30 oct.
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (334)

On a rhabillé les paufes !

Ch'est ein secret pou perseonne, m'feimme et mi, on est des téléspectateurs d'No Télé d'puis toudis, vous vous in d'mindez pétête l'raiseon, simplemint pasque No Télé ch'est no caîne régionale d'informatieon. On n'a jamais minqué eine seule émissieon, à part, bin seûr, quançqu'on n'éteot pos à no maseon. On l'ravise d'puis l'prumier jour, le 12 novimpe 1977, ch'éteot à midi et on éteot pa d'vant no n'assiette. Mo Dieu, ch'est d'jà bin leon tout cha, cha n'nous rajeunit pos, à l'époque, on éteot acore jeones et seûrmint pus bieaux !

J'ai l'raminvrance du prumier journal télévisé, ch'est in noir et blanc qu'i-éteot diffusé. Comme i-n'éteot'ent pos à l'heure au rindez-vous, ch'areot été treop bieau, on a eu dreot pindant eine demi-heure à l'imache de no beon vieux Peont des Treos (décidémint je n'parle que d'li in c'momint, on va finir pa acroire que j'in sus devenu zinzin). Ch'éteot eine imache ein peu vieillote et l'peont i-éteot pris d'eine sorte d'trimblote comme si i-aveot d'jà ein mauvais présache et qui veyeot au leon s'amonch'ler pa d'zeur li d'lourds neuaches.

Ov'là l'histoire

"Ouvrez bin vos mirettes, orsaquez vo n'haleine, v'là No Télé" comme diseot pindant l'générique ein personnache d'bande dessinée bin connu à Tournai, i-areot pu rajouter :"les absints i-veont avoir tort, mille millieons d'mille sabords" .

Novimpe 1977, ch'éteot l'temps héroïque dusque les émissieons i-éteot'ent montées dins ein appartemint du boulevard du Roi Albert avant d'ête diffusées à partir du pylône de l'télédistributieon à Maulde. Après avoir été, pindant ein an ou deux, au câtieau de l'Buissonnière à Vaulx, No Télé a infin trouvé l'orfuche dins les sous-sols de l'Maseon de la Culture, su l'plaine des Manouèfes.

Pétête pa snobisme, i-a des gins qui ont toudis dit qui n'aveot'ent jamais orwettié No Télé. I-préférent savoir ce qui s'passe in Papouasie ou au fin feond du Chili puteôt que d'ête au courant de l'actualité à no porte et dins l'Tournaisis.

Ch'n'éteot pos rare d'intinte :

"Regarder No Télé, ma chère, mais c'est d'un vulgaire, nous préférons bien mieux suivre Bernard Pivot, cela élève, bien au-dessus des autres, notre niveau""

"Ahais, dins l'émissieon du Pont à Rieu, quançqu'on a parlé du brin du fourbou Saint-Martin et des Marocains qui cayeot d'dins, d'faceon ein peu directe, cha a seûrmint choqué au pus heaut point toute ceulle bande de pénénèques".

Attintion, pétite précisieon : ch'est les habitants du quartier du Maroc qu'on appelle, à Tournai, les Marocains, je n'voudreos pos ête mal compris et acore ichi foute l'brin !

"T'as vu quoisqu'i-s'a passé, hier au soir, à Kain et au fourbou d'Lille !"

"Neon, neon, nous avons orwettié Arté, i-aveot un docu su l'récolte de l'Vanile !".

"Hier, j'éteos vraimint bénaisse d'vir l'diffusieon d'no derby qui a dit Nénesse".

"Boff, mi, j'orwette le Standard ou Anderlecht à l'télévisieon, je n'm'abaisse pos à raviser l'Racine, ni l'Unieon".

I-aveot'ent ainsin l'impression pa rapport aux eautes d'ête pus malins et i-preneot'ent les ceusses qui raviseot'ent No Télé, du même queop, pou des béotiens.

Tous les saim'dis après-deîner, on rincontreot Popol et D'siré, deux marionnettes du Créa-Théâtre qui aveot'ent le voix de Bruno Delmotte et d'Eloi Baudimont et qui nous donneot'ent à leu manière les informatieons.

