiêtes qui vienne'tent t'solliciter.

Edmeond i-est comme mi, i-n'fait pos d'différince, i-deonne, ein p'tit peu à tertous, eine pétite écapure, ahais, mais pou ête solidaire, i-feaut eine bourse sans feond.

"Et ton invintaire quoisqu'i-a deonné" qu'à l'fin j'li ai d'mindé.

"Je ne feume pos, je n'beos pos d'sodas, j'vas à l'autobus et j'n'ai pus ein eureo su m'queompte à la banque, adeon, les aurmintatieons ch'est pos pou mi, seul'mint comme j'aime bin, alfeos, ein pétite pinte ou ein p'tit verre d'goutte..."

"Acoutez ichi l'imblavé, inliève toudis l'meot alfeos et anneonche puteôt dix verres d'bière et d'goutte, ainsin te s'ras pus près d'l'vérité" qu'elle a berlé Fifinne, qui n'perdeot pos ein meot d'no conversatieon d'puis l'cuisine.

"Fifinne, te m'as bin dit dix verres, te n'pinses pos que t'exagères ?"

"Bé ahais, te devreos d'puis lommint savoir, espèce de m'as-tu-vu, qu'après l'deuxième verre te n'les queomptes pus !".

"Mo bé alors, j'deos orfaire tous mes carculs, d'jà que j'n'éteos pos bénéficiaires, ave ce que te m'dis, bé j'vas perte m'mareonne, je m'deminde dusque j'vas aller à messe".

"Bé si t'alleos pus souvint à l'messe pou prier Saint Michel, cha t'coût'reot moins tchier que d'faire tous tes capelles".

L'conclave i-éteot subit'mint terminé, l'seon i-éteot tout à n'ein queop orvenu ! 

Béteôt, les visins alleot'ent avoir leu distractieon, on alleot éteinte toutes les télévisieons, ch'alleot ête l'habituelle orvue de l'rue Montifaut, on alleot intinte voler les neoms d'ozieaux. Tout cha de l'feaute du Père Charlot qui ave s'fouffetache n'se fout pos mal de l'paix dins les ménaches.

Au moumint d'sortir de l'pièche, je m'sus ortourné su Edmeond et j'li ai dit :

"I-n'feaut pos t'mette dins tous tes états, après tout les chint eureos net, ch'est pos pou les ceusses qui orchoivent l'ortraite".

Grâce à ses meots, j'ai eu l'impressieon d'avoir rabistoqués l'ménache car ch'est su l'tiête du prumier minisse que s'est mis à caire l'orache. Fifinne aveot l'air d'ein cat in rache, elle aveot sorti ses graux comme si elle alleot dégriffer l'photeo du vilain personnache et on n'peut pos dire qu'elle feseot intinte s'pus bieau des ramaches. Edmeond i-a ravisé, li aussi, l'portrait du coul'teu et buquant su la gazette i-a dit ave ein air mourdreux :

"Bé, Mossieu Jobs, jobs, jobs *, i-n'va même pos nous laicher l'pieau su les ossieaux, i-va nous chucher nos liards jusqu'aux derniers eureos !

Et veyez comme ch'est biête, in disant cha, Edmeond i-éteot tout... bleu ! 

In m'in rallant, su l'quémin, j'ai croisé eine auteo ave ein écriteau dins eine rue pos bin leon de m'maseon : "Taxes, taxes, taxes" qu'i-éteot écrit, j'me sus dit : ov'là acore ein eaute qui pinse comme Edmeond.

(lexique : asteur : maintenant / ceulle : cette / busier : méditer, réfléchir / printe : prendre / les pap'lars : prospectus, papiers imprimés / les fouèles oui fuelles : les feuilles / l'diale : le diable / toudis : toujours / les écolomies : les économies / des paches : des pages / eine chifture : vilaine écriture / tell'mint : tellement / faire acroire des bleusses : faire croire des choses fausse / eine cloquette : une clochette / parel : pareil / simpe : simple / ein visin : un voisin / quanç'que : lorsque / quoisque : qu'est-ce que / raviser : regarder / l'bouque : la bouche / ein rolmpos : en Belgique petit hareng roulé dans un bocal avec des oignons ou de la mayonnaise / quéqu'ein : quelqu'un / pa d'rière : derrière / ein minisse : un ministre / l'campe : la chambre / carculer : calculer / acoute me : écoute moi / que cha soiche : que ce soit / caire : tomber / tirer t'plan : te débrouiller / ein briscadeu : un gaspilleur / l'queompte : le compte / pourméner : promener / dusque : où / les liards : l'argent / les ceusses : ceux / bramint : beaucoup / jusse : juste / ortenu : retenu / aurminter : augmenter / queop : coup / on truèfe : on trouve / des tasques : des taxes / l'vaque : la vache / béteôt : bientôt / aurminter : augmenter / l'chuque : le sucre / orchevoir : recevoir / in puque : en plus / adeon : donc / commincher : commencer / pétête : peut-être / orwettier : regarder / eine séquoi : quelque chose / les marqueus : les marqueurs / les oranches : les oranges / l'biec-beos : le naïf / eine querverie : une soûlographie / eine écapure : une dringuelle, une petite somme / feumer : fumer / alfeos : parfois / l'imblavé : l'esbroufeur / berler : crier / lommint : longtemps / les carculs : les calculs / l'mareonne : le pantalon, perte s'mareonne signifie se retrouver sur la paille / tchier ou tcher : cher / les capelles : les chapelles, l'expression "faire toutes les capelles" signifie s'arrêter dans tous les cafés situés le long du chemin / tout à n'ein queop : tout à coup / l'fouffetache : l'ouvrage mal fait, bâclé / l'pièche : la pièce / ortourner : retourner / l'ortraite : la retraite, en Belgique on dit plus souvent la pension / rabistoquer : raccomoder / ein cat in rache : un chat en colère / les graux : les griffes / dégriffer : griffer / l'coulteu : le menteur / buquer : frapper / mourdreux : hargneux / laicher : laisser / les ossieaux : les os / chucher : sucer / s'in raller : retourner / l'quémin : le chemin, la route / leon : loin / ov'là acore : voilà encore).

