16 oct.
2015

Tournai : expressions tournaisiennes (332)

Asteur, i-feaut eine bourse sans feond !  

Edmeond i-est rintré, ceulle sémaine, in conclave ave... li-même. In conclave, cha veut dire que cha fait treos jours qui busie, tout seu dins s'coin, sans dire ein meot à Fifinne. Du matin au soir, elle le veot printe des pap'lars pou écrire su l'deos des fouèles (l'diale, i-conneot d'puis toudis l'sens profeond du meot écolomie). I-rimplit des paches de ceulle pétite chifture que te n'sareos pos arriver à lire.

Jeudi, i-éteot tell'mint à s'n'affaire, qu'i-n'a même pos intindu que j'aveos seonné à s'porte. Je n'vas pos ichi vous faire acroire des bleusses mais j'ai jamais rincontré dins m'vie, eine seule cloquette qui fait un parel bruit. Ch'est bin simpe, si te seonnes chez Edmeond, te veos les deux visins v'nir ouvère leu porte et l'vicaire quançqu'i-vient vir Fifinne, i-appelle cha les treompettes d'Jéricho.  

"Quoisque te fais là ?" que j'li ai d'mindé in intrant dins s'salle à minger. I-m'a ravisé ave l'bouque toute grande ouverte et les is d'ein rolmops dins ein bocal, on areot dit qu'i-éteot saisi qu'i-aveot quéqu'ein pa d'rière d'li. Au momint d'printe l'parole, les fuèlles dins ses mains, on areot dit ein prumier minisse montant à l'tribune de l'Campe

"J'vas te l'dire, l'Optimisse, après avoir intindu c'qui nous pind au nez, ave tous ces sauvaches (l'qualificatif n'ingache que li), j'ai bin été obligé d'carculer l'budget pou m'ménache".

"Acoute me, ch'est pos difficle à comprinte !  

Que cha soiche l'salaire, l'trait'mint, l'chômache, l'pinsieon ou bin acore l'mutuelle, i-n'feaut pos faire ein dessin, l'argint cait fauqu'eine feos pa meos dins nos escarcelles. Ave cha, te deos tirer t'plan pou deux et tant pis si t'es ein briscadeu. Mais t'as seûrmint aussi d'jà ormarqué combin d'feos te vas ouvère t'portefuèlle su eine journée. Hureus'mint qu'on peut acore payer pa s'queompte pasque cha s'reot ave eine valisse coffre-fort qu'on d'vreot pourméner dins les rues d'no cité.

Dusqu'i-passe tous nos liards ?

Les pus gourmands, les ceusses qui nous in peompent bramint, ch'est avant tout les ceusses qui seont à l'tiête de l'commune, de l'province et aussi au gouvernemint, mi, j'ai estimé au pus jusse l'butin du hold-up organisé légal'mint dont on est les victimes bin obligées.

I-a l'impeôt ortenu à l'source (on l'oblie alfeos), i-a l'cotisatieon à l'sécurité sociale, i-a l'complémint d'impeôt qu'on t'orclame à l'fin d'l'ainnée, si t'es propriétaire de t'maseon, i-a l'préqueompte immobilier, i-a l'TVA su tout ce que te vas acater et elle aurminte presqu'à chaque queop, on truèfe des tasques sur tout. J'ne parle pos de l'auteo, ch'est l'vaque à lait d' nos dirigeants. L'tasque su l'prix d'achat, l'tasque d'misse in circulatieon et l'tasque annuelle d'circulatieon, les tasques su l'assurance, su l'intretien, su l'essence et même eine tasque su l'stationn'mint. Pou rouler in auteo, i-feaut eine bourse sans feond.