"No Télé, ch'est la télé de tous les jours !".

No télévisieon locale, elle a grandi et pou pouvoir survife, elle a décidé d'devenir l'télévisieon communautaire du Hainaut Occidental. Ein peu à l'feos, les journalisses i-ont couvert ein territoire allant d'Comines à Bernissart et d'Enghien à Rumes. Bin seûr, tout n'a pos été facile, des villaches ou des villes éteot'ent acore, alfeos, dirigés pa des vieux d'la vielle qui raviseot'ent cette intrusieon télévisuelle d'ein très mauvais ouèl. Quançqu'on a l'habitude d'traiter les affaires communales in treos queops d'cuiller à peot, on a l'pépette de n'pos ête à la hauteur pa d'vant les micreos. Ch'est eine cosse que j'n'ai jamais compris pasqu'on sait bin d'puis toudis que les politiciens à l'télévisieon seont d'riches comédiens, d'vrais cabotins.

Comme l'neom d'no régieon i-a cangé, elle s'appelle asteur : No Télé, la télévisieon de Wallonie Picarde".

Personnell'mint, j'sus bin contint d'avoir des nouvelles d'Ath, d'Péruwelz ou d'Mouscron dusque j'ai bramint d'amisses et connissances mais j'orgrette ein peu ce qui a fait l'richesse des archives : les émissieons communautaires. Pétête que les édiles d'alors qui orcheveot'ent parfois, de la part des participants, pos mal d'piques, i-aveot'ent ein esprit beauqueop pus larche que les ceusses d'asteur. Pou faire passer ein messache au consel communal, on n'aveot pos besoin d'eine consultatieon populaire, i-suffiseot d'faire eine émissieon communautaire et cha coûteot nett'mint moins tcher. Après cha, l'bourguémette qui, soi-dit in passant, n'aveot pos raté eine milette saveot proclamer comme l'Grand Charles :

"Je vous ai compris" ahais, mais... rien n'cangeot dins no vie ! 

I-sanne qu'asteur, on'peut pus diffuser in direct les débats du consel communal pourtant cha deonneot pus d'visibilité aux administrés, on pouveot vir à l'ouvrache les gins pou qui on aveot voté. Pou mi, ch'éteot toudis eine pinte d'beon sang que d'les vir batt'ller et s'inveyer des neoms d'ozieaux, ch'éteot l'pus belle des émissieons après... l'retransmissieon du Cabaret Walleon. On ormarqueot les taiseux et les mourdreux, les ceusses qui aveot'ent étudié leu dossier et les ceusses qui s'demindeot'ent ce qui f'seotent là. Asteur, on préfère que cha s'passe in tout p'tit comité ave bin peu d'invités. In puque, comme les imaches de l'télé elles restent, on peut vir les ceusses qui ont ortourné leu veste.

I-a eine paire d'ainnées, ch'a acore été l'grand déménag'mint, No Télé a quitté l'centre de no cité pour s'ortouver à Kain, d'tout nouvieaux studieos dins les bâtimints d'Tournai-Expo. Comme les deux équipes d'fotbal qui, in fusieonnant, n'in ont pus fait qu'eine, l'caîne de télé tournisienne elle s'a aussi malhureus'mint copé d'ses racheines. Asteur, ch'est fini l'temps dusqu'on pousseot l'porte pou aller dire ein p'tit bonjour à l'équipe. Asteur, les gins seont dins leu tour d'ivoire et ch'est pus difficile pou rintrer là-d'dins que pou les migrants passer l'frontière de la Hongrie ou de la Bulgarie. L'professionnalisme i-a pétête tué l'amitié !  

D'nouvieaux habits !