*jobs, jobs, jobs" sont les mots martelés par le premier ministre lors de son discours de présentation de budget à la Chambre. 

S.T. Octobre 2015.  

20:16 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

13 oct.
2015

23:08

Tournai : Jean-Marc Foucart, un "évêque" au Cabaret !

tournai,cabaret wallon tournaisien,jean-marc foucartRencontre d'un gars fort sympathique !

La grande fraîcheur de cette soirée d'automne me surprit lorsque je descendis la rue Saint-Martin afin de me rendre dans le grand immeuble qui abrite le local de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien. C'est là que Jean-Marc Foucart, matricule 87 sur la longue liste des membres du Cabaret, m'avait donné rendez-vous. Il m'accueillit avec cette sympathie qui le caractérise. Pendant plus d'une demi-heure, nous allions évoquer sa participation à une des plus vieilles sociétés tournaisiennes, un des temples de la défense de notre patois picard.

Un rêve de jeunesse se réalise !

Originaire de Velvain, un petit village situé entre Wez et Guignies, à quelques kilomètres de la cité des cinq clochers, Jean-Marc Foucart est né à Tournai, le 13 avril 1964, sous le signe des Béliers. Après avoir fréquenté l'école primaire de Wez, il effectua les études secondaires au collège Notre-Dame de Tournai. Diplôme en poche, il partit ensuite au service militaire, une institution aujourd'hui disparue ! A son retour, il entama un graduat en comptabilité. Engagé tout d'abord dans le privé, c'est finalement au Ministère des Finances qu'il allait faire carrière rejoignant l'importante confédération des navetteurs quotidiens, le club de ceux qui ne comptent plus les retards endémiques des trains à destination de la capitale de la Wallonie picarde.

Tout jeune, il assistait aux représentations de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien rêvant secrètement de se retrouver, peut-être, un jour sur le ponton. Il se risqua à une première participation au Concours Prayez en 1989 et récidiva en 1996. Sa chanson, "Eine partie d'cartes" séduisit le jury qui lui attribua un premier prix. Dans ce train qu'il empruntait quotidiennement, il avait fait la connaissance de Pierre Vanden Broecke, admis au Cabaret en cette même année. Il ne résista pas longtemps à ces voix qui lui murmuraient de faire sa demande comme aspirant dans la société. La tradition veut qu'un nouveau membre fasse un stage d'une année et qu'il se choisisse deux parrains, c'est tout naturellement qu'il se tourna vers l'ami navetteur et vers René Godet.

Il se souvient de cette première prestation pour les étudiants tournaisiens à Louvain-la-Neuve qui fut prétexte à la démission de Lucien Jardez, gardien d'une tradition surannée et soucieux de n'envoyer que des membres confirmés. Admis à l'unanimité des membres comme l'exige la tradition, il fit partie de la troupe des chansonniers tournaisiens à titre définitif à partir de décembre 1997, sous la présidence de Philippe de Smet. Lui qui, adolescent, devant sa télé, regardait avec admiration ce groupe de joyeux drilles et imaginait en faire partie, alla chercher son costume gris en compagnie de Ghislain Perron. Il ne l'avoua peut-être pas mais ce fut un des plus beaux jours pour lui, celui qu'on vit lorsqu'on réalise son rêve.

Adepte du style loufoque.