Ch'est pos fini. D'puis ein an, les rintrées financières elles ne seont pus indéxées, te gagnes toudis l'même, mais tout l'reste i-va béteôt aurminter : les accises su l'tabac, les cigarettes, l'alcool, l'vin, l'bière, l'diésel, su les boisseons ave du chuque et même l'préqueompte su les intérêts, des feos que t'areos eine pétite peomme pou la soif in banque, li, i-va passer à 27%... i-paraît que te vas orchevoir chint eureos in puque in 2018 (l'ainnée d'z'électieons, ch'est seûrmint ein hasard), mais ch'est d'jà asteur que te vas tout payer pus tcher. Adeon, te vas commincher à financer les chint eureos qu'on va pétête t'deonner dins eine paire d'ainnées. Quanç'que te vas au magasin aujord'hui, i-feaut eine bourse sans feond.

Tout cha, cha crée ein cercle vicieux et on n'queompte pus tous les malhureux, te n'me crois pos, i-suffit d'orwettier à l'porte des grands magasins, on t'vind eine séquoi presque toutes les s'maines. Ch'est des marqueus pou les lépreux, des oranches pou ein home, des post-it pou les hindicapés, ch'est pou les plaines de jeux, des billets pou l'tombola du dernier des écoles (j'ai été obligé d'l'orprinte, on dit l'denier des écoles, l'biec-beos, i-pinseot qu'on f'seot eine collecte pou le'paufe baudet qui n'ara pos d'diplôme à l'fin d'l'ainnée), pou les refuches pou l'z'animaux, pou les baptêmes des étudiants pou eusses faire eine riche querverie, pou les clowns qui veont dins les hôpitaux, pou les voyaches à Lourdes, pou les iles de paix... et comme des dévoués ch'est dev'nu eine espèce rare, ch'est toudis les mêmes tiêtes qui vienne'tent t'solliciter.

Edmeond i-est comme mi, i-n'fait pos d'différince, i-deonne, ein p'tit peu à tertous, eine pétite écapure, ahais, mais pou ête solidaire, i-feaut eine bourse sans feond.

"Et ton invintaire quoisqu'i-a deonné" qu'à l'fin j'li ai d'mindé.

"Je ne feume pos, je n'beos pos d'sodas, j'vas à l'autobus et j'n'ai pus ein eureo su m'queompte à la banque, adeon, les aurmintatieons ch'est pos pou mi, seul'mint comme j'aime bin, alfeos, ein pétite pinte ou ein p'tit verre d'goutte..."

"Acoutez ichi l'imblavé, inliève toudis l'meot alfeos et anneonche puteôt dix verres d'bière et d'goutte, ainsin te s'ras pus près d'l'vérité" qu'elle a berlé Fifinne, qui n'perdeot pos ein meot d'no conversatieon d'puis l'cuisine.

"Fifinne, te m'as bin dit dix verres, te n'pinses pos que t'exagères ?"

"Bé ahais, te devreos d'puis lommint savoir, espèce de m'as-tu-vu, qu'après l'deuxième verre te n'les queomptes pus !".

"Mo bé alors, j'deos orfaire tous mes carculs, d'jà que j'n'éteos pos bénéficiaires, ave ce que te m'dis, bé j'vas perte m'mareonne, je m'deminde dusque j'vas aller à messe".

"Bé si t'alleos pus souvint à l'messe pou prier Saint Michel, cha t'coût'reot moins tchier que d'faire tous tes capelles".

L'conclave i-éteot subit'mint terminé, l'seon i-éteot tout à n'ein queop orvenu ! 

Béteôt, les visins alleot'ent avoir leu distractieon, on alleot éteinte toutes les télévisieons, ch'alleot ête l'habituelle orvue de l'rue Montifaut, on alleot intinte voler les neoms d'ozieaux. Tout cha de l'feaute du Père Charlot qui ave s'fouffetache n'se fout pos mal de l'paix dins les ménaches.

Au moumint d'sortir de l'pièche, je m'sus ortourné su Edmeond et j'li ai dit :

"I-n'feaut pos t'mette dins tous tes états, après tout les chint eureos net, ch'est pos pou les ceusses qui orchoivent l'ortraite".