L'sémaine passée j'ai été saisi, on a présinté des nouvieaux génériques pou l'journal télévisé, pou les sports et les publicités, on a rhabillé les paufes pou l'prumière feos d'puis 1997. On a vu aussi arriver d'nouvelles rubriques, d'grande qualité, comme l'orportache quotidien su ein villache d'l'intinté et surtout comme les "Wapirates de l'infeaux". A Tournai, on les conneot bin mes deux gins : Loulou Godet et Dominique Watrin qui, l'saim'di, veont passer l'actualité à l'moulinette et la raviser pa l'pétit bout de l'lorgnette. Su Vivacité et asteur su No Télé, à l'salle de l'Ferniête et dins les gazettes, on peut dire qu'on veot partout ces deux tiêtes. Béteôt, j'parie qu'on va les vir au cinéma, je m'sus laiché dire que Johnny Depp i-a pinsé à eusses pou ein nouvieau film : "L'Pirate des Cara-Pils". On les verra pétête aussi dins ein télé-réalité tournisienne : "I-a pas pis minteus qu'nous eautes deux".  

On va ichi dire que j'ai eine mauvaisse lanque, mais si cha vient d'eusses, j'in s'reos fier pasque ch'est des espécialisses dins l'genre.

Ch'est ainsin dins no ville, te n'sareos pos l'canger... l'Tournisien, i-s'ra toudis ein fouteu d'gins.  

In conclusieon, No Télé, si on n'l'aveot pos, i-faudreot l'invinter pasque si on attind après RTL et la RTBf pour parler d'no cité des cheonq clotiers, on peut acore bin lommint chiffler. Pou mes gins l'Wallonie, elle comminche à Mons et concerne avant tout Charleroi, Namur et Liège, nous eautes on est considéré, ein peu, comme des moinses que rien, comme des "bouseux" (*). Tenez-tenez, ch'est acore ein meot que j'ai intindu su No Télé, cha n'deveot certain'mint pos ête à propeos de l'prumière consultatieon populaire, neon, neon, nos politiciens seont bin pus malins et n'ont pos l'habitude d'voler à ein niveau aussi primaire !

(lexique : les paufes : les pauvres / toudis : toujours / pétête : peut-être / l'caîne : la chaîne / quançque : lorsque / raviser : regarder / novimpe : novembre / pa d'vant : devant / bin leon : bien loin / jeones : jeunes / seûrmint : sûrement / j'ai l'raminvrance : j'ai la souvenance, je me rappelle / dreot : droit / imache : image / acroire : croire / avoir l'trimblote : être pris de tremblements / s'amonch'ler pa d'zeur : s'amonceller au-dessus / des neuaches : des nuages / les mirettes : les yeux / orsaquer : retenir / dusque : où / l'câtieau : le château / l'orfuche : le refuge / l'plaine des Manouèfes : la plaine des Manœuvres / orwettier : regarder / puteôt : plutôt / intinte : entendre /  l'brin : les déjections, la matière fécale / l'fourbou : le faubourg / caire : tomber / des pénéneques : des faiseurs d'embarras, des esbroufeurs / ichi : ici / foute l'brin : semer la discorde / ête bénaisse : être content / du même queop : du même coup / survife : survivre / ein peu à l'feos : un peu à la fois / bin seûr : bien sûr / alfeos : parfois / l'ouèl : l'œil / peot : pot / on a l'pépette : on a peur / eine cosse : une chose / canger : changer / bramint : beaucoup / des piques : paroles ou allusions blessantes, agressions verbales / larche : large / l'bourguémette : le bourgmestre (en Belgique), le maire (en France) / eine milette : une miette / ahais : oui / i-sanne : il semble / asteur : maintenant / l'ouvrache : l'ouvrage / batt'lier : batailler / s'inveyer : s'envoyer / ormarquer : remarquer / les mourdreux : hargneux, grognons / les ceusses : ceux / in puque : de plus / leu : leur / s'ortrouver : se retrouver / s'coper : se couper / les racheines : les racines / laicher : laisser / minteus : menteurs / ein fouteu d'gins : une personnes qui rit des travers des autres mais sans animosité / les cheonq clotiers : les cinq clochers / bin lommint : bien longtemps / chiffler : siffler / commincher : commencer / des bouseux : des cinsiers, des gens de la terre)

S.T. octobre 2015.

09:55 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.