Au sein du Cabaret Wallon, suivant sa propre sensibilité, chaque membre écrit des chansons, des poèmes ou des monologues, œuvres tantôt gaies, tantôt nostalgiques ou mélancoliques. Si Jean-Marc Foucart fait pleurer ses auditeurs, c'est de rire et non d'émotion, car, comme il le déclare, il lui est impossible de prendre une feuille et de se mettre à dépeindre une situation triste. "L'Délégué du fotbal" écrit durant sa première année de présence au Cabaret dresse le portrait d'un de ces acharnés qu'on rencontre sur tous les terrains de football du royaume, une sorte de touche-à-tout qui accompagne les équipes de jeunes, "bue" (lessive) les maillots, "orpeint" (repeint) les vestiaires, trace le terrain, s'occupe des transferts... une description rigoureuse emprunte de beaucoup d'humour qui prouve son don d'observation. Dans "J'areos su cha" (j'aurais su cela), il nous conte les aventures d'un garçon qui regrette bien de ne pas être resté célibataire, étant tombé sur des filles posant problèmes, l'une portée sur la boisson, l'autre qu'on qualifierait de maîtresse-femme, la troisième qui ne pense qu'à "les entasser" (une grippe-sous). Sous sa plume, les sujets d'actualités prennent une connotation particulière et "J'minche des mouques" (je mange des mouches), nous évoque, avec force détails peu ragoutants, cette nouvelle gastronomie faisant la part belle aux insectes. Qui d'autre que lui encore aurait pu écrire une chanson à la gloire de ce légume bien connu dans notre région, "L'chiqueon" (la chicorée), une préparation qui, chez lui, devient même aphrodisiaque. "J'buque ed'sus" (je frappe dessus) raconte les attitudes d'un homme qui lorsque son poste de radio craque, lorsque la lessiveuse tombe en panne, lorsque la boue colle à la bêche... ne peut s'empêcher de frapper sur l'objet récalcitrant mais... un homme qui, lorsqu'il rentre ivre à la maison, se fait "buquer ed'sus" par son épouse. Enfin, quand il nous annonce "Cancheon sintimintale" (chanson sentimentale), là aussi, rires et sourires sont omniprésents. Comme il l'avoue, le bougre a bien du mal à verser dans la tristesse.

N'écrit pas une excellente chanson loufoque qui veut

Je m'en voudrais de laisser une mauvaise impression au lecteur, la chanson loufoque demande énormément de talent, car elle résulte toujours de l'observation minutieuse de défauts, de situations cocasses, de petites choses qui peuvent nous paraître anodines mais qu'une plume alerte et une imagination féconde poussent parfois à l'extrême afin de provoquer l'hilarité. C'est cela le style de Jean-Marc Foucart. La chanson dédiée aux deux membres que sont Paul Wacheul, sécrétaire, et Danny Batteauw, trésorier de la Compagnie s'intitule "Cancheon décalée pou deux calés" est d'ailleurs un modèle du genre.

Un "évêque" au Cabaret.

Ce titre vous a peut-être interpellé et nécessite une explication. Lorsque Ghislain Perron le vit pour la première fois, il s'exclama : "Tins, ov'là Monseigneur Harpigny". Il est vrai qu'il ne faut pas beaucoup d'imagination pour trouver une ressemblance entre Jean-Marc Foucart et celui qui est à la tête du diocèse de Tournai. Apparaissant, lors d'une revue, sous le costume de clergyman qui accentuait plus encore cette ressemblance, dans la salle, l'effet de surprise fut réel lors de son entrée en scène. Il y a beaucoup de spectateurs qui sûrement se demandèrent "Quoisque l'évêque vient ichi faire dins ceulle galère" !

On aurait pu encore parler longtemps, ouvrir d'autres tiroirs aux souvenirs, évoquer le regretté Rudy Sainlez, son complice dans l'écriture de certaines scènes de la Revue, notamment celles qui virent André Bonnel et son épouse Francine interpréter des souverains belges plus vrais que nature, on aurait pu encore mais... les membres de la troupe arrivèrent, un à un, pour la répétition du spectacle qui sera présenté à la Maison de la Culture à partir du samedi 31 octobre prochain : le Grand Cabaret suivi de la Revue. Il ne me restait plus qu'à m'éclipser pour les laisser travailler et à retrouver le petit vent glacial qui balayait la rue Saint-Martin en ce début de soirée d'automne !

Depuis cette rencontre, une question me taraude : Quand Monseigneur Harpigny est venu assister à un petit Cabaret était-il au courant qu'un "jumeau" nommé Jean-Marc Foucart hantait le ponton ?

S.T. octobre 2015.

(photo : Le Courrier de l'Escaut : Jean Marc Foucart entouré de ses parrains René Godet (à gauche) et Pierre Vanden Broeck (à droite)

23:08 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, cabaret wallon tournaisien, jean-marc foucart |

10 oct.
2015

09:29

Tournai : expressions tournaisiennes (331)

L'Tournisien i-aime bin faire beonne gueugueule.