Grâce à ses meots, j'ai eu l'impressieon d'avoir rabistoqués l'ménache car ch'est su l'tiête du prumier minisse que s'est mis à caire l'orache. Fifinne aveot l'air d'ein cat in rache, elle aveot sorti ses graux comme si elle alleot dégriffer l'photeo du vilain personnache et on n'peut pos dire qu'elle feseot intinte s'pus bieau des ramaches. Edmeond i-a ravisé, li aussi, l'portrait du coul'teu et buquant su la gazette i-a dit ave ein air mourdreux :

"Bé, Mossieu Jobs, jobs, jobs *, i-n'va même pos nous laicher l'pieau su les ossieaux, i-va nous chucher nos liards jusqu'aux derniers eureos !

Et veyez comme ch'est biête, in disant cha, Edmeond i-éteot tout... bleu ! 

In m'in rallant, su l'quémin, j'ai croisé eine auteo ave ein écriteau dins eine rue pos bin leon de m'maseon : "Taxes, taxes, taxes" qu'i-éteot écrit, j'me sus dit : ov'là acore ein eaute qui pinse comme Edmeond.

(lexique : asteur : maintenant / ceulle : cette / busier : méditer, réfléchir / printe : prendre / les pap'lars : prospectus, papiers imprimés / les fouèles oui fuelles : les feuilles / l'diale : le diable / toudis : toujours / les écolomies : les économies / des paches : des pages / eine chifture : vilaine écriture / tell'mint : tellement / faire acroire des bleusses : faire croire des choses fausse / eine cloquette : une clochette / parel : pareil / simpe : simple / ein visin : un voisin / quanç'que : lorsque / quoisque : qu'est-ce que / raviser : regarder / l'bouque : la bouche / ein rolmpos : en Belgique petit hareng roulé dans un bocal avec des oignons ou de la mayonnaise / quéqu'ein : quelqu'un / pa d'rière : derrière / ein minisse : un ministre / l'campe : la chambre / carculer : calculer / acoute me : écoute moi / que cha soiche : que ce soit / caire : tomber / tirer t'plan : te débrouiller / ein briscadeu : un gaspilleur / l'queompte : le compte / pourméner : promener / dusque : où / les liards : l'argent / les ceusses : ceux / bramint : beaucoup / jusse : juste / ortenu : retenu / aurminter : augmenter / queop : coup / on truèfe : on trouve / des tasques : des taxes / l'vaque : la vache / béteôt : bientôt / aurminter : augmenter / l'chuque : le sucre / orchevoir : recevoir / in puque : en plus / adeon : donc / commincher : commencer / pétête : peut-être / orwettier : regarder / eine séquoi : quelque chose / les marqueus : les marqueurs / les oranches : les oranges / l'biec-beos : le naïf / eine querverie : une soûlographie / eine écapure : une dringuelle, une petite somme / feumer : fumer / alfeos : parfois / l'imblavé : l'esbroufeur / berler : crier / lommint : longtemps / les carculs : les calculs / l'mareonne : le pantalon, perte s'mareonne signifie se retrouver sur la paille / tchier ou tcher : cher / les capelles : les chapelles, l'expression "faire toutes les capelles" signifie s'arrêter dans tous les cafés situés le long du chemin / tout à n'ein queop : tout à coup / l'fouffetache : l'ouvrage mal fait, bâclé / l'pièche : la pièce / ortourner : retourner / l'ortraite : la retraite, en Belgique on dit plus souvent la pension / rabistoquer : raccomoder / ein cat in rache : un chat en colère / les graux : les griffes / dégriffer : griffer / l'coulteu : le menteur / buquer : frapper / mourdreux : hargneux / laicher : laisser / les ossieaux : les os / chucher : sucer / s'in raller : retourner / l'quémin : le chemin, la route / leon : loin / ov'là acore : voilà encore).

*jobs, jobs, jobs" sont les mots martelés par le premier ministre lors de son discours de présentation de budget à la Chambre. 

S.T. Octobre 2015.  

20:16 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.