In busiant à "la Halle Gourmande" des Amis d'Tournai qui va s'dérouler pindant tout l'week-end à la Halle-aux-Draps, je m'sus eine feos acore rapp'lé qu'on aimeot bin minger à Tournai. Je n'sus d'ailleurs pos l'prumier à l'dire, Georges Delcourt, du Cabaret Walleon, i-aveot d'jà écrit, in 1943, eine cancheonne su l'sujet qui aveot intitulée tout simplemint "On minche bin à Tournai". I-aveot été lauréat au concours de l'littérature tournisienne organisé par l'Souvenir Tournisien de Schaerbeek.

Ahais, l'Tournisien ch'est ein gloute-gueule et in puque i-a l'gosier créon, mais i-avale dreot. J'sins que l'artique d'aujord'hui i-va ête pou les galafes.

"I-feaut minger pou vife et pos vife pou minger", l'ceu qu'i-in a sorti eine parelle i-n'éteot seûrmint pos né dins l'cité des cheonq clotiers. Si vous invitez, ein jour, ein Tournisien à vo tape, vous pouvez êtes seûr et certain qui va ortouquer à tous les plats, i-va même rasiner, i-n'feaut surtout pos vir là-d'dins de l'grossièreté mais bin ein honneur qui fait à ce que vous li avez préparé. Cha veut simplemint dire qui fait beonne gueugeule.

Rien qu'à sintir l'naque qui meonte de l'cuisine, i-s'pourlèque d'jà les babines, i-d'attrape les ieaux, i-béffielle à l'avanche.

On m'a ein jour d'mindé quoisque j'aimeos bin, pou répeonte, j'n'ai pos été pa quate quémins : "Mi, j'aime tout, mais je n'sus quand même pos ein gloubiec. D'puis m'pus jeone âche, j'attinds toudis, ave impatience, l'momint du grand plucache. Tout i-fait fareine au moulin : ein cras sauret ave des penn'tierres à l'casaque, eine beonne platélée d'ratatoule ave d'z'hariqueots ou des porieons, du mutieau ave de l'confiture d'ogneon, de l'grosse saucisse à bateons (rien qu'à busier à tout cha, j'frotte d'jà m'minteon). Vous n'pouvez pos adveiner comme j'aime bin de l'salate ave des morcieaux d'fromache et d'gambeon, de l'grasse glaine dins ein bouilleon, du lapin aux preones et aux rogins, du bouli ave des carottes et des navieaux, des carbeonnates ave eine guisse d'moutarte, des bourlettes ave eine cabusette. Quoisque vous voulez j'sus à m'guiffe, j'aime bin minger.

Pou ête m'feimme, l'prumière qualité, ch'est d'savoir bin fristouiller !

J'sus aussi ce qu'on appelle eine gueule au chuque. Rien qu'à vir les coucoubaques de l'Cand'leur bin dorées ave eine couche d'castonate, j'm'in fout'reos eine vintrée. Je n'sareos pos attinte jusqu'à l'karmesse pou minger des boules à l'graisse. Imaginez dins vo tiête, les coules de Suisse ave l'castonate fondant dins l'bure bin quieaud. Que plaisi d'infourner ein morcieau d'tarte aux preones ave l'chireop qui dégouline su vos deogts, d'décoper eine tarte au risse, d'chuchéner eine caramelle, d'laicher feonte dins m'bouque ein morcieau d'chucolat, (rien qu'à busier à tout cha, j'ai d'jà pris treos kileos). Quoisque vous voulez j'sus ein galfard, j'aime bin minger.  

Dins no régieon, on minge aussi l'goyère, eine tarte au fromache d'Maroille, ein hoch'peot, des mourmoulettes ave des frites, des penn'tierres craquées, du podinque, des pieds d'pourchéau, de l'tiête de vieau. On minge jusqu'à in ête maflé, à n'pus savoir dire flip et à devoir défaire l'blouque de s'mareonne.

Hier au soir, pou souper, j'éteos vraimint dins m'jus, j'ai mingé eine... fichelle picarte ! Elle éteot quiaude à point et elle dégoulineot d'partout et je n'vous parle pos de l'tindresse des morcieaux d'gambeon ! Mo bé alors ichi... quoisque vous avez ? Vous qu'minchez à m'raviser ave ein dreôle d'air ! Surtout n'allez pos ichi imaginer des cosses ! Si, si, j'veos d'jà vo tiête, vous n'allez quand même pos m'printe pou ein cannibale.

J'deos arrêter ichi m'babillarte, des molés waufes j'hume l'sintimint, asteur vous m'connissez et vous avez compris que j'n'areos pos su attinte jusqu'à l'Toussaint, l'jour qu'on fait des waufes chez les inciens Tournisiens.  

(lexique : faire beonne gueugueule : faire bonne chère / busier : refléchir / acore : encore / l'cancheonne ou l'cancheon : la chanson / ahais : oui / ein gloute-gueule : un gourmet, une personne aux goûts raffinés / in puque : de plus / créon : de travers / dreot : droit / l'artique : l'article / les galafes : les goulus, les goinfres / vife : vivre / l'ceu : celui / parelle : pareille / les cheonq clotiers : les cinq clochers / vo tape : votre tape / ortouquer : reprendre d'un plat / rasiner : racler ce qui reste dans un plat, un récipient, une assiette / vir : voir / l'naque : le parfum, l'odeur / s'pourléquer : se pourlécher / i-béfielle : il bave (de contentement) / n'pos aller pa quate quémins : ne pas aller par quatre chemins, ne pas tourner autour du pot / ein gloubiec : une personne qui mange n'importe quoi / m'pus jeone âche : mon plus jeune âge / toudis : toujours / l'grand plucache : un repas important, un banquet / faire fareine au moulin : faire farine au moulin, signifie que tout ce qu'on avale profite / ein cras sauret : un bon hareng-saur / des penn'tièrres à l'casaque : des pommes de terre en robe des champs / eine platélée : une grosse platée, une bonne louche / des porieons : des poireaux / du mutieau : sorte de paté grossier qu'on trouve encore dans certaines boucheries tournaisiennes / adveiner : deviner / l'gambeon : le jambon / l'glaine : la poule / les preones et les rogins : les prunes et les raisins, ingrédients du lapin à la tournaisienne / du bouli : du bouilli, morceau de viande cuit dans le bouillon / des navieaux : des navets / des carbeonnates : des carbonnades, préparation de la viande de bœuf / ein guisse : une petite quantité / des bourlettes : des fricadelles / eine cabusette : une laitue pommée / ête à s'guife : être gourmand / fristouiller : cuisiner / ête eine gueule au chuque : être un amateur de sucreries / les coucoubaques de l'Cand'leur : les crêpes de la Chandeleur / l'castonate : la cassonade / s'in foute eine vintrée : manger à satiété / l'karmesse : la kermesse, la foire aux attractions / les boules à l'graisse : les beignets, les croustillons / les coules de Suisse : les couques suisses, préparation de pâte qu'on fait cuire dans l'eau bouillante / l'bure : le beurre / quieaud : chaud / l'chireop : le sirop / les deogts : les doigts / eine tarte au risse : une tarte au riz / chuchéner : suçoter, sucer avec délectation en savourant pleinement / laicher feonte : laisser fondre / l'bouque : la bouche / l'chucolat : le chocolat / ein galfard : un goinfre / l'goyère : la tarte au fromage / ein hoch'peot : un ragout à base de bœuf, de carottes, de pommes de terre, de petits pois et de navets / des mourmoulettes : des moules / des penne'tierres craquées : des pommes de terre cuites au four avec la pelure / du podinque : du pudding fait avec du pain rassis trempé dans du lait et des raisins / des pieds d'pourchéau : des pieds de porc / ête maflé : être repu / défaire l'blouque de s'mareonne : enlever la boucle due son pantalon, desserrer sa ceinture / j'éteos dins m'jus : j'étais dans mon élément, j'éprouvais du bine être / eine fichelle picarte : spécialité culinaire de notre région, crêpe fourrée avec une sauce au fromage et du jambon / quoisque vous avez : qu'avez-vous / qu'mincher ou commincher : commencer / raviser : regarder / des cosses : des choses / l'babillarte : la lettre / des molés waufes : des gaufres molles / asteur : maintenant).

S.T. Octobre 2015.  

09:29 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

08 oct.
2015

16:37

Tournai : rénovations attendues et chancres existants.

Il n'y aura pas de crise du logement à Tournai !!!!

Il suffit de se promener dans et aux abords de notre ville pour constater que les chantiers immobiliers sont nombreux. Des centaines d'appartements seront disponibles dans les années à venir. une question est posée : les Tournaisiens sont-ils privilégiés au niveau du logement ?  

1. Les chantiers qui se terminent.

Le plus avancé parmi ceux-ci est celui de la résidence "Les jardins de la Reine" situé à proximité du rond-point de l'Europe, dans l'avenue de Troyes. La réalisation de cette résidence de 33 appartements avec rez-de-chaussée commercial est terminée. Une partie des appartements vendus est déjà occupée. Au milieu d'un espace vert entièrement clôturé, le bâtiment s'élève entre le jardin de la Reine et le parc du boulevard Léopold.

Sur la chaussée de Douai, la phase deux de la construction de " la Corne Saint-Martin" est également terminée. Les deux bâtiments déjà construits, dont un est presqu'entièrement occupé, font partie d'un complexe résidentiel qui en comptera, à terme, cinq autour d'un espace vert et d'un plan d'eau alimenté par la récupération des eaux pluviales. Une fois terminé, celui-ci ne comprendra pas moins de 191 appartements "passifs", près de 800 m2 dévolus à des activités commerciales et 200 m2 de services.

A la rue Jean Cousin, entre la chaussée de Douai et celle de Willemeau, le projet des "résidences Jean Cousin" est en voie d'achèvement. La première phase est terminée depuis quelques mois et déjà occupée. Les premiers occupants de la seconde phase arriveront probablement dans quelques semaines, le second bâtiment étant au stade des finitions. 

A l'angle du Becquerelle et du quai Saint-Brice, sur le site de l'ancienne clinique Saint-Georges, jouxtant l'immeuble de l'intercommunale Ipalle, les deux résidences à peine terminées voient arriver leurs premiers occupants. le projet a aussi accueilli deux crèches.

Dans la rue Barthélémy Frison, sur le site de l'ancienne imprimerie Campin, le projet de "l'ilot Desclée" est en voie d'achèvement. Dans le courant de l'année 2016, 47 lofts de standing seront progressivement occupés.

Dans la rue Saint-Eleuthère, un vaste projet prévoyant la construction d'un centre de stockage pour une firme de garde-meubles annexé à un bâtiment résidentiel comprenant appartements et rez-de-chaussée commercial est en cours d'achèvement. Dans le courant de l'année 2016, les bâtiments pourront être occupés.

Sur la place de Lille, les travaux de transformation de l'église Sainte-Marguerite en trois appartements de très haut standing sont terminés, il reste quelques finitions à effectuer au niveau des abords immédiats (création d'une entrée pour personnes à mobilité réduite dans la rue As-Pois).

Sur le quai des Salines et à la rue de l'Ecorcherie, la transformation des anciennes usines Allard en appartements et lofts se poursuit.

Sur la place Verte, un bâtiment voisin de l'ancienne Fontaine d'Or abritant jadis un magasin et une maison d'habitation appartenant à un atelier protégé vient d'être aménagé en appartements.

A la rue des Choraux, un immeuble à appartements qui donnera également sur la rue du Marché au Jambon (à côté d'un restaurant grec) est en cours de construction. On est actuellement à la phase de construction des fondations. L'immeuble à usage de quincaillerie de la rue du Marché au Jambon, (inoccupé depuis quelques années) sera totalement rénové. Sa construction est relativement récente, elle date de la reconstruction de la ville après le second conflit mondial.   

2. Les projets soumis à permis de bâtir.  

Sur la place de Lille, le promoteur qui achève la rénovation de l'église Sainte-Marguerite s'est tourné vers les deux bâtiments jouxtant l'église, l'un étant actuellement à usage de restaurant, l'autre de librairie. Ces deux immeubles anciens mais sans cachet particulier seront détruits et remplacés par deux immeubles du même gabarit abritant des appartements, l'information a circulé comme quoi le restaurant reprendrait possession du rez-de-chaussée à la fin des travaux.

A la rue Muche Vache, un promoteur souhaite transformer en appartements  l'immeuble ancien qui abrita une chocolaterie avant le restaurant à l'enseigne de "La table de Muche-Vache".

Au boulevard des Combattants, un vaste projet concerne les anciens établissements connus naguère sous le nom de "Colmant et Cuvelier" et ensuite de "Dunlop-CCT". Le projet qui y sera mené sera de longue haleine car il prévoit tout d'abord l'assainissement du site, une partie de celui-ci devant être dépolluée. Ensuite, seront érigés deux bâtiments : une maison destinée à une profession libérale et un immeuble de bureaux dans lequel une grande banque a déjà marqué son intérêt afin d y transférer son siège régional. La seconde phase verra la réalisation  d'immeubles à appartements proposant 150 logements pour étudiants, une cinquantaine de logements pour le troisième âge, des bureaux et peut-être même un appart-hôtel. Une nouvelle voirie reliant le boulevard des Combattants à la rue Paul Pastur sera également créée. Comme on le voit, il s'agit cette fois d'un projet mammouth qui s'étalera sur plusieurs années.

A la chaussée de Douai, sur le territoire du village d'Ere, un projet de réhabilitation des anciennes usines "Les Textiles d'Ere" vient d'être soumis à enquête publique. Le très vaste bâtiment industriel devrait être transformé en un centre d'affaires après une réhabilitation totale.  

3. Les chancres qui perdurent.

On en dénote encore quelques-uns.

Le principal se trouve au pied de la cathédrale, dans la rue de l'Hôpital Notre-Dame, nous avons déjà très (trop) souvent parlé du site de l'ancien cinéma "Multiscope Palace", du restaurant "Chez Pietro" et des anciens locaux du journal "Le Courrier de l'Escaut". Par rapport aux articles précédents stigmatisant déjà ce lieu rien ne semble évoluer. Passer dans cette rue reste une "galère" (!) visuelle.

Le suivant est celui de l'église Sainte-Marie-Madeleine, située à la Terrasse de la Madeleine, désacralisée en 1968, abandonnée depuis lors à son triste sort et qui tombe en décrépitude. La presse annonce qu'on est occupé à couler du béton sur son pourtour afin de pouvoir y dresser une solide palissade de façon à assurer la sécurité des riverains. Ce site qui appartient au désargenté Institut du Patrimoine Wallon ne risque pas d'être réhabilité de sitôt.

Le troisième se situe dans le quartier Saint-Piat, on l'appelle communément "l'ilot Cherequefosse". Pour celui-ci cependant, une lueur d'espoir a surgi. En effet, on vient récemment de démolir les anciens bâtiments de la "Technique" à la rue Cherequefosse. Ceux-ci menaçaient ruine et les terrains situés à l'arrière se transformaient  depuis longtemps en une jungle dans laquelle chats et rats se livraient à des parties de cache-cache. L'année prochaine, il est prévu, si rien ne change, de démolir l'ancienne "piscine Madame" située dans le rue du même nom et dans les mois qui suivent de débuter le chantier de construction de"Technicité", le projet de l'intercommunale Ipalle. Le secteur privé devrait y construire, quant à lui, du logement social et divers services.

En conclusion.

A la lecture de ces différentes réalisations, on pourrait croire que la crise du logement ne menace nullement la cité des cinq clochers. Toutefois, il faut bien se rendre compte qu'il s'agit avant tout de logements de standing et, tout comme la majorité des maisons qui sont actuellement proposées à la vente, l'offre est accessible principalement à des ménages aux revenus aisés ou à des étrangers désireux d'investir à Tournai. Malgré les très nombreux appartements et maisons situées dans les quartiers du Luchet d'Antoing, du Vert Bocage, du Maroc, de la résidence Carbonnelle, du "vingt-quatre août", du Vert Lion, de la rue des Bouchers Saint-Jacques et malgré les nombreuses réhabilitations d'immeubles réalisées au centre-ville, par la société le Logis Tournaisien, le logement social reste le parent pauvre. Les listes d'attente ne se résorbent pas en raison de la paupérisation de larges pans de la population. On en arrive à ce paradoxe, malgré la crise économique qui touche les plus faibles, on n'a jamais construit autant d'immeubles "luxueux" à l'ombre de Notre-Dame.

S.T. octobre 2015.   

02 oct.
2015

20:42

Tournai : expressions tournaisiennes (330)

Babillarte au Père Noël !

Elle n'est pos vraimint fort gaie l'époque actuelle, i-n'a pus bramint d'gins pou croire au Père Noël. Ch'est fini pou mi d'écrire à Saint-Nicolas, à m'n'âche, ch'est sêur, on m'prindreot pou ein riche colas. Aujord'hui pourtant, j'écris à l'Hôtel de Ville, souhaitant orclamer des queomptes à nos édiles.

"Mossieu Rudi, no Bourguémette, j'vous inveos eine pétite lette, que vous lirez pétête, si vous allez... su internet. J'viens d'apprinte su No Télé, eine nouvelle qui m'a débalté, j'creos qu'vous avez adveiné, ch'est du Peont des Treos que j'veux causer. 

Ch'est eine situation estraordinaire, on est appelé à une consultatieon populaire, on va ichi d'minder no n'avis alors qu'in héaut lieu tout i-est d'jà dit. Comme on dit ch'est Electrabel, vous n'êtes pétête pos au... courant de l'nouvelle mais vos "amisses" du gouvernemint walleon i-ont d'jà pris au sujet d'l'élargiss'mint leu décisieon. Dins l'orportache, on a vu, ein mossieu ein peu imbu, nous dire d'ein air cynique : "Tournisiens... on vous nique !" et l'heomme, pos fort sympathique, ch'éteot quand même l'patreon des voies hydrauliques. Cha s'ra in résille qu'on va l'faire, ch'est l'solutieon l'moins tchère. Ainsin ch'est su l'deos des Tournisiens qu'on veut faire des écolomies alors que pou l'gare de Liège ou d'Mons on a pos hésité à mette l'prix.

L' lind'min, l'intièr'té d'ses propeos ont été confirmés pa Mossieu Prévot. J'aime bin que l'télé ortransmette, in direct, les débats à l'Elysette, ainsin on veot qu'à chint kilomètes, on s'fout pos mal de no... tiête (vous l'veyez, Mossieu Rudy, j'sus in rache mais j'reste poli). Vous pouvez toudis d'minder aux Tournisiens d'voter, ch'est pos pou cha que l'projet va canger, l'certificat d'patrimoine i-a été accordé et l'budget, savez, i-est d'jà voté. Pou l'minisse : "Tournai va infin intrer dins l'ère de l'modernité" et, bé alors, i-veaut mieux total'mint l'démeonter et l'orconstruire in fils de fier barbelés, si on va querre les stocks qui ont in Hongrie, on l'ara pétête à tout p'tit prix. J'espère bin que ch'n'est pos à Arne Quinze qu'on va confier l'ouvrache, car cha s'reot vraimint dammache qu'au prumier passache d'ein batieau, toute l'structure in résille s'mette à bourler dins l'ieau.   

Adeon, on nous areot minti, in évoquant ainsi d'démocratie, on nous a foutu des cacoules et on a pris les Tournisiens pou des andoules. Maxime i-a même rajouté : "Surtout faites bin attintieon, si vous cangez d'avis vous risquez d'perte des millieons". Je n'sais pos si vous et mi, on a l'même parlache mais mi j'appelle cha ein fameux cantache. J'ai l'raminvrance que l'prumier citoyen de l'ville de Namur i-a d'jà moutré à tertous qui n'éteot pos bin leon d'aimer l' dictature in passant, sans scrupule, in forche dins ein dossier que ses administrés i-aveot'ent, pa ein vote, pourtant orfusé ("L'peuple i-deonne s'n'opinieon, mais les élus à l'fin prenne'tent l'décisieon" i-l'a dit à l'télévisieon). Quoisque vous voulez, j'pinse que les gins qui seont à l'tiête de tous ces départemints, i-n'save'tent pétête pos résister aux sirènes des lobbys bin lommint.

L'cosse que j'n'ai vraimint pos appréciée et qui est restée à travers de m'gosier, ch'est quanç'qu'on a dit que pou l'résille tant décriée, tout l'meonte i-éteot su l'même line, tout l' meonte i-éteot imballé. Du consel communal jusqu'au décideur final, chaque personne a deonné au projet s'n'aval. Du queop, si tertous i-ont oblié l'détal, ch'est qu'Alzheimer i-a investi l'consel communal.

Adeon, ein diminche au matin, pou deux feos rien on va déplacher les gins et l'pire dins tout cha, on va dépinser pus chint mille eureos, avouez-le ch'est eine véritape histoire de seot. J'pinse que dins l'Guiness Book des orcords, on va ichi orchevoir l'médalle d'or, on s'ra dins la catégorie "L'ridicule n'tue pus" ou bin dins l'chapite "L'pus belle histoire de cocus".

Ayez eine minute de corache pou anneoncher aux brafes gins d'Tournai que l'consultatieon populaire elle est annulée. Vous voulez faire des écolomies, ortrouvez de l'popularité, wardez vos liards pou imbellir vo budget. Moutrez vous pus sympathique que l'patreon des voies hydrauliques. On pinseot que l'imache de no Peont des Treos elle areot été sauvée, mais on n'saveot pos que l'décisieon alleot s'printe eaute part que dins no cité. J'viens alfeos à m'deminder si final'mint on n'areot pos été mieux défindu pa... les flaminds. J'ai d'jà ormarqué que pou s'bouffer l'nez, les politiciens Walleons, i-a bin lommint que du meonte i-seont les champieons.

Mossieu l'Bourguémette, ch'est à l'âme des Tournisiens que se seont attaqués les gins du gouvernemint. M'cœur i-est in foufielle et j'in appellereos presqu'au ciel, j'voudreos acore croire au Père Noël. En ce qui vous concerne, vous pouvez ête rasseuré, j'vous parleos taleur d'Alzheimer et bé eine feos dins l'isoloir, ch'est fou comme les gins i-n'ont pus d'mémoire. Pou écrire au Père Noël i-n'est pétête pos 'cor treop tard, mais pou tous mes gins, mi, j'vas inveyer l'lette au père Fouettard ! 

(lexique : l'babillarte ou bin l'lette : la lettre / bramint : beaucoup / à m'n'âche : à mon âge / seûr : sûr / ein colas : un niais, un crétin / orclamer des queomptes : réclamer des comptes / l'bourguémette : le bourgmestre (le maire en France) / pétête : peut-être / apprinte : apprendre / ête débalté : être affligé au plus haut point / adveiner : deviner / l'Peont des Treos : le Pont des Trous / ichi : ici / les amisses : les amis / ein orportache : un reportage / tchère : chère / l'deos : le dos / les écolomies : les économies / ortransmette : retransmettre / on s'fout pos mal : on ne se moque pas mal / ête in rache : être en rage, être très en colère /  toudis : toujours / canger : changer / l'minisse : le ministre / intrer : entrer / querre : chercher / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / ein dammache : un dommage / l'prumier passache : le premier passage / bourler dins l'ieau : tomber à l'eau / adeon : donc / des cacoules : des mensonges / des andoules : des andouilles / l'parlache : la langue / l'cantache : le chantage / avoir l'raminvrance : se souvenir / moutrer : montrer / bin leon : bien loin / in forche : en force / quoisque : qu'est-ce que / lommint : longtemps / l'cosse : la chose / quanç'que : lorsque / l'line : la ligne / du queop : du coup / tertous : tous / déplacher : déplacer / véritape : véritable / seot : sot /  les orcords : les records / orchevoir : recevoir / l'chapite : le chapitre / l'corache : le courage / anneoncher : annoncer / ortrouver : retrouver / wardez vos liards : garder votre argent / l'imache : l'image / printe : prendre / eaute part : ailleurs / alfeos : parfois / ête in foufielle : être en émoi, être dans tous ses états / rasseuré : rassuré / taleur : tout à l'heure, tantôt / eine feos : une fois / inveyer : envoyer).

S.T. octobre 2015                   

20:42 